Posts Tagged ‘caméras de surveillance’

Les adolescentes parties de Londres ont été repérées à Istanbul

mars 2, 2015

Les trois adolescentes britanniques soupçonnées d’avoir quitté Londres pour rejoindre l’Etat islamique ont été filmées par des caméras de surveillance dans une gare routière à Istanbul, selon un journal turc. Elles sont ensuite parties en direction d’une ville turque frontalière de la Syrie.

Shamima Begum (15 ans), Kadiza Sultana (16 ans) et Amira Abase (15 ans) ont quitté l’Angleterre le 17 février. Les images des caméras de surveillance ont montré les trois jeunes filles entrant dans la gare routière de Bayrampasa, située dans la partie européenne de la ville.

D’après ces images, publiées sur le site internet du journal « Aksam », elles portaient des manteaux d’hiver par-dessus leurs niqabs. Avec leurs bagages, elles se sont assises pour attendre leur autocar, selon le journal.

Les images ont été prises tôt le 18 février, moins de 24 heures après leur départ d’Angleterre. Les heures affichées montrent que les trois adolescentes ont attendu près de 18 heures à la gare routière avant de prendre un car à destination de Sanliurfa (sud-est), près de la frontière avec la Syrie.

Selon « Aksam », la police tente d’identifier les passagers qui ont aidé les jeunes filles à porter leurs bagages.

Romandie.com

Kenya : des policiers soupçonnés de pillage dans l’aéroport incendié

août 10, 2013
 Les ruines de l'aéroport incendié de Nairobi, au Kenya, le 8 août 2013. © AFP

Les ruines de l’aéroport incendié de Nairobi, au Kenya, le 8 août 2013. © AFP

Les enquêteurs kényans interrogent des policiers, des membres des services de l’immigration et d’autres employés civils de l’aéroport international de Nairobi, soupçonnés d’avoir profité du gigantesque incendie de mercredi pour piller, a indiqué samedi un enquêteur.

« C’est embarrassant parce que certains d’entre eux se sont concentrés sur le pillage plutôt que de donner l’alerte, » a indiqué l’enquêteur à l’AFP sous couvert d’anonymat. « Nous les interrogeons tous : officiers de police, employés de l’immigration, autres employés (de l’aéroport), et même des chauffeurs de taxi ».

Selon lui, des caméras de surveillance ont enregistré des scènes de pillage. « Certains vont devoir en répondre, parce qu’il y a des preuves ».

Dans son édition de samedi, le quotidien Nation indiquait que sept policiers soupçonnés de pillage pourraient comparaître dès lundi devant la justice. Les hommes auraient été retrouvés en possession de biens volés, dont de l’argent liquide et de l’alcool — des magasins de l’aéroport ont été détruits dans l’incendie.

« Négligence » ou « acte terroriste »

La cause de l’incendie qui s’est déclenché mercredi peu avant 05h00 locales (02h00 GMT) au terminal des arrivées internationales de l’aéroport international Jomo Kenyatta (JKIA) de Nairobi n’a toujours pas été déterminée.

Le feu est survenu 15 ans jour pour jour après la double attaque contre les ambassades américaines à Nairobi et Dar es Salaam, la capitale économique de la Tanzanie voisine. Ces attentats, perpétrés par Al-Qaïda, avaient fait 224 morts.

Mais vendredi, le président kényan, Uhuru Kenyatta, a exclu que l’incendie puisse relever d’un acte « terroriste ». Il a en revanche ajouté que toute personne reconnue coupable « d’acte de négligence devrait être punie ». Et samedi, un enquêteur kényan a indiqué que la piste criminelle n’était elle pas exclue. « Compte tenu des interrogatoires que nous avons menés auprès de témoins et d’employés, il est difficile d’exclure un incendie volontaire, » a dit cette source sous couvert d’anonymat, sans pouvoir donner plus de détails sur des suspects éventuels et leurs motifs.

L’incendie n’a fait aucune victime mais a paralysé mercredi l’aéroport, principal hub aérien d’Afrique de l’Est : vols internationaux et intérieurs ont été annulés. Kenya Airways a repris les vols intérieurs dès mercredi soir, et ses vols internationaux jeudi. Les compagnies étrangères ont quant à elles commencé à reprendre leurs liaisons avec Nairobi vendredi.

Jeuneafrique.com avec AFP

Attentat de Boston: une cocotte-minute aurait été utilisée

avril 17, 2013

 

Le FBI a rendu publiques mercredi des images de morceaux de métal provenant d’une cocotte-minute qui aurait été utilisée pour le double attentat ayant endeuillé le marathon de Boston. Toujours aucune revendication n’a été faite et aucune piste n’est apparemment privilégiée.

De nombreux débris étaient toujours collectés par la police sur les lieux des explosions et envoyés pour analyse au laboratoire du FBI à Quantico, en Virginie. « Il va falloir plusieurs jours pour (recueillir toutes les données) sur les lieux », a déclaré Gene Marquez, responsable du Bureau de l’alcool, du tabac, des armes à feu et des explosifs de Boston.

Du plomb et des clous

Le travail des enquêteurs s’annonçait colossal. Sur place, ils ont retrouvé « des morceaux de nylon noir qui pourraient avoir été un sac à dos et des fragments de plomb et clous, peut-être contenus dans une cocotte-minute », avait de son côté annoncé le responsable local du FBI Rick DesLauriers.

Ce type d’engins explosifs peu sophistiqués est souvent utilisé dans des attentats en Irak ou en Afghanistan, avait-il précisé lors d’une conférence de presse mardi en fin d’après-midi. Mais « l’éventail des suspects et des motivations possibles reste largement ouvert », avait-il encore déclaré.

Mille personnes pour l’enquête

Les enquêteurs ont par ailleurs commencé à étudier le contenu de toutes les caméras de surveillance et ont demandé aux Bostoniens de leur transmettre « toute photo ou vidéo » qui pourrait aider l’enquête qui mobilise désormais, selon le FBI, plus de 1000 personnes.

Boston traumatisée, mais confortée par la générosité de multiples gestes d’entraide, a rendu mardi soir un hommage aux victimes, à l’occasion de différentes veillées. L’attentat a fait trois morts lundi, dont un garçon de huit ans, et plus de 180 blessés, certains grièvement.

Obama à Boston

Et alors que les télévisions repassaient les images des victimes ensanglantées, le président des Etats-Unis Barack Obama a annoncé qu’il se rendrait jeudi dans la ville du Massachusetts pour une cérémonie religieuse oecuménique.

Romandie.com