Posts Tagged ‘Camion’

Mali: 22 morts et 21 blessés dans une collision entre un minibus et un camion

juillet 28, 2020

 

Vingt-deux personnes ont été tuées et 21 blessées, dont sept gravement, dans une collision entre un minibus et un poids lourd dans le sud du Mali, a annoncé mardi le ministère des Transports.

L’accident s’est produit aux environ de 09H00 (GMT et locales) sur la Route nationale 26 qui relie la capitale Bamako à la Guinée, entre Kangaba et Bancoumana, selon un communiqué du ministère . L’excès de vitesse et le non-respect du code de la route sont en cause, a précisé la même source.

Les accidents de la route sont nombreux au Mali, où le mauvais état des axes routiers a été par le passé source de tensions sociales. Le ministère a appelé les usagers à la plus grande prudence, «surtout en cette veille de la fête» de l’Aïd el-Adha, qui commence vendredi, et qui est synonyme de nombreux déplacements dans un pays largement musulman comme le Mali. La route reste le moyen de transport de marchandises et de personnes le plus utilisé dans ce pays d’Afrique de l’Ouest sans accès à la mer.

Par Le Figaro avec AFP

L’Angleterre sous le choc après la mort tragique de 39 migrants clandestins

octobre 23, 2019

 

Les corps des victimes ont été découverts, mercredi dans l’Essex, dans la remorque d’un poids lourd réfrigéré.

The scene where bodies were discovered in a lorry container, in Grays, Essex

La police scientifique s’affaire, mercredi, à Grays, autour du funèbre poids lourd venant de Bulgarie et qui serait entré sur le territoire britannique le 19 octobre. PETER NICHOLLS/REUTERS

Ce sont les services de secours qui ont fait la découverte macabre mercredi à 1 h 40 heure locale sur une zone industrielle de l’Essex, dans le Sud-Est de l’Angleterre. Trente-neuf personnes, dont un adolescent, ont été retrouvées mortes à l’intérieur de la remorque réfrigérée d’un poids lourd stationné à Grays, à une heure environ à l’est de Londres. Au volant du véhicule se trouvait Mo Robinson, un homme de 25 ans originaire d’Irlande du Nord, qui a été placé en garde à vue par la police.

Les enquêteurs tentent depuis hier d’établir l’identité des victimes, une procédure qui prendra du temps, a expliqué l’inspectrice en chef Pippa Mills. Pour l’instant, il a été établi que le camion était arrivé à 00 h 30 mercredi à Purfleet, un port situé sur l’estuaire de la Tamise, en provenance de Zeebrugge en Belgique. Selon la police, il aurait quitté le port 35 minutes plus tard.

Mes pensées sont avec ceux qui ont perdu leur vie et leurs proches

Boris ­Johnson

La remorque frigorifique était immatriculée en Bulgarie, a confirmé un porte-parole du ministère des Affaires étrangères bulgares, qui a précisé qu’elle appartenait à une entreprise située à Varna, sur la côte est du pays. Cette entreprise est détenue par un citoyen irlandais, a-t-il précisé. Selon ce même officiel, cité de manière anonyme par la BBC, «la police dit qu’il est fort probable que (les victimes) soient bulgares».

Le gouvernement interpellé

La tragédie a provoqué l’émoi dans la classe politique britannique. Boris Johnson s’est dit «horrifié» par ce «tragique incident dans l’Essex (…). Mes pensées sont avec ceux qui ont perdu leur vie et leurs proches», a tweeté le premier ministre britannique.

La députée de la circonscription où a été retrouvé le camion, Jackie Doyle-Price, s’est dite «écœurée». «Enfermer trente-neuf personnes dans un container démontre un profond mépris pour la vie humaine», a déclaré l’élue conservatrice de Thurrock à la Chambre des Communes.

La ministre de l’Intérieur, Priti Patel, a assuré que plusieurs agences gouvernementales travaillaient main dans la main pour établir la nationalité et l’identité des 39 victimes. À Dublin, le premier ministre Leo Varadkar a promis qu’une enquête serait ouverte s’il était établi que le camion avait transité par l’Irlande.

Il faut que le gouvernement s’engage à créer des procédures sûres et légales d’entrée sur le territoire britannique

Satbir ­Singh, du Joint Council for the Welfare of Immigrants

Hier après-midi alors que le trajet du camion était encore flou et que l’hypothèse prévalente était que le véhicule était passé par le nord de la France, les associations de défense de réfugiés ont interpellé le gouvernement britannique. «Cette terrible tragédie prouve la nécessité pour le gouvernement de donner la possibilité aux personnes qui fuient les zones de guerre et les persécutions de rejoindre le Royaume-Uni de manière sûre», a réagi Stephen Hale, le directeur de Refugee Action.

S’il se confirme que les victimes étaient originaires de Bulgarie, un pays membre de l’Union européenne, l’enquête pourrait s’orienter vers la piste d’un trafic d’esclaves. En juillet dernier, 8 membres d’un gang polonais ont été condamnés collectivement à 55 ans de prison pour avoir exploité environ 400 ex-criminels et alcooliques polonais au Royaume-Uni pour 50 pence par jour.

Le trafic d’êtres humains entre les deux rives de la Manche n’est malheureusement pas un phénomène nouveau. En 2000, les corps de 58 Chinois avaient été découverts à Douvres dans un camion lui aussi en provenance du port belge de Zeebrugge. Le chauffeur du camion avait été condamné à 14 ans de prison pour trafic organisé de clandestins. Neuf membres d’un gang chinois avaient été condamnés au Pays-Bas dans cette même affaire criminelle.

Le Figaro.fr par Amandine Alexandre

Ouganda: un accident impliquant un autocar, un tracteur et un camion fait des dizaines de morts

mai 26, 2018

Kampala – Quarante-huit personnes selon la Croix-Rouge ougandaise, et 22 selon la police, ont été tuées dans la nuit de vendredi à samedi en Ouganda dans un accident impliquant un tracteur roulant feux éteints, un autocar et un camion.

En raison du mauvais état des véhicules et des routes, ainsi que de conduites dangereuses, l’Ouganda affiche un des pires bilans au monde en termes de sécurité routière.

L’accident, un des plus meurtriers en Ouganda ces dernières années, a eu lieu dans la nuit de vendredi à samedi vers 20H30 (18H30 GMT) dans le district de Kiryandongo, à environ 220 kilomètres au nord de la capitale Kampala, a indiqué un porte-parole de la police, Emilian Kayima.

Peu de détails sur l’accident ont pour l’heure été communiqués, en raison de l’éloignement avec Kampala et le fait que ce dernier ce soit déroulé de nuit.

Selon des sources concordantes, l’autocar, qui avait quitté la ville de Lira plus tôt dans la soirée, a touché l’arrière du tracteur, qui roulait feux éteints, en essayant de le dépasser.

Renversé, le car a ensuite glissé sur la route pour aller percuter de face un camion transportant des casiers de bière et qui arrivait dans l’autre sens.

« Le bilan est désormais de 48 morts, dont 16 enfants », a déclaré à l’AFP Irene Nakasiita, une porte-parole de la Croix-Rouge ougandaise. « Nos volontaires ont aidé la police à évacuer les victimes ».

M. Kayima, qui conteste le bilan de la Croix-Rouge, a, lui, fait état d’un bilan de 22 morts, dont quatre enfants, ainsi que de 14 personnes blessées qui ont été transportées par hélicoptère vers Kampala.

Il a précisé que les chauffeurs des véhicules sont tous les trois décédés dans l’accident.

Plus de 9.500 personnes sont mortes dans des accidents de la route en Ouganda de 2015 à 2017, estime le ministère des Transports, selon lequel la situation empire chaque année.

Un rapport de l’ONU publié début 2018 estime que 10 personnes meurent chaque jour sur les routes ougandaises, et que les accidents de la route coûtent chaque année 1,2 milliard de dollars (1,03 milliard d’euros) à l’Ouganda, soit l’équivalent de 5% de son produit intérieur brut (PIB).

En 2015, les 900 employés du département chargé de la construction et de l’entretien des routes avaient tous été licenciés par le président Yoweri Museveni en personne, qui les tenait pour responsables du piteux état du réseau routier ougandais.

Romandie.com avec (©AFP / 26 mai 2018 14h48)                                                        

Pakistan: un camion de carburant s’enflamme, au moins 139 morts

juin 25, 2017

Des équipes de secours près de l’épave calcinée d’un camion-citerne qui s’est enflammé, le 25 juin 2017 à Ahmedpur East, au Pakistan / © AFP / STR

Au moins 139 personnes ont été tuées et une centaine blessées par un incendie dimanche au Pakistan, lorsqu’un camion citerne d’hydrocarbures s’est renversé et que des riverains se sont précipités pour récupérer le carburant répandu sur la chaussée.

Cette tragédie intervient alors que nombre de Pakistanais sont sur les routes pour rejoindre leur famille à l’occasion des festivités d’Aid-al-Fitr, fête musulmane majeure marquant la fin du mois sacré du ramadan.

Des riverains déambulaient parmi des dizaines de corps et véhicules carbonisés, après la catastrophe qui a eu lieu près de la ville d’Ahmedpur East, à 500 km au sud de Lahore.

« Le bilan des morts est monté à 139 et la plupart des blessés sont dans un état grave », a déclaré l’AFP le ministre de la Santé de la province du Pendjab Salman Rafiq, soulignant que le bilan pourrait s’alourdir.

Le camion, qui transportait 40.000 litres de carburant du port de Karachi jusqu’à Lahore, s’est couché tôt dimanche matin sur l’autoroute reliant ces deux métropoles.

La police routière, arrivée sur place immédiatement après l’accident, a tenté en vain d’éloigner la population accourue pour profiter de l’aubaine, a indiqué son porte-parole Imran Shah.

« Les habitants du village voisin de Ramzanpur Joya se sont précipités sur le site avec des seaux et d’autres contenants et de nombreuses personnes à moto se sont arrêtées pour récupérer le carburant », a indiqué à l’AFP le chef de la police régionale, Raja Riffat.

« Dix minutes plus tard, le camion citerne a explosé, créant une énorme boule de feu qui a englouti tous ceux qui récupéraient le carburant ».

Le feu s’est très vite propagé à une vaste portion de route, où de nombreuses personnes étaient piégées dans l’embouteillage déclenché par l’accident.

Plus de 100 carcasses de véhicules carbonisés, voitures, minibus et motos, jonchaient la chaussée où étaient éparpillées gamelles, casseroles, jerrycans et seaux que les victimes avaient apportés pour collecter le carburant.

Après l’incendie, des dizaines de riverains se sont rassemblés près du site, se lamentant sur le sort de leur proches.

« Nous sommes sous le choc », a déclaré Hafiz Sohail, en attendant le corps de son oncle et de son cousin de 13 ans, tous les deux décédés en tentant de récolter un peu d’or noir.

« Qu’est ce qu’on va faire de cete essence, maintenant? A quoi ça servait de faire ça? » déplorait un autre habitant, Sohail, pointant du doigt un seau, et racontant avoir vu le chauffeur crier aux gens de s’éloigner, en vain.

Parmi la centaine de blessés hospitalisés, nombre étaient très grièvement brûlés, à plus de 80%, a indiqué un médecin local sous couvert d’anonymat.

– Mauvais élève –

Les hôpitaux de la région ont été placés en état d’alerte et des blessés ont été évacués par hélicoptère.

L’armée a mobilisé un avion de transport C-130 pour en transporter certains jusqu’à Lahore.

Le Premier ministre et le président ont fait part de leur profonde tristesse.

Le conducteur, placé en garde à vue, a indiqué que le camion s’était renversé après qu’un pneu eut éclaté, a indiqué le ministre de la Justice du Pendjab, Rana Sanaullah, précisant que des analyses ADN seront menées pour identifier les corps.

Le Pakistan est un très mauvais élève en matière de sécurité routière, en raison du mauvais état des routes, du manque d’entretien des véhicules et de l’imprudence des conducteurs.

En 2015, au moins 62 personnes dont nombre d’enfants et de femmes avaient péri dans le sud du pays, lorsque leur bus était entré en collision avec un camion citerne de pétrole, déclenchant un puissant incendie.

La fin du ramadan a déjà été endeuillée par une série d’attentats qui ont fait au moins 65 morts à travers le pays, déclenchant des mesures de sécurité supplémentaires.

Le bilan d’un double attentat vendredi contre un marché bondé d’une localité majoritairement chiite près de la frontère afghane est passé à 51 morts dimanche. Le même jour, un attentat visant la police avait fait 14 morts à Quetta (sud ouest) et quatre policiers avaient été abattus à Karachi.

Sur les réseaux sociaux dimanche, des internautes faisaient part de leur solidarité avec les victimes de l’incendie du camion ainsi que celles des attentats de vendredi, priant pour célébrer Aid en paix lundi.

Romandie.com avec(©AFP / 25 juin 2017 18h48)                

Suède: Un camion fonce dans une foule de piétons à Stockholm. Trois morts et plusieurs blessés

avril 7, 2017

Un camion a renversé des passants vendredi vers 14h50 dans un quartier du centre-ville de Stockholm qui a été bouclé. La radio publique Ekot évoque trois morts et de nombreux blessés.

Selon un témoin interrogé par l’agence Reuters, il s’agirait d’un camion qui a foncé chez Ahlens, un grand magasin de la capitale. Un périmètre de sécurité a été établi et le secteur bouclé, précise un journaliste de Reuters.

Attentat à Stockholm : la police diffuse des images d’un homme recherché

Stockholm – La police suédoise a diffusé des images de vidéo-surveillance d’un homme qu’elle recherche pour l’attentat au camion bélier commis vendredi à Stockholm, dont le chauffeur n’a pas été arrêté, a-t-elle annoncé lors d’une conférence de presse.

« Nous n’avons pas de contact avec celui ou ceux qui conduisaient le véhicule », a déclaré un responsable de l’enquête, Dan Eliasson.

Un autre policier, Ulf Johansson, a montré à la presse un homme relativement jeune portant une capuche noire, filmé par une caméra à proximité immédiate des lieux de l’attentat.

La police n’a donné lors de cette conférence de presse aucune information sur le nombre de blessés et de morts. « Il y a beaucoup de blessés (…) et des informations selon lesquelles il y a des morts. Nous ne pouvons pas à l’heure actuelle confirmer le nombre de blessés et de morts », a déclaré M. Eliasson.

« Plusieurs personnes sont blessées et il y a également des morts », écrivait la police dans un communiqué.

La police a appelé les citoyens à ne pas venir dans le centre de la capitale suédoise.

Romandie.com (©AFP / 07 avril 2017 18h22)

Frayeur à Barcelone: un Suédois fonçait avec un camion de gaz volé

février 21, 2017

Barcelone – La police a dû tirer mardi à Barcelone (nord-est de l’Espagne) sur un camion de gaz butane volé pour arrêter son conducteur, un Suédois engagé dans une course folle à contresens sur le périphérique, a-t-on appris auprès des autorités.

« Il ne s’agit pas d’un acte terroriste », a écrit le ministre espagnol de l’Intérieur, Juan Ignacio Zoido, sur son compte Twitter.

« Le conducteur du camion de butane volé à Barcelone a des antécédents psychiatriques », a ajouté le ministre.

« Nous avons arrêté une personne de nationalité suédoise, qui roulait à contresens » au volant « d’un camion chargé de bonbonnes de butane », a déclaré à l’AFP un porte-parole des Mossos d’Esquadra, la police catalane.

« Pendant l’arrestation, il y a eu des tirs », a simplement ajouté ce porte-parole, sans vouloir donner davantage de détails avant une conférence de presse prévue à la mi-journée.

Une femme ayant vu passer le camion, Mireia Ruiz, a expliqué à l’AFP que l’homme « conduisait à grande vitesse ». « Quand les gens l’interpellaient, il riait et faisait des gestes obscènes », a-t-elle assuré.

Le camion avait été volé avant les faits, ont également indiqué à l’AFP des sources à la mairie de Barcelone, la deuxième ville d’Espagne.

Le véhicule a été stoppé dans une zone proche des plages, près du centre de cette ville très touristique.

Sur place, le petit véhicule chargé de dizaines de bonbonnes de gaz avait un pare-choc cassé et au moins un impact de balles dans le pare-brise, a constaté l’AFP, à une sortie du boulevard périphérique entourant la ville, la Ronda littoral.

A la mi-journée, une vingtaine de policiers étaient encore présents sur le site de l’arrestation, près du camion, avec une demi-douzaine de véhicules de police.

Plusieurs bouteilles de gaz étaient dispersées alentour.

Romandie.com avec(©AFP / 21 février 2017 13h45)             

Allemagne: Attentat de Berlin Les empreintes du suspect retrouvées dans le camion

décembre 22, 2016

 

Des indices récoltés dans la cabine du poids lourd attestent de la présence d’Anis Amri, toujours en fuite.

Le 19 décembre 2016, un camion a foncé dans la foule du marché de Noël de la capitale allemande, faisant plusieurs morts et des dizaines de blessés.

 

«Des empreintes digitales ont été retrouvées dans la cabine», a déclaré le ministre allemand de l’Intérieur, Thomas de Maizière, affirmant que des indices prouvaient que le principal suspect, Anis Amri, était «selon toute probabilité vraiment l’auteur» de cet attentat qui a fait 12 morts lundi soir sur un marché de Noël.

De son côté, la chancelière Angela Merkel s’est dite «très fière» du calme manifesté par les Allemands après cet attentat, le premier d’une telle ampleur en Allemagne revendiqué par le groupe Etat islamique (EI). «Je suis convaincue que nous surmonterons l’épreuve dans laquelle nous nous trouvons», a souligné la dirigeante après une visite dans des bureaux de la police judiciaire à Berlin pour faire le point sur l’enquête.

Les enquêteurs ont lancé un mandat d’arrêt européen à l’encontre d’Anis Amri, bien connu de la police, alors qu’un document d’identité le concernant a été retrouvé dans la cabine de ce camion immatriculé en Pologne et probablement volé. «Nous pouvons aujourd’hui annoncer qu’il y a des indices supplémentaires selon lesquels ce suspect est selon toute probabilité vraiment l’auteur» du drame qui a également fait des dizaines de blessés, a dit M. de Maizière.

Indices supplémentaires

Outre les empreintes digitales découvertes, «il y a aussi des indices supplémentaires» qui appuient l’hypothèse que Anis Amri a précipité le camion dans les petits chalets de bois de ce marché de Noël très fréquenté. Ce marché, situé à proximité d’une célèbre église au clocher dévasté par les bombes de la Seconde guerre mondiale, a rouvert ses portes jeudi matin, moins de trois jours après cet attentat.

Les Berlinois ont montré beaucoup de retenue après ce drame, chacun vaquant à ses occupations à quelques jours de Noël. Certains sont venus se recueillir près des lieux du drame, ou allumer des bougies, mais la ville a conservé son activité normale.

Lematin.ch avec (afp/nxp)(Créé: 22.12.2016)

Soudan du sud: au moins 100 tués dans l’explosion d’un camion

septembre 17, 2015

L’explosion accidentelle d’un camion-citerne transportant de l’essence a fait au moins 100 tués et une cinquantaine de blessés au Soudan du Sud, a dit jeudi un responsable provincial. De tels accidents sont assez fréquents en raison du mauvais état du réseau routier.

L’accident a eu lieu mercredi à l’ouest de la capitale Juba, dans la province d’Equateur occidental, dont le ministre de l’Information, Charles Kisagna, a prévenu que le bilan risquait encore de s’alourdir.

« Nous n’avons pas d’équipement médical et des blessés pourraient ne pas survivre faute de structure pour soigner les grands brûlés », a-t-il déclaré.

Le camion-citerne s’est d’abord renversé sur la route puis a explosé alors qu’une foule tentait de pomper l’essence qu’il transportait, a précisé de son côté le porte-parole de la présidence sud-soudanaise, Ateny Wek Ateny, en avançant de son côté un bilan de 85 tués et 50 blessés.

Accident fréquent
Les fuites sur des oléoducs ou les accidents de camion-citerne en Afrique attirent souvent d’importantes foules qui cherchent à remplir des bidons de carburant. Les explosions ou incendies ne sont alors pas rares et font souvent de très nombreuses victimes.

En juin 2013, un incident similaire avait fait une trentaine de tués en Ouganda, voisin du Soudan du Sud.

Romandie.com

Zambie : 17 morts dans une collision entre un minibus et un camion

septembre 12, 2015
Dix-sept personnes sont mortes à Lusaka, la capitale de la Zambie, dans une collision entre un bus et un camion. © Dennis Milanzi/afp

Dix-sept personnes sont mortes à Lusaka, la capitale de la Zambie, dans une collision entre un bus et un camion. © Dennis Milanzi/afp

Dix-sept personnes sont mortes samedi à Lusaka, la capitale de la Zambie, dans une collision entre un bus et un camion, a-t-on appris de source policière.

« L’accident est survenu lorsque le conducteur d’un camion Mercedes-Benz a coupé la route d’un (minibus) Toyota Hiace qui s’apprêtait à tourner », a précisé la police dans un communiqué.

La collision a eu lieu à 7 kilomètres à l’ouest du quartier des affaires de Lusaka.

Les accidents de la route sont fréquents en Zambie, dus principalement à des excès de vitesse et au mauvais entretien des voies.

Jeuneafrique.com

Des dizaines de réfugiés retrouvés morts dans un camion en Autriche

août 27, 2015

Plusieurs dizaines de réfugiés ont été retrouvés morts à l’intérieur d’un camion en stationnement jeudi dans l’est de l’Autriche, près de la frontière hongroise. Les premières indications laissent penser qu’ils sont morts d’asphyxie.

« Nous partons de l’idée qu’une vingtaine de personnes seraient mortes. Mais il peut aussi y en avoir de 40 à 50 », a déclaré un porte-parole de la police, confirmant une information du journal Kronenzeitung.

Le ministère autrichien de l’Intérieur a de son côté confirmé qu’un poids-lourd avait été retrouvé en bordure de l’autoroute A4 au niveau de la ville de Parndorf. « Malheureusement, il y a de nombreux morts à l’intérieur », a dit le porte-parole du ministère, sans citer de bilan précis.

Parlant d’un « jour noir », la ministre de l’intérieur Johanna Mikl-Leitner a affirmé qu’il faut mettre fin aux réseaux de passeurs qui sévissent au sein de l’Union européenne.

Des milliers de réfugiés tentent chaque jour de gagner l’Europe de l’ouest via la Grèce, la Macédoine, la Serbie et la Hongrie. La plupart d’entre eux viennent de Syrie.

Romandie.com