Posts Tagged ‘Camioneurs’

Canada/« Plusieurs kilomètres de camions » en route pour Ottawa : la police sur le qui-vive

janvier 28, 2022
Des camions, des camionnettes et d'autres véhicules sont en file à Stanstead.

Manifestation des camionneurs de plusieurs régions du pays vers Ottawa (archives). Photo : Radio-Canada/Thomas Deshaies

Des camionneurs et des sympathisants convergent vers Ottawa pour une manifestation de masse. La police prévoit de gros embouteillages et se prépare à des débordements.

Le mouvement de protestation est né, initialement, en opposition à l’obligation vaccinale imposée par le gouvernement fédéral aux camionneurs transfrontaliers. Au fil du temps, les motifs de plusieurs camionneurs et autres manifestants qui se sont joints sont devenus beaucoup plus vastes, ceux-ci visant notamment à décrier les règles sanitaires.

Lors d’une mise à jour vendredi, le Service de police d’Ottawa (SPO) a réitéré son message aux résidents d’Ottawa : ceux et celles qui le peuvent doivent rester chez eux. Toutefois, pour le chef du Service de police d’OttawaSPO, Peter Sloly, pas question d’imposer quoi que ce soit, y compris aux commerçants.

Ce sont eux qui décideront de fermer [leurs commerces] ou non. Ce que nous faisons, c’est que nous leur donnons la meilleure information possible pour qu’ils puissent prendre une décision éclairée. Et si la situation dégénère, nous les informerons le plus rapidement possible et ferons des recommandations plus fermes, a-t-il indiqué en point de presse, disant espérer que les plus gros inconvénients ne concerneront que la circulation.Peter Sloly pose devant le logo du Service de police d'Ottawa.

Le chef du Service de police d’Ottawa, Peter Sloly (archives) Photo : Radio-Canada/Jean Delisle

Aucun permis de manifester n’a été délivré jusqu’à maintenant, a précisé le Santé publique OntarioSPO, mais les organisateurs avec lesquels la police est en contact ont assuré que la manifestation sera pacifique.

Le chef Sloly reconnaît toutefois que les forces de l’ordre ont eu connaissance de plusieurs menaces formulées sur les réseaux sociaux, notamment. Des groupes et des individus radicaux pourraient aussi se joindre à la manifestation, a-t-il fait savoir.

Sans vouloir révéler l’identité de ces groupes, il a cependant prévenu que ceux qui décideront d’enfreindre la loi seront arrêtés, poursuivis et accusés si nécessaire, y compris après la manifestation.

La police et ses partenaires prévoient déployer un imposant dispositif pour assurer la tenue de la manifestation en toute sécurité.

Vous pouvez vous attendre à voir plusieurs officiers dans une grande variété d’uniformes et dotés de divers équipements dans les régions désignées importantes pour avoir une bonne vue de ce qui se passe. Vous allez aussi voir des agents sur les toits. Et nous avons accès à des drones, a indiqué Trish Ferguson, chef adjointe par intérim du Service de police d’OttawaSPO.

Même si la police et ses partenaires – dont la Police provinciale de l’Ontario (PPO), le Service de protection parlementaire et les services de renseignement – préparent leur plan depuis plus d’une semaine, beaucoup d’inconnues subsistent, ont expliqué les représentants de la police d’Ottawa, qui dirige les opérations.

Le nombre de participants reste encore à déterminer, même si la police d’Ottawa dit être en contact avec huit convois, tout comme la durée de la manifestation, qui pourrait s’étendre au-delà de dimanche. La police se dit prête à faire dégager les véhicules si nécessaire.

Pour l’heure, la manifestation est officiellement prévue samedi à midi.

Jauger la situation

Ex-sous-commissaire adjoint à la Gendarmerie royale du Canada (GRC), Pierre-Yves Bourduas explique que les forces de l’ordre s’affairent à récolter rapidement tous les renseignements possibles afin de bien jauger la situation et d’éviter tout risque de débordement.

Il y a visiblement un problème de responsabilité, selon lui.Pierre-Yves Bourduas.

Pierre-Yves Bourduas, ancien sous-commissaire de la GRC à la retraite (archives). Photo : Radio-Canada

En entrevue vendredi aux matins d’Ici, ce spécialiste en sécurité stratégique souligne qu’au départ, c’est un groupe de camionneurs qui a quitté la Colombie-Britannique à destination d’Ottawa. Cependant, il constate qu’au fur et à mesure de leur périple, leur cause a galvanisé de nombreux autres groupes opposés aux mesures de vaccination et aux politiques du gouvernement. Ces individus se sont greffés au mouvement de protestation des camionneurs.

Pierre-Yves Bourduas explique que les forces de l’ordre essaient normalement de coordonner le tout avec les organisateurs. Cependant, le problème est complexe dans ce cas-ci. M. Bourduas relate qu’au début du mouvement de protestation, il y avait une organisatrice en chef. Mais maintenant, plusieurs personnes réclament elles aussi le droit d’être les coordonnateurs de cette manifestation. Il résume ainsi la situation : Ça crée un sérieux problème pour les forces de l’ordre, car le point de responsabilité est auprès de plusieurs individus, et c’est difficile de tout coordonner.

« La plus grosse inquiétude des forces de l’ordre, c’est qu’il y ait un loup solitaire, quelqu’un qui décide de prendre les choses en main. »— Une citation de  Pierre-Yves Bourduas, ex-sous-commissaire adjoint à la GRC

Pierre-Yves Bourduas décrit l’état d’esprit des forces policières en disant qu’il faut se préparer au pire pour avoir le meilleur. Ce qu’on veut, c’est éviter une répétition de ce qui s’est passé le 6 janvier, l’année dernière, au Capitole.

L’ex-commissaire conclut que c’est en raison de ce contexte que les forces de l’ordre doivent aussi prévenir tout accès à certaines structures et à certains édifices, non seulement sur la colline du Parlement mais aussi dans le secteur de la résidence du gouverneur général, où est confiné le premier ministre.

Des manifestants en provenance de partout au pays

La Police provinciale de l’OntarioPPO confirme ne pas pouvoir évaluer avec précision l’ampleur de la manifestation prévue samedi à Ottawa. Cet exercice est difficile, estime la sergente Cynthia Savard, compte tenu des nombreuses routes empruntées par les protestataires pour se rendre à destination.

« Ils vont arriver de partout. Les autoroutes 401, 416 et 417, ne soyez pas surpris que ça ait l’air bloqué, parce qu’il va y avoir beaucoup de camions et de véhicules. »— Une citation de  Cynthia Savard, de la Police provinciale de l’Ontario

Une chose est sûre, selon elle : Mis bout à bout, ça fait plusieurs kilomètres de camions.

En entrevue à Radio-Canada, cette policière recommande elle aussi fortement d’éviter de se rendre à Ottawa si ce n’est pas nécessaire. Ceux qui prendront tout de même la route devront s’armer de patience, prévient-elle : Ils risquent d’être coincés [dans un bouchon] pendant des heures.

Coordonnatrice des services communautaires de la région de l’Est pour la Police provinciale de l’OntarioPPO, Cynthia Savard prévient ceux qui s’aventureront quand même sur les routes : Assurez-vous d’avoir un réservoir d’essence plein et tout ce dont vous avez besoin pour survivre quelques heures dans votre voiture.

Par Radio Canada avec des informations de Benjamin Vachet