Posts Tagged ‘Campus’

Canada-Montréal: Retour à la normale sur le campus de McGill

septembre 14, 2021

 

De nombreux cours ont été annulés à McGill ce matin après qu’un colis suspect a été signalé sur le campus. L’incident s’est finalement révélé sans danger.

Après les vérifications effectuées par les membres du Groupe tactique d'intervention du SPVM, le colis s'est avéré sans danger.

© François Sauvé/Radio-Canada Après les vérifications effectuées par les membres du Groupe tactique d’intervention du SPVM, le colis s’est avéré sans danger.

Après les vérifications effectuées par les membres du Groupe tactique d’intervention du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM), le colis s’est avéré inoffensif.

Il s’agit d’une valise qui ne contenait rien», a précisé Véronique Comtois, porte-parole du SPVM.

Le Groupe tactique d'intervention du SPVM a été dépêché sur les lieux.

© François Sauvé/Radio-Canada Le Groupe tactique d’intervention du SPVM a été dépêché sur les lieux.

Le SPVM a reçu vers 7 h 30 un appel pour un colis suspect.

En conséquence, trois bâtiments du campus ont été évacués, soit Dawson Hall, le McCall MacBain Arts Building et le Leacock Building.

Avec CBC/Radio-Canada 

Canada-Québec: Place Fleur de Lys: le campus de l’UQTR ouvre ses portes

septembre 8, 2021

 

© Fournis par Québec Hebdo

Le campus de l’Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR) a été inauguré en compagnie des propriétaires de Trudel Alliance. L’occasion de dévoiler un bâtiment repensé et moderne. 

Niché à l’emplacement de l’ancien Sears, le campus de l’UQTR à Québec s’est doté d’espaces modernes et connectés. Aires ouvertes et lumineuses au design épuré signent l’installation d’une Université qui œuvre pour l’attrait et la rétention des étudiants dans un environnement d’apprentissage avant-gardiste.

Classe flexible 

Nouveauté, une classe à aménagement flexible et apprentissage actifs fait partie des locaux. «C’est une classe qui permet aux apprenants d’être des étudiants du XXIe siècle», affirme Christine Lavoie, psychoéducatrice et initiatrice du projet.

Et pour cause, la salle est dotée de sept écrans, de sofa, mais aussi d’un îlot central et d’une cuisine. «Il fallait décloisonner et se permettre d’aller ailleurs, explique-t-elle. C’est de là que nous est venue l’idée qu’il fallait un environnement plus confortable qui favorise les interactions et permet d’explorer les choses comme un laboratoire.»

«Les étudiants qui arrivent ont connu des classes flexibles, on prend les étudiants avec leurs besoins et les ceux du marché du travail ou la collaboration est mise de l’avant tout comme la versatilité des technologies.»

Christine Lavoie-Psychoéducatrice

Courant dans les écoles mais rare dans les universités, le choix de cet agencement est aussi directement relié à la discipline enseignée sur le campus. «L’idée en psychoéducation c’est la relation, c’est d’être avec les autres, d’avoir un vécu expérientiel et d’apprendre autour de ça et on ne pouvait pas vivre cela dans un environnement vétuste», détaille celle qui indique que le concept de cette classe est avant tout évolutif.

Réutilisation des bâtiments

Acquise en 2018 par William et Jonathan Trudel de Trudel Alliance la revitalisation de la Place Fleur de Lys se matérialise avec cette «pièce maîtresse», un campus intégré dans une structure totalement repensée. «Le campus est l’une des plus grosses opérations de recyclage d’immeubles au Québec et de développement durable, indique Jonathan Trudel, copropriétaire de la bâtisse. Plutôt que de déconstruire, nous avons récupéré, transformé et réaménagé pour en faire un lieu à la fine pointe de la technologie.»

Un total de 400 étudiants étaient attendus dans les nouveaux locaux pour leur rentrée scolaire.

Avec Marine Lobrieau

Canada: Rentrée en présentiel sur les campus confirmée au Québec

août 6, 2021

La ministre de l’Enseignement supérieur, Danielle McCann, a confirmé vendredi que les campus universitaires et collégiaux du Québec accueilleront les étudiants en présentiel cet automne.

La ministre de l'Enseignement supérieur, Danielle McCann, encourage les étudiants qui ne l'ont pas encore fait à prendre rendez-vous pour se faire vacciner (archives).

© Ryan Remiorz/La Presse canadienne La ministre de l’Enseignement supérieur, Danielle McCann, encourage les étudiants qui ne l’ont pas encore fait à prendre rendez-vous pour se faire vacciner (archives).

Cette annonce est rendue possible parce que 82 % – soit plus que la cible de 75 % – des étudiants ont soit reçu, soit pris rendez-vous pour recevoir, leurs deux doses de vaccin contre la COVID-19, explique la ministre en entrevue à RDI.

La distanciation physique et le port du masque ne seront plus requis en classe, mais des restrictions s’appliqueront toujours dans d’autres circonstances :

  • Une distance de deux mètres sera exigée dans les salles d’entraînement, entre les tables dans les aires de restauration et pour certaines activités comme les cours de chant».
  • Une distance d’un mètre dans les aires communes devrait idéalement être maintenue entre les étudiants, lorsque possible».
  • Le port du masque ne sera pas non plus requis à la bibliothèque ou lors d’un repas, mais il sera obligatoire dans toute autre situation».

Les activités parascolaires, y compris les activités sportives, seront permises dans l’ensemble des établissements», mais le gouvernement vise à ce que ces activités soient accessibles uniquement aux étudiantes et aux étudiants qui sont adéquatement vaccinés».

Plus de détails seront communiqués lorsque les modalités du passeport vaccinal seront dévoilées», peut-on lire dans le communiqué diffusé vendredi lors de l’annonce de la ministre.

Le premier ministre François Legault avait annoncé jeudi qu’un passeport vaccinal serait mis en place sous peu afin d’éviter un autre confinement.

Davantage de restrictions possibles dans certains établissements

Certains établissements où le risque épidémiologique est jugé plus grand» feront cependant l’objet de directives particulières», comme le port du masque en tout temps.

Ils vont pouvoir suivre leurs cours en présence, mais il y aura probablement des freins au niveau de certaines activités, comme les activités parascolaires, explique la ministre McCann.

Ce pourrait être le cas si la couverture vaccinale de leur population étudiante est insuffisante, explique la ministre McCann, mais ces établissements représentent une minorité» d’entre eux. À l’heure actuelle, c’est encore le cas pour six cégeps sur les 48 que compte la province, mais toutes les universités ont atteint les cibles. Les activités d’accueil et d’intégration, tout ce qu’on appelle initiations, ne pourront pas avoir lieu dans ces cégeps», dit-elle.

Les établissements qui ne rencontrent pas encore les cibles de vaccination :

  • Cégep de Sept-Îles
  • Cégep de Saint-Félicien
  • Collège Ahuntsic
  • Collège de Rosemont
  • Cégep André-Laurendeau
  • Cégep Marie-Victorin

On fait un appel particulier à ces étudiants d’aller se faire vacciner», lance la ministre. Elle s’est dite ouverte à mettre en place des cliniques de vaccination sur les campus, mais souligne que déjà, à ce moment-ci il y a quand même beaucoup de cliniques» mises en place dans la communauté.

Plus de mesures pourraient aussi être mises en place en fonction de l’évolution de la situation sanitaire de la région où se trouvent ces établissements. La situation sera suivie de façon hebdomadaire afin de lever les directives particulières dès que possible, indique le ministère de l’Enseignement supérieur.

Tous les établissements d’enseignement supérieur devront également avoir préparé un plan de repli prêt à être déployé au besoin».

La santé publique est en train d’évaluer les mesures à prendre en cas d’éclosion, mais c’est sûr que les étudiants qui sont pleinement vaccinés seraient probablement dans une situation différente que ceux qui ne le sont pas», selon la ministre.

En date de jeudi, 83,2 % des étudiants du collégial et 86,6 % des étudiants universitaires ont reçu au moins une dose de vaccin, selon le ministère.

Des deuxièmes doses ont aussi été données à 57,8 % des étudiants du niveau collégial et à 68,5 % de ceux du niveau universitaire. La ministre McCann encourage les étudiants qui ne l’ont pas encore fait à prendre rendez-vous pour se faire vacciner.

En juin, le gouvernement avait annoncé que la rentrée au primaire et au secondaire se ferait à visage découvert si 75 % des 12 à 17 ans étaient vaccinés. La quatrième vague et la progression du variant Delta pourraient cependant brouiller les cartes.

Avec  CBC/Radio-Canada 

Congo/Université Marien-Ngouabi : les étudiants évoquent les conditions de vie difficiles dans les campus

juillet 21, 2021

Lors d’un échange avec la ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche scientifique et de l’Innovation technologique, Edith Delphine Emmanuel, le 20 juillet à Brazzaville, les membres des comités de gestion des campus de l’Université Marien-Ngouabi ont fait état des problèmes auxquels ils sont confrontés afin que des solutions soient trouvées.

Les étudiants lors de l’échange avec la ministre en charge de l’Enseignement supérieur

Dans les cinq campus de l’Université Marien-Ngouabi, en effet, les étudiants sont confrontés quasiment aux mêmes problèmes : difficultés d’accès à l’eau potable, insuffisance d’éclairage dans les logements, insuffisance de literie, vétusté des sanitaires, insécurité, manque de matériel de salubrité… Ces manquements rendent la vie difficile aux étudiants résidant aux campus.

Répondant aux préoccupations des étudiants, la ministre Edith Delphine Emmanuel a assuré que le processus d’assainissement lancé, il y a quelques jours dans les campus, sera suivi de la réhabilitation voire de l’extension des résidences universitaires. Elle a exprimé l’engagement du gouvernement d’y améliorer les conditions de vie en mobilisant les moyens nécessaires en cette période de crise financière et sanitaire. A l’immédiat, la ministre a instruit ses collaborateurs à saisir les services d’hygiène pour procéder à la désinfection des campus.

La ministre et l’ambassadeur de Chine

Avant d’échanger avec les étudiants, Edith Delphine Emmanuel s’est entretenue avec l’ambassadeur de Chine, Mâ Fulin. Les deux personnalités ont passé en revue les différents axes de coopération entre le Congo et la Chine dans les domaines de l’enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de l’innovation technologique. Le diplomate chinois a aussi évoqué la participation du Congo à la huitième édition du Forum Chine-Afrique qui aura lieu prochainement à Dakar, au Sénégal.

Avec Adiac-Congo par Rominique Makaya

Canada-Québec: Un nouveau campus de l’UQTR à L’Assomption

avril 15, 2021

Un nouveau campus de l’Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR) s’installera à L’Assomption dès l’automne prochain. Ce sont trois programmes en sciences de l’éducation qui seront offerts dans le tout nouveau bâtiment situé au centre-ville.

Le bâtiment du nouveau campus de l’UQTR à L’Assomption.

© COURTOISIE Le bâtiment du nouveau campus de l’UQTR à L’Assomption.

Le baccalauréat en enseignement en adaptation scolaire et sociale, le certificat en éducation préscolaire et en enseignement primaire ainsi que le baccalauréat dans la dernière discipline, offert pour la première fois à L’Assomption, seront donnés à ce campus. Au total, il pourra accueillir 350 étudiants par année.

«La popularité de nos programmes en sciences de l’éducation à L’Assomption est indéniable et nous sommes très reconnaissants envers les étudiants qui choisissent l’UQTR chaque année pour entreprendre leurs études universitaires», de reconnaître le recteur de l’UQTR, Christian Blanchette via un communiqué.

L’instauration de ce nouveau campus a pu être réalisée, entre autres, grâce à l’aide financière de 50 000 $ de la MRC de L’Assomption ainsi que la collaboration de la Ville de L’Assomption et du Centre régional universitaire de Lanaudière (CRUL). «Par son dynamisme culturel, patrimonial et commercial, le centre-ville de L’Assomption offre un milieu de vie attrayant et propice à un parcours universitaire réussi. La bonne réputation de l’UQTR s’ajoute aux grands établissements d’enseignement de L’Assomption et confirme le caractère académique de notre ville», soutient le maire de L’Assomption, Sébastien Nadeau.

C’est donc le quatrième établissement de l’UQTR à recevoir le titre de campus après ceux situés à Trois-Rivières, Drummondville et Québec. Dans Lanaudière, à Terrebonne, à L’Assomption et à Joliette, une dizaine de programmes sont déjà offerts, tels que sciences comptables, sciences de la gestion, sciences infirmières et sciences de l’éducation.

«La mission du CRUL est de démocratiser l’accès aux études supérieures sur l’ensemble du territoire, de bonifier l’offre de programmes complets dans la région, de répondre aux besoins des organisations lanaudoises en adéquation avec les aspirations de nos étudiants et d’augmenter le taux de diplomation universitaire. La concrétisation de ce projet satisfait tous ces objectifs», émet le directeur général du CRUL, Pierre-Luc Bellerose.

Avec  Rosie St-André – Le Nouvelliste 

Coopération: l’Italie va construire des campus professionnels au Congo

décembre 8, 2020

La délégation italienne conduite par le Premier ministre honoraire, Massimo D’Alema,  a présenté aux syndicats patronaux congolais, le 7 décembre à Brazzaville, le projet de construction des  campus professionnels dans tous les départements du pays. 

Une vue des participants (Adiac)

Le projet de construction des campus professionnels  mobilisera un financement d’environ 250 millions d’euros. Piloté par le ministère de l’Enseignement technique, professionnel, de la Formation qualifiante et de l’Emploi, ce projet pourrait être effectif en juin prochain.

Massimo D’Alema a indiqué  qu’il  consiste à développer le Congo. « Les infrastructures sont plus importantes pour le développement d’un pays. L’enseignement professionnel peut contribuer à la formation des cadres de qualité dans les différents domaines où il y a une grande possibilité de coopération dans le domaine technique, de l’agriculture et bien d’autres », a-t-il déclaré.

Selon lui, l’Italie est en train d’étudier d’autres possibilités de coopération avec ses partenaires. Elle cherche des formules de financement à travers la participation des institutions financières internationales et privées ainsi que des gouvernements.  « L’Italie est prête à travailler avec le Congo sur un projet concret », a  laissé entendre le Premier ministre honoraire.

La présentation du projet a été faite aux syndicats patronaux en présence du ministre de l’Enseignement technique, professionnel,  de la Formation qualifiante et de l’Emploi, Antoine Thomas Nicéphore Fylla Saint- Eudes et le président de la  Chambre  de commerce de Brazzaville,  Paul Obambi.

Le ministre conglais a expliqué,  à cette occasion,  que ce projet résulte de l’ambition du chef de l’Etat à construire deux grands campus professionnels avec internat respectivement dans la partie Nord et Sud du pays. Ces infrastructures seront  chargées de la formation professionnelle et qualifiante.

Au niveau des départements, a-t-il poursuivi,  l’implantation des centres d’apprentissage professionnel tient compte des spécificités économiques et techniques. 

De son côté, le président de la Chambre de  commerce de Brazzaville a énuméré les differents  centres de formation nécessaires  pour faire le relai entre la formation professionnelle et  la chambre de commerce.

Au terme de la cérémonie, le président du collectif des opérateurs économiques du Congo, Josaphat-Roger Obesse, a relevé  l’importance des investisseurs dans un  pays. « La présentation du projet sur la construction des campus dans deux axes différents est une bonne chose. Mais ce qui nous intéresse est la participation des entreprises congolaises dans ce projet parce que nous voulons d’un partenariat gagnant-gagnant », a-t-il souligné.        

Avec Adiac-Congo par Lydie Gisèle Oko

Suède: un festival pour les femmes et les transgenres, mais fermé aux hommes

septembre 1, 2018

Seules les femmes et les personnes trans-genres sont admises au festival Statement de Göteborg, en Suède. / © / Frida WINTER

Seules les femmes et les personnes transgenres sont admises et les groupes sont exclusivement féminins: le festival de musique Statement a ouvert ses portes à Göteborg, un an après une série d’agressions sexuelles lors du plus important rassemblement musical de Suède.

« Ce festival était nécessaire en raison de tout ce qui s’est passé lors des festivals de l’année dernière », explique Matilda Hagerman, une étudiante de 27 ans, suscitant l’approbation de ses amies autour d’elle, rassemblées dans un bâtiment industriel du port de Göteborg, la deuxième ville de Suède.

Cette jeune femme aux longs cheveux roses et aux lèvres pourpres fait allusion aux quatre viols et 23 agressions sexuelles enregistrés en 2017 par la police lors du festival de Bravalla, le plus important de Suède, qui a été annulé cette année.

« Que penseriez-vous d’un festival génial où seules les non-hommes sont bienvenues jusqu’à ce que TOUS les hommes apprennent à bien se tenir », avait lancé alors sur Twitter la comédienne suédoise Emma Knyckare, la fondatrice du festival.

Des « milliers » de femmes sont attendues pour le rassemblement, selon une porte-parole, Rebecka Ljung, à l’AFP.

Des femmes bière à la main et souriantes évoluent dans le bâtiment. Les agents de sécurité et les journalistes de sexe masculin ne sont pas autorisés à entrer.

Deux scènes principales accueillent depuis vendredi soir pour deux jours des musiciennes pour l’essentiel suédoises. Des sièges roses sont disposés à l’extérieur pour faire de cet événement un lieu de convivialité différent des autres festivals.

La rappeuse suédpose Joy M’Batha se produit le 31 août 2018 lors du festival Statement réservé aux femmes et aux personnes transgenres. Photo TT News Agency / AFP / © TT News Agency/AFP / Frida WINTER

« Cet endroit est comme un lieu où l’on se sent en sécurité et où les femmes peuvent se retrouver simplement, s’amuser et faire la fête… notamment après les agressions survenues lors d’autres festivals », se félicite Julia Skonneby, une musicienne de 34 ans.

« C’est comme si une certaine tension s’était évanouie… Nous sommes ici pour faire ensemble une déclaration », confirme Hanna Gustavsson, une designer de 31 ans, en faisant un jeu de mots avec le nom anglais du festival, Statement.

Le festival a recueilli pour son lancement plus de 500.000 couronnes suédoises (47.000 euros) par le biais d’un financement participatif.

Les femmes transgenres, nées hommes, sont les bienvenues au festival, qui considère une personne transgenre comme une « personne qui ne s’identifie pas avec le sexe assigné à (sa) naissance ».

– Discrimination ? –

La Suède est l’un des pays du monde les plus respectueux en matière de respect de l’égalité des droits hommes/femmes.

Le festival Statement a recueilli pour son lancement quelque 47.000 euros par financement participatif. / © TT News Agency/AFP / Frida WINTER

A la suite de plusieurs plaintes, l’agence gouvernementale pour l’égalité a demandé cependant au festival Statement de préciser ce qu’il entendait par « cis men », les hommes se considérant des hommes et donc interdits de festival.

« Nous voulons nous assurer que le festival est compatible avec les lois » contre la discrimination, a indiqué à l’AFP le porte-parole de l’agence, Clas Lundstedt, promettant une réponse dans seulement quelques semaines.

Pour une participante au festival, l’interdiction des hommes est une bonne chose. « Je ne crois pas à la séparation complète (entre hommes et femmes), mais je pense qu’il est très important d’avoir spécialement aujourd’hui ce festival ».

Selon le Conseil suédois pour la prévention de la criminalité, 4,1% des femmes déclarent avoir été victimes de violences sexuelles contre 0,6% des hommes.

Emma Knyckare souligne devant l’AFP que la vague MeToo a mis au jour de « sérieux problèmes » en Suède, non seulement dans les festivals de musique mais aussi au sein de nombreuses institutions.

« On a l’impression que les hommes ont ouvert les yeux sur l’énormité du problème de la violence sexuelle ».

Romandie.com avec(©AFP / (01 septembre 2018 10h54)

États-Unis: une femme se suicide après avoir fait plusieurs blessés au siège de YouTube

avril 3, 2018

Des journalistes rassemblés derrière un cordon de police pendant la fusillade au siège de YouTube/Google à San Bruno, en Californie, le 3 avril 2018 / © AFP / Josh Edelson

Une femme ayant fait plusieurs blessés après avoir ouvert le feu mardi sur le campus de YouTube, près de San Francisco (Californie), s’est suicidée, a indiqué le chef de la police de San Bruno.

« Nous avons quatre victimes. Elles ont toutes été transportées à l’hôpital avec des blessures provoquées par une arme à feu. Nous avons une personne qui est décédée des blessures qu’elle s’est infligées. Et, à l’heure actuelle, nous pensons qu’il s’agit du tireur », a souligné le chef de la police Ed Barberini, au cours d’une très brève conférence de presse.

Il n’était pas clair dans l’immédiat si l’auteure des coups de feu faisait partie des victimes comptabilisées par le chef de la police.

Les femmes sont très rarement les auteurs des très nombreuses fusillades qui ont lieu chaque année aux Etats-Unis.

– Une cible en particulier –

D’après un témoin indirect de la scène cité par CNN, « une femme a fait irruption au moment du déjeuner et semblait tirer sur une personne en particulier ».

La police a reçu les premiers appels sur le numéro d’urgences 911 à 12H46 locales (19H46 GMT).

D’autres témoignages sur Twitter ont semblé confirmer que l’auteure des tirs se serait ensuite suicidée.

L’attaque semble s’être produite dans « une cour intérieure » où les employés déjeunent habituellement.

Le président Donald Trump a indiqué sur Twitter avoir été tenu informé des événements.

« Nos pensées et nos prières sont avec toutes les personnes impliquées », a-t-il écrit. « Merci à nos phénoménaux officiers des forces de l’ordre et aux secouristes qui sont actuellement sur place ».

Une employée de YouTube, qui a souhaité garder l’anonymat, a indiqué également sur CNN qu’elle se trouvait « en vidéo conférence » lorsque l’attaque est survenue.

Elle a évoqué des gens qui « se sont soudainement mis à courir et à crier », ajoutant que les personnes présentes sur le campus se sont efforcées de quitter le bâtiment le plus vite possible.

« Il y a plein de sorties. Donc plein de personnes ont pu sortir », a-t-elle encore ajouté.

Les images diffusées par les télévisions américaines montraient des employés sortant les mains sur la tête pour être ensuite fouillés au corps par des policiers. De nombreuses voitures de police et de pompiers circulaient autour du campus, qui se trouve au sud de San Francisco.

Le débat sur les armes à feu aux Etats-Unis divise l’opinion publique, notamment après la tuerie commise dans un lycée de Parkland, en Floride, le 14 février qui a fait 17 morts.

Plus de 1,5 million de personnes ont participé le 24 mars aux Etats-Unis à la « March for our lives » demandant un plus grand contrôle des armes à feu. Ces rassemblements sont les plus importants du pays en au moins deux décennies.

Romandie.com avec(©AFP / 04 avril 2018 00h09)                

Un étudiant abat ses parents sur le campus d’une université américaine

mars 3, 2018

Chicago – Un étudiant de 19 ans a abattu ses parents vendredi matin sur le campus de l’université de Central Michigan dans le nord des Etats-Unis, avant d’être finalement arrêté dans la soirée, a annoncé l’université.

La police avait commencé par faire état dans la matinée de coups de feu tirés dans le bâtiment « Campbell Hall » de cette université située dans la ville de Mount Pleasant, entre Chicago et Detroit.

L’université a ensuite identifié les victimes comme étant les parents du suspect, James Eric Davis. Ils résidaient dans la banlieue de Chicago.

« Les personnes décédées ne sont pas des étudiants », avait précisé dans un premier temps Central Michigan University dans un communiqué, indiquant que la police estimait que les faits pouvaient avoir « pour origine une situation familiale ».

La nuit précédant la fusillade, le suspect avait été conduit à l’hôpital après « une overdose ou une mauvaise réaction après une prise de drogues », a expliqué le porte-parole de la police du campus lors d’une conférence de presse.

Les lieux ont été placés en confinement pendant plusieurs heures, pendant que la police cherchait le jeune homme de 19 ans, qui a finalement été repéré et arrêté sans incident dans la soirée. Quelque 18.000 étudiants fréquentent le campus principal de Central Michigan University.

On ignorait dans un premier temps comment l’étudiant s’était procuré l’arme qu’il a utilisée. La législation du Michigan permet d’avoir une arme sur soi à condition qu’elle ne soit pas visible, mais l’Université interdisait tout port d’arme sur son campus.

Les fusillades sont fréquentes aux Etats-Unis, où il y a autant d’armes à feu en circulation que d’habitants.

Le débat sur la législation entourant le droit constitutionnel d’être armé dans ce pays a été relancé par les jeunes rescapés de la tuerie ayant coûté la vie à 17 personnes le 14 février dans le lycée Marjory Stoneman Douglas en Floride.

Ce dernier massacre s’est ajouté à la longue liste des fusillades survenues en milieu scolaire, après notamment celle de Newtown où ont péri 26 personnes dans une école primaire en 2012, ou celle de Virginia Tech sur le campus d’une université de l’est du pays, qui avait fait 32 morts en 2007.

Romandie.com avec(©AFP / 03 mars 2018 07h40)                                            

Inde: le dalit Ram MNath Kovind élu président

juillet 20, 2017

Le dalit Ram Nath Kovind (g), vainqueur de l’élection présidentielle en Inde, à New Delhi le 20 juillet 2017 / © AFP/Archives / PRAKASH SINGH

Le dalit Ram Nath Kovind, candidat du Premier ministre Narendra Modi, a été proclamé jeudi vainqueur de l’élection présidentielle en Inde, devenant ainsi le deuxième président du pays issu de ce groupe défavorisé.

Issu des rangs de la communauté socialement et économiquement marginalisée des dalits (autrefois appelés « intouchables ») car considérée comme au bas de l’échelle des castes, M. Kovind a été largement élu à ce poste principalement honorifique avec 65% des voix du collège électoral, a annoncé la commission électorale.

La victoire de cet ancien avocat de 71 ans était largement attendue en raison du poids du Bharatiya Janata Party (BJP, au pouvoir à New Delhi) et de ses alliés dans le collège électoral, composé des parlementaires des assemblées nationales et régionales d’Inde.

Cette élection renforce la mainmise du dirigeant nationaliste hindou Narendra Modi sur le pouvoir. Elle pourrait également lui permettre de marquer des points au sein des 200 millions de dalits en vue des législatives de 2019, où il devrait concourir pour un second mandat.

« Félicitations à Shri Ram Nath Govind Ji d’avoir été élu président d’Inde ! Meilleurs vœux pour un mandat fécond et inspirant », a tweeté le Premier ministre à l’annonce des résultats.

Les hautes castes constituent traditionnellement l’assise électorale du BJP, mais les nationaliste hindous courtisent les votes de la communauté dalit pour élargir leur base.

Si la Constitution de l’Inde indépendante a officiellement aboli la discrimination de caste, elle reste dans les faits une réalité. Les dalits sont souvent cantonnés à des métiers ingrats, car jugés « impurs », comme le nettoyage d’excréments ou la prise en charge de cadavres d’animaux.

Ram Nath Govind est le deuxième président dalit d’Inde, après K R Narayanan, qui avait occupé cette fonction entre 1997 et 2002.

Dans sa première prise de parole après son élection, le président-élu s’est posé en représentant des couches les plus modestes de la société, en faisant de son histoire personnelle un outil de narration politique.

« Il pleut sur Delhi depuis ce matin, et cela me rappelle mon enfance dans la maison de mon village ancestral, où moi et mes frères et sœurs nous plaquions contre les murs pour éviter l’eau qui fuyait par le toit », a-t-il raconté.

Romandie.com avec(©AFP / 20 juillet 2017 15h22)