Posts Tagged ‘Canadien’

Chine: le Canadien Michael Spavor cité à procès pour avoir volé des secrets d’État

mars 19, 2021

DANDONG, Chine — En Chine, les audiences ont débuté vendredi au procès de l’un des deux Canadiens arrêtés en décembre 2018 quelques jours après que le Canada ait arrêté à Vancouver, à la demande des États-Unis, une dirigeante de la multinationale chinoise Huawei.

 

© Fournis par La Presse Canadienne

Michael Spavor, un entrepreneur ayant fait des affaires avec la Corée du Nord, est accusé par la Chine d’avoir volé des secrets d’État et de les avoir envoyés à l’étranger. 

L’accès à son procès a été refusé aux représentants consulaires canadiens.  

Le chef de mission adjoint à l’ambassade du Canada à Pékin, Jim Nickel, a déclaré que l’avocat de M. Spavor lui avait dit que la première audience avait duré deux heures et qu’elle avait pris fin vers midi vendredi, heure locale, dans un tribunal de Dandong, une ville située dans le nord-est de la Chine, à la frontière avec la Corée du Nord.  

Dans un communiqué, le tribunal a fait savoir que le verdict serait communiqué à une date qui respectera la loi chinoise.  

Une audience judiciaire au procès de l’autre Canadien détenu, l’ancien diplomate Michael Kovrig, doit avoir lieu lundi prochain.   

Jim Nickel a déclaré que le Canada espérait toujours que Michael Spavor et Michael Kovrig puissent être remis en liberté grâce à des efforts concertés avec les États-Unis. Le secrétaire d’État Antony Blinken et le conseiller en sécurité nationale Jake Sullivan ont des entretiens en Alaska avec des dirigeants de la diplomatie chinoise.  

Un porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Zhao Lijian, a assuré jeudi que les deux Canadiens seraient jugés selon la loi et que leurs droits seraient respectés. Le Canada croit plutôt que leur détention est arbitraire et il accuse la Chine de manque de transparence.

Avec La Presse Canadienne

Chine: 2e Canadien condamné à mort en deux jours pour une affaire de drogue

août 7, 2020

 

© Fournis par La Presse canadienne
 
PÉKIN, Chine — Pour la deuxième fois cette semaine et la quatrième fois en moins de deux ans, un citoyen canadien est condamné à la peine de mort en Chine.

Vendredi, dans la province du Guangdong, le tribunal municipal intermédiaire de Foshan a condamné à mort Ye Jianhui pour avoir fabriqué et assuré le transport de stupéfiants.

Vingt-quatre heures plus tôt, le tribunal municipal intermédiaire de Guangzhou avait condamné à la peine capitale un autre citoyen du Canada, Xu Weihong, lui aussi pour le rôle qu’il a joué dans une affaire de drogue.

À l’instar de la peine de Xu Weihong, celle de Ye Jianhui sera automatiquement soumise au plus haut tribunal du pays pour révision.

L’un de ses complices présumés a aussi été condamné à mort alors que quatre autres devront purger des peines de détention allant de sept ans à la perpétuité.

Jeudi, le gouvernement canadien s’est dit profondément préoccupé par le sort réservé à Xu Weihong. Un porte-parole d’Affaires mondiales Canada, John Babcock, a déclaré que le Canada s’opposait à la peine de mort en toutes circonstances et a demandé la clémence.

En après-midi, un comité de la Chambre des communes s’est réuni pour examiner les relations du Canada avec la Chine, qui se sont détériorées depuis l’arrestation de Meng Wanzhou, une dirigeante du géant chinois des télécommunications Huawei, en 2018 à Vancouver, en vertu d’un mandat d’extradition américain.

Deux autres Canadiens ont été condamnés à mort en Chine depuis moins de deux ans: Robert Schellenberg et Fan Wei, pour trafic de stupéfiants dans les deux cas.

Avec La Presse canadienne

 

Un Canadien force la mise en quarantaine de 1500 personnes en Égypte

mars 8, 2020

 

Le nombre de personnes infectées en Egypte est passé de 3 à 15 depuis vendredi, après la découverte de 12 nouveaux cas à bord d’un navire de croisière sur le Nil.
© -/Getty Images Le nombre de personnes infectées en Egypte est passé de 3 à 15 depuis vendredi, après la découverte de 12 nouveaux cas à bord d’un navire de croisière sur le Nil.
Les autorités égyptiennes ont pris les grands moyens pour éviter la propagation du coronavirus après la découverte d’un cas positif de COVID-19 chez un Canadien de 54 ans, originaire de l’Alberta.

Il s’agit d’un expert pétrolier qui travaille pour l’une des plus grandes compagnies opérant dans le désert oriental, non loin de la frontière libyenne.

Le Canadien – que nous omettons d’identifier pour des raisons de confidentialité – est arrivé en Égypte à la fin du mois de février, en provenance du Canada, après un transit de quatre heures dans une capitale européenne.

Ce n’est que neuf jours après son arrivée en Egypte que les symptômes, qu’il croyait liés à une grippe, se sont aggravés, le poussant à consulter un médecin sur son lieu de travail.

Une fois son infection confirmée, il a été transporté dans une ambulance auto-désinfectante à l’hôpital Al-Naguila, à Marsa Matrouh, une localité au bord de la Méditerranée, à deux heures de route du champs gazier où il travaille et réside.

C’est cet hôpital que les autorités ont désigné pour soigner toutes les personnes atteintes du coronavirus sur son sol.

Selon un porte-parole du ministère de la Santé, l’homme de 54 ans se trouve « dans un état stable ».

Des employés aéroportuaires prennent la température des voyageurs qui arrivent au Caire.

© /Getty Images Des employés aéroportuaires prennent la température des voyageurs qui arrivent au Caire.
1500 personnes confinées
Les autorités ont également affirmé avoir mis en quarantaine 1500 personnes ayant été en contact avec lui, dont un chauffeur, des employés de maison, mais surtout des collègues qui l’ont côtoyé depuis son arrivée, ainsi que des voisins. Il doivent rester isolés pendant une quinzaine de jours dans trois centres différents, mis sur pied sur leur lieu de travail, dans le désert oriental.
1427 autres personnes, ayant « possiblement » été en contact avec le Canadien hospitalisé, sont quant à elles confinées à domicile avec une surveillance quotidienne. L’homme infecté aurait, depuis son arrivée, visité quatre champs pétroliers et gaziers sur les 500 qu’exploite la compagnie dans la région.

Une équipe de trente médecins et infirmiers, ainsi que six ambulances, dont trois auto-désinfectantes, ont été mis à leur disposition, selon le ministère de la Santé.

Nader Saad, un porte-parole du gouvernement, a par ailleurs assuré que sept personnes ayant été en contact direct avec le Canadien ne sont pas infectées, selon les résultats de leur test. Il assure toutefois qu’ils resteront en quarantaine pendant une quinzaine de jours avec les 1500 autres personnes « par mesures de précaution ».

Jointe par téléphone en Alberta, l’épouse du Canadien infecté n’a pas voulu donner de commentaires aux médias. Elle confirme toutefois que son mari se trouve présentement en Égypte.

Dans un message envoyé à Radio-Canada par courriel, Krystyna Dodds, porte-parole d’Affaires mondiales Canada assure qu’Ottawa est « au courant du cas confirmé de COVID-19 d’un citoyen canadien en Égypte ».

Miser sur la « transparence »

Les autorités égyptiennes ont essuyé des critiques au début de la crise du coronavirus en raison du manque de transparence dans leurs communications. Les responsables démentaient la présence de cas confirmés dans ce pays de 100 millions d’habitants, alors que plusieurs personnes infectées ayant séjourné en Égypte ont été recensées en France, au Canada et aux États-Unis, entre autres.

Au Canada, les trois derniers cas confirmés concernent des voyageurs arrivés d’Égypte.

En réponse aux critiques, M. Saad a affirmé que son gouvernement travaille en étroite collaboration avec l’Organisation mondiale de la Santé et qu’il mise sur la transparence pour ne pas donner la fausse impression qu’on ne travaille pas. Des campagnes de sensibilisation pour guider les Égyptiens et leur fournir les informations nécessaires se sont multipliées et plus de 1800 tests ont été effectués jusque-là, selon lui.

Dimanche dernier, l’Egypte a illuminé trois célèbres sites historiques en signe de solidarité avec la Chine.

© /Getty Images Dimanche dernier, l’Egypte a illuminé trois célèbres sites historiques en signe de solidarité avec la Chine.
Samedi, les autorités égyptiennes ont confirmé la découverte de 33 nouveaux cas de COVID-19, portant le nombre total à 48. Les nouveaux cas sont des employés à bord d’un navire de croisière sur le Nil, très populaire auprès des touristes. 150 passagers, dont les nationalités n’ont pas été révélées, sont présentement en quarantaine à bord du navire.

Début février, l’Égypte avait suspendu certaines de ses liaisons avec la Chine et rapatrié environ 300 de ses ressortissants de la ville de Wuhan, foyer du virus. Début mars, la ministre égyptienne de la Santé, Hala Zayed, s’est rendue à Pékin pour témoigner de la « solidarité » de l’Égypte avec la Chine, où est apparue l’épidémie en décembre 2019

Avec Radio-canada par Rania Massoud

Damian Warner réalise le 100 m le plus rapide de l’histoire du décathlon

mai 26, 2019

 

© Jason O’Brien
 

Le Canadien Damian Warner a pulvérisé samedi le record mondial sur 100 m pour un décathlonien, à l’Hypo Meeting de Gotzis, en Autriche.

Warner a couru la distance en 10,12 secondes, avec un facteur vent de +0,9  m/s. C’est aussi lui qui détenait le précédent record (10,15 s) depuis 2017.

À titre comparatif, le sprinteur canadien Andre De Grasse a réalisé plus tôt cette semaine son meilleur chrono en deux ans sur 100 m, en 10,09 s (+0,2 m/s).

Chez les spécialistes du 100 m, le record (9,58 s) est toujours détenu par le Jamaïcain Usain Bolt depuis les Championnats du monde de Berlin en 2009.

Il mène au classement après la première journée de compétition avec 4596 points. L’événement prend fin dimanche.

L’Ontarien de 29 ans a remporté les trois dernières éditions de l’Hypo-Meeting, en plus de gagner celle de 2013.

Warner avait récolté la médaille de bronze du décathlon aux Jeux olympiques de Rio en 2016.

CBC/Radio-Canada

Mystérieuse perte d’ouïe chez un diplomate canadien en poste à Cuba

août 11, 2017
Mystérieuse perte d’ouïe chez un diplomate canadien en poste à Cuba
© Fournis par Radio Canada Mystérieuse perte d’ouïe chez un diplomate canadien en poste à Cuba
Au moins un diplomate canadien en mission à Cuba a dû être soigné pour une perte d’ouïe, a reconnu le gouvernement fédéral, jeudi.

Des diplomates américains en poste à La Havane auraient souffert des mêmes problèmes qui seraient attribuables, selon les autorités, à un dispositif acoustique sophistiqué.

Les autorités canadiennes « sont au courant des symptômes inhabituels affectant le personnel diplomatique canadien et américain et leur famille à La Havane », a déclaré une porte-parole d’Affaires mondiales Canada, Brianne Maxwell.

Le gouvernement canadien affirme qu’il « travaille avec les autorités américaines et cubaines pour en déterminer les causes. »

Pas de crainte pour les touristes

Les autorités estiment qu’il n’y a aucune raison de croire que les touristes canadiens ou d’autres pays pourraient être affectés par ce problème, a ajouté Mme Maxwell.

L’automne dernier, plusieurs diplomates américains en poste à Cuba avaient souffert d’une perte d’ouïe, selon des sources proches de l’enquête.

Plusieurs d’entre eux venaient d’arriver à l’ambassade des États-Unis, qui avait rouvert ses portes en 2015, lorsque l’ancien président Barack Obama avait rétabli les relations diplomatiques entre les États-Unis et Cuba.

Certains diplomates ont dû écourter leur séjour à La Havane et retourner aux États-Unis, ont indiqué d’autres sources. Les autorités auraient conclu que ces diplomates avaient subi les effets d’une arme acoustique dont les fréquences seraient hors de la portée de l’oreille humaine et qui aurait été déployée à l’intérieur ou à l’extérieur de leur résidence.

On ignore s’il se serait agi d’une attaque délibérée ou des effets secondaires d’un dispositif ayant un autre objectif.

Diplomates cubains expulsés des États-Unis

Une porte-parole du département d’État américain, Heather Nauert, a indiqué que les États-Unis avaient expulsé deux diplomates cubains en représailles, le 23 mai.

Elle n’a pas révélé le nombre de diplomates américains affectés par ce problème ni confirmé qu’ils souffraient de perte d’ouïe, se contentant de dire qu’ils ressentaient « une variété de symptômes ».

Le ministère cubain des Affaires étrangères indique avoir été informé de ce problème le 17 février. Il assure avoir lancé une « enquête exhaustive, prioritaire et urgente à la demande des représentants du plus haut niveau du gouvernement cubain ».

Selon le ministère, la décision d’expulser ses deux diplomates était « injustifiée et infondée ».

Radio-canada.ca

Un otage canadien exécuté par ses ravisseurs aux Philippines

avril 25, 2016

Ottawa – Le Canadien John Ridsdel, enlevé en septembre aux Philippines, a été exécuté par ses ravisseurs, le groupe islamiste Abu Sayyaf, a annoncé lundi le Premier ministre Justin Trudeau en se déclarant outré.

La responsabilité de ce meurtre commis de sang froid revient entièrement au groupe terroriste qui a pris la victime en otage, a-t-il déploré lors d’une brève déclaration télévisée.

Un autre Canadien, Robert Hall, enlevé avec M. Ridsdel le 21 septembre dernier en compagnie de sa conjointe philippine dans la marina d’un complexe hôtelier, est toujours détenu et des efforts pour sa libération sont en cours, a précisé M. Trudeau.

Le Canada condamne sans réserve la brutalité des ravisseurs du groupe Abu Sayyaf, a ajouté le chef du gouvernement canadien.

Plus tôt dans la journée, la police philippine avait indiqué avoir retrouvé la tête décapitée d’un étranger sur l’île de Jolo (1.000 km au sud de Manille), quelques heures après l’expiration d’un ultimatum fixé par Abu Sayyaf.

En mars, MM. Hall et Ridsdel étaient apparus émaciés sur une vidéo diffusée par le groupe jihadiste, aux côtés d’un Norvégien, Kjartan Sekkingstad, enlevé en même temps qu’eux. Ils déclaraient qu’ils seraient exécutés si une rançon de plusieurs millions d’euros n’était pas versée.

Dans une vidéo précédente, les ravisseurs exigeaient un milliard de pesos (20 millions d’euros) pour chacun des trois otages étrangers.

Le groupe Abu Sayyaf a prêté allégeance à l’organisation extrémiste sunnite Etat islamique qui contrôle des pans de territoire en Irak et en Syrie.

Romandie.com avec(©AFP / 25 avril 2016 20h43)

Osange Silou-Kieffer et Reporters sans frontières à Abidjan pour le huitième anniversaire de l’enlèvement de Guy-André Kieffer

avril 12, 2012

Osange Silou-Kieffer, épouse de Guy-André Kieffer (GAK), et Reporters sans frontières se rendront à Abidjan du 13 au 17 avril 2012 pour marquer le huitième anniversaire de l`enlèvement du journaliste franco-canadien, survenu le 16 avril 2004, dans la capitale économique ivoirienne.
« Je pars à Abidjan pour m`entretenir avec les nouvelles autorités politiques et judiciaires ivoiriennes. Où en est-on aujourd`hui? A-t-on avancé dans la recherche de la vérité? Il s`agit aussi pour moi de manifester ma solidarité avec le peuple ivoirien qui a beaucoup souffert des déchirements de ces dernières années », a déclaré Osange Silou-Kieffer, qui revient pour la première fois en Côte d`Ivoire depuis 2004.
Reporters sans frontières, qui rappelle que l’organisation s’est constituée partie civile dans ce dossier, immédiatement après la plainte déposée par la famille, en 2004, a ajouté : « Depuis huit ans que nous luttons, aux côtés de la famille, contre l`oubli et l`impunité dans cette affaire, nous ne pouvions manquer d`accompagner Osange dans ce voyage. Sa présence à Abidjan envoie un signal fort : personne ne baisse les bras, notre espoir de savoir un jour ce qu`il s`est passé est intact ».
Deux événements sont prévus le 16 avril 2012 :
– A Abidjan, à 13 heures (heure locale), Osange Silou-Kieffer se rendra sur le lieu où son mari a été enlevé : le parking du supermarché Prima, dans le quartier de Marcory zone 4. Elle convie tous les journalistes et les personnes qui suivent l`affaire GAK à l`accompagner dans ce moment de recueillement et à venir rendre hommage à Guy-André. Les membres du collectif ivoirien Vérité pour Guy-André Kieffer seront également présents.
– A Paris, à 18 heures 30, Canelle Kieffer, la fille du journaliste, invite à un rassemblement pacifique et festif devant la fontaine Saint-Michel, dans le 5e arrondissement.
A partir du 14 avril et pendant la durée de leur mission en Côte d`Ivoire, Osange Silou-Kieffer pourra être jointe au +225 09 81 03 14 et Ambroise Pierre, responsable du Bureau Afrique de Reporters sans frontières, au +225 07 49 52 57.

Reporters sans frontières

Côte d’Ivoire : l’avocat de Simone Gbagbo détenu depuis huit jours

avril 7, 2012

Rodrigue Dadjé, avocat de l’ex-Première dame ivoirienne Simone  Gbagbo,  est détenu depuis huit jours à Abidjan par la police, ont indiqué des   avocats, qui ont raconté avoir tenté vendredi sans succès de le  rencontrer.

Me Dadjé « a été arrêté le 29 mars à son arrivée à l’aéroport d’Abidjan », à  son retour en Côte d’Ivoire dont il était absent depuis des mois, et il  est depuis lors en « garde à vue » à la Direction de la surveillance du territoire  (DST), a affirmé à l’AFP Me Zinda Sawadogo.
Vendredi, « entre 30 et 40  avocats » voulant assurer sa défense se sont rendus à la DST pour le rencontrer  mais « on ne nous a pas laissés le voir », a-t-il rapporté. Après un long  « dialogue de sourds », « on nous a promis que nous pourrions le rencontrer mardi »,  a-t-il ajouté.
« Nous ne savons absolument pas ce qui lui est reproché », a  insisté Me Sawadogo. « S’il n’y a aucune charge qui pèse sur lui, il n’y a aucune  raison qu`il soit détenu depuis huit jours », a estimé Me Kouamé Klemet, un autre  avocat ayant fait le déplacement.

Un avocat médiatique
Il n’avait pas été possible  vendredi soir d’obtenir une réaction du ministère de l’Intérieur.
Rodrigue Dadjé a été le bouillant et médiatique avocat de Simone Gbagbo dans  l’affaire de la disparition du journaliste franco-canadien Guy-André Kieffer en  2004 à Abidjan.
Mme Gbagbo est incarcérée à Odienné (nord ivoirien), pour  atteinte à la sûreté de l’Etat notamment, depuis la fin en avril 2011 de la  crise née du refus de l’ex-président Laurent Gbagbo de reconnaître sa défaite à  l’élection de novembre 2010.
Arrêté aussi en avril 2011, M. Gbagbo est  détenu depuis novembre à La Haye par la Cour pénale internationale (CPI), qui le  soupçonne de crimes contre l`humanité commis par ses forces durant la crise, qui  a fait quelque 3.000 morts.

Jeuneafrique.comavec AFP

Prix Nobel – Le lauréat canadien du Nobel de médecine décédé

octobre 3, 2011

Le prix Nobel de médecine 2011 a été décerné au Canadien d’origine Ralph Steinman, à l’Américain Bruce Beutler et au chercheur français Jules Hoffmann, a annoncé lundi le comité Nobel.

Quelques heures après l’annonce, le comité Nobel de Médecine a appris que M. Steinman est décédé vendredi dernier.

« Nous venons d’apprendre le décès de M. Steinman de la Rockefeller University », a indiqué lundi matin à Radio-Canada le secrétaire du comité Nobel de médecine, Göran Hansson.

Le décès de M. Stein avant la remise de son prix crée une situation inusitée pour le comité, du fait que le prix ne peut pas être remis à titre posthume, sauf si le décès survient après l’annonce. Ce fut le cas en 1996, lorsque William Vickrey est mort quelques jours seulement après l’annonce du prix en économie.

Avant cette règle, mise en place en 1974, le prix Nobel n’a été attribué à titre posthume qu’à deux reprises : en 1961 à Dag Hammarskjöld (Nobel de la paix) et en 1931 à Erik Axel Karlfeldt (prix Nobel de littérature).

M. Hansson a toutefois souligné qu’il était trop tôt pour commenter.

La Rockefeller University, à New York, a précisé que M. Steinman est décédé vendredi d’un cancer du pancréas, après 4 ans de combat contre la maladie.

Progrès dans la compréhension du système immunitaire
Les trois hommes sont récompensés pour leurs travaux sur le système immunitaire.

« MM. Beutler et Hoffmann se partagent une moitié du prix [ de 1,5 million $ ] pour leurs travaux sur le système immunitaire inné. M. Steinman est récompensé pour ses travaux dans le système immunitaire adaptif », précise le comité Nobel.

Leurs travaux ont ouvert la voie à la prévention et au traitement d’infections, de cancers et d’inflammations. Ils ont joué un rôle majeur dans le développement de vaccins plus efficaces contre des maladies infectieuses.

Né à Montréal, Ralph Steinman est diplômé de l’Université McGill et de Harvard. Il a fait carrière aux États-Unis, à la Rockefeller University.

La semaine des Nobel
Le prix Nobel de médecine est le premier à être remis. Suivront ceux de physique, de chimie, de littérature et de la paix, ainsi que le prix de la Banque de Suède en sciences économiques en mémoire d’Alfred Nobel, généralement appelé prix Nobel d’économie. Les prix seront remis lors d’une cérémonie le 10 décembre à Stockholm.

Radio-Canada.ca avec AFP et Reuters