Posts Tagged ‘Candidature’

Côte d’Ivoire: Alassane Ouattara candidat à la présidentielle du 31 octobre

août 6, 2020

Alassane Ouattara, au palais présidentiel le 29 mai 2020.

Alassane Ouattara, au palais présidentiel le 29 mai 2020. © DR / Présidence de la République ivoirienne.

 

Dans un discours à la nation prononcé ce jeudi, le chef de l’État ivoirien a officialisé son intention de briguer un troisième mandat.

Alassane Ouattara a finalement choisi les célébrations du soixantième anniversaire de l’indépendance de son pays pour se déclarer. « Je suis candidat à l’élection présidentielle d’octobre 2020 », a annoncé le chef de l’État ivoirien, ce 6 août, lors de son traditionnel discours à la nation. Pour l’occasion, le Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP) avait mobilisé ses militants dans différents endroits d’Abidjan.

Lors de ce discours de 25 minutes, ADO a justifié sa décision de revenir sur son choix initial de ne pas briguer un troisième mandat. « J’avais fait part, le 5 mars dernier, à toute la nation de ma volonté de ne pas faire acte de candidature et de passer la main à une nouvelle génération. J’avais commencé à organiser mon départ, planifier ma vie après la présidence, relancer les activités de ma fondation », a-t-il rappelé.

Cas de force majeur

Mais, a expliqué Alassane Ouattara, le décès soudain le 8 juillet d’Amadou Gon Coulibaly, candidat et dauphin désigné, a tout changé. « Face à ce cas de force majeur, j’ai décidé de répondre favorablement à l’appel de mes concitoyens. Cette décision, mûrement réfléchie, est un devoir que j’accepte dans l’intérêt supérieur de la nation », a-t-il précisé, présentant même ce choix comme « un sacrifice ».

Pour justifier son choix, ADO s’est érigé en garant de la paix et de la sécurité

Écartant tout possible report de la présidentielle – « Il est impératif que l’échéance électorale soit respectée » -, ADO a évoqué « le calendrier serré » et s’est érigé en garant de la paix et de la sécurité pour justifier ce choix controversé.

Cette annonce est loin d’être une surprise, tant elle se dessinait depuis les obsèques d’Amadou Gon Coulibaly à Korhogo, le 17 juillet. Des appels pour réclamer sa candidature ont été suscités, alors que des démarches pour obtenir les parrainages citoyens – désormais nécessaires pour se présenter à la magistrature suprême – étaient entamées.

Plusieurs délégations de rois et de chefs traditionnels ont aussi défilé au domicile d’Alassane Ouattara, dans le quartier de la Riviera Golf, à Abidjan. Le 1er août, le président y a reçu les anciens chefs de guerre de la rébellion qui l’a porté au pouvoir en 2011, leur annonçant sa volonté de briguer un troisième mandat.

Pour les caciques du RHDP, la candidature d’Alassane Ouattara était la seule capable de maintenir l’unité au sein du parti au pouvoir. La seule capable de lui permettre de demeurer aux affaires. La mort d’Amadou Gon Coulibaly a réveillé les appétits et relancé les guerres d’égo.

Réconciliation

Lors de son discours, ADO a annoncé vouloir renforcer ses actions en faveur de la réconciliation. Mais, alors que plusieurs observateurs imaginaient des mesures d’apaisement envers Guillaume Soro, dont plusieurs partisans sont emprisonnés depuis la fin de l’année 2019, le chef de l’État a seulement accordé une grâce collective à quelque 2 000 personnes condamnées pour des infractions mineures.

Alassane Ouattara n’a pas non plus évoqué le cas de Laurent Gbagbo. L’ancien président cherche en effet à regagner la Côte d’Ivoire dans l’attente de la fin de la procédure qui le vise devant la Cour pénale internationale (CPI), mais ses démarches pour obtenir un nouveau passeport sont pour le moment restées lettres mortes.

Jeudi, dans la matinée, des dizaines de jeunes dénonçant le retrait du nom de Laurent Gbagbo de la liste électorale ont manifesté devant la Commission électorale indépendante (CEI). Les manifestants ont brûlé des pneus, la police a fait usage de gaz lacrymogènes et le calme est revenu à la mi-journée. Une dizaine de personnes ont été interpellées. Des incidents qui, selon de nombreux observateurs, risquent de se multiplier d’ici à l’élection, dont le premier tour est prévu le 31 octobre.

Si le chef de l’État et ses partisans estiment que le changement de Constitution en 2016, après sa réélection, lui donne légalement le droit de se présenter, l’opposition soutient que la limite de deux mandats demeure et entend contester bruyamment sa candidature.

Avec Jeune Afrique par Vincent Duhem

Côte d’Ivoire: Pascal Affi N’Guessan candidat des « rénovateurs » du FPI

août 2, 2020

Pascal Affi N'Guessan, à Abidjan en mars 2016 (archives).

Pascal Affi N’Guessan, à Abidjan en mars 2016 (archives). © Corentin Fohlen/ Divergence pour JA

 

Pascal Affi N’Guessan s’est déclaré candidat à la présidentielle prévue en octobre prochain. L’ancien proche de Laurent Gbagbo s’est prononcé samedi, à l’issue d’un congrès de la branche du FPI qu’il dirige.

« Je suis candidat pour gagner et nous allons gagner parce que le RHDP (Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix, le parti au pouvoir) a échoué, est exténué, obligé d’appeler ADO (le président Alassane Dramane Ouattara) au secours », a déclaré Pascal Affi N’Guessan, à l’issue d’un congrès extraordinaire d’une branche du Front populaire ivoirien (FPI).

« Rénovateurs » face aux « GOR »

« Mon ambition est de fermer la sanglante parenthèse de l’histoire récente de la Côte d’Ivoire, ponctuée par des crises post électorales depuis 2000 », a poursuivi l’ancien chef de gouvernement (2000-2003) de Laurent Gbagbo.

Depuis le transfèrement de Laurent Gbagbo à la CPI en 2011, le FPI s’est scindé en deux factions. Ancien proche de l’ex-président ivoirien, Pascal Affi N’Guessan, 67 ans, dirige l’une des ailes du parti fondé par son ancien mentor avec qui il entretient de longue date des relations tendues, celle des « rénovateurs », qui participent à la vie politique et qui ont pris le contrôle légal du parti.

En face, les historiques, les « GOR » – « Gbagbo ou rien » – , qui ont boycotté depuis lors les scrutins en l’absence de l’ex-président, dont ils ont le soutien.

Affi N’Guessan était arrivé en deuxième position avec 9,29% des suffrages, lors de la présidentielle de 2015, largement remportée par Alassane Ouattara.

Jeu politique bouleversé

Le jeu politique a été bouleversé en Côte d’Ivoire par la mort inattendue début juillet du candidat du parti au pouvoir, le Premier ministre Amadou Gon Coulibaly.

Mercredi, pressé par son parti de se présenter à l’élection présidentielle d’octobre pour une troisième mandat, Alassane Ouattara au pouvoir depuis 2011, a différé sa décision, invoquant le temps du deuil après la mort de son dauphin Amadou Gon Coulibaly.

L’ex-président Henri Konan Bédié, 86 ans, a été désigné le 27 juillet avec 99,7% des voix candidat à la présidentielle du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI), principal mouvement d’opposition.

Près d’une semaine auparavant, l’ex-ministre des Affaires étrangères Marcel Amon Tanoh, ancien proche du président Ouattara, s’est également déclaré candidat à la présidentielle.

Par Jeune Afrique avec AFP

Burkina : l’opposant Zéphirin Diabré investi candidat à la présidentielle par son parti

juillet 26, 2020

Zephirin Diabré en 2015 à Ouagadougou.

Zephirin Diabré en 2015 à Ouagadougou. © Theo Renaut/AP/SIPA

 

Le chef de file de l’opposition burkinabè, Zéphirin Diabré, a été investi samedi 25 juillet à Ouagadougou par son parti, l’Union pour le progrès et le changement (UPC), candidat à la présidentielle de novembre.

« Les militants de l’UPC réuni en congrès extraordinaire ont procédé à la désignation du candidat Zéphirin Diabré à la présidentielle », a déclaré le vice-président du parti Denis Yaméogo, lisant le procès-verbal, après un vote par acclamation des 5 000 militants rassemblés au palais des sports de Ouagadougou.

« Je jure solennellement ici et maintenant de m’investir en votre nom, corps et âme, dans ce combat pour la renaissance du Burkina Faso », a déclaré Zéphirin Diabré, 61 ans, qui se présente pour la deuxième fois à la magistrature suprême.

À l’élection présidentielle de 2015, il était arrivé deuxième avec 29,65% des voix, battu par l’actuel président Roch Marc Christian Kaboré. Ce dernier se représente pour un deuxième mandat, alors que le Burkina Faso a progressivement sombré dans les violences jihadistes, entremêlées à des conflits intercommunautaires, qui ont fait depuis 2015 au moins 1 100 morts et contraint près d’un million de personnes à fuir leurs foyers.

« Il y a cinq ans, les Burkinabé ont commis la grave erreur de confier leur destinée au MPP (Mouvement du peuple pour le progrès, actuel parti au pouvoir) et à ses alliés (…) Comme tout Burkinabé déçu de la gestion du MPP, nous voulons le changement et le vrai changement », a déclaré Zéphirin Diabré.

« Génération Zeph »

« Ce pays a besoin plus que jamais d’un nouveau départ, d’un nouveau souffle, d’une nouvelle vision », a martelé l’opposant.

Ancien ministre de Blaise Compaoré dans les années 1990, Zéphirin Diabré était passé dans l’opposition en 2011 en fondant l’UPC. Un changement de cap trois ans avant la chute de l’ancien président, chassé par une insurrection populaire fin 2014, après 27 ans au pouvoir.

« C’est une candidature chargée d’espoir pour les militants et tous ceux qui ont soif de changement. Nous ne voulons plus laisser le pays dans le gouffre », a déclaré Abdoul Ouedraogo, responsable des jeunes du parti. La porte-parole de l’union des femmes du parti, Jacqueline Konaté, a appelé Zéphirin Diabré à « sauver le pays des affres de la désolation », l’estimant seul à même « d’unir tous les Burkinabé ».

Sa candidature est soutenue par le mouvement la « Génération Zeph 2020 », un mouvement regroupant une centaine de partis politiques et associations, ainsi que plusieurs coalitions de partis.

L’opposition part cependant divisée au scrutin présidentiel, ce qui fait le jeu du président Kaboré, selon les analystes, malgré son bilan face aux violences jihadistes.

Parmi les autres candidats pressentis à la présidentielle figurent de nombreux autres anciens du régime Compaoré : l’ex-Premier ministre Kadré Désiré Ouédraogo, Gilbert Noël Ouédraogo, dirigeant d’un parti anciennement allié à Compaoré, ou encore Eddie Komboïgo, le président du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP), ex-parti au pouvoir.

Les autres postulants de poids sont Tahirou Barry, un ministre démissionnaire du premier gouvernement de Kaboré, et le juriste Abdoulaye Soma.

Par Jeune Afrique avec AFP

Côte d’Ivoire : Marcel Amon-Tanoh se déclare candidat à la présidentielle

juillet 22, 2020

Marcel Amon-Tanoh, l'ancien ministre des Affaires étrangères de Côte d'Ivoire, à Paris, le 4 juillet 2019.

Marcel Amon-Tanoh, l’ancien ministre des Affaires étrangères de Côte d’Ivoire, à Paris, le 4 juillet 2019. © © Vincent FOURNIER/JA 

L’ex-ministre ivoirien des Affaires étrangères, Marcel Amon-Tanoh, qui fut proche d’Alassane Ouattara, a officiellement annoncé sa candidature à la présidentielle d’octobre prochain.

« La Côte d’Ivoire nous invite à prendre un chemin différent. Je vous invite à prendre ce chemin avec moi. J’ai décidé de me porter candidat à la prochaine présidentielle. Je veux être le trait d’union entre tous les Ivoiriens. » C’est par ces quelques mots que Marcel-Amon-Tanoh a annoncé officiellement sa candidature à la présidentielle d’octobre prochain, lors d’une conférence de presse qui s’est tenue à Abidjan ce mercredi. « J’ai une vision pour mon pays. J’ai un programme pour mon pays », a-t-il par ailleurs affirmé.

Rupture avec Ouattara

Ancien ministre des Affaires étrangères, il avait choisi de rompre avec Alassane Ouattara en mars dernier, après la désignation, le 12 mars, d’Amadou Gon Coulibaly comme candidat du Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP) lors d’une cérémonie qu’il avait boycottée.

Lundi, Marcel Amon-Tanoh avait interpellé directement le président Alassane Ouattara dans un message sur les réseaux sociaux, au lendemain de l’hommage national dédié à Amadou Gon Coulibaly, décédé le 8 juillet. « Sur le plan politique, le contexte actuel est marqué par un vide constitutionnel qui ne doit pas perdurer », y écrivait notamment Amon-Tanoh, jugeant par ailleurs que « le débat républicain a fait place à des calculs préélectoraux et les questions d’intérêt général ont été reléguées au second plan ».

Avec Jeune Afrique par Baudelaire Mieu – à Abidjan

 

Présidentielle au Burkina Faso : Kaboré investi samedi par son parti

juillet 10, 2020

Le président burkinabè Roch Marc Christian Kaboré, à l'issue du Conseil supérieur de la Défense nationale (CSDN), le 23 mai 2020.

Le président burkinabè Roch Marc Christian Kaboré, à l’issue du Conseil supérieur de la Défense nationale (CSDN), le 23 mai 2020. © DR / Présidence du Faso

 

Le chef de l’État burkinabè, Roch Marc Christian Kaboré, doit être officiellement investi par son parti, samedi 11 juillet, pour briguer un nouveau mandat à la présidentielle de novembre.

Le Mouvement du peuple pour le progrès (MPP) fait bloc derrière son chef, unique candidat à l’investiture. « C’est le président Kaboré que nous allons désigner pour être investi au titre de notre parti pour la prochaine présidentielle », explique le secrétaire exécutif du MPP, Lassané Savadogo. C’est le croisement entre le bilan et le programme proposé par le candidat qui détermine la position du parti […]. Il est le candidat le mieux placé pour porter le flambeau. »

La candidature du chef de l’État, 63 ans, devrait également être soutenue par l’Alliance des partis de la majorité présidentielle (APMP), regroupement d’une quarantaine de formations politiques.

« Le faire élire au premier tour »

« Notre objectif, c’est de le faire élire au premier tour et avec un score plus confortable qu’en 2015. Nous voulons faire au-delà de 60 % », projette Lassané Savadogo.

Pourtant, selon un sondage réalisé en juin par le Centre pour la gouvernance démocratique (CGD), la cote le président est en baisse, 63 % de la population n’étant « pas satisfaite des actions du président ».

« Les défis sécuritaires, la fronde sociale, la pandémie de Covid-19 et d’autres facteurs ont influencé négativement la mise en œuvre du programme, concède Lassané Savadogo, mais cela ne nous a pas fait dévier de nos objectifs fondamentaux. »

En 2015, l’élection de Roch Marc Christian Kaboré, avec 53,49% des voix, avait suscité de grands espoirs de développement et de changement. Mais sous sa présidence, le Burkina est devenu une zone rouge où les attaques jihadistes sont quasi quotidiennes, des pans entiers du pays étant inaccessibles.

Ces attaques, parfois entremêlées de conflits intercommunautaires, ont fait au moins 1 100 morts depuis 2015 et contraint près d’un million de personnes à fuir leurs foyers.

Nombreux candidats de l’opposition

Le chef de l’État devrait être opposé à plusieurs cadres de l’ancien du régime : l’ex-Premier ministre Kadré Désiré Ouédraogo, Gilbert Noël Ouédraogo, ou encore Eddie Komboïgo, le président du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP, de Balise Compaoré).

Parmi les autres grands candidats figurent le chef de file de l’opposition, Zéphirin Diabré, Tahirou Barry, ministre démissionnaire du premier gouvernement de Kaboré, ainsi que le juriste Abdoulaye Soma.

Il reste favori face à une opposition qui peine à s’unir. »

« Malgré le bilan mitigé du président Kaboré qui a réussi quelques actions, notamment le développement des infrastructures routières, il reste favori face à une opposition qui peine à s’unir », soutient l’analyste politique Drissa Traoré, qui pointe aussi « la situation sécuritaire [qui] s’est considérablement dégradée ».

« Quatorze provinces, réparties dans les six régions du pays, sont sous état d’urgence. La tenue des élections dans ces zones en proie aux attaques est hypothétique. Ces populations sont plutôt préoccupées à sauver leurs vies », souligne-t-il.

Par Jeune Afrique avec AFP

 

États-Unis: Kanye West candidat à la Maison Blanche? Trump suit avec attention

juillet 7, 2020

 

Le président américain Donald Trump a jugé vendredi «intéressante» l’idée que le rappeur Kanye West puisse être candidat à la Maison Blanche, tout en estimant que l’élection de 2024 devrait être son véritable objectif. Le rappeur milliardaire de 43 ans, qui a évoqué sa candidature d’un tweet énigamtique mais n’a aucune structure en place, se lancera-t-il à la dernière minute pour le scrutin du 3 novembre ? «Il pourrait. C’est très intéressant», répondu M. Trump au site Realclearpolitics.

«S’il le faisait, il faudrait qu’il le voie comme un ballon d’essai pour ce qui se passera dans quatre ans», a poursuivi Donald Trump qui avait reçu Kanye West, un de ses soutiens les plus célèbres, dans le Bureau Ovale en 2018.

«Nous devons maintenant accomplir la promesse de l’Amérique en ayant confiance en Dieu, en unifiant nos visions et en construisant notre avenir. Je suis candidat à la présidence des Etats-Unis ! #2020VISION» a tweeté samedi Kanye West. Il n’a depuis fourni aucun détail sur une éventuelle candidature.

Par Le Figaro avec AFP

Le PDCI rejette la candidature de Kouadio Konan Bertin à la présidentielle ivoirienne

juillet 3, 2020

Kouadio Konan Bertin est un cadre du PDCI.

Kouadio Konan Bertin est un cadre du PDCI. © Issous Sanogo/AFP

 

Le comité des candidatures du PDCI a annoncé le rejet de celle de Kouadio Konan Bertin pour la prochaine élection présidentielle. Celle d’Henri Konan Bédié a, en revanche, été validée.

Il n’y aura même pas match. Jeudi 2 juillet, quelques jours après avoir validé celle d’Henri Konan Bédié, le comité des candidatures du Parti démocratique de Côte d’Ivoire – Rassemblement démocratique africain (PDCI-RDA) a annoncé qu’il rejetait la candidature de Kouadio Konan Bertin à l’investiture du parti pour l’élection présidentielle d’octobre.

Dans leur communiqué, les membres du comité ont notamment estimé que l’ex-député de Port-Bouët avait versé à son dossier de candidature des informations inexactes et qu’il avait refusé de s’engager sur l’honneur à ne pas se présenter à la présidentielle et à ne pas démissionner du PDCI s’il n’était pas investi par le parti.

Nouveau défi à l’égard de Bédié

Kouadio Konan Bertin, dit KKB, avait déposé sa candidature à la fin de juin. Un nouveau geste de défi à l’égard d’Henri Konan Bédié, cinq ans après une première rupture avant la présidentielle de 2015. À l’époque, il s’était opposé à la décision du Sphinx de Daoukro de soutenir Alassane Ouattara et s’était présenté en indépendant à la magistrature suprême. Crédité de 3,9 % des voix, il avait ensuite fait amende honorable auprès de son mentor pour revenir dans les rangs du PDCI.

Dans une interview accordée à JA après le dépôt de son dossier, KKB, 51 ans, avait estimé « que le temps des candidatures uniques [était] révolu ». « Ma candidature a le mérite de nourrir le débat démocratique interne au PDCI-RDA, qui, pour moi, doit mériter le nom qu’il porte en donnant l’exemple », avait-il ajouté. Le rejet de son dossier n’aidera pas Henri Konan Bédié, de nouveau candidat à 86 ans, à faire taire les critiques de ses adversaires sur son hégémonie au sein du parti. 

Avec Jeune Afrique par Benjamin Roger

Côte d’Ivoire: Henri Konan Bédié annonce sa candidature à l’investiture de son parti pour la présidentielle

juin 20, 2020

L'ancien président ivoirien, Henri Konan Bédié, s'exprime lors d'un rassemblement au stade Félix Houphouët-Boigny, à Abidjan, le 22 octobre 2016.

L’ancien président ivoirien, Henri Konan Bédié, s’exprime lors d’un rassemblement au stade Félix Houphouët-Boigny, à Abidjan, le 22 octobre 2016.

L’ex-président ivoirien Henri Konan Bédié, 86 ans, a annoncé samedi qu’il serait candidat à l’investiture de son parti pour l’élection présidentielle du 31 octobre, dans une déclaration devant des responsables de son parti le PDCI, principale formation de l’opposition.

« Je ferai don de ma personne », a déclaré l’ancien chef d’Etat (1993-99), demandant aux responsables du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI) réunis chez lui à Abidjan de mobiliser les militants pour lui « assurer une victoire éclatante » lors de la convention d’investiture le 26 juillet.

Leader incontesté du PDCI, Henri Konan Bédié, « HKB », met ainsi fin à un faux suspense en répondant à un appel des responsables du parti, lui demandant « avec insistance », « de faire acte de candidature à la convention de désignation du candidat ». 

Les deux grands partis de l’opposition ivoirienne signent un accord politique

L’un des principaux responsables du parti, Jean-Louis Billon, qui était présenté comme un candidat possible, a annoncé son retrait en faveur de M. Bédié.

Le PDCI désignera son candidat à la présidentielle prévue le 31 octobre lors d’une « convention éclatée », pour cause de coronavirus, les 25 et 26 juillet.

La date limite pour le dépôt des candidatures est le 31 juillet.

Dix ans après la crise post-électorale de 2010-2011 qui avait fait quelque 3.000 morts, la présidentielle d’octobre 2020 s’annonce tendue.

Les élections municipales et régionales de 2018 avaient été marquées par de nombreuses violences et des fraudes.

Deux candidats à la présidentielle se sont déjà déclarés.

Le parti au pouvoir a désigné en mars le Premier ministre Amadou Gon Coulibaly, qui se trouve en France depuis le début du mois de mai en raison de problèmes cardiaques.

L’ancien chef rebelle Guillaume Soro, ex-allié du président Alassane Ouattara, s’était déclaré le premier mais fait face à plusieurs procédures judiciaires dont une condamnation à 20 ans de prison avec déchéance des droits civiques et vit en exil en France.

Par VOA avec AFP

États-Unis: Joe Biden sera officiellement le candidat démocrate

juin 6, 2020

 

Joe Biden a annoncé vendredi 5 juin disposer de suffisamment de délégués pour sa nomination comme candidat des démocrates afin d’affronter le président républicain Donald Trump lors de l’élection présidentielle de novembre aux Etats-Unis.

«Ce soir, nous sommes assurés des 1991 délégués nécessaires pour remporter la nomination démocrate», a tweeté l’ancien vice-président. «Je vais consacrer chaque jour à me battre pour obtenir vos voix afin que, ensemble, nous puissions gagner la bataille pour l’âme de notre pays».

Joe Biden, 77 ans, a franchi le seuil des 1991 délégués lui permettant de s’assurer de sa nomination par son parti alors que se poursuivait le décompte d’une série de primaires démocrates organisées mardi. Il était d’ores et déjà considéré comme le candidat présumé après le ralliement en avril à sa candidature du champion de la gauche, Bernie Sanders.

Le pays connaît actuellement des manifestations massives de protestation après l’homicide le 25 mai de George Floyd, un homme noir non-armé, par un policier blanc.

«Il s’agit d’un moment difficile dans l’histoire de l’Amérique. Et la politique colérique et semeuse de discorde de Donald Trump n’est pas une réponse», a-t-il écrit sur la plateforme Medium après l’annonce du franchissement du seuil décisif du nombre de délégués. «Le pays réclame du leadership à cor et à cri. Un leadership capable de nous réunir. Un leadership qui puisse nous rassembler».

Par Le Figaro avec AFP

Qui est Amina Mohamed la candidate africaine pour diriger l’OMC ?

mai 28, 2020

La Kényane Amina Mohamed est en lice pour remplacer Roberto Azevêdo à la tête de l'OMC.

La Kényane Amina Mohamed est en lice pour remplacer Roberto Azevêdo à la tête de l’OMC. © Flickr

 

Quelques semaines après que Roberto Azevêdo a annoncé sa démission, la diplomate et ministre kényane figure parmi les favoris pour le remplacer.

La décision de Roberto Azevêdo de quitter ses fonctions à l’OMC en août prochain, au lieu d’août 2021, a été suivie d’un intense lobbying pour le remplacer, en dépit du contexte marqué par une guerre commerciale et une pandémie.

« Nous avons besoin de quelqu’un ayant la bonne expérience, quelqu’un qui est attaché au système multilatéral… mais qui a également la stature politique pour être un facilitateur efficace et un constructeur de consensus, a indiqué Amina Mohamed dans une interview récente au Financial Times. « S’il se trouve que cette personne est Africaine ou que c’est une femme, je pense que ce sera tellement mieux ».

« Il est important d’être inclusif et de montrer que les membres savent que chaque partie du globe peut apporter une contribution positive à la fonctionnement de l’OMC », a-t-elle encore déclaré.

Un profil de diplomate aguerrie

Née en octobre 1961, Amina Mohamed a eu une longue carrière de diplomate avant de devenir ministre des Affaires étrangères, de l’Éducation et des Sports au cabinet du président Uhuru Kenyatta depuis 2013.

Après une formation juridique à l’Université de Kiev, Amina Mohamed a rejoint le gouvernement kényan en tant que juriste en 1985. Elle a passé la décennie suivante dans les rangs des postes diplomatiques du Kenya, à Genève et au Conseil de sécurité des Nations unies.

Entre 2000 et 2006, elle a été ambassadrice et représentante permanente auprès de la mission diplomatique du Kenya à Genève et a présidé le Groupe africain à la Commission des droits de l’homme de l’OMC. Elle a été la première femme à présider le Conseil général de l’OMC en 2005.

Son plus long mandat au sein de l’administration de Kenyatta a été ministre des Affaires étrangères de mai 2013 à février 2018. Après un passage dans l’administration du président Mwai Kibaki pendant son deuxième mandat, Amina Mohamed a été nommé directeur exécutif adjoint du Programme des Nations unies pour l’environnement (PNUE) en 2011.

Soutenue par Nairobi

Ce n’est pas la première fois que le Kenya soutient Amina Mohamed pour prendre les rênes de l’OMC. Elle faisait partie des candidats qui ont perdu face à Roberto Azevêdo en 2013. En 2017, l’administration Kenyatta l’a également proposée à la présidence de l’Union africaine pour remplacer le Sud-africain Nkosazana Zuma. Elle a perdu contre le Tchadien Moussa Faki.

Juste avant la démission d’Azevêdo, il a été rapporté que le Royaume-Uni lui avait demandé de remplacer l’actuelle secrétaire générale Patricia Scotland.

Diplomate et politicienne accomplie, la vaste expérience d’Amina Mohamed à l’OMC – elle a été la première femme à présider les trois organes les plus importants de l’organisation – pourrait lui donner un avantage sur les autres candidats, mais les efforts pour lutter contre la pandémie de Covid-19 ont compliqué la politique internationale relative au choix du successeur d’Azevêdo.

Un contexte géopolitique complexe

L’OMC se trouve actuellement dans une situation précaire, le président américain Donald Trump bloquant la nomination des juges alors qu’il est en pleine guerre commerciale avec la Chine. Depuis 2017, le président Donald Trump a menacé à plusieurs reprises de quitter l’organisation internationale qu’il accuse d’être injuste envers les États-Unis. Il a bloqué la nomination des juges à l’organe de recours de l’organisation, qu’il considère comme trop souple envers la Chine.

La position des États-Unis sur l’OMC, couplée à la pandémie, a paralysé l’organisation, alors que les pressions protectionnistes se répandaient. De nombreux observateurs y voient le bon moment pour un candidat africain pour de nombreuses raisons, parmi lesquelles le fait que ce serait la première fois qu’un Africain dirigerait l’OMC.

Amina Mohamed est en lice pour la position mondiale à un moment où l’OMC est en état de siège, non seulement en raison des effets du Covid-19 sur le commerce, mais aussi de la longue guerre tarifaire entre les États-Unis et la Chine.

«L’OMC n’est pas une question de dogme et de fragilité. Elle peut s’adapter et être flexible, et nous pouvons faire des compromis que nous devons faire pour nous assurer de créer des progrès, de répondre aux préoccupations et de saisir l’occasion », a-t-elle déclaré dans une interview en 2013.

L’ouverture de l’OMC intervient alors que le continent bloque les préparatifs de la plus grande zone de libre-échange du monde depuis la fondation de l’organisme mondial. Bien qu’il représente 35 % des pays en développement membres de l’OMC, aucun représentant de l’Afrique n’a jamais dirigé l’organisation.

Avec Jeune Afrique par Morris Kiruga