Posts Tagged ‘Capture’

Les dernières heures de Mouammar Kadhafi

octobre 20, 2011

L'égout de rats puant de refuge de Kadhafi

L'égout de rats puant de refuge de Kadhafi

SYRTE, Libye (Reuters) – Mouammar Kadhafi, qui qualifiait ses adversaires de « rats », a été retrouvé jeudi dans un conduit d’évacuation rempli de détritus près de Syrte, avant de succomber.

« Il nous appelait des rats, mais regardez où on l’a capturé! », s’exclame Ahmed al Sahati, soldat de 27 ans, près des conduits d’évacuation qui font flotter une odeur nauséabonde à proximité d’une autoroute.

Les récits des soldats du nouveau gouvernement libyen et les images tournées permettent de refaire le film des dernières heures du « Guide », qui a dirigé la Libye d’une main de fer pendant 42 ans.

Juste après les prières de jeudi matin, Kadhafi, accompagné de quelques dizaines de gardes du corps restés fidèles ainsi que du chef de son armée Abou Bakr Younis Jabr, a tenté de fuir par l’ouest Syrte, assiégée depuis deux mois.

Mais il n’a pas pu aller bien loin.

Selon l’Otan, l’armée de l’air a touché des véhicules militaires appartenant aux kadhafistes à proximité de Syrte aux environs de 8h30 (06h30 GMT). L’Alliance atlantique a indiqué ignorer si les frappes avaient tué Mouammar Kadhafi.

Le ministre français de la Défense, Gérard Longuet, a déclaré que l’unité aérienne, dans laquelle figurait au moins un avion français, n’avait pas « détruit » mais « stoppé » le convoi, qui aurait été selon lui intercepté par les combattants du CNT.

Quinze jeeps armées de mitrailleuses ont été détruites et gisaient fumantes à côté d’une usine d’électricité à une vingtaine de mètres de la route principale, à environ trois kilomètres à l’ouest de Syrte.

Comme il n’y avait pas de « cratères » au sol causés par une bombe, on peut penser que la frappe a été l’oeuvre d’hélicoptères ou de chasseurs.

A l’intérieur des jeeps, on pouvait voir les corps des passagers et des conducteurs morts lors des attaques. D’autres corps reposaient mutilés sur le sol, une cinquantaine au total.

« MON CHEF EST ICI! »

Kadhafi, et quelques-uns de ses proches, ont cependant réussi à sortir vivants de l’attaque. L’ex-dirigeant libyen semble avoir couru à travers une rangée d’arbres vers la route principale pour se cacher dans deux conduits d’évacuation.

Mais il avait à ses trousses les soldats du gouvernement libyen.

« Au début, nous leur avons tiré dessus avec des armes de DCA, mais ça n’allait pas », a dit un de ces combattants, Salem Bakir. « Après, nous avons marché dans cette direction à pied. »

« Un des hommes de Kadhafi a brandi son fusil en l’air en disant qu’il se rendait, mais dès qu’il a vu mon visage, il a tiré sur moi », a-t-il dit à Reuters.

« Après, je pense que Kadhafi a dû lui dire d’arrêter. ‘Mon chef est ici, mon chef est ici!’, a dit l’homme, ‘Mouammar Kadhafi est ici et il est blessé », a poursuivi Salem Bakir.

« Nous sommes alors entrés et nous avons sorti Kadhafi (du conduit d’évacuation). Il disait ‘Qu’y a-t-il? Qu’y a-t-il? Que se passe-t-il ?’, alors nous l’avons saisi et mis dans une voiture », explique-t-il.

Au moment de sa capture, l’ancien chef d’Etat était déjà blessé par balles à la jambe et au dos, d’après Bakir.

D’autres soldats pro-gouvernementaux, présents lors de la capture de Kadhafi, ont confirmé la version des faits de Bakir lors de récits séparés.

Un homme a toutefois donné une autre version de la capture.

« Un des gardes du corps de Mouammar Kadhafi a tiré sur lui à la poitrine », a dit Omran Djouma Shaouan.

D’après Bakir, le chef de l’armée kadhafiste Abou Bakr Younis Jabr a également été capturé vivant. Les autorités du CNT ont par la suite annoncé sa mort.

Des câbles électriques recouvraient l’entrée du conduit d’évacuation, où l’on pouvait voir trois corps à une entrée et quatre autres de l’autre côté. Tous étaient des noirs, et l’un se trouvait décapité.

Des soldats du gouvernement exultaient, tirant des coups de feu en l’air, criant « Allah Akbar » et posant pour des photos. Certains « taguaient » le mur, avec l’inscription « Kadhafi a été capturé ici ».

De cet endroit, Kadhafi a été transporté à Syrte. Des images montraient Kadhafi étourdi et blessé, mais en vie, bougeant ses mains, tandis que les soldats le mettaient dans une jeep en le frappant et en lui tirant les cheveux. Ensuite, il semble être tombé par terre, entouré par la foule.

Les autorités du CNT libyen ont annoncé un peu plus tard que Mouammar Kadhafi avait succombé à ses blessures après sa capture.

Reuters

Libye : Mouammar Kaddafi aurait été capturé à Syrte

octobre 20, 2011

Selon certains militaires du CNT libyen, Mouammar kaddafi aurait été capturé et blessé pendant la bataille de Syrte, sans qu’il soit bien clair s’il est encore vivant. Une information à prendre avec beaucoup de précautions.

La nouvelle n’est pas confirmée officiellement, ni par le CNT libyen ni par l’Otan. Mais selon plusieurs sources concordantes, provenant en général du Conseil militaire de Misrata (dont de nombreux combattants participaient à la bataille de Syrte) – donc de sources non indépendantes -, Mouammar Kaddafi aurait été capturé jeudi à Syrte.

Selon Mohamed Leith, un commandant venu de Misrata, l’ancien guide libyen serait blessé aux deux jambes. « Kaddafi a été arrêté. Il est gravement blessé mais il respire encore », a-t-il déclaré, affirmant avoir vu Mouammar Kaddafi de ses propres yeux. Selon lui, l’ex-dirigeant libyen portait un costume kaki et un turban autour de la tête.

Informations contradictoires

Selon d’autres témoignages, Mouammar Kaddafi serait mort dans les combats. Une nouvelle pour l’instant démentie puis confirmée par des sources citées par Al-Jazira, ce qui prouve combien il est difficile d’obtenir des informations fiables et non-contradictoires.

Hassan Deroui, membre du CNT, avait préalablement confié à Jeuneafrique.com que, « les dernières troupes fidèles à Kaddafi » avaient « déposé les armes », jeudi dans la matinée à Syrte.

Plus d’informations à venir.

Jeuneafrique.com

Libye : « notice rouge » d’Interpol pour la capture de Kaddafi

septembre 9, 2011

Interpol a émis une « notice rouge » contre l’ex-dirigeant libyen Mouammar Kaddafi. A la demande de la cour pénale internationale, les 188 pays membres de l’organisation policière devront coopérer afin de capturer le colonel.

L’arrestation de Mouammar Kaddafi devient une priorité internationale. Ce sont désormais 188 pays qui devront coopérer afin de capturer l’ex-dictateur libyen.

Interpol a en effet accepté la demande de la Cour Pénale internationale d’émettre une « notice rouge » contre le colonel, son fils Seif el-Islam ainsi que son beau-frère Abdallah Al-Senoussi, l’ancien chef des services du renseignement libyens. Tous trois étaient déjà visés par un mandat d’arrêt international émis par la CPI, suspectés de « crimes contre l’humanité » et notamment « meurtre et persécution ».

Cette nouvelle mesure « va restreindre significativement les possibilités pour ces trois hommes de franchir les frontières et sera un outil important pour aider à leur localisation et leur capture », a déclaré Ronald K. Noble, le secrétaire général d’Interpol.

Les pays membres de l’organisation policière internationale, basée en France, devront donc « prendre toutes les mesures conformes à leur législation pour aider la CPI à localiser et interpeller Kaddafi », a indiqué le secrétaire général. « Interpol coopèrera et assistera la CPI et les autorités libyennes représentées par le Conseil national de transition pour appréhender Mouammar Kadhafi », a-t-il ajouté.

L’Algérie et la Libye devront coopérer

Pourquoi le procureur de la CPI, Luis Moreno Ocampo, a-t-il demandé l’aide d’Interpol jeudi, à travers cette « notice rouge »? L’émission d’une telle mesure par l’organisme international a de fortes chances d’être suivie d’avantage d’effets que le mandat international lancé par la CPI, et ce pour plusieurs raisons. D’une part l’Union africaine dispose d’une résolution, permettant aux États de ne pas suivre les décisions de la CPI.

D’autre part, certains États, membres d’Interpol, ne coopèrent pas avec la Cour pénale, et notamment l’Algérie et la Libye. Avec cette « notice rouge », l’Algérie, qui a adopté un statut ambigüe avec les nouvelles autorités libyennes et qui a accueilli des membres de la famille Kaddafi sur son sol, ne pourra faire fi de ces nouvelles recommandations de la communauté internationale.

La Libye devrait pour sa part, si elle venait à mettre la main sur son ex-« Guide », le remettre à la CPI, afin que le colonel soit jugé par un tribunal international, et non sur le sol libyen.

Jeuneafrique.com avec AFP

Le fils de Kadhafi a été capturé (CNT)

août 21, 2011

Le chef de file du Conseil national de transition (CNT) mis sur pied par les rebelles libyens a annoncé ce soir la capture de Saïf al Islam, l’un des fils de Mouammar Kadhafi, dans un entretien accordé à la chaîne de télévision el-Jazira.

« Nous avons eu confirmation de l’information selon laquelle nos hommes ont capturé Saïf al Islam. Nous avons donné des instructions pour qu’il soit bien traité afin qu’il puisse être jugé », a déclaré Moustapha Abdeldjeïl.

Les rebelles sont actuellement dans la capitale dans le cadre de l’opération « Sirène », qui vise à isoler Kadhafi jusqu’à sa capitulation.

Lefigaro.fr avec Reuters