Posts Tagged ‘cardinaux’

Le pape va créer treize nouveaux cardinaux

octobre 25, 2020

Le pape François a annoncé ce dimanche 25 octobre qu’il allait créer treize nouveaux cardinaux catholiques. Le souverain pontife a fait cette annonce surprise depuis sa fenêtre surplombant la place Saint Pierre à Rome, au terme de la prière de l’Angélus hebdomadaire, et précisé qu’ils seraient nommés le 28 novembre.

Le Vatican est en état d’alerte et surveille de près la santé du pape, après l’annonce de plusieurs cas de coronavirus dans le micro-Etat, et une telle cérémonie pourrait présenter un risque pour les participants les plus âgés.

Neuf des nouveaux cardinaux ont moins de 80 ans, et peuvent donc participer aux conclaves pour élire le chef des 1,2 milliard de catholiques dans le monde, qui est choisi parmi eux.

Le premier cardinal afro-américain

Parmi les 13 nouveaux cardinaux figurent l’archevêque de Washington Wilton Gregory, 72 ans, un progressiste qui sera le premier cardinal afro-américain, ainsi que le père italien Raniero Cantalamessa, 84 ans, prédicateur de la maison pontificale.

L’évêque italien Marcello Semeraro, préfet de la Congrégation pour la cause des Saints depuis le limogeage de son prédécesseur, le cardinal Angelo Becciu, pour des soupçons de malversations financières, figure également parmi les nouveaux cardinaux.

De même que le Maltais Mario Grech, secrétaire général du synode des évêques, Antoine Kambanda, archevêque de Kigali au Rwanda, Jose Fuerte Advincula, archevêque de Capiz aux Philippines, et Celestino Aos Braco, archevêque de Santiago du Chili.

Par Le Figaro avec AFP

Des cardinaux opposés à un projet de McDonald’s près du Vatican

octobre 15, 2016

Plusieurs cardinaux ont fait part de leur opposition à un projet de McDonald’s près de la Place Saint-Pierre à Rome. Ils dénoncent notamment un choix « pervers » et « irrespectueux ».

« C’est une décision perverse et controversée à tout le moins », souligne ainsi le cardinal Elio Sgreccia dans un entretien samedi au quotidien italien La Repubblica. Ouvrir un tel établissement à droite de la basilique du Vatican « est irrespectueux » à l’égard de l’une des places architecturales les plus emblématiques donnant sur les colonnades de Saint-Pierre, a ajouté le prélat.

Ce cardinal ne vit pas lui-même dans le bâtiment où serait installé le futur restaurant mais il s’exprime au nom de sept prélats qui y résident.

La location des lieux est gérée par la société ASPA chargée de la gestion des biens immobiliers du Vatican. « Je ne vois pas où est le scandale », indique a contrario le cardinal Domenico Calcagno, patron de ASPA, tout en précisant qu’il n’y a aucune raison de revenir en arrière sur un accord conclu en toute légalité.

Rentrée d’argent conséquente
Selon La Repubblica, un cardinal en colère a écrit au pape François pour lui demander d’intervenir contre un choix commercial qui devrait rapporter au Vatican 30’000 euros par mois.

Responsable d’une association de défense du quartier historique entourant le Vatican, Moreno Prosperi déplore que ce dernier perde son image. En raison de la prolifération de stands de souvenirs illégaux et de supérettes, « l’identité de cette zone disparaît », se désole-t-il.

D’autres membres de cette association qualifient de folie un projet qui va entraîner des regroupements de gens dans un endroit à haut risque pour la sécurité antiterroriste. « Cet espace serait bien plus utile pour accueillir des nécessiteux, en accord avec la volonté du pape d’une Eglise au service des pauvres », fait valoir le cardinal Sgreccia.

Romandie.com

Le pape va créer 17 nouveaux cardinaux en novembre

octobre 9, 2016

Cité du Vatican – Le pape François a annoncé dimanche la tenue le 19 novembre d’un consistoire au cours duquel il va créer 17 nouveaux cardinaux, dont 13 âgés de moins de 80 ans.

Les cardinaux de plus de 80 ans ne peuvent pas siéger dans un conclave et participer à l’élection d’un nouveau pape.

Je suis heureux d’annoncer que le samedi 19 novembre (…) je tiendrai un consistoire pour la nomination de 13 nouveaux cardinaux des cinq continents, a déclaré le pape François.

Le fait qu’ils proviennent de 11 nations exprime l’universalité de l’Eglise, a ajouté le pape argentin.

Le premier sur la liste des nouveaux cardinaux est un Italien, Mgr Mario Zenari, actuel nonce apostolique (ambassadeur du pape, ndlr) en Syrie, un pays martyr, a dit le pape.

Le deuxième, Mgr Dieudonné Nzapalainga, archevêque de Bangui, est le plus jeune des 13 nouveaux cardinaux électeurs, n’ayant pas encore 50 ans et que le pape a rencontré lors de son voyage en Centrafrique, fin 2015.

Les autres hauts prélats qui deviendront cardinaux sont Mgr Carlos Sierra, archevêque de Madrid, Mgr Sérgio da Rocha, archevêque de Brasilia, Mgr Blase Cupich, archevêque de Chicago, Mgr Patrick D’Rozario, archevêque de Dhaka, Mgr Baltazar Porras Cardozo, archevêque de Mérida (Venezuela), Mgr Jozef De Kesel, archevêque de Malines-Bruxelles.

En septembre 2010, alors qu’il était évêque de Bruges, ce dernier avait soulevé la question du maintien du caractère obligatoire du célibat des prêtres, estimant notamment que les personnes pour lesquelles le célibat est humainement impossible à respecter devraient aussi avoir la chance de devenir prêtre.

L’Américain Kevin Farrell, préfet du Dicastère (un ministère au Vatican, ndlr) pour les laïcs, la famille et la vie, est également nommé cardinal, tout comme Mgr Carlos Aguiar Retes, archevêque de Tlanepantla (Mexique), Mgr Maurice Piat, archevêque de Port-Louis (Ile Maurice), Mgr John Ribat, archevêque de Port Moresby (Papouasie Nouvelle-Guinée) et Mgr Joseph Tobin, archevêque d’Indianapolis (Etats-Unis).

Je suis choqué au-delà des mots par la décision du Saint-Père. S’il vous plaît priez pour moi, a réagi ce dernier sur son compte Twitter.

– Le pourpre pour la Syrie –

Je remercie de tout coeur le Saint-Père car ce pourpre (couleur des cardinaux, ndlr) va à la Syrie, aux victimes de la Syrie, à tous ceux qui souffrent en raison de ce terrible conflit, a estimé pour sa part Mgr Zenari sur Radio-Vatican.

Sur ces 13 nouveaux cardinaux, trois proviennent d’Europe, trois de l’Amérique Latine, trois des Etats-Unis, deux d’Afrique et deux d’Asie.

Les quatre autres religieux créés cardinaux à cette occasion sont d’anciens évêques et archevêques ayant tous dépassé les 80 ans, à l’exception, assez rare, du simple prêtre albanais Ernest Simoni, qui aura 88 ans le 18 octobre.

Selon sa biographie, fournie par le Vatican, il fut emprisonné sous le régime d’Enver Hoxha en 1963 et condamné à mort, mais la peine fut commuée en 25 ans de travaux forcés. Il passa au total 18 ans dans les prisons.

En février 2015, le pape François avait créé 20 nouveaux cardinaux, donnant déjà à l’époque une impulsion à l’internationalisation de l’Eglise, où les cardinaux européens ne sont désormais plus majoritaires.

Selon des statistiques publiées dimanche par le Vatican il y aura le 19 novembre prochain 121 cardinaux électeurs, dont 21 nommés par Jean Paul II, 56 par Benoît XVI et 44 nommés par le pape François.

Sur ces 121 électeurs, 54 proviennent d’Europe, 17 d’Amérique du Nord, 17 d’Amérique Latine, 15 d’Afrique, 14 d’Asie et 4 d’Océanie.

Romandie.com avec(©AFP / 09 octobre 2016 16h51)

Vatican : le pape François veut en finir avec la « vie de pharaon »

novembre 6, 2015

Après les révélations sur le train de vie luxueux de plusieurs cardinaux, le pape promet que la gestion du patrimoine de l’Église va changer.

Le pape François souhaite en terminer avec le train de vie luxueux du Vatican. © Copyright 1999 Adobe Systems Incorporated/ ANDREAS SOLARO

Le pape François souhaite en terminer avec le train de vie luxueux du Vatican. © Copyright 1999 Adobe Systems Incorporated/ ANDREAS SOLARO

Tanzanie: Célébration du 100e anniversaire de la naissance de Laurean Rugambwa, Premier Cardinal Africain

octobre 6, 2012

Après le transfert, hier, 6 octobre,  du corps de Laurean Rugambwa, premier Cardinal Africain, de l’église de Kashozi, première mission dans la région de Kagera, à la nouvelle Cathédrale de Dar-es-Salam, où s’est  développée une dévotion pour lui rendre hommage, de pionnier de cette voie royale des Cardinaux Africains. Ce dimanche 7 octobre 2012, une grande messe œcuménique sera célébrée pour le 100e anniversaire de sa naissance.

Laurean Rugambwa, Premier Cardinal Africain

12 juillet 1912-12 juillet 2012, voilà maintenant 100 ans que naissait Laurean Rugambwa, Premier Cardinal Africain de Domitiani Rushubirwa, son père et de Asteria Mukaboshezi, sa mère, deux parents issus du rameau aristocratique au parfum royal. Obéissant à la tradition africaine à cette époque, où le nom de l’enfant était source d’inspiration, le tien avait une signification prophétique et sémantique Rugambwa, qui veut dire «le renommé».

Soucieux de s’abreuver des rudiments et nutriments de la parole de Dieu pour enrichir son âme au regard de l’interdit affiché par le chef de la localité qui brillait par un athéisme notoire, et, attiré par le désir ardent d’apprendre et d’ajouter une nouvelle forme d’éducation à côté de celle des parents, il se démarquait dans l’ardeur de la jeunesse, après l’éclosion de l’enfance, à parcourir 20 km chaque jour pour suivre son catéchisme à la Paroisse Kagondo.

Assidu et dévoué, il fut baptisé par le Fr. Emil Verfurth, un Missionnaire de l’Afrique (Père Blanc) le 21 mars 1921. Il rentrait dans la grande famille des chrétiens, complétant la longue liste des enfants de Dieu. Son sacrement était une impulsion donnant la permission à l’ouverture, au cours de la même année, d’une paroisse dirigée par des prêtres diocésains indigènes à Rutabo. Une manière pour lui de poursuivre son enseignement primaire dans le village.

le jeune Rugambwa

le jeune Rugambwa au séminaire

Grandissant dans le milieu religieux, admiré et apprécié, docile et sage comme une image, il prenait racine au milieu des Pères blancs, qui le distinguait et le remarquait pour être choisi parmi tant de jeunes de la paroisse afin d’entrer en 1926 au petit séminaire de Rubya où il était resté jusqu’en 1933 avant d’aller au grand séminaire de Katigondo en Ouganda. Il eût pour professeur dans cet établissement religieux Joseph Kiwanuka qui deviendra plus tard l’évêque de Masaka.

Ordonné prêtre le 12 décembre 1943, à Rutabo par l’évêque Burchard Huwiler – une année après les abbés Auguste Roch Nkounkou et Eugène Kakou, au Moyen-Congo, actuel Congo-Brazzaville – il fût nommé à la paroisse Kagondo avant d’aller à la paroisse Rubya.

Fier de parler de sa foi, il exposait avec une belle étoffe mais aussi une réelle assurance et une belle prestance, l’intérêt que procurait le travail pastoral dans une Afrique qui cherchait la voie de son émancipation par l’indépendance. Avec un humour propre à sa nature et à sa stature, il avait une bicyclette qui lui permettait de parcourir plus de 50 kilomètres, uniquement pour servir le Christ, à travers les hommes.

Transféré à la paroisse Kashozi en 1948, la paroisse la plus vieille du diocèse, il l’animait avec une vivacité d’esprit malgré sa longue distance de la ville de Bukoba.

L’administration de la cité romaine voyant grandir le diocèse de Bukoba, tenta de le diviser pour expérimenter sa gestion qui serait entre les mains d’un vicaire noir donnant à Laurean Rugambwa la chance de partir à Rome s’inscrivant dans la lignée de Masaka en Ouganda. Il devrait, à cet effet, approfondir son instruction. Logé au Collège (à l’Université) du Saint Père, il étudia le Droit canon au Pontifical Urban College les deux établissements réputés pour la propagation de la Foi.

De retour au bercail – féru de culture biblique d’une grande disctinction et d’une forte propension de la foi – avec son diplôme de doctorat en droit canon, il était nommé à Rubya et plus tard à Kashozi parce que d’une part en 1948, l’Évêque Burchard Huwiler de Bukoba ayant atteint l’âge de 80 ans – celui de la plénitude – et comme sa santé périclitait, il s’était retiré (en retraite); d’autre part, l’évêque Tetrault qui était nommé pour le remplacer, deux ans, après ses fonctions, sa santé s’était aussi finalement détériorée, il mourrait en 1951. Il bénéficiait de l’idée de séparer le Vicaire.

Le 16 décembre 1951, Laurean Rugambwa était nommé proposé de l’évêque du nouveau Vicaire du Plus bas Kagera, coupé de Bukoba Vicaire avec 5 paroisses et 17 prêtres indigènes. Il était sacré évêque le 10 février 1952.

Devant l’augmentation de la taille des chrétiens, en 1953, il était fort utile d’élever le vicariat au rang de diocèse de Rutabo pour confier sa gestion à un clergé uniquement africain afin de tester sa capacité de gestion, une manière dans cette évidence de se prendre en charges et de chercher des finances sans soutien extérieur. Il fallait se tourner sur le soutien local dont il réussit la mission pour le bon fonctionnement du diocèse.

Rugambwa, « le renommé » comme l’indique son nom – dans les arcanes de sa tradition parentale – rentrait dans la renommée, le 20 mars 1960 en qualité de Premier Cardinal Africain dans l’histoire de l’Église africaine où le Pape Jean XXIII, le créait et l’élevait à cette haute dignité et magnanimité pour l’accomplissement, l’affermissement de sa foi et l’amour de son travail le mieux accompli. Il imposait à l’évêque de Bukoba, au Tanganyika, premier Africain de peau noire, la barrette de Cardinal, le décorant à la fois de la pourpre romaine. Évévènement qui suscitait l’admiration et l’émotion. 

Transféré au diocèse de Bukoba qui avait été coupé en deux avec une partie devenant le diocèse de Rulenge sous l’êvêque Alfred Lanctot celui-ci comprenait les quartiers de Karagwe, Bihamulo et Ngara.

Énergique ,  lumière de la nation et fer de lance du peuple, à la fibre sensible, il organisait sa communauté dans la formation des guides sociaux, spécialisés pour orienter des hommes et des femmes à l’étranger comme ferment et sarment du développement national. Cette stratégie avait permis de préparer une bonne crème d’intellectuels qui a obtenu des bourses et des trousses grâce à ses nombreuses relations pour devenir des leaders dans toutes les sphères de la société.

Laurean Rugambwa avait joué un rôle prépondérant dans la création des infrastructures scolaires et sanitaires, gages indispensables d’une population en quête d’éducation , d’instruction et de soins de santé primaire pour la sortir de la pauvreté. On garde de lui les meilleurs souvenirs d’un grand et noble pasteur qui a laissé à ses brebis le Centre de Jeunesse de Don Bosco dirigé par les Pères Salésiens pour l’encadrement des jeunes mais aussi une librairie de la Cathédrale avec Pauline Sisters qui est professionnel dans des publications de livre et la distribution, sans oublier des écoles notamment le petit séminaire de Visiga, le grand séminaire de Ntungamo, le collège d’enseignement général des filles, en 1964, appelé après lui «le collège d’enseignement général Rugambwa» ainsi que les hôpitaux de Rubya et de Mugana qui continuent à perpétuer sa mémoire inscrivant dans l’histoire son nom pour l’éternité. Avant la fin de son apostolat et de sa vie, il avait fondé la congrégation des religieuses des Petites sœurs de Saint François d’Assise pour Dar-es-salaam pesant de tout son poids pour fonder l’Université Sainte Augustine de la Tanzanie, le plus grand institut catholique du pays.

Archevêque émérite de Dar-es-Salaam, en 1969, cinq ans après la création de la Tanzanie, homme de dialogue et de consensus entre les différentes communautés religieuses catholiques, protestantes et musulmanes dont il était demeuré, sans conteste, le patriarche aimé et sollicité; tête de pont et de proue de négociation avec le gouvernement jusqu’en 1992, année de ses 80 ans où il annonçait sa retraite pastorale.

Son Éminence, le Cardinal Laurean Rugambwa, est mort, à l’âge de 85 ans, dans la nuit du 8 décembre 1997. Un heureux et joyeux anniversaire du 100e de sa naissance est conjointement célébré ce dimanche 7 octobre dans la liesse et la kermesse des Tanzaniens, avec bénédiction et consécration de la Cathédrale renovée de Dar-es-Salam où désormais repose  le Premier Cardinal Africain Laurean Rugambwa.

Bernard NKOUNKOU