Posts Tagged ‘Cargo’

Turquie: un cargo de 225 mètres éventre une villa historique à Istanbul

avril 7, 2018

Istanbul – Un cargo de 225 mètres qui traversait le détroit du Bosphore, à Istanbul, est sorti de route samedi pour s’encastrer dans une villa ottomane en bois en bord de mer, provoquant l’interruption du trafic maritime, ont rapporté les médias turcs.

Le Vitaspirit, battant pavillon maltais, est devenu incontrôlable en raison d’un problème technique, a rapporté l’agence de presse spécialisée dans les affaires maritimes Deniz Haber, qui évoque un blocage du gouvernail. L’accident n’a fait aucune victime.

Le cargo a percuté de plein fouet l’une des nombreuses villas construites par des dignitaires ottomans au 19e siècle au bord du Bosphore, appelées « yali » en turc.

Le yali Hekimbasi Salih Efendi, un édifice en bois peint en rouge de trois étages particulièrement bien conservé, a été éventré et s’est en grande partie effondré, a constaté un journaliste de l’AFP.

Désormais inhabité, le bâtiment était loué pour des cérémonies de mariage ou des concerts, selon le site internet qui lui est dédié.

Ce spectaculaire accident s’est produit sous le pont Fatih Sultan Mehmet, l’un des trois ouvrages d’art qui enjambent le Bosphore pour relier les rives européenne et asiatique d’Istanbul.

Aucune victime n’était à déplorer dans l’immédiat et l’ampleur des dégâts causés au navire, qui se dirigeait vers l’Ukraine après être parti d’Egypte le mois dernier, n’était pas connue.

Les autorités turques ont interrompu le trafic sur le Bosphore, tandis que le Vitaspirit était en train d’être remorqué en fin d’après-midi.

Si des accidents se produisent parfois dans le détroit du Bosphore, qui relie la mer de Marmara et la mer Noire, il est rare de voir un navire heurter des habitations.

Le gouvernement a toutefois saisi cet accident pour justifier la construction controversée d’un nouveau canal à Istanbul pour désengorger la circulation sur le Bosphore.

En 2017, plus de 42.000 navires commerciaux, militaires ou de plaisance ont emprunté le Bosphore, l’un des détroits les plus congestionnés du monde. En décembre 1960, un pétrolier sous pavillon yougoslave et un navire grec étaient entrés en collision, provoquant un incendie qui avait duré des semaines.

Romandie.com avec(©AFP / 07 avril 2018 17h35)                                            

Rare collision entre un tanker et un cargo dans le détroit du Pas-de-Calais

juillet 1, 2017

Lille – Un tanker transportant près de 40.000 tonnes d’essence est entré en collision avec un cargo dans la nuit de vendredi à samedi dans le détroit très fréquenté du Pas-de-Calais, mais cet accident rare ne devrait pas occasionner de pollution, selon les autorités.

« Situation maîtrisée, coque intègre, pas de risque de pollution ni danger pour la navigation », a écrit sur Twitter la préfecture maritime de la mer du Nord et de la Manche vers 11H00 à propos du navire-pétrolier.

Le tanker « Seafrontier » et le cargo « Huayan Endeavour », qui battent tous deux pavillon de Hong Kong, se sont heurtés vers 03H00 samedi, sans faire de blessé, d’après un communiqué de la préfecture.

Les photos fournies par la préfecture maritime montrent d’impressionnants dégâts, notamment sur le flanc gauche du « Seafrontier », navire de 138 m de long qui transporte 38.000 tonnes d’essence avec 27 membres d’équipage.

« Les experts de l’Équipe d’évaluation et d’intervention (EEI), projetés ce matin sur le tanker Seafrontier, ont confirmé l’intégrité de la coque du navire et sa capacité à naviguer », a indiqué la préfecture dans un communiqué diffusé en début d’après-midi.

Le « Seafrontier », qui devait à l’origine se rendre à Puerto Barrios, au Guatemala, a finalement pris la route d’Anvers, en Belgique, pour des réparations, selon la même source.

– « Plus de peur que de mal » –

Quant au « Huayang Endeavour », qui n’avait pas de cargaison et comptait 22 membres à bord, « n’ayant que des dégâts légers, il a également quitté la zone et fait route vers Dunkerque », d’après la préfecture. Selon un communiqué de la Maritime and Coastguard agency britannique, le « Huayan Endeavour » avait pour destination initiale Lagos, au Nigeria. Les membres d’équipage des deux bateaux sont chinois et indiens, d’après la même source.

Au moment de la collision, les navires se situaient à environ 18 milles marins (environ 33 km) de Dunkerque, en zone britannique.

« Plus de peur que de mal », a déclaré à l’AFP en fin de matinée la préfecture maritime. « La coque a gardé son intégralité, on ne connaît pas les circonstances de l’accident, les conditions météorologiques n’étaient pourtant pas défavorables. Mais la zone où a eu lieu la collision est relativement étroite, avec beaucoup de passage », a-t-elle dit.

Dans la matinée, le MRCC de Douvres (secours britanniques), qui coordonne cette opération, avait engagé « deux vedettes de la Royal National Lifeboat Institution (RNLI) et deux hélicoptères du Maritime Crossguard Agency (MCA), afin d’établir un premier bilan », a précisé la préfecture.

Selon le Centre régional opérationnel de surveillance et de sauvetage (CROSS), le détroit du Pas-de-Calais constitue « la voie maritime la plus fréquentée au monde, quotidiennement empruntée par plus de 400 navires commerciaux, soit un quart du trafic mondial, auxquels s’ajoutent des navires de pêche et de plaisance ». De nombreux navires empruntent ce détroit pour rejoindre Rotterdam, un des principaux ports de commerce au monde.

En outre, la navigation maritime peut s’y révéler dangereuse en raison de son « caractère étroit, des bancs de sable changeants, d’une visibilité souvent réduite par la brume et de très forts courants de marées », note le Cross.

Romandie.com avec(©AFP / 01 juillet 2017 14h40)                   

Japon: les disparus trouvés morts dans le destroyer inondé

juin 18, 2017

Un caméraman filme dans le port de Tokyo le 18 mai 2017 un destroyer américain entré en collision avec un cargo / © AFP / Kazuhiro NOGI

Les corps des marins américains disparus dans une collision nocturne de leur destroyer avec un cargo au Japon ont été retrouvés dimanche dans des espaces de couchage envahis par les eaux, a annoncé dimanche la marine américaine.

Sept membres de l’équipage de l’USS Fitzgerald étaient portés disparus depuis plus de 24 heures, après un violent choc survenu au large de la côte pacifique de l’archipel nippon samedi matin avec un porte-conteneurs beaucoup plus massif.

« La recherche et les secours sont terminés », a déclaré au cours d’une conférence de presse le vice-amiral Joseph Aucoin, commandant de la 7e Flotte.

Celle-ci avait annoncé dans la matinée de dimanche qu’un « certain nombre » de ses hommes avaient été retrouvés. « Les marins ont été découverts décédés par des plongeurs », avait déclaré séparément le commandement des forces navales sur son compte Twitter.

Le bilan exact n’est pas donné « par respect pour les familles », a expliqué à la presse le vice-amiral.

– ‘Large entaille’ –

L’accident avait fortement endommagé le bâtiment militaire côté tribord et provoqué une entrée d’eau dans des cabines, la salle de radio et une salle de machines.

Le destroyer de 154 mètres de long a subi sous la ligne de flottaison « une large entaille » par laquelle l’eau s’est engouffrée avec « une puissance colossale », laissant peu de chance à quiconque se trouvant à proximité, a précisé dimanche l’officier.

« Il était 02H20 du matin. Un nombre considérable de membres d’équipage dormaient », a-t-il ajouté. « Il y a eu très peu de temps dans les espaces envahis par la mer » pour se sauver.

Il a par ailleurs refusé de donner toute indication des responsabilités possibles dans ce drame. « Nous vous tiendrons au courant lorsque le processus d’enquête sera achevé », a-t-il déclaré debout sur un ponton devant le bateau invalide amarré sur sa base de Yokosuka, au sud-ouest de Tokyo.

« Je ne vais pas me lancer dans des conjectures (…) J’espère que nous obtiendrons ces réponses mais pour le moment nous ne les avons pas ».

Plusieurs membres d’équipage avaient été blessés et évacués par hélicoptère, dont le commandant du navire Bryce Benson, « actuellement soigné », a précisé Joseph Aucoin. « Il a de la chance d’être en vie », a-t-il ajouté.

Le choc survenu peu avant 02H30 samedi (17H30 GMT vendredi) à environ 56 miles nautiques au sud-ouest de Yokosuka avait déclenché une vaste opération de recherches en mer menée par les garde-côtes japonais associés aux forces américaines et plus tard épaulés par les Forces d’autodéfense nippones.

Avions, hélicoptères et navires ont sillonné la zone jusque dans la nuit de samedi à dimanche tandis que les marins écopaient à bord et recherchaient leurs camarades.

Le destroyer de 154 mètres de long était rentré péniblement au port samedi en fin d’après-midi, quelques 16 heures après son accident. C’est là que des plongeurs s’étaient immédiatement mis au travail pour l’inspecter et rechercher les disparus.

– Trafic maritime intense –

« Nous informons actuellement les familles et leur apportons le soutien dont elles ont besoin en ces moments difficiles », a déclaré dimanche la marine américaine.

« Pensées et prières avec les marins du USS Fitzgerald et leurs familles. Merci à nos alliés japonais pour leur aide », avait tweeté samedi le président des Etats-Unis Donald Trump.

Plusieurs collisions de grands bâtiments se sont produites ces cinq dernières années dans cette zone de trafic maritime intense, a rapporté le quotidien japonais Asahi dimanche.

Les gardes-côtes japonais mènent l’enquête, au cours de laquelle ils devront notamment interroger l’équipage philippin du cargo, bien que l’armée américaine ait compétence en priorité dans les accidents impliquant du personnel militaire.

Lancé au milieu des années 1990 et jaugeant quelque 9.000 tonnes à pleine charge, l’USS Fitzgerald dépend de la base de Yokosuka et opère dans le Pacifique ainsi qu’en mer du Japon. Il avait été déployé pendant la guerre en Irak en 2003.

Le cargo ACX Crystal, de 222 mètres de long, est sous pavillon philippin mais recensé comme appartenant au géant maritime japonais NYK Line. Aucun de ses 20 hommes d’équipage n’a été blessé. « Nous allons coopérer pleinement avec les autorités qui enquêtent sur cette affaire », avait dit samedi à l’AFP un porte-parole de NYK.

Romandie.com avec(©AFP / 18 juin 2017 17h50)                

Disparition d’un cargo sud-coréen au large de l’Uruguay

avril 1, 2017

Montevideo – Un cargo sud-coréen avec 24 membres d’équipage à bord a disparu vendredi au large des côtes uruguayennes et des « indices » montrent qu’il « aurait coulé », a annoncé samedi à l’AFP la Marine uruguayenne.

Le « Stella Daisy », un cargo d’une capacité de 260.000 tonnes, a lancé un appel de détresse vendredi à 11H30 (14H30 GMT) où il faisait état d’une voie d’eau.

Par la suite, « un navire a aperçu des nappes de carburant et des débris, en plus d’une forte odeur de carburant, ce qui est un indice que le navire sinistré aurait coulé », selon un communiqué de la Marine uruguayenne.

Les autorités sud-coréennes ont précisé que l’équipage du « Stella Daisy » était composé de 8 Sud-coréens et de 16 Philippins.

Selon l’agence de presse sud-coréenne Yonhap citant des sources gouvernementales, une embarcation de sauvetage avec deux membres de l’équipage a été trouvée dans la zone.

Le porte-parole de la Marine uruguayenne, Gaston Jaunsolo, a indiqué à l’AFP qu’il s’agissait de deux marins philippins et que les recherches continuaient.

« Trois radeaux de survie ont été découverts par l’un des quatre navires marchands affectés aux opérations de secours, et sur l’un d’eux se trouvaient deux membres de l’équipage de nationalité philippine », a déclaré le porte-parole.

Il a ajouté qu’un avion envoyé par le Brésil se joindrait dimanche aux recherches.

Bien que le navire ne se trouve pas dans les eaux territoriales uruguayennes, il est dans la zone de recherche et de secours dépendant de l’Uruguay, à 2.000 milles nautiques (3.700 km) à l’est du port de Montevideo, a précisé la Marine uruguayenne.

Romandie.com avec(©AFP / 02 avril 2017 01h47)