Posts Tagged ‘Centre-du-Québec’

Canada: La nutritionniste Cynthia Marcotte s’éteint après un accident de vélo

juillet 19, 2022
Cynthia Marcotte et son conjoint William, tout sourire, avec leur casque de vélo, devant un cours d'eau.

Cynthia Marcotte et son conjoint William, à vélo, avant l’accident. Photo :  Capture d’écran – Facebook/Cynthia Marcotte Nutritionniste

Cynthia Marcotte et son conjoint se promenaient à vélo samedi soir lorsqu’ils ont été happés par un véhicule, à Notre-Dame-de-Lourdes, dans le Centre-du-Québec.

L’accident s’est produit sur la route 265 vers 20 h 30. Les cyclistes roulaient en direction nord quand ils ont été heurtés par le véhicule qui circulait dans la même direction.

La femme de 29 ans a succombé à ses blessures quelques heures après son arrivée à l’hôpital, alors que l’homme a subi des blessures sérieuses, mais les autorités ne craignent plus pour sa vie.

Un reconstitutionniste de la Sûreté du Québec a été dépêché sur les lieux. L’enquête est toujours en cours.

Les causes de la collision ne sont pas connues pour le moment.

Les enquêteurs ont rencontré le conducteur du véhicule, âgé de 45 ans.

Vague d’amour sur les réseaux sociaux

Sur les réseaux sociaux, le décès de la nutritionniste et influenceuse québécoise a fait grand bruit. C’est le conjoint de Cynthia Marcotte, William, qui a annoncé la nouvelle aux internautes sur la page Facebook de sa conjointe.

Le nutritionniste Bernard Lavallée a offert ses condoléances à la famille. Il n’y a aucun mot assez fort pour exprimer à quel point je suis désolé. Cynthia était une rassembleuse dans la profession. Elle a toujours été très généreuse de ses connaissances et aidait tout le monde. Je peux affirmer que l’ensemble des nutritionnistes au Québec sont très affectés par la nouvelle, a-t-il écrit.

La docteure en nutrition Isabelle Huot a également commenté. Une perte énorme. On adorait tous Cynthia, une femme et une professionnelle d’exception. Bon courage dans cette épreuve si difficile, a-t-elle exprimé à la suite de la publication.

L’équipe de L’épicerie a tenu à réagir au décès de la blogueuse sur sa propre page. Cynthia Marcotte avait collaboré quelques fois à l’émission. «  Nous apprenons avec beaucoup de tristesse le décès tragique de la nutritionniste Cynthia Marcotte […] qui avait à cœur la santé physique et mentale des jeunes  », peut-on lire sur Facebook.

Un hommage à Cynthia Marcotte a aussi été fait par les Éditions La Presse, qui avaient publié son ouvrage La faim, en 2019. « Son livre reste un des éléments marquants de notre catalogue. Son œuvre ne s’achève pas ici, brutalement au bord d’une route. Elle se poursuit dans l’impact qu’elle a auprès de celles et ceux qui l’ont suivie à raison avec intérêt. Des Cynthia Marcotte, il n’y en a jamais assez. La perdre ainsi, si tôt dans la vie, est évidemment un drame humain. C’est aussi un appauvrissement social. », a écrit le directeur général de la maison d’édition, Jean-François Bouchard.

Avec Radio-Canada

Canada: Les urgences débordent en Mauricie et au Centre-du-Québec

juillet 7, 2022
L'entrée du CHAUR à Trois-Rivières.

Les patients des urgences sont souvent confrontés à de longues heures d’attente. (Archives) Photo : Radio-Canada/Jean-François Fortier

La situation dans les urgences est difficile un peu partout dans la province, et la Mauricie et le Centre-du-Québec n’y échappent pas. La nouvelle vague de COVID-19 et les vacances estivales du personnel viennent compliquer la situation dans les hôpitaux.

Le taux d’occupation dépasse les 100 % dans la majorité des urgences. Le taux à l’hôpital de Trois-Rivières frôle les 150 % alors que celui de Drummondville s’établit à 153 %.

La moyenne québécoise est de 128 %, c’est donc dire qu’il y a en ce moment plus de personnes que de lits disponibles dans les hôpitaux. Au total, 65 hôpitaux ont des taux supérieurs à 100 %.

L’attente peut prendre de longues heures. Des gens rencontrés par Radio-Canada mercredi ont confié avoir attendu plus de douze heures sur place. Certains affirment même avoir pris l’initiative de quitter la salle d’attente sans avoir consulté de médecin en raison du délai.

Shawinigan n’est pas épargnée

L’achalandage est aussi important à l’hôpital du Centre-de-la-Mauricie. Les employés absents en raison de la COVID-19 s’ajoutent aux vacances et à l’augmentation du nombre de patients orphelins, sans médecin de famille, constate le Dr Frédéric Picotte, médecin de famille et médecin d’urgence à Shawinigan.

On a un plus grand volume de patients dans les urgences cette année. Il y a aussi à cause des congés COVID et des vacances, des délais d’attente sur civière qui sont plus longs. Avant que le patient qui vient d’être hospitalisé puisse monter à l’étage c’est plus long, ça met plus de pression sur les gens à l’urgence, explique-t-il.

« Il faut essayer d’être diligent, il faut être compréhensif. Ce n’est pas toutes les années qu’on a les vacances, une [pandémie] de COVID, puis une crise en ressources humaines. »— Une citation de  Dr Frédéric Picotte, médecin de famille et médecin d’urgence à Shawinigan

Une situation difficile, selon le syndicat

La présidente du Syndicat des professionnelles en soins de la Mauricie et du Centre-du-Québec, Patricia Mailhot, constate que la situation est pénible sur le terrain.

« C’est très difficile, on sent l’inquiétude des professionnels en soins, on sent la fatigue, ils font énormément de temps supplémentaire pour venir combler les besoins, malgré qu’il y a eu quelques fermetures de lits ici et là. »— Une citation de  Patricia Mailhot, présidente du Syndicat des professionnelles en soins de la Mauricie et du Centre-du-Québec

Elle affirme que la COVID-19 explique en partie le manque de main-d’oeuvre, mais qu’il y a aussi des congés maladie et des mamans incapables de revenir au travail en raison du manque de garderie, sans compter la période des vacances estivales.

Les autorités de la santé ont repensé l’offre de service en prévision de l’été, mais Patricia Mailhot juge qu’elles devront en faire davantage.

L’organisation du CIUSSS devra prendre, au niveau des services, des décisions, parce qu’il faut faire avec le personnel qu’on a. On ne peut pas demander aux professionnelles de faire du temps supplémentaire à raison de 20, 30 heures et plus par semaine, a-t-elle expliqué en entrevue à l’émission Toujours le matin.

Radio-Canada avec les informations d’Amélie Desmarais

COVID-19 : 300 travailleurs de la santé absents et hospitalisations en hausse en Mauricie et au Centre-du-Québec

juillet 5, 2022
Un lit dans un couloir d'hôpital. On distingue un travailleur de la santé à l'arrière-plan de la photo, qui a été floutée.

Environ 300 travailleurs sont absents du réseau de la santé en raison de la COVID-19 dans la région. (Archives) Photo: Getty Images/Istockphoto

Environ 300 travailleurs sont absents du réseau de la santé en raison de la COVID en Mauricie et au Centre-du-Québec. La directrice de la santé publique du territoire, Marie-Josée Godi, assure que les services essentiels sont maintenus.

Le manque de personnel, dû au virus et aux vacances estivales, a tout de même un impact dans certains secteurs. Au niveau de la capacité hospitalière, au bloc opératoire, nous fonctionnons avec 70 % de la capacité actuelle, précise la Dre Godi.

« Nous recommandons, pour les personnes qui ont besoin de soins mineurs, d’aller voir leur médecin de famille au lieu de se rendre à l’urgence. »— Une citation de  Dre Marie-Josée Godi, directrice de la santé publique en Mauricie et au Centre-du-Québec

La Dre Marie-Josée Godi conseille aussi à la population de tout faire pour éviter d’attraper et de transmettre la COVID-19. C’est que le nombre d’hospitalisations liées au virus est en augmentation en Mauricie et au Centre-du-Québec.

Lundi, 70 personnes hospitalisées étaient atteintes de la COVID-19.

Compte tenu de la transmission de la COVID qui est très importante dans la communauté, il y a des personnes qui sont hospitalisées pour d’autres motifs, mais, lorsqu’on les dépiste, [on découvre qu’]elles sont aussi porteuses de la COVID, a-t-elle expliqué en entrevue à l’émission Toujours le matin.

Cas de COVID-19 dans les hôpitaux de la Mauricie et du Centre-du-Québec

HôpitauxNombre de cas
Centre hospitalier affilié universitaire régional (Trois-Rivières)21
Hôpital Sainte-Croix (Drummondville)23
Hôtel-Dieu d’Arthabaska (Victoriaville)7
Hôpital du Centre-de-la-Mauricie (Shawinigan)19
CMSSS Haut-Saint-Maurice (La Tuque)0
TOTAL70

En date du 4 juillet 2022

Source : CIUSSS MCQ

Une vingtaine d’éclosions

La directrice de la santé publique en Mauricie et au Centre-du-Québec soutient qu’il y a une vingtaine d’éclosions de COVID-19 actuellement sur le territoire.

La Dre Marie-Josée Godi affirme qu’elles se trouvent dans les milieux hospitaliers, les résidences privées pour aînés (RPA) et dans les Centres d’hébergement de soins de longue durée (CHSLD), sans préciser dans quels établissements.

Avec Radio-Canada par Marilyn Marceau

Centre-du-Québec/Un braquage de banque à Plessisville : un homme arrêté

décembre 21, 2021
Une liasse de billets dans la main du cambrioleur.

Un vol qualifié a été perpétré à la succursale de la Banque Nationale sur la rue Édouard-Dufour, à Plessisville, lundi matin. Le suspect a filmé son acte. Photo: Facebook/Spotted Plessisville

La Sûreté du Québec (SQ) a procédé à l’arrestation d’un homme lundi soir à la suite d’un vol survenu plus tôt dans la journée dans une succursale de la Banque Nationale à Plessisville, au Centre-du-Québec.

Le suspect est âgé de 40 ans et a été intercepté à son domicile de Princeville vers 22 h lors d’une arrestation à haut risque, selon la Sûreté du QuébecSQ.

Il pourrait faire face à des accusations de vol qualifié, de port d’arme illégal ainsi que de déguisement dans un dessein dangereux.

La Sûreté du QuébecSQ a été appelée à se rendre dans une banque de la rue Édouard-Dufour vers 10 h 45 lundi matin.

La Banque Nationale n’a pas souhaité commenter la situation.

Un acte filmé par son auteur

Fait inusité, le suspect a filmé son vol. La vidéo qui dure près de 5 minutes a été diffusée en ligne, notamment sur la page Facebook de Spotted Plessisville.

On y voit un individu quitter son véhicule et se rendre dans la banque.

Ok tout le monde, man, c’est un braquage, là, avez-vous compris? Ça me prend l’argent, ça presse, affirme-t-il en entrant dans le bâtiment. Moins de 30 secondes plus tard, il quitte les lieux en lançant : Merci, bonne journée!

Avec Radio-Canada

COVID-19 : la tendance à la hausse se poursuit en Mauricie et au Centre-du-Québec

décembre 7, 2021

La Mauricie et le Centre-du-Québec n’échappent pas à l’augmentation du nombre de nouveaux cas de COVID-19 dans la province. Au cours des trois derniers jours, la santé publique régionale a rapporté 226 nouvelles infections et un décès supplémentaire.

La clinique de dépistage de la COVID-19 à Trois-Rivières est située sur le boulevard Gene-H.-Kruger.

© Jean-François Fortier/Radio-Canada La clinique de dépistage de la COVID-19 à Trois-Rivières est située sur le boulevard Gene-H.-Kruger.

Cette hausse se chiffre à environ 75 nouveaux cas par jour.

Répartition des nouveaux cas de COVID-19

  • Ville de Trois-Rivières : 69
  • MRC d’Arthabaska : 58
  • MRC de Drummond : 31
  • MRC de Nicolet-Yamaska : 16
  • Ville de Shawinigan : 13
  • MRC de Maskinongé : 12
  • MRC des Chenaux : 8
  • Agglomération de La Tuque : 8
  • MRC de Bécancour : 6
  • MRC de l’Érable : 5
  • MRC de Mékinac : 0

Source :CIUSSS MCQ

Les cas actifs sont également en forte hausse, avec 91 de plus que lors du dernier bilan. Le Centre intégré de santé et de services sociaux de la Mauricie-et-du-Centre-du-Québec (CIUSSS MCQ) en recense maintenant 564 sur l’ensemble du territoire.

Si les hospitalisations demeurent stables, avec neuf personnes hospitalisées, dont deux aux soins intensifs, un décès s’est ajouté. Celui-ci est survenu à domicile. C’est le 11e décès attribuable à la maladie qui est répertorié dans la région depuis le début de la quatrième vague de COVID-19.

En ce qui concerne la couverture vaccinale, 79,1 % des personnes admissibles ont reçu une première dose de vaccin et 76,3 % sont adéquatement vaccinées. Tous les groupes d’âge, sauf les 5 à 11 ans, ont dépassé le seuil de 75 % qui ont reçu deux doses du vaccin ou une dose, en plus d’avoir contracté la COVID-19.

En date de lundi, le CIUSSS MCQ indiquait que 9551 enfants avaient reçu une première dose, soir près du quart des jeunes visés par l’opération.

Avec Radio-Canada par Sébastien St-Onge 

Mauricie et Centre-du-Québec: Le nombre de cas quotidiens dans la région préoccupe à l’approche de la rentrée

août 24, 2021

Bien que la situation semble se stabiliser dans la région, la rentrée inquiète tout de même les autorités de la Santé publique au point où les élèves devront porter le masque en classe et qu’il n’y aura pas d’allègements malgré l’imposition du passeport vaccinal avant que la situation sanitaire ne soit réévaluée.

Le nombre de cas actifs se maintient en Mauricie-Centre-du-Québec.

© STÉPHANE LESSARD Le nombre de cas actifs se maintient en Mauricie-Centre-du-Québec.

Le nombre de nouveaux cas par jour serait trois fois plus élevé au Québec qu’à pareille date l’an dernier, et ce, avant la rentrée qui engendrera un nombre très élevé de contacts, a fait valoir le ministre Dubé durant son point de presse de mardi après-midi en présence du Dr Horacio Arruda.

Dans la région de la Mauricie-Centre-du-Québec, les éclosions qui ont touché la région au cours des dernières semaines ont fait en sorte que le nombre de cas a été beaucoup plus élevé qu’à la même période l’an dernier. Ce sont en effet près de 15 fois plus de nouveaux cas qui ont été rapportés entre le 18 juillet et le 23 août.

Selon les données de l’Institut national de la santé publique du Québec (INSPQ), 44 infections avaient été rapportées dans la région durant cette période, en 2020, contre 651, en 2021. Le nombre de cas par jour s’est également élevé entre 3 et 46 cette année, contre 0 à 13, l’an dernier.[object Object]

Pour ce qui est des variants, le nombre de cas de Delta confirmés par séquençage s’élève présentement à un cumulatif de 41, contre 117 pour le variant britannique (Alpha).

La situation semble tout de même se stabiliser en Mauricie-Centre-du-Québec, en comparaison des dernières semaines, alors que le nombre de nouveaux cas de COVID-19 et le nombre de personnes rétablies de la maladie étaient à peu près équivalents dans le bilan rendu public par le CIUSSS, mardi après-midi.

Seize nouveaux cas se sont déclarés, dont sept en Mauricie et neuf au Centre-du-Québec. La majorité de ceux-ci proviennent de la MRC de Drummond (7) et de la ville de Trois-Rivières (5) qui sont toujours les points chauds dans la région.

Depuis le début de la quatrième vague, Trois-Rivières, avec 363 cas, et Drummondville, avec 67, sont les deux endroits les plus touchés dans la région, suivis de Shawinigan (55) et de Bécancour (24).

Les 15 personnes considérées comme étant «rétablies» compensent toutefois pour les nouvelles infections. Le nombre de cas actifs n’a donc augmenté que d’une personne. On en compte actuellement 183 dans la région, soit 96 en Mauricie et 87 au Centre-du-Québec.

Lors de son point de presse, le ministre Dubé a indiqué que la capacité d’hospitalisation réelle au Québec était de 800 lits pour ne pas qu’il y ait de délestage. En Mauricie-Centre-du-Québec, on indique que 67 lits sont présentement réservés à des patients atteints de la COVID-19, dont 56 en médecine générale et 11 aux soins intensifs.

Une nouvelle hospitalisation a été enregistrée, portant le nombre de patients alités en raison de la COVID-19 à deux dans la région et il n’y a plus personne aux soins intensifs, ce qui porte le taux d’occupation de l’unité à moins de 3%.

En ce qui concerne la vaccination, le dernier bilan du CIUSSS MCQ fait état d’une augmentation de 348 premières doses administrées pour porter le total à 75,4 % de la population. Pour ce qui est des 12 ans et plus, la proportion de gens ayant reçu une dose dans la région s’élevait à 83 % en date du 23 août, soit un peu moins que la moyenne provinciale de 86,2%.

Les 18-29 ans (69,7 %) et les 30-39 ans (71,1 %) n’ont pas encore atteint la cible minimale de 75 % dans la région. Les 12-17 ans, avec une proportion de 79 %, sont légèrement au-dessus de la moyenne provinciale.

Pour ce qui est du pourcentage de la population adéquatement vaccinée (deux doses), elle s’élève à 65 % avec les 984 nouvelles doses administrées selon le dernier bilan. En date du 23 août, la proportion des 12 ans et plus ayant reçu les deux doses dans la région était de 75,7% contre 78,2% au Québec.

Selon ce qui a été dit lors du point de presse de mardi après-midi, il est prévu de poursuivre la vaccination au Québec jusqu’à Noël, s’il le faut. Aucune décision n’a encore été prise concernant une troisième dose.

Avec Sébastien Lacroix – Le Nouvelliste

Mauricie-et-Centre-du-Québec: La vaccination des 18-39 ans piétine dans la région

juin 23, 2021

Alors que le gouvernement du Québec peine à convaincre la tranche d’âge des 18-39 ans de recevoir une première dose de vaccin contre la COVID-19, le CIUSSS de la Mauricie-et-Centre-du-Québec annonce l’arrivée d’une nouvelle formule sans rendez-vous.

Toutes les personnes âgées de 18 ans et plus peuvent dorénavant se présenter dans un des sites de vaccination de la région sans rendez-vous.

© /Radio-Canada Toutes les personnes âgées de 18 ans et plus peuvent dorénavant se présenter dans un des sites de vaccination de la région sans rendez-vous.

Toutes les personnes âgées de 18 ans et plus peuvent dorénavant se présenter dans un des sites de vaccination de la région, sans rendez-vous, afin de recevoir une dose du vaccin Moderna.

Cet effort doit servir à administrer le vaccin à 30 000 personnes afin que la région atteigne son objectif de vacciner 75 % de la population pour la première dose, une cible à laquelle Québec souhaitait arriver d’ici la Fête nationale.

Ce sont principalement les jeunes adultes de 18-39 ans qui manquent à l’appel.

Pour les encourager à se faire vacciner, le CIUSSS MCQ utilisera également la clinique de vaccination mobile envoyée notamment à l’Université du Québec à Trois-Rivières ou dans les Cégeps de la région.

Ce samedi, elle sera au centre-ville de Trois-Rivières où se déroule le Festivoix.

Les 12-17  ans de la Mauricie et du Centre-du-Québec devront quant à eux attendre avant de pouvoir bénéficier de cette formule sans rendez-vous en raison des retards de livraison du vaccin Pfizer.

Ils peuvent cependant prendre rendez-vous pour leur première dose sur la plateforme Clic Santé.

Quant aux difficultés rencontrées lors du devancement de la deuxième dose pour les groupes d’âge admissibles, le CIUSSS MCQ invite les utilisateurs à faire usage du module de dépannage du portail Clic Santé.

Des représentants de la Santé publique seront ensuite mandatés pour joindre par téléphone les personnes concernées afin de les aider à devancer leur deuxième dose.

Le changement pourra aussi se faire directement sur les lieux du rendez-vous de dépannage.

Avec  CBC/Radio-Canada 

Canada/Mauricie et Centre-du-Québec: en zone verte lundi prochain

juin 15, 2021

Les régions de la Mauricie et du Centre-du-Québec ne seront finalement pas restées bien longtemps au palier d’alerte jaune puisque les deux régions passeront au palier vert dès lundi le 21 juin. C’est du moins ce qui est possible de lire sur le  site du gouvernement du Québec. L’information a également été confirmée mardi lors du point de presse de 13h par le ministre de la Santé, Christian Dubé.

Après une semaine en zone jaune, la Mauricie et le Centre-du-Québec passeront en zone verte.

© Olivier Croteau Après une semaine en zone jaune, la Mauricie et le Centre-du-Québec passeront en zone verte.

Il s’agit encore une fois d’une bonne nouvelle que tout le monde espérait depuis quelques semaines puisque le nombre de nouveaux cas quotidiens reste stable dans la région.  En effet, le nombre de cas quotidien a poursuivi sa baisse, passant d’une moyenne de 7 cas par jour à 3 cas par jour. Les éclosions sont aussi à la baisse alors que 7 éclosions sont en cours, comparativement à 12 la semaine dernière. De plus, en date de lundi, la région recensait seulement 53 cas actifs sur son territoire. 

«Les efforts soutenus de la population de notre région nous ont une nouvelle fois permis de devancer le calendrier de déconfinement qui avait été proposé par le gouvernement, ce qui constitue une excellente nouvelle. Néanmoins, il faut se rappeler que le virus circule toujours. Il est donc important que les gens continuent d’appliquer les mesures préventives de base même si nous pourrons profiter d’un allègement des mesures avec le passage au palier vert dès la semaine prochaine», souligne Dre Marie Josée Godi, directrice régionale de santé publique.

Ainsi, un retour en zone verte signifie entre autres que les rassemblements d’un maximum de 10 personnes ou des occupants de trois résidences seront permis dans les domiciles privés, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur.

Du côté de la restauration, un maximum de 10 personnes par table ou les occupants de 3 résidences seront désormais permis dans les restaurants et bars en zone verte.

De plus, un maximum de 250 personnes pourra se rassembler dans les lieux de culte.

Concernant les funérailles et les mariages, un maximum de 50 personnes, excluant les travailleurs de l’entreprise de services funéraires et les bénévoles dans le bâtiment ou à l’extérieur de celui-ci peuvent se rassembler simultanément. 

Rappelons que dans son plan de déconfinement, le gouvernement du Québec avait prévu que la majorité des régions passent en zone verte d’ici le 28 juin.

Avec Amélie Houle – Le Nouvelliste

Maurice, Centre-du-Québec et Trois-Rivières: Très bientôt en jaune?

mai 29, 2021

Malgré quelques petits soubresauts qui ont fait craindre de nouvelles flambées de la pandémie, la Mauricie et le Centre-du-Québec connaissent depuis plusieurs semaines une baisse du nombre moyen de nouveaux cas quotidiens. Si bien qu’en ce début de déconfinement, la région a toutes les chances de passer au palier d’alerte jaune avant l’objectif du 14 juin fixé par Québec, estime la directrice régionale de la Santé publique, la Dre Marie-Josée Godi.

«La tendance est favorable en ce sens. La courbe est à la baisse. C’est très positif comme données et évolution», affirme-t-elle.

«Nous espérons vraiment que le changement de palier puisse se faire avant le 14 juin, si cette baisse se poursuit ou se maintien. Je crois que la région sera favorable à passer à un autre palier, car nous sommes à l’orange depuis longtemps.»

Au cours des dernières semaines, la population de la région a su rapidement s’adapter, croit la Dre Godi, lorsque le nombre de nouveaux cas était en progression d’abord au Centre-du-Québec puis en Mauricie.

«Les messages qui ont été adressés à la population ont quand même été bien reçus. Il faut se rappeler que oui nous avons eu des données plus préoccupantes, mais la région est tout de même restée au palier orange pendant plus de dix semaines. Nous avons évité à notre région le yoyo», indique la directrice régionale de la Santé publique.

La directrice régionale de la Santé publique, la Dre Marie-Josée Godi.

© FRANÇOIS GERVAIS La directrice régionale de la Santé publique, la Dre Marie-Josée Godi.

«L’objectif d’aller vers un retour un peu à la période précovid fait en sorte que la population collabore. Et on espère que ça va se poursuivre.»

Vendredi, le bilan quotidien de la Santé publique régionale rapportait 16 nouveaux cas de COVID-19 dans la région, dont 4 en Mauricie et 12 au Centre-du-Québec. Les territoires les plus touchés sont la MRC de Drummond (7), la MRC d’Arthabaska (5) et Trois-Rivières (3). Le nombre de cas actifs dans la région poursuit donc sa diminution, pour s’établir à 180.[object Object]

Le nombre d’hospitalisations demeure stable avec 12. De ce nombre, trois personnes sont admises aux soins intensifs.

Un déconfinement progressif

Tout le Québec a entrepris une étape importante dans son déconfinement vendredi, avec la fin du couvre-feu et la possibilité de se réunir à huit personnes (ou les occupants de deux résidences) à l’extérieur.

«La prudence et le fait d’y aller progressivement sont bénéfiques pour tous. Ce n’est pas comme une liberté qu’on va nous enlever du jour au lendemain», indique la Dre Godi qui souhaite que la population respecte ce plan progressif de déconfinement proposé par la Santé publique.

«S’il y a une remontée des cas, c’est un retour en arrière et on ne le souhaite pas. Malgré le déconfinement, on peut se retrouver à devoir encore refermer. Mais ce n’est vraiment pas ce que nous souhaitons tous.»

© Infographie Le Nouvelliste

Les stades et les grandes salles intérieures ont aussi la possibilité de faire plusieurs zones de 250 personnes et d’accueillir un maximum de 2500 personnes.

Si la région atteint la zone jaune prochainement, les occupants de deux résidences pourront se voir à l’intérieur. À condition qu’ils portent un masque et qu’ils respectent la distanciation. De plus, le télétravail obligatoire prendra fin.

De nombreux jeunes se rendent ces jours-ci dans les centres de vaccination, comme celui de la Bâtisse industrielle de Trois-Rivières.

© STÉPHANE LESSARD De nombreux jeunes se rendent ces jours-ci dans les centres de vaccination, comme celui de la Bâtisse industrielle de Trois-Rivières.

Vaccination: le cap des 60 % atteint ce week-end

Vendredi, 58,7 % de la population de la région avait reçu sa première dose de vaccin. Considérant les rendez-vous du week-end, le cap des 60 % devrait être franchi. Et à la lumière des données obtenues par Le Nouvelliste, les effets de la vaccination pour contrer la propagation du coronavirus dans la région sont probants. Les personnes vaccinées sont sous-représentées dans les statistiques de nouveaux cas d’infection.

En effet, sur les 293 078 personnes qui avaient eu une première dose jeudi, seulement 404 personnes ont contracté la COVID-19, selon les données transmises par le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de la Mauricie et du Centre-du-Québec (CIUSSS MCQ). Cela signifie donc que seulement 0,13 % des personnes vaccinées ont été infectées.

Plus précisément, 267 personnes, soit 0,11 % des personnes vaccinées dans la région, ont contracté la COVID-19 moins de 21 jours après avoir reçu le vaccin. Sur ces 267 personnes, 20 ont dû être hospitalisées et trois de celles-ci ont succombé à la maladie.

«La protection n’était soit pas optimale ou bien les personnes avaient déjà la COVID-19 lorsqu’ils ont passé le test de dépistage. Chez une personne plus âgée, ça peut prendre quatre semaines avant de développer une certaine protection», explique la Dre Godi.

De plus, 137 personnes (0,05 %) ont eu la COVID-19 plus de 22 jours après avoir été vaccinées. De ce nombre, 15 personnes ont été hospitalisées et quatre d’entre elles sont mortes. Ces personnes avaient plusieurs facteurs de risques, note CIUSSS MCQ.

«La première dose n’offre pas une protection totale. De plus, on constate que la première dose offre une protection qui varie en fonction de l’âge de la personne», précise la directrice régionale de la Santé publique qui rappelle l’importance des deux doses des vaccins.

On apprenait cette semaine que les personnes qui ont reçu une première dose du vaccin d’AstraZeneca avant le 3 avril pourront dès samedi recevoir leur seconde dose lors de journée de vaccination sans rendez-vous à la Bâtisse industrielle de Trois-Rivières, à l’aréna Gilles-Bourassa de Shawinigan, au Centrexpo Cogeco de Drummondville et au Complexe sportif Sani Marc de Victoriaville.

Les horaires précis des centres de vaccination sont affichés sur le site internet du CIUSSS MCQ. Un peu plus de 3600 doses d’AstraZeneca sont disponibles dans la région.

Ceux qui ont reçu une première dose d’AstraZeneca et qui préfèrent recevoir une dose d’un vaccin ARNm de Pfizer ou de Moderna pourront le faire. Ils doivent toutefois attendre les 112 jours initialement prévus.

© Infographie Le Nouvelliste

Une 1re clinique de vaccination mobile en Mauricie et au Centre-du-Québec

mai 18, 2021

Une clinique de vaccination contre la COVID-19 sillonnera le territoire de la Mauricie et du Centre-du-Québec. Les autorités régionales de la santé dévoilent cet avant-midi le véhicule choisi pour cette première clinique de vaccination mobile dans la région sociosanitaire.

Archives

© CBC/Evan Mitsui Archives

Il s’agit d’un modèle créé en collaboration avec nos partenaires, notamment la société Kruger et l’Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR)», indique le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de la Mauricie-et-du-Centre-du-Québec (CIUSSS MCQ) par voie de communiqué.

La clinique de vaccination mobile permettra d’offrir de la vaccination de proximité dans plusieurs milieux», ajoute le CIUSSS MCQ. 

Le dévoilement de cette clinique a lieu à l’usine Kruger Wayagamack, près de l’île Saint-Quentin, à Trois-Rivières.

Avec CBC/Radio-Canada