Posts Tagged ‘Chaleur’

Canada-Québec: Des températures de près de 30 °C bientôt

octobre 4, 2021

Au cours des derniers jours, des températures froides ont touché le Québec en raison d’une bulle d’air frais coincée au-dessus de la province. Heureusement, un important changement météo est attendu cette semaine. Certaines régions du Canada risquent de frôler les 30 °C.

Chaleur d’un côté

En début de semaine, la bulle d’air frais quittera graduellement le Québec en direction de l’est. Une remontée de températures est prévue par la suite. Les secteurs du centre et de l’ouest du pays connaîtront le contraste de température le plus important. Un anticyclone situé au milieu du continent apportera de la chaleur dans le centre des États-Unis et au sud des Prairies canadiennes.

© Fournis par MétéoMédia

Des températures de près de 30 °C seront possibles au sud de l’Alberta ou encore en Saskatchewan. On parle de températures de 10 °C à 15 °C au-dessus des normales, nous rapprochant ainsi des records des 30 °C les plus tardifs au Canada. Cette zone de haute pression, qui apportera la douceur, se déplacera vers le Québec vers le milieu de la semaine.

© Fournis par MétéoMédia

Contraste marqué

Alors que des températures estivales toucheront plusieurs régions, un autre système au nord de la Colombie-Britannique apportera un important contraste. Les températures maximales descendent sous les 5° par endroits. Ce système persistera tout au long de la semaine. Les températures descendront graduellement et des bordées de neige sont attendues dans les secteurs montagneux.

© Fournis par MétéoMédia

Au Québec, les températures pourraient renouer avec les 20 °C et 25 °C dès le milieu de la semaine, et ce, au moins jusqu’au week-end. L’intensité de cette poussée de douceur reste toutefois encore à surveiller puisque certains modèles météorologiques renforcent l’anticyclone sur nos côtes, augmentant ainsi les températures à plus de 25 °C dans le sud de la province. Des records de chaleurs quotidiens pourraient donc être battus.

© Fournis par MétéoMédia

En octobre au Québec, on dénombre, en moyenne une à cinq journées de plus de 20 °C. Cette année, nous pourrions en connaître plus. À Montréal, le record du nombre de jours avec des 20 °C en octobre est de 16 jours en 1947. Plus récemment, en 2017, on a connu dix jours. Selon les prévisions actuelles, on pourrait en connaître entre cinq et huit jours ce mois-ci.

© Fournis par MétéoMédia

Avec MétéoMédia

Chaleur intense : Québec va renouer avec les 30 °C plus vite qu’on pense

septembre 11, 2021

Chaleurs d’automne

Les grandes chaleurs se font de plus en plus rares au Québec en septembre. Toutefois, les journées avec un maximum de 30 °C ne sont pas improbables et des canicules peuvent même survenir. Lors des deux dernières années, la province n’a pas enregistré de maximum de 30 °C au cours du premier mois de l’automne météorologique. En 2021, cette tendance pourrait être brisée durant la seconde moitié de septembre, et ce, même si les probabilités que cela se produise diminuent avec le temps.

© Fournis par MétéoMédia

Deux phénomènes, une conséquence

À l’autre bout du monde, deux gigantesques tempêtes foncent vers le continent asiatique. La trajectoire des deux typhons influence favorablement la météo au Québec si la Chine se retrouve dans la ligne de mire. À l’inverse, un tracé vers l’est du Japon favorise plutôt la formation d’un creux sur la Belle province.

© Fournis par MétéoMédia

Une crête

Cette fois-ci, les conditions atmosphériques seront propices à un crétage pour le Québec. L’effet domino inversé produit un apport de chaleur intense des typhons qui a pour effet de dessiner une belle crête sur la province. La présence de l’anticyclone des Bermudes à l’est permettra à la chaleur de remonter. Des maximums de plus de 30 °C sont possibles dans le secteur du sud du Québec avec un humidex de 35. Cette séquence de chaleur devrait donc se manifester vers le 15 septembre et durer environ une semaine.

© Fournis par MétéoMédia

Septembre chaud

Depuis deux décennies, les 30 °C ont été absents seulement à six reprises en septembre. En moyenne, au Québec, on compte environ trois journées aussi chaudes.

© Fournis par MétéoMédia

2017

En septembre 2017, une situation semblable avait donné lieu à une canicule entre les 23 et 27. Rappelons qu’une canicule est synonyme de trois journées consécutives avec des maximums de 30 °C.

© Fournis par MétéoMédia

 Avec Francis Brière 

Canada-Le Québec connaîtra la plus grande chaleur de l’été

août 7, 2021

La séquence la plus chaude de l’été s’amorce au Québec avec de l’air des tropiques. Des maximums élevés avec un important apport d’humidité sont à prévoir durant plusieurs jours dans toutes les régions de la province.

Le retour des conditions estivales

Les deux dernières séquences de températures tropicales sont survenues en juin. Le mercure avait même atteint un maximum de 35,3 °C à Saguenay. Par la suite, juillet s’est avéré bien tranquille en ce qui concerne la chaleur. À compter de la semaine prochaine, le Québec connaîtra une hausse marquée du mercure et une importante poussée d’humidité.

© Fournis par MétéoMédia

La séquence la plus chaude de l’été

Les modèles ne sont pas unanimes en ce qui concerne la durée et l’intensité de cette poussée de chaleur. Il faut prévoir un minimum de trois journées avec des maximums oscillant autour de 30 °C. L’humidité pourrait causer des ressentis pénibles à 40 et plus. Des nuits inconfortables sont également au menu avec des minimums de 22 °C dans le sud de la province.

© Fournis par MétéoMédia

L’est du Québec

Les secteurs de la Gaspésie, de la Côte-Nord et du Bas-Saint-Laurent seront frappés moins durement par cette vague de chaleur. Toutefois, il faut prévoir des maximums de 28 °C à 30 °C et des ressentis avoisinant les 35.

© Fournis par MétéoMédia

Le centre du Québec

Dans le centre de la province, les maximums pourraient dépasser 30 °C par endroits et l’humidité sera également bien présente. Les ressentis atteindront possiblement 40.

© Fournis par MétéoMédia

Le sud du Québec

Évidemment, ce secteur sera le plus gâté en ce qui concerne la chaleur et l’humidité. Les maximums pourraient dépasser 32 °C tandis que l’humidex atteindra 40, voire davantage.

© Fournis par MétéoMédia

L’ouest du Québec

En Abitibi, la chaleur sera bien présente au cours de cette séquence. Les modèles s’entendent pour que le mercure oscille autour de 30 °C avec des ressentis pouvant atteindre 40.

© Fournis par MétéoMédia

Avec  MétéoMédia 

Canada-Le Québec sous surveillance : orages violents sur les radars

juillet 20, 2021

Les conditions sont propices à la formation d’orages violents. La chaleur et l’humidité, de même que le passage d’un front froid, rendront la situation explosive dans le sud du Québec, mardi.

La bonne recette

La chaleur et l’humidité seront progressivement chassées mardi, mais ces conditions persistantes créent un réservoir d’énergie pour que des orages éclatent en après-midi et en soirée dans le sud du Québec. De plus, un front froid balaye actuellement la province et certains secteurs verront de l’action au cours de la journée.

© Fournis par MétéoMédia

Orages dans le sud du Québec

Le risque d’orages perdure mardi, alors que le front froid se déplace vers le sud-est. Les secteurs du sud de la province sont donc à surveiller dès l’après-midi, notamment la grande région métropolitaine. Ces orages produisent de la pluie abondante, de fortes rafales et de la grêle.

© Fournis par MétéoMédia

Pluie torrentielle

La présence d’humidité est telle que le potentiel de pluie très abondante et subite demeure élevé sous les orages. Des accumulations rapides de 40 mm à 50 mm sont possibles par endroits.

© Fournis par MétéoMédia

Avec  MétéoMédia

Canada-Vague de chaleur différente : le Québec va faire face à un danger

juillet 13, 2021

Un phénomène inhabituel va plonger le Québec dans une séquence difficile à vivre. La chaleur ne se manifestera pas de la même façon que lors d’une canicule commune.

Semaine d’inconfort

Un phénomène détestable se produit cette semaine au Québec : l’avènement de l’air humide. Le joueur responsable de la venue de cet air chaud du golfe du Mexique demeure l’anticyclone des Bermudes. Son positionnement rapproché par rapport à la côte est américaine permet un pompage de chaleur et d’humidité vers la province. La semaine à venir sera particulièrement inconfortable, même si le mercure n’atteint véritablement pas des sommets. De fait, les nuits seront particulièrement suffocantes en raison des minimums élevés et de la présence de cette intense humidité.

© Fournis par MétéoMédia

Nuits à 20 °C

Lors de la séquence qui s’amorce au Québec, certains secteurs auront droit à des nuits dont le minimum ne descendra pas sous la barre des 20 °C. Pour Montréal, un été normal compte une dizaine d’événements semblables. Cette année, la métropole en a déjà cumulé cinq. Au cours des prochains jours, les modèles en prévoient encore cinq ou six. Depuis 20 ans, le pire été à ce chapitre demeure 2018 avec un total de 26 nuits suffocantes.

© Fournis par MétéoMédia

Chaud et humide

L’inconfort nocturne va dominer au cours des prochains jours en raison de la concentration élevée d’humidité dans l’air en plus des hauts minimums prévus. Les ressentis pourraient demeurer à près de 30 jusqu’à tard le soir.

© Fournis par MétéoMédia

Avec  MétéoMédia 

Canada: De la neige bientôt au Québec ?

juillet 5, 2021

En début de semaine, le Québec va connaître un contraste assez important au niveau des températures

De la chaleur et de l’humidité

En début de semaine, sur le sud du Québec, les ressentis atteindront 35, ou même 40, en raison d’un humidex bien présent.

© Fournis par MétéoMédia

Cependant, ça sera de courte durée, car un système va passer sur la province mardi. Derrière le front froid, les températures vont chuter et le contraste se fera bien sentir.

Températures plus fraîches et… neige !

Ce contraste de température sera surtout marqué pour les secteurs un peu plus au nord. Il pourrait notamment y avoir de la neige sur certains secteurs, comme Fermont.

© Fournis par MétéoMédia

De la neige en juillet, c’est rare! Il est possible, même en juillet, que le mercure s’approche ou descende sous le point de congélation.

Le 3 juillet 1982, le thermomètre de la ville de Val-d’Or indiquait -0,1 °C. C’est le plus froid enregistré au Québec durant un mois reconnu pour sa chaleur. Ailleurs au Québec, Saguenay (0 °C), Rimouski (0,8 °C), Gaspé (0,7 °C) et Sherbrooke (0,5 °C) ont déjà flirté avec le point de congélation.

À Fermont, le record officiel au chapitre de la neige estivale a été enregistré le 7 juillet 1969 avec 0,3 cm.

Risques d’orage

Avec le passage du front froid, on surveille aussi les risques d’orage. L’énergie pour des orages violents sera disponible, donc des cellules orageuses pourront se former.

© Fournis par MétéoMédia

Qui dit contraste de température, dit fort vent. Il va y avoir des rafales de 50 à 60 km/h pour la journée de mardi.

© Fournis par MétéoMédia

Avec MétéoMédia 

Canada-Québec : prochaine victime du dôme de chaleur ?

juillet 2, 2021

 

Cela fait maintenant plus d’une semaine qu’une zone de haute pression anormalement intense s’est retrouvée captive au-dessus de la Colombie-Britannique, alors que deux anticyclones l’ont forcé à rester sur place. Cette crête anticyclonique a engendré comme phénomène un dôme de chaleur, qui a occasionné les multiples records de températures nationaux enregistrés au cours des derniers jours.

La chaleur se dirige vers l’est

Tranquillement tout au long de la semaine, le dôme de chaleur a migré vers les Prairies canadiennes, générant sur son passage de la chaleur intense et quelques records, sans pour autant donner un répit immédiat à la Colombie-Britannique ou à l’Alberta.

Ce n’est que tout récemment que les températures sont lentement redescendues de quelques degrés, soit ce jeudi, demeurant toutefois élevées pour ces provinces. La réelle pause de chaleur devrait cependant arriver ce samedi, alors que le Manitoba et le nord-ouest de l’Ontario entreront plutôt dans une période de températures élevées. Des records pourraient aussi être battus dans ces secteurs. Plus au sud, les États-Unis pourraient finalement obtenir un léger répit de la chaleur extrême au début de la semaine prochaine.

© Fournis par MétéoMédia

Le Québec, dans la mire du dôme ?

Continuant sur cette lancée, cette circulation en provenance de l’ouest, connue sous le nom de flux zonal, occasionnera une brève poussée de chaleur dans la province au début de la semaine prochaine. Cependant et fort heureusement, cette chaleur ne durera pas aussi longtemps que ce que la Colombie-Britannique a connu.

© Fournis par MétéoMédia

En fait, celle-ci sera freinée par un creux associé au vortex polaire situé au nord du Canada. Ainsi durant cette poussée de chaleur, qui se déroulera sur deux jours en début de la semaine prochaine, le mercure oscillera entre 25 et 30 °C pour le sud de la province avec un humidex au-delà des 35. On peut donc dire que le Québec s’en tirera à bon compte comparativement à l’Ouest canadien.

© Fournis par MétéoMédia

Avec MétéoMédia 

Canada: Un phénomène exceptionnel affectera le Québec très longtemps

avril 6, 2021

Si la chaleur issue de sa présence a de quoi réjouir le Québec, un phénomène atmosphérique demeure bien campé sur la province. Trois conséquences remarquables sont à surveiller durant plusieurs jourr

1- Chaleur presque estivale

La province aura droit à une semaine sous le soleil et ce scénario s’étendra même jusqu’à l’est du Québec d’ici jeudi, cadeau d’un blocage Oméga. Les températures pour une majeure partie de la province devraient grimper entre 10 °C et 20 °C au-dessus des normales.

© Fournis par MétéoMédia

Entre autres, les secteurs les plus à l’ouest, tout comme le Témiscamingue, l’Outaouais et même Montréal, pourraient voir le mercure avoisiner les 20 °C en milieu de semaine. La région métropolitaine est d’ailleurs en voie de connaître une des plus belles séquences de beau temps combinée à très peu ou pas de précipitations, depuis 1998.

© Fournis par MétéoMédia

Cela est dû à un anticyclone bloqué par deux dépressions en altitude qui forme ce que l’on appelle un blocage Oméga.

2- Rempart contre les dépressions

Cette disposition des pressions atmosphériques fait aussi en sorte que presque tout le Québec, à l’exception de l’est qui subit encore un système dépressionnaire, se verra protégé des intempéries pour les prochains jours. Si le blocage ne se déplace pas vers l’est, les dix prochains jours seront exempts de précipitations contrairement à nos voisins ontariens qui se retrouveront sous les nuages et la pluie.

© Fournis par MétéoMédia

Mais au Québec, les modèles actuels indiquent que du temps sec est prévu pour les prochains jours. On pourrait d’ailleurs se retrouver avec l’un des débuts de mois d’avril les plus secs à Montréal.

© Fournis par MétéoMédia

3- Risques d’incendie

Cette chaleur et ce temps sec augmentent malheureusement les risques de feux de forêt. La majorité de la province ayant reçu moins de neige que la normale cette année — et celle-ci ayant disparu hâtivement —, le sol s’en trouve plus sec et les conditions sont propices à ce que se déclenchent des incendies.

D’ailleurs, la Société de protection des forêts contre le feu (SOPFEU) a renouvelé son avertissement de risque élevé de feux pour l’ouest, le centre et le sud du Québec, et a même élargi sa portée territoriale. Désormais, le Centre-du-Québec, l’Estrie, la Montérégie et la Mauricie s’ajoutent aux régions des Laurentides, de Lanaudière, de l’Abitibi-Témiscamingue, de l’Outaouais et de Montréal.

Avec MétéoMédia

Arctique: record de chaleur dans le Svalbard norvégien

juillet 25, 2020

Selon les scientifiques, l’Arctique se réchauffe deux fois plus vite que l’ensemble de la planète.

Le Svalbard, archipel norvégien dans l’Arctique, a enregistré samedi des températures au-delà des 20 degrés, les plus chaudes jamais enregistrées depuis plus de quarante ans et quasi égales au record absolu, selon l’institut météorologique norvégien.

Avec une pointe à 21,2 degrés samedi après-midi, l’archipel a connu son deuxième jour le plus chaud depuis le début des relevés météorologiques. Le seul précédent connu est le 16 juillet 1979, lorsque le mercure avait atteint 21,3 degrés, a précisé à l’AFP le météorologue de permanence à l’institut, Kristen Gislefoss.

Le groupe d’îles, parfois plus connu sous le nom de Spitzberg, est situé à un millier de kilomètres du Pôle nord. Le pic de chaleur de samedi, qui devrait durer jusqu’à lundi, est très au-dessus des normales saisonnières: les températures habituelles en juillet, mois le plus chaud dans l’Arctique, sont de l’ordre de 5 à 8 degrés au Svalbard.

Selon les scientifiques, l’Arctique se réchauffe deux fois plus vite que l’ensemble de la planète. L’été 2020 dans la région est marqué par des épisodes quasi caniculaires dans la partie russe de l’Arctique: des températures 5°C au-dessus de la normale depuis janvier en Sibérie et un pic à 38°C début juillet au-delà du cercle arctique.

Un changement déjà visible

Selon un récent rapport officiel norvégien «Climate in Svalbard 2100», la température moyenne au Svalbard pour la période 2070-2100 devrait augmenter de 7 à 10 degrés par rapport à la période 1970-2000, suivant le niveau d’émissions humaines dans les décennies à venir.

Le changement est déjà visible: «de 1971 à 2017, un réchauffement de 3 à 5°C a été observé, avec les plus fortes hausses en hiver», selon le rapport.

Connu pour ses ours polaires, le Svalbard a la particularité paradoxale d’abriter à la fois une mine de charbon, énergie la plus émettrice de gaz à effet de serre, et une «Arche de Noé végétale», inaugurée en 2008 pour protéger les plantes des impérities des hommes.

Cette chambre forte censée être une parade contre le changement climatique a elle-même été victime du réchauffement. Quelque 20 millions d’euros de travaux ont dû y être menés en raison d’une infiltration d’eau provoquée par la fonte du pergélisol en 2016.

Par Le Figaro avec AFP

Sanctuaire de bestiaire

décembre 23, 2019

 

Terre rouge et ciel bleu d’Australie

Désert aux escarpements sans pluie

De ton souffle méridional tu gémis

Dans la chaleur suffocante des incendies

 

Sol poussiéreux aux espèces fantastiques

Berceau de kangourous et de varans uniques

Paradis des folies tropicales de bestiaire

Ta biodiversité est un précieux sanctuaire

 

Ô Australie, géant vert du pays des Koalas

Longtemps immense territoire du Gondwana

Aux peluches fétiches et aux émeus curieux

Tes incendies récurrents sont très monstrueux

 

Bernard NKOUNKOU