Posts Tagged ‘Champion’

États-Unis: Le légendaire boxeur Mohamed Ali meurt à l’âge de 74 ans

juin 4, 2016

 

Mohamed Ali en 1966.© Press Association Mohamed Ali en 1966. PHOENIX, Arizona – Mohamed Ali, le légendaire boxeur et ancien champion des poids lourds dont la personnalité a changé le monde du sport et a captivé le monde entier, est décédé à l’âge de 74 ans, selon un communiqué émis par sa famille.

Ali souffrait depuis trois décennies de la maladie de Parkinson, qui a ravagé son corps, mais ne pouvait jamais affaiblir sa présence plus grande que nature. Une figure emblématique lorsqu’il était à son sommet, il a voyagé et il fait plusieurs apparitions lors des dernières années même s’il ne pouvait plus parler en raison des milliers de coups de poing encaissés au cours de sa remarquable carrière.

Plus tôt cette semaine, il avait été hospitalisé à Phoenix pour des problèmes respiratoires. Sa famille s’était rendue à son chevet.

Ali était un géant de son époque, un furieux et bruyant boxeur dont l’influence s’est fait sentir bien au-delà du ring. Il a pris part à quelques-uns des combats les plus mémorables même si sa carrière a été interrompue pendant trois ans parce qu’il a refusé de faire son service militaire durant la Guerre du Viêt Nam.

Il a vaincu Sonny Liston, il a participé à des combats excitants contre Joe Frazier et il a battu George Foreman lors du « Rumble in the Jungle », au Zaïre. Ali a cependant payé cher les 29 000 coups reçus à la tête durant une carrière qui a peut-être fait de lui la personne la plus reconnue au monde.

« Je suis le meilleur », martelait-il.

Mohamed Ali terrasse Sonny Liston le 25 mai 1965 à Lewiston, dans le Maine.

© John Rooney/AP Mohamed Ali terrasse Sonny Liston le 25 mai 1965 à Lewiston, dans le Maine.
Vénéré par des millions de gens, Ali avait une personnalité qui ne laissait personne indifférent et il se promenait avec son entourage tout aussi coloré, qui le pressait de « flotter comme un papillon et piquer comme une abeille ». Il a terminé sa carrière avec une fiche de 56 victoires, dont 37 par K.O., et 5 défaites en plus d’être le premier boxeur à gagner la ceinture des poids lourds trois fois.Mais sa vie hors du ring a été aussi fascinante – et controversée – qu’elle l’était entre les câbles.

Ali a rejeté l’Amérique blanche lorsqu’il a rejoint les « Black Muslims » et il a changé son nom de Cassius Clay à Mohamed Ali. Il a refusé de combattre lors de la Guerre du Viêt Nam – « Je n’ai pas de querelle avec les Vietcongs » – et il a perdu trois ans et demi de sa carrière. Il a amusé des dirigeants du monde, disant même une fois au président des Philippines Ferdinand Marcos : « J’ai vu votre femme. Vous n’êtes pas si stupide que vous en avez l’air. »

Ali a déjà estimé qu’il avait amassé 57 millions de dollars américains au cours de sa carrière professionnelle, mais les effets des coups ont duré bien après que tout l’argent eut été dépensé. Ça ne l’a pas empêché de voyager sans relâche afin de promouvoir l’islam, rencontrer des dirigeants du monde et travailler à ce que les boxeurs ne se fassent pas escroquer par leurs gérants et leurs promoteurs. Même s’il était moins énergique lors des dernières années, il a fait bon nombre d’apparitions publiques, incluant un voyage en Irlande, en 2009.

Avec son visage presque gelé par la maladie et les mains tremblantes, il a allumé la vasque olympique lors des Jeux olympiques d’Atlanta, en 1996.

Mohamed Ali en 1964.

© Harry Benson/Getty Images Mohamed Ali en 1964.
Né Cassius Marcellus Clay le 17 janvier 1942, à Louisville, au Kentucky, Ali a commencé à boxer à l’âge de 12 ans après s’être fait voler son vélo. Il a juré au policier Joe Martin qu’il allait corriger la personne qui l’avait volé.Il ne pesait que 89 livres à l’époque, mais Martin a décidé de l’entraîner à son gymnase de boxe. Le début d’une carrière amateur de six ans s’est conclu avec une médaille d’or dans la catégorie des mi-lourds, en 1960.

S’en sont suivis des combats aussi excitants qu’improbables, notamment en 1964, contre Sonny Liston. Ali s’est emparé de la ceinture de championnat des poids lourds pour la première fois.

Mohamed Ali en 1963.

© Press Association Mohamed Ali en 1963. 
Sa trilogie de combats contre Joe Frazier a secoué le monde de la boxe. Lors du premier combat, Frazier a eu le dessus, envoyant Ali au tapis au 12e round.Il s’agissait de la première défaite d’Ali. Il a pris sa revanche au deuxième combat et ensuite est arrivé le combat qu’on surnomme « Thrilla in Manila », le 1er octobre 1975, aux Philippines. Un combat brutal qui a fait dire à Ali qu’il s’agissait de l’expérience « la plus près de la mort » qu’il avait vécue.Ali a remporté ce troisième duel, mais il a reçu plusieurs coups de la part de l’infatigable Frazier. Selon plusieurs, il s’agissait de la dernière grande performance qu’il allait livrer.Cependant, son combat le plus mémorable a été celui surnommé le « Rumble in the Jungle », lorsqu’il a défait la jeune sensation George Foreman pour redevenir champion du monde des poids lourds à l’âge de 32 ans.

Plusieurs croyaient qu’Ali pourrait se blesser sérieusement contre le puissant Foreman, qui avait envoyé Frazier au tapis six fois dans une victoire au deuxième round.

Devant une foule de plus de 60 000 spectateurs à Kinshasa, Ali a réussi à l’emporter contre toutes attentes pour s’approprier la ceinture des poids lourds pour une deuxième fois.

C’est en utilisant la stratégie du « rope-a-dope », en laissant Foreman se fatiguer et en encaissant tous ses coups, qu’Ali est arrivé à ses fins. Il lui a passé le K.O. au huitième round.

« Je vous avais dit que j’étais le meilleur », a-t-il insisté.

Mohamed Ali: sa vie en images

Le 30 octobre 1974, au Zaïre, la légende de la boxe Mohamed Ali, affrontait le jeune George Foreman, largement favori dans ce que l’on désigne aujourd’hui comme « le combat du siècle » (ou « Rumble in the Jungle », soit le « duel dans la jungle »). Ali espérait ainsi remettre la main sur la ceinture de champion du monde des poids lourds. Après avoir passé la majeure partie du combat dans les cordes, Ali surprend Foreman et lui passe le K.O. au 8e round.

Voici quelques moments marquants de la vie de « The Greatest ».

ALERTE – Mondiaux-2013 – Le Français Teddy Tamgho champion du monde du triple saut

août 18, 2013

MOSCOU – Le Français Teddy Tamgho est devenu champion du monde du triple saut avec énorme bond à 18,04 m nouveau record de France, dimanche à Moscou.

Il a devancé le Cubain Pedro Pablo Pichardo (17,68 m) et l’Américain Will Claye a pris la médaille de bronze avec 17,52 m.

Romandie.com avec (©AFP / 18 août 2013 16h02)

Pistorius est « un homme brisé et au bord du suicide », selon un ami

mars 11, 2013
Pistorius est 'un homme brisé et au bord du suicide', selon un ami Pistorius est « un homme brisé et au bord du suicide », selon un ami © AFP

Oscar Pistorius est « un homme brisé » et « au bord du suicide », déclare dans un documentaire de la BBC un ami de l’athlète sud-africain, accusé d’avoir assassiné sa petite amie Reeva Steenkamp le 14 février.

« Après lui avoir parlé, je dirais que c’est un homme brisé et j’irais même jusqu’à dire qu’il est au bord du suicide. Cela m’inquiète vraiment », affirme Mike Azzie, dans « Pistorius: ce qui s’est vraiment passé », une émission qui doit être diffusée lundi à la télévision britannique.

« Il n’y a aucune confiance dans le ton de sa voix. Il fait penser à quelqu’un qui tourne en rond sans savoir où il va », ajoute l’ami de Pistorius.

Selon Azzie, le champion paralympique, âgé de 26 ans, « parle souvent de Reeva Steenkamp » et « demande qu’on prie pour elle et pour sa famille ».

Pistorius, six fois médaillé d’or aux jeux Paralympiques, est accusé d’avoir abattu Reeva Steenkamp à coup de pistolet. L’athlète, en liberté sous caution, plaide l’accident, affirmant qu’il a confondu sa petite amie avec un cambrioleur.

Jeuneafrique.com avec AFP

Méfiance de météore

février 15, 2013

  

Audace de malin

Ruse de félin

L’argent ne remplace pas une vie humaine

Malgré les victoires à la chaîne

La gloire escabeau de l’âge

Tombe à la culbute du sage

Dans la faute du champion

La sanction éteint les lampions

Sévère est l’appréciation du doute

Retrait les contrats à la moindre faute

Dans l’effritement de la confiance

La lumière du météore est une méfiance.

 

Bernard NKOUNKOU

Le légendaire joueur d’échecs Svetozar Gligoric est décédé

août 16, 2012
 Svetozar Gligoric a été champion de l’ex-Yougoslavie à douze reprises. Il est mort ce mardi à l’âge de 89 ans.

C’était l’un des meilleurs joueurs d’échecs au monde des années 1950 et 1960. Svetozar Gligoric est décédé mardi à Belgrade à l’âge de 89 ans des suites d’une attaque cérébrale, a annoncé la Fédération d’échecs serbe. 

Gligoric, qui détenait le titre de grand maître international, a remporté la médaille d’or à l’Olympiade d’échecs en 1958, ainsi que plusieurs titres de champion d’Europe. Il a été champion de l’ex-Yougoslavie à douze reprises. 

Hormis sa carrière de joueur, Gligoric est auteur de plusieurs livres sur le jeu d’échecs, dont celui sur « le match du siècle » entre le russe Boris Spassky et l’américain Bobby Fischer disputé en 1972 à Reykjavik, en Islande. 

Lexpress.fr avec

 

Mondiaux 2011 – Riner, or catégorie

août 27, 2011

Teddy Riner ! Samedi à Paris-Bercy, le Français est entré un peu plus dans l’histoire en décrochant son cinquième titre mondial, en +100 kg. Un record. Impeccable et expéditif tout au long de la journée, Riner a disposé en finale de l’Allemand Andreas Toelzer sur ippon.

Teddy Riner ne pensait qu’à ça, il l’a fait. Quadruple champion du monde avant d’aborder les Mondiaux de Paris Bercy, le judoka français a décroché un cinquième titre historique. Ce qu’aucun poids lourd n’a réussi dans l’histoire. Comme en 2007, 2009 et 2010, il est en or en +100kg. En 2008, il a été champion toutes catégories. Le Français, 22 ans seulement, règne sur le judo mondial, à l’image d’une journée de samedi maîtrisée de la tête et des épaules. Il apporte une quatrième breloque en or à la France, qui n’est plus qu’à une longueur du Japon au tableau des médailles.

En finale contre l’Allemand Adreas Toelzer, un remake de 2010, Riner a pris son temps avant d’envoyer un ippon au bout de 3min33. Le sixième en six combats ! Lors des tours suivants, il a en effet écarté un par un ses adversaires, étant même expéditif la finale approchant. Pour son entrée en lice face au Brésilien Daniel Hernandez, le numéro 1 mondial n’a pas tardé à envoyer un ippon sur uchi-mata. Le combat a duré 1min43. Au deuxième tour, il a encore mis moins de deux minutes à disposer de l’Allemand Robert Zimmermann. Cette fois-ci, son adversaire a été contraint d’abandonner sur un étranglement bien porté. Riner a aussi plusieurs cordes à son arc. Contre le Mongole Batsuuri Namsraijav, en huitième de finale, il a pris un peu plus de temps, mais n’a jamais été inquiété. Il s’est qualifié par ippon sur un nouvel uchi-mata. Son quart de finale a été encore plus expéditif. Riner n’a mis que 35 secondes pour réussir un nouvel ippon sur le Hongrois Barna Bor. En demi-finale, le numéro 4 mondial, le Coréen Sung-Min Kim, n’a tenu que 44 secondes !

Riner seul rescapé tricolore

L’autre Français en +100kg, Matthieu Bataille, est pour sa part tombé en huitième de finale contre le Cubain Oscar Brayson, vice-champion du monde 2009. Auparavant, il avait disposé de l’Estonien Martin Padar pour son premier combat, puis le Brésilien Rafael Silva, les deux par ippon. Anne-Sophie Mondière (+78kg) s’est elle aussi arrêtée aux porters des quarts de finale. Exemptée de premier tour, elle avait battu la Mongole Tserenkhand Dorjgotov mais n’a pas résisté à la Slovène Lucija Polavder. Ketty Mathé est tombée encore plus tôt, dès le deuxième tour et pour son premier combat, aux dépens de la Chinoise Qian Qin. Elle a été pénalisée pour non combativité, durant le Golden Score.

En -100kg, les deux judokas français ont aussi été éliminés. Cyrille Maret, défait par l’Allemand Dimitri Peters, n’a pas passé le cap du deuxième tour. Thierry Fabre a pour sa part chuté en huitième de finale. Au Golden Score, il a subi un ippon par le Kazhak Maxim Rakov.

Nicolas Sbarra / Eurosport