Posts Tagged ‘Charbon’

Près de 3.000 centrales au charbon doivent fermer pour contrer le changement climatique, selon une étude

octobre 28, 2021

PRÈS DE 3.000 CENTRALES AU CHARBON DOIVENT FERMER POUR CONTRER LE CHANGEMENT CLIMATIQUE, SELON UNE ÉTUDE

© Reuters/David Gray 

SHANGHAI (Reuters) – Près de 3.000 centrales au charbon doivent être fermées globalement avant 2030 si le monde veut avoir une chance d’arriver à limiter l’élévation des températures sous les 1.5 degrés Celsius, montre un rapport du cercle d’études TransitionZero.

Dans un rapport publié en amont de la conférence de l’Onu sur le climat (COP26) à Glasgow, TransitionZero a indiqué qu’actuellement, plus de 2.000 gigawatts (GW) de centrales à charbon sont en service dans le monde, et que ce chiffre devrait être réduit de près de moitié.

La fermeture de près de 1.000 GW de capacité de production au charbon obligerait la Chine, premier émetteur mondial de gaz à effet de serre où sont situées environ la moitié des centrales au charbon du monde, à accélérer sa transition vers une électricité plus propre.

« La conclusion logique est que la moitié de l’effort à fournir devra venir de Chine », a déclaré Matt Gray, analyste chez TransitionZero et auteur du rapport.

La Chine a réduit la part du charbon dans son mix énergétique, qui est passée de 72,4% en 2005 à 56,8% l’année dernière, mais le volume absolu de consommation a continué à augmenter. Le président Xi Jinping a promis au début de l’année que la Chine commencerait à réduire sa consommation de charbon, mais seulement après 2025.

Sa stratégie en matière de charbon a également fait l’objet d’un examen plus approfondi ces dernières semaines, les régulateurs tentant de trouver le volume supplémentaire nécessaire pour résoudre une pénurie d’énergie qui a forcé les usines à fermer et mis en danger le chauffage hivernal et l’approvisionnement en électricité.

Selon Matt Gray, même si la consommation de charbon va augmenter à court terme, la crise oblige la Chine à accélérer les réformes qui l’aideront à réduire sa dépendance aux combustibles fossiles.

Une récente politique visant à forcer les exploitants de centrales électriques au charbon à vendre de l’électricité via le marché de gros les exposera à la concurrence des énergies renouvelables et soulignera davantage leur manque de compétitivité, a-t-il ajouté.

« Je pense qu’il est juste de dire que l’accès à l’électricité et au chauffage sera la priorité exclusive du gouvernement chinois à l’approche de l’hiver », a-t-il déclaré.

« Mais notre espoir est que cette crise soit perçue comme un signal d’alarme sur la dépendance à l’égard de l’électricité produite par le charbon. »

Avec Reuters (Reportage David Stanway; version française Camille Raynaud

Le « charbon propre » vanté par Trump, une technique coûteuse

août 22, 2018

Le président américain Donald Trump arrive sur scène à un meeting, à Charleston, en Virginie Occidentale, le 21 août 2018 / © AFP / MANDEL NGAN

Le « charbon propre » vanté par Donald Trump évoque une technique destinée à rendre l’utilisation du charbon moins polluante mais qui reste en réalité peu développée car très coûteuse.

Washington a annoncé mardi un nouveau projet de réglementation destiné à maintenir en vie des centaines de centrales au charbon, dont le président Barack Obama voulait précipiter la fermeture afin de réduire les émissions de gaz à effet de serre des Etats-Unis.

Donald Trump a une nouvelle fois vanté les vertus du « charbon propre », un terme qu’il a déjà employé à plusieurs reprises par le passé, sans expliquer ce qu’il entendait exactement par là.

« D’abord, le charbon propre correspondait à un charbon débarrassé de ses impuretés et plus efficace thermiquement. Mais depuis un certain nombre d’années, on se réfère au charbon propre pour ses performances environnementales », explique Nicolas Berghmans, chercheur à l’Institut du développement durable et des relations internationales (IDDRI), interrogé par l’AFP.

Le charbon représente 37% de la production électrique dans le monde mais il est extrêmement polluant et génère environ un tiers des émissions de gaz à effet de serre.

« Il a un effet important sur le changement climatique mais aussi un impact sur la pollution locale: on a des émissions de particules fines, de SO2 (dioxyde de soufre), potentiellement de mercure, qui sont nocives pour la population autour de la centrale », rappelle Nicolas Berghmans.

La principale piste pour rendre l’utilisation du charbon moins polluante est la technique dite de séquestration et stockage du carbone, qui consiste à capter le CO2 à la sortie des cheminées pour le stocker dans le sous-sol.

L’Agence internationale de l’Energie (AIE) estime qu’une « action urgente » est nécessaire pour soutenir cette technologie afin de limiter le risque climatique.

Le charbon aux Etats-Unis / © AFP / Alain BOMMENEL

Il n’existe pourtant que deux grandes installations de séquestration et de stockage du carbone sur des centrales en opération: Petra Nova au Texas et Boundary Dam au Canada. Un autre gros projet au Mississipi a été abandonné.

Les capacités de captage de CO2 atteignent ainsi seulement 2,4 millions de tonnes par an, alors qu’il faudrait être en mesure d’atteindre les 350 millions de tonnes d’ici 2030, pour respecter les accords de Paris sur le climat, selon l’AIE.

La technologie rencontre en réalité un double obstacle: celui du choix d’un lieu pour le stockage (géologie appropriée, acceptation par les riverains) et surtout le coût. « Ça double à peu près les coûts de production d’électricité à charbon », souligne ainsi Nicolas Berghmans.

L’utilisation plus « propre » du charbon le rendrait ainsi très coûteux et encore moins compétitif en comparaison d’autres sources d’énergie bon marché aux Etats-Unis, les renouvelables et le gaz de schiste.

« La baisse de la production à charbon aux Etats-Unis n’est pas simplement due aux normes environnementales mais à l’économie de la production électrique », observe Nicolas Berghmans.

Dans un rapport récent, l’AIE jugeait aussi qu’aux Etats-Unis, « la demande d’électricité stagnante, l’offre abondante de gaz et la croissance des renouvelables devraient continuer à constituer des obstacles pour l’utilisation du charbon et limiter la perspective d’une résurgence de la construction de nouvelles centrales électriques à charbon ».

Romandie.com avec(©AFP / (22 août 2018 12h15)

États-Unis: Donald Trump donne un coup de pouce au charbon

août 21, 2018

Washington – L’administration Trump a annoncé mardi un nouveau projet de réglementation destiné à maintenir en vie des centaines de centrales au charbon, dont le président Barack Obama voulait précipiter la fermeture afin de réduire les émissions de gaz à effet de serre des Etats-Unis.

Immédiatement dénoncée par les écologistes, la décision vise à concrétiser l’engagement de campagne de Donald Trump d’annuler des normes environnementales de l’ère Obama jugées illégales et destructrices d’emplois, notamment dans des régions qui lui sont fidèles, comme la Virginie occidentale et le Kentucky.

Mais le plan proposé mardi –qui mettra des mois voire des années à s’appliquer en raison des délais légaux et des probables obstacles juridiques– laisserait les centrales américaines rejeter dans l’atmosphère des millions de tonnes supplémentaires de gaz à effet de serre dans les prochaines décennies, éloignant d’autant les Etats-Unis des objectifs de l’accord de Paris sur le climat de 2015, que le président Trump a renié l’an dernier.

Sans compter les émissions d’autres polluants de l’air comme le dioxyde de soufre (SO2).

« L’ère des obligations fédérales monolithiques et bureaucratiques est terminée », a déclaré Andrew Wheeler, patron par intérim de l’Agence de protection de l’environnement (EPA), lors d’une conférence téléphonique avec la presse.

Le plan vise à remplacer le « Clean Power Plan » de Barack Obama, qui aurait imposé les normes anti-pollution les plus strictes de l’histoire sur les centrales au charbon mais qui a été suspendu par la Cour suprême puis annulé dès l’arrivée au pouvoir du président républicain.

Il fixerait un nouveau cadre pour réguler les émissions de gaz à effet de serre: l’EPA propose de décentraliser cette régulation au niveau des Etats fédérés, laissant la « flexibilité » au Kentucky ou à la Californie de fixer leurs propres normes –assurant ainsi que les Etats consommant beaucoup de charbon puissent continuer à le faire sans réelle ingérence fédérale.

« L’administration veut rester les bras croisés », s’est lamenté Ken Kimmel, président de l’Union of Concerned Scientists, rappelant que l’EPA a aussi annoncé il y a quelques mois son intention d’annuler de futures normes anti-pollution pour les véhicules.

– Charbon en déclin –

Les anciens de l’administration démocrate assistent ainsi depuis 2017 à la tentative de démolition des deux grands piliers de la politique climatique de Barack Obama.

« Nous sommes le seul pays au monde à considérer le charbon comme une énergie d’avenir, alors que l’avenir c’est un air propre, des énergies propres », a regretté Gina McCarthy, qui fut administratrice de l’EPA sous la précédente administration, sur CNN mardi.

Ils dénoncent de la part du président républicain une nostalgie qui, d’ailleurs, ne correspond plus à la réalité énergétique des Etats-Unis.

Alors que le charbon servait à générer la moitié de l’électricité américaine il y a une décennie, il n’en produit plus que 30%. Le gaz naturel est devenu la première source d’énergie du pays, à la faveur du boum des gaz de schiste, et l’éolien est en forte croissance.

Malgré le soutien de l’administration actuelle, les fermetures de centrales se succèdent. 40% du parc de centrales au charbon existant en 2010 ont fermé ou prévu de fermer, selon les chiffres de cette industrie, l’American Coalition for Clean Coal Electricity.

« L’EPA propose un plan qui sera majoritairement mis de côté par la plupart du secteur », assure Bob Perciasepe, président du Center for Climate and Energy Solutions

Le chef de l’EPA Andrew Wheeler a lui-même reconnu que le marché avait profondément changé depuis Barack Obama et que le gaz naturel et les énergies renouvelables allaient inexorablement continuer leur croissance.

Reste que le soutien politique continu au charbon pourrait ralentir cette transition du marché énergétique en prolongeant la vie des centrales vieillissantes.

Ce qui rendra plus difficile l’objectif de réduction des émissions de gaz à effet de serre fixé par Barack Obama, qui était déjà peu ambitieux (-26% d’ici 2025 par rapport à 2005) par rapport à l’Europe. En 2016, les Etats-Unis en étaient à une réduction de 12%, par rapport à 2005.

Romandie.com avec(©AFP / 21 août 2018 15h19)                                                        

Accident de mine en Iran: 22 morts, peu d’espoir de survivants

mai 4, 2017

Des mineurs et secouristes à l’entrée de la mine où s’est produite une explosion accidentelle, le 3 mai 2017 à Azadshahr, dans le nord de l’Iran / © TASNIM NEWS/AFP / MOSTAFA HASSANZADEH

L’espoir de retrouver vivants au moins 14 mineurs pris au piège dans une mine de charbon du nord de l’Iran diminuait d’heure en heure jeudi, au lendemain d’une explosion accidentelle qui a déjà tué 22 hommes.

Les équipes de secours, aidées par les Gardiens de la révolution, l’armée d’élite d’Iran, poursuivaient sans relâche leurs tentatives pour sortir ces mineurs coincés à 1.400 mètres sous terre.

Mais « l’espoir de retrouver vivants » au moins 14 hommes bloqués dans un tunnel « est désormais réduit au minimum », a déclaré Sadegh-Ali Moghadam, directeur des situations d’urgence de la province de Golestan (nord) cité par l’agence officielle Irna.

Les medias iraniens, citant les services de secours, ont annoncé qu’un corps avait été retrouvé jeudi, s’ajoutant aux 21 retrouvés la veille.

Trois jours de deuil ont été décrétés dans la province de Golestan et le guide suprême Ali Khamenei, parlant de « tragédie amère », a exhorté les sauveteurs « à accroître autant que possible leurs efforts » pour retrouver les mineurs bloqués.

Le président Hassan Rohani a également ordonné à tous les services de l’Etat de se mobiliser pour aider les secours.

En présentant ses condoléances, il a affirmé que « ce douloureux accident » ayant affecté « des mineurs durs à la tâche », provoquait « la tristesse et le deuil de tout le peuple iranien ».

Le ministre des Mines et de l’industrie, Mohammad Reza Nematzadeh, a pour sa part indiqué que « la mine resterait fermée jusqu’à la fin de l’enquête » sur les causes précises et les responsabilités dans l’accident.

Les images de la télévision publique Irib montraient l’évacuation sur des civières de mineurs blessés, épuisés et choqués et l’activité incessante des services de secours à l’entrée d’un des tunnels de la mine.

Une trentaine de blessés

L’explosion a été provoquée par la tentative de mise en marche du moteur d’un chariot, selon les médias iraniens. Elle a causé l’effondrement d’une partie d’un tunnel de la mine de charbon, près de la ville d’Azad Shahr.

Les équipes de sauvetage ont injecté de l’oxygène dans le tunnel pour tenter de sauver les mineurs qui y étaient coincés et éviter une nouvelle concentration de gaz qui pourrait provoquer une autre explosion.

Dans un premier temps, les autorités avaient annoncé qu’au moins 70 mineurs étaient pris au piège, avant de revoir ce chiffre à la baisse.

Selon l’agence officielle Irna, une trentaine de mineurs blessés plus ou moins grièvement ont été admis dans différents hôpitaux de la région et douze autres sont sortis indemnes.

Outre les hommes des Gardiens de la révolution, des équipes du Croissant-Rouge iranien participent aux opérations de secours rendues difficiles en raison de la concentration de gaz.

La mine de charbon d’Azad Shahr, où travaillent 500 mineurs, « dispose de tunnels horizontaux longs de plus de 1.000 mètres et les mineurs sont bloqués à l’extrémité de (l’un de) ces tunnels », a affirmé l’agence officielle Irna.

Selon le directeur du Croissant-Rouge de la province, Hossein Ahmadi, cité par l’agence Tasnim, les secouristes ont réussi à aller « jusqu’à 800 mètres dans les tunnels mais ils ont eux-mêmes manqué d’oxygène ».

A deux semaines de l’élection présidentielle du 19 mai, à laquelle M. Rohani se présente pour un second mandat de quatre ans, cet accident tombe mal pour le président modéré.

Ses adversaires conservateurs accusent en effet son gouvernement de ne pas s’occuper suffisamment des classes les plus défavorisées et des travailleurs.

Sur les réseaux sociaux et les sites des médias conservateurs, le gouvernement de M. Rohani est d’ores et déjà accusé de ne pas se mobiliser assez pour venir en aide aux mineurs.

Romandie.com avec(©AFP / 04 mai 2017 13h14)                

Congo : la circulation des camions transporteurs du charbon de bois interdite

décembre 10, 2016

Brazzaville, Congo (CONGOSITE) – La police nationale vient d’interdire la circulation des véhicules transportant le charbon de bois en provenance du département du Pool pour Brazzaville. Motif, des armes de guerre ont été trouvées enfuies dans des sacs de charbon dans certains véhicules



 Photo d'illustration

Photo d’illustration
«Pour arrêter la circulation des armes de guerre transportées dans des sacs de charbon, une mesure a été prise pour interdire tous les véhicules transportant le charbon entre le département du Pool et Brazzaville», a déclaré le porte-parole de la police nationale, le colonel Jules Moukala Tsoumou.

Il a expliqué que cette mesure contribuait aussi à la protection de l’environnement et des forêts du département du Pool.

Les commerçants du charbon subissent les conséquences de cette décision. Ils peinent depuis trois mois à écouler leur marchandise.

Sur le marché, la population de Brazzaville constate avec amertume une hausse vertigineuse du prix du sac de charbon de bois. Celui-ci est passé de 4000 à 8.000  francs CFA.

Au Congo, le charbon de bois est un produit utilisé dans la cuisine à défaut du gaz butane par la plupart des foyers congolais.

 Congo-site.com par Diane Ondélé

La Banque mondiale finance secrètement l’industrie du charbon en Asie

octobre 3, 2016

Washington – La Banque mondiale finance indirectement la construction de centrales à charbon polluantes en Asie en dépit de son engagement à limiter ses aides à ce secteur et à combattre le changement climatique, affirme une ONG dans un rapport lundi.

En 2013, l’institution avait assuré qu’elle ne soutiendrait les projets de développement reposant sur le charbon que dans les rares circonstances où il n’existe pas d’autres alternatives énergétiques.

Mais, selon le rapport de l’organisation Inclusive Development International (IDI), la Banque mondiale a, depuis, indirectement aidé à co-financer 41 projets associés au charbon en Asie via sa branche dédiée au secteur privé, la Société financière internationale (SFI).

D’après l’ONG, la SFI aurait plus précisément accordé des prêts à des banques et fonds d’investissements de pays en développement qui auraient ensuite été utilisés pour financer des énergies polluantes, notamment la construction d’une centrale au Bangladesh.

Un porte-parole de la SFI a dit prendre le rapport très au sérieux en ajoutant qu’il montrait la nécessité de créer plus d’incitations pour que les Etats et le secteur privé investissent dans les énergies renouvelables.

La SFI a par ailleurs, selon ce porte-parole, investi plus de 15 milliards de dollars depuis 2005 dans les énergies propres et les économies d’énergie.

La branche de la BM dédiée au secteur privé a été plusieurs mois critiquée par des ONG qui l’ont notamment accusé de financer indirectement des projets ayant conduit à des violations des droits de l’Homme.

Romandie.com avec(©AFP / 03 octobre 2016 15h42)