Posts Tagged ‘Charnier’

Libye: les corps de chrétiens coptes tués par l’EI en 2015 retrouvés

octobre 7, 2017

Tripoli – Les dépouilles de 21 chrétiens coptes exécutés en Libye par le groupe Etat islamique (EI) en 2015 ont été découvertes dans un charnier près de Syrte (nord), l’ancien bastion des jihadistes, a annoncé samedi une antenne du ministère de l’Intérieur.

Les corps de « 20 hommes de nationalité égyptienne et un homme à la peau sombre pouvant être d’une autre nationalité africaine (…) ont été retrouvés grâce aux aveux des jihadistes de l’EI faits prisonniers » lors de la prise de Syrte par les forces loyales au gouvernement d’union nationale (GNA), a indiqué la Direction de la lutte contre le crime organisé à Misrata (200 km à l’est de Tripoli) dans un communiqué.

Le charnier a été découvert vendredi matin, a précisé cette antenne du ministère de l’Intérieur du GNA.

Joint par l’AFP au Caire, le ministère des Affaires étrangères égyptien a confirmé cette découverte par les autorités libyennes.

Ville des bords de la Méditerranée située à 450 kilomètres à l’est de Tripoli, Syrte était devenue en 2015 le bastion de l’EI en Libye avant d’être conquise en décembre 2016 par les forces du GNA aidées des milices de la ville de Misrata.

Les corps retrouvés dans le charnier étaient mutilés, la tête séparée du corps, a indiqué la Direction de la lutte contre le crime organisé.

Les dépouilles des victimes ont été transférées à Misrata et confiées à un médecin légiste.

« L’ambassade d’Egypte communique depuis vendredi avec les Libyens en coordination avec le ministère de la Défense égyptien pour assurer le rapatriement des corps vers l’Egypte », a précisé à l’AFP un porte-parole du ministère des Affaires étrangères au Caire.

Le 15 février 2015, l’EI avait diffusé une vidéo montrant la décapitation d’hommes présentés comme 21 chrétiens coptes, majoritairement égyptiens, enlevés en janvier de la même année dans l’ouest de la Libye.

Après cette exécution, des dizaines de milliers de ressortissants égyptiens qui travaillaient dans les secteurs du bâtiment, des services, de l’agriculture et de l’artisanat avaient fui la Libye.

Depuis la chute du régime de Mouammar Kadhafi en 2011, la Libye est livrée aux milices alors que deux autorités se disputent le pouvoir: d’un côté, le GNA reconnu par la communauté internationale et basé à Tripoli. De l’autre, une autorité exerçant son pouvoir dans l’est du pays avec le soutien du maréchal Khalifa Haftar.

Romandie.com avec(©AFP / 07 octobre 2017 16h49)                                            

Mozambique: la police enquête sur l’existence d’un éventuel charnier humain

avril 29, 2016

Maputo – La police mozambicaine a annoncé vendredi enquêter sur la possible découverte d’un charnier contenant 120 cadavres dans le centre du pays, une zone en proie aux tensions militaires entre les troupes gouvernementales et la branche armée du principale parti d’opposition, la Renamo.

Les médias locaux ont rapporté jeudi soir que des agriculteurs auraient découvert une fosse commune contenant des cadavres de villageois, une information confirmée à l’AFP par un représentant de la Renamo, l’ancienne rébellion de la guerre civile (1976-1992).

Nous avons constitué un groupe pour quadriller la zone où la supposée fosse commune existerait. A ce stade, rien n’a été constaté, a avancé vendredi lors d’une conférence de presse Inacio Dina, le porte-parole de la police à Maputo, précisant qu’aucun villageois ne s’était manifesté à la police sur ce sujet.

D’après le représentant de la Renamo qui s’exprime sous couvert d’anonymat par craintes de représailles, la fosse se situerait à Canda, près du parc naturel de Gorongosa, dans une zone dénommée 76.

La fosse contient 120 cadavres, assure-t-il à l’AFP qui l’a joint sur place. Le décompte a été fait à partir des têtes visibles, mais certains corps sont dans un état de décomposition avancée, indique-t-il, précisant que ce sont des cadavres de villageois, de personnes qui se sont fait kidnappées, et non des forces armées.

La situation ici est alarmante, déplore-t-il. Beaucoup de personnes se font séquestrer puis tuer parce qu’elles sont soupçonnées d’aider la Renamo. Rien que depuis le 22 avril, estime-t-il, 25 personnes auraient disparu. Des individus en civil se présentent au marché et font comme s’ils achetaient des produits alors qu’en réalité ils cherchent à identifier des membres de la Renamo pour plus tard les séquestrer.

Selon lui, la zone du charnier est proche de l’endroit où le leader de la Renamo, Afonso Dhlakama, se serait réfugié depuis octobre 2015, sans réapparaître publiquement depuis. Ce dernier conteste les élections présidentielle et législatives d’octobre 2014, remportées par le Frelimo, au pouvoir depuis l’indépendance en 1975.

Les affrontements se sont intensifiés depuis décembre, lorsque M. Dhlakama a annoncé qu’il prendrait le pouvoir dans le centre et le nord en mars ou avril, ce qui n’a pas eu lieu.

Nous avons reçu des informations inquiétantes sur des confrontations armées en cours au Mozambique entre les forces nationales de sécurité et les membres de la Renamo, a déclaré également vendredi le porte-parole du Haut commissariat des Nations unies pour les droits de l’Homme (HCDH), Rupert Colville, à Genève. Des violations des droits de l’Homme, incluant des cas de disparitions forcées et d’exécutions sommaires, ont également été rapportées.

Les forces de sécurité, ajouté M. Colville, ont été accusées d’exécutions sommaires, de pillages, de destruction de propriétés, de viols, de mauvais traitements, et d’autres violations des droits de l’Homme. D’après des sources fiables, au moins 14 représentants de la Renamo ont été tué où kidnappés par des individus non identifiés depuis le début de l’année.

D’après le Haut commissariat des Nations unies aux réfugiés, plus de 10.000 personnes ont déjà fui au Malawi voisin au cours des quatre derniers mois. Des attaques contre la police et les forces armées ont également été attribuées à la Renamo, a précisé le porte-parole du HCDH.

Romandie.com avec(©AFP / 29 avril 2016 19h16)

Congo: quel crime crapuleux et sauvage dans le Pool?

avril 23, 2016

 

Deux jeunes ont été enlevés par les miliciens de Sassou à Goma Tsé-Tsé. Plusieurs autres jeunes de Goma Tsé-Tsé ont également été enlevés ces derniers jours. Tués ils auraient été enterrés dans une fosse commune à Makana tout près d’un cimetière.

La localité qui fait office de charnier et de cimetière est en ce moment surveillée 24/24 par des cobras, des milices à la solde du pouvoir de Brazzaville, pour éviter toute intrusion et toute découverte par les organismes des Droits de l’Homme.

Devant cette image d’une cruauté insensée, les autorités auront-elles la facilité de se disculper ? Pire encore, ces tueries n’émeuvent pas la député de la circonscription pour mener une mission d’investigation afin de faire jaillir la lumière sur ces massacres.

Si un corps a été découvert – le visage flanc contre terre (brûlé) et exhumé, à la pelle, cela veut dire que d’autres existent en de lieux épars.

Photo de BrazzaNews.
Avec Brazzanews.net

Charnier de Maluku en RDC : Tshisekedi dénonce les « escadrons de la mort » de Kabila

avril 10, 2015

Étienne Tshisekedi en décembre 2011 à Kinshasa.
Étienne Tshisekedi en décembre 2011 à Kinshasa. © Gwenn Dubourthoumieu pour J.A.

Étienne Tshisekedi, le président de l’UDPS (opposition), a signé depuis Bruxelles un communiqué très violent à l’égard du pouvoir en RDC, suite à la découverte d’une fosse commune à Maluku.

Étienne Tshisekedi n’a rien perdu de sa verve. En tout cas pas celle qui jaillit de sa plume. Affaibli par des problèmes de santé qu’il traite à Bruxelles depuis de longs mois, le président de l’Union démocratique pour le progrès social (UDPS) a signé un communiqué au vitriol (voir ci-dessous), en date du 8 avril, au sujet de la découverte d’une fosse commune à Maluku contenant les corps de plus de 420 personnes non identifiées.

« Il ne fait aucun doute que les corps ensevelis en catimini ne peuvent qu’être des victimes des escadrons de la mort, utilisés et envoyés pour tuer comme toujours tous ceux qui s’opposent à un pouvoir illégitime, corrompu, prédateur, rejeté et honni par la majorité du peuple congolais. »

« Cet acte ignoble est une preuve supplémentaire du manque de considération de la vie humaine dans le chef des hommes au pouvoir », ajoute le Sphinx de Limete, sans nommer Joseph Kabila. Et de réclamer – comme la Belgique et la Monusco avant lui, « une commission d’enquête internationale, indépendante et crédible, pour que toute la lumière soit faite autour de cette macabre et véritable affaire d’État ».

Le cimetiere de Maluku, où 421 corps ont été inhumés le 19 mars 2015, dans la nuit. © Federico Scoppa/AFP

Version officielle mise en doute

L’existence de la fosse commune avait été signalée par la population de Maluku, à une centaine de kilomètres à l’est de Kinshasa, l’odeur pestilentielle des cadavres étant devenue insupportable.

Les autorités de la province de Kinshasa avaient justifié l’enterrement de nuit des défunts après avoir été accusées d’avoir profité du charnier pour se débarasser du corps d’opposants ou de jeunes délinquants armés (surnommés « kuluna »), suite aux vagues de répression de plusieurs manifestations anti-Kabila en janvier dernier et à l’opération « Likofi » (« coup de poing », en lingala) contre la criminalité dans les rues de la capitale.

« Le 19 mars 2015 (…) 421 personnes ont été inhumées », a déclaré le gouverneur par intérim de Kinshasa, Robert Luzolanu Mavema. « Il s’agissait de 300 mort-nés et (de) foetus (…) abandonnés dans les ruisseaux, dans les rivières et même les hôpitaux, de 23 corps qui ont été abandonnés, d’indigents, au nombre de 34, et de 64 personnes non identifiées », a-t-il poursuivi, ajoutant qu’un nombre indéterminé de ces cadavres avait été remis par la Croix-Rouge.

Des ONG comme Human Rights Watch, la société civile et la communauté internationale ont exprimé leurs doutes sur cette version officielle. Le porte-parole du gouvernement, Lambert Mende, a expliqué, vendredi 10 avril, qu’une enquête avait été ouverte pour faire la lumière sur cette affaire.

________

Le communiqué intégral de l’UDPS :

Gare à ton soutien au dictateur !

octobre 3, 2011

Tu as soutenu le dictateur avec tes diplômes
En rédigeant de grands écrits avec ta plume
Mais tu as oublié que j’ai fini dans le charnier
Sans droit de sépulture viable comme un dernier
Des chiens errants sans maître et droit à la vie
Ta culture dorée a été une ingratitude à l’envie
Penses-tu te réjouir en voyant mes os à découvert
Assis dans le confort de ta télévision avec ton couvert
Pendant que mes vêtements déchirés enveloppes de mes os
Ne te montrent plus la forme réelle et exacte de mon dos
Pourquoi aimes-tu ramer à contre courant de la vérité
En se cachant sous le vocable démagogue de la liberté
Une liberté escroquerie vantarde et maligne du dictateur
Exhibant au vent et au peuple la libération comme facteur
D’un combat dont tu ignores ses véritables motivations
Pour un homme aux prétextes fallacieux et mal connus
Que tu n’as pas côtoyé durant son mandat dans la nation
Simple instigateur des idées volées dans la grande cohue
Garant d’une revendication erronée et bien plus surannée
Pour des générations taxées de connaissance médusée
Arrête de soutenir ce collectif de moqueurs en chambre
Qui rit de nos morts quand leur vie est au bon nombre
Moi je te redis que j’ai fini dans le charnier de l’histoire
Défendras-tu encore à jamais ton dictateur de triste mémoire
Gare à ta plume et à l’avenir innocente de ta progéniture
Car tu ne sais pas ce que nous réserve la vie future.

Bernard NKOUNKOU