Posts Tagged ‘chats’

Royaume-Uni : un homme condamné après avoir égorgé plusieurs chats

juillet 30, 2021

L’homme de 54 ans a été condamné à cinq ans et trois mois de prison par la justice britannique. Il était jugé pour la mort de neuf chats.

Lors du proces a la Hove Crown Court, pres de Brighton, les proprietaires des animaux domestiques tues avaient raconte leur horreur en retrouvant leurs chats ensanglantes sur le pas de leur porte.
Lors du procès à la Hove Crown Court, près de Brighton, les propriétaires des animaux domestiques tués avaient raconté leur horreur en retrouvant leurs chats ensanglantés sur le pas de leur porte. © Ludovic Maillard / MAXPPP / PHOTOPQR/VOIX DU NORD/MAXPPP

Il a égorgé neuf chats en l’espace de quelques mois à Brighton, au sud de l’Angleterre, semant la terreur parmi les propriétaires de félins. Steve Bouquet a été condamné, vendredi 30 juillet, à cinq ans et trois mois de prison par la justice britannique. Cet agent de sécurité de 54 ans était jugé pour la mort de neuf chats et des blessures infligées à sept autres en octobre 2018 et juillet 2019, ainsi que pour possession illégale d’une arme blanche. Il avait plaidé non coupable.

Lors du procès à la Hove Crown Court, près de Brighton, les propriétaires des animaux domestiques tués (Hendrix, Tommy, Hannah, Alan, Nancy, Gizmo, Kyo, Ollie et Cosmo) avaient raconté leur horreur en retrouvant leurs chats ensanglantés sur le pas de leur porte. Steve Bouquet avait affirmé à la police ne constituer « aucune menace pour les animaux » et avait assuré avoir entendu parler des meurtres de chats dans la presse locale. Une photo de chat mort avait cependant été retrouvée sur son téléphone portable.

Le juge Jeremy Gold a qualifié son attitude de « cruelle »

Pendant des mois, la police n’est pas parvenue à lever le mystère de ces attaques, menées surtout la nuit, avant que l’auteur ne soit pris sur le fait grâce à une caméra de surveillance installée par le propriétaire d’un des chats morts. Après son arrestation, les forces de l’ordre ont pu utiliser les données de son téléphone portable pour tracer ses déplacements sur les lieux de plusieurs méfaits. Lors du prononcé de la peine, le juge Jeremy Gold a qualifié son attitude de « cruelle » et souligné qu’il s’en prenait « au cœur de la vie familiale ».

Le propriétaire de Nancy avait expliqué à l’audience avoir retrouvé son animal sous son lit, avec des taches de sang menant au pas de sa porte. Emmenée chez le vétérinaire et placée sous respirateur artificiel, la chatte était morte d’une crise cardiaque. Un témoin avait indiqué avoir aperçu Steve Bouquet, agissant « bizarrement », sur les lieux.

« C’est un délit tellement inhabituel et extrêmement traumatisant »

Les motivations de Steve Bouquet restent mystérieuses. « C’est dommage que les propriétaires des chats ne sachent pas pourquoi il a fait cela », a reconnu la procureure Sally Lakin, interrogée par l’agence PA. « C’est un délit tellement inhabituel et extrêmement traumatisant. »

En 2015, des signalements par les habitants de chats mutilés à Croydon, district du sud de Londres, avaient entraîné l’ouverture d’une enquête par Scotland Yard et suscité la crainte d’un tueur en série d’animaux visant principalement les félins de la capitale britannique.

Mais après trois ans d’enquête et le recensement de 400 victimes, la police avait conclu qu’il s’agissait en réalité de l’œuvre de renards, que l’on peut régulièrement croiser jusque dans le centre de Londres.

Par Le Point avec AFP

Congo: Verone Mankou se lance dans l’élevage des chats à Mouyondzi

décembre 4, 2017

 

Pour répondre à l’appel du chef de l’État demandant aux Congolais le retour à la terre pour sortir de la dépendance pétrolière et ainsi diversifier l’économie du pays, Verone Mankou a décidé de se lancer dans l’élevage des chats dans le district de Mouyondzi.

Dans le village de Nzaou à l’entrée de Mouyondzi Poste, Verone Mankou a implanté depuis quelques mois son nouveau business d’élevage des chats. Disposant déjà de plus de 500 têtes, l’homme d’affaires Congolais espère prévoit les quintupler dans un an.

Toujours innovateur, l’entrepreneur Congolais ,conseillé par un ami a fait le choix de se lancer dans une telle activité pour répondre à la forte demande des chats à Pointe-Noire.

Depuis un an, la consommation de la viande de chat s’est développée à un rythme impressionnant dans la capitale économique au point d’accuser plusieurs fois des ruptures.

Les restaurateurs qui s’approvisionnent généralement auprès des voleurs de chat auront bientôt une solution à leurs préoccupations et ainsi continuer à satisfaire leur nombreuse clientèle.

A Pointe-Noire, les consommateurs se frottent les mains et louent cette initiative de Verone Mankou. «  C’est très positif de voir un fils du pays de surcroît béembé avoir ce genre d’initiatives. Il y a des business qui ne doivent qu’être développé par les Congolais et Verone Mankou fait notre fierté. » a déclaré un client fidèle du restaurant « Kiwayi » Mâ Mapembé à Voungou.

Adepte acharné du suivisme, il est à prévoir que d’autres Congolais fassent comme Verone Mankou pour ainsi garantir la marchandise aux consommateurs.

Sacer-infos.com by Stany Franck

Congo/Disparition des chats à Pointe-Noire: les Béembés indexés

octobre 30, 2017

 

La mauvaise habitude des Béembés à manger même les chats qu’ils domestiquent est la raison principale des soupçons qui pèsent sur eux sur la disparition de ces animaux à Pointe -Noire. Plusieurs familles de cette ville du sud Congo ont vu leurs chats se volatiliser dans la nature.

Une habitude qui était discrète dans le temps, mais qui s’est popularisée à Pointe-Noire où même les Congolais appartenant à d’autres départements envahissent chaque dimanche le quartier béembé de Voungou, pour déguster un bon plat du chat baptisé sur les menus des restaurants «  Maître d’EPS »

Avec 1000 fcfa,un plat bien assaisonné du chat vous est servi dans de nombreux restaurants de Voungou. Dans l’un d’eux, Tâ Samba, un Bahangala de Kimbedi y a établi ses quartiers et sa commande est atypique. Lui ne mange que la tête du chat et chaque dimanche Mâ Mapembe la vendeuse et propriétaire réserve un bon bouillon composé de trois têtes de chat pour son client.

On retrouve à Voungou des Vilis, Punus, Lali, Tékés, Sundis, et Kongo bien concentrés devant un plat de chat chaque dimanche. Pendant que d’autres savourent le Ngulu Mu Mako, certains accompagnés de la musique Béembée découvrent les vertus de la viande de chat.

Si Mouyondzi et le Grand Niari livrent encore à Pointe-Noire une quantité inépuisable du Ngulu, il n’en est pas le cas pour le chat. Les restaurateurs se confient aux petits revendeurs de fortune qui ne se ravitaillent pas assez loin. Vendu à 1500 fcfa l’unité, le commerce du chat se développe avec pour conséquence la rareté de ce félin dans la ville.

Plusieurs plaintes allant dans ce sens sont déposées tous les jours dans les commissariats de police de la ville océane dont les agents n’hésitent pas à indexer les Béembés de Voungou.

En ces temps de crise, capturé dix chats rapportent 15000 fcfa, et les jeunes s’emploient avec dextérité pour alimenter les restaurants de Voungou.

Avec Sacer-infos.com

La Floride part en guerre contre des lézards mangeurs de chats

avril 11, 2015

Les autorités de Floride (sud des Etats-Unis) se mobilisent pour traquer des lézards varan du Nil originaires d’Afrique qui se nourrissent de petits mammifères et de poissons. Ces reptiles peuvent aussi être dangereux pour des animaux domestiques et les humains.

Le Bureau fédéral de la pêche et de la vie sauvage a indiqué vendredi soir qu’il « mobilisait davantage de moyens pour traquer et capturer ces reptiles » surtout le long des canaux dans le comté de Palm Beach, au nord de Miami.

De couleur variant du jaune à l’olive ou au marron, ces lézards, les plus grands d’Afrique, ont été importés aux Etats-Unis dans le cadre du trafic d’animaux exotiques et mesurent jusqu’à 1,50 mètre. Ils peuvent facilement être confondus avec des iguanes.

Chats, chouettes, grenouilles
Les varans du Nil sont connus pour dévorer des chats et d’autres petits mammifères comme la chouette des terriers, des poissons et des grenouilles, selon Jenny Ketterlin Eckles, une biologiste du Bureau de la pêche et de la vie sauvage (FWS).

« Comme leurs proies sont très variées, nous examinons si ces lézards pourraient affecter la faune sauvage autochtone de Floride », a-t-elle indiqué dans un communiqué.

Selon les responsables du FWS, la saison de reproduction de ces lézards approche et c’est par conséquent un moment propice pour intensifier les patrouilles et les traquer.

Population mobilisée
La population locale a été sensibilisée pour signaler la présence de ces reptiles en train de se chauffer au soleil, d’explorer un jardin, et pour prendre des photos à envoyer au FWS. Elle est également invitée à mettre à l’abri les animaux domestiques.

L’organisation a déconseillé au public de tenter une capture car, même si ces lézards ne sont pas agressifs envers les humains, ils pourraient devenir dangereux dans un réflexe de défense.

La Floride connaît déjà de gros problèmes avec d’autres espèces exotiques importées envahissantes, surtout le python birman, qui ont dévoré des milliers d’animaux indigènes dans le parc national des Everglades. L’écosystème en est affecté car l’équilibre naturel entre prédateurs et proies est modifié.

Romandie.com

Monde de solitude

août 12, 2013

Monde de chiens et de chats :
Pourquoi n’aimez-vous pas les rats ?
Alors que leurs cousins les souris
Font avancer la science avec les bistouris.

Malgré la bonté de leur douceur,
Leurs poils dérangent le dormeur
Qui doit faire attention au lit,
De peur de les avaler et inhaler sans merci.

Dans la compagnie séculaire,
De ces animaux spectaculaires.
D’aucuns les traitent avec soins,
D’autres les négligent au petit coin.

Dans la solitude ou le célibat,
La préférence humaine va au chat.
Dans le dialogue ou la discussion,
L’estime penche au chien avec affection.

Devant le déficit de la chaleur humaine,
Les chiens et les chats sont une aubaine,
De l’amour sûr sans regret de rupture,
Que l’on déguste comme de la confiture.

Bernard NKOUNKOU