Posts Tagged ‘CHINE’

Bitcoin: la Chine resserre son étau, les investisseurs amers

septembre 29, 2017

Le logo du bitcoin dans un magasin à Hong Kong, le 28 février 2014 / © AFP/Archives / PHILIPPE LOPEZ

« Les autorités ne comprennent rien au bitcoin! », peste Zhang Yanhua, créateur d’un fonds d’investissement tué dans l’oeuf à mesure que Pékin resserrait l’étau sur les crypto-monnaies — sonnant le glas d’un vaste marché, alors que les nouveaux bitcoins sont majoritairement créés en Chine.

Entérinant un tour de vis engagé dès le début du mois par le régime communiste, la banque centrale chinoise (PBOC) a sommé mi-septembre les plateformes d’échanges de monnaies virtuelles basées à Pékin et Shanghai de cesser leurs opérations de marché.

Dans son viseur: le bitcoin ou l’ethereum, ces unités électroniques s’échangeant en ligne sans être régulées par aucun pays. Or, deux plateformes chinoises, Okcoin et BTC China, accaparaient fin août 22% du volume planétaire de bitcoins.

BTC China a confirmé qu’il mettrait fin samedi à toutes transactions, cessant les conversions de bitcoins en yuans. Okcoin et Huobi lui emboîteront le pas d’ici fin octobre.

Le coup de semonce a ébranlé les cours mondiaux et fait l’effet d’une douche froide pour la communauté très active des investisseurs locaux.

« Les chances d’un revirement sont minimes », soupire Zhang Yanhua, qui s’est empressé de céder ses bitcoins. Le quinquagénaire avait établi cet été un petit fonds d’investissement consacré aux crypto-monnaies, mort prématurément.

Pour acquérir des monnaies virtuelles, « les canaux d’investissement (en yuans) se raréfient » et l’accès aux plateformes en devises étrangères « va devenir trop compliqué », explique M. Zhang à l’AFP.

D’autres cherchent la parade: les transactions de bitcoins « de gré à gré » entre particuliers prennent leur essor sur les applications de messagerie, où s’aventurent les investisseurs expérimentés. « Trop risqué », tranche Zhang Yanhua.

Pour sa part, Sun Minjie, un investisseur affirmant avoir acheté plus d’une centaine de milliers d’euros de bitcoins, entend les « conserver sur le long terme »: « je n’attends rien du gouvernement (…) Mais la vivacité du marché mondial persiste! Le sort du bitcoin ne dépend pas des autorités chinoises ».

– ‘Instrument criminel’ –

Pourquoi ce durcissement? L’Association nationale de finance internet — émanation de la PBOC — a dressé mi-septembre un violent réquisitoire contre les monnaies virtuelles, accusées d’être « l’instrument d’activités criminelles » comme « le trafic de drogue ».

Par ailleurs, le bitcoin a séduit beaucoup de Chinois ordinaires attirés par l’envolée mirobolante du cours, une popularité qui a généré « des ventes pyramidales, des fraudes financières », regrette Dong Ximiao, économiste à l’Université de Pékin.

Mais la banque centrale, qui a interdit dès début septembre les nouvelles émissions de crypto-monnaies comme moyen de levée de fonds, assure surtout vouloir combattre une « spéculation » qui a « gravement perturbé le système financier ».

« La Chine ne bannit pas le bitcoin, mais les plateformes à fins spéculatives », confirme David Yermack, professeur de finance à l’Université de New York. Pékin s’efforcerait ainsi d’enrayer les « fuites de capitaux », une hémorragie qui pénalise la valeur du yuan.

Quant à l’impact sur les marchés, « on n’observe aucune contagion », assure M. Yermack.

Certes, le cours du bitcoin en dollars avait violemment plongé mi-septembre après l’ultimatum aux plateformes chinoises. Il avait alors glissé sous 3.300 dollars. Mais il s’est repris vigoureusement et avoisinait 4.100 dollars vendredi, selon le Bitcoin Price Index.

– Terrain miné –

Autre sujet d’inquiétude: l’avenir en Chine du « minage », dont les autorités n’ont encore rien dit.

L’expression désigne la création de bitcoins: la devise virtuelle fonctionne selon la technologie du blockchain (« chaînes de blocs »), un protocole informatique dans lequel s’agrègent des blocs de transactions codés et authentifiés.

Un processus long, onéreux, énergivore et exigeant des serveurs puissants. Or, entre 60% et 70% des nouveaux bitcoins sont minés en Chine, où le leader local Bitmain possède d’imposantes infrastructures.

Ces « mineurs » chinois sont dans l’expectative: si le gouvernement s’y attaquait officiellement, « cela réduirait les volumes produits » et déplacerait le minage ailleurs, renforçant le poids d’acteurs occidentaux comme BitFury, observe Greg Revenu, associé du cabinet Bryan, Garnier & Co.

Mais « c’est un sujet distinct des plateformes d’échanges », tempère M. Revenu. « Et à mesure que le spectre des applications du blockchain s’élargit, la Chine aura peut-être un autre regard ».

De fait, le blockchain — une technologie très sécurisée et en principe infalsifiable — se décline déjà dans la sécurité alimentaire, la finance, le fret maritime…

Et Pékin n’entend pas se laisser distancer: le ministère chinois de l’Industrie a annoncé la semaine dernière le lancement d’un laboratoire de recherche… dédié au blockchain.

Romandie.com avec(©AFP / 29 septembre 2017 14h03)                

Publicités

Glissement de terrain en Chine: le bilan passe à 15 morts

août 29, 2017

Pékin – Au moins 15 personnes ont péri dans un glissement de terrain qui a frappé le sud-ouest de la Chine, selon un nouveau bilan annoncé mardi par la télévision d’Etat.

Huit blessés sont également à déplorer après l’éboulement survenu lundi matin dans la localité rurale de Bijie, dans la province du Guizhou, a indiqué la chaîne publique CCTV.

L’agence de presse officielle Chine nouvelle a cependant fait état mardi d’un bilan humain plus élevé de 17 morts.

Les recherches se poursuivent et les sauveteurs apportent une aide humanitaire aux habitants touchés par la catastrophe, selon les autorités locales.

Une vidéo publiée lundi sur le compte Twitter du Quotidien du peuple, un journal officiel, montrait l’écroulement spectaculaire d’un pan de colline et un nuage de poussière s’élevant dans le ciel sous les cris horrifiés de badauds.

Les glissements de terrain surviennent régulièrement dans les zones rurales et montagneuses de Chine, en particulier durant les fortes pluies. Les conditions météorologiques extrêmes cet été ont déclenché une série de catastrophes dans la moitié sud du pays, faisant de nombreux morts et déplacés.

En juin et en août, deux énormes éboulements dans la province du Sichuan (sud-ouest), ont fait plus de 30 morts et des dizaines de disparus.

En juillet, une soixantaine de personnes sont mortes dans des glissements de terrain et des inondations dans le Hunan (centre). Quelque 1,6 million d’habitants avaient dû être déplacés dans cette province.

Romandie.com avec(©AFP / 29 août 2017 13h25)

Chine: l’armée veut limiter la masturbation chez ses recrues

août 24, 2017

Envie de devenir soldat en Chine? Il vous faudra désormais résister à la masturbation et aux jeux vidéo, des pratiques auxquelles l’armée veut mettre un frein pour s’assurer de la santé de ses nouveaux membres. / © AFP/Archives / NICOLAS ASFOURI

Envie de devenir soldat en Chine? Il vous faudra désormais résister à la masturbation et aux jeux vidéo, des pratiques auxquelles l’armée veut mettre un frein pour s’assurer de la santé de ses nouveaux membres.

Ce raidissement part d’un constat: un nombre croissant d’aspirants sont recalés dès les tests de sélection physique de l’Armée populaire de libération (APL), la plus grande du monde en matière d’effectifs avec 2 millions de personnes.

Le Quotidien de l’APL, le journal officiel de l’armée, vient de lister sur un réseau social les 10 raisons pour lesquelles certaines recrues potentielles flanchent dès le premier écrémage, un phénomène qui agite les hautes sphères militaires.

Un cinquième des candidats ne sont ainsi pas retenus en raison de leur surpoids, et 8% à cause d’une « veine testiculaire hypertrophiée ». Cette particularité anatomique s’expliquerait par un excès de masturbation, de pratique des jeux vidéo, ou par un manque d’activité physique, explique le journal.

Les postulants aux tatouages trop visibles ou démesurément grands sont eux aussi éliminés, ajoute le quotidien, qui précise que d’autres ont été recalés pour des problèmes de foie liés à la consommation d’alcool.

Dans une ville de Chine, plus de la moitié des candidats ont même essuyé un inflexible refus en raison d’une forme physique jugée insuffisante, souligne le Quotidien de l’APL.

« Le processus de recrutement est mené en vertu de procédures et de règles strictes », a observé de son côté le ministère de la Défense dans un communiqué pour justifier cette reprise en main.

Romandie.com avec(©AFP / 24 août 2017 13h38)                

La dette publique du Congo: pillage à huis-clos!

août 14, 2017

1 euro = 656 francs CFA

Avoirs extérieurs du Congo (en milliards de francs)

2009 = 1740,4 milliards CFA ; 2010 = 2199,7 milliards CFA ; 2011= 2874,7 milliards CFA ; 2012 = 2773,9 milliards CFA ; 2013 = 2509,1 milliards CFA ;

2014 = 2698 milliards CFA ; 2015 = 1380 milliards CFA ;

et mai 2016 = 1130 milliards CFA .

Avoirs extérieurs du Congo au trésor français ( milliards CFA )

2009 = 1369 milliards CFA ; 2010 = 1591 milliards CFA ; 2011 = 2252 milliards CFA ; 2012= 2164 milliards CFA ; 2013 = 1400 milliards CFA ; 2014 = 1185 milliards CFA ; et 2015 = 671 milliards CFA .

Avoirs extérieurs du Cameroun au trésor français

2009 = 1369 milliards CFA ; 2010 = 1317 milliards CFA ; 2011 = 1290 milliards CFA ; 2012 = 1334 milliards CFA ; 2013 = 940 milliards CFA ; 2014 = 768 milliards CFA ; 2015 = 1117 milliards CFA

Avoirs extérieurs de la Guinée équatoriale au trésor français

2009 = 1306 milliards CFA ; 2010 = 845 milliards CFA ; 2011 = 1213 millards CFA ; 2012 = 1722 milliards CFA ; 2013 = 1232 milliards CFA ; 2014 = 699 milliards CFA ; et 2015 = 356 milliards CFA

Avoirs extérieurs du Gabon au trésor français

2009 = 710 milliards CFA ; 2010 = 554 milliards CFA ; 2011 = 790 milliards CFA ; 2012 = 802 milliards CFA ; 2013 = 759 milliards CFA ; 2014 = 546 milliards CFA ; et 2015 = 527 milliards CFA.

La Chine construisait les infrastructures à crédit, le budget était exécuté à hauteur de 30% selon le FMI et la Banque mondiale, où sont passés les 70% des budgets des différentes années non exécutés? Notons que depuis 2003, chaque année le budget du Congo était d’au moins 3000 milliards de CFA . Donc chaque année, au moins 2100 milliards CFA du budget n’étaient pas dépensés. Multiplier ce chiffre par au moins 10 années et nous obtenons 21.000 milliards CFA qui ont disparus des caisses de l’état.

Retenez, c’est la Banque mondiale et le FMI qui disent que chaque année seulement 30% du budget congolais est exécuté. Cette bombe a été lâchée en 2015 sans que l’opposition demande des comptes à ces kleptocrates.

Pire la Chine construit tout à crédit quand le Congo croule sous des excédents budgétaires. Comment comprendre cette absurdité économique? Pire encore, 3 kilomètres de bitume coûtent 10 milliards CFA, soit 3 milliards cfa le kilomètre au lieu d’un milliard. Cette surfacturation est à crédit auprès des entreprises étrangères et au bénéfice des donneurs d’ordre congolais.

Quand la Chine construit à crédit, les avoirs extérieurs du Congo fondent comme neige au soleil. De 2874,7 milliards CFA en 2011, les avoirs extérieurs du Congo sont passés à 1130 milliards CFA en mai 2016, soit une division par plus de 2. Quant aux avoirs extérieurs au trésor public français, ils sont passés de 2252 milliards CFA en 2011 671 milliards CFA en 2015. Où est tout ce pognon?

Comment expliquer cette saignée au moment même où la dette congolaise explose pour atteindre 120% du PIB. On ne peut exécuter le budget qu’à hauteur de 30%, construire à crédit, réaliser des excédents budgétaires, sécher les avoirs extérieurs du pays et endetter le pays à hauteur de 120% du PIB. C’est illogique économiquement. Mais ils l’ont fait!

Qu’ont-ils fait de tout cet argent? Ohh, ils avaient un plan national de développement à hauteur de 21.000 milliards CFA. Où sont les résultats de ce plan? Zéro tant c’est la paupérisation totale des congolais qui manquent de tout: emploi, nourriture, soins de santé, eau, électricité, habitat, transport, etc. Les salaires et les retraites sont impayés depuis des mois. Les jeunes sont au chômage. L’activité économique est en panne. La croissance de la production est en net recul. Le tissu social est disloqué. Le budget de l’état est déficitaire. L’état, principal employeur et principal client des entreprises et des banques, n’arrive plus à honorer ses engagements vu son insolvabilité. Bref, le Congo est en faillite totale, voir en banqueroute.

Que faire face à un tel diagnostic? Bien malin qui répondra à cette question. À très court terme, il faut arrêter l’hémorragie. Le dialogue doit être amorcée impérativement avec le FMI contrairement à ce que pense mr Maleka. Le Congo n’a pas de marge de manœuvre pour se permettre une alternative au FMI. L’Islande, la Malaisie et l’argentine qu’il nous donne pour exemple ne souffraient pas d’une crise ayant les mêmes origines que celle qui sévit au Congo. Ces pays avaient étaient frappés par une crise monétaire avec une chute de leurs devises (Malaisie et Argentine) et financière pour l’Islande qui a été victime de mauvais placements de l’épargne des déposants.

La crise du Congo est due à la kleptomanie. Ils ont tout volé; tout volé et endetté le pays au même moment. Les chiffres sont là et parlent d’eux mêmes. La solution consisterait donc à remettre dans les coffres de l’état l’argent volé. Cet argent existe.

Les chinois savent où est caché une partie de cet argent. Idem pour la France et le FMI. Ces pays et cette institution sont capables de tordre le coup à ces kleptocrates qui ont tout siphonné. C’est une question de volonté. Pour preuve, le Nigeria vient une grande partie des biens mal acquis de son ancienne ministre du pétrole Alison-Madueke.

La récupération de l’argent volé doit être une condition avant toute aide au Congo. Deuxième piste de solution déjà évoquée, les audits de toutes les sources d’enrichissement illégitime. Il faut tarir toutes ces sources en prenant le contrôle des entrées et sorties d’argent. Les audits ne serviront à rien si ces kleptocrates peuvent toujours contrôler les points d’entrée et de sortie d’argent.

Troisième piste de solution, en plus des audits, il faut mener des revues stratégiques de tous les programmes financés à même le budget de l’état, et ce en questionnant leur pertinence et leur rendement au regard des objectifs escomptés à leur création et par rapport aux besoins continus des congolais. Tous les programmes qui ne répondent pas à un besoin des population doivent être abandonnés; d’autres reformulés ou maintenus tout en tenant compte du contexte budgétaire.

Des cibles doivent fixés pour chaque examen stratégique de programme de façon à rétablir les équilibres macroéconomiques à moyen terme. Un exemple de revue stratégique pourrait être le transfert des puits de pétrole aux individus en lieu et place de l’état congolais. Quelle est la pertinence et le rendement d’une telle politique quand les caisses de l’état sont vides? Qu’est-ce que l’état gagne à offrir des millions à des individus alors qu’il peut bien être le propriétaire de ces puits. Il en va de même du bien-fondé d’avoir une garde républicaine ou un sénat dans un pays où le président a les attributs d’un roi?

Avec Zenga-mambu.com

 

États-Unis: Trump augmente la pression sur Pékin en s’attaquant à la propriété intellectuelle

août 12, 2017

Le président américain Donald Trump à Huntington en Virginie, le 3 août 2017 / © AFP / SAUL LOEB

Donald Trump va augmenter la pression sur Pékin en s’attaquant lundi au dossier de la propriété intellectuelle, au moment où la crise nord-coréenne complique déjà les relations entre les deux pays.

Le président américain va demander dans un mémorandum au représentant pour le commerce américain (USTR), Robert Lighthizer, d’étudier s’il y a lieu d’ouvrir une enquête sur les transferts de propriété intellectuelle imposés par les autorités chinoises aux entreprises américaines, ont indiqué samedi des responsables de l’administration américaine s’exprimant sous le couvert de l’anonymat.

Mais ces responsables ont pris soin de souligner que ce dossier et celui de la Corée du Nord ne sont pas liés.

« Les deux évènements ne sont pas liés. Le commerce c’est le commerce et la sécurité nationale c’est la sécurité nationale », ont-ils affirmé.

« La Corée du Nord est une menace contre la sécurité et il est dans l’intérêt tant de la Chine que des Etats-Unis de travailler ensemble pour résoudre ce problème alors que les préoccupations sur les pratiques commerciales chinoises existent depuis longtemps », ont-ils encore assuré.

Cette nouvelle initiative ne va pas contribuer à décrisper des relations commerciales qui se sont tendues depuis l’arrivée de Donald Trump à la Maison Blanche.

Le déclenchement d’une telle procédure avait déjà été évoqué la semaine dernière. Cette procédure vient s’ajouter aux nombreuses enquêtes déjà ouvertes contre la Chine dans le domaine commercial, notamment sur l’acier. Washington a également pris des sanctions préliminaires mardi contre les importations de feuilles d’aluminium chinoises.

– ‘Absorber la propriété intellectuelle’ –

Selon les responsables de l’administration américaine, « la politique commerciale Chine a actuellement pour but principal d’acquérir et d’absorber la propriété intellectuelle des Etats-Unis et d’autres pays autour du monde ».

« La plupart des Américains savent que la Chine vole notre propriété intellectuelle, mais ce qu’ils ne savent peut-être pas est que la Chine force les entreprises américaines qui opèrent en Chine à transférer cette propriété intellectuelle ».

Les Etats-Unis visent notamment les « joint-ventures » (sociétés à risques partagés) avec des entités chinoises dont l’établissement est la condition sine-qua-non pour une entreprise étrangère voulant vendre ses produits en Chine. Cela permet également à leurs partenaires chinois de profiter de leur savoir-faire technologique.

Les entreprises américaines, à l’unisson de leurs homologues européennes, dénoncent depuis longtemps cette législation chinoise.

« La Chine finance et facilite également l’achat d’entreprises américaines qui possèdent des technologies innovantes », ont accusé les responsables de l’administration américaine samedi.

« Si les Américains continuent de voir leurs meilleures technologies et leur propriété intellectuelle volées ou transférées de force à l’étranger, les Etats-Unis pourront difficilement maintenir leur rôle dominant et rester l’une des économies mondiales les plus innovantes », ont-ils encore affirmé.

Mais la procédure lancée lundi par Donald Trump ne va pas se traduire immédiatement par des sanctions. Techniquement, la président va utiliser l’article 302b du Code du commerce américain qui charge l’USTR d’examiner s’il y a lieu d’ouvrir une enquête, même s’il n’y a pas de plainte spécifique d’entreprises américaines en la matière.

Les responsables ont indiqué samedi qu’une telle évaluation pourrait prendre jusqu’à un an avant d’ensuite éventuellement déboucher sur des sanctions ou des mesures de rétorsion prises dans le cadre de l’Organisation mondiale du Commerce (OMC), ou en dehors.

Apple, qui réalise un chiffre d’affaires de plus de 30 milliards de dollars par an en Chine, se retrouve par exemple actuellement soumis à plusieurs mesures des autorités chinoises entravant ses activités dans le pays. Le fabricant des iPhone a été contraint fin juillet de supprimer de son magasin d’applications chinois des logiciels permettant de contourner les vastes restrictions en ligne mises en place par les autorités.

Parmi les autres grands noms de la technologie américaine, Facebook et Google se tiennent actuellement à l’écart du marché chinois à la fois pour échapper à la censure exercée par les autorités, mais aussi par crainte de voir leurs technologies dérobées.

Mais les constructeurs automobiles n’ont pu s’ouvrir les portes du marché chinois qu’en y créant des joint-ventures tout comme les géants du transport aéronautique Boeing et Airbus, alors même que la Chine tente maintenant de percer sur le marché des avions civils et de l’automobile.

Romandie.com avec(©AFP / 12 août 2017 20h36)                

RFI: la dette cachée du Congo-Brazzaville

août 2, 2017

C’est une information RFI. La dette publique du Congo-Brazzaville atteint 120% du Produit intérieur brut. En mars dernier, le FMI qui est en discussion avec Brazzaville sur éventuel programme d’aide budgétaire, avait annoncé un chiffre bien inférieur, 77 %… mais à l’époque, le Fonds monétaire international s’était plaint d’un manque de transparence de la part de Brazzaville sur les transactions liées au pétrole congolais. Une partie de la dette était donc cachée.

C’était un secret bien gardé mais en juin dernier, Brazzaville, affaibli par ses défauts de paiement répétés, a finalement dû révéler au FMI l’ampleur des dégâts: une dette de 120% du PIB, soit presque deux fois le taux autorisé au sein de la zone CEMAC.

En cause : la réalité des comptes du gouvernement congolais en Chine. Brazzaville a signé un partenariat stratégique avec Pékin prévoyant la réalisation d’une vaste série de grands travaux, en échange d’une partie des revenus du pétrole. Un partenariat – opaque -, dont les montants – faramineux – ont longtemps relevé du « secret d’Etat », déplore une source proche du dossier.

Un pari risqué sur un rebond de l’or noir

Mais ce n’est pas tout. Brazzaville avait aussi omis de partager avec le FMI l’existence de certains contrats passés entre la société nationale de pétrole et de grands traders, tels que Glencore et Trafigura qui ont prêté au Congo d’importantes sommes d’argent. Des centaines de millions de dollars en échange de futures livraisons de pétrole.

Des promesses à la Chine, à Glencore, à Trafigura, entre autres, pour une seule et même manne pétrolière, en pariant sur un rebond des cours de l’or noir qui n’arrive toujours.  « Une course folle », résume un observateur,  pour tenter d’apurer une dette qui, finalement, de contrat en contrat, n’a cessé d’augmenter et hypothèque aujourd’hui l’avenir du pays.

Les discussions entre Brazzaville et le FMI  suspendues le temps des élections congolaises devraient se poursuivre. Pour le moment, aucun accord n’a été trouvé sur un éventuel programme d’ajustement.

 

Chine: Liu Xiaobo sans sépulture, ses cendres dispersées en mer

juillet 15, 2017

Liu Xia, veuve du Prix Nobel de la Paix Liu Xiaobo, prie alors que les cendres de son époux sont dispersées en mer, le 15 juillet 2017 au large de la ville de Dalian en Chine. Photographie fournie par le service de presse de Shenyang. / © Shenyang Municipal Information Office/AFP / STR

Il n’aura pas de sépulture. Les cendres du dissident chinois Liu Xiaobo ont été dispersées en mer samedi, un choix dénoncé par des proches du Nobel de la paix, à l’heure où le sort de sa veuve reste incertain.

Les autorités ont diffusé une vidéo montrant son épouse Liu Xia et d’autres personnes mettant à l’eau une urne blanche, deux jours après le décès de l’opposant de 61 ans des suites d’un cancer du foie.

La dépouille de Liu Xiaobo avait été incinérée à l’aube à Shenyang (nord-est), ville où il était hospitalisé, loin du regard des médias tenus à l’écart de ses proches.

« Les autorités ont peur que si quelqu’un d’aussi emblématique que Liu Xiaobo a une tombe, elle devienne un endroit où ses partisans se réuniront », a déclaré à l’AFP Ye Du, un dissident proche de la famille. « Elles ne pouvaient autoriser qu’il soit enterré. »

« En Chine, on ne trouvera plus aucun endroit où commémorer Liu Xiaobo », a déploré Hu Jia, militant et ami du couple.

Le frère aîné du dissident défunt a cependant défendu la dispersion des cendres samedi lors d’une conférence de presse savamment organisée par les autorités. Louant « le système socialiste », Liu Xiaoguang a remercié le régime communiste pour son « humanité » et assuré qu’il avait agi « selon la volonté des membres de la famille ».

– Sa femme bouleversée –

Des propos dont la sincérité ne pouvait être vérifiée, les autorités verrouillant depuis le début toute information sur Liu Xiaobo et l’accès à ses proches. Les médias n’ont pas pu interroger le frère du dissident à l’issue de sa déclaration.

Ecrivain et professeur, Liu Xiaobo avait été arrêté en décembre 2008 puis condamné un an plus tard pour subversion à 11 ans de prison. Pékin lui reprochait notamment d’avoir corédigé en 2008 un manifeste, la Charte 08, prônant des élections libres. Il avait obtenu en 2010 le prix Nobel de la paix.

Le dissident avait bénéficié d’une liberté conditionnelle et été hospitalisé après la détection de son cancer fin mai. Il est mort jeudi, sans que le régime ne le laisse finir ses jours en liberté à l’étranger. Cela vaut depuis à Pékin une pluie de critiques.

Des photos diffusées par les autorités samedi montraient son épouse en pleurs devant le corps de son mari, ainsi que des proches s’inclinant devant sa dépouille entourée de fleurs.

Vivant depuis 2010 en résidence surveillée sans qu’aucune charge n’ait jamais été portée contre elle, la poétesse et photographe a été autorisée à se rendre au chevet de son mari avant son décès, mais ses contacts avec le monde extérieur restent extrêmement limités.

Les Etats-Unis et l’Union européenne ont appelé Pékin à la libérer et à la laisser quitter la Chine si elle le souhaite.

– ‘Profondément inquiet’ –

« D’après ce que je sais, Liu Xia est libre », a assuré samedi lors d’une conférence de presse Zhang Qingyang, un responsable de la municipalité de Shenyang.

Une déclaration mise en doute par des proches de la famille, qui restaient sans contact avec Liu Xia. Son beau-frère a laissé entendre qu’elle pourrait à son tour être hospitalisée.

« Il est préférable pour elle qu’elle ne reçoive pas trop de sollicitations extérieures durant cette période de deuil. C’est le souhait de la famille », a affirmé le responsable municipal pour justifier le silence de Mme Liu.

Le comité Nobel norvégien s’est dit vendredi « profondément inquiet » pour elle, appelant Pékin à la laisser quitter le pays.

« Le monde doit se mobiliser pour la sauver, et rapidement », a estimé l’avocat de Liu Xiaobo aux Etats-Unis, Jared Genser. « Elle mérite de vivre le reste de ses jours en dehors de la Chine, conformément à sa volonté, à l’abri de la peur, et dans la paix et la tranquillité ».

Les conditions du décès de M. Liu ont été critiquées par plusieurs pays qui avaient appelé Pékin à ce qu’il puisse être soigné à l’étranger. La Chine a dit avoir protesté officiellement auprès des Etats-Unis, de l’Allemagne, de la France et des Nations unies.

Romandie.com avec(©AFP / 15 juillet 2017 15h15)

Chine: le corps du Nobel dissident Liu Xiaobo été incinéré

juillet 14, 2017

La femme du dissident chinois Liu Xiaobo, Liu Xia (centre) et son frère, Liu Xiaoguang (L), reçoivent les cendres du défunt après son incinération dans la ville de Shenyang, le 15 juillet 2015. / © Shenyang Municipal Information Office/AFP / Handout

Le corps du dissident chinois et prix Nobel de la paix 2010 Liu Xiaobo a été incinéré samedi matin après une « cérémonie simple » en présence de sa femme et de proches, ont indiqué les autorités locales.

La dépouille de l’opposant a été incinérée « conformément à la volonté des membres de sa famille » à Shenyang (nord-est de la Chine), où Liu Xiaobo était hospitalisé jusqu’à son décès jeudi, a assuré lors d’une conférence de presse Zhang Qingyang, un responsable du bureau d’information de la municipalité.

Des photos diffusées par les autorités montraient son épouse, la poétesse Liu Xia, avec des lunettes noires et en pleurs devant le corps de son mari, ainsi que des proches s’inclinant devant la dépouille entourée de fleurs blanches.

Le dissident, premier prix Nobel de la paix chinois, est mort jeudi d’un cancer du foie sans que le régime communiste ne le laisse finir ses jours en liberté à l’étranger, ce qui vaut depuis à Pékin une pluie de critiques.

Ecrivain et professeur, Liu Xiaobo avait été arrêté en décembre 2008 puis condamné un an plus tard pour subversion à 11 ans de prison. Le gouvernement chinois lui reprochait d’avoir corédigé un manifeste, la Charte 08, prônant notamment des élections libres.

Après sa mort, les regards se tournent désormais vers sa femme, en résidence surveillée depuis 2010. Le comité Nobel norvégien s’est dit vendredi « profondément inquiet » pour elle, appelant la Chine à la laisser quitter le pays.

Romandie.com avec(©AFP / 15 juillet 2017 05h29)                

Le dissident chinois Liu Xiaobo est mort

juillet 13, 2017

Des manifestants se préparent à poster des cartes-postales pour le Prix Nobel chinois Liu Xiaobo, devant un bureau de poste de Hong Kong, le 5 juillet 2017 / © AFP / Anthony WALLACE

Le dissident chinois Liu Xiaobo est mort jeudi à l’âge de 61 ans, ont annoncé les autorités de la province du Liaoning, où le prix Nobel de la paix 2010 était hospitalisé pour un cancer du foie en phase terminale.

Liu Xiaobo avait auparavant été détenu pendant plus de huit ans pour « subversion ». Il est le premier prix Nobel de la paix à mourir privé de liberté depuis le pacifiste allemand Carl von Ossietzky, décédé en 1938 dans un hôpital alors qu’il était détenu par les nazis.

Romandie.com avec(©AFP / 13 juillet 2017 15h33)                

Chine: le prix Nobel Liu Xiaobo « dans un état critique »

juillet 10, 2017

Des manifestants postent des cartes postales adressées au dissident chinois et prix Nobel de la paix Liu Xiaobo, à Hong Kong le 5 juillet 2017 / © AFP/Archives / Anthony WALLACE

Le dissident chinois Liu Xiaobo est « dans un état critique », a annoncé lundi l’hôpital où le prix Nobel de la paix 2010 a été admis après sa sortie de prison pour un cancer du foie.

« L’équipe nationale d’experts pense que le patient est dans un état critique », a fait savoir dans un communiqué l’hôpital universitaire médical N°1 de Shenyang (nord-est de la Chine), se disant prêt à transférer au besoin le défenseur des droits de l’homme en soins intensifs.

Le dissident avait été placé en liberté conditionnelle et hospitalisé après avoir été diagnostiqué en mai d’un cancer du foie en phase terminale.

Les derniers examens révèlent que sa tumeur s’est agrandie et qu’il souffre d’une baisse de la pression artérielle et d’insuffisance rénale, selon l’hôpital.

Plusieurs organisations de défense des droits de l’homme et proches de M. Liu ont reproché à Pékin d’avoir attendu que son état de santé empire avant de lui permettre de sortir de prison, mais les autorités affirment qu’il est soigné par des cancérologues réputés.

L’hôpital de Shenyang avait affirmé samedi que le malade n’était pas en état d’être transporté à l’étranger, contredisant le souhait de Liu Xiaobo qui a demandé à pouvoir être soigné hors de Chine.

Mais des médecins américain et allemand qui ont pu l’examiner ont plaidé dimanche pour son évacuation « le plus vite possible ».

Le militant pro-démocratie âgé de 61 ans a été condamné en 2009 à 11 ans de réclusion pour « subversion » après avoir appelé à des réformes démocratiques. Il avait co-rédigé un manifeste, la Charte 08, prônant notamment des élections libres. Lors de la cérémonie de remise du Nobel à Oslo en 2010, il avait été représenté par une chaise vide.

Romandie.com avec(©AFP / 10 juillet 2017 12h02)