Posts Tagged ‘CHINE’

Un richissime Canadien disparu depuis 5 ans réapparaît pour être jugé en Chine

juillet 4, 2022
Gros plan de Xiao Jianhua.

Xiao Jianhua lors d’une discussion avec des journalistes à Hong Kong, en décembre 2013. Photo : La Presse Canadienne/AP/Next Magazine

Il avait disparu en 2017 de son luxueux hôtel hongkongais dans de mystérieuses conditions : le magnat canadien d’origine chinoise Xiao Jianhua, jadis réputé proche des hauts dirigeants communistes, est jugé ce lundi en Chine.

Il était l’un des hommes les plus riches de Chine et le fondateur du conglomérat Tomorrow, un empire aux intérêts divers, notamment dans le secteur bancaire, l’immobilier et les assurances.

Jusqu’à sa disparition, M. Xiao vivait à Hong Kong dans un appartement d’un hôtel multi-étoilé, le Four Seasons, qui a eu la réputation d’être un refuge pour les magnats chinois des affaires.

Selon des informations de presse de l’époque, le milliardaire aurait été enlevé fin janvier 2017 par des agents de Pékin, au mépris des lois de Hong Kong qui interdisaient alors à la police chinoise d’agir dans le territoire semi-autonome.

L’affaire avait suscité l’émoi dans l’ancienne colonie britannique, qui dispose d’un cadre juridique distinct de celui en vigueur en Chine continentale.

Depuis la disparition de M. Xiao, peu d’informations ont filtré et les autorités chinoises ont toujours gardé le silence sur l’affaire.

L’ambassade du Canada à Pékin a confirmé lundi le procès de l’homme d’affaires.

Affaires mondiales Canada a connaissance qu’un procès dans l’affaire du citoyen canadien, M. Xiao Jianhua, aura lieu le 4 juillet 2022, a indiqué à l’AFP l’ambassade, qui n’a précisé ni le lieu du procès ni les charges visant l’accusé.

Les agents consulaires canadiens suivent cette affaire de près, fournissent des services consulaires à sa famille et continuent de faire pression pour obtenir un accès consulaire, a-t-elle souligné.

D’après des informations de presse, le magnat aurait eu des liens étroits avec de hauts dirigeants du Parti communiste au pouvoir en Chine.

L’homme d’affaires a pu être victime de la campagne anticorruption du président chinois Xi Jinping qui, selon ses détracteurs, lui sert aussi à cibler ses opposants politiques et leurs soutiens.

Après cinq ans d’attente discrète, notre famille continue, sur la base des strictes instructions de mon frère, à faire confiance au gouvernement et à la loi chinoise, confiait le mois dernier au Wall Street Journal le frère aîné du magnat déchu, Xiao Xinhua.

C’est très compliqué, avait-il déclaré à propos de l’affaire, selon le quotidien américain.

Le cas Xiao Jianhua rappelle la « disparition » en 2015 de cinq libraires de Hong Kong, connus pour publier des livres au contenu salace sur la classe politique chinoise.

Tous s’étaient volatilisés pour refaire surface en Chine continentale, aux mains de la justice.

L’un d’eux, Lam Wing-kee, avait été autorisé à rentrer à Hong Kong pour récupérer la liste des clients de sa librairie et retourner en Chine continentale. Mais il avait à la place convoqué la presse pour livrer des révélations explosives sur ce qui lui était arrivé.

Lam Wing-kee vit aujourd’hui à Taïwan, où il a été rencontré par l’envoyé spécial de Radio-Canada, Philippe Leblanc. Lisez ce reportage.

Issu d’un milieu pauvre, Xiao Jianhua, après des études à la prestigieuse Université de Pékin, avait débuté en vendant des ordinateurs. Il a un temps été l’un des hommes les plus riches de Chine.

Selon le classement Hurun des milliardaires chinois, la fortune du magnat était estimée à quelque 6 milliards de dollars en 2017, année de sa disparition.

Ce dossier judiciaire pourrait revenir empoisonner les relations sino-canadiennes.

Les années qui ont suivi la disparition de Xiao Jianhua avaient été marquées par de vives tensions entre la Chine et le Canada, provoquées par l’arrestation fin 2018 à Vancouver de Meng Wanzhou.

Cette directrice financière du groupe privé chinois de télécommunications Huawei avait été interpellée sur demande des États-Unis, qui réclamaient son extradition afin de la juger pour fraude.

Dans la foulée de son arrestation, Pékin avait arrêté deux Canadiens en Chine et visé les exportations agricoles canadiennes. Les trois protagonistes avaient finalement été libérés en septembre 2021.

Un dégel des relations avait suivi. La Chine a ainsi levé en mai 2022 son interdiction sur les importations de canola canadien, une variété de colza.

Radio-Canada avec Agence France-Presse

La Chine réduit de moitié la quarantaine pour les arrivées de l’étranger

juin 28, 2022
La Chine reduit de moitie la quarantaine pour les arrivees de l'etranger
La Chine réduit de moitié la quarantaine pour les arrivées de l’étranger© AFP/Archives/Leo RAMIREZ

La Chine a réduit mardi de moitié la durée de la quarantaine obligatoire pour les voyageurs arrivant en Chine, un assouplissement majeur des restrictions d’entrée imposées par ce pays qui suit depuis le début de la pandémie une stricte politique sanitaire, que Pékin a toutefois minimisé en évoquant un simple « ajustement ».

Première touchée par le Covid-19, la Chine a fermé dès mars 2020 ses frontières aux voyageurs étrangers pour se prémunir contre de nouvelles infections, au moment où le virus se propageait dans le reste du monde. La Chine avait parallèlement fortement réduit le nombre de vols en provenance de l’étranger.

Pour décourager le retour de ses ressortissants, Pékin imposait depuis plus de deux ans une quarantaine longue et coûteuse à l’hôtel ou dans un centre dédié.

En vertu d’une nouvelle directive dévoilée mardi, la quarantaine à l’arrivée en Chine est réduite à 10 jours, contre 21 initialement.

Les passagers arrivant en Chine devront rester sept jours à l’hôtel puis respecter trois jours d’observation à domicile, a précisé le ministère de la Santé.

Il ne s’agit « absolument pas d’un assouplissement » de la politique sanitaire dite de zéro Covid mais d’un « ajustement », a averti un responsable, Lei Zhenglong.

Fermement défendue par le président chinois Xi Jinping, la stratégie zéro Covid consiste en des confinements, des quarantaines à l’arrivée sur le territoire, l’isolement des personnes contaminées et à la quasi-fermeture des frontières.

Assouplissement très progressif

Les nouvelles mesures ont été perçues par les marchés comme un signal positif pour une économie éprouvée par les mesures sanitaires qui pénalise échanges humains et chaîne d’approvisionnement.

Les Bourses de Hong Kong et Shanghai ont terminé mardi en hausse de près de 1 %.

Les autorités sanitaires locales de Pékin et Canton ont toutefois indiqué à l’AFP n’avoir reçu pour l’heure aucune instruction pour réduire la durée des quarantaines pour les vols internationaux.

Depuis avril, un nombre croissant de villes pilotes avait déjà réduit à dix jours la quarantaine pour les arrivées de l’étranger.

« De longues quarantaines ne sont plus nécessaires », la période d’incubation pour la souche Omicron du coronavirus étant plus courte, relève Yanzhong Huang, spécialiste de santé publique au Council on Foreign Relations, un cercle de réflexion américain.

L’essentiel des retours en Chine concerne des ressortissants chinois.

Mais ces derniers mois, le pays autorise de nouveau au compte-goutte un certain nombre d’étrangers à revenir en Chine, à l’exception notable des touristes.

Les étudiants en provenance de plusieurs pays, dont l’Inde et le Pakistan, peuvent ainsi prétendre à un visa pour la première fois depuis le début de la pandémie.

Crainte d’un rebond

Mais les vols internationaux restent rares, très onéreux et sont fréquemment annulés, Pékin appliquant des pénalités lorsqu’un certain nombre de passagers sont testés positifs sur des liaisons.

Vendredi, l’aviation civile chinoise a indiqué être en discussion avec un certain nombre de pays pour augmenter progressivement les liaisons avec la Chine.

La plupart des analystes doutent cependant que des changements majeurs surviennent à court terme.

En fin d’année doit en effet se tenir en Chine le 20e Congrès du Parti communiste chinois (PCC), au cours duquel le président Xi Jinping devrait obtenir un troisième mandat à la tête du pays.

A l’approche de cet événement considéré comme sensible pour le pouvoir, les autorités veulent éviter tout regain épidémique.

Pour prévenir tout risque, la Chine a déjà fortement restreint les départs à l’étranger de ses ressortissants. Les voyages non essentiels ne sont pas autorisés et la plupart des renouvellements de passeport pour les Chinois ont été suspendus.

Alors que des voix plaident ces derniers mois pour un assouplissement des restrictions sanitaires, le président Xi Jinping insiste pour poursuivre la politique zéro Covid.

Par Le Point avec AFP

Quand le racisme fait vendre : ces vidéos anti-Noirs qui font fureur en Chine

juin 16, 2022

Un documentaire de la chaîne BBC Africa Eye révèle les dessous d’un business très particulier : des mises en scène, devenues virales sur les réseaux sociaux chinois, montrent des enfants africains tournés en ridicule.

vidéos racistes pour la chine© BBC vidéos racistes pour la chine © BBC

Leurs parents pensaient qu’ils allaient apprendre le chinois ou que les vidéos tournées dans leur village allaient être envoyées à des ONG. Les enfants, eux, s’amusaient à répéter des chorégraphies et apprenaient de bon cœur des textes qu’ils récitaient sans les comprendre. Ils étaient à mille lieues d’imaginer que les vidéos filmées par un jeune Chinois, qu’ils pensaient être un travailleur humanitaire, étaient en fait destinées à être commercialisées sur les réseaux sociaux, pour des sommes allant de 10 à 70 dollars.

Partagées sur Facebook ou sur le réseau Douyin, la version chinoise de TikTok, ces vidéos vendues à des particuliers ou des personnalités montrent des enfants noirs, qui chantent, dansent et déclament en chœur des messages. Ceux-ci sont parfois innocents – « Joyeux anniversaire », « Félicitations pour ton mariage » – mais pas toujours. Sur certaines vidéos, les enfants entonnent des chansons à la gloire de la Chine, et de toutes jeunes filles adoptent des poses hypersexualisées en se dandinant devant la caméra.

Mais ce n’est pas tout. Dans une vidéo devenue virale en 2020, une vingtaine de petits garçons, tous habillés de la même façon, répètent en chœur des messages racistes. « Je suis un monstre noir [traduction littérale de ce qui correspond au « nègre » chinois] ! J’ai un faible QI ! », s’écrient les bambins gaiement.

« Club des blagues sur les Noirs »

C’est cette vidéo, diffusée par un compte baptisé « Club des blagues sur les Noirs », qui a poussé la journaliste de BBC Africa Eye, Runako Celina, à enquêter sur ce business. Bien au fait de l’ampleur du racisme en Chine pour y avoir elle-même étudié, la journaliste décide de partir à la recherche de la personne à l’origine de cette vidéo du « faible QI ». Une enquête qui durera un an et demi.

« Cela faisait déjà plusieurs années que je voyais passer ces vidéos, qui sont apparues en 2015, raconte-t-elle. Les gens s’indignaient, mais l’industrie continuait à se développer. Au départ, ça a débuté avec des enfants africains, puis ça s’est étendu aux adultes, aux femmes ukrainiennes, thaïlandaises… Mais les seuls mineurs que l’on utilisait, étonnamment, étaient toujours noirs. » Son documentaire de quarante minutes diffusé le 13 juin, « Racisme à vendre », raconte cette quête et cette plongée au cœur d’un système lucratif qui la mènera jusqu’au Malawi.

En étudiant et observant attentivement des vidéos parmi les milliers qui ont pu être publiées, la journaliste parvient à remonter une piste jusqu’aux villages de Njewa, dans la banlieue de Lilongwe, puis de Kamwendo, dans le sud du pays. Ces deux villages, que l’on devine extrêmement pauvres, ont été les lieux de tournage de plusieurs centaines de vidéos au moins. Elle finira par y retrouver l’un des « réalisateurs », Lu ke, mais qui se fait appeler Susu (« oncle ») par les enfants.

Devant une caméra cachée, filmé par un journaliste chinois qui se fait passer pour un acheteur potentiel, ce dernier déverse une litanie de propos racistes et raconte qu’il peut aller jusqu’à filmer 380 vidéos par jour dans le même village. Sur certaines images, on le voit tendre de la nourriture aux enfants, se plaçant dans une posture de généreux donateur. Une sorte de « pornographie de la pauvreté » que dénonce aussi le reportage.

White saviors

Avant Susu, combien de voyageurs occidentaux en quête d’exotisme se sont photographiés ou filmés dans un village africain devant une flopée d’enfants souriants à qui ils tendaient un paquet de bonbons ? « J’ai moi-même grandi en Angleterre, et ces images correspondent au récit que l’on me présentait, enfant, sur ces généreux blancs qui venaient “sauver l’Afrique” et les “petits africains”. L’industrie des vidéos chinoises se nourrit de la manière dont on continue de dépeindre des pays du continent », analyse Runako Celina.

« Nous faisons de notre mieux pour élever nos enfants, et quelqu’un les utilise pour son business. C’est très douloureux. Comme il était blanc, nous avons cru qu’il venait nous aider », dira le père d’un des enfants concernés dans le reportage. Certains de ces enfants, qui reçoivent parfois moins d’un dollar et qui manquent l’école pour assister aux tournages, racontent également comment ils sont battus et humiliés par Lu ke. La ministre du Malawi en charge de l’Enfance, Patricia Kaliata, citée par BBC Afrique, a annoncé l’ouverture d’une enquête.

Si Runako Celina a réussi à retrouver l’un des réalisateurs de ces vidéos, elle est bien consciente que le phénomène dépasse, et de loin, ce seul responsable. « L’ensemble de ce business n’est soumis à aucune régulation et l’industrie continue de se développer. Comme Susu le raconte lui-même, il existe désormais des « agents », des intermédiaires qui aident les réalisateurs locaux à vendre leurs contenus et qui participent à rendre l’industrie profitable. Désormais, on voit même ce genre de vidéos en Japonais. »

Avec Jeune Afrique par Marième Soumaré

Inauguration du premier pont routier entre la Russie et la Chine

juin 10, 2022
Inauguration du premier pont routier entre la Russie et la Chine
Inauguration du premier pont routier entre la Russie et la Chine© Amur region Government press service/AFP/Handout

La Russie et la Chine ont inauguré vendredi le premier pont routier entre les deux pays, reliant par-dessus le fleuve Amour les villes de Heihe (province du Heilongjiang) et Blagovechtchensk (Extrême-Orient russe).

La construction du pont était terminée depuis deux ans mais son inauguration avait été reportée en raison de la pandémie de coronavirus. Le lancement de ce projet de longue date, pour lequel le premier accord remonte à 1995, est symbolique du rapprochement et de la hausse des échanges entre les deux pays.

L’agence de presse publique russe Ria Novosti a publié une vidéo de l’inauguration de ce pont à la structure rouge et blanche, montrant le passage des premiers camions salué par des feux d’artifice.

D’une longueur d’un kilomètre et composé de seulement deux voies de circulation, le pont a coûté quelque 19 milliards de roubles (300 millions d’euros) dont 14 milliards pour la partie russe, selon les chiffres officiels.

Selon les médias russes, 630 camions, 164 autobus et 68 véhicules légers pourront emprunter chaque jour ce pont uniquement destiné au fret. Pour la population de ces deux villes d’environ 200.000 habitants, un téléphérique transfrontalier est en construction et doit être achevé en 2023.

Moscou et Pékin, qui partagent 4.250 kilomètres de frontière essentiellement sur le fleuve Amour, se sont opposés pendant plus de 30 ans sur le tracé de leur frontière dans la région.

Les échanges commerciaux sont devenus florissants depuis la normalisation des relations entre les deux géants, à la fin des années 1980, mais se sont toujours heurtés dans la région à l’insuffisance des infrastructures de transports.

Ces dernières années, un complexe d’usines a vu le jour côté russe: une usine de Gazprom, présentée comme une des plus importantes usines de traitement de gaz au monde, qui est un maillon du gazoduc russo-chinois Power of Siberia, et une usine de pétrochimie de Sibur.

En avril, la construction d’un pont ferroviaire sur le fleuve Amour reliant la Chine et la Russie a été achevée dans la République juive autonome du Birobidjan, 500 kilomètres à l’est. Il doit entrer en service en août, selon les autorités locales.

Par Le Point avec AFP

La Chine « n’hésitera pas à déclencher une guerre » pour Taïwan

juin 10, 2022
Deux avions de chasse chinois.

Selon le ministère chinois de la Défense, Pékin briserait en mille morceaux toute tentative d’indépendance. Photo : AP/Jin Danhua

La Chine « n’hésitera pas à déclencher une guerre » si Taïwan déclare son indépendance, a assuré vendredi un porte-parole du ministère de la Défense chinois après une rencontre entre le ministre chinois et son homologue américain à Singapour.

Si quelqu’un ose séparer Taïwan de la Chine, l’armée chinoise n’hésitera pas un instant à déclencher une guerre, quel qu’en soit le coût, a dit Wu Qian en rapportant les propos du ministre de la Défense Wei Fenghe lors d’une rencontre avec l’Américain Lloyd Austin.

Lors d’une rencontre à Singapour, en marge du forum de sécurité du Dialogue de Shangri-la, le secrétaire américain à la Défense Lloyd Austin a dit à son homologue chinois Wei Fenghe que Pékin devait s’abstenir de toute nouvelle action déstabilisatrice envers l’île de Taïwan, a précisé le Pentagone.

Selon le ministère chinois de la Défense, Pékin briserait en mille morceaux toute tentative d’indépendance.

Par Radio-Canada avec Agence France-Presse

Chine-Angola : la fin d’un modèle

mai 28, 2022

Le fameux « modèle Angola » a vécu, épuisé par la corruption et fragilisé par les coûts du pétrole. Même si le président João Lourenço continue de courtiser les dollars chinois, la relation n’est plus ce qu’elle était.

Le président chinois Xi Jinping rencontre le président angolais Joao Lourenco au Grand Hall du Peuple à Pékin, le 9 octobre 2018. © Daisuke Suzuki/Pool via Reuters

En 2002, alors que l’Angola était en ruines après une guerre civile de 27 ans, son gouvernement a désespérément cherché une aide occidentale pour reconstruire le pays. En vain… Les institutions financières internationales comme le Club de Paris se méfiaient de la collaboration avec un pays dont la propension à la corruption est bien connue et le manque de transparence flagrant. Le Fonds monétaire international (FMI) venait de découvrir un trou de 4,2 milliards de dollars dans les coffres du pays que les autorités ne pouvaient pas expliquer facilement.

Alors que les appels à la réforme démocratique, à la responsabilité et au respect de l’État de droit se multipliaient, l’Angola a décidé de se tourner vers l’Est. C’est ainsi qu’est né son accord très pragmatique – et initialement lucratif – avec la Chine.

Absence de responsabilité

Car l’Angola et la Chine n’ont pas toujours été sur la même longueur d’onde. Pendant la guerre d’indépendance angolaise, les Chinois ont soutenu les trois mouvements de libération, avec une préférence pour l’UNITA, le rival acharné du Mouvement populaire de libération de l’Angola (MPLA) au pouvoir depuis 1975. Leurs relations diplomatiques ont beau dater de 1983, ce n’est que 20 ans plus tard que les deux pays ont commencé à collaborer. La fin de la guerre civile en Angola avait coïncidé avec une augmentation rapide de la production et de la hausse du prix du pétrole, et la Chine avait un besoin urgent de ressources et de matières premières pour soutenir sa croissance économique galopante.

Le mariage de raison débute officiellement en 2004, lorsque le ministère chinois du Commerce et le ministère angolais des Finances signent un accord pour que la banque chinoise Eximbank accorde au gouvernement angolais un prêt de 2 milliards de dollars. L’Angola a joué et gagné : il a évité les exigences de bonne gouvernance et de transparence posées par le FMI et d’autres organismes similaires, tout en obtenant un financement dont il avait grand besoin de la part d’un gouvernement autocratique qui affirmait fièrement qu’il n’avait pas à « s’immiscer » dans les affaires intérieures d’autres pays.

Non seulement le MPLA pouvait apaiser les citoyens locaux en se lançant dans des projets de reconstruction massifs, mais il pouvait le faire à ses propres conditions. Ce niveau de contrôle et cette absence de responsabilité sont extrêmement importants pour le MPLA, un régime qui n’a pas l’habitude de se faire dicter quoique ce soit, même par ses propres citoyens.

En 2021, les sociétés d’État chinoises avaient financé l’Angola à hauteur de 60 milliards de dollars. La grande majorité de ces prêts étaient garantis par le pétrole, à tel point que pendant une période, l’Angola est devenu le principal fournisseur de pétrole de la Chine dans le monde (dépassant même l’Arabie saoudite).

Une aubaine pour Pékin : non seulement les projets d’infrastructure étaient financés par des crédits bon marché garantis par le pétrole, mais le gouvernement angolais a aussi été obligé d’attribuer 70 % de ses projets de construction à des entreprises chinoises.

PENDANT UNE PÉRIODE, L’ANGOLA EST DEVENU LE PRINCIPAL FOURNISSEUR DE PÉTROLE DE LA CHINE DANS LE MONDE

Ce modèle commercial – financer des projets d’infrastructure locaux construits par des entreprises chinoises utilisant de la main-d’œuvre chinoise, le tout en échange de matières premières – a connu un tel succès qu’il est désigné sous le nom de « modèle Angola ». Lequel a permis à la Chine de devenir le premier partenaire commercial de l’Afrique.

Ruines et controverse

L’influence de la Chine en Angola est visible où que l’on regarde : les kilomètres de route, la remise sur rail du système ferroviaire, la construction de quatre stades flambant neufs pour la Coupe d’Afrique des Nations de 2010. Mais aussi le complexe de logements sociaux de Kilamba (l’un des plus grands projets de ce type en Afrique), la construction du nouvel aéroport international de Luanda capable d’accueillir l’Airbus A-380 et 15 millions de passagers par an, l’exploitation de blocs pétroliers en partenariat avec certaines des plus grandes compagnies pétrolières internationales par l’intermédiaire d’une entité opaque appelée China Sonangol, une co-entreprise entre la chinoise Sinopec et l’angolaise Sonangol, toutes deux compagnies pétrolières nationales.

LES INVESTISSEMENTS CHINOIS SE SONT ÉVANOUIS APRÈS UNE PÉRIODE INITIALE RENTABLE

Pourtant, ce partenariat aux œufs d’or a tourné court. Les routes sont rapidement tombées en ruine, obligeant le gouvernement angolais à débourser des millions de dollars pour les remettre en état. Les stades n’ont pas pu accueillir de matchs de football pendant des années, et celui de Luanda n’a jamais été achevé. Le projet Kilamba s’est embourbé dans la controverse, avec des acheteurs potentiels dormant dans les rues en attendant d’avoir une chance de signer pour une maison. Le nouvel aéroport international de Luanda n’est toujours pas terminé.

Les concessions pétrolières de Sinopec n’ont pas fait mieux. Rapidement surclassés par leurs homologues occidentaux beaucoup plus expérimentés, les investissements chinois se sont évanouis après une période initiale rentable. En effet, les investissements chinois en Angola avaient un défaut fatal : ils s’appuyaient exclusivement sur José Eduardo dos Santos, président de l’Angola pendant 38 ans, ainsi que sur sa clique bien connectée.

Pyramide écroulée

Les milliards de dollars n’ont rien pu faire contre une stratégie qui reposait sur des individus, au premier rang desquels le puissant triumvirat présidentiel (le président Dos Santos, le président de Sonangol devenu vice-président, Manuel Vicente, et Kopelipa, chef du cabinet de reconstruction nationale), qui exerçaient le pouvoir dans un pays miné par une corruption endémique. Cela a rendu les investissements chinois en Angola incroyablement précaires parce que conclus avec des responsables qui dépendaient eux-mêmes de pouvoirs temporaires.

L’exemple du 88 Queensway Group, conglomérat opaque mais influent, est le symptôme de ce système : opérant sous plusieurs sociétés, dont la plus connue était le China International Fund, il était dirigé par Sam Pa, un homme aux multiples pseudonymes devenu catalyseur d’investissements privés notamment en Angola, en Guinée, au Zimbabwe, soutenu et associé à de nombreuses sociétés d’État chinoises. Après la dénonciation de nombreux contrats et l’absence de résultats, l’État chinois a rapidement cherché à s’en distancer. Mais le mal était fait. À cette époque, les projets inachevés et mal exécutés étaient leur carte de visite sur tout le continent.

Après l’arrivée au pouvoir du président João Lourenço en Angola, et conformément à son programme supposé de lutte contre la corruption, nombre de ces projets ont fait l’objet d’une enquête et ont été saisis par l’État. À ce moment-là, les investissements chinois en Angola étaient devenus inexorablement et inextricablement liés à la corruption de Dos Santos que Lourenço essayait si avidement d’éradiquer. La pyramide s’écroulait.

À CETTE ÉPOQUE, LES PROJETS INACHEVÉS ET MAL EXÉCUTÉS ÉTAIENT LEUR CARTE DE VISITE SUR TOUT LE CONTINENT

L’investissement chinois en Angola a été incroyablement populaire pendant un certain temps parce qu’il était lié de manière ombilicale au régime de Dos Santos et à ses acolytes. Après son éviction, l’opinion publique et politique a commencé à se retourner contre elle. L’Angola est incroyablement fier de sa souveraineté et répugne à dépendre d’un seul partenaire international, une attitude qui se traduit par la nouvelle appréciation de Lourenço pour les investissements directs étrangers provenant de la multitude de partenaires internationaux du pays. L’influence chinoise a considérablement diminué depuis son arrivée au pouvoir.

Néanmoins, il continue de courtiser les Chinois afin de maintenir intacts ses objectifs de diversification. Pas plus tard qu’en 2018, il s’est rendu en Chine afin d’obtenir un prêt de 2 milliards de dollars pour aider à la réalisation de nouveaux projets d’infrastructure. Mais il est clair que la relation n’est plus ce qu’elle était : la population chinoise en Angola a diminué, passant de 300 000 à son apogée à seulement 50 000 aujourd’hui. Les Chinois se sont également lassés de la corruption rampante en Angola et n’ont pas tardé à faire disparaître Sam Pa lorsqu’il est devenu évident qu’il sabotait leur stratégie en Angola ; on ignore actuellement où il se trouve.

LES CHINOIS ONT PERDU UN ALLIÉ POLITIQUE CLÉ EN DOS SANTOS ET DOIVENT SE CONTENTER DE LOURENÇO

Pour compliquer encore les choses, l’Angola doit actuellement à la Chine plus de 23 milliards de dollars, dont la grande majorité sont des prêts garantis par le pétrole. Cela signifie qu’avec le déclin de la production, la majorité de la production pétrolière de l’Angola est donnée à la Chine, empêchant l’Angola de vendre sa principale source de revenus sur le marché libre. Un tel scénario est tout simplement intenable pour le régime de Lourenço, et son gouvernement ne s’en cache pas.

Si Luanda se rapproche des partenaires internationaux, comme la Banque mondiale, l’UE et le FMI, les investissements de la Chine en Angola se limitent désormais aux entreprises d’État qui remportent les appels d’offres occasionnels pour des projets d’infrastructure. La période de lune de miel est terminée et les deux pays en sont parfaitement conscients. Les Chinois ont perdu un allié politique clé en Dos Santos et doivent se contenter de Lourenço, qui est beaucoup moins enclin aux pratiques de corruption avec eux. Néanmoins, il est encore trop tôt pour faire une croix sur les Chinois, car leur modèle économique séduit toujours un régime qui considère la responsabilité publique comme un obstacle à son objectif de maintien au pouvoir.

Avec Jeune Afrique par Claudio Silva

5G : Ottawa ferme définitivement la porte à Huawei

mai 19, 2022

La décision, selon Pékin, « viole les principes de l’économie de marché et les règles du libre-échange ».

Une femme marche devant un écran blanc sur lequel est projeté le logo de la compagnie Huawei.

Le Canada emboîte le pas aux États-Unis, qui ont déjà exclu Huawei de ses réseaux 5G. Photo : Getty Images/Kevin Frayer

Le développement du réseau 5G au Canada se fera sans le géant chinois Huawei. Le gouvernement Trudeau, qui marchait sur des œufs depuis des mois et des mois à ce sujet, a finalement décidé de dire non à l’entreprise, quitte à susciter la grogne de Pékin.

La décision a été confirmée en point de presse jeudi après-midi par les ministres François-Philippe Champagne (Innovation, Sciences et Industrie) et Marco Mendicino (Sécurité publique). Elle touche également ZTE, une autre société chinoise en partie détenue par l’État.

Cela fait suite à un examen approfondi mené par nos agences de sécurité indépendantes et en consultation avec nos plus proches alliés, a indiqué le ministre Champagne.

Celui-ci a notamment invoqué des enjeux de sécurité nationale, soulignant qu’il importait d’assurer l’intégrité [des] systèmes de télécommunications du Canada.Les ministres Champagne et Mendicino en point de presse.

Le ministre Mendicino a également affirmé que le gouvernement libéral déposerait un projet de loi pour renforcer davantage le système de télécommunications du Canada et créer un cadre pour protéger la sécurité nationale. Photo : La Presse Canadienne/David Kawai

Par ailleurs, les entreprises canadiennes qui utilisent déjà des composants de Huawei et de ZTE dans leurs réseaux actuels devront cesser leur utilisation et les retirer. Celles-ci ne seront pas indemnisées, a déclaré le ministre Champagne – pas plus que Huawei et ZTE, a précisé son cabinet par la suite.

Cela dit, la grande majorité des entreprises de télécommunications canadiennes avaient déjà pris la décision de ne plus faire affaire avec ces deux sociétés chinoises, a souligné M. Champagne, jeudi.

La Chine profondément mécontente

La réplique de Pékin ne s’est pas fait attendre. Dans une déclaration en mandarin publiée jeudi soir sur son site web, l’ambassade chinoise à Ottawa affirme que la Chine est préoccupée et profondément mécontente de la tournure des événements.

La décision annoncée par les ministres Champagne et Mendicino, prise au motif de la soi-disant sécurité nationale, sans aucune preuve concluante, […] viole les principes de l’économie de marché et les règles du libre-échange et nuira certainement à l’image internationale du Canada, déplore-t-elle.

Aussi, la Chine procédera à une évaluation complète et sérieuse de cet incident et prendra toutes les mesures nécessaires pour sauvegarder les droits et intérêts légitimes des entreprises chinoises, peut-on lire dans la déclaration.

Une question délicate

Le gouvernement canadien avait annoncé en septembre 2018 qu’il allait étudier les possibles menaces pour la sécurité nationale représentées par l’utilisation d’équipements Huawei. Le gouvernement Trudeau aura donc fait durer le suspense pendant plus de trois ans.

L’épineux dossier s’articule autour des allégations selon lesquelles Huawei serait assujettie aux demandes du gouvernement chinois, notamment en matière de collecte de renseignements.

Car le développement des réseaux de 5G permettra aux utilisateurs d’avoir recours à des connexions plus rapides et à de vastes capacités pour les données, afin de répondre à la forte demande étant donné le nombre croissant d’appareils – des casques de réalité virtuelle aux véhicules automobiles – reliés à Internet.

Or, plusieurs experts ont souligné dans les dernières années que la participation de Huawei au déploiement de la norme 5G pourrait lui donner accès à toute une série d’informations numériques reposant sur la manière dont les clients canadiens utilisent des appareils connectés au web, ainsi que sur le moment et l’endroit où ils le font.

Selon cette théorie, les agences de sécurité chinoises pourraient alors obliger l’entreprise à leur transmettre ces données personnelles.

Huawei, pour sa part, a toujours argué qu’elle était une entreprise farouchement indépendante qui ne s’adonne pas à des activités d’espionnage. Ce plaidoyer a notamment été repris par l’ambassadeur de Chine au Canada, qui a exhorté Ottawa à ignorer les avertissements inventés par Washington à propos de Huawei.

Les États-Unis ont déjà banni Huawei de ses réseaux 5G, tout comme le Royaume-Uni et l’Australie. Ces trois pays, avec le Canada et la Nouvelle-Zélande, forment le Groupe des cinq (Five Eyes, en anglais), un ensemble de pays qui mettent en commun certaines ressources en matière de renseignement.

D’autres pays comme le Japon et la Suède ont également pris la décision d’exclure Huawei de leurs systèmes de télécommunications dans les dernières années.

C’est une décision qui est en ligne avec celle de nos alliés, a d’ailleurs souligné le ministre Champagne, jeudi.

Dans ce cas, pourquoi la décision du Canada intervient-elle si tard? Ça n’a jamais été une course, a répété le ministre à tous les journalistes qui lui ont posé la question, jeudi. Ce qui compte pour les gens qui nous regardent aujourd’hui, c’est de prendre la bonne décision.Meng Wanzhou marchant à l'extérieur.

Le dossier Huawei s’est largement complexifié avec l’affaire Meng Wanzhou. Photo: La Presse Canadienne/Jonathan Hayward

Attendue depuis longtemps, la décision annoncée par le gouvernement Trudeau jeudi avait été repoussée en raison des tensions diplomatiques entre Ottawa et Pékin ces dernières années.

Le dossier Huawei s’était notamment complexifié avec l’arrestation, à Vancouver, de la directrice financière de Huawei et fille du fondateur du mastodonte chinois, Meng Wanzhou.

Cette affaire avait marqué le début d’une crise diplomatique majeure entre les deux pays, avec la détention en parallèle en Chine de Michael Spavor, un spécialiste de la Corée du Nord, et de Michael Kovrig, un ancien diplomate basé à Pékin, ce qui avait été largement perçu comme une riposte du gouvernement chinois.M. Kovrig discute avec M. Trudeau, et M. Spavor reçoit une accolade de Dominic Barton.

Les deux Michael sont rentrés au Canada sur le même avion. Sur la photo, on voit M. Kovrig en discussion avec le premier ministre Justin Trudeau, tandis que M. Spavor, en complet gris pâle, reçoit une accolade de l’ambassadeur canadien en Chine, Dominic Barton. Photo: Reuters/Ministère de la Défense Nationale du Canada

Après environ trois ans de procédure, Meng Wanzhou avait finalement retrouvé la liberté fin septembre 2021 et regagné la Chine. Les deux Canadiens avaient également été libérés dans la foulée.

Jean-François Lépine, ex-diplomate et spécialiste de la Chine et de l’Asie, estime que le gouvernement Trudeau a bien choisi son moment pour bannir Huawei du Canada.

Car la Chine actuellement est débordée de problèmes, a-t-il souligné en entrevue, jeudi : la COVID, une crise majeure dans tout le pays; la guerre en Ukraine, dans laquelle la Chine s’est positionnée et qui lui a beaucoup nui à travers le monde; et l’économie chinoise qui, en conséquence de ces deux phénomènes là, est en recul.

De plus, les risques de représailles contre le Canada sont relativement faibles, estime M. Lépine, qui a notamment occupé pendant plusieurs années la fonction de représentant du Québec en Chine.

En appuyant l’invasion russe de l’Ukraine, Pékin a perdu beaucoup la confiance de l’Europe, des États-Unis, donc de ses deux principaux partenaires économiques. En outre, la Chine ne peut pas beaucoup […] se payer le luxe de se mettre à dos un autre pays en adoptant des mesures qui seraient extraordinaires, estime-t-il.

Radio-Canada par Jérôme Labbé avec les informations de Louis Blouin, Laurence Martin, La Presse canadienne et l’Agence France-Presse

Un Boeing 737 transportant 132 personnes s’écrase en Chine

mars 21, 2022

Le dernier accident d’avion majeur en Chine remontait à août 2010 et avait fait près de 50 morts. Photo : Getty Images/Johannes EiseleI

Un Boeing-737 avec 132 personnes à bord s’est écrasé lundi dans le Sud de la Chine après une chute brutale de 8000 mètres, un accident d’avion qui pourrait s’avérer le plus meurtrier dans ce pays depuis 1994.

Aucun bilan des victimes n’avait été publié lundi soir heure de Pékin plus de six heures après la catastrophe qui a suscité une réaction à chaud du président Xi Jinping, inhabituelle pour un dirigeant chinois.

Mais à l’examen des données de l’accident, il semblait peu probable que quiconque ait pu en réchapper vivant.

Dans un communiqué, la compagnie aérienne, China Eastern Airlines, a rendu hommage aux morts de la catastrophe.

Selon le site spécialisé FlightRadar24, l’appareil a perdu en l’espace de trois minutes près de 26 000 pieds avant de disparaître des écrans radars après 14 h 22 (heure locale).

Le vol MU5735 de la compagnie China Eastern Airlines avait décollé peu après 13 h (heure locale) de la métropole de Kunming. Il avait pour destination Canton, à quelque 1300 km.

Le 737-800, qui transportait 123 passagers et 9 membres d’équipage, a perdu le contact au-dessus de la ville de Wuzhou dans la région montagneuse du Guangxi, a indiqué l’administration chinoise de l’aviation civile (CAAC).

L’avion a été pulvérisé, a raconté un riverain à un média local.

L’accident a provoqué un incendie dans la montagne, a indiqué la télévision publique CCTV, qui a diffusé des images des pompiers se dirigeant vers le site de l’accident à travers une zone montagneuse et arborée. Les secours ont éteint les flammes.

Des équipes de sauveteurs ont été dépêchées sur les lieux de l’écrasement qui s’est produit dans une zone boisée, à flanc de montagne. Photo : AP

Tous les habitants ont pris l’initiative d’aider les secours. Tout le monde s’est rendu dans la montagne, a déclaré par téléphone à l’AFP une commerçante du nom de Tang Min, installée à environ quatre kilomètres du lieu de l’impact.

Le président Xi Jinping s’est dit sous le choc après l’accident, a rapporté l’agence Chine nouvelle. L’homme fort de Pékin a appelé à déterminer au plus vite les causes de l’accident.

Depuis les États-Unis, Boeing a dit s’efforcer de réunir davantage d’informations.

Selon le média financier Yicai, China Eastern a décidé sans attendre les résultats de l’enquête de suspendre tous ses 737-800 à compter de mardi. La compagnie n’était pas joignable pour commenter ces informations.

Les accidents d’avion sont relativement rares en Chine, un pays où le trafic aérien s’est considérablement développé ces dernières décennies et où les mesures de sécurité sont généralement strictes.

Le dernier accident majeur dans le pays remontait à août 2010. Un vol de la compagnie chinoise Henan Airlines s’était alors écrasé dans le nord-est du pays et avait fait une quarantaine de morts.

Le bilan le plus lourd pour un vol commercial date de 1994. Un Tupolev 154 de China Northwest Airlines s’était écrasé peu après son décollage de Xi’an (Nord), tuant les 160 personnes à bord.

De très nombreux passagers chinois avaient par ailleurs péri en mars 2014 lors de la disparition énigmatique du vol MH370 de la Malaysian Airlines, à destination de Pékin.

Les avions Boeing 737 MAX ont été impliqués dans plusieurs écrasements dans le monde ces dernières années. Photo : Ben Nelms/CBC / Ben NelmsL

La catastrophe aérienne de lundi est un nouveau coup dur pour Boeing en Chine.

En mars 2019, le pays avait été le tout premier au monde à ordonner à ses compagnies de suspendre les vols des appareils 737 MAX pour des raisons de sécurité.

L’annonce avait fait suite à deux accidents en quelques mois à l’étranger, qui avaient fait 346 morts.

Près de trois ans après ces déboires, le régulateur chinois avait finalement levé en décembre dernier son interdiction de vol pour le Boeing 737 MAX. On ignore si ces appareils ont à nouveau repris leurs vols commerciaux en Chine.

Cette décision était très attendue par Boeing, dont la Chine est un important marché.

Le régulateur conditionnait notamment le retour du 737 MAX dans le ciel chinois à des modifications techniques sur les avions, afin de garantir la sécurité des vols.

La Chine a été le dernier grand pays à lever l’interdiction de vol pour cet appareil.

Par Radio-Canada avec Agence France-Presse

Hong Kong et la Chine au cœur d’une nouvelle vague de COVID-19

mars 18, 2022

Le nombre de cas de COVID-19 a explosé à Hong Kong. Photo : Reuters/Tyrone Siu

La situation sanitaire continue de se dégrader dans plusieurs coins du monde, notamment en Chine et à Hong Kong, à cause de la propagation du sous-variant d’Omicron, le BA.2, encore plus contagieux que le BA.1 qui a frappé en décembre et janvier. De nombreux pays européens sont sur le qui-vive, alors qu’une nouvelle vague semble se profiler à l’horizon.

Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), environ 40 000 décès ont été recensés à travers le monde dans la dernière semaine, soit une baisse de 17 %. Cependant, le nombre de cas est en hausse pour cette même période de 8 %, ce qui laisse présager un effet sur le nombre futur de décès. Les autorités font ainsi état de quelque 11 millions de nouveaux cas en une semaine, et ce, malgré une baisse significative du nombre de tests de dépistage effectués dans de nombreux pays.

« Cette augmentation de cas se produit malgré le nombre réduit des tests de dépistage dans certains pays, ce qui signifie que les cas que nous constatons ne sont que la pointe de l’iceberg. »— Une citation de  Tedros Adhanom Ghebreyesus, le directeur général de l’OMS

Les infections ont notamment augmenté de 29 % dans la zone dite du Pacifique Ouest (qui comprend la Chine) et de 12 % en Afrique.

La responsable de la gestion de la pandémie à l’OMS, la Dre Maria Van Kerkhove, a affirmé mercredi qu’au cours des 30 derniers jours, 75 % des infections étaient le fait du BA.2, et 25 %, du BA.1. Toutefois, elle a souligné que sa capacité à suivre l’évolution du variant BA.2 est compromise par la diminution substantielle des campagnes de dépistage.

La situation est particulièrement préoccupante à Hong Kong.

Officiellement, il y a eu plus de 740 000 cas depuis le début de cette vague sur quelque 7,4 millions d’habitants. Mais des chercheurs de l’Université de Hong Kong estiment que 3,6 millions de personnes, soit près de la moitié de la population, ont contracté le virus lors de l’épidémie actuelle, et que le total sera de 4,5 millions.

Au cours des trois derniers mois, Hong Kong a par ailleurs confirmé plus de 4600 décès, un choc, alors qu’à compter du début de la pandémie elle n’avait jamais enregistré plus d’une poignée de décès par jour. Depuis une semaine, on en compte près de 300 par jour.

La plupart des décès surviennent parmi les personnes âgées. Rappelons que seulement 35 % des aînés de 80 ans et plus y ont reçu deux doses du vaccin contre la COVID-19. Pourtant, environ 70 % de la population est adéquatement vaccinée.

À Hong Kong, le nombre de morts est en fait tellement élevé que les corps des victimes du coronavirus ont été placés dans des conteneurs réfrigérés. Les morgues sont remplies et on constate une pénurie de cercueils. La Ville a par ailleurs commencé à construire des établissements d’isolation qui pourront accueillir jusqu’à 90 000 personnes infectées pour tenter de juguler la crise.

Une stratégie mise en échec par le BA.2

Hong Kong connaît une vague particulièrement meurtrière de COVID-19. Photo : Reuters/Lam Yik

Cette vague est un choc pour Hong Kong, qui avait adopté depuis le début de la pandémie une stratégie COVID zéro. Du dépistage de masse, un système de traçage de contacts extrêmement efficace, de strictes mesures de quarantaine et la fermeture des frontières ont permis à ce pays de maintenir le nombre de cas et de décès extrêmement bas.

Mais lorsque le variant Omicron, qui est environ quatre fois plus contagieux que le variant Delta, est apparu, les autorités n’ont pas réussi à endiguer les cas, exponentiels.

Depuis janvier, les rassemblements de plus de deux personnes sont interdits dans les lieux publics, les bars et les restaurants doivent fermer à 18 h et les écoles ont repris l’enseignement à distance.

Malgré cette hausse fulgurante, la cheffe de l’exécutif de Hong Kong, Carrie Lam, a annoncé jeudi que le moment est venu de revoir les restrictions. Non pas parce que le nombre de cas a diminué, mais, a-t-elle admis, j’ai le sentiment très fort que les gens en ont marre.

Construction de centres d’isolement et de traitements à Hong Kong pour les personnes infectées par la COVID-19. Photo : Reuters/Alexander Solum

La Chine, qui a elle aussi adopté la stratégie de COVID zéro, fait face pour sa part, depuis quelques jours, à son pire regain épidémique depuis la première vague de 2020. Le président chinois Xi Jinping a ordonné de juguler au plus vite l’épidémie.

Depuis une semaine, la Chine a fait état de plus de 11 000 nouveaux cas de COVID-19, soit plus de 1600 par jour en moyenne. En comparaison, au début de mars, la Chine observait environ 200 nouveaux cas par jour. Il s’agit de l’un des bilans quotidiens les plus élevés depuis février 2020 et la mise sous quarantaine de Wuhan, la ville où le coronavirus a été dépisté pour la première fois.

Comme elle le fait depuis le début de la pandémie, la Chine confine de larges secteurs aussitôt qu’il y a quelques cas dans une région.

Ainsi, cette semaine, plus de 30 millions de Chinois ont été confinés; des villes entières ont été placées en confinement, dont la ville de Shenzhen, une mégalopole de 17 millions d’habitants, aux portes de Hong Kong. Plus de 2200 cas ont été enregistrés depuis le début de mars.

De plus, les 24 millions d’habitants de la province de Jilin ne peuvent se rendre dans les provinces voisines et doivent avertir les autorités s’ils veulent se déplacer à l’intérieur de la province. Les autorités continuent de procéder à un dépistage massif de la population. Jilin compte la moitié des nouveaux cas en Chine. Depuis près d’une semaine, on dénombre plus de 1000 infections par jour.

À Shanghai, les écoles sont fermées et certains complexes résidentiels où des cas sont suspectés ont été mis en quarantaine. Shanghai a recensé un peu plus de 400 cas depuis le début de mars; Pékin en compte un peu moins de 200.

Lundi, Zhang Wenhong, un expert en maladies infectieuses dans un hôpital affilié à l’Université Fudan de Shanghai, a averti dans un texte publié par le groupe média chinois, Caixin, que les chiffres sont encore aux premiers stades d’une augmentation exponentielle.

La Chine a par ailleurs commencé à construire des hôpitaux temporaires pour faire face à l’afflux de patients, comme cela a été le cas au début de la pandémie. Un total de 6000 chambres d’hôpital préfabriquées ont déjà été installées dans les villes de Changchun et de Jilin.

Pour l’instant, le nombre de nouveaux décès demeure presque nul. Les autorités espèrent que, grâce à un taux de vaccination élevé, cette hausse des cas ne mènera pas nécessairement à une hausse des décès aussi élevée qu’à Hong Kong.

Environ 85 % de la population en Chine a reçu au moins deux doses du vaccin, contrairement à 71 % à Hong Kong.

La situation demeure fragile à travers le monde

Plusieurs pays en Europe surveillent la situation de très près, puisque le nombre de cas semble remonter encore une fois.

Par exemple, le nombre de contaminations a bondi à plus de 116 000 cas en France, selon les données de Santé publique France publiées mardi, au lendemain de la levée de l’essentiel des restrictions sanitaires. Les hospitalisations et les décès n’ont pas encore augmenté.

Le Royaume-Uni connaît une recrudescence des cas depuis le début de mars; malgré le nombre limité de tests de dépistages faits, le pays recense plus de 100 000 nouveaux cas par jour en moyenne. Le nombre d’hospitalisations est aussi en hausse. Il y a plus de 14 000 personnes hospitalisées; comparativement au plus fort de la dernière vague, on comptait plus de 20 000 hospitalisations liées à la COVID-19.

Les cas sont également en hausse en Grèce, en Finlande et en Italie. Les cas étaient aussi en augmentation en Ukraine, mais les données ne sont plus disponibles depuis le début de la guerre.

Dans plusieurs États américains, notamment à New York, au Connecticut, en Pennsylvanie et en Ohio, les analyses des eaux usées montrent que le nombre d’infections est de nouveau en hausse.

La Corée du Sud a quant à elle signalé plus de 620 000 nouveaux cas de coronavirus jeudi, un nouveau record, alors que le pays continue d’assouplir les restrictions.

La Dre Maria Van Kerkhove a indiqué mercredi que la présence du variant Omicron, combiné à la levée des mesures, le retrait du port du masque et le faible taux de vaccination sont les facteurs qui contribuent à cette nouvelle recrudescence.

Si le variant Omicron n’est pas plus sévère que le variant Delta, précise-t-elle, le nombre très élevé d’infections causées par Omicron continuent de provoquer des hausses substantielles des hospitalisations et des décès.

Elle a ajouté que l’immense quantité de désinformation qui circule complique aussi la situation. On a de la désinformation qui prétend qu’Omicron est bénin; on affirme que la pandémie est finie et qu’Omicron sera le dernier variant. Cette désinformation cause beaucoup de confusion…, a-t-elle déploré.

Le directeur général de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, a d’ailleurs averti que la pandémie n’est pas terminée et que les endroits qui ont levé toutes les mesures sanitaires doivent s’attendre à voir de nouvelles flambées de cas.

Je pense que nous verrons ce virus continuer de se déplacer facilement d’un endroit à l’autre, a complété le chef des urgences de l’OMS, Michael Ryan. Et dans le contexte de l’immunité décroissante, il est très probable que le virus continuera de faire écho à travers le monde; il se déplacera vers les régions où l’immunité est en déclin, il détectera les endroits où il y a le plus de personnes susceptibles et là où les populations ne sont pas protégées.

Avec Radio-Canada par Mélanie Meloche-Holubowski

Face à l’Ukraine, le jeu trouble de Pékin

mars 16, 2022

Le président russe Vladimir Poutine a reçu la première Médaille de l’amitié des mains du président chinois Xi Jinping, à Beijing. Photo : Reuters

La Chine est-elle résolument du côté de Moscou dans la guerre d’Ukraine? Beaucoup se posent la question, et c’est ce qu’on semble craindre aujourd’hui à Washington.

Selon des informations publiées le 13 mars par le New York Times, volontairement dévoilées par les services de renseignement américains, Moscou, qui a déclenché une guerre plus coûteuse et plus meurtrière que prévu, aurait adressé à la Chine une demande d’assistance militaire.

Une rencontre de haut niveau a eu lieu le 14 mars à Rome, entre le conseiller américain à la Sécurité nationale, Jake Sullivan, et le directeur de la commission des Affaires étrangères chinoise, Yang Jiechi, un des deux ou trois principaux personnages de la politique étrangère chinoise.

Les deux hommes ont passé sept heures ensemble. La partie américaine a averti la partie chinoise : Tout type de soutien à Moscou – militaire ou économique – aura des conséquences. Nous ne laisserons aucun pays compenser les pertes subies par la Russie en raison des sanctions occidentales.

Un soutien verbal

La Chine a-t-elle donc commencé à s’impliquer aux côtés de la Russie dans son invasion de l’Ukraine? Pour ce qui est des motivations et des revendications de Moscou, l’alignement et le soutien verbal de Pékin est assez clair : La Chine reconnaît les justes préoccupations russes en matière de sécurité, et elle s’oppose au recours à des sanctions pour résoudre des problèmes, surtout des sanctions unilatérales sans fondement en droit international.

Mais pour ce qui est d’une aide concrète, matérielle – transferts financiers, livraison d’armes – à la Russie en guerre, ou d’une approbation de sa stratégie d’invasion, c’est une autre histoire.

Les deux pays coopèrent militairement. Il y a des exercices communs assez fréquents, par exemple en août dernier, dans le nord-est de la Chine (10 000 soldats). En revanche, en temps normal, les flux de matériel militaire entre ces deux pays – destroyers, avions de chasse – semblent aller surtout de la Russie vers la Chine, et non l’inverse.

Depuis des décennies, la Russie vend des navires-destroyers et des avions de chasse Soukhoï à la Chine. Une demande de fourniture d’équipements allant dans l’autre sens peut aujourd’hui être vue comme un signal de détresse venant de Moscou.

On peut noter que la rumeur (ou l’information) du New York Times a été niée avec véhémence, tant à Pékin qu’à Moscou, qui ont crié à la désinformation en des termes presque identiques. Ici, on peut dire au moins qu’il y a une très bonne coordination de la communication publique de ces deux pays face au reste du monde!

Un allié tiède

Pour autant, la Chine a eu – et continue d’avoir – certaines réserves face à l’invasion de l’Ukraine. On peut même risquer l’hypothèse selon laquelle il y aurait des divergences au sommet, à Pékin, sur la ligne précise à suivre par rapport à l’Ukraine.

On peut rappeler que le ministre des Affaires étrangères Wang Yi, devant la conférence de Munich le 20 février (grand rendez-vous annuel consacré à la sécurité et aux affaires militaires, où la Russie se rendait régulièrement; mais pas cette année), avait déclaré que, pour la Chine, l’inviolabilité des frontières est un principe capital, qui s’appliquait aussi à l’Ukraine.

Mais la suite nous a plutôt fait voir une Chine soutenant les revendications de Moscou sur sa sécurité, dénonçant les sanctions, et même reprenant les intox probables diffusées à Moscou sur de supposées armes biologiques et chimiques ukrainiennes.

Ces derniers jours, des diplomates chinois, des agences gouvernementales et des médias d’État ont largement répercuté la théorie selon laquelle le Pentagone aurait financé des laboratoires clandestins en Ukraine, théorie reprise par l’extrême droite aux États-Unis (l’animateur Tucker Carlson).

On peut en déduire que la Chine apparaît globalement comme un allié de facto de la Russie, mais un allié tiède, zigzagant, qui peut émettre des signaux contradictoires : par exemple en s’abstenant lors du fameux vote à l’Assemblée générale de l’Organisation des Nations unies (ONU), le 2 mars, qui avait dénoncé l’invasion de l’Ukraine et les menaces nucléaires explicites de Vladimir Poutine.

Ce qu’espère Washington

Que demandent les États-Unis à la Chine? Et que peut, dans les faits, obtenir Washington de Pékin? Certains rêvent à une intervention chinoise – une médiation musclée – durant laquelle, pour employer une image, Xi Jinping irait serrer les ouïes à Vladimir Poutine pour le forcer à relâcher la pression sur l’Ukraine. Une telle médiation a été publiquement préconisée et souhaitée par le ministre ukrainien des Affaires étrangères, Dmitro Kouleba.

C’est malheureusement rêver en couleurs, du moins à ce stade-ci de la guerre. Mais au moins, et de façon plus réaliste, on souhaite à Washington d’encourager les tendances à la retenue manifestées par Pékin, qui transparaissent dans certaines déclarations, lorsqu’on dit par exemple comprendre la douleur des Ukrainiens, leur attachement à la souveraineté, et ce, même si la Chine a donné moins de 1 million d’euros (1,4 million de dollars canadiens) en aide humanitaire. À titre de comparaison, le Canada a annoncé une aide humanitaire de 100 millions de dollars au début de mars et une autre aide de 117 millions de dollars pour accueillir des réfugiés le 10 mars.

Concrètement, les États-Unis aimeraient encourager le camp des modérés ou des hésitants, à Pékin, par rapport à la guerre d’Ukraine. Ils veulent empêcher la Chine de soutenir activement Moscou sur les plans économique et militaire en lui répétant – ce qu‘a certainement fait Jake Sullivan plusieurs fois lors de sa rencontre avec Yang Jiechi, le 14 mars – qu’il y aura des conséquences pour la Chine si elle choisit de soutenir à fond Vladimir Poutine.Des gens entassés dans une salle.

Des Ukrainiens voulant fuir leur pays attendent de prendre un train à la gare de Lviv. Photo : Getty Images/Yuriy Dyachyshyn

Jusqu’où peut aller Pékin?

Jusqu’où peut et veut aller Pékin, dans son soutien économique et financier à une Russie sous sanctions internationales?

On peut croire que Pékin a la volonté et les moyens de fournir à la Russie un soutien arrière financier si les sanctions font vraiment mal; si le commerce russe avec l’Occident s’effondre; si le gel international des avoirs russes fonctionne au-delà de ce qu’on anticipait; etc. Pékin pourrait alors, en partie, suppléer et voler au secours de Moscou.

Mais, encore là, il y a des questions. D’abord, les canaux d’acheminement d’une aide accrue de la Chine à la Russie sont-ils fluides et praticables? Canaux financiers, après l’exclusion de banques russes du système Swift. Canaux matériels, par exemple, pour permettre aux Chinois d’acheter, du jour au lendemain, deux ou trois fois plus de gaz russe qu’actuellement.

Il y a des obstacles pratiques à une telle capacité d’aide qui, au mieux, ne compenserait qu’en partie les pertes russes.

Ensuite, la Chine, malgré tout son accompagnement du discours russe, ne serait-elle pas tentée d’y aller mollo si la guerre devenait encore plus horrible, jusqu’à l’éclabousser par association?

Que se passerait-il si l’Europe se mettait à diminuer progressivement ses liens commerciaux avec la Chine? Le commerce de la Chine avec l’Union européenne est beaucoup plus important que son commerce avec la Russie, par un facteur de six ou sept.

La Chine est très attachée à la stabilité qui permet au commerce et aux affaires de se développer. Si la situation se dégradait, si la guerre sortait des frontières d’Ukraine, Pékin verrait ça d’un très mauvais œil.

Des différends au sommet?

Et puis il y a la possibilité de différends, de contradictions au sommet, à propos de la ligne chinoise à l’égard de l’Ukraine. Ici, on ne peut faire que des conjectures, des hypothèses. On peut rappeler que, par exemple, lorsqu’on entend un Yang Jiechi (celui qui a rencontré l’Américain Jake Sullivan à Rome) ou le porte-parole Zhao Lijiang (celui qui insultait les Américains, les Européens et les Australiens au début de la pandémie), ou lorsqu’on lit le Global Times : c’est militant, intransigeant, voire arrogant; ce qu’on peut appeler la ligne dure, ou la diplomatie des loups combattants.

En revanche, le ministre Wang Yi devant la conférence de Munich le 20 février, c’était un autre ton.Des soldats ukrainiens sur un blindé.

Des soldats ukrainiens Photo: AP/Emilio Morenati

Hu Wei, auteur chinois établi à Shanghai, vient de publier sur le site de la fondation Carter (dans une section consacrée aux affaires sino-américaines) une analyse où il déconseille explicitement une association trop forte de la Chine avec la Russie, avec l’idée que la Russie pourrait s’avérer, à terme, un cheval perdant dans cette guerre.

Ce qu’on pouvait lire en filigrane de cet article, écrit par un analyste qui vit en Chine – un pays pourtant très contrôlé, y compris du côté universitaire –, c’est qu’il y a vraisemblablement des différends, parmi les responsables et analystes chinois, entre ceux qui disent qu’il faut y aller à fond avec la Russie contre l’Occident et ceux qui, au contraire, pensent non seulement que c’est mauvais pour les affaires, mais qu’un accompagnement trop poussé de la Russie dans sa guerre à l’Ukraine est un mauvais choix stratégique à long terme.

Avec Radio-Canada

François Brousseau

Analyse de François Brousseau