Posts Tagged ‘Chypre’

Chypre: la police saisit un véhicule «espion» appartenant à un Israélien

novembre 16, 2019

 

La police chypriote a indiqué samedi avoir saisi un van appartenant à un ressortissant israélien équipé d’un système de surveillance sophistiqué et qui serait capable de pirater des moyens de télécommunications. La police a lancé une enquête après que le parti communiste Akel (opposition) a demandé au gouvernement ce qu’il comptait faire à la suite d’une vidéo diffusée en septembre par le magazine américain Forbes et devenue virale. La vidéo montre la présentation du véhicule par son propriétaire, un ancien officier des services de renseignement israéliens présenté comme Tal Dilian, qui dirigerait une entreprise basée à Chypre.

Le chef de la police chypriote Kypros Michaelides a déclaré à une radio locale que le ressortissant israélien avait «fourni quelques explications» mais qu’il serait interrogé davantage, ainsi que des ressortissants chypriotes. Les enquêteurs ont fouillé les locaux de l’entreprise dans la ville côtière de Larnaca (sud-est) et trouvé des preuves. «D’après une première inspection, le véhicule contenait un équipement électronique et a été confisqué, ainsi que d’autres preuves», selon la police qui a ajouté enquêter sur de possibles violations de la loi sur la protection de la vie privée.

D’après Forbes, l’équipement du véhicule d’une valeur de 9 millions de dollars peut contrôler des appareils électroniques dans un rayon de 500 mètres, pirater n’importe quel téléphone et écouter des conversations quel que soit le niveau de cryptage.

Par Le Figaro.fr avec AFP

Chypre: décès à 72 ans de l’ancien président Demetris Christofias

juin 21, 2019

 

L’ancien président de la République de Chypre Demetris Christofias est décédé ce vendredi à 72 ans, un mois après son admission à l’hôpital en raison de problèmes respiratoires, a indiqué son médecin.

Le médecin personnel de l’ancien président, Michael Minas, a confirmé le décès de Demetris Christofias à l’agence de presse chypriote CNA, précisant qu’il était mort à 17h36 (14H36 GMT) ce vendredi à l’Hôpital Général de Nicosie. Selon le médecin, Demetris Christofias souffrait de «sérieux problèmes respiratoires» qui ont empiré et sont devenus incurables la semaine dernière.

Des hommages de l’ensemble de la classe politique chypriote ont aussitôt afflué. «C’est avec une grande tristesse que j’ai appris la mort de Demetris Christofias. En tant qu’hommes politiques, nous avons avancé sur des chemins parallèles pendant des années, mais toujours pour le bien du pays», a déclaré l’actuel président Nicos Anastasiades, présentant ses condoléances à la famille de Demetris Christofias.

Cet homme politique chevronné a été le sixième chef d’Etat de la République de Chypre de 2008 à 2013, devenant ainsi le premier président communiste de l’île méditerranéenne mais aussi d’un pays de l’Union européenne. Russophone, il a effectué une partie de ses études à Moscou et a dirigé le parti communiste chypriote (Akel, Parti progressiste des travailleurs) de 1988 à 2008. Il a été président de la Chambre des représentants de 2001 à 2008. Il a été largement tenu pour responsable de la crise financière qui a touché le pays en 2012 et a conduit l’île à solliciter en 2013 un plan de sauvetage auprès de bailleurs internationaux. Sa cote de popularité avait alors chuté. C’est aussi sous sa présidence que 13 personnes sont mortes dans l’explosion en 2011 d’une cargaison d’armes iraniennes à destination de la Syrie saisie en 2009 sur la base navale de Mari (sud). L’explosion avait aussi détruit la principale centrale électrique de l’île.

Une enquête publique menée peu après le drame avait démontré la responsabilité de Demetris Christofias, qui avait insisté pour que la cargaison reste à Chypre afin de maintenir ses liens avec la Syrie et l’Iran, mais son immunité présidentielle lui a évité les poursuites pénales. Plusieurs partenaires de Demetris Christofias au sein de sa coalition avaient alors quitté le gouvernement. Demetris Christofias s’était retiré discrètement de la vie publique après sa défaite à l’élection de 2013 face au conservateur Nicos Anastasiades.

Par Le Figaro.fr avec AFP

Fin du détournement d’un avion égyptien à Chypre, le pirate de l’air arrêté

mars 29, 2016

Larnaca (Chypre) – Le détournement d’un avion égyptien sur l’aéroport de Larnaca à Chypre a pris fin mardi après-midi avec l’arrestation du pirate de l’air, a annoncé le porte-parole de la présidence chypriote.

Le pirate de l’air vient juste d’être arrêté, a indiqué Nikos Christodoulides dans un message sur Twitter après que tous les derniers passagers retenus dans l’avion d’EgyptAir soient sortis sains et saufs.

L’homme s’est rendu en sortant sur la passerelle de l’avion avec les mains en l’air, a constaté un correspondant de l’AFP. Il s’est ensuite dirigé vers deux policiers sur le tarmac qui l’ont étendu au sol et l’ont fouillé avant de l’emmener dans un bâtiment de l’aéroport.

Le ministre égyptien de l’Aviation civile Chérif Fathy a affirmé à la télévision d’Etat que les passagers et les membres d’équipage sont sains et saufs.

Le pirate de l’air, de nationalité égyptienne selon une source gouvernementale chypriote, avait détourné en début de matinée l’Airbus A-320, qui transportait au total 55 passagers et effectuait la liaison entre la ville côtière égyptienne d’Alexandrie (nord) et le Caire. L’appareil s’était ensuite dirigé vers l’île de Chypre, où il s’est posé à l’aéroport de Larnaca.

Les motivations de l’homme, qui a affirmé porter une ceinture d’explosifs, sont apparues confuses et le président chypriote a affirmé que son acte n’était pas lié au terrorisme.

Le preneur d’otages a libéré progressivement les passagers, n’en retenant finalement plus que sept, qui ont réussi à quitter l’appareil avant sa reddition.

Romandie.com avec(©AFP / 29 mars 2016 14h06)

Vol égyptien détourné: le pirate de l’air retient 7 personnes, dont 3 passagers

mars 29, 2016

Le Caire – Le pirate de l’air qui a détourné lundi vers Chypre un avion d’EgyptAir retenait toujours à bord à la mi-journée trois membres de l’équipage, un officier de sécurité et trois passagers, a annoncé le ministre égyptien de l’Aviation civile Cherif Fathy.

Il s’agit du commandant de bord, de son second, d’une hôtesse de l’air, d’un officier de sécurité d’EgyptAir et de trois passagers, a détaillé le ministre lors d’une conférence de presse.

Auparavant, le ministère avait assuré que quatre passagers étrangers étaient restés à bord avec l’équipage après que le pirate a libéré la plupart des 55 passagers que transportait l’avion reliant la ville d’Alexandrie au Caire, corrigeant un précédent chiffre évoquant 81 personnes en plus de l’équipage.

Le ministère avait également assuré que 21 passagers étrangers –8 Américains, 4 Britanniques, 4 Néerlandais, deux Belges, un Français, un Italien et un Syrien– étaient à bord quand l’Airbus A-320 avait décollé de l’aéroport Borg al-Arab d’Alexandrie, dans le nord, pour Le Caire.

Le pilote avait annoncé à la tour de contrôle qu’un homme menaçait de faire détonner une ceinture bourrée d’explosifs, le forçant à se dérouter sur Larnaca à Chypre.

Il n’avait ni pistolet ni aucune arme. Nous ne savons pas encore si sa ceinture d’explosifs est réelle mais nous avons considéré qu’elle l’était pour la sécurité des passagers, a déclaré le ministre Fathy.

Romandie.com avec(©AFP / 29 mars 2016 11h55)

Plus de 100 migrants de Syrie et du Liban secourus au large de Chypre

septembre 6, 2015

Larnaca (Chypre) – Plus de 100 Syriens et Palestiniens du Liban ont été secourus dimanche au large de l’île méditerranéenne de Chypre après l’avarie de leur bateau, ont indiqué les autorités.

Parti du port de Tartous, en Syrie, un pays ravagé par plus de quatre années de guerre, le petit bateau de pêcheur où étaient entassés 115 migrants, dont 54 femmes et enfants, a fait un arrêt à Tripoli, dans le nord du Liban, avant de tomber en panne à quelque 40 miles du port chypriote de Larnaca, selon des responsables.

Un réfugié palestinien du camp libanais de Chatila, qui était à bord a toutefois expliqué à l’AFP que le bateau était parti du Liban avant de faire une halte non prévue en Syrie.

Après une opération de secours conjointe de la police et de l’armée chypriote, l’ensemble des passagers ont été ramenés à terre vers 07H00 (04H00 GMT), selon la police.

Sur les 115 migrants, 87 ont été emmenés en bus dans un camp de tentes à Kokkinotrimithia près de la capitale Nicosie, une vingtaine ont déposé une demande d’asile et d’autres ont été pris en charge par les services sociaux.

Chypre est le pays de l’Union européenne le plus proche des côtes syriennes, distantes d’une centaine de kilomètres mais contrairement à la Grèce, il n’a pas connu de flux massifs en provenance de ce pays en conflit depuis 2011.

On ne voulait pas venir à Chypre, la vie y est chère et il est difficile de trouver du travail. C’est une île pour les touristes, confie à une journaliste de l’AFP une des migrantes, Zeina Joseph, Palestinienne de 38 ans originaire d’un camp de la ville syrienne de Deraa (sud).

Je serais déjà arrivée en Grèce à cette heure, se lamente-t-elle, assise à même le sol dans le camp chypriote.

Elle avait rêvé d’arriver en Suède ou en Allemagne, deux pays devenus des eldorados pour des millions de migrants en détresse mais son périple en mer, qu’elle compare à celui du Titanic, s’est terminé plus rapidement que prévu.

Zeina dit avoir payé 3.500 dollars (3.140 euros) à des passeurs pour faire la traversée.

La police chypriote a indiqué qu’elle soupçonne quatre personnes d’avoir agi comme passeurs. L’une est en fuite mais trois hommes âgés de 47, 33 et 28 ans ont été arrêtés. Ils seront présentés à un juge lundi et risquent une condamnation pour trafic d’êtres humains, a indiqué la police.

A peine arrivés à terre, beaucoup de migrants pensent déjà à repartir.

Torse nu, les bras et le visage rougis par trois jours de périple sous un soleil accablant, Mouafak Abou Jeish, un Syrien de Deraa, ville ravagée par les combats, raconte s’être imaginé pour la première fois la mort, une mort lente à bord du bateau. Il n’arrive pas à accepter d’avoir pris tous ces risques pour se retrouver sous une tente à Chypre.

Les migrants veulent eux aussi rejoindre l’Europe du nord, observe le responsable du camp John Avlonitis. L’an passé, ils étaient beaucoup moins demandeurs, aujourd’hui ils voient que d’autres ont réussi à rejoindre l’Allemagne, ajoute-t-il.

En septembre 2014, quelque 340 réfugiés, essentiellement Syriens, avaient été secourus au large de Chypre. En novembre de la même année, 220 personnes avaient été secourues au large de la partie nord, occupée par la Turquie, de l’île.

Près de 365.000 migrants et réfugiés ont traversé la Méditerranée depuis janvier, et plus de 2.700 sont morts, selon l’Organisation internationale pour les migrations (OIM). La majorité ont débarqué sur les côtes grecques et italiennes.

Romandie.com avec(©AFP / 06 septembre 2015 18h59)