Posts Tagged ‘Cocaïne’

Côte d’Ivoire : saisie de près d’une demi-tonne de cocaïne au large d’Abidjan

février 4, 2020

Le port d'Abidjan, en 2016 (illustration).

Le port d’Abidjan, en 2016 (illustration). © Jacques Torregano pour JA

 

Les autorités ivoiriennes ont saisi 411 kilogrammes de cocaïne lors d’une opération menée en mer, lundi. La drogue, dont la valeur est estimée à 40 millions de dollars, avait été convoyée à bord d’un navire en provenance du Brésil.

L’opération, lancée lundi 3 février, a été suivie de près par le général Vagondo Diomandé, ministre de la Sécurité et de la protection civile, qui se trouve actuellement à l’extérieur du pays. Les forces de sécurité ivoiriennes, qui avaient obtenu « une information anonyme », sont intervenues dans les eaux territoriales au large du port d’Abidjan. La saisie est impressionnante : 411 kilogrammes de cocaïne (*) – pour une valeur estimée à 40 millions de dollars – ont été découverts à bord de trois embarcations.

« La cocaïne est arrivée du Brésil à bord d’un navire marchand. La cargaison a ensuite été transbordée dans trois embarcations, dans les eaux ghanéennes », confie une source sécuritaire à Jeune Afrique. Trois Ghanéens ont été arrêtés et sont actuellement aux mains des enquêteurs. La drogue, quant à elle, a été placée sous scellés dans les locaux de la Marine ivoirienne.

« Spaghetti connection »

En juin dernier, déjà, une vaste opération antidrogue avait conduit au démantèlement d’un vaste réseau international de trafic de cocaïne. Plus d’une dizaine de personnes avaient été arrêtées dans ce coup de filet mené contre la « Spaghetti connection » – le nom donné par les enquêteurs à ce réseau – , parmi lesquels six Italiens, trois Ivoiriens et un Français.

Le coup de filet, mené grâce à une coopération entre les services français, italiens et ivoiriens, avait également mis au jour l’implication de membres de la Camorra, la mafia napolitaine, et de la ‘Ndrangheta,  la mafia calabraise. Le signe, selon les enquêteurs, que les deux mafias italiennes se sont associées pour faire de la Côte d’Ivoire une zone de transit pour la drogue à destination de l’Europe. Le dossier « Spaghetti connection » est actuellement instruit par le nouveau pôle financier du Tribunal de première Instance d’Abidjan.

(*) Cet article a été réactualisé suite à une erreur de notre part portant sur l’ampleur de la saisie réalisée : il s’agit bien de 411 kilogrammes de cocaïne, et non de 411 tonnes, comme nous l’avions initialement indiqué.

Jeuneafrique.com par Baudelaire Mieu – à Abidjan

Argentine: saisie de 82 kg de cocaïne à bord d’un avion en route pour Amsterdam

janvier 15, 2020

Sept personnes ont été arrêtées et 82 kilos de cocaïne ont été saisis à bord d’un avion-cargo qui s’apprêtait à décoller de Buenos Aires avec pour destination finale Amsterdam, a indiqué mercredi une source aéroportuaire.Parmi les personnes arrêtées lors de l’opération policière effectuée mardi figurent trois membres de l’équipage de l’avion de la compagnie KLM Cargo.

Alertés par des mouvements suspects, des officiers de la douane ont réclamé le report du décollage et ont obtenu l’autorisation d’un juge pour fouiller l’appareil, selon des sources citées par la presse argentine. La drogue était dissimulée dans des boîtes en carton.

L’appareil était arrivé lundi à l’aéroport international d’Ezeiza à Buenos Aires en provenance de Sao Paulo et après une escale de quelques heures aurait dû décoller mardi pour Quito avant de se rendre à Amsterdam, sa destination finale.

Lors d’une autre opération en septembre 2019, plus de 250 kilos de cocaïne ont été saisis à l’aéroport d’Ezeiza. Selon les enquêteurs, les trafiquants projetaient d’acheminer la drogue à Madrid à bord d’un appareil de la compagnie Air Europa.

Par Le Figaro avec AFP

France: 680 kilos de cocaïne saisis au Havre

novembre 10, 2019

Les policiers en charge de la lutte contre les stupéfiants ont saisi 680 kilos de cocaïne qui transitaient par le port du Havre (Seine-Maritime), a appris l’AFP de source proche de l’enquête, dimanche, confirmant une information du Parisien.

Selon cette même source, les policiers français de l’Office central pour la répression du trafic illicite de stupéfiants (OCRTIS) ont été mis sur la piste de cette livraison grâce à la coopération avec le Brésil d’où provenait la drogue.

Avec le concours de leurs collègues de la police judiciaire (PJ) du Havre et du service régional de la PJ (SRPJ) de Rouen, les agents de la lutte antistupéfiants ont mis en place un dispositif de surveillance sur la zone portuaire où étaient stockés deux conteneurs suspects.

Après avoir repéré puis filé trois hommes venus récupérer une partie des produits stupéfiants, les agents ont décidé de procéder à leur interpellation, en milieu de semaine, dans un appartement du Havre où ils ont fait la découverte de 300 kilos de cocaïne, d’une Kalachnikov, d’armes de poing et de munitions. Sur le port, les policiers ont découvert dans un deuxième conteneur, 380 kilos supplémentaires de cocaïne.

Les trois suspects ont été placés en garde à vue.

Par Le Figaro.fr avec AFP

Sénégal: nouvelle grosse saisie de cocaïne au large de Dakar, 5 arrestations

octobre 31, 2019

 

La marine sénégalaise a saisi mercredi au large de Dakar plus d’une tonne de cocaïne en provenance présumée d’Amérique latine et à destination de l’Espagne, et interpellé cinq personnes, ont affirmé jeudi 31 octobre l’armée et des douanes.

Cette nouvelle saisie de cocaïne survient après deux précédentes effectuées par les douanes en juin au port de Dakar et totalisant plus d’une tonne. Une quantité de 43 kg de cocaïne a également été saisie mardi au port de Dakar par les douanes. Cette drogue, saisie à bord d’un navire en provenance d’Anvers (Belgique), était en transit vers la Gambie voisine, selon les douanes. La prise effectuée mercredi est «estimée à 1260 kg», ont indiqué deux responsables de la Direction des relations publiques des armées sénégalaises (Dirpa). L’opération a été menée à environ 120 km au large de Dakar par les forces spéciales de la marine «en coordination avec la Guardia Civil espagnole», a précisé la Dirpa dans un communiqué. «Deux embarcations ont été arraisonnées et cinq personnes appréhendées», selon le communiqué qui ne précise pas leur nationalité ni la valeur de la drogue saisie.

La cargaison serait partie d’Amérique du Sud pour rallier l’Espagne, dit le communiqué. Les saisies de cocaïne sont fréquentes au port de Dakar et à l’aéroport international de Diass, à une cinquantaine de kilomètres de la capitale sénégalaise, qui reste un des plus importants lieux de transit de marchandises et de passagers en Afrique de l’Ouest. La cocaïne, produite principalement en Colombie, en Bolivie et au Pérou, voyage de plus en plus par la mer avec des escales régulières dans les Caraïbes, au Maghreb et en Afrique de l’Ouest, selon les experts. La production mondiale de cocaïne a atteint un nouveau plus haut historique avec près de 2000 tonnes en 2017, a indiqué en juin l’Office des Nations unies contre la drogue et le crime (ONUDC) dans son rapport annuel.

Par Le Figaro.fr avec AFP

Saisie en Belgique de 679 kg de cocaïne en provenance de Bolivie

juin 5, 2019

 

Plus de 679 kilos de cocaïne en provenance de Bolivie ont été saisis en Belgique, lors d’opérations conjointes menées par les deux pays, a annoncé mercredi la police bolivienne.

«Nous avons pu nous coordonner avec la police belge (…) et réaliser une +livraison surveillée+. La Belgique a été alertée que des conteneurs transportant du bois allaient entrer» avec de la cocaïne cachée à l’intérieur, a déclaré en conférence de presse Maximiliano Davila, le chef de la police antidrogue bolivienne.

Le 30 avril, 289,5 kilos ont été saisis, puis 390 kilos le 19 mai, soit un «total de 679,5 kg», a précisé M. Davila.

Cinq entreprises et trois aciéries ont été perquisitionnées ces derniers jours en Bolivie et 10 personnes arrêtées dans le cadre de l’enquête, a ajouté le responsable bolivien.

Par Le Figaro.fr avec AFP

La production mondiale d’opium et cocaïne a explosé (rapport ONU)

juin 26, 2018

Un Afghan récolte la sève de pavot en avril 2018 près de Mazar-i-Sharifnn / © AFP / FARSHAD USYAN

La production mondiale de cocaïne, essentiellement en provenance de Colombie, et d’opium, principalement issu d’Afghanistan, a explosé pour atteindre son plus haut niveau historique en 2016-2017, s’alarme l’Office des Nations unies contre la drogue et le crime (ONUDC) dans son rapport annuel publié mardi.

L’agence onusienne s’inquiète aussi de voir les médicaments antidouleurs à base d’opiacés, détournés à usage de drogue, devenir « une menace majeure pour la santé publique mondiale », en Amérique du nord mais aussi en Afrique.

– Production record d’opium et de cocaïne –

La production mondiale d’opium a bondi de 65% de 2016 à 2017, à 10.500 tonnes, chiffre « le plus élevé » depuis les premières estimations de l’ONUDC au début des années 2000. L’Afghanistan se taille la part du lion avec une production de 9.000 tonnes, soit 87% de plus qu’en 2016.

Les surfaces de culture de pavot à opium ont progressé de 37% au niveau mondial entre 2016 et 2017, atteignant 420.000 hectares, dont plus des trois quarts se trouvent en Afghanistan où cette manne contribue à financer l’insurrection qui déstabilise le pays.

Un Afghan récolte la sève de pavot dans la province de Nangarhar en avril 2018n / © AFP / NOORULLAH SHIRZADA

En Afghanistan, cette évolution est à mettre sur le compte de l’instabilité politique, du manque de contrôle par les autorités, du manque de perspectives en termes d’emploi et d’éducation, et des hausses du rendement agricole, selon ce rapport de l’agence onusienne qui a son siège à Vienne.

La fabrication mondiale de cocaïne en 2016 « a atteint son niveau le plus élevé »: 1.410 tonnes, soit 25% de plus qu’en 2015. En Colombie, premier producteur mondial, la hausse de production a été de plus d’un tiers entre 2015 et 2016, à 866 tonnes.

La culture de feuille de coca, ingrédient de base de la cocaïne, couvre 213.000 hectares au niveau mondial dont 69% se trouvent en Colombie. Il s’agit d' »un défi à la mise en oeuvre de l’accord de paix » avec l’ex-guérilla des Farc, impliquée dans le trafic de drogue, souligne l’ONUDC.

Conséquences: une hausse, déjà perceptible, de l’offre sur les marchés traditionnels de consommation en Amérique du Nord et en Europe occidentale ainsi que la création prévisible de nouveaux marchés ciblant notamment « la classe moyenne en expansion des grandes économies d’Asie ».

Un homme récolte les feuilles de coca en septembre 2017 dans le département de Guaviare, en Colombien / © AFP/Archives / Raul Arboleda

– Crise des opiacés en Amérique, menace sur l’Afrique –

Les médicaments antidouleurs à base d’opiacés, détournés à usage de drogue, sont désormais « une menace majeure pour la santé publique mondiale », avertit l’ONUDC. L’ensemble des opiacés représentent 76% des décès liés à la consommation de stupéfiants.

Née d’une surprescription médicale de ces molécules, la crise des opiacés qui ravage les Etats-Unis depuis quelques années ne montre pas de signe d’apaisement. En 2016, 63.632 personnes sont décédées d’une surdose de drogue aux États-Unis, un record et une augmentation de 21% par rapport à l’année précédente.

Les dégâts de ces « drogues sur ordonnance » ont également contribué à la diminution de l’espérance de vie enregistrée aux Etats-Unis en 2015 et 2016, une première. L’Europe reste pour l’instant globalement épargnée par ce phénomène.

De la pate de coca en septembre 2017 dans une ferme clandestine du département de Guaviare, en Colombien / © AFP/Archives / Raul Arboleda

Alors que le fentanyl, un opioïde synthétique 50 fois plus puissant que l’héroïne, constitue le principal opiacé sur ordonnance des marchés américain et canadien, l’ONUDC s’inquiète de « l’expansion rapide » en Afrique de la consommation et du trafic de tramadol, un puissant antalgique.

Si le tramadol est encore essentiellement perçu comme une molécule aux usages récréatifs prisée par les jeunes Africains, l’agence appelle à se saisir de cette menace qui « met une pression supplémentaire sur les systèmes de santé déjà fragiles » des pays en développement concernés.

L’Afrique a concentré en 2016 87% des saisies mondiales d’opiacés pharmaceutiques, notamment en raison de l’essor du tramadol.

– Les baby-boomers, seniors de la drogue –

L’ONUDC relève la fréquence de la consommation de drogues chez les plus de 50 ans, émettant l’hypothèse que parmi les « baby-boomers » ayant goûté aux stupéfiants dans leur jeunesse, une partie n’ont pas abandonné ces addictions.

En Europe, les morts par surdose ont ainsi augmenté chez les plus de 40 ans entre 2006 et 2013 alors qu’elles baissaient chez les moins de 40 ans. Au niveau mondial, les plus de 50 ans qui comptaient pour 27% des décès liés à la drogue en 2000, représentaient 39% du total en 2015.

Romandie.com avec(©AFP / 26 juin 2018 17h32)

Sous pression de Trump, la Colombie annonce une saisie historique de 12 tonnes de cocaïne

novembre 8, 2017

Bogota – Le président colombien Juan Manuel Santos a annoncé mercredi la saisie d’une cargaison de 12 tonnes de cocaïne, un record historique pour ce pays, premier producteur et exportateur mondial de cette drogue mais soumis à une forte pression des Etats-Unis.

Cette saisie, d’une valeur estimée à 360 millions de dollars, intervient peu après que le président américain Donald Trump a réitéré sa « préoccupation », dans une lettre envoyée fin octobre à son homologue colombien, « face à l’extraordinaire expansion » en Colombie des plantations de coca, l’ingrédient de base de la cocaïne.

« Jamais auparavant, depuis que nous avons commencé il y a plus de 40 ans à lutter contre le narcotrafic, nous n’avions effectué une saisie de cette ampleur », a fait valoir mercredi Juan Manuel Santos devant les journalistes.

Entre 2014 et 2016, les cultures de coca sont passées de 69.000 à 146.000 hectares, selon les Nations unies, qui considèrent la Colombie comme le premier producteur et exportateur mondial de cette drogue.

Dans le même temps, les saisies ont augmenté. « Avec cette saisie nous dépassons le chiffre des saisies de l’an dernier: cela fait 362 tonnes cette année », contre 317 en 2016, a souligné le président Santos.

– 5 M USD de récompense –

La cargaison saisie appartenait au chef du Clan del Golfo, Dairo Antonio Usuga, alias Otoniel, qui est actuellement l’homme le plus recherché en Colombie. Les Etats-Unis ont offert une récompense de cinq millions de dollars pour son arrestation.

La drogue a été saisie dans une zone de production de bananes du département d’Antioquia (nord-ouest).

Dans un communiqué, la police a expliqué qu’environ 400 agents de lutte anti-drogue avaient lancé une opération contre quatre propriétés des villes de Chigorodo et Carepa et y avait trouvait la drogue, cachée sous terre.

Le gang, formé par d’ex-paramilitaires de milices armées d’extrême droite démobilisés en 2016, avait annoncé début septembre qu’il était prêt à se rendre aux autorités après presque deux ans de lutte intensive menée par la police.

L’organisation a compté jusqu’à 4.000 membres, mais après une vaste offensive lancée par le gouvernement, il compterait aujourd’hui environ 1.800 hommes, selon le ministère de la Défense.

Cette saisie constitue « un résultat très important et significatif, mais les réclamations des Etats-Unis ne visent pas les saisies » mais plutôt l’extension de la production de coca, a expliqué à l’AFP Jeremy McDermott, directeur de InSight Crime, un centre de recherche sur le crime organisé.

Dans sa lettre en octobre, Donald Trump appelait Bogota à « diminuer la production et le trafic de drogue en Colombie ».

« J’ai exprimé ces préoccupations car j’ai promis au peuple des Etats-Unis que nous empêcherions que les drogues traversent nos frontières et j’ai besoin de votre aide », a-t-il écrit.

En novembre, le gouvernement de Juan Manuel Santos et les Farc ont signé un accord de paix mettant un terme à 53 ans de conflit armé entre cette guérilla marxiste, les paramilitaires d’extrême droite et les agents de l’Etat. Ce conflit a fait près de 260.000 morts, 60.000 disparus et 7,1 millions de déplacés, selon les chiffres officiels.

Par cet accord, Bogota a dit espérer éradiquer cette année 100.000 hectares de cultures illégales de coca, le trafic de drogue ayant permis d’alimenter certains groupes des Farc.

Romandie.com avec(©AFP / 09 novembre 2017 01h50)

Julien Clerc confie avoir pris de la cocaïne… pour sa voix

octobre 26, 2017

« Et ça n’a pas été bon ! »

Il est rare de voir un grand nom de la chan­son française confes­ser ses prises de drogue. Et pour­tant : Julien Clerc a déclaré avoir pris de la cocaïne dans les années 80, pour le bien-être de ses cordes vocales. Un trai­te­ment qui s’est révélé inef­fi­cace.

« Au milieu des années 1980, vous allez jusqu’à prendre de la cocaïne sois-disant pour faire tenir votre voix. » N’importe quelle autre chan­teur aurait certai­ne­ment évité de répondre à cette ques­tion. Mais pas Julien Clerc, inter­viewé par Paris Match, qui n’a pas fait le choix de dissi­mu­ler sa consom­ma­tion de drogues. Avec une candeur exem­plaire. « Ça n’a pas été bon ! Ça coulait dans le fond de la gorge, ça n’aidait pas mes problèmes ORL, a-t-il concédé. J‘étais jusqu’alors comme un spor­tif très doué, qui ne travaillait pas assez. Donc je ne pouvais plus chan­ter sans cocaïne. Mais le plai­sir n’était pas vrai­ment là et je m’en suis débar­rassé très vite. »

À désor­mais 70 ans, Julien Clerc peut se permettre de faire quelques révé­la­tions sur sa carrière. Même si celle-ci est loin d’être termi­née : le chan­teur marié à Hélène Grémillon, scéna­riste et écri­vaine de 30 ans sa cadette, sort un nouvel album, À nos amours, et entame une tour­née. Il a notam­ment travaillé avec Calo­gero sur cet opus : « Les nouvelles plumes me prolongent musi­ca­le­ment, explique-t-il. Calo est fan de mon travail, il est de ma race, c’est un compo­si­teur qui travaille avec ses oreilles. Dans sa jeunesse, il a été marqué par mes disques des années 1970. » « À mes débuts on me disait souvent : « On dirait Julien Clec jeune », confie pour sa part Calo­gero. Alors là, j’ai l’impres­sion d’avoir bouclé la boucle. »

Gala.fr

Colombie: saisie record de six tonnes de cocaïne

avril 2, 2017

 

La police anti-drogue colombienne présente une saisie de plus de 6 tonnes de cocaïne, le 2 avril 2017 à Barranquilla / © Colombian National Police/AFP / HO

La police colombienne a mis la main sur plus de six tonnes de cocaïne destinées à l’Espagne, au cours de l’une des plus importantes saisies de l’histoire de la Colombie, premier producteur mondial de cette drogue, ont annoncé dimanche les autorités.

« La Police nationale (…) a porté un nouveau coup au crime organisé en saisissant 6.134 kilos de cocaïne à Barranquilla, qui avaient pour destination finale le port d’Algésiras (Espagne) », selon un communiqué.

Le ministre de la Défense, Luis Carlos Villegas, qui s’est rendu à Barranquilla, port de la côte caraïbe colombienne (nord), a déclaré qu’il s’agissait de la troisième plus importante saisie effectuée par la police sur le territoire.

« Cette drogue appartenait au Clan du Golfe », principal gang criminel du pays, « et à d’autres organisations qui opèrent dans le nord et l’est du pays », a déclaré M. Villegas lors d’une conférence de presse, précisant que la valeur du chargement saisi était estimée à « plus de 200 millions d’euros » en Espagne.

Au cours de l’opération, menée vendredi soir, des policiers de la brigade anti-stupéfiants de Barranquilla « ont découvert un conteneur rempli de 20 palettes ou caisses de ferraille et d’acier, avec des paquets rectangulaires qui se sont révélés être du chlorhydrate de cocaïne », précise le communiqué de la police.

Le ministre de la Défense a ajouté que l’entreprise exportatrice avaient déjà effectué des expéditions vers l’Espagne, mais qu’aucun envoi n’a jusqu’à révélé la présence de cocaïne à l’arrivée dans les ports de destination.

M. Villegas a cependant ajouté qu' »il y a une enquête en cours sur une exportation récente par cette entreprise, qui se trouve actuellement en haute mer ».

Depuis janvier, la police colombienne a saisi 70 tonnes de chlorhydrate de cocaïne sur le territoire national, dont 15,8 tonnes dans les Caraïbes, selon la même source.

Le Clan du Golfe, dirigé par Dairo Antonio Usuga alias « Otoniel », criminel le plus recherché de Colombie, a été formé par des paramilitaires d’extrême droite démobilisés entre 2003 et 2006, sous l’ex-président Alvaro Uribe.

La Colombie est le premier producteur mondial de feuille de coca, composant de base de la cocaïne, avec 96.000 hectares de plantations, et le premier producteur de cette drogue avec 646 tonnes en 2015, selon l’ONU.

Romandie.com avec(©AFP / 02 avril 2017 20h09)

La Colombie annonce un record de saisie de cocaïne pour 2016

octobre 21, 2016

La Colombie a saisi 300 tonnes de cocaïne depuis le début de l’année. Il s’agit d’un record dans l’histoire du pays, qui est le premier producteur mondial de cette drogue, a annoncé vendredi le ministre de la Défense.

Jusqu’au 20 octobre, 300 tonnes de cocaïne ont été saisies contre 219 tonnes pour toute l’année passée, 133 tonnes en 2010 et 92 tonnes en 2003, précédents records. « C’est le chiffre de saisie le plus élevé de notre histoire », a déclaré le ministre Luis Carlos Villegas lors d’une conférence de presse.

La valeur totale de la drogue saisie cette année est estimée à environ neuf milliards de dollars (autant en francs) dans les rues de New York, a-t-il précisé. Il a ajouté que « c’est l’équivalent du budget du ministère de la Défense pour 2017 ».

M. Villegas a souligné que cela démontre que le plan anti-drogue du gouvernement -basé en priorité sur l’interdiction, la destruction de laboratoires de fabrication de stupéfiants et la lutte contre le blanchiment d’argent- « fonctionne bien ».

La Colombie est le premier producteur mondial de feuille de coca, plante sacrée des indigènes et composant de base de la cocaïne, avec 96’000 hectares de plantations. Ce pays est aussi le premier producteur de cette drogue avec 646 tonnes en 2015, selon les derniers chiffres de l’ONU.

Romandie.com avec(ats / 21.10.2016 20h34)