Posts Tagged ‘Cohabitation’

Canada-Québec: Les risques de cohabiter avec une poule

septembre 11, 2021

Au Québec, en 2021, environ 70 municipalités urbaines et périurbaines ont déjà permis ou sont sur le point de permettre la garde de poules. Les citadins peuvent avoir leurs poules derrière la maison, dans le cadre de la réglementation propre à chaque municipalité.

De plus en plus de villes autorisent la présence de poules urbaines.

© /Radio-Canada De plus en plus de villes autorisent la présence de poules urbaines.

Si s’occuper de poules apporte des bienfaits pour tous les membres de la famille, les poules peuvent développer des maladies aviaires ou être porteuses de la salmonelle et la propager aux humains.

Le docteur Jean-François Lapointe de la Clinique vétérinaire de Saint-Césaire en Montérégie peut en témoigner. Sa clinique a été inondée d’appels. Il a été l’un des premiers à se perfectionner dans le domaine des maladies aviaires.

Sa pratique consacrée à temps plein aux bovins a été bouleversée. 50 % de son travail consiste maintenant à traiter et à prévenir les maladies infectieuses des poules urbaines. Certaines le préoccupent plus que d’autres. Des maladies contagieuses qui peuvent parfois mener à l’euthanasie des poules.

Le Dr Jean-Fançois Lapointe est vétérinaire à la Clinique vétérinaire de Saint-Césaire.

© /Radio-Canada Le Dr Jean-Fançois Lapointe est vétérinaire à la Clinique vétérinaire de Saint-Césaire.

Comme le risque de propagation est grand, avant qu’une nouvelle poule intègre le poulailler urbain, la quarantaine est recommandée par les vétérinaires, ainsi qu’un dépistage et un traitement préventif. Mais parfois, il est trop tard. Par exemple, une poule atteinte du virus qui cause la laryngotrachéite, si elle en survit, reste porteuse à vie.

Toutes les poules urbaines ne sont pas malades

Il a deux manières pour les éleveurs urbains et périurbains d’acheter leurs poules.

Environ 80 % des poules urbaines proviennent des meuneries ou des quincailleries. Le plus gros fournisseur au Québec est le réseau Sollio (La Coop fédérée). Les poussins élevés dans des troupeaux commerciaux ont été vaccinés, ils ne sont donc pas porteurs de maladies. De plus, l’environnement de biosécurité stricte écarte l’enjeu de santé humaine.

Le reste des poules urbaines provient de petits élevages de type basse-cour dont on ignore le statut sanitaire.

Risque de danger pour la santé humaine

Le citadin dont les poules ont été achetées dans de petits élevages amateurs ne peut pas savoir si ses poules sont porteuses ou non de la salmonelle, une bactérie transmissible à l’humain en manipulant les poules, les œufs ou par des contacts avec les fientes et la carcasse.

Dre Martine Boulianne est directrice de la Chaire en recherche avicole de l'Université de Montréal.

© /Radio-Canada Dre Martine Boulianne est directrice de la Chaire en recherche avicole de l’Université de Montréal.

Aux États-Unis en 2020, les Centres pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC) ont rapporté 700 cas de salmonellose, dont 300 personnes ont été hospitalisées. 25 % des personnes contaminées étaient des enfants. Tous ces cas étaient reliés à des oiseaux de basse-cour.

Un animal sauvage, comme un rongeur, qui rôde autour du poulailler urbain peut répandre des salmonelles. Une fois la poule infectée, la bactérie est présente dans l’œuf.

La salmonelle reste présente dans un œuf mal cuit. L’ingérer, c’est risquer de développer diarrhées, fièvres ou douleurs abdominales. De plus, la chercheuse insiste : ne jamais laisser les œufs de poules d’arrière-cour sur le comptoir de la cuisine.

Les poules urbaines font le bonheur de leurs propriétaires.

© /Radio-Canada Les poules urbaines font le bonheur de leurs propriétaires.

Malgré tout, pour la vétérinaire, il est très possible d’élever des poules à petite échelle sans grands risques pour la santé humaine, si les principes de prévention et de précaution sont appliqués.

Le reportage de Rachel Brillant et de Luc Rhéaume est diffusé à l’émission La semaine verte le samedi à 17 h et le dimanche à 12 h 30 sur ICI TÉLÉ. À ICI RDI, ce sera le dimanche à 20 h.

Avec Rachel Brillant

Pape François: considérer les musulmans comme des «partenaires»

juin 21, 2019

 

Le pape François a estimé vendredi que les musulmans devraient être considérés comme des «partenaires» avec lesquels construire une cohabitation pacifique pour barrer le chemin aux «groupes fanatiques ennemis du dialogue». Il s’exprimait lors d’une rencontre organisée à Naples par la Faculté pontificale de théologie de l’Italie méridionale.

«Les étudiants en théologie devraient être éduqués au dialogue avec le judaïsme et l’islam pour comprendre les racines communes et les différences de nos identités religieuses et contribuer ainsi plus efficacement à la construction d’une société qui apprécie la diversité et favorise le respect, la fraternité et la cohabitation pacifique», a déclaré le pape.

«Nous sommes appelés à dialoguer avec les musulmans afin de construire l’avenir de nos sociétés et de nos villes; nous sommes appelés à les considérer comme des partenaires pour construire une cohabitation pacifique même quand se produisent des événements bouleversants, œuvre de groupes fanatiques ennemis du dialogue, comme la tragédie de Pâques (les attentats, ndlr) au Sri Lanka», a poursuivi le pape argentin.

«Dans les facultés de théologie et les universités ecclésiastiques, il faut encourager les cours de langue et de culture arabe et juive et la connaissance réciproque entre étudiants chrétiens, juifs et musulmans», a conclu le souverain pontife.

Par Le Figaro.fr avec AFP