Posts Tagged ‘colis’

Canada-Montréal: Retour à la normale sur le campus de McGill

septembre 14, 2021

 

De nombreux cours ont été annulés à McGill ce matin après qu’un colis suspect a été signalé sur le campus. L’incident s’est finalement révélé sans danger.

Après les vérifications effectuées par les membres du Groupe tactique d'intervention du SPVM, le colis s'est avéré sans danger.

© François Sauvé/Radio-Canada Après les vérifications effectuées par les membres du Groupe tactique d’intervention du SPVM, le colis s’est avéré sans danger.

Après les vérifications effectuées par les membres du Groupe tactique d’intervention du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM), le colis s’est avéré inoffensif.

Il s’agit d’une valise qui ne contenait rien», a précisé Véronique Comtois, porte-parole du SPVM.

Le Groupe tactique d'intervention du SPVM a été dépêché sur les lieux.

© François Sauvé/Radio-Canada Le Groupe tactique d’intervention du SPVM a été dépêché sur les lieux.

Le SPVM a reçu vers 7 h 30 un appel pour un colis suspect.

En conséquence, trois bâtiments du campus ont été évacués, soit Dawson Hall, le McCall MacBain Arts Building et le Leacock Building.

Avec CBC/Radio-Canada 

France: Le professeur Raoult reçoit un colis suspect, l’expéditeur serait un admirateur

juillet 5, 2020

 

La découverte à l’IHU de trois fioles au contenu mystérieux a semé la panique au sein du laboratoire.

La secrétaire de Didier Raoult a découvert jeudi 2 juillet trois fioles placées dans un colis suspect, dont l’une s’est renversée sur ses mains, peut-on lire dans un article de La Provence . Le colis, en mauvais état après un périple au-dessus de l’Atlantique, aurait immédiatement été transporté sur la terrasse à côté du bureau du professeur, au sein de la cellule NRBC (nucléaire, radiologique, bactériologique et chimique) du Bataillon de marins-pompiers. Un courrier, en partie illisible, accompagnait ces fioles.

Vendredi 4 juillet, les spécialistes des marins-pompiers de Marseille ont écarté l’hypothèse d’un produit dangereux : les fioles ne contiendraient que du soufre, de l’éthanol, et différents extraits aromatiques de plantes et de fenouil. Si l’enquête de la police judiciaire doit déterminer qui est l’expéditeur de ce colis, il semblerait pour l’instant que ce dernier soit originaire de Guadeloupe, île qui compterait un grand nombre de supporters de Didier Raoult.

L’expéditeur anonyme semblait vouloir, selon les sources citées par La Provence, présenter à l’infectiologue sa recette personnelle du traitement contre le Covid-19 : «Dans son courrier, la personne a indiqué que le but de cet envoi était de concourir à la science, il n’y a évidemment rien de délictueux dans tout cela…».

Par Le Figaro

Coronavirus : manger chinois, recevoir des colis de Chine… est-ce risqué ?

janvier 30, 2020

Même si le risque zéro n’existe pas, les risques de contamination sont quasiment nuls, estiment les scientifiques.

Un restaurant chinois, à Paris (9ème arrondissement), le 30 janvier 2020.
Un restaurant chinois, à Paris (9ème arrondissement), le 30 janvier 2020. Guillaume Poingt / Le Figaro.

Peut-on attraper le coronavirus nCov 2019 en mangeant chinois ? La question peut prêter à sourire mais certains Français s’interrogent réellement. Comme le révèlent certains articles de presse, le SAMU reçoit même des appels «paniqués» de gens qui ont mangé chinois. Même chose pour les colis qui arrivent de Chine. Certains consommateurs se questionnent.

Apparu début décembre sur un marché de Wuhan, le coronavirus a déjà fait 170 morts en Chine et près de 8.000 contaminés. En France, cinq malades ont été touchés par le virus. Nous faisons le point :

Les colis importés de Chine

Interrogé par Le Figaro, Manuel Rosa-Calatrava, directeur de recherche à l’Inserm et co-directeur du laboratoire de virologie VirPath à Lyon, explique tout d’abord que les virus respiratoires – dont fait partie le coronavirus nCov 2019 – se transmettent de deux façons. Premièrement par sécrétions respiratoires (postillons, éternuements). Deuxièmement par contamination de surface (exemple : éternuer dans ses mains puis serrer la main de quelqu’un).

Selon Manuel Rosa-Calatrava, «le risque d’une contamination de surface par des virus respiratoires est réel mais très dépendants des conditions environnementales». En effet, les virus respiratoires sont fragiles et ne restent pas fonctionnels, autrement dit actifs, très longtemps (quelques heures à quelques jours au maximum en fonction de la température et du degrés d’humidité de l’air). «Un colis arrivant de Chine met plusieurs semaines de transport par bateau et plusieurs jours par avion. Un potentiel virus serait dans un environnement qui n’est absolument pas favorable pour rester fonctionnel», estime Manuel Rosa-Calatrava. Même son de cloche du côté du ministère de la Santé. «Compte tenu des temps et conditions de transport avec la Chine, le risque d’être infecté par le nCoV en touchant un objet importé de Chine est considéré comme extrêmement faible», peut-on lire sur son site.

Concrètement, même si un individu contaminé par le coronavirus manipulait un colis en Chine à destination de la France, il est presque impossible que le destinataire ait une chance d’être infecté. Le chercheur précise «qu’une des mesures simples et très efficaces pour éviter la contamination par les virus respiratoires est de se laver les mains plusieurs fois par jour».

La nourriture venue de Chine

Qu’en est-il pour la nourriture ? «Dans la littérature scientifique, il n’y a jamais eu de cas rapportés de virus respiratoires attrapés en ingérant de la nourriture cuite. Quand la nourriture est cuite, les virus respiratoires ne résistent pas et sont complètement inactivés par la chaleur», explique Manuel Rosa-Calatrava. Le ministère de la Santé explique lui aussi dans un communiqué que «les virus sont détruits quand la viande est cuite». Même si les aliments sont non cuits, comme pour les colis, les virus respiratoires sont fragiles et ne restent pas fonctionnels très longtemps à cause de la durée et des conditions de transport.

Toutefois, «la consommation de produits animaux peu ou pas cuits, incluant le lait et la viande, présente un risque important d’infection par une grande variété d’organismes susceptibles de causer des maladies chez l’Homme (NDLR : des organismes pathogènes non respiratoires)», complète le ministère de la Santé. À ce propos, Manuel Rosa-Calatrava conseille de bien laver les aliments et de s’assurer de leur nature saine.

Contactée par Le Figaro, la chaîne française de supermarchés asiatiques «Tang frères» – qui fournit la plupart des restaurants et des épiceries asiatiques en France – indique de son côté qu’il n’y a «aucun risque à consommer des produits alimentaires importés de Chine ou d’Asie». De plus, le secrétaire général de Tang Frères, Christophe Polini, explique que la chaîne «n’importe pas de produits de la région de Wuhan (NDLR : région où le virus est apparu)».

«Il ne faut pas rentrer dans une psychose», estime enfin Manuel Rosa-Calatrava. «Nous sommes en plein pic d’épidémie de grippe dans toutes les régions de France. Entre 5.000 et 15.000 personnes meurent de la grippe chaque année. Il y a bien plus de risques aujourd’hui d’attraper la grippe en prenant le métro ou le RER que d’attraper le coronavirus 2019-nCoV», conclut le chercheur.

Avec Le igaro.fr avec Guillaume Poingt

Hollande condamne un « attentat » au FMI

mars 16, 2017

Toulon – Le président François Hollande a qualifié jeudi l’explosion au siège parisien du FMI « d’attentat » qui montre que « nous sommes toujours visés » et répété qu’il excluait toute levée de l’état d’urgence en France avant le 15 juillet.

Cette explosion a fait un blessé qui se trouve « entre la vie et la mort » à ajouté M. Hollande alors que la préfecture de police a assuré de son côté que la personne n’était que « légèrement blessée ».

Une assistante de direction a été blessée jeudi aux mains et au visage lors de l’ouverture d’un courrier qui a explosé au siège parisien du FMI.

Selon les premiers éléments de l’enquête, un pétard pourrait être à l’origine de l’explosion, survenue en fin de matinée dans le bâtiment situé au coeur de la capitale française, ont précisé ces sources.

Mercredi à Berlin, un « mélange explosif » expédié de Grèce a été découvert au ministère allemand des Finances. Le groupe anarchiste grec Conspiration des cellules de feu a revendiqué jeudi l’envoi de ce paquet.

« Nous sommes toujours visés. Là, en l’occurrence, c’est le Fonds monétaire international, mais c’est en France, c’est la France. (…) Nous sommes directement concernés », a poursuivi le chef de l’Etat.

« Il y a l’état d’urgence, j’ai annoncé qu’il devait être prolongé jusqu’au 15 juillet », a-t-il rappelé, en marge de l’inauguration d’un mémorial commémorant le débarquement et la libération de la Provence en 1944.

« Ce sera au nouveau Président de la République, au gouvernement et aux députés et sénateurs qui seront en situation d’agir à partir du 15 juillet (…) de dire s’il faut (le) maintenir ou non », a-t-il souligné. Mais « de toute manière, il faut maintenir un état élevé de vigilance et de présence ».

Toute prolongation de l’état d’urgence doit être soumise au Parlement. Juridiquement, le chef de l’Etat peut décider à tout moment de mettre fin à ce régime d’exception par un décret en Conseil des ministres.

« Il n’y a pas de raison qui voudrait qu’aujourd’hui on relâche le dispositif qui existe », a encore ajouté le président Hollande à l’AFP.

Romandie.com (©AFP / 16 mars 2017 14h03)                   

Italie: un artificier blessé par l’explosion d’un colis piégé

janvier 1, 2017

Rome – Un artificier de la police italienne a été grièvement blessé dimanche par l’explosion d’un colis piégé placé devant la vitrine d’une librairie d’extrême droite à Florence (centre), a-t-on appris de source policière.

L’homme a été grièvement blessé à une main et à un oeil, a précisé le commissaire principal de Florence, Alberto Initmi, interrogé par la chaîne RaiNews24. L’objet, qui se trouvait devant une librairie proche de l’organisation d’extrême droite italienne Casa Pound, avait attiré l’attention d’une patrouille de police tôt dimanche matin.

Des artificiers ont été aussitôt appelés sur les lieux et c’est au moment où ils s’approchaient de la devanture de cette librairie située dans le centre historique de la capitale toscane, que l’explosion a eu lieu, selon les enquêteurs, cités par l’agence italienne Agi. L’engin était doté d’un système de déclenchement à retardement, selon ces sources.

Hormis le policier blessé, l’explosion n’a fait aucun dégât matériel.

Casa Pound est né à Rome en 2003 après l’occupation d’un immeuble par des militants d’extrême droite. Le mouvement compte aujourd’hui plusieurs centaines de membres qui manifestent régulièrement contre l’Union européenne ou l’immigration.

Il s’agit d’un événement très grave et sans aucune justification, a déclaré le maire de Florence Dario Nardella.

C’est le troisième attentat dont est victime cette librairie dont l’unique faute est d’être proche de Casa Pound, a assuré de son côté le chef de cette organisation, Gianluca Iannone.

Romandie.com avec(©AFP / 01 janvier 2017 16h34)      

Le dernier visage du bébé à la face du monde

août 21, 2013

Sans vie, mon beau bébé innocent est mort,
Par l’utilisation des armes chimiques à tort
Quand des bras tremblaient de tous bords,
Le montrant à la face du monde qui dort.

Pauvre bébé, aux yeux définitivement fermés,
Espoir d’une nation violemment endeuillée,
Par la folie meurtrière d’une dictature ensanglantée,
Insensible de sa population sauvagement traumatisée.

Bébé, gouvernants dans votre famille vous avez été,
Dans cette Syrie aujourd’hui mortellement éclatée,
Qui gouverne sur des déracinés et cadavres mutilés
Drapés de tissu blanc comme des colis à expédier.

Bernard NKOUNKOU

Du poisson pour cacher de la cocaïne

février 14, 2012

http://platform.twitter.com/widgets/hub.1326407570.htmlEn moins de deux mois, les douanes d’Orly ont saisi dix kilos de poudre conditionnée d’une étrange façon…

Purée de morue, blocs de poissons congelés, morceaux de harengs… «En ce moment, on fait dans la poissonnerie», sourit Alain Fillion, le directeur des services douaniers d’Orly. Selon nos informations, depuis le 24 décembre, les agents de l’aéroport du sud de l’Ile-de-France ont saisi pas moins de dix kilos de cocaïne conditionnée dans des mets à base de poisson.

La dernière saisie remonte au 7 février dernier. Lors d’un contrôle à l’atterrissage d’un vol en provenance de Cayenne (Guyane française), les douaniers découvrent des poissons frais dans la glacière d’un passager. Après un passage aux rayons X, ils aperçoivent des taches noires dans les denrées, où près de deux kilos de cocaïne sont cachés dans 72 ovules noirs.

Les saisies augmentent, les quantités baissent

Une semaine plus tôt, le 30 janvier, un colis du fret avait attiré l’attention des agents. En provenance de Fort-de-France (Martinique), le paquetage contenait des produits locaux, des briques de jus d’orange, des piments et… une boîte de purée de morue! A l’intérieur, deux paquets de 2,182 kg de poudre blanche. Le 30 décembre, 1,181kg de cocaïne avait été intercepté dans un colis Chronopost. «Des gros ovules de 266 à 329g étaient répartis dans des bocaux de souskay, un mets traditionnel martiniquais à base de morue ou de hareng aux épices et aux légumes», détaille Alain Fillion. Enfin, le soir de Noël, le 24 décembre, des blocs de poisson congelés avaient été saisis dans les bagages de deux voyageurs en provenance de Fort-de-France. 5,412kg de cocaïne s’y trouvaient, enveloppés dans des adhésifs de couleur marron.

En tout, 10,78kg de cocaïne ont ainsi été interceptés en moins de deux mois. Sans doute, les trafiquants pensaient échapper aux flairs affutés des chiens douaniers en conditionnant leur drogue dans des aliments aux odeurs très prononcées. «Ils doivent pensent que ça éloigne les chiens. Mais ça ne les gêne en aucun cas», précise Alain Fillion.

Ces dernières années, les trafiquants tentent en toute discrétion d’acheminer la drogue par petites quantités. En effet, à Orly, le nombre de saisies de cocaïne augmente tandis que les quantités baissent. En 2007, la quantité moyenne par saisie était de 4,5kg. L’année dernière, elle était d’environ 850 grammes.

 20minutes.fr par William Molinié