Posts Tagged ‘commission mixte’

Le président ivoirien entame une visite de trois jours au Congo

juin 7, 2013
Le président ivoirien entame une visite de trois jours au Congo Le président ivoirien entame une visite de trois jours au Congo © AFP

Le président ivoirien Alassane Ouattara est arrivé vendredi à Brazzaville pour sa première visite au Congo qui doit se terminer dimanche.

L’avion du président Ouattara a atterri en fin de journée à l’aéroport de Maya-Maya où il a été accueilli par son homologue congolais Denis Sassou Nguesso avec qui il a eu un entretien en tête à tête au palais du peuple. Un dîner devrait suivre, selon le programme officiel.

Samedi en matinée, Alassane Ouattara doit rencontrer la communauté ivoirienne estimée à un millier de personnes qui se consacrent pour la plupart au commerce.

Puis il se rendra à Pointe-Noire (sud), capitale économique, pour visiter le port maritime, considéré comme la porte d’entrée des marchandises destinées à certains pays enclavés de la sous-région, comme la République centrafricaine.

Au large de Pointe-Noire, M. Ouattara visitera également la plate-forme pétrolière de Nkossa. Opérationnelle depuis 1996, elle est gérée par le groupe français Total, premier opérateur dans le secteur au Congo.

Dimanche, avant de regagner son pays, le dirigeant ivoirien animera une conférence de presse conjointe avec le président Sassou Nguesso à l’aéroport Agostino Neto de Pointe-Noire.

Le Congo et la Côte d’Ivoire ont noué des relations de coopération peu après leurs indépendances en 1960. Ils sont liés par une commission mixte établie en 1975.

Jeuneafrique.com

La Centrafrique lance un mandat d’arrêt international contre François Bozizé

mai 31, 2013
La Centrafrique lance un mandat d'arrêt international contre François Bozizé La Centrafrique lance un mandat d’arrêt international contre François Bozizé © AFP

La République centrafricaine a lancé un mandat d’arrêt international contre le président déchu François Bozizé, renversé en mars, pour crimes contre l’humanité et incitation au génocide notamment, a annoncé vendredi le procureur de Bangui Alain Tolmo.

« Depuis le 29 mai 2013, un mandat d’arrêt international a été émis contre le principal auteur François Bozizé », a annoncé le procureur, soulignant que parmi les chefs d’accusation figurent notamment « des crimes relevant du statut de la Cour pénale internationale (CPI), entre autres: crimes contre l’humanité et incitation au génocide ».

Selon M. Tolmo, l’ancien président, est également accusé « d’assassinats, au nombre de 22 actuellement; des arrestations, séquestrations et détentions arbitraires au nombre de 53; destruction et incendie des maisons d’habitation au nombre de 3823 pour le moment; des exécutions sommaires qui se chiffrent à 119 ».

« Depuis le 2 mai 2013 sur la base des informations factuelles, détaillées, précises, contenues dans les prescriptions écrites du ministre de la justice, des instructions ont été transmises au parquet général, pour ordonner l’ouverture d’une enquête contre M. François Bozizé Yangouvonda et autres, pour des faits ou du moins pour des chefs d’accusation multiples et lamentablement graves », a précisé le magistrat.

« D’autres mandats d’arrêt internationaux sont en cours d’émission », a-t-il ajouté sans plus de précisions.

Une Commission mixte d’enquête mise en place par les autorités de Bangui a rencontré jeudi le ministre centrafricain de la justice Arsène Sendé et va enquêter sur les violations des droits humains et autres crimes commis pendant le règne de François Bozizé, et après la prise du pouvoir par la coalition rebelle Séléka le 24 mars dernier, a appris l’AFP vendredi de source judicaire.

Jeuneafrique.com avec AFP

Litige frontalier: des militaires guinéens occupent un village ivoirien

février 18, 2013
 
Coopération
© Présidence par Aristide
Coopération sous-régionale: le Président Ouattara a pris part au 21ème Sommet de la Mano River Union
Vendredi 15 juin 2012. Conakry (Guinée). A l`invitation de son homologue guinée, SEM Alpha Condé, le chef de l`Etat, SEM Alassane Ouattara participe aux côtés de ses pairs de la sous-région, au 21ème Sommet de la Mano River Union

ABIDJAN – Des militaires guinéens occupent depuis plusieurs jours un village ivoirien à la frontière entre les deux pays, à la suite d’un litige territorial remontant à leur indépendance il y a plus de 50 ans, a-t-on appris de sources sécuritaires ivoiriennes.

Le village de Kpéaba, proche de la ville ivoirienne de Sipilou (à une quinzaine de km de la frontière) est occupé par « une cinquantaine de soldats guinéens armés de kalachnikov », a déclaré à l’AFP un militaire des Forces républicaines (FRCI, armée ivoirienne) affecté dans la zone et joint par téléphone depuis Abidjan.

« Ils ont retiré le drapeau ivoirien pour hisser celui de la Guinée », a-t-il raconté.
« La situation est tendue, un contingent des FRCI est stationné à sept kilomètres » de Kpéaba, a-t-il ajouté.
« L’incursion et l’occupation datent de début février », a affirmé un élément de la gendarmerie ivoirienne depuis Sipilou. Selon lui, les militaires guinéens « ont destitué samedi dernier le chef du village pour installer un chef venu de la Guinée ».

Le litige concernant ce village frontalier « remonte à l’indépendance des deux pays », a-t-il expliqué.

Ex-colonies françaises, la Guinée a acquis son indépendance en 1958 et la Côte d’Ivoire en 1960.
« Il faut une commission mixte ivoiro-guinéenne pour régler ce litige » et « délimiter définitivement cette partie de la frontière », a conclu le gendarme.

L’Ouest ivoirien, frontalier de la Guinée et du Liberia, est la région la plus instable du pays. Meurtrie durant la crise postélectorale de 2010-2011 ayant fait quelque 3.000 morts, elle a connu depuis lors une série d’attaques, parfois sanglantes, de groupes armés.

AFP

La république du Congo et le Rwanda examinent leur coopération

juillet 31, 2012

 

Les experts congolais et rwandais se sont réunis le 31 juillet à Brazzaville pour examiner les axes prioritaires de la coopération et préparer les dossiers de la prochaine commission mixte qui se tiendra cette année en terre congolaise.

La république du Congo et le Rwanda examinent leur coopération
Au cours de cette rencontre, les deux parties devraient également plancher sur la mise en œuvre de leurs accords de coopération, en vue de renforcer leurs liens. L’année dernière, les deux parties se sont retrouvées à Kigali (Rwanda) dans le cadre de leur deuxième commission mixte de coopération.

Les domaines d’activités tels, le transport, le commerce, le tourisme, l’environnement, l’habitat et la sécurité sociale figurent parmi les axes prioritaires de la coopération entre le Congo et le Rwanda.

Le chef de la délégation congolaise, le secrétaire général du ministère des affaires étrangères et de la coopération, Syprien Sylvestre Mamina, a indiqué que cette réunion permettait aux deux côtés de revoir leur coopération.

«Il nous donne aussi à cette occasion la possibilité de faire le point sur les procédures de ratification des accords signés, entre le Congo et le Rwanda, dans les domaines du commerce et du transport aérien et d’envisager la possibilité de poursuivre les consultations et les négociations, en vue de la finalisation des accords en examen par l’une et l’autre partie», a-t-il dit.

Ces assises devraient aussi donner l’occasion aux experts de procéder à la mise en place d’un comité de suivi et d’évaluation de la coopération entre le Congo et le Rwanda. La délégation rwandaise a été conduite à cette réunion par la secrétaire permanente du ministère des affaires étrangères, Mary Baine.

Le Congo et le Rwanda ont établi leurs relations diplomatiques en 1982 et sont liés par des accords comme l’accord général de coopération ; l’accord commercial ; l’accord relatif au transport ; les mémorandums d’entente sur la coopération dans les domaines de l’environnement et des ressources naturelles, du tourisme, de la coopération juridique et judiciaire ; les protocoles d’accord dans le domaine de la fonction publique et de coopération technique en matière de travail.

En matière de transport, une ligne aérienne relie les villes de Brazzaville et Kigali en version passagers. Les deux pays devraient aussi mettre en place une ligne cargo.

Le chef de l’Etat congolais Denis Sassou N’Guesso a effectué en 2011, une visite d’Etat à Kigali où il avait eu, avec son homologue rwandais Paul Kagamé, des entretiens fructueux.