Posts Tagged ‘Comportement’

Au soir inéluctable de ta mort

novembre 10, 2017

 

 

Au soir édité et inévitable de ta mort

Tu revois l’orgueil de tes actes à tort

Où tes victimes festoient dans la joie

Ton arrivée de macchabée sans merci

 

Seul et triste dans la profusion de tes pensées

Personne ne t’approche comme un vilain pestiféré

Quand les images macabres de tes crimes à la pelle

Défilent devant ton écran à coup de manivelle

 

Lorsque la peur brutalement change de camp

Tes amis d’orchestre du malheur quittent les rangs

Ne sachant pas qui demain va évidemment te suivre

Dans ce mauvais comportement galonné de pieuvre

 

Bernard NKOUNKOU

Congo : Entre usurpation de titre, comportant déviant, nomination de préfets et crise économique

février 4, 2017

 

Un faux médecin abusait des femmes au C.h.u de Brazzaville

 

La nouvelle s’est répandue comme une traînée de poudre au C.h.u (Centre hospitalier et université) de Brazzaville. Un jeune homme de 21 ans, se faisant passer pour le docteur Christ Ngouloubi exerçant dans le plus grand centre sanitaire de la capitale, dérobait les blouses des médecins et des dossiers des malades et savait jouer de la vulnérabilité des jeunes demoiselles. Il abusait d’elles, ensuite, sans susciter le moindre soupçon de la part des usagers et des agents du C.h.u. Il entraînait ses «proies» dans une des salles de consultation où tout se passait. C’est là que des gens ont fini par découvrir le pot aux roses, la nuit du lundi 30 à mardi 31 janvier 2017. Vérification faite, on a découvert son vrai nom et il serait étudiant de Troisième année de droit à l’Université Marien Ngouabi. Il a été remis entre les mains de la police judiciaire.  Il semblerait qu’il y aurait d’autres faux médecins opérant tranquillement au C.h.u où ils escroquent facilement de l’argent aux parents des malades, prétendant leur rendre service. Mais, la direction générale du C.h.u est déterminée à mettre de l’ordre dans son enceinte, pour ne plus tomber dans ce genre de situation.

Des chanvreurs cueillis comme des mouches à la Glacière!

Le contrebas du périmètre de la Présidence de la République, du côté de la Glacière, à Bacongo, le deuxième arrondissement de Brazzaville, était souvent pollué par l’odeur du chanvre indien. Des bandits, civils et, parfois, agents de la Force publique, insouciants, l’avaient transformé en fumoir. Ils se plaisaient dans ce «paradis» qu’ils écumaient, en s’adonnant à leur sport favori. Ils agressaient, par ailleurs, les passants, rackettant certains, qui se voyaient dépouiller de leurs biens. Des éléments de la Garde républicaine ont lancé un assaut contre ce «paradis», il y a quelques jours. Résultat: ils ont mis la main sur les fumeurs de chanvre qui s’y trouvaient déjà et tendu un guet-apens à ceux qui devaient rejoindre le lieu. Ceux-ci étaient cueillis comme des mouches, les uns après les autres. Tous ont été remis à la police, qui les a placés en garde-à-vue dans un commissariat. Un joli coup de filet qui permet de rétablir la sécurité dans cette zone.

De nouveaux préfets pour les départements du Pool, de la Bouenza et la Lékoumou

Suivant un décret signé par le Président de la République et publié le 24 janvier 2017, trois nouveaux préfets de départements et quatre secrétaires généraux d’arrondissements ont été nommés. Il s’agit du colonel Jules Monkala-Tchoumou, préfet de la Bouenza (en remplacement de Célestin Tombet-Kendé), du colonel Georges Kilébé, préfet du Pool, en remplacement de Michel Sangha qui est muté comme préfet dans la Lékoumou où il remplace André Ovu. Quant aux secrétaires généraux d’arrondissements, il s’agit de: Mme Emma Henriette Berthe Bassinga, née Nganzabi, dans le premier arrondissement de Dolisie; Fidèle Lucien Saya, dans le deuxième arrondissement de Dolisie, Jean-Louis Jacob Bienné Lecomte, dans le premier arrondissement de Nkayi et de Mme Flore Nadège Andziou, dans le premier arrondissement de Ouesso.

La crise provoque la perte de nombreux emplois, comme à la Cfao Pointe-Noire

On ne le dira jamais assez, la crise économique que traverse le pays depuis la chute du prix du baril de pétrole il y a deux ans, a des effets néfastes dans les entreprises. Celles-ci sont obligées de réduire leurs activités, diminuer les salaires ou en tout cas, procéder à des licenciements temporaires ou même définitifs. A la Cfao Pointe-Noire, une dizaine de travailleurs ont été licenciés au cours du mois de janvier dernier. Seulement, ces travailleurs contestent la manière dont ils ont été remerciés et l’insuffisance de leurs droits. Le collectif des travailleurs licenciés de la société Cfao Pointe-Noire a saisi, par courrier du 24 janvier 2017, la direction départementale du travail à Pointe-Noire, pour protester. Pour ce collectif, la direction générale de la Cfao n’a pas respecté l’arrêté n°170 portant composition et fonctionnement de la commission des litiges. Car leur délégué n’était pas autorisé à siéger à cette commission, quand la décision de les licencier a été prise. Il demande que «justice soit faite».

 

Avec Lasemaineafricaine.net

US Open 2011: Serena Williams, le verdict est tombé…étrangement clément

septembre 14, 2011

Réactualisation : Suite à son comportement outrancier et ses menaces envers l’arbitre de chaise, la sanction est tombée pour Serena Williams. Celle-ci est très clémente puisque la joueuse américaine finaliste de l’US Open 2011 a été condamnée à une simple amende de… 2000 dollars alors qu’elle risquait une intediction pure et simple de disputer un tournoi du Grand Chelem. Serena Williams, qui était en période probatoire suite à son affaire -identique- de 2009 n’aurait pas proféré des propos constituant « une insulte majeure » au regard du code de conduite des tournois du Grand Chelem, selon sa Fédération. Une décision étrange, qui laissa John McEnroe, habitué des dérapages verbaux, avoir cette réflexion : « J’aimerais être joueur aujourd’hui : ça paie mieux et les amendes sont moins élevées… »

Le 12 septembre à 20h02 :Serena Williams aurait pu écrire une belle page de l’histoire du tennis. Tous les ingrédients étaient réunis pour faire de ce dimanche 11 septembre 2011 un jour historique pour Serena Williams.

Le contexte d’abord, avec la commémoration des attentats du 11 septembre 2001, la présence de nombreuses stars dans les gradins et un public entièrement acquis à la cause de la joueuse américaine… L’enjeu sportif également. La championne de 29 ans, 13 tournois du Grand Chelem à son actif, semblait retrouver un niveau de jeu égal à celui qui lui avait permis d’occuper la première place du classement mondial durant de nombreuses années. Car ces derniers mois, Serena Williams a connu de nombreuses blessures et contre-performances qui l’ont faites tomber à la 27e place du classement ATP.

L’occasion était belle pour Serena de renouer avec le succès face à Samantha Stosur en finale de l’US Open 2011. Mais un petit grain de sable est venu enrayer toute cette belle mécanique qui devait accoucher d’un magnifique moment plein d’émotions.

Alors que Serena ne parvenait pas à trouver la faille dans la défense de l’Australienne, numéro 10 mondiale, la joueuse américaine a connu un raté peu commun… Après avoir perdu le premier set 6-2 – seul set concédé à l’adversaire depuis le début du tournoi – Serena est au service à 0-0 dans le second set. Après un magistral coup droit, la joueuse s’encourage d’un terrible « Come On ! ». Problème : la balle n’avait pas encore rebondi de l’autre côté. L’arbitre Eva Asderacki a donc logiquement attribué le point à Samantha Stosur, entraînant le break en défaveur de Serena Williams. Cette dernière s’en est alors prise à l’arbitre de manière très virulente : « N’est-ce pas vous qui m’avez baisée la dernière fois ? Ce n’est pas cool. » L’altercation aurait pu s’arrêter là, mais après avoir débreaké, la cadette des soeurs Williams a continué à invectiver l’arbitre lors de la pause : « Vous êtes une loseuse… Ne me regardez pas… Si je vous vois dans le couloir, passez votre chemin… Un avertissement pour exprimer mon opinion ? Nous sommes en Amérique… Vous êtes une ordure… Quelle nulle… » Les versions divergent quant à la teneur exacte des termes employés par Serena Williams, qui pourraient être moins édulcorés, mais ceux-ci pourraient bien lui coûter cher.

Malgré ses explicatons en fin de match, « je ne me rappelle plus ce que j’ai dit. C’était intense sur le court, j’étais intense et j’ai tout donné, je ne me souviens pas à quoi je faisais référence (…) Je verrai ça sur Youtube », Serena Williams risque gros puisqu’elle était en période probatoire après avoir perdu sa demi-finale de l’US Open 2009 sur un point de pénalité récolté pour avoir insulté une juge de ligne face à Kim Clijsters. Serena aurait ainsi prononcé des menaces de mort (qu’elle réfute) à l’encontre de la juge de ligne : « Si je pouvais, je prendrais cette balle, je te l’enfoncerais dans la gorge et je te tuerais. »

A l’époque, l’affaire avait fait grand bruit et la fédération internationale avait condamné la joueuse à une amende de 82 500 dollars, deux ans de sursis et une interdiction de participation à l’US Open en cas de récidive.

Une affaire à suivre donc pour l’Américaine qui pourrait purement et simplement être interdite de compétition…

PurePeople.com