Posts Tagged ‘Congolaise’

France : 3 mois après avoir mis à la porte son époux pour vivre des allocations, une congolaise meurt dans son sommeil

octobre 21, 2022

Un drame au sein de la diaspora congolaise de France avec le décès de Maguy T, mère de trois enfants et mère seule depuis trois mois. Elle a été retrouvée morte dans son lit par sa première fille. Il y a trois mois, elle avait sans motif apparent mis à la porte son époux et père de ses enfants pour vivre des allocations grâce à l’étiquette de mère seule. Avant de s’en aller, l’époux d’origine congolaise avait lancé : « Dieu voit tout et va te confondre pour avoir sacrifié ta vie de famille pour des allocations ! »

Maguy T, congolaise de Pointe-Noire et mère de trois enfants vivant à Noisy-Le-Sec en banlieue parisienne a été retrouvée morte dans son lit par sa fille qui voulait lui dire au revoir avant d’aller à l’école. Elle est morte dans son sommeil et la cause du décès est encore ignorée.

Elle est arrivée en France il y a plus de dix ans grâce à un regroupement de son époux et père de ses trois enfants qu’elle a fini par mettre à la porte pour vivre en mode mère seule. Sans motif apparent, selon ce que racontent leurs proches, elle aurait commencé à soupçonner son époux d’avoir des maîtresses et de ne plus s’occuper de sa famille au Congo.

Des disputes s’enchaînaient entre le couple à l’étonnement des enfants qui reprochaient à leur mère sa paranoïa. Mais c’était juste des «raisons» pour mettre à la porte son époux et embrasser la vie de femme seule avec enfants à charge qui lui ouvrirait la voie des allocations familiales.

Le père des enfants qui vit actuellement chez un ami Camerounais à Pantin, se dit très choqué par cette mort et a regagné la maison familiale pour être aux côtés de ses enfants. amies de sa femme l’accusent d’être sorcier et auteur de sa mort en rappelons ses origines de Sibiti dans la Lekoumou.

Avec Sacer-infos par Stany Frank

Juvisy-sur-Orge: Jalouse, une congolaise poignarde son époux qui partait à Dakar pour la troisième fois en une année

septembre 12, 2022
 Juvisy-sur-Orge :Jalouse, une congolaise poignarde son époux qui partait à Dakar pour la troisième fois en une année

Une congolaise de 38 ans est placée en détention pour tentative d’homicide sur son époux qui est interné dans un centre hospitalier. L’homme a reçu plusieurs coups de couteau après une forte dispute avec son épouse. Elle n’était pas d’accord qu’il voyage pour la troisième fois en une année. Un problème de jalousie sur fond de suspicion d’infidélité.

Manuela T aurait selon son entourage, toutes les preuves de l’infidélité de son époux avec une autre fille vivant à Dakar au Sénégal. En ce qui va de l’an 2022, son époux s’y est rendu déjà deux fois et était sur le point de prendre encore un vol. Il justifiait ses voyages par la présence de ses deux neveux qu’il a scolarisés au Sénégal.

Mais pour la femme, c’était juste un mensonge, son époux en réalité a une maîtresse à Dakar d’origine gabonaise qu’il aurait connu sur les réseaux sociaux. Elle a poignardé son époux après une forte dispute quand ce dernier qui niait voyager pour Dakar a été confondu par la réservation de son vol en sa possession.

Manuela T qui a appelé les secours après son forfait a été placée en détention provisoire par le juge qui l’accuse de tentative d’homicide volontaire. Le couple a deux enfants et traversait une crise depuis des années selon leurs proches. Ils ne partageaient plus la même chambre depuis que l’infidélité de l’époux a été découverte par la femme.

Avec Le Congolais.fr

France : 12 ans ensemble, il apprend par des tiers que sa femme a construit deux maisons à Brazzaville

septembre 2, 2022
 France : 12 ans ensemble, il apprend par des tiers que sa femme a construit deux maisons à Brazzaville

C’est ce qu’on appelle un mariage de convenance et qui a pris de l’ampleur dans la diaspora congolaise de France. Les gens se mettent ensemble sans vraiment se faire confiance et chacun veille à ses propres intérêts et ceux de sa famille restée au pays. On comprend pourquoi les enfants issus de ce genre de couples finissent toujours dans les petits-boulots et ne vont pas loin dans les études. Après 12 ans de vie commune, un congolais a appris par la cousine de son épouse que cette dernière serait propriétaire de deux villas à Brazzaville alors que lui-même n’a rien au pays.

G A est dans tous ses états et ne comprend pas comment son épouse peut-elle être méchante à ce point! Lui qui se sacrifie tous les jours pour le bien-être de ses deux enfants et de son foyer se sent comme un idiot. L’une des cousines de son épouse lui a confirmé que cette dernière a bel et bien construit deux villas à Brazzaville mises en location.

En France, le couple joue les apparences dans les fêtes des congolais alors qu’au fond c’est la méfiance qui règne entre les deux. Dormir et se réveiller ensemble n’est plus synonyme de complicité et confiance, mais de convenance. Flore B, mère de deux enfants que GA a fait venir du Congo via le Maroc a montré ses griffes.

Quand GA a décidé de faire venir sa femme du pays, il s’attendait à autre chose que celle qu’il vient d’apprendre. Un autre déçu de la phrase « qui trouve une femme trouve le bonheur». Le congolais s’est toujours sacrifié pour son foyer et ne se faisait aucun soucis quand son épouse à un moment ne voulait même plus parler de son salaire. Surtout que Flore est une amoureuse de la Bible qu’elle ne cesse de lire chaque nuit et au réveil.

Encouragée par ses parents restés au pays, elle a d’abord acheté deux parcelles avant de se lancer dans les travaux sans en parler à son époux. Le couple prévoyait acheter un terrain commun pour y construire des appartements à louer.

Le Congolais a aussi appris avoir contribué indirectement à la construction de ses deux villas avec de l’argent qu’il envoyait à sa belle-famille croyant payer les frais sanitaires de sa belle mère toujours donnée malade. GA a fait asseoir ses deux enfants pour leurs expliquer les raisons de se demande de divorce avec leur maman. Pour lui, il n’était plus utile de vivre avec son propre ennemi.

Par Le Congolais.fr

France : un Blanc ouvre le feu sur sa femme congolaise qu’il a surpris dans son lit avec son amant congolais

juillet 2, 2022
 France : un Blanc ouvre le feu sur sa femme congolaise qu’il a surpris dans son lit avec son amant congolais

Il n’a pas supporté être cocufié dans sa propre maison et a fait recours de son arme contre son épouse et son amant. Un acte qui lui a conduit directement en prison accusé de tentative d’homicide. Âgé de 62 ans, un breton marié à une congolaise a ouvert le feu sur elle et son amant après les avoir surpris entrain d’avoir des rapports sexuels dans le lit conjugal.

A Brest au nord-ouest de la France, JM un homme de race blanche de 62 ans a été arrêté pour tentative d’homicide sur deux personnes. Il s’agit de son épouse et son amant qu’il a surpris entrain de le faire cocu dans sa propre maison. Les deux sont grièvement blessés et reçoivent des soins au centre hospitalier de la ville.

Le couple qui est marié depuis 12 ans traversait une période de crise et se parlait à peine selon les propos de l’épouse. L’homme soupçonnait d’infidélité son épouse Congolaise qui aurait d’abord eu une relation sentimentale avec un ami de son épouse.

Alors qu’il rentrait d’un déplacement à Rennes, JM a entendu des gémissements de son épouse depuis le salon. Et c’est quand il s’est rapproché de la porte de la chambre qu’il a réalisé réellement ce qui se passait. Sans se poser des questions, il est allé prendre son fusil de chasse et a ouvert le feu sur les deux adultères.

C’est lui-même qui a appelé la police et les secours. Il a été détenu dans son salon entrain de boire tranquillement un verre d’alcool. Sa femme et son amant blessés gravement aux jambes ont été conduits au centre hospitalier de la ville.

Avec Le congolais.fr

Congo-P/Noire : une Congolaise coupe le pénis d’un blanc lors d’une partouze sado-maso qui a mal tourné à Matombi

mars 16, 2022

L’accident est survenu lors d’une partouze dont la Congolaise était l’une des trois filles qui y participait. Dans une cabane naturelle construite près de la plage, six hommes et trois filles se sont décidés à se faire plaisir à travers une partouze sado – maso qui a conduit à la perte d’une partie du pénis d’un participant blanc suite aux morsures d’une fille Congolaise. Un accident sexuel que ce blanc n’oubliera jamais.

Invitée à participer à une partouze sado-maso par une amie à Matombi à quelques kilomètres de Pointe-Noire, une fille Congolaise de 23 ans a raté un peu le virage pendant la fellation en coupant le pénis d’un blanc. Il se dit que lors de cette partie de sexe, toute violence était permise et c’est la même violence qui a privé le participant blanc d’une partie de son pénis.

Ce genre de retrouvailles sexuelles deviennent de plus ne plus fréquentes dans la ville océane connue pour son libertinage sexuel. Des jeunes filles se voient proposer chaque week-end une participation rétribuée à des partouzes sexuelles et y adhèrent sans rebiffer au concept.

La fille Congolaise affirme avoir été contactée par une amie en échange de 50000 frs pour passer un week-end sexuel à Matombi avec des européens au cours duquel tout est permis. Une rencontre Sado-maso où les hommes exercent toute sorte de violence sur les filles et vice versa.

Selon un témoignage, l’un des blancs serait venu avec sa femme Camerounaise et se plaît à voir d’autres la violenter dans la pratique des rapports sexuels, tandis que la femme adore voir son époux subir une fellation par une autre fille. Des pervers qui se réunissent chaque week-end loin de Pointe-Noire.

C’est alors qu’elle faisait une fellation à l’un des blancs que la Congolaise sans doute emportée par le plaisir et l’envie de satisfaire le groupe est allée plus loin dans la violence sexuelle en mordant le pénis au point de le couper. Le pauvre blanc a pleuré avant d’être transporté d’urgence dans une clinique privée de Pointe-Noire où il a subi une intervention chirurgicale.

Avec Lecongolais.fr

France-Melun : son épouse Congolaise au nom de Nadège le trompe en pleine fête dans les toilettes

janvier 20, 2022

C’est l’une des conséquences des couples mixtes en France, la femme africaine est parfois tentée de chercher le plaisir sexuel chez un autre black. Mariée à un blanc comme c’était son rêve en arrivant en France, une Congolaise a été surprise entrain de s’envoyer en l’air avec un Congolais dans les toilettes d’une salle de fête à Melun.

Le pauvre blanc au nom de Frédéric n’en revenait pas et a promis de se suicider avant que d’autres Congolais ne le tranquillisent. Sa femme Congolaise lui a fait cocu avec un black dans un milieu Congolais! Quelle humiliation !

Il y a six ans que Frédéric est Nadège la congolaise se sont croisés dans la société où une agence d’intérim les avait envoyé travailler. La Congolaise qui rêvait toujours avoir un mari blanc n’a pas hésité à dire oui et trois jours après, elle était déjà dans le lit de Frédéric à Yerres.

Le couple qui a deux enfants se marient officiellement et on peut voir comment Nadège se vante de son blanc et ses enfants métis. Son rêve du Congo s’est réalisé en France. Mais très vite, parait-il la faiblesse sexuelle s’installe dans leur chambre et Nadège fait des virées chez des Blacks.

On apprend qu’avant de se faire surprendre avec ce Congolais à cette fête, elle est passée dans les mains d’un Camerounais et un Kinois. Mais quel est ce degré de pitainqui peut pousser une femme mariée à se faire enculer dans les toilettes d’une fête?

En pleurs, Frédéric s’est néanmoins tranquillisé en demandant à son épouse de rentrer ensemble à la maison. Bien que les Congolais aient conseillé à leur sœur Nadège de ne pas le suivre au risque de sa vie, elle était confiante. A en croire certains témoins, le blanc serait habitué à l’infidélité de son épouse et qu’une fois à la maison Nadège sait comment le maîtriser.

Avec Sa er-infos par Stany Frank

France: la Congolaise Irène se suicide par pendaison dans sa maison

octobre 12, 2021

Le Mée-sur-Seine en Seine et Marne, à quelques encablures de Melun la ville préfecture, une Congolaise s’est donné la mort par pendaison, vendredi après-midi. C’est son mari qui a fait la macabre découverte, en rentrant du travail.

La communauté congolaise du Mée-sur-Seine est en émoi, suite au décès vendredi après-midi, de Irène M, la cinquantaine entamée, mère de six enfants.

Quand il rentre du travail vers 15 heures, en ce vendredi 8 octobre, Nicaise M, est loin de se douter que son épouse vient de commettre l’irréparable. Vers 14 heures, elle l’a appelé, lui demandant d’acheter de la bière en rentrant. Il trouverait la clé sous le paillasson, car elle s’en va faire les cent pas.

Pourtant, quand il met la clé dans la serrure, Nicaise se rend compte que la porte n’est pas verrouillée. Une fois dans la maison, il s’aperçoit que la porte donnant sur le balcon est restée ouverte et l’air froid envahi la maison. En allant fermer la porte, il trouve son épouse pendue au moyen d’un foulard attaché sur la rambarde du balcon. Elle s’est laissée choir de tout son poids et la vie semble avoir déjà quitté le corps.

Nicaise appelle la police, les secours puis les voisins. Les secours rapidement arrivés sur le lieu ont tenté de réanimer Irène en vain. Le décès constaté et certifié par la police scientifique comme ayant été provoqué par pendaison, l’équipe funéraire a procédé à l’enlèvement du corps aux environs de 18 heures.

Ses amis ont sans trop de détails, expliqué le geste définitif d’Irène par la longue dépression dont elle souffrait depuis des années, conséquence de nombreux facteurs sous-jacents induisant une quasi-culpabilité voire une souffrance de laquelle elle tardait à se remettre.

Ses relents suicidaires étaient connus de tous. Il arrivait qu’elle se réveille de nuit pour rallier l’autoroute à pied, aux fins de se jeter sous un véhicule.

Mais Irène M, ne suivait aucun traitement ni accompagnement psychologique. Conforté par une conception bien congolaise du phénomène, son entourage arguait qu’elle avait des problèmes de famille et ses crises suicidaires étaient un envoutement. Cela l’avait amené à effectuer un voyage au Congo, afin de trouver auprès de ses parents, des solutions au problème par les pratiques du terroir. Hélas…

Avec Sacer-infos par lesechos-congobrazza.com

France : deux fois divorcée, une Congolaise épouse leur ancien taximan du pays

juin 26, 2021

Une déception amoureuse peut pousser une femme à embrasser parfois l’impossible. Une Congolaise, résidente en France depuis plus de 15 ans a porté le dernier choix de sa vie amoureuse sur leur ancien taximan au pays. Après deux divorces tumultueux, elle a cru bon trouver enfin le bonheur en Frédéric S, lui aussi installé en France et père de deux enfants. Le couple vit dans le 93 malgré les protestations de la famille de la femme.

Pour la famille et ses proches, c’est une relation contre nature dans laquelle elle s’est lancée ! Pourquoi avoir porté son choix sur l’ancien employé de ses parents au pays ? Une vie au rabais pour ses proches…Mais ne dit-on pas que le cœur a ses raisons que la raison ignore  et que l’amour est aveugle ?

Il y a quelques années au pays, dans sa jeunesse, Flore B voyait comment Frédéric S venait chaque matin prendre le taxi et le ramener chaque soir avec la recette qu’il remettait à ses parents. A l’époque, il était quasiment impossible que Flore B s’imagine dans les bras de leur chauffeur. Mais on France, tout le monde est égal.

Alors que que Flore B est envoyé en France par ses parents poursuivre ses études, Frédéric S lui rejoindra Paris grâce aux économies sur le salaire du Taxi des parents de Flore B.

La rencontre fortuite a eu lieu au Château Rouge où les deux faisaient leurs courses. Dans leurs échanges, ils se sont rendu compte avoir les deux, échoué en amour. Une relation amoureuse va naître de ces retrouvailles. Flore B justifie son choix sur la sincérité de Frédéric S qu’elle connaît du reste depuis son enfance.

« J’ai connu deux hommes totalement malhonnêtes et méchants qui m’ont utilisé, Frédéric m’a vu grandir et je ne suis pas sûre qu’il me fasse du mal. Il connaît toute ma famille et la famille le connaît aussi..» ne cesse de répéter Flore aux douteux.

Avec Sacer-infos par Stany Frank

Sénégal: Assassinat de Mollet Lotaly, étudiante congolaise inscrite en Master1 à l’ESP de Dakar

mai 20, 2021

Mollet Lotaly, étudiante congolaise inscrite en Master1 à l’ESP de Dakar, a été froidement tuée dans la nuit du 19 mais à Grand Yoff.

Photo de BrazzaNews.

Mollet Lotaly, étudiante congolaise inscrit en Master1 à l’ESP de Dakar, a été froidement tuée dans la nuit du 19 mais à Grand Yoff. Le crime commis devant son immeuble, la jeune dame rentrait de son travail, lorsque ses agresseurs l’ont pris pour cible. Elle a été assenée d’une bouteille en verre au cou, qui a causé une hémorragie.

Baignant dans son sang, elle a agonisé pendant de longues minutes, en attente d’une ambulance pour la secourir. Mollet Lotaly n’a pas survécu à ses blessures, l’ambulance est arrivée trop tard. Une nouvelle accablante pour la communauté des étudiants congolais vivant au Sénégal, pour les proches et la famille de l’étudiante assassinée.

Les étudiants congolais du Sénégal dénoncent l’insécurité dans les quartiers de Dakar. Joint au téléphone ce matin, les responsables de l’association des congolais vivant au Sénégal lancent un appel aux autorités sénégalaises sur les actes criminels que subissent la plupart des étrangers à Dakar, vol par effraction, agressions meurtrière, et d’autres discriminations.

Avec Brazzanews

Paris : Arrivée du Congo, une maman détourne le mari blanc de sa propre fille l’ayant fait venir

février 19, 2021

Visiblement en Europe, on ne sait plus d’où peut surgir le danger ! Une maman Congolais fraîchement arrivée du pays n’a pas eu de remord à détourner le mari blanc de sa propre fille qui l’a fait venir en plus. Boucharde, elle accuse même sa fille de s’être mis en couple avec un vieux blanc au lieu de se trouver un jeune de son âge. Le vieux blanc ne jure que par son ex belle-mère devenue son grand amour et ne veut plus rien savoir de sa fille. Une main noire qui divise la famille restée au pays.

Quand elle a pris la décision de faire venir sa maman en France, Régine M ne s’est jamais imaginé qu’elle pouvait devenir son cauchemar. C’est l’amour d’une fille pour sa mère veuve vivant dans un pays de merde qui l’a plus guidé. En complicité avec son époux français, elle a entrepris les démarches administratives ayant permis à sa maman d’obtenir un visa long séjour au consulat de France au Congo.

Des années plus tôt, alors qu’elle était encore étudiante à Dakar au Sénégal, Régine M a fait la connaissance de Xavier L, un quinquagénaire à l’époque en poste comme consultant. C’est d’ailleurs lui qui a pris la relève dans le financement des études de Régine. Le couple va s’installer deux ans plus tard dans la région parisienne ( Val d’Oise )

Âgée de 27 ans aujourd’hui, Régine en avait 22 quand elle a connu Xavier qui est âgé actuellement de 62 ans. Après avoir fait venir son jeune frère, Régine l’a fait aussi avec sa maman après la mort de son père il y a deux ans.

Une fois arrivée en France et dans le pavillon de sa fille, la maman s’est vite rendu compte d’attirer son beau-fils blanc qui parait-il ne cessait de vanter son physique et sa beauté. Le tout s’est joué pendant les absences de sa fille. Le blanc se plaignait du manque d’attention de Régine et confiait leurs intimités à sa belle-mère. Des confessions qui se sont transformées en attirance et amour entre la belle-mère et le beau-fils.

Les deux amoureux ont caché leur relation pendant plus de six mois avant de la rendre public. Sans froid aux yeux, les deux ont fait asseoir Régine pour l’annoncer la mauvaise nouvelle à laquelle elle mettra du temps à réaliser. Xavier le blanc ne s’est pas gêné de dire se sentir beaucoup mieux avec la maman qui est de sa génération.

Traitée de sorcière par le reste de la famille, la maman de Régine a assumé son choix et a dit être heureuse avec Xavier. Au Congo, on lui a promis tous les malheurs du monde. Régine a demandé un congé à l’hôpital où elle travaille et s’est réfugiée à Rennes chez sa tante paternelle.

Avec Sacer-infos par Stany Frank