Posts Tagged ‘Conseil des droits de l’homme de l’ONU’

Abbas demande à l’ONU de placer la Palestine sous protection internationale

juillet 13, 2014

Ramallah (Territoires palestiniens) – Le président palestinien Mahmoud Abbas a demandé à l’ONU de placer l’État de Palestine sous la protection internationale des Nations unies à la suite de la détérioration de la situation dans la bande de Gaza, a annoncé dimanche l’OLP.

Le président Abbas a remis une lettre au coordinateur de l’ONU pour le processus de paix au Moyen-Orient, Robert Serry, adressée au secrétaire général Ban Ki-moon, afin de placer officiellement l’État de Palestine sous le régime de protection internationale de l’ONU, a précisé l’Organisation de libération de la Palestine (OLP).

M. Abbas réclame aussi la création immédiate d’une commission d’enquête, selon un communiqué.

La direction palestinienne est déterminée à prendre des mesures concrètes pour faire face à la situation horrible à Gaza, a souligné Hanane Achraoui, membre du comité exécutif de l’OLP, dans ce texte.

Le président Abbas a déjà demandé à la Suisse, dépositaire de la 4ème Convention de Genève sur la protection des civils en temps de guerre, de réunir les parties contractantes à cette convention de 1949 afin de leur demander de sanctionner Israël en tant que puissance occupante et donc responsable de la sécurité des civils.

Leur accession au rang d’État non membre à l’ONU a déjà permis aux Palestiniens de signer plusieurs conventions internationales, dont les Conventions de Genève. Ils se réservent le droit de poursuivre leur adhésion à d’autres conventions et traités internationaux.

Parmi les obligations de la puissance occupante, spécifiées dans l’article 49 de la Convention, figurent l’interdiction des transferts forcés et des déportations de masse ou individuelles, celle de la destruction des biens mobiliers ou immobiliers, sauf si celle-ci est rendue absolument nécessaire par les opérations militaires et celle de la modification du statut des fonctionnaires ou des magistrats.

Par ailleurs, les Palestiniens ont l’intention de saisir de ce dossier les ministres des Affaires étrangères de la Ligue arabe, qui doivent se rencontrer lundi au Caire.

Enfin, la direction palestinienne compte demander une réunion d’urgence du Conseil des droits de l’Homme de l’ONU à Genève à propos de la dégradation des conditions à Gaza et des violations par Israël du droit international et de la législation humanitaire internationale.

Romandie.com avec(©AFP / 13 juillet 2014 17h22)

ONU: Chine, Russie, Arabie saoudite et Cuba au Conseil des droits de l’homme

novembre 12, 2013

NEW YORK – La Chine, la Russie, l’Arabie saoudite et Cuba ont été élus mardi pour siéger au Conseil des droits de l’homme de l’ONU, malgré les vives critiques de plusieurs organisations non-gouvernementales.

Quatorze des 47 sièges de cet organe des Nations unies basé à Genève étaient à pourvoir. Ses membres sont élus par l’assemblée générale de l’ONU.

La France et le Royaume-Uni y ont également regagné un siège. L’Afrique du Sud, le Vietnam, l’Algérie, le Maroc, la Namibie, les Maldives, la Macédoine et le Mexique ont également été élus mardi.

Les membres du Conseil sont élus pour un mandat de trois ans. Ils ne peuvent être réélus immédiatement après avoir siégé pendant deux mandats consécutifs, soit six ans.

Le Conseil, qui siégera à compter du 1er janvier, sera l’un des plus divisés depuis la création de cet organe en mars 2006. Son but, précise le site internet de l’ONU, est d’aborder des situations de violation des droits de l’homme et d’émettre des recommandations à leur encontre.

Avec le retour de la Chine, de la Russie, de l’Arabie saoudite et de Cuba, les défenseurs des droits de l’homme vont avoir du pain sur planche au Conseil l’an prochain, souligne Peggy Hicks, de Human Rights Watch. Les pays réellement attachés à faire avancer les droits de l’homme devront redoubler d’effort.

Depuis sa création, le Conseil a accueilli en son sein beaucoup de régimes répressifs. Il y a quelques années, personne n’aurait fait attention à cette élection, pointe Richard Gowan, directeur du Centre pour la coopération internationale de la New York University.

Mais le Conseil a été inhabituellement actif pendant le Printemps arabe et a adopté une série de résolutions condamnant le régime syrien, alors que le Conseil de sécurité était paralysé par la Russie et la Chine, relève-t-il, soulignant que ces deux pays, mais aussi Cuba et le Vietnam, pourraient utiliser leur siège au Conseil des droits de l’homme pour s’opposer à de nouvelles résolutions critiquant Bachar al-Assad. L’Arabie saoudite, en revanche, veut critiquer la Syrie plus durement encore, avance-t-il.

Aucun pays n’ayant de droit de veto dans cet organe des Nations unies, une majorité de pays peut aboutir à des résultats concrets à Genève, souligne de son côté Peggy Hicks. La Russie et la Chine ont opposé leur veto à trois reprises à des résolutions du Conseil de sécurité sur la Syrie.

Nous continuerons notre action pour que le Conseil des droits de l’homme s’investisse dans les crises internationales actuelles, notamment en Syrie, en Centrafrique ou à l’Est de la RDC, pour promouvoir et protéger tous les droits de l’homme et lutter contre l’impunité, a pour sa part réagi auprès de l’AFP l’ambassadeur français à l’ONU, Gérard Araud.

Romandie.com avec(©AFP / 12 novembre 2013 18h51)