Posts Tagged ‘Consultation’

Troquer son psy…contre une intelligence artificielle ?

juin 13, 2021

Aux États-Unis, certains préfèrent discuter avec une intelligence artificielle développée pour entendre leurs problèmes, explique Courrier international.

Aux Etats-Unis, la pandemie a mis en evidence un manque de personnel dans le domaine de la sante mentale.
Aux États-Unis, la pandémie a mis en évidence un manque de personnel dans le domaine de la santé mentale. © EMMA BUONCRISTIANI / MAXPPP / PHOTOPQR/LE BIEN PUBLIC/MAXPPP

Un thérapeute disponible instantanément, chaque jour, à toute heure du jour et de la nuit. Mais comprend-il seulement les problèmes de ceux qu’il écoute ? Aux États-Unis, l’algorithme Woebot a été développé pour aboutir à une application de chatbot à des fins thérapeutiques, pour s’entretenir avec des patients. L’utilisation de l’intelligence artificielle dans ce cas précis est destinée, à l’origine, à permettre à ceux qui n’en auraient pas les moyens de pouvoir consulter en cas de problème. 

Mais, comme l’explique Courrier international, l’opération soulève de nombreux doutes exprimés notamment dans le New York Times. Des spécialistes s’interrogent de concert : « Mais le simple fait de se confier peut-il être assimilé à un suivi psychologique  ? Certes, un robot thérapeute a l’avantage de pouvoir être appelé à toute heure du jour et de la nuit. Mais comprend-il vraiment vos problèmes  ? Quelques questions pointues et des exercices d’introspection peuvent-ils infléchir des schémas comportementaux bien installés ? Une démarche [de consultation] ne nécessite-t-elle pas des interactions humaines pour être efficace ? »

Un manque de thérapeutes aux États-Unis

De fait, la technologie répond ici à la demande. Les États-Unis ont traversé, pendant la pandémie, une véritable pénurie de professionnels de la santé mentale, beaucoup d’Amricains se tournant vers ce genre d’applications par nécessité, mais parfois aussi par choix. « Il n’était pas certain de vouloir dévoiler ses émotions devant une vraie personne, évoque un proche d’un jeune homme de 26 ans. Il ne voulait pas avoir à redouter un jugement, ni à contraindre son emploi du temps pour libérer un créneau pour un rendez-vous. »

Mais l’intelligence artificielle ayant encore ses limites, il n’est pas rare que Weobot se trahisse en apportant une réponse insensée ou étrangement formulée. Difficile, dans ces conditions, d’espérer une thérapie efficace. C’est pourquoi certains scientifiques voient en cette technologie un complément potentiellement précieux à une thérapie, notamment s’agissant des adolescents. Une première étape plus abordable, financièrement et émotionnellement, vers la prise de parole.

Par Le Point avec AFP

Bruxelles propose la fin du changement d’heure dans l’UE

août 31, 2018

Genval (Belgique) – La Commission européenne a annoncé vendredi qu’elle allait proposer de mettre un terme au changement d’heure saisonnier dans l’UE, à la suite d’une consultation publique ayant reçu cet été un nombre record de réponses.

« Des millions de personnes ont répondu et sont d’avis qu’à l’avenir, c’est l’heure d’été qui devrait être tout le temps la règle, et nous allons réaliser cela », a expliqué le président de l’exécutif européen, Jean-Claude Juncker, à la chaîne de télévision allemande ZDF.

Environ 4,6 millions de réponses, en provenance des 28 Etats membres, ont été enregistrées au cours de cette consultation publique, qui s’est tenue du 4 juillet au 16 août.

Selon des résultats préliminaires, 84% des répondants, qui se sont exprimés via un questionnaire en ligne, sont favorables à la fin du changement d’heure.

« Lorsque l’on consulte les citoyens sur quelque chose il convient aussi ensuite de faire ce qu’ils souhaitent », a insisté Jean-Claude Juncker vendredi dans son entretien avec la ZDF.

« Le message est très clair », a pour sa part estimé à Bruxelles la commissaire européenne chargée des Transports, Violetta Bulc.

« Nous allons maintenant agir en conséquence et préparer une proposition législative pour le Parlement européen et le Conseil (qui représente les Etats membres, ndlr), qui décideront ensuite ensemble », a-t-elle précisé.

Selon la Commission, les opposants au changement d’heure ont mis en avant des « considérations relatives aux impacts négatifs sur la santé, à l’augmentation du nombre d’accidents de la route ou au manque d’économies d’énergie ».

Effets négatifs

Le changement entre heure d’été et d’hiver, introduit en Europe à l’origine pour réaliser des économies d’énergie, suscite une controverse permanente depuis des années.

Plusieurs pays du nord de l’Europe – Lituanie, Finlande, Pologne et Suède – réclament l’abandon de ce système.

La consultation publique de la Commission fait notamment suite à une résolution adoptée en février par les députés européens, réclamant une « évaluation » détaillée du système de changement d’heure.

« De nombreuses études, si elles n’aboutissent pas à des conclusions définitives, ont indiqué l’existence d’effets négatifs sur la santé des êtres humains » de ces décalages d’une heure, avaient souligné les eurodéputés dans un communiqué.

« La directive actuelle, entrée en vigueur en 2001, fixe pour l’ensemble de l’UE une date et une heure harmonisées pour le début et la fin de la période de l’heure d’été, l’objectif étant d’aider le marché intérieur à fonctionner de façon efficace », rappellent-ils dans un communiqué.

Depuis 1996, tous les Européens avancent leur horloge d’une heure le dernier dimanche de mars et la reculent d’une heure le dernier dimanche d’octobre.

Les résultats de la consultation publique laissent apparaître que les Allemands sont particulièrement intéressés par le sujet, puisque 3,79% de leur population ont répondu au questionnaire.

Ils sont suivis par les Autrichiens (2,94%) et les Luxembourgeois (1,78%). Dans tous les autres pays, moins d’1% de la population s’est manifesté.

Romandie.com avec(©AFP / 31 août 2018 10h54)                                                        

Dialogue politique en RDC : Chut ! Joseph Kabila consulte

avril 3, 2017

Le président Joseph Kabila à Kindu, le 31 décembre 2016. © John Bompengo/AP/SIPA

Après l’échec des pourparlers directs entre la Majorité présidentielle (MP) et l’opposition, constaté le 27 mars par la médiation des évêques catholiques, place aux consultations informelles !

« Le chef de l’État, Joseph Kabila, a demandé à un petit noyau de ses collaborateurs, réunis autour d’Aubin Minaku, notre secrétaire général, de prendre contact avec le Rassemblement [principale plateforme de l’opposition] », a confirmé à Jeune Afrique Alain-André Atundu, porte-parole de la MP.

Objectif : « déblayer » la voie afin qu’un Premier ministre de la transition et un président du Conseil national de suivi de l’accord (CNSA) soient enfin choisis.

La faction dissidente du Rassemblement, conduite par Joseph Olenghankoy, a été reçue le 30 mars. « Cette délégation s’est aussi entretenue avec Saïd Djinnit, l’envoyé spécial de l’ONU pour la région des Grands Lacs », précise Raphaël Katebe Katoto, qui revendique le poste de chef du gouvernement (lequel, aux termes de l’accord de la Saint-Sylvestre, doit revenir au Rassemblement).

Félix Tshisekedi sur les rangs

L’émissaire onusien a rencontré le même jour Félix Tshisekedi, lui aussi sur les rangs. D’après nos informations, le président du Rassemblement ne verrait pas d’inconvénient à répondre aux consultations menées par Minaku. Une option pourtant déjà rejetée par Martin Fayulu (Dynamique de l’opposition) et Christophe Lutundula (G7), cadres de la plateforme politique. Des concertations ont commencé en interne pour accorder les violons.

Finalement, le président Kabila qui a promis de s’adresser dans un bref délai au peuple congolais, a annoncé dimanche 2 avril qu’il était disposé à recevoir lundi 3 et mardi 4 avril les « différents groupes de la classe politique et sociale » ayant pris part aux derniers pourparlers.

Jeuneafrique.com