Posts Tagged ‘Contacts’

Santé publique du Canada: appel de la Dre Theresa Tam à réduire les contacts

décembre 31, 2021

OTTAWA — L’Agence de la Santé publique du Canada demande instamment à tous les Canadiens de réduire le plus possible leurs contacts afin de ralentir la forte poussée du variant Omicron de la COVID-19.

© Fournis par La Presse Canadienne

Dans sa plus récente déclaration, l’administratrice en chef de la santé publique, la Dre Theresa Tam, signale qu’au cours de la plus récente période de sept jours, celle du 23 au 29 décembre, 25 332 nouveaux cas de COVID-19 ont été signalés en moyenne au pays, une augmentation de 141 % par rapport à la semaine précédente.   

La Dre Tam assure que la transmission communautaire du variant Omicron se poursuit dans de nombreuses régions du Canada et qu’il est en train de détrôner rapidement Delta comme variant dominant. À son avis, la situation locale peut très vite devenir incontrôlable et une vigilance accrue est nécessaire dans tout le Canada, maintenant et dans les semaines à venir.   

Les dernières données provinciales et territoriales montrent qu’en moyenne, 1892 personnes atteintes de la COVID-19 ont été traitées chaque jour dans des milieux hospitaliers du 23 au 29 décembre, une hausse de 23 % par rapport à la semaine précédente. Cela comprend notamment une moyenne de 476 personnes aux soins intensifs, une hausse de 3,7 % par rapport à la semaine précédente, et une moyenne de 22 décès signalés chaque jour, du 23 au 29 décembre.   

En date de mercredi dernier, les provinces et les territoires avaient administré plus de 67 millions de doses de vaccins contre la COVID-19. Le dernières données provinciales et territoriales indiquent que plus de 82 % de la population a reçu au moins une dose de vaccin et que plus de 76 % est entièrement vaccinée. De même, plus de 6,5 millions de personnes ont reçu une troisième dose de vaccin.   

Dans sa déclaration, Theresa Tam insiste aussi sur la nécessité pour les Canadiens de prendre soin de leur santé mentale. Elle rappelle qu’un grand nombre d’entre eux ont signalé des sentiments accrus de solitude et une dégradation de leur santé mentale au cours de la pandémie.   

La Dre Tam suggère notamment de communiquer avec un ami ou un membre de la famille pour parler des émotions difficiles. Elle signale que bien que les moyens virtuels de connexion ne remplacent pas le temps passé en personne avec les êtres chers, ils peuvent contribuer à réduire la solitude et à créer et renforcer des liens pendant cette période.

Avec La Presse Canadienne

États-Unis: Trump évoque des contacts directs « à très haut niveau » avec Pyongyang

avril 17, 2018

Photo d’archives de la rencontre le 5 novembre 2017 entre le président américain Donald Trump et le Premier ministre japonais Shinzo Abe près de Tokyo / © AFP/Archives / Jim WATSON

Donald Trump a évoqué mardi la tenue de discussions « à très haut niveau » avec Pyongyang à l’approche de sa rencontre avec le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un, saluant la réelle possibilité de « régler un problème mondial ».

Depuis sa luxueuse propriété de Mar-a-Lago, en Floride, où il a accueilli sous un soleil éclatant le Premier ministre japonais Shinzo Abe, le président américain a parlé de « cinq lieux » possibles pour ce tête-à-tête historique qui aura lieu début juin « si tout se passe bien ».

Abordant les préparatifs en cours, M. Trump a fait preuve d’un certain optimisme.

« Ils nous respectent. Nous les respectons. L’heure est venue de parler, de résoudre les problèmes », a-t-il lancé. « Il y a une véritable chance de résoudre un problème mondial. Ce n’est pas un problème pour les Etats-Unis, le Japon ou un autre pays, c’est un problème pour le monde », a-t-il martelé.

Interrogé peu après sur la possibilité que la rencontre ait lieu aux Etats-Unis, il a répondu « non », sans autres précisions.

Panmunjom, village situé dans la Zone démilitarisée qui divise la péninsule, fait partie des hypothèses régulièrement évoquées.

M. Trump a par ailleurs affirmé être résolument favorable aux discussions entre les deux Corées sur la nature de leurs liens, à dix jours d’un sommet entre Kim Jong Un et le président sud-coréen Moon Jae-in

« Ils ont ma bénédiction pour discuter de la fin de la guerre. Les gens ne réalisent pas que la guerre de Corée n’est pas terminée », a-t-il expliqué.

Le président américain a ainsi semblé confirmer que le sommet du 27 avril pourrait être l’occasion d’évoquer la rédaction d’un traité de paix pour remplacer l’armistice qui a mis fin aux hostilités sur la péninsule à l’issue de la guerre (1950-53).

Le locataire de la Maison Blanche a aussi remercié son homologue chinois Xi Jinping pour son rôle sur ce dossier, saluant en particulier sa « fermeté » sur la question des échanges de marchandise avec Pyongyang.

Insistant sur ses excellentes relations avec Shinzo Abe – « Nous nous parlons tout le temps » – M. Trump a promis à ce dernier d’aborder, lors des négociations avec Pyongyang, la question des ressortissants japonais enlevés par la Corée du Nord dans les années 1970 et 1980.

Cette question, très sensible sur l’archipel, est régulièrement mise en avant comme une priorité par le gouvernement japonais.

– Le « courage » de Trump –

A plusieurs reprises, M. Abe a loué la « détermination inébranlable » et le « courage » de M. Trump sur le dossier nord-coréen, louant une fermeté qui a abouti, selon ses termes, à « un changement majeur » dans l’attitude de Pyongyang.

Avec cette visite, Shinzo Abe, en difficulté dans son pays, tentera d’abord de se repositionner au coeur du jeu nord-coréen.

« Le Japon veut sa place à la table au lieu d’assister en spectateur à une série de rencontres de Kim avec les dirigeants chinois Xi Jinping, sud-coréen Moon Jae-in et américain Donald Trump », souligne Mireya Solis, de la Brookings Institution à Washington.

Les deux dirigeants devaient s’exprimer lors d’une conférence de presse commune mercredi soir, à l’issue de leur deuxième journée de discussions mercredi qui devrait débuter par une partie de golf.

Sur la question du commerce, le tête-à-tête pourrait cependant s’avérer plus délicat.

Après la décision de mettre en place des tarifs douaniers sur l’acier et l’aluminium, M. Trump a accepté des exemptions pour les principaux alliés des Etats-Unis… à l’exception du Japon.

Pour Abe, qui avait fait dès le début le pari d’une forme de complicité avec ce président atypique qu’il fut le premier à aller saluer dans la Trump Tower après son élection, la pilule est amère.

Il devrait s’employer à souligner la nécessité d’unité, de front commun Japon-Etats-Unis-UE pour contrer les pratiques jugées déloyales de Pékin.

Peu avant la rencontre, la Maison Blanche a par ailleurs jeté un froid sur la possibilité que les Etats-Unis rejoignent le nouvel accord de libre-échange transpacifique alors que M. Trump s’était retiré du traité initial (TPP) à son arrivée au pouvoir.

« Il y a des discussions mais rien de concret, il est beaucoup trop tôt pour se prononcer », a lancé Larry Kudlow, conseiller économique de M. Trump, réaffirmant la conviction de ce dernier que des « accords bilatéraux » étaient préférables à des accords multilatéraux.

Romandie.com avec(©AFP / 18 avril 2018 01h07)                

Attentats de Paris: les auteurs avaient des contacts au Royaume-Uni

décembre 5, 2015

Londres – L’organisateur présumé des attentats de Paris Abdelhamid Abaaoud avait des liens avec des personnes vivant au Royaume-Uni où l’un des auteurs des attaques parisiennes s’est rendu plus tôt cette année, révèle samedi la presse américaine et britannique.

Interrogés par l’AFP, le ministère britannique de l’Intérieur et Scotland Yard n’ont ni confirmé, ni infirmé ces informations.

Depuis les attaques à Paris, la direction du contre-terrorisme de la police métropolitaine travaille en étroite collaboration avec ses collègues en France, a précisé la police britannique, jugeant inapproprié de commenter l’enquête française.

Citant des responsables occidentaux sous couvert d’anonymat, le Wall Street Journal a écrit vendredi que plusieurs personnes soupçonnées d’avoir des liens avec Abdelhamid Abaaoud (…) sont basées au Royaume-Uni.

Ces personnes, dont certaines sont d’ascendance marocaine comme Abdelhamid Abaaoud sont basées dans la région de Birmingham, dans le centre de l’Angleterre, selon le quotidien américain.

Par ailleurs, au moins une personne liée aux attaques de Paris (130 morts et plus de 350 blessés) est présumée avoir voyagé au Royaume-Uni avant les attentats, selon la même source.

Le Guardian qui cite samedi des responsables du contre-terrorisme sous couvert d’anonymat, se veut plus précis en affirmant que c’est l’un des auteurs des attentats de Paris qui s’est rendu, plus tôt dans l’année, à Londres et Birmingham, sans être inquiété par les forces de l’ordre.

Dans les deux villes, il a rencontré des personnes soupçonnées d’avoir l’intention et les capacités de préparer ou de contribuer à des activités terroristes visant le Royaume-Uni, écrit le quotidien britannique, précisant que les individus rencontrés font l’objet d’une enquête du MI5, le service de renseignement intérieur, et des unités anti-terroristes de la police.

– ‘Cellules terroristes’ liées à Birmingham –

L’unité anti-terrorisme de la police des West Midlands travaille main dans la main avec ses collègues de l’anti-terrorisme à Londres (..) et les services de sécurité afin d’aider les enquêtes française et belge et bien sûr de traiter toute menace terroriste liée au Royaume-Uni, a réagi samedi dans un communiqué Marcus Beale, le chef adjoint de la police des West Midlands qui opère à Birmingham.

La menace pour le Royaume-Uni liée au terrorisme international demeure au niveau +grave+ ce qui signifie qu’une attaque est considérée comme hautement probable, a-t-il ajouté sans fournir de précisions.

La ville de Birmingham, la seconde du Royaume-Uni avec 1,2 million d’habitants dont un quart de musulmans, a déjà été citée dans des affaires d’extrémisme islamique.

Junaid Hussain, devenu recruteur du groupe Etat islamique via les réseaux sociaux et tué par une frappe de la coalition en Syrie en août, en était originaire.

Et plusieurs cellules terroristes islamiques d’origine nord-africaine sont liées à la ville et à sa région, affirme le quotidien américain.

A Paris, un homme de 25 ans doit être présenté samedi à un juge d’instruction, soupçonné d’avoir participé à la fourniture d’un logement à deux des auteurs des attentats parisiens durant leur brève cavale, dont Abdelhamid Abaaoud.

Selon une source judiciaire, Mohamed S. aurait mis en contact deux de ses connaissances: la cousine d’Abaaoud, Hasna Aïtboulahcen, et Jawad Bendaoud, qui a fourni contre rémunération l’appartement de Saint-Denis où le jihadiste et un complice non identifié ont trouvé refuge avant d’y mourir le 18 novembre, lors de l’assaut donné par la police. Aïtboulahcen avait aussi été tuée.

Bendaoud est pour l’heure le seul mis en examen dans le volet parisien de cette enquête franco-belge.

En Belgique, huit personnes ont été inculpées et écrouées, soupçonnées d’avoir apporté une aide aux auteurs des attentats de Paris, dont neuf sont morts. Un membre du commando, Salah Abdeslam, est en fuite, tout comme un de ses proches, Mohamed Abrini.

Deux autres hommes, contrôlés en Autriche avec Salah Abdeslam en septembre, sont recherchés. Ils n’ont pas été identifiés.

Romandie.com avec(©AFP / 05 décembre 2015 14h18)