Posts Tagged ‘Contrats’

Chine: Macron décroche des accords sur le nucléaire et le bœuf

janvier 9, 2018

Emmanuel Macron accueilli par le Premier ministre chinois Li Keqiang, pour une rencontre à Pékin, le 9 janvier 2018 / © POOL/AFP / ludovic MARIN

Emmanuel Macron, qui espère un rééquilibrage de la relation commerciale avec Pékin, a décroché mardi, au deuxième jour de sa visite en Chine, un accord providentiel pour Areva et annoncé une levée de l’embargo chinois sur la viande de bœuf.

En dehors des questions économiques, les deux pays sont également tombés d’accord sur l’ouverture d’un Centre Pompidou à Shanghai.

Après une visite de la Cité interdite, ancien palais des empereurs de Chine, le président français a été accueilli solennellement au colossal Palais du peuple bordant la place Tiananmen à Pékin, passant les troupes en revue aux côtés du président Xi Jinping.

A l’issue d’un entretien bilatéral, les deux chefs d’Etat ont assisté à la signature de plusieurs documents, dont un « mémorandum pour un accord commercial » sur la construction par Areva d’une usine de traitement des combustibles nucléaires usagés.

« Cela représente un montant de 10 milliards d’euros immédiats, cela sauvera la filière », s’est félicité dans la délégation le ministre de l’Économie Bruno Le Maire.

Cet accord est providentiel pour Areva, ancien fleuron du nucléaire civil en grande difficulté, qui négociait depuis 10 ans avec son partenaire chinois CNNC.

« Nous avons l’assurance du contrat avec une échéance: sa signature au printemps », a assuré M. Le Maire.

Toujours dans le nucléaire civil, le réacteur EPR, construit par EDF dans le sud de la Chine, devrait démarrer dans environ six mois, a fait savoir la présidence française. Ce serait le cas échéant le premier EPR opérationnel dans le monde, avant ceux en chantier à Flamanville (France) et en Finlande qui ont subi de nombreux retards et surcoûts.

– ‘Pillage’ –

Le président français comptait ramener au total à Paris une cinquantaine d’accords et de contrats. La France cherche à « rééquilibrer » ses relations commerciales avec la Chine, qui génère son plus gros déficit extérieur (30 milliards d’euros en 2016).

La Chine va complètement lever « dans les six mois » l’embargo sur la viande bovine française qu’elle imposait depuis 2001 à la suite de la crise de la vache folle, a annoncé M. Macron.

Paris espérait obtenir aussi un meilleur accès au marché chinois pour ses autres produits agricoles (viande porcine, volaille, vins et spiritueux) ainsi que pour ses banques, et conclure des ventes d’Airbus et de moteurs Safran.

Emmanuel Macron est accompagné par une cinquantaine de chefs d’entreprises dont les dirigeants d’Areva, Airbus, Safran et EDF.

En retour, Paris souhaite encourager les investissements chinois en France, mais Bruno Le Maire a confié qu’il refusait « beaucoup » de projets chinois. « On accepte des investissements sur le long terme et pas des investissements de pillage », a-t-il expliqué, en termes assez peu diplomatiques.

Emmanuel Macron a assisté à la signature d’un contrat avec le géant chinois de la vente en ligne JD.com, qui s’est engagé à vendre sur ses plateformes pour 2 milliards d’euros de produits français aux consommateurs chinois sur les deux prochaines années, tout en se disant prêt à s’implanter en France.

– Un Pompidou à Shanghai –

M. Macron, qui a salué lundi le gigantesque projet d’infrastructures des « Nouvelles routes de la Soie » lancé par M. Xi pour ancrer l’Europe à la Chine, a appelé la France à s’adapter au défi de la deuxième puissance économique mondiale.

« La Chine est en train de poursuivre sa stratégie de développement économique et, compte tenu de la taille de ce marché, cela a un impact sur toute la mondialisation. Le devoir de la France est de bien comprendre ces mouvements (…) Cela suppose une France forte: si la France ne sait pas s’adapter, elle sera effacée », a-t-il averti lors d’un discours à Pékin dans un incubateur d’entreprises.

En dehors des questions économiques, les deux pays sont tombés d’accord sur l’ouverture d’un Centre Pompidou à Shanghai.

Après une arrivée lundi à Xian (nord), Emmanuel Macron avait démarré mardi sa journée pékinoise par une visite de la Cité interdite avec son épouse Brigitte. Il a pu méditer une sentence écrite pour les empereurs: « Avec équité, gouverner à partir du centre ».

M. Macron quittera Pékin mercredi pour se rendre en Italie. Dans son premier discours, il a promis lundi de revenir « au moins une fois par an » en Chine pour « créer de la confiance pas à pas ».

Romanhdie.com avec(©AFP / 09 janvier 2018 16h33)

Hollande en Angola: les entreprises françaises signent plusieurs contrats

juillet 3, 2015

Luanda – La France et l’Angola ont signé vendredi à Luanda des contrats de plusieurs centaines de millions de dollars durant une visite d’Etat du président François Hollande à Luanda, partenaire militaire influent pour la stabilité en Afrique centrale.

Les deux chefs d’Etat, alliés dans les efforts de maintien de la paix en Centrafrique, ont également paraphé une lettre d’intention en vue d’un renforcement de la coopération militaire.

Il s’agit en particulier de la lutte contre la piraterie maritime et du maintien de la paix en Centrafrique et en République démocratique du Congo (RDC), selon la délégation française. Un message davantage politique que concret à ce stade.

Le président François Hollande, qui est arrivé jeudi soir en provenance du Bénin, est accompagné d’une cinquantaine de chefs d’entreprise.

Nous voulons être là justement dans cette période, au moment où c’est difficile, car la France a confiance dans l’avenir économique de l’Angola, a déclaré M. Hollande.

Depuis la fin de la guerre civile en 2002, l’Angola, deuxième producteur de pétrole d’Afrique, connaît un fort essor économique, avec une croissance moyenne de 6% entre 2008 et 2013. La chute du prix du pétrole depuis la fin 2014 provoque toutefois d’importantes difficultés.

Parmi les secteurs dans lesquels la France promeut ses entreprises, M. Hollande a cité notamment les transports, le tourisme, l’agroalimentaire, l’eau, les énergies renouvelables, et l’aménagement urbain.

Le groupe français hôtelier Accor a signé un contrat pour la gestion de 50 hôtels d’ici à 2017, avec la société angolaise AAA propriétaire de ces établissements, qui a connu des difficultés financières en 2013.

Total, déjà premier opérateur pétrolier du pays, a signé deux contrats avec la société pétrolière publique Sonangol, dans le secteur pétrolier et la distribution de lampes solaires. Aucun montant n’a été communiqué.

La compagnie aérienne Air France a annoncé une troisième liaison hebdomadaire Paris-Luanda.

Le groupe de BTP Eiffage s’est engagé sur la construction de 104 passerelles pour piétons, un contrat de près de 200 millions de dollars.

Météo France a de son côté signé avec son homologue angolaise un accord de modernisation sur sept ans dont la première phase représente 60 millions de dollars.

L’ensemble de ces contrats et lettres d’intention représentent quelques centaines de millions de dollars, selon la présidence française, mais n’atteignent pas le milliard avancé par l’Elysée avant le voyage.

Parallèlement, l’Agence française de développement (AFD) doit ouvrir un bureau à Luanda pour faciliter le financement des investissements français et l’obtention des visas d’affaire.

La France et l’Angola ont eu des relations qui n’ont pas toujours été simples mais depuis plusieurs années maintenant nous avons veillé à les renforcer, a rappelé M. Hollande à son arrivée.

Dans ce contexte, la signature de contrats permet à la France de soutenir la diversification de l’économie angolaise tout en resserrant des liens diplomatiques fortement mis à mal par l’affaire de ventes d’armes illicites de l’Angolagate en 1994.

Amorcée en 2008 avec la venue de Nicolas Sarkozy à Luanda, la réconciliation franco-angolaise n’a abouti qu’en 2014 avec la visite du président angolais à Paris, la première depuis 20 ans.

En mettant l’accent sur l’économie, le chef de l’Etat français devrait éviter d’aborder les sujets épineux dont le respect des principes démocratiques et des droits de l’Homme ainsi que la question de la corruption et des inégalités sociales.

Depuis la semaine dernière, 15 jeunes militants issus des mouvements de jeunesse qui demandent depuis 2011 le départ de M. dos Santos et des meilleures conditions de vie sont en détention accusés de rébellion et attentat contre le président de la République.

Indépendant depuis 1975, l’Angola est dirigé par José Eduardo dos Santos depuis 1979, soit presque 36 ans. Malgré la forte croissance, plus de la moitié des Angolais vivent encore avec moins de deux dollars par jour et l’Angola est l’un des pays du monde avec le plus fort de taux de mortalité infantile, avec 161 décès pour 1.000 naissances.

M. Hollande doit achever sa tournée africaine éclair entamée jeudi vendredi soir au Cameroun, où les questions de sécurité seront au premier plan, dans ce pays menacé par Boko Haram.

Romandie.com avec(©AFP / 03 juillet 2015 13h46)