Posts Tagged ‘contre-offensive’

Ukraine : les États-Unis tablent sur une contre-offensive ukrainienne au printemps

janvier 20, 2023

Le secrétaire américain à la Défense Lloyd Austin a estimé que les alliés peuvent faire « plus » pour aider l’Ukraine face à l’invasion russe.

Volodymyr Zelensky demande notamment aux pays occidentaux de fournir des chars et des missiles longue portee.
Volodymyr Zelensky demande notamment aux pays occidentaux de fournir des chars et des missiles longue portée.© Philippe de Poulpiquet / MAXPPP / PHOTOPQR/LE PARISIEN/MAXPPP

Les États-Unis s’attendent à une contre-offensive de l’Ukraine au printemps, a déclaré vendredi le secrétaire américain à la Défense Lloyd Austin, soulignant qu’il s’agissait pour les alliés d’aider Kiev à s’y préparer. « Nous avons ici une fenêtre d’opportunité entre maintenant et le printemps… dès qu’ils commencent leur opération, leur contre-offensive », a-t-il déclaré aux journalistes lors d’une réunion des alliés de l’Ukraine en Allemagne. « Ce n’est pas une longue période et nous devons réunir les bonnes capacités », a-t-il ajouté.

Interrogé sur l’allié allemand et son refus, à ce stade, de donner un feu vert à la livraison de tanks Leopard 2, Lloyd Austin a assuré que l’Allemagne est un « allié fiable » malgré ses réticences à livrer des tanks à l’Ukraine, mais « nous pouvons tous faire plus » pour aider Kiev. « Ils sont fiables et ils l’ont été pendant très longtemps et je crois sincèrement qu’ils continueront à être un allié fiable dans le futur », a répondu à la presse le secrétaire américain à la Défense.

L’armée russe « très difficile » à expulser

Il sera « très difficile » de déloger d’ici à la fin de l’année l’armée russe du territoire ukrainien, a affirmé le chef d’état-major américain, lors d’une conférence de presse sur la base américaine de Ramstein, en Allemagne. « D’un point de vue militaire, je maintiens encore qu’il sera très très difficile d’expulser les forces russes de toutes les zones d’Ukraine occupées », a déclaré le général Mark Milley, chef d’état-major américain, lors d’une réunion des alliés sur le soutien militaire à Kiev.

Par Le Point avec AFP

L’armée russe tente de se réorganiser pour repousser la contre-offensive ukrainienne

septembre 17, 2022
Un char de guerre roule sur une route dévastée.

Des vidéos circulant en ligne samedi ont montré que les forces ukrainiennes continuaient également de prendre des terres dans l’est assiégé du pays. Photo: AP/ Eveniy Maloletka

Les forces russes seraient en train de mettre en place une nouvelle ligne défensive dans le nord-est de l’Ukraine, samedi, tandis que les troupes de Kiev tentent de pousser leurs avancées plus loin vers l’est.

Le ministère britannique de la Défense a expliqué, lors d’une séance d’information quotidienne, que la nouvelle ligne russe se situe probablement entre la rivière Oskol et Svatove, à environ 150 kilomètres au sud-est de Kharkiv, la deuxième ville en importance d’Ukraine.

Cette nouvelle stratégie russe a été adoptée après qu’une contre-offensive ukrainienne eut réussi à transpercer la ligne de front précédente. Les forces ukrainiennes sont parvenues à reprendre plusieurs secteurs dans la région nord-est de Kharkiv, qui borde la Russie.

Moscou considère probablement que le maintien du contrôle de cette zone est important, puisque c’est à cet endroit que passe l’une des principales routes de ravitaillement que la Russie contrôle toujours, a souligné l’armée britannique.

Pendant ce temps, les forces ukrainiennes continuent de traverser la rivière Oskol et tentent de poursuivre la contre-offensive visant le territoire occupé par la Russie, selon l’Institut pour l’étude de la guerre basé à Washington.

L’Institut a mentionné dans son rapport de samedi que des images satellites indiquent que les forces ukrainiennes ont traversé la rive est de l’Oskol, à Koupiansk, pour y placer de l’artillerie. La rivière, qui coule du sud de la Russie vers l’Ukraine, était considérée comme une séparation naturelle dans les lignes de front depuis que l’Ukraine a lancé sa poussée, il y a environ une semaine.

« Les forces russes sont probablement trop affaiblies pour empêcher de nouvelles avancées ukrainiennes le long de l’ensemble de la rivière Oskol, si les forces ukrainiennes choisissent de reprendre les opérations offensives. »— Une citation de  Institut pour l’étude de la guerre basé à Washington

Des vidéos circulant en ligne samedi ont montré que les forces ukrainiennes continuaient également de prendre des terres dans l’est assiégé du pays.

Un homme se tient près d'un troupeau de vaches.

Ailleurs en Ukraine, les forces russes ont continué à pilonner des villes et des villages avec des frappes de missiles et des bombardements. Photo : Getty Images/Yevhen Titov

Les bombardements se poursuivent

Ailleurs en Ukraine, les forces russes ont continué à pilonner des villes et des villages avec des frappes de missiles et des bombardements. Une attaque de missiles russes tôt samedi a déclenché un incendie dans la zone industrielle de Kharkiv, selon le gouverneur régional Oleg Syniehubov. Les pompiers ont éteint les flammes.

M. Syniehubov a souligné que les restes des missiles indiquent que les Russes ont tiré des missiles sol-air S-300 sur la ville. Le S-300 est conçu pour frapper des missiles ou des avions dans le ciel, pas des cibles au sol. Selon certains analystes, l’utilisation par la Russie de ces missiles pour des attaques au sol laisse donc croire qu’elle pourrait manquer de munitions de précision.

Dans la région de Zaporijia, dont une grande partie est occupée par les Russes, une personne a été blessée après que les forces russes eurent bombardé la ville d’Orikhiv, selon le gouverneur régional Oleksandr Starukh. Celui-ci a ajouté que les troupes russes avaient également bombardé deux villages de la région, y détruisant plusieurs installations civiles.

La région centrale de Dnipro a aussi été la cible de tirs dans la nuit, selon son gouverneur, Valentyn Reznichenko. L’ennemi a attaqué six fois et lancé plus de 90 projectiles mortels sur des villes et des villages pacifiques, a affirmé M. Reznichenko.

Ravitaillement à la centrale

Pendant ce temps, l’opérateur ukrainien de l’énergie atomique, Energoatom, a annoncé qu’un convoi de 25 camions avait apporté du carburant diesel et d’autres fournitures essentielles à la centrale nucléaire de Zaporijia, la plus grande d’Europe. Ses derniers réacteurs ont été éteints il y a une semaine pour éviter que les combats dans la région entraînent une catastrophe radioactive.

Les camions ont été autorisés vendredi à franchir les points de contrôle russes afin de livrer des pièces de rechange pour la réparation des lignes électriques endommagées, des produits chimiques pour le fonctionnement de l’usine et du carburant supplémentaire pour les générateurs diesel de secours, a précisé Energoatom dans un communiqué.

La centrale à six réacteurs est occupée par les forces russes depuis mars, mais est toujours exploitée par des ingénieurs ukrainiens. Son dernier réacteur a été éteint dimanche après que des pannes de courant répétées, dues à des bombardements, eurent mis en danger des systèmes de sécurité cruciaux.

Avec Radio-Canada avec Associated Press

L’Ukraine tente de reprendre Kherson, ville occupée par la Russie

août 29, 2022

Les militaires ont lancé une contre-offensive pour repousser les Russes. Les Ukrainiens assurent avancer sur leur objectif, sans que cela puisse être vérifié.

L'Ukraine affirme avoir repris Kherson des mains des forces russes, dans le sud du pays.
L’Ukraine affirme avoir repris Kherson des mains des forces russes, dans le sud du pays. © OLEG PETRASYUK / EPA / EFE

Les forces ukrainiennes ont lancé une contre-offensive dans le Sud, destinée à repousser les troupes russes de l’autre côté du fleuve Dniepr et à reprendre la ville occupée de Kherson, ont annoncé lundi les autorités locales.

« Aujourd’hui, il y a eu de puissantes attaques d’artillerie sur les positions ennemies […] sur l’ensemble du territoire de la région occupée de Kherson. C’est l’annonce de ce que nous attendions depuis le printemps : c’est le début de la fin de l’occupation de la région de Kherson », a annoncé à la télévision ukrainienne Serguiï Khlan, député local et conseiller du gouverneur régional. Il a assuré que les forces ukrainiennes avaient « l’avantage » sur le front sud après plusieurs frappes ces dernières semaines ayant visé des ponts dans la région de Kherson et destinées à gêner la logistique de l’armée russe.

Des médias ukrainiens avaient plus tôt cité la porte-parole du commandement « sud » de l’armée ukrainienne, Natalia Goumeniouk, affirmant que les forces de Kiev attaquaient « dans de nombreuses directions » sur ce front. Le groupement militaire ukrainien « Kakhovka » a, lui, assuré sur Facebook observer la retraite d’une unité de combattants séparatistes prorusses de leurs positions dans la région.

Une région stratégique

Les troupes russes s’étaient emparées dès le début de l’invasion de l’Ukraine de Kherson, ville de 280 000 habitants située sur le fleuve Dniepr. Essentielle pour l’agriculture ukrainienne, cette région est aussi stratégique, car limitrophe de la péninsule de Crimée, annexée par Moscou en mars 2014. Depuis plusieurs semaines, les forces ukrainiennes disaient préparer une contre-offensive pour reprendre Kherson, mais n’avaient jusqu’à présent rapporté que la conquête de plusieurs dizaines de villages.

Par Le Point avec AFP

Nigeria : 20 combattants de Boko Haram tués, selon l’armée

mars 6, 2014

Après une série d’attaques attribuées à Boko Haram dans l’État de Borno, dans le nord-est du Nigeria, l’armée a lancé une contre-offensive sur les positions tenues par les insurgés. Jeudi, le bilan officiel fait état de 20 combattants islamistes tués.

Après une série d’attaques contre des établissements scolaires dans le nord-est du Nigéria, l’armée a décidé de réagir. Une contre-offensive a été lancée ces derniers jours contre les positions tenues par les combattants islamistes de Boko Haram. Vingt insurgés ont été tués, a annoncé jeudi une source militaire sur place.

À en croire le porte-parole du ministère de la Défense, Chris Olukolade, les combats ont eu lieu mercredi à Mafa, dans l’État de Borno, épicentre de l’insurrection qui a coûté la vie à quelque 500 personnes depuis le début de l’année.

Info ou « désinformation » ?

Ces informations n’ont pu être confirmées de source indépendante. Les communications avec la région sont difficiles, l’armée ayant suspendu le réseau de téléphonie mobile pour compliquer les opérations des islamistes.

Des témoins et un sénateur de la région rapportaient en effet dimanche la « fuite » des soldats déployés dans Mafa, quelques heures seulement après le début des affrontements avec les insurgés islamistes. « Des déclarations incendiaires de personnes haut placées dans le gouvernement et des commentateurs dans le pays et en dehors font constamment des remarques fausses et trompeuses sur le tempérament de nos troupes », a dénoncé Chris Olukolade.

« L’armée nigériane ne peut en aucun cas être dépassée par les insurgés », a-t-il martelé. Selon plusieurs médias locaux, le ministre nigérian de l’Information se verra prochainement attribuer 300 millions de naira (1,3 million d’euros) pour « combattre la désinformation propagée par des médias étrangers », particulièrement concernant les attaques de Boko Haram.

Jeuneafrique.com avec AFP