Posts Tagged ‘Contribution’

Crises humanitaires en Afrique : le Congo apporte une contribution de deux millions de dollars

mai 28, 2022

Les participants au sommet de Malabo

« Face aux crises humanitaires qui secouent le continent, nous avons décidé de prendre notre situation en main. Le moment est venu pour les dirigeants africains de lancer un message clair au reste de la communauté internationale. J’annonce que le Congo apporte une contribution de deux millions de dollars », a déclaré le président Denis Sassou N’Guesso, lors de la Conférence des donateurs en marge des travaux du seizième sommet extraordinaire de l’Union africaine (UA), le 27 mai à Malabo, en Guinée équatoriale, principalement consacré aux crises humanitaires à travers le continent.

Selon le président de la Commission de l’institution panafricaine, Moussa Faki Mahamat, l’UA marque sa ferme détermination à poursuivre ses efforts en faveur de la réduction des souffrances dont sont victimes les réfugiés et des personnes déplacées internes sur le continent. Il a dressé un tableau peu reluisant de la situation humanitaire continentale. De nombreuses urgences constituent, en effet, une véritable préoccupation.

Pour sa part, le président en exercice de l’UA, Macky Sall, a pensé qu’il faut attaquer le mal à la racine. Selon lui, le continent ne peut pas se résoudre à une vocation de terre d’urgence d’humanitaire. Il faut rester debout et poursuivre sans relâche le combat pour la justice. Par ailleurs, le président du pays hôte, Teodoro Obiang Nguema Mbasogo, a lancé un appel à ses pairs pour plus d’engagement afin de sortir le continent des facteurs aggravant des crises humanitaires.

Les travaux de ce seizième sommet extraordinaire de l’UA ont été suivis de la conférence des donateurs traditionnels et non traditionnels dans le but de mobiliser des ressources conséquentes pour faire face aux crises humanitaires en soulageant les peines des personnes touchées.

Avec Adiac-Congo par Rominique Makaya

Trump suspend la contribution américaine à l’OMS

avril 14, 2020

U.S. President Trump leads daily coronavirus response briefing at the White House in Washington

Le président américain Donald Trump a annoncé mardi qu’il suspendait la contribution des États-Unis à l’Organisation mondiale de la santé (OMS) en raison de sa «mauvaise gestion» de l’épidémie du coronavirus. «Aujourd’hui, j’ordonne la suspension du financement de l’Organisation mondiale de la santé pendant qu’une étude est menée pour examiner le rôle de l’OMS dans la mauvaise gestion et la dissimulation de la propagation du coronavirus», a-t-il déclaré depuis les jardins de la Maison Blanche. «Le monde a reçu plein de fausses informations sur la transmission et la mortalité» du Covid-19, a-t-il ajouté, dans un long réquisitoire contre cette agence de l’Onu.

PRESIDENT TRUMP: « Today I am instructing my administration to halt funding of the World Health Organization while a review is conducted… » »American taxpayers provide between $400 million & $500 million per year to the WHO. In contrast, China contributes roughly $40 million. » pic.twitter.com/OQMeJO6A8n

— Breaking911 (@Breaking911) April 14, 2020

Soulignant que les États-Unis contribuaient à hauteur de «400 à 500 millions de dollars par an» à l’organisation, contre environ 40 millions de dollars «et même moins» pour la Chine, Donald Trump a estimé que son pays avait le devoir des réclamer des comptes. «Si l’OMS avait fait son travail et envoyé des experts médicaux en Chine pour étudier objectivement la situation sur le terrain, l’épidémie aurait pu être contenue à sa source avec très peu de morts», a-t-il martelé.

Depuis plusieurs jours, l’administration Trump critique avec virulence l’attitude de l’agence onusienne basée à Genève, dénonçant en particulier ses prises de position à ses yeux trop favorables à Pékin. Washington déplore en particulier que ses propres mesures face à la crise, notamment la fermeture progressive de ses frontières, aient rencontré une «vive résistance» de la part de l’OMS, qui «a continué à saluer les dirigeants chinois pour leur « disposition à partager les informations »».

Le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo a affirmé mardi que les États-Unis voulaient «changer radicalement» le fonctionnement de l’organisation. «Par le passé, l’OMS a fait du bon boulot. Malheureusement, cette fois, elle n’a pas fait de son mieux, et nous devons faire en sorte de faire pression pour changer radicalement cela», a-t-il affirmé.

«Pas le moment de réduire» le financement de l’OMS, affirme le chef de l’Onu

Ce «n’est pas le moment de réduire le financement des opérations de l’Organisation mondiale de la Santé ou de toute autre institution humanitaire combattant le virus», a affirmé mardi le secrétaire général de l’Onu après la décision américaine de suspendre sa contribution à l’OMS. «Ma conviction est que l’Organisation mondiale de la Santé doit être soutenue car elle est absolument essentielle aux efforts du monde pour gagner la guerre contre le Covid-19», a ajouté Antonio Guterres, en réaffirmant qu’il serait toujours temps d’étudier par la suite «comment ont réagi tous ceux qui ont été impliqués dans la crise».

Avec Le Figaro

États-Unis: Washington veut qu’une part de sa contribution au PNUD aille aux chrétiens et Yazidis en Irak

novembre 22, 2017

 

Le président Donald Trump et l’ambassadrice Nikki Haley à New York le 18 septembre 2017 / © AFP/Archives / TIMOTHY A. CLARY

Les Etats-Unis demandent qu’une partie de leur contribution au Programme de développement de l’ONU (PNUD) soit affectée aux chrétiens et Yazidis en Irak, a déclaré mardi l’ambassadrice américaine aux Nations unies, Nikki Haley.

« Nous devons nous assurer que nos financements soient affectés de la manière la plus efficace », a expliqué la diplomate dans un communiqué publié après un entretien avec le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres.

« L’initiative américaine de verser davantage de fonds au profit des minorités religieuses en Irak ne peut être plus à propos. Le groupe Etat islamique a fait tellement de dégâts à ces anciennes civilisations. Nous avons maintenant l’opportunité d’aider ces gens à retourner dans leurs communautés et les organisations américaines sur le terrain souhaitent les aider », a-t-elle ajouté.

Nikki Haley a expliqué à Antonio Guterres que les Etats-Unis voulaient qu’une partie de leur contribution au PNUD aille aux communautés religieuses persécutées, notamment les chrétiens et les Yazidis en Irak, précise le communiqué de la mission américaine. Elle lui a demandé son aide pour appliquer cette nouvelle politique de Washington qui vise à rendre prioritaire l’affectation de fonds américains versés à l’ONU à de telles minorités religieuses, selon la même source.

Il n’a pas été possible dans l’immédiat de savoir auprès de la mission américaine le montant de la contribution annuelle des Etats-Unis au PNUD et la part que Washington souhaite voir affectée aux chrétiens et Yazidis en Irak.

Interrogé sur la possibilité pour un Etat membre des Nations unies de voir affecter une partie de sa contribution à telle ou telle communauté religieuse, le service de communication de l’ONU a répondu que le travail de l’Organisation était régi par un principe humanitaire de base: celui de répondre aux besoins des populations sur le terrain sans distinction religieuse et partout dans le monde.

Romandie.com avec(©AFP / 22 novembre 2017 12h12)                

Aide du Maroc pour trouver le Belgo-Marocain Abaaoud, le roi reçu par Hollande

novembre 19, 2015

Paris – Un renseignement marocain a contribué à mettre les enquêteurs français sur la piste du Belgo-Marocain Abdelhamid Abaaoud, cerveau présumé des attentats de Paris tué mercredi, et le président François Hollande recevra vendredi le roi du Maroc à l’Elysée, selon les autorités françaises.

C’est notamment un renseignement marocain, mais pas seulement, qui a mis les enquêteurs sur la piste du jihadiste, abattu lors d’un assaut mercredi à Saint-Denis dans la banlieue parisienne, a-t-on appris jeudi de source proche de l’enquête.

L’Elysée a annoncé jeudi que le président français recevrait vendredi après-midi le roi du Maroc Mohammed VI, une semaine après les attentats de Paris et au Stade de France.

Le roi du Maroc se trouvait en visite privée en France et a souhaité s’entretenir avec le président, a-t-on précisé auprès de l’entourage présidentiel.

Les deux chefs d’Etat devraient notamment s’entretenir de la lutte contre le terrorisme et le coopération en matière de sécurité.

Après un an de brouille sérieuse en 2014 à la suite d’un conflit judiciaire, la coopération franco-marocaine, notamment dans l’échange de renseignements, avait repris en janvier dernier avec l’adoption d’un accord judiciaire prévoyant notamment d’instruire prioritairement au Maroc les plaintes des binationaux franco-marocains.

Les attentats de Paris ont fait 129 morts et plus de 350 blessés. Les attaques se sont produites dans la salle de spectacles du Bataclan, dans des restaurants et aux abords du Stade de France où se trouvait François Hollande.

Les autorités françaises avaient indiqué dans un premier temps avoir bénéficié d’une information d’un pays non européen pour localiser Abdelhamid Abaaoud et le neutraliser, sans préciser l’identité de ce pays.

La visite du roi du Maroc à l’Elysée sera la deuxième d’un dirigeant d’un pays du Maghreb depuis les attentats. Samedi, à sa demande également, le président tunisien Béji Caïd Essebsi avait été le premier chef d’Etat à rencontrer son homologue français. Il avait alors condamné les attentats barbares perpétrés la veille à Paris.

Romandie.com avec(©AFP / 19 novembre 2015 21h30)