Posts Tagged ‘coopération militaire’

RDC : Félix Tshisekedi annonce la reprise de la coopération militaire avec la Belgique

mai 15, 2019
 

Félix Tshisekedi, le 29 avril à Kinshasa. © DR / présidence RDC

 

Félix Tshisekedi a annoncé la reprise de la coopération militaire avec la Belgique. Bruxelles a de son côté affirmé qu’un échange d’ambassadeurs pourrait « intervenir prochainement ».

Les relations s’apaisent entre Bruxelles et Kinshasa. Félix Tshisekedi a reçu mardi 14 mai deux représentants du ministre belge des Affaires étrangères, Didier Reynders. « L’heure est à la reprise bilatérale multisectorielle, singulièrement dans le domaine militaire », a indiqué la présidence congolaise dans un communiqué. De son côté, la Belgique a fait savoir « qu’un échange d’ambassadeurs pourra intervenir prochainement ».

Félix Tshisekedi a reçu Renier Nijskens, envoyé spécial pour la région des Grands Lacs, et le général-major Philippe Boucké, adjoint du chef de l’état-major de la Défense. Objectif : « Nouer des contacts avec les nouvelles autorités (…) pour redynamiser nos relations bilatérales », selon Bruxelles.

Dégradation des relations

Les relations entre la RDC et la Belgique s’étaient fortement dégradées au cours des deux dernières années du régime de Joseph Kabila. La RDC reprochait à la Belgique ses critiques virulentes sur la répression des manifestations anti-Kabila.

En signe de protestation, Kinshasa avait annoncé en avril 2017 la suspension de sa coopération militaire avec Bruxelles. Et en janvier 2018, la RDC avait annoncé la fermeture de la Maison Schengen, sorte de consulat européen géré par Bruxelles, la fin des activités de l’agence belge de développement Enabel au Congo ainsi que la réduction de la fréquence des vols de Brussels Airlines entre les deux pays.

Dans la foulée, Bruxelles avait répliqué en rappelant son ambassadeur, et la Belgique n’était depuis plus représentée que par un chargé d’affaires à Kinshasa.

« Relance de la coopération bilatérale »

« Des engagements concrets ont été pris vers la réouverture du consulat général de Belgique à Lubumbashi et vers la relance de la coopération bilatérale par l’agence d’exécution Enabel », a précisé l’ambassade de Belgique dans son communiqué.

Bruxelles s’est également montrée satisfaite de voir le Centre Européen des Visas (CEV), qui a pris le relais de la Maison Schengen, « fonctionner en pleine capacité », avant de saluer « la restauration des fréquences du vol Bruxelles-Kinshasa de Brussels SN Airlines ».

Par Jeuneafrique.com avec AFP

Coopération militaire RDC – Belgique : les raisons de la rupture

avril 14, 2017

Parade des Forces armées de RDC à Kinshasa, lors du 54e anniversaire de l’indépendance de la Belgique, le 30 juin 2014. © John Bompengo/AP/SIPA

Kinshasa a été « amené à suspendre sa coopération militaire avec la Belgique » suite « aux déclarations du ministre belge des Affaires étrangères [Didier] Reynders », a confirmé le ministre congolais de la Défense Crispin Atama Tabe à Jeune Afrique.

« Il a fait des critiques comme si nous étions une province de la Belgique, a pointé le ministre congolais. La RDC doit être reconnue comme un état souverain. Nous avions prévenu que nous ne pouvions pas travailler dans ce climat de méfiance. Nous sommes patients, mais on en arrive à prendre des mesures. »

Le samedi 8 avril, dans un communiqué, le vice-Premier ministre belge et ministre des Affaires étrangères, Didier Reynders, avait notamment critiqué la nomination au poste de Premier ministre de Bruno Tshibala, un transfuge de l’opposition. Cette nomination « s’écarte de la lettre et de l’esprit de l’Accord de la Saint-Sylvestre » avait-il notamment estimé. « La Belgique est préoccupée par le fait que les autorités de transition ne disposent pas du large soutien nécessaire », avait-il ajouté.

Première suspension en 13 ans

La suspension de la coopération militaire a été notifiée par Kinshasa dans un courrier remis à l’attaché de Défense de l’ambassade de Belgique à Kinshasa, le mercredi 12 avril.

Des accords de coopérations entre la Belgique et la RDC avaient été signés en 2004 − lorsque l’actuel président congolais, Joseph Kabila, était encore un jeune chef d’État de transition − et n’avaient jamais été suspendus depuis. Ils concernaient principalement la formation de militaires congolais, et notamment de deux bataillons de réaction rapides. De nombreux officiers congolais sont par ailleurs formés à l’École royale militaire de Bruxelles.

« Nous sommes en train de faire un inventaire de ce que ce cette coopération recouvrait » a expliqué à Jeune Afrique Laurence Mortier, porte-parole du ministère belge de la Défense.

Selon une source diplomatique à Kinshasa, les officiers belges encore sur le terrain pourraient commencer à quitter la RDC d’ici la fin du mois d’avril.

Coopération « très étroite » avec la France

« Nous avons suffisamment de militaires formés, et allons poursuivre nous-mêmes la formation », a affirmé Crispin Atama Tabe.

La Belgique s’interrogeait aussi, de son côté, sur l’opportunité de maintenir ces accords. Le collectif d’ONG flamandes 11.11.11 avait réclamé la suspension de la coopération militaire avec la RDC le mois dernier. À l’époque, le ministère belge de la Défense avait estimé que « la situation au Congo ne changera[it] pas ou ne s’améliorera[it] pas si [les militaires belges] sont absents ».

La RDC maintient en revanche sa coopération militaire avec la France, qualifiée de « très étroite » par le ministre congolais de la Défense. Elle porte notamment sur l’équipement d’instituts de formation et de forces navales.

La RDC dispose aussi d’accords de coopération, plus modeste, avec les États-Unis, qui portent principalement sur la traque l’Armée de résistance du seigneur (LRA), rébellion ougandaise qui se joue des frontières. La nouvelle administration du président américain Donald Trump s’est toutefois interrogée à plusieurs reprises sur l’opportunité de poursuivre cette traque.

Jeuneafrique.com par

La France a suspendu l’essentiel de sa coopération militaire avec la Russie

mars 21, 2014

TALLINN – La France a suspendu la plupart de ses activités de coopération militaire avec la Russie, notamment les échanges de visites et exercices conjoints entre les deux pays, a indiqué vendredi le ministre français de la Défense Jean-Yves Le Drian.

La France a suspendu la plupart de ses activités de coopération militaire avec la Russie, a déclaré le ministre, en visite à Tallinn dans le cadre d’une brève tournée dans les Pays baltes et en Pologne, dans le contexte de la crise ukrainienne.

Selon l’entourage du ministre, les contacts entre les états-majors de la France et de la Russie ont été annulés.

Par ailleurs, un exercice militaire entre les Etats-Unis, la Grande-Bretagne, la France et la Russie, planifié en avril, a aussi été annulé, selon la même source.

Venu dans les Etats baltes pour les assurer de la solidarité de la France et entre pays membres de l’Otan, M. Le Drian a affirmé que la crise ukrainienne et l’annexion de la Crimée par la Russie constituent une menace pour la paix et la sécurité en Europe.

Paris a proposé aux Etats baltes l’envoi, si l’Otan le demande, de quatre avions de combat pour renforcer début mai la relève de la mission de l’Otan chargée de la surveillance de l’espace aérien de ces pays depuis 2004.

La France est disponible pour renforcer ses missions de +police du ciel+, si la décision était prise par les instances de l’Alliance atlantique, a-t-il déclaré à l’issue d’un entretien avec son homologue estonien, Urmas Reinsalu.

Romandie.com avec(©AFP / 21 mars 2014 14h27)

Crimée: la Russie a fait le choix de l’isolement

mars 18, 2014

LONDRES – L’Occident doit reconsidérer ses relations avec Moscou qui a fait le choix de l’isolement, a déclaré mardi le chef de la diplomatie britannique William Hague, en envisageant un G8 sans la Russie et en annonçant la suspension de toute coopération militaire bilatérale.

Il était regrettable d’entendre aujourd’hui que le président (russe Vladimir) Poutine a fait le choix de l’isolement, a déclaré William Hague devant la Chambre des Communes à Londres, avant d’annoncer certaines sanctions supplémentaires contre Moscou.

Nous avons suspendu toute coopération militaire avec la Russie, a-t-il détaillé, précisant que cette mesure s’appliquait notamment aux licences d’exportations, à la mise au point d’accord de coopération militaire technique, à un exercice naval prévu cette année conjointement avec la France et les Etats-Unis, et aux visites croisées de hauts responsables militaires.

Nous devrions être prêts à envisager un nouveau type de relations entre la Russie et l’Occident dans les prochaines années, comparé aux vingt dernières années, a-t-il poursuivi.

Une relation où des institutions comme le G8 fonctionneront sans la Russie, où la coopération militaire et les exportations de matériel militaire seront réduites, a-t-il dit, appelant à limiter la dépendance européenne vis-à-vis des exportations d’énergie.

M. Hague a estimé hautement probable que les pays du G7 voudront désormais se réunir sans la Russie.

La crise en Ukraine est le test sécuritaire le plus sérieux en Europe au XXIe siècle, a encore dit le ministre, dénonçant l’immense provocation de Moscou et mettant en garde contre le grave danger de provocation ailleurs en Ukraine.

Il a comparé le référendum en Crimée à un processus démocratique faussé et retors qui ne saurait justifier une incursion dans un Etat souverain et la saisie d’un territoire. Nous assistons en fait à l’annexion d’une partie du territoire souverain d’un Etat européen par la force militaire, a-t-il conclu estimant possible que nous n’ayons pas encore vu le pire de cette crise.

Le président russe a signé mardi un traité sur le rattachement de la Crimée, péninsule du sud de l’Ukraine, à la Russie. Cette annexion intervient deux jours après le référendum organisé dans cette région où les habitants ont plébiscité leur rattachement à la Russie.

Romandie.com avec(©AFP / 18 mars 2014 15h04)

Venezuela: deux attachés militaires américains expulsés

mars 6, 2013

WASHINGTON – Un attaché de l’armée de l’Air à l’ambassade américaine de Caracas expulsé par le Venezuela pour espionnage était en route mardi pour les Etats-Unis, un autre membre de son équipe ayant lui aussi été expulsé, a affirmé un porte-parole du Pentagone.

Nous sommes au courant des allégations proférées par le vice-président vénézuélien (Nicolas) Maduro à la télévision d’Etat à Caracas et pouvons confirmer que notre attaché de l’Air, le colonel David Delmonaco (BIEN Delmonaco), est en route pour les Etats-Unis, a déclaré ce porte-parole, le lieutenant-colonel Todd Breasseale, dans un communiqué.

Un autre membre de l’équipe de l’attaché de l’armée de l’Air, Devlin Costal, a lui aussi été déclaré persona non grata, a-t-il ensuite ajouté. M. Costal se trouvait aux Etats-Unis quand il a été informé de son expulsion.

Ces annonces interviennent alors que M. Maduro a également accusé les ennemis du Venezuela d’avoir provoqué le cancer d’Hugo Chavez, dont l’état inspire de plus en plus d’inquiétude.

Nous n’avons aucun doute, arrivera un moment dans l’Histoire où nous pourrons créer une commission scientifique (qui révélera) que le commandant Chavez a été attaqué avec cette maladie. (…) Les ennemis historiques de cette patrie ont recherché un point faible pour nuire à la santé de notre commandant, a déclaré le vice-président.

Il a accusé David Delmonaco de rechercher des militaires actifs au Venezuela, d’abord pour se renseigner sur la situation des forces armées et (ensuite) pour leur proposer des projets déstabilisateurs.

Si Washington n’entretient aucune coopération militaire avec Caracas, les Etats-Unis maintiennent un attaché de l’armée de l’Air et un autre de l’armée de Terre dans chaque pays avec qui ils ont ou ils ont eu par le passé une coopération militaire, a expliqué à l’AFP un responsable militaire américain sous couvert de l’anonymat.

Romandie.com avec (©AFP / 05 mars 2013 22h24)