Posts Tagged ‘Copenhague’

Danemark: Trois morts dans une fusillade à Copenhague, un suspect arrêté

juillet 3, 2022
Des véhicules d'urgence devant le centre commercial où a eu lieu la fusillade.

Le bilan de la fusillade est passé à trois morts et trois blessés graves. Photo : Reuters/Annegret HilseI

Trois personnes ont été tuées et trois autres ont été grièvement blessées lors d’une fusillade dimanche dans un grand centre commercial de Copenhague. Une personne a été arrêtée en rapport avec cette affaire, selon la police.

Au dire du chef de la police, Soren Thomassen, un homme dans la quarantaine et deux individus plus jeunes ont ainsi péri sous les balles du tireur.

Le suspect est un homme de nationalité danoise âgé de 22 ans.

Le jeune homme a été arrêté peu après l’arrivée des policiers. Selon des témoins, il était armé d’un imposant fusil.

De telles fusillades sont rares au Danemark. M. Thomassen a déclaré qu’il était trop tôt pour émettre des hypothèses sur les motifs du tireur, mais qu’il ne pouvait pas exclure un acte de terrorisme.

En revanche, aucune indication ne porte à croire que d’autres tireurs étaient présents.

La direction du principal hôpital de Copenhague, Rigshospitalet, a déclaré à l’agence de presse Reuters que l’établissement avait reçu un petit groupe de patients pour des soins et que du personnel supplémentaire, notamment des chirurgiens et des infirmières, avait été appelé en renfort.

Les coups de feu ont été tirés en fin d’après-midi à l’intérieur du centre commercial Fields, le plus grand au pays, situé entre le centre-ville et l’aéroport de la capitale.

Des passants fuient un centre commercial danois.

Plusieurs personnes ont fui le centre commercial après avoir entendu les coups de feu. Photo : Reuters/Ritzau Scanpix/Olafur Steinar Gestsson

Selon des témoins interrogés par des médias locaux, le suspect a tenté de piéger des victimes, par exemple en affirmant que son arme était fausse afin de les inciter à se rapprocher.

Des renforts policiers ont été dépêchés aux abords de cette vaste galerie marchande. Des images des lieux montraient des ambulanciers embarquer un blessé sur un brancard et des mères consoler leurs enfants dans leurs bras.

C’est de la pure terreur. C’est affreux, a déclaré Hans Christian Stoltz, un consultant en informatique de 53 ans. On peut se demander comment une personne peut faire ça à d’autres êtres humains.

Chaos sur place

Lorsque les premiers coups de feu ont retenti, plus d’une centaine de personnes se sont ruées à l’extérieur de la galerie commerciale, selon des témoins cités par les médias danois.

D’autres ont été contraintes de se cacher à l’intérieur.

Tout à coup, nous avons entendu des coups de feu, j’ai entendu dix tirs et nous avons couru aussi vite que nous l’avons pu pour nous réfugier aux toilettes, a expliqué une femme à la chaîne de télévision DR.

Nous sommes sur place, des coups de feu ont été tirés et plusieurs personnes ont été touchées, a annoncé la police peu après sur Twitter.

Les autorités ont appelé les personnes qui se trouvaient potentiellement dans le bâtiment à attendre l’arrivée des secours à l’intérieur et à tous les autres à se tenir loin du secteur.

Deux femmes en pleurs s'enlacent.

Deux femmes en pleurs s’enlacent à l’extérieur du centre commercial Fields, à Copenhague. Photo: AFP/Olafur Steinar Gestsson

Des routes autour du centre commercial ont été bloquées dans un vaste périmètre de sécurité et la circulation du métro a été interrompue.

Activités annulées

De nombreux visiteurs du centre commercial devaient se rendre plus tard en soirée dans une salle voisine pour un concert de la vedette britannique Harry Styles, mais le spectacle a été annulé.

Peu de temps après les tirs, le palais royal a déclaré qu’une réception avec le prince héritier Frederik liée au Tour de France n’aurait pas lieu. Les trois premières étapes de la course cycliste se sont tenues au Danemark cette année. La réception devait se dérouler sur le yacht royal amarré à Sønderborg, la ville où s’est terminée la troisième étape.

La direction du Tour de France a exprimé sa compassion à tout le peuple danois après la fusillade.

Le Tour est particulièrement choqué et attristé par le drame qui vient de frapper Copenhague, a déclaré en début de soirée la société organisatrice ASO.

Le dernier attentat à Copenhague remonte aux 14 et 15 février 2015, lorsqu’une série de fusillades à motivation islamiste avait fait deux morts et cinq blessés.

Par Radio-Canada avec les informations de Agence France-Presse et Reuters

Mort de la journaliste suédoise portée disparue à bord d’un sous-marin au Danemark

août 21, 2017

La journaliste suédoise Kim Wall, dans une photo diffusée le 12 août 2017 par sa famillenn / © TT News Agency/AFP/Archives / Tom WALL

L’inventeur danois d’un sous-marin artisanal a révélé que la journaliste suédoise portée disparue depuis le 11 août était morte accidentellement à bord de son navire et qu’il avait jeté son corps à la mer, a annoncé la police danoise lundi.

L’inventeur Peter Madsen avait dans un premier temps affirmé avoir laissé la journaliste Kim Wall, qui réalisait un reportage à bord de l’appareil, sur la pointe de l’île de Refshaleøen, à Copenhague, dans la soirée du 10 août.

Mais Peter Madsen, accusé d’homicide involontaire par négligence, a finalement « déclaré à la police et au tribunal qu’il y a eu un accident à bord du sous-marin qui a conduit à la mort de Kim Wall et qu’il l’a ensuite jetée à la mer dans un lieu encore indéterminé dans la baie de Køge », à environ 50 kilomètres au sud de Copenhague, a indiqué la police dans un communiqué.

Peter Madsen, 46 ans, avait été présenté devant un juge le 12 août, au lendemain de la disparition de la journaliste de 30 ans. Les audiences se sont depuis déroulées à huit clos et la date de ses révélations reste inconnue.

Le 11 août, la défense danoise avait annoncé chercher le sous-marin Nautilus (18 m). L’appareil avait disparu la veille au soir dans le détroit d’Öresund, entre Danemark et Suède, avec les deux personnes à son bord.

Le propriétaire M. Madsen avait été secouru, mais les autorités étaient à la recherche de Kim Wall.

Le sous-marin avait été localisé dans la journée du 11 août dans la baie de Køge. Il avait été renfloué et fouillé, sans que les autorités parviennent à trouver la trace de la journaliste.

Pour la police danoise, le sous-marin a été délibérément coulé.

Peter Madsen avait alors été soupçonné d’homicide involontaire par la police.

– Journaliste indépendante –

Le quotidien suédois Aftonbladet a cité vendredi une lettre de la famille de la journaliste qui « en appelait à l’aide du public » sur son sort.

« Nous n’espérons rien que le retour en vie de notre fille, mais nous réalisons que les chances sont extrêmement minces », poursuit la famille.

Kim Wall, journaliste indépendante, avait collaboré avec les titres The Guardian et le New York Times. Diplômée de l’Ecole supérieure de journalisme de Columbia, elle était basée à New York et en Chine.

Ses amis la décrivent comme « invincible », « ambitieuse » et « voyant toujours quelque chose de bon chez une personne », d’après les médias suédois.

Peter Madsen et Kim Wall avaient été aperçus par plusieurs personnes à bord du sous-marin, le soir du 10 août.

Des photos d’eux, où ils apparaissent debout, Kim Wall souriante, en haut de la tour du sous-marin, ont circulé sur internet.

La chaîne danoise TV2 a diffusé des images de Peter Madsen, interrogé par la police, après son sauvetage. Lorsque le journaliste lui avait demandé des renseignements sur la journaliste disparue, il avait répondu: « Je sais juste que son prénom est Kim ».

« Je ne regarde pas les antécédents des journalistes qui m’appellent et me demandent +est-ce que je peux vous interviewer+ », avait ajouté Peter Madsen, alors qu’il entrait dans une voiture de police.

Le sous-marin Nautilus était le plus grand submersible artisanal du monde (18 m) au moment de son lancement, il y a neuf ans.

Romandie.com avec(©AFP / 21 août 2017 13h55)                

30.000 personnes à Copenhague pour l’accueil des réfugiés

septembre 12, 2015

Copenhague – Quelque 30.000 personnes manifestaient samedi à Copenhague en faveur de l’accueil des réfugiés, selon une estimation de la police, alors que le Danemark s’est engagé dans un durcissement de sa législation sur l’immigration.

Tout se passe dans l’ordre et le calme (…) Prenez soin les uns des autres, a écrit la police sur son compte twitter.

Les milliers de manifestants avaient répondu à un appel de solidarité publié sur Facebook.

Selon les médias danois, les personnes rassemblées portaient des pancartes Refugees Welcome ou l’Europe est le voisinage proche de la Syrie.

Des manifestations similaires ont lieu dans d’autres villes du pays, notamment à Padborg, ville frontière avec l’Allemagne par où passent de nombreux réfugiés. Dans cette bourgade, 400 personnes se sont rassemblées en faveur de l’accueil de réfugiés tandis qu’une contre-manifestation, favorable à la fermeture des frontières, a rassemblé 150 personnes, selon des chiffres de la police locale.

Après avoir momentanément suspendu les liaisons ferroviaires avec l’Allemagne pour empêcher les réfugiés de traverser le territoire danois, la police du royaume a annoncé jeudi laisser passer les réfugiés qui ne souhaitaient pas y demeurer, préférant poursuivre leur route vers la Suède dont la politique d’asile est plus généreuse.

Depuis deux ans, la Suède accorde automatiquement un permis de séjour aux Syriens qui déposent dans le pays leur demande d’asile.

Samedi à Stockholm, plus d’un millier de personnes étaient également rassemblées pour exprimer leur soutien à une politique d’accueil plus généreuse, dans une ambiance bon enfant et militante.

La Suède peut faire beaucoup plus non seulement parce qu’elle en a les capacités mais aussi parce qu’elle a, avec l’UE, une responsabilité dans le conflit en Syrie, assurait à l’AFP Joakim, 38 ans, venu manifester avec ces deux enfants.

Romandie.com avec(©AFP / 12 septembre 2015 15h51)      

Danemark: l’auteur des coups de feu abattu –

février 15, 2015

La police danoise, qui a abattu l’homme supposé être l’auteur des deux fusillades survenues samedi après-midi et dans la nuit de samedi à dimanche à Copenhague, n’a pour l’heure pas divulgué l’identité du tireur. Les fusillades ont tué deux personnes et blessé cinq policiers.

La police danoise restait peu diserte dimanche matin sur l’identité de l’homme qu’elle a abattu dans la nuit et qu’elle estime être le seul auteur des deux attaques perpétrées à Copenhague. Prudents, les médias danois n’avancent pas, eux non plus, de piste en particulier.

En conférence de presse, la police a uniquement précisé qu’elle avait localisé cet homme grâce à un appel d’un chauffeur de taxi décrivant une personne qui ressemblait à celle filmée par des caméras de vidéo-surveillance.

Avant l’aube, cet homme a ouvert le feu sur des policiers qui surveillaient un domicile dans le quartier populaire de Nørrebro à Copenhague, où les forces de sécurité pensaient que l’individu pourrait se rendre. En répliquant, les policiers l’ont tué.

Un portrait-robot du tireur faisait état des éléments suivants: « entre 25 et 30 ans, d’environ 1,85 m, athlétique, d’apparence arabe, (…) les cheveux lisses ». Ses motivations ne sont pas connues et aucune revendication n’a jusqu’ici été rendue publique.

Au fusil-mitrailleur
Lors de la première attaque, samedi en fin d’après-midi, un homme a criblé de balles au moyen d’un fusil-mitrailleur un centre culturel, le Krudttonden, dans le nord de Copenhague, où se tenait un débat sur l’islamisme et la liberté d’expression, faisant un mort dans l’assistance, un homme de 55 ans, et blessant trois policiers.

Parmi les personnes présentes se trouvait Lars Vilks, un artiste suédois menacé de mort pour avoir publié des dessins représentant le prophète Mahomet.

« C’était terrible. Nous étions tous par terre en train de ramper vers la sortie de secours pendant que cela continuait de tirer à travers la porte. Ce n’est qu’en revenant dans la salle que j’ai vu qu’il y avait un mort », a déclaré un témoin de l’attaque. La police parle de 200 impacts de balle.

D’autres témoins ont indiqué que l’agresseur avait tenté de pénétrer à l’intérieur de la salle où se tenait la conférence, mais les policiers ont alors riposté. Deux policiers en tenue et au moins un autre en civil gardaient à ce moment-là le bâtiment.

Synagogue visée
En début de nuit ensuite, une fusillade a visé une synagogue du centre de Copenhague. Des coups de feu ont retenti peu après minuit. Une personne a été blessée à la tête et est morte des suites de ses blessures, un policier a été blessé à la jambe et un autre au bras.

L’homme qui a trouvé la mort était de confession juive.

Le président du Conseil de sécurité juif des pays nordiques, Michael Gelvan, a déclaré qu’une cérémonie de confirmation était en cours dans la synagogue au moment de l’attaque et que le « jeune homme » qui a été tué surveillait les accès au bâtiment. L’âge de la victime n’a pas été précisé. S’en est suivie une chasse à l’homme dans les rues alors que plusieurs secteurs de Copenhague avaient été bouclés.

La police danoise suppose que l’auteur des fusillades a agi seul, mais sans toutefois en être complètement certaine. « Nous supposons qu’il s’agit du même coupable derrière les deux affaires », a déclaré l’inspecteur principal Torben Molgaard Jensen.

Réactions outrées
Les réactions à l’étranger n’ont pas tardé. Paris a immédiatement condamné « avec la plus grande fermeté » cette « attaque terroriste ». Washington a évoqué une attaque « déplorable » et proposé d’apporter son aide à l’enquête. Dimanche, l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) a aussi condamné cet acte.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a lui à nouveau appelé les juifs européens à s’installer en Israël.

En Suisse, impressum a promptement réagi dimanche matin. L’association des journalistes s’est déclarée « choquée » par les événements survenus à Copenhague.