Posts Tagged ‘Corps’

Le cri de mon déménagement

mai 9, 2021

J’aimerais déménager ma solitude

Et vivre dans la joie de ta quiétude

J’aimerais te respirer comme ces fleurs

Pour m’enivrer du parfum de leurs odeurs

Savourer leurs pétales comme ton corps

Afin de te murmurer des mots quand tu dors

Car dans la beauté de chaque fleur épanouie

Tu es devenue une femme souriante très jolie

Dans ta marche, tu remplies mon cœur de joie

Et dans tes déhanchements, tu envoûtes mon esprit

Je ne résiste plus comme ce jeune et beau papillon

Qui te cherche sur les pétales des fleurs tout le temps

Ô ma Vénus des temps modernes, mon amour je suis à toi

Malgré les chocs de la pandémie, je t’attends sous le toit

Bernard NKOUNKOU

RDC : plus de 30 corps retrouvés dans la région de Beni, le groupe armé ADF accusé

novembre 17, 2020

Plus de 30 corps ont été retrouvés en deux temps dans l’est de la République démocratique du Congo, ont indiqué les autorités provinciales et des experts mardi 17 octobre dans la région de Beni où 811 personnes ont été tuées depuis le 31 octobre 2019.

Vingt-neuf corps «précédemment exécutés en masse» à une date non-précisée ont d’abord été retrouvés dans le parc des Virunga, a indiqué le ministre de l’Intérieur du Nord-Kivu Jean-Bosco Sebishimbo, qui a accusé le groupe armé ADF. Le bilan a été repris par les experts du Baromètre sécuritaire du Kivu (KST). Six à sept corps de civils tués mardi matin ont été également découverts ailleurs dans la même région, ont rapporté d’autres sources locales.

Par Le Figaro avec AFP

Le matin du téléphone

août 2, 2020

 

Encore sous la couverture, sonne le téléphone

Lourdes sont les paupières, à peine écloses

Lente la main comme une fine fleur rose

Qui s’ouvre à l’orient de l’appel monotone

 

La voix chevrotante, enrouée et encore drapée

Cherche à se détacher des bras de Morphée

Il est 5h30 le corps alangui se tourne du lit

Reçoit le souffle de l’aurore qui lui sourit

 

La voilà dans sa splendide silhouette

Marchant aux pas feutrés d’un ermite

Elle s’étire redressant sa colonne vertébrale

Avant de prendre une douche verticale

 

Bernard NKOUNKOU

France/Corps retrouvés dans le Luberon: deux frères mis en examen et écroués

février 8, 2020

Les deux hommes de 25 et 26 ans portés disparus depuis décembre dans l’Aude ont été tuées avec des armes à feu, selon les autopsies.

Deux frères ont été mis en examen pour homicides volontaires et placés en détention provisoire après la découverte de deux corps sur leur propriété, dans le Luberon, cadavres qui seraient bien ceux des deux hommes de 25 et 26 ans portés disparus depuis décembre dans l’Aude, a annoncé samedi le parquet.

Les autopsies pratiquées jeudi ont d’ores et déjà permis de dire que les deux personnes retrouvées assassinées sur la propriété des deux frères, dans le village de Revest-du-Bion, dans les Alpes-de-Haute-Provence, ont été tuées avec des armes à feu, «probablement de type fusil de chasse», précise le communiqué du procureur de la République d’Aix-en-Provence.

«Un dépannage de poids-lourds»

«Des analyses ADN sont en cours pour confirmer l’identité des victimes, même si les éléments du dossier permettent déjà de présumer qu’il s’agit bien» de Gabriel Ferchal, 25 ans, et Julien Boumlil, 26 ans, originaires de Malves-en-Minervois, poursuit le communiqué d’Achille Kiriakides. Les deux amis avaient été vus pour la dernière fois à Revest-du-Bion le 3 décembre, et leur disparition avait été signalée à la gendarmerie le 19 décembre par leurs proches.

Selon le quotidien Le Parisien , qui avait révélé l’interpellation des deux frères, Gabriel et Julien se seraient rendus dans le Luberon pour «un dépannage de poids-lourds». Ils avaient rendez-vous à Revest-du-Bion avec un des deux frères, qu’ils auraient rencontré précédemment dans l’Aude.

Les investigations menées par les enquêteurs ayant rapidement permis de penser à un enlèvement ou une séquestration de plus de sept jours, le procureur de la République de Digne-les-Bains avait transmis le dossier au parquet d’Aix-en-Provence, compétent en matière criminelle.

Les deux frères ont été respectivement interpellés mardi et mercredi, après la découverte des corps mardi, puis mis en examen. Initialement ouverte pour enlèvement et séquestration sans libération volontaire, l’enquête avait été étendue mercredi au chef d’homicides volontaires.

Par Le Figaro avec AFP

Canada-Québec/Motoneigistes disparus: les deux corps repêchés identifiés

janvier 27, 2020
undefined
© Le Quotidien, Gimmy Desbiens undefined
L’identité des deux motoneigistes français dont les corps ont été repêchés dimanche dans les eaux de la rivière Grande Décharge a été dévoilée. Il s’agit de Julien Benoit, 34 ans, et de Yan Thierry, 24 ans.La coroner Me Jessica Tremblay a confirmé l’identité des deux victimes lundi matin, une journée après que leurs corps aient été retrouvés, flottant à proximité l’un de l’autre à environ six kilomètres du point de recherche initial.

Plus de détails à venir.

Avec Le Quotidien par Anne-Marie Gravel

Canada/Français disparus en motoneige au Québec : un premier corps retrouvé

janvier 24, 2020

Le corps a été repêché vendredi non loin du lieu de l’accident, à l’embouchure du lac Saint-Jean.

Le drame a eu lieu à l'est du lac Saint-Jean.
Le drame a eu lieu à l’est du lac Saint-Jean. HO / SÛRETÉ DU QUÉBEC / AFP 

Les importantes recherches pour retrouver cinq Français disparus au nord du Québec lors d’une expédition en motoneige qui a mal tourné mardi, portent enfin leurs fruits. Un premier corps a été retrouvé vendredi, a annoncé la police. «Il a été retrouvé à plus de deux kilomètres des points initiaux de recherche dans la rivière Grande décharge», à l’embouchure du lac Saint-Jean où s’est produit l’accident, a déclaré à la presse Hugues Beaulieu, porte-parole de la Sûreté du Québec. «Nous ne pouvons pour le moment identifier la victime».

Les chances de retrouver vivants les touristes, dont les motoneiges sont tombées au fond des eaux glacées du lac Saint-Jean alors qu’ils circulaient sur un chemin non balisé, sont infimes. Vendredi, les enquêteurs se disaient toutefois déterminés à «ne pas baisser les bras», a expliqué le porte-parole. «Tant qu’on n’a pas retrouvé cinq corps, on recherche cinq personnes disparues», avait déclaré à l’AFP Hugues Beaulieu. Comme la veille, une trentaine de policiers, dont une douzaine de plongeurs, appuyés par d’importants moyens comme des hélicoptères, des drones ou des embarcations équipées de sonars, ont écumé l’est du lac Saint-Jean.

Glace trop fine

Le groupe était composé de huit touristes originaires de l’est de la France, dont trois ont survécu, et de leur guide, un Montréalais qui est mort mercredi des suites de ses blessures. Sur les sept motoneiges qui ont traversé la glace, six ont été retrouvées au fond de l’eau par les enquêteurs. Cette découverte confirme l’hypothèse la plus pessimiste, selon laquelle les cinq touristes ont sombré dans les eaux glacées avec leur machine. Ils roulaient dans une zone réputée dangereuse où la glace était soit trop fine, soit absente. Et ils ont sans doute quitté les sentiers balisés pour prendre un raccourci et parvenir plus rapidement à destination, selon plusieurs experts.

Jeudi, la police a publié jeudi les identités des disparus, originaires, comme les trois Français survivants, de l’Est de la France. Il s’agit de Gilles Claude, 58 ans, Yan Thierry, 24 ans, Jean-René Dumoulin, 24 ans, Julien Benoît, 34 ans, et Arnaud Antoine, 25 ans. Gilles Claude, habitué des randonnées à motoneige au Québec selon Radio Canada, est le père de trois biathlètes internationaux, Emilien, Florent et Fabien. Ce dernier est monté jeudi pour la première fois sur le podium d’une étape de la Coupe du monde de biathlon, à Pokljuka en Slovénie. Il a dédié sa troisième place à son père.

Par Le Figaro avec AFP

La cueillette matinale

décembre 20, 2019

 

Le matin dans mon jardin

Quand le parfum du jasmin

Inonde mon cœur de bonheur

Je te déguste aux bonnes heures

 

Car dans la souriante rosée de tes pétales

Où je te prends comme une libellule

Tu me répands à souhait ton ambroisie

Qui me couvre de ton parfum bien choisi

 

Mais à la fente crevassée de ton corps

Où tu m’accueilles sur tous les bords

Je me délecte de ton miel à foison

Sous le regard joyeux de ma maison

 

Bernard NKOUNKOU

 

RDC: l’armée congolaise affirme avoir retrouvé le corps d’un Casque bleu

décembre 4, 2019

L’armée congolaise a affirmé ce mercredi avoir retrouvé le corps d’un Casque bleu de la Mission des Nations unies au Congo (Monusco) près de Beni, dans l’est de la République démocratique du Congo.

«Les Forces armées de la République démocratique du Congo ont partagé ces informations avec nous et nous allons suivre ce dossier conformément à nos procédures», a indiqué de son côté un porte-parole de la mission de l’ONu (Monusco). L’armée congolaise affirme avoir retrouvé le corps une date non précisée dans la région de Beni, où elle a annoncé le 30 octobre des opérations contre les groupes armés, en particulier les Forces démocratiques alliées (ADF). Les Casques bleus ont annoncé depuis lundi qu’ils s’étaient joints à ses opérations, avec leurs éléments de la brigade d’intervention dans la région (Afrique du Sud, Tanzanie, Malawi).

«Dans un camp des ADF conquis par l’armée, nous avons retrouvé les restes d’un Casque bleu tombé au champ d’honneur», a déclaré le général Léon-Richard Kasonga, porte-parole de l’armée congolaise, lors d’une conférence de presse. «On a ramassé sa carte militaire (…) Je ne pourrais pas m’avancer sur sa nationalité. L’ONU elle-même se chargera de la donner». Côté ONU, on indique que «le pays d’origine et la famille doivent être officiellement informés et l’identification va prendre du temps». «Donc on ne va rien confirmer avant longtemps».

1000 civils massacrés par les ADF

D’origine ougandaise, les ADF sont accusées du massacre de plus de 100 civils dans la région de Beni, en représailles des opérations militaires congolaises. Ces massacres ont provoqué des émeutes d’habitants contre les autorités et les Casques bleus, accusés de ne rien faire. Des sources de la société civile ont accusé les ADF d’avoir tué onze personnes, neuf hommes et deux femmes, dans la nuit de lundi à mardi dans le village d’Orototo, dans le territoire de Beni. «Nous avons enterré les 11 cadavres aujourd’hui en brousse vers 11h», a déclaré David Muwaz, président de la société civile de la chefferie de Batalinga. L’armée congolais n’a pas voulu confirmer. Au total les ADF auraient massacré plus de 1000 civils dans la région de Beni depuis 2014.

Quinze casques bleus tanzaniens ont été tués par les ADF en décembre 2017 dans l’attaque de leur base en territoire de Beni. En décembre 2018, sept autres Casques bleus ont été tués dans une embuscade tendue par des ADF.

Par Le Figaro.fr avec AFP

Des corps retrouvés dans un camion près de Londres rapatriés au Vietnam

novembre 26, 2019

Seize des 39 cadavres de ressortissants vietnamiens retrouvés le mois dernier dans un camion frigorifique près de Londres ont été rapatriés au Vietnam, ont déclaré un représentant et les médias locaux mercredi. Les cadavres de 31 hommes et huit femmes avaient été découverts dans la nuit du 22 au 23 octobre après l’arrivée dans la zone portuaire de Purfleet, près de Londres, d’un camion immatriculé en Bulgarie en provenance de Zeebrugge, en Belgique.

Le chauffeur du poids lourd, un Nord-Irlandais de 25 ans, a été inculpé de 39 chefs d’accusation de meurtre, de trafic d’être humain et de blanchiment d’argent. Huit personnes ont été arrêtées ce mois-ci au Vietnam, portant le nombre d’arrestations dans ce pays à 10.

D’après le site d’information VnExpress, les dépouilles sont arrivées mercredi matin à l’aéroport de Hanoi. Les autres cadavres seront rapatriés par la suite. Les familles des victimes devront s’acquitter des frais de rapatriement, selon un communiqué du ministère vietnamien des Affaires étrangères que Reuters a pu consulter. Le document, daté du 14 novembre, stipule que le gouvernement vietnamien va avancer les frais que les familles rembourseront ultérieurement.

Par Le Figaro avec Reuters

France/Oise: le corps retrouvé calciné est celui d’une adolescente de 15 ans portée disparue

octobre 29, 2019

 

Le corps retrouvé calciné dimanche dans un cabanon incendié à Creil (Oise) a été «formellement identifié» comme celui d’une adolescente de 15 ans «dont la disparition avait été signalée» par sa famille samedi, a annoncé mardi soir le parquet de Senlis.

Le corps a été «formellement identifié ce jour au moyen d’une expertise génétique (…) Il est confirmé qu’il s’agit du corps d’une jeune femme née en août 2004 et donc âgée de 15 ans au moment de son décès et dont la disparition avait été signalée par sa famille» samedi, «soit postérieurement à son décès», déclare dans un communiqué le procureur de la République de Senlis Jean-Baptiste Bladier. «L’identité de la victime dans cette affaire ne donnera lieu à aucune confirmation de la part du parquet de Senlis», ajoute-t-il, rappelant que la diffusion de l’identité d’une victime mineure est punissable par la loi.

«Aucune interpellation n’est intervenue à ce stade de l’enquête» mais les investigations «suivent activement leur cours», poursuit le procureur. Cette jeune fille avait été retrouvée morte dimanche dans les décombres d’un cabanon de jardin pour l’incendie duquel les pompiers étaient intervenus vendredi soir à Creil. L’autopsie menée lundi avait permis de confirmer que «le décès était le résultat de violences», selon un précédent communiqué du parquet.

Samedi, une famille de Mauriciens, habitant à proximité du cabanon incendié, avait porté plainte suite à la disparition, au cours de la nuit, de leur fille, âgée de 15 ans. Le frère de celle-ci a affirmé à l’AFP avoir été convoqué lundi au commissariat de Creil où il a apporté des objets appartenant à sa sœur -«une brosse à dents et un test de grossesse», positif, retrouvé dans ses affaires – afin de permettre des comparaisons de tests ADN. L’autopsie n’a pour l’instant «pas permis de confirmer ni d’infirmer l’état de grossesse de la victime» et «les investigations se poursuivent» pour le déterminer, a précisé mardi soir Jean-Baptiste Bladier à l’AFP.

Par Le Figaro.fr avec AFP