Posts Tagged ‘Côte d’Ivoire’

Côte d’Ivoire : Guillaume Soro condamné à la prison à perpétuité

juin 23, 2021
Guillaume Soro, le 28 janvier 2020 à Paris lors d’une intervention devant des journalistes.

L’ancien président de l’Assemblée nationale a été reconnu coupable d’« atteinte à la sûreté de l’État » et condamné par contumace à la prison à perpétuité.

Le tribunal criminel d’Abidjan a donc suivi les réquisitions du parquet. Ce mercredi 23 juin, Guillaume Soro a été condamné à une peine de prison à perpétuité pour « atteinte à la sûreté nationale », comme l’avait réclamé Richard Adou, le procureur de la République, une semaine plus tôt.

« Complot »

L’ancien Premier ministre et 19 de ses partisans étaient accusés de « complot », « tentative d’atteinte contre l’autorité de l’État » ainsi que de « diffusion et publication de nouvelles fausses jetant le discrédit sur les institutions et leur fonctionnement, ayant entraîné une atteinte au moral des population ».

En avril 2020, l’ancien président de l’Assemblée nationale avait déjà été condamné à vingt ans de prison ferme, 4,5 milliards de francs CFA d’amende et à la privation de ses droits civiques pour une période de cinq ans après avoir été reconnu coupable de recel de deniers publics détournés et de blanchiment de capitaux.

Le parquet l’accusait d’avoir acquis une villa à Marcory résidentiel, un quartier huppé d’Abidjan, en 2007, alors qu’il était Premier ministre, grâce à des fonds du trésor public ivoirien.

Avec Jeune Afrique par Benjamin Roger

Côte d’Ivoire : Laurent Gbagbo demande le divorce avec Simone Ehivet Gbagbo

juin 22, 2021

Avec RFI

Côte d’Ivoire: Les premières images de l’arrivée de Laurent Gbagbo à Abidjan

juin 17, 2021

Avec Ivoire TV5

L’ex-président Gbagbo est rentré en Côte d’Ivoire, accueilli par ses partisans en liesse

juin 17, 2021
L'ex-president Gbagbo est rentre en Cote d'Ivoire, accueilli par ses partisans en liesse
L’ex-président Gbagbo est rentré en Côte d’Ivoire, accueilli par ses partisans en liesse© AFP/JOHN WESSELS

Acquitté de crimes contre l’humanité par la Cour pénale internationale (CPI), l’ex-président Laurent Gbagbo est rentré jeudi en Côte d’Ivoire après dix ans d’absence, accueilli à Abidjan par des milliers de jeunes partisans en liesse, malgré des incidents avec la police.

C’est son acquittement définitif le 31 mars qui a rendu possible ce retour, de même que le feu vert donné par son rival, le président Alassane Ouattara, au nom de la « réconciliation nationale ».

M. Gbagbo a d’abord été acclamé à sa descente d’avion par des centaines de personnes, celles qui avaient pu avoir accès à l’aéroport: ses proches, les responsables de son parti – le Front populaire ivoirien (FPI) – et le personnel de l’aéroport et de compagnies aériennes.

Monté directement dans une voiture sur le tarmac de l’aéroport, il a brûlé l’étape du pavillon présidentiel qui avait été mis à disposition par Alassane Ouattara, où l’attendaient des responsables du FPI.

Son cortège a ensuite pris la route menant à son ancien QG de campagne de la présidentielle de 2010, situé dans le Nord d’Abidjan, où il devait prendre la parole et où l’attendaient des centaine de partisans.

Tout au long du parcours, des milliers de jeunes pro-Gbagbo enthousiastes couraient, sautaient en criant « Gbagbo est là », « Gbagbo revient », « il est là pour libérer la Côte d’Ivoire » ou encore « on est là pour Gbagbo et on est fiers ».

Peu avant l’atterrissage vers 16H30 (GMT et locales), des journalistes de l’AFP avaient entendu des tirs et vu des fumées de gaz lacrymogènes, tout près de l’aéroport.

Tour au long de la journée, la police a dispersé avec du gaz lacrymogène tous ceux qui tentaient de se rassembler près de l’aéroport, situé dans le Sud de la capitale, dans le quartier de Port-Bouët où, selon des témoins, des échauffourées ont aussi opposé les forces de l’ordre à des partisans de M. Gbagbo. Des photos de personnes blessées circulaient sur les réseaux sociaux sans qu’il soit possible de confirmer leur authenticité.

Les manifestants repoussés ne cachaient pas leur colère de voir les accès à l’aéroport bloqués, sauf pour les voyageurs devant prendre un avion et les journalistes accrédités.

Les rassemblements le long du cortège n’ont pas été interdits par le gouvernement, mais le ministre de la Communication Amadou Coulibaly a affirmé à l’AFP avoir appris l’itinéraire « par la presse ».

Il a qualifié les tentatives des partisans de M. Gbagbo de rejoindre l’aéroport de « troubles à l’ordre public », car je « n’ai pas entendu d’appel à aller l’accueillir ». « Il n’y a pas d’abus dans le maintien de l’ordre », a-t-il affirmé.

« Réaction injustifiée »

« Nous sommes surpris par cette réaction injustifiée », a déclaré Justin Katinan Koné, porte-parole de Laurent Gbagbo, affirmant que des « arrestations ont eu lieu » et que des cars de partisans de l’ex-président venus de province ont été « bloqués à l’entrée d’Abidjan ».

L’ampleur de l’accueil de l’ex-président a été au coeur des récentes négociations entre le pouvoir et le FPI: le premier souhaitant qu’il soit sans « triomphalisme », le second qu’il soit populaire en permettant au plus grand nombre de ses partisans d’être présents dans les rues d’Abidjan. L’enjeu était la sécurité de M. Gbagbo lui-même mais aussi d’éviter tout débordement.

Laurent Gbagbo, 76 ans, vivait à Bruxelles depuis son acquittement par la CPI en janvier 2019, confirmé en appel le 31 mars 2021. Au pouvoir depuis 2000, il avait été arrêté en avril 2011 à Abidjan puis transféré à la CPI à La Haye.

Ses adversaires estiment toujours qu’il a précipité son pays dans le chaos en refusant sa défaite face à Alassane Ouattara à la présidentielle de 2010. Ce refus a provoqué une grave crise post-électorale, pendant laquelle quelque 3.000 personnes ont été tuées. C’est pour ces faits qu’il avait été transféré à la CPI.

Ses proches assurent qu’il rentre sans esprit de vengeance mais pour oeuvrer à la politique de « réconciliation nationale ».

La Côte d’Ivoire est encore meurtrie par deux décennies de violences politico-ethniques, les dernières remontant à la dernière présidentielle, en 2020 et ayant fait une centaine de morts.

Alassane Ouattara a alors été réélu pour un 3e mandat controversé lors d’un scrutin boycotté par l’opposition qui jugeait ce nouveau mandat anticonstitutionnel.

La Côte d’Ivoire « doit se retrouver », estime Assoa Adou, secrétaire général du FPI, car « elle est aujourd’hui en danger de déstabilisation par des jihadistes » après des attaques contre l’armée qui ont récemment tué quatre militaires dans le Nord, à la frontière avec le Burkina Faso.

Laurent Gbagbo reste sous le coup d’une condamnation en Côte d’Ivoire à 20 ans de prison pour le « braquage » de la Banque centrale des Etats d’Afrique de l’Ouest (BCEAO) pendant la crise de 2010-2011, mais le gouvernement a laissé entendre qu’elle serait abandonnée.

Par Le Point avec AFP

Côte d’Ivoire: C’est le chaud au QG du FPI actuellement à Abidjan

juin 17, 2021

Avec Ivoire TV5

Côte d’Ivoire: Message de Madame Simone Ehivet Gbagbo relatif à l’arrivée du Président Laurent Gbagbo ce jeudi 17

juin 17, 2021

Avec IvoireTV5

Bruxelles: Laurent Gbagbo dans l’avion avec Nady Bamba pour Abidjan

juin 17, 2021

Par Ivoir netTV avec France24

Côte d’Ivoire/Affaire moto à l’effigie de GBAGBO: l’homme qui était à coté du pro-Gbagbo tabassé à Abobo, parle

juin 16, 2021

Avec Ivoir Net TV

Covid: Paris fait tomber le masque, Moscou contraint à la vaccination

juin 16, 2021
Covid: Paris fait tomber le masque, Moscou contraint a la vaccination
Covid: Paris fait tomber le masque, Moscou contraint à la vaccination© AFP/Prakash SINGH

L’ambiance sur le front du virus est à l’embellie dans l’UE qui rouvre ses portes aux touristes américains et où la France s’apprête à faire tomber le masque en extérieur, alors qu’à Moscou, face à une situation « dramatique », la vaccination devient obligatoire pour une partie de la population.

L’Union européenne a par ailleurs validé mercredi les deux premiers plans de relance nationaux post-Covid, au Portugal et en Espagne.

Le reflux de l’épidémie, qui a fait au moins 3.824.885 morts dans le monde, a permis au Premier ministre français Jean Castex d’annoncer que le port du masque à l’extérieur ne serait plus obligatoire à partir de jeudi, sauf dans certaines circonstances comme les regroupements, les lieux bondés ou les stades.

Il a également annoncé la levée du couvre-feu fixé à 23h00 à compter de dimanche. Cette décision a été prise car la situation sanitaire « s’améliore plus vite que nous l’avions espéré », a expliqué M. Castex, dont le pays ambitionne d’atteindre l’objectif de 35 millions de Français (pour une population totale de plus de 67 millions) complètement vaccinés fin août.

En Espagne, le Premier ministre Pedro Sanchez a lui aussi promis mercredi un abandon prochain du masque dans la rue, alors que plus du quart de la population est désormais entièrement vaccinée.

Dans d’autres pays, l’heure est également à la réouverture progressive, comme en Inde où l’emblématique Taj Mahal a accueilli des visiteurs mercredi, après une fermeture de deux mois imposée au plus fort de la deuxième vague épidémique.

Le nombre de contaminations quotidiennes diminue depuis quelques semaines dans le pays, qui a officiellement recensé 379.573 décès et 29,63 millions de cas, incitant plusieurs grandes villes, dont New Delhi et Bombay, à assouplir les restrictions de déplacement et d’activité commerciale.

– ‘A Moscou, vaccin obligatoire’

En revanche, confrontées à une situation « dramatique », Moscou et toute sa région ont rendu la vaccination contre le Covid-19 obligatoire dans le secteur des services, une première en Russie face à une campagne d’immunisation qui patine et en l’absence de tout confinement.

Cette décision est l’une des plus importantes au monde en termes d’ampleur de la population concernée.

Sont ainsi sommés de se faire vacciner, entre autres, les personnels des transports, des magasins, de la restauration, des lieux culturels, des salons de beauté, de la santé et de l’éducation ou des banques.

La Russie a annoncé mercredi avoir dénombré 13.397 nouveaux cas en 24 heures et 396 morts, alors que moins de 13 % de la population a reçu au moins une dose.

L’Europe occidentale se prépare pour sa part aux vacances d’été, et les ambassadeurs des Vingt-Sept ont donné leur feu vert à l’ajout des Etats-Unis à la liste des pays et territoires dont les voyageurs, même non vaccinés contre le Covid-19, peuvent être admis dans l’UE, ont indiqué des sources européennes à l’AFP.

L’Albanie, le Liban, la Macédoine du Nord, la Serbie, Taïwan, Hong Kong et Macao ont également été ajoutés à cette liste qui comprenait jusqu’alors huit pays (Japon, Australie, Israël, Nouvelle-Zélande, Rwanda, Singapour, Corée du Sud et Thaïlande).

L’UE avait fermé ses frontières extérieures en mars 2020 pour les voyages non essentiels et établi depuis un an une liste restreinte, régulièrement actualisée, de pays tiers dont les résidents sont autorisés à se rendre en Europe.

« Triste jalon » aux Etats-Unis

Les Européens se fondent notamment sur la situation épidémiologique et l’avancement de la campagne de vaccination, et les pays peuvent y figurer s’ils ont enregistré moins de 75 cas de Covid pour 100.000 habitants sur les 14 derniers jours.

C’est le cas des Etats-Unis (73,9), qui ont cependant franchi mardi le seuil des 600.000 morts.

Un « triste jalon », a déploré le président Joe Biden, en appelant les Américains à se faire vacciner « dès que possible ».

Grâce à la campagne de vaccination, le nombre de décès quotidiens a considérablement baissé, et permis un quasi retour à la normale dans la majorité du pays, notamment en Californie et à New York, où 70 % des adultes ont reçu au moins une dose de vaccin.

Dans le même temps, le Portugal et l’Espagne sont devenus mercredi les premiers pays à recevoir le feu vert de Bruxelles pour leurs plans de relance financés par un emprunt commun inédit destiné à surmonter les conséquences économiques de la pandémie.

« Ces deux pays du Sud de l’Europe, qui dans le passé ne se sont pas sentis accompagnés, ont bénéficié cette fois-ci d’un soutien et d’une générosité extraordinaire de la part de leurs partenaires du Nord », a commenté Toni Roldan, chercheur en économie politique à l’EsadeEcPol de Madrid.

Madrid doit toucher quelque 140 milliards d’euros, dont la moitié en subventions directes et l’autre sous forme de prêts.

L’Espagne a été l’un des pays les plus touchés par la première vague de la pandémie de Covid-19, au printemps 2020, tandis que le Portugal a été durement atteint en début d’année.

Il a enregistré mercredi plus d’un millier de contagions au coronavirus en 24 heures, le plus haut niveau depuis la fin février.

Par Le Point avec AFP

Côte d’Ivoire: Mobilisation pour le retour du président Gbagbo, bonne ambiance

juin 16, 2021

Avec Edo Tips