Posts Tagged ‘Côte d’Ivoire’

Côte d’Ivoire : Charles Blé Goudé sera bien poursuivi à Abidjan

novembre 8, 2019

Charles Blé Goudé, le 15 janvier 2019 à La Haye.

Charles Blé Goudé, le 15 janvier 2019 à La Haye. © ICC-CPI 

La chambre d’instruction du parquet général d’Abidjan a décidé mercredi de renvoyer l’ancien ministre de la Jeunesse devant le tribunal criminel.

Charles Blé Goudé, toujours en résidence surveillée à La Haye, sera bien jugé par la justice ivoirienne. « La chambre d’instruction a conclu à son renvoi devant le tribunal criminel, l’ancienne cour d’assises », a confié jeudi 7 novembre, le procureur général de la cour d’appel, Leonard Lebry.

La date du procès sera fixée prochainement par le tribunal de première instance.

Leonard Ledry a précisé que les faits pour lesquels Blé Goudé « est poursuivi concernent : les actes de tortures, d’homicides volontaires, de traitement inhumain, d’atteinte à l’intégrité physique, de viol, d’assassinats et d’attentat à la pudeur commis durant les barrages d’autodéfense dans le courant des années 2010 et 2011, et la complicité de ses crimes commis par lui-même ou ses partisans sur l’ensemble du territoire ».

Requalification des faits

« Ces faits sont différents de ceux qui sont jugés actuellement par la Cour pénale internationale (CPI). D’ailleurs, les règles de la CPI n’interdisent pas que d’autres faits soient poursuivis par des juridictions internes même si la CPI a été saisie », a-t-il estimé.

Le procureur général a également précisé que les poursuites contre Blé Goudé avaient été entamées en 2012 sous la qualification de crime contre les populations civiles et de crimes de guerre. Ces chefs d’accusation n’existant plus dans le nouveau code pénal, le parquet a demandé que les faits soient requalifiés.

La décision de juger Charles Blé Goudé, actuellement en liberté conditionnelle à la Haye, a été prise mercredi par la chambre d’instruction du parquet général d’Abidjan. Une audience au cours de laquelle la défense de l’ancien ministre de Laurent Gbagbo avait décidé de se retirer de la procédure.

Conflit de compétence juridictionnelle

« Il y avait une pièce maîtresse qui concernait le transfert de Charles Blé Goudé à la CPI, le 21 mars 2014, qui ne s’y trouvait pas la dernière fois. Cette pièce nous a été remise le mardi 5 novembre à 12h26, alors que l’heure limite de dépôt du mémoire étant fixée à 15 heures du même jour, il était matériellement impossible aux avocats de déposer leur mémoire. Nous avons donc sollicité un autre renvoi d’une semaine. Face au refus de la chambre, nous avons décidé de nous déporter de cette affaire », avait déclaré déclaré Me N’dry. L’audience avait déjà été reportée à deux reprises.

Le procureur général a répondu jeudi que cette pièce figurait dans le dossier d’instruction depuis le 31 octobre et que les avocats auraient pu la consulter « au greffe ».

Les avocats de la défense contestaient également la légitimité de la justice ivoirienne à juger Charles Blé Goudé. « La Côte d’Ivoire avait la possibilité de le juger pour les faits relatifs à la crise post-électorale mais a décidé de le livrer à la CPI, qui l’a acquitté. Et maintenant comme par extraordinaire, cette même justice s’autosaisit pour ces même faits. Ce n’est pas comme cela qu’une démocratie fonctionne », avait expliqué Me N’dry.

Jeuneafrique.com par Vincent Duhem

Côte d’Ivoire: Arrestation manquée de Guillaume Soro en Espagne et annulation de son visa des USA

octobre 21, 2019

 

Côte d’Ivoire : une marche à Abidjan après le viol et la mort d’une fillette

octobre 6, 2019

Des enfants dans un quartier d’Abidjan. Photo d’illustration. © Schalk van Zuydam/AP/SIPA

 

Plusieurs dizaines de personnes ont marché dimanche à Abidjan pour dénoncer la mort – après un viol – d’une fillette âgée de trois ans, crime très médiatisé et abondamment commenté sur les réseaux sociaux. La ministre ivoirienne de la Famille et de l’enfant, Ramata Ly-Bakayoko a promis que « tout sera mis en œuvre pour retrouver les criminels ».

Bouassa Ahou Océane est morte après avoir été violée dans son village de Bore-Ettienkro, à 25 km de Dimbokro (centre), avait annoncé mardi la ministre ivoirienne de la Famille et de l’enfant, Ramata Ly-Bakayoko, évoquant « un acte ignoble ». La fillette a été enlevée et violée lundi, puis abandonnée dans les broussailles près de son village. Elle avait été hospitalisée à Abidjan sans que les médecins puissent la sauver.

« Viols d’enfants, la fin du silence », « Stop à la violence envers les enfants », lisait-on sur les banderoles et affiches tenues par des manifestants vêtus de tee-shirts rouges et blancs dimanche. « Il faut commencer à sensibiliser », a expliqué Hassan Hayek, l’initiateur de la marche.

Des funérailles prises en charge par l’État

« On a trop longtemps gardé le silence. Il est aujourd’hui temps d’en parler », a déclaré à l’AFP Sylvie Ossen qui a pris part à cette marche silencieuse qui s’est déroulée dans le quartier chic de Cocody.

Après cette marche silencieuse, les manifestants ont allumé des cierges et déposé des fleurs à la mémoire de Bouassa Ahou Océan.

Les funérailles seront prises en charge par l’État, avait assuré la ministre, promettant que « tout sera mis en œuvre pour retrouver les criminels ». La ministre avait également annoncé le viol d’une autre « fille de 16 ans par sept individus à Agboville (près d’Abidjan).

Par Jeuneafrique.com avec AFP

Côte d’ivoire: La stratégie de Henri Konan Bédié, le sphinx de Daoukro, pour la présidentielle de 2020

septembre 20, 2019

Henri Konan Bédié, à Pais le 10 septembre 2019. © Vincent Fournier pour Jeune Afrique

Henri Konan Bédié, qui vient d’officialiser son alliance politique avec Laurent Gbagbo, a accordé un entretien à Jeune Afrique. À un an de la présidentielle, il assume ses changements d’alliance, affiche ses ambitions et détaille sa stratégie politique.

«  Il n’y a pas d’âge limite en politique. » À 85 ans, le sphinx de Daoukro affiche ses ambitions dans la perspective de la présidentielle de 2020, se posant désormais en opposant farouche à son ancien allié Alassane Ouattara.

Dans l’entretien qu’il a accordé le 10 septembre à Jeune Afrique, à paraître dans notre édition du 22 septembre, le patron du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI) détaille notamment sa stratégie d’alliance avec le Front populaire ivoirien (FPI) de Laurent Gbagbo – dont le retour prochain à Abidjan a été hypothéqué par la décision de la procureure de la Cour pénale internationale de faire appel de l’acquittement prononcé en faveur de l’ancien président ivoirien.

La présidentielle en ligne de mire

Et peu importe que les deux partis, qui « travaillent désormais ensemble au sein d’une même plateforme politique », soient aux antipodes en terme idéologique, l’un étant  socialiste, l’autre libéral. « C’est une entente pour travailler ensemble à des objectifs précis en vue l’élection présidentielle de 2020 », assure Henri Konan Bédié. Quant à la présidentielle, « chaque parti aura son candidat. Mais au second tour, le mieux placé recevra le soutien de l’autre », affirme-t-il.

Le président du PDCI, qui n’oublie pas de porter quelques coups de griffes à ceux des cadres qui ont rejoint le Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP) – « une trahison » -, revient également sur ses relations avec Guillaume Soro, l’ancien président de l’Assemblée nationale passé à l’opposition.

Avec le président ivoirien, son ancien allié, il affirme qu’« il n’y a plus de dialogue ». « Contrairement à moi, [Alassane Ouattara] n’a pas le droit de se présenter », assène Henri Konan Bédié, qui met également en garde contre un éventuel « tripatouillage » de la Constitution qui permettrait au chef de l’État d’instaurer une limite d’âge pour les candidats à la présidentielle.

Par Jeune Afrique

Côte d’Ivoire: des fans déterrent le corps de Dj Arafat à Abidjan

août 31, 2019

Publiée par Believeinyou.Tele

Côte d’Ivoire: Cérémonie d’inhumation de Dj Araf au cimetière de Williamsville à Abidjan

août 31, 2019

Côte d’Ivoire : les autorités peaufinent les derniers détails des obsèques de DJ Arafat

août 28, 2019

DJ Arafat en concert. © Francky DiCaprio/Flickr/Creative Commons

 

La Côte d’Ivoire a alloué 150 millions de francs CFA pour l’organisation des funérailles, en grandes pompes, de l’enfant terrible d’Abidjan. Le comité d’organisation attend encore des donations pour boucler le budget de ces obsèques qui débuteront vendredi pour s’achever le lendemain.

Tout commence à se mettre en place pour les obsèques de DJ Arafat qui débuteront vendredi 30 août à Abidjan. La Côte d’Ivoire, comme promis par le président Alassane Ouattara, a octroyé un fonds de 150 millions de francs CFA (soit plus de 200 000 euros) pour soutenir l’organisation des obsèques.

Le comité d’organisation attend encore d’autres donations pour boucler le budget. Chaque membre du comité s’acquittera d’au moins 300 000 francs CFA pour contribuer aux dépenses.

Le gouvernement apportera également une aide logistique et déploiera un impressionnant dispositif de sécurité. Dans la seule commune du Plateau et aux alentours du stade Félix Houphouët-Boigny, où aura lieu la veillée artistique, quatre écrans seront installés pour ceux qui ne pourront pas être accueillis à l’intérieur du stade.

«  Nous envisageons aussi une retransmission de la cérémonie sur écran-géant dans les communes d’Abobo (Soghefia), de Yopougon (place Figayo), de Koumassi (place Inchallah) et de Cocody (stade d’Angré) pour permettre à une partie des fans de rester dans leurs quartiers », a confié à Jeune Afrique, Kenzo Kouadio, le président du comité d’organisation.

Un endroit où les « Chinois » pourront se recueillir

L’objectif des organisateurs est d’éviter des mouvements et bousculades. La Radiodiffusion télévision ivoirienne (RTI), le groupe de l’audiovisuel public, retransmettra en direct toutes les étapes des obsèques. Les établissements sanitaires de la ville d’Abidjan ont mobilisé leur personnel. Plusieurs ambulances, les sapeurs pompiers et le Samu seront présents sur les différents sites.

La présentation des condoléances à la résidence de DJ Arafat prendra fin jeudi 29 août, après une prolongation de quatre jours.

Selon nos informations, le caveau où reposera l’artiste devrait coûter 26 millions de francs CFA. Un endroit où « Les Chinois » (nom donné par l’artiste à ses nombreux fans) pourront venir se recueillir.

Jeuneafrique.com par Beaudelaire Mieu – à Abidjan

Côte d’Ivoire : de La Haye, Charles Blé Goudé rêve de construire un « grand parti »

août 18, 2019
Charles Blé Goudé. © Vincent Fournier/J.A.

 

Le Cojep, le parti de l’ancien leader ivoirien récemment acquitté de crimes contre l’humanité, a tenu son premier congrès samedi. Charles Blé Goudé intervenait par vidéo conférence des Pays-Bas.

« Nous allons construire un grand parti! », a lancé samedi Charles Blé Goudé, l’ancien chef des Jeunes Patriotes de Côte d’Ivoire, récemment acquitté de crimes contre l’humanité par la CPI, à l’ouverture à Abidjan du premier congrès du Cojep, son mouvement devenu un parti.

« Je suis Charles Blé Goudé, je vous parle depuis La Haye », a déclaré l’ex-leader intervenant par vidéo conférence devant près de 2.000 personnes rassemblées à Yopougon, un quartier populaire d’Abidjan.

« Je vous fais une promesse, ensemble vous et moi nous allons construire un grand parti politique dont le bastion sera la Côte d’Ivoire » a-t-il martelé.

Venus de tous le pays, les militants du Cojep ont déployé lors d’une cérémonie festive des banderoles sur lesquelles étaient inscrits des slogans: « Avec Charles Blé Goudé nous sommes engagés pour la reconquête des libertés » ou « on a vaincu le 32 », le numéro de la cellule où il a passé cinq ans à La Haye avant son acquittement en première instance par la Cour pénale internationale.

Horizon 2020 ?

« Le congrès qui est aussi une fête pour magnifier la vérité va délivrer un message fort de réconciliation et dire que l’acquittement de Charles Blé Goudé n’est pas une victoire sur un camp, mais la manifestation de la vérité car la Côte d’Ivoire en avait besoin », a affirmé de son côté Jean-Claude Gnahoua, responsable du Cojep en Europe, qui participait à la réunion.

Le congrès qui doit s’achever dimanche pourrait désigner Charles Blé Goudé comme président du Cojep et lui donner mandat de participer aux futurs scrutins, y compris à la présidentielle.

L’ancien chef controversé des Jeunes Patriotes de Côte d’Ivoire se voit un destin présidentiel dans son pays, mais avait annoncé ne pas vouloir être candidat en 2020. « Un jour, j’aimerais diriger mon pays. Mais j’ai tout mon temps. Je sais que la Côte d’Ivoire m’attend », avait déclaré à Jeune Afrique ce fidèle de l’ex-président ivoirien Laurent Gbgabo – également acquitté par la CPI.

Par Jeune Afrique avec AFP

Côte d’Ivoire : le roi du coupé-décalé DJ Arafat est décédé

août 12, 2019

DJ Arafat, l’empereur du coupé-décalé. © Camille Millerand pour JA 

Victime d’un accident de moto dans la nuit du dimanche 11 au lundi 12 août à Abidjan, l’artiste ivoirien Ange Didier Huon – alias DJ Arafat – est mort des suites de ses blessures dans une clinique d’Abidjan, selon plusieurs sources officielles ivoiriennes, dont Maurice Bandaman, le ministre ivoirien de la Culture.

La star du « coupé-décalé » est décédé lundi 12 août à la Polyclinique des Deux Plateaux, à Abidjan. L’artiste est mort des suites de ses blessures après un grave accident de la route, survenu dans la nuit de dimanche à lundi. Sa moto a percuté une voiture conduite par une journaliste de Radio Côte d’Ivoire. Le chanteur, inconscient, a été rapidement pris en charge et admis en soins intensifs. Il n’a malheureusement pas survécu.

« Il a été admis aux urgences dans un état végétatif. Il avait notamment une fracture du crâne et un œdème », a confié à Jeune Afrique un médecin de l’établissement, sous couvert d’anonymat. Les équipes soignantes ont tenté de le réanimer, « en vain ».

Vidéo de l’accident avant la mort de DJ Arafat

Deux ministres du gouvernement ivoirien, qui se sont rendus au chevet de l’artiste, ont confirmé le décès à Jeune Afrique, de même qu’un haut fonctionnaire en poste à Abidjan. « Je suis à la clinique où DJ Arafat a été admis. Je peux vous confirmer que l’artiste est décédé. Je suis avec le ministre d’État Hamed Bakayoko, pour nous organiser avec la famille », a déclaré Maurice Bandaman, ministre ivoirien de la Culture et de la Francophonie.

L’information a par ailleurs été confirmée sur les antennes de la RTI, la chaîne publique ivoirienne, dans son journal de 13h.

A’salfo, le leader du groupe Magic System, s’est rendu lui aussi à l’hôpital. Selon nos informations, l’entourage de l’artiste, comme les autorités ivoiriennes, s’interrogeaient en fin de matinée sur les modalités de l’annonce du décès au public.

Roi incontesté du « coupé-décalé », DJ Arafat – de son vrai nom Ange Didier Huon – s’est forgé une renommée internationale et s’est imposé comme le patron incontesté du coupé décalé. Il avait également une réputation sulfureuse, notamment en raison des clashs récurrents qui l’opposaient à d’autres artistes de coupé-décalé.

 

Né en 1986 à Yopougon, une commune de l’ouest abidjanais, l’artiste décédé à 33 ans, aimait à s’attribuer des surnoms sans cesse nouveaux, de « Commandant Zabra » à « Yorobo » – plus récemment, il se présentait même comme « Chef de la Chine Populaire ». Tragique ironie du sort, son dernier single – qui bat des records sur YouTube avec 4,5 millions de vues depuis sa sortie en mai dernier – s’intitule « Moto-Moto ».

Jeuneafrique.com par Beaudelaire Mieu

Côte d’Ivoire : le parti de Charles Blé Goudé tiendra son premier congrès le 17 août

août 10, 2019

Charles Blé Goudé, le 5 juin 2019 aux Pays-Bas. © Wiebe Kiestra pour JA

Le mouvement de Charles Blé Goudé devenu un parti, le Cojep, va tenir son premier congrès le 17 août à Abidjan.

 

« Le congrès débute le 17 août par une fête populaire à la place CP1 de Yopougon », une commune d’Abidjan, a déclaré à l’AFP  Charles Blé Goudé, joint au téléphone depuis Abidjan à la Haye, où il réside depuis son acquittement par la Cour pénale internationale, dans l’attente d’un éventuel appel de la procureure.

« Quel Cojep pour une Côte d’Ivoire libre et démocratique? » est le thème dont devraient débattre les participants au congrès. Ils pourront écouter par vidéo-conférence un message de Charles Blé Goudé, en liberté sous condition après cinq ans de prison.

Ambitions présidentielles

Le congrès, prévu pour s’achever le 18, « pourrait désigner Charles Blé Goudé comme président du Cojep et lui donner mandat de participer aux futurs scrutins, y compris à la présidentielle de 2020 », a expliqué Boidi Amon, un militant venu de Belgique pour y participer.

L’ancien chef controversé des Jeunes Patriotes de Côte d’Ivoire se voit un destin présidentiel dans son pays. « Un jour, j’aimerais diriger mon pays. Mais j’ai tout mon temps. Je sais que la Côte d’Ivoire m’attend », avait déclaré à Jeune Afrique ce fidèle de l’ex-président ivoirien Laurent Gbgabo – également acquitté par la CPI.

Dans les années 2000, Charles Blé Goudé fut surnommé « le général des rues » pour sa capacité à mobiliser les partisans de Laurent Gbagbo, à travers le mouvement des Jeunes patriotes notamment, souvent qualifié de milice. Ses détracteurs le considèrent comme un de ceux qui ont contribué à la montée de la tension en Côte d’Ivoire dans la décennie 2000, qui a culminé en 2010-2011 dans les violences post-électorales ayant fait plus de 3 000 morts. 

Par Jeune Afrique avec AFP