Posts Tagged ‘Cour des comptes’

La résilience de l’économie russe mise à rude épreuve

avril 13, 2022
Des employés marchent près d'un réservoir de gaz naturel dans la péninsule de Yamal en Russie.

Des employés marchent près d’un réservoir de gaz naturel dans la péninsule de Yamal, en Russie. Photo : AFP/Kirill Kudryatsev

Alors que le président russe Vladimir Poutine se fait rassurant, le président de la Cour des comptes de Russie a estimé mercredi que l’économie du pays mettrait des années à se reconstruire si les sanctions internationales restaient durablement en vigueur.

Si les sanctions restent au niveau actuel, il faudra environ deux ans de reconstruction, pas moins, a estimé, selon les agences russes, Alexeï Koudrine, un ex-ministre des Finances très respecté dans le pays.

Puis il faudra rebâtir durant de nombreuses années, car ce dont on parle, c’est de remplacer toute une série de produits importés, a-t-il ajouté.

L’industrie automobile est par exemple paralysée à l’heure actuelle, car le pays ne peut plus importer de pièces détachées.

En outre, l’État russe, comme de nombreuses banques et entreprises, est coupé du système financier international, et l’inflation pourrait se situer autour de 20 % cette année.

« Un des grands risques, aujourd’hui, c’est l’affaissement de l’économie du fait des restrictions logistiques, d’une part, et du manque de liquidités, d’autre part. »— Une citation de  Andreï Beloussov, vice-premier ministre de la Russie

Devant la Chambre haute du Parlement, il a précisé que les secteurs de l’industrie et du commerce ont connu une baisse d’activité de 11 % du fait des sanctions imposées dans la foulée de l’offensive russe le 24 février. La Banque mondiale s’attend d’ailleurs à une chute de 11,2 % du produit intérieur brutPIB russe cette année.

Poutine reste optimiste

Malgré ces sombres perspectives, le président russe reste optimiste pour le secteur de l’énergie, la vache à lait de l’économie du pays.

Mercredi, Vladimir Poutine a déclaré que la Russie, frappée par des sanctions occidentales pour l’invasion de l’Ukraine, pouvait aisément rediriger ses exportations d’hydrocarbures vers les régions du monde qui en ont le plus besoin tout en augmentant la consommation intérieure de pétrole, de gaz et de charbon.

Sur la question du pétrole, du gaz et du charbon russes, nous serons en mesure d’augmenter leur consommation sur le marché intérieur, a déclaré Vladimir Poutine lors d’une réunion sur le développement de l’Arctique russe.

« Nous augmenterons également la fourniture de ressources énergétiques à d’autres régions du monde où elles sont vraiment nécessaires. »— Une citation de  Vladimir Poutine, président de la Russie

Le refus de plusieurs pays occidentaux de coopérer [avec la Russie] normalement, y compris en ce qui concerne les ressources énergétiques russes […], a déjà frappé des millions d’Européens et provoqué une véritable crise énergétique, a-t-il ajouté.

Avec Radio-Canada

Corruption: la Cour des comptes étrille le pouvoir haïtien

août 17, 2020

Un rapport de la Cour supérieure des comptes d'Haïti a dénoncé la gestion frauduleuse du pouvoir.

Un rapport de la Cour supérieure des comptes d’Haïti a dénoncé la gestion frauduleuse du pouvoir. MAURICIO VALENZUELA / AFP

La Cour supérieure des comptes d’Haïti déplore, dans un nouveau rapport publié lundi, la gestion frauduleuse et souvent illégale, par les divers ministères et administrations, de centaines de millions de dollars d’aide offerts par le Venezuela entre 2008 et 2016. Projets engagés sans une évaluation des besoins ou même une estimation des coûts, violations répétées des normes de passation de marchés publics: sur plus de 1000 pages, les juges n’épargnent aucune institution.

«Les projets d’investissement et les contrats liés au fonds PetroCaribe n’ont pas été gérés en respectant les principes d’efficience et d’économie», accuse la Cour des comptes. Mis en place à l’initiative de l’ancien président Hugo Chavez, ce programme a permis à plusieurs pays d’Amérique latine et des Caraïbes de bénéficier de prêts du Venezuela dans le cadre d’un mécanisme de livraison de pétrole à conditions préférentielles. Les six gouvernements haïtiens qui se sont succédé depuis 2008 ont lancé pour près de deux milliards de dollars de projets sans, le plus souvent, se soucier des principes de base de la gestion de fonds publics, accuse l’audit.

La Cour des comptes haïtienne dénonce aussi l’absence de coopération des institutions ce qui a empêché son travail d’enquête. Par exemple, les juges n’ont pas pu retracer un seul contrat pour la construction d’un parc industriel et de 1500 maisons en périphérie de Port-au-Prince : ce qui a été le plus ambitieux projet public d’aménagement urbain initié suite au séisme de 2010 s’est arrêté en 2014. Plus de 46 millions de dollars ont pourtant été versés à une seule entreprise, Constructora ROFI S.A., qui appartient au sénateur dominicain Félix Bautista, sanctionné pour corruption par le Trésor américain en juin 2018.

Dans leur précédent rapport sur le fonds PetroCaribe, les juges avaient épinglé l’actuel président de la République Jovenel Moïse, accusé d’avoir été au cœur d’un «stratagème de détournement de fonds» avant sa prise de fonction. Contre les recommandations de la Cour des comptes et malgré des manifestations populaires organisées depuis 2018, aucune poursuite n’a encore été menée la justice haïtienne contre les dizaines d’anciens ministres et haut dirigeants impliqués dans le scandale PetroCaribe.

Par Le Figaro avec AFP

Centrafrique : la Cour des comptes relance Samba-Panza sur sa gestion du don angolais

octobre 17, 2016

Catherine Samba-Panza, le 2 mars, à Washington. © DOROTHÉE THIÉNOT POUR J.A.

L’ancienne présidente de la transition centrafricaine a jusqu’au 18 octobre pour donner à la Cour des comptes plus d’éclaircissements « sur la gestion de la deuxième tranche du don angolais » de 10 millions de dollars octroyé à Bangui en mars 2014 – somme dont un quart n’est pas rentré dans les caisses de l’État.

Pas vraiment satisfait des éléments de réponse fournis par l’ancienne présidente de la transition, le greffier en chef de la Cour lui a envoyé, le 4 octobre, un courrier de relance lui donnant un délai de quinze jours pour se montrer plus loquace. Il pourrait également envisager d’appeler à s’expliquer la fille de CSP, Christelle Sappot, aujourd’hui ambassadrice à Malabo. Cette dernière fut sa secrétaire particulière. 

Selon nos informations, Catherine Samba-Panza devrait une nouvelle fois répondre à la Cour des comptes, sans toutefois apporter plus de précisions.

Jeuneafrique.com