Posts Tagged ‘Croissance’

Pour le FMI, l’Afrique tire son épingle du jeu

juillet 27, 2022

PRÉVISIONS. Dans un contexte où l’horizon s’obscurcit pour l’économie mondiale, les perspectives s’annoncent inchangées, voire positives, pour certains pays africains.

Le Nigeria, pays producteur de petrole, verra sa croissance s'ameliorer en 2023 par rapport aux previsions d'avril pour atteindre 3,2 %.
Le Nigeria, pays producteur de pétrole, verra sa croissance s’améliorer en 2023 par rapport aux prévisions d’avril pour atteindre 3,2 %.© PIUS UTOMI EKPEI / AFP

L’économie mondiale est prise dans une tempête de chocs et d’incertitudes alors qu’elle tentait de se relever du Covid-19, selon le FMI, qui a révisé à la baisse le 26 juillet ses prévisions de croissance et alerte sur les nombreux risques en vue. « L’économie mondiale, encore sous le choc de la pandémie et de l’invasion russe de l’Ukraine, fait face à des perspectives de plus en plus sombres et incertaines », observe l’économiste en chef du Fonds monétaire international, Pierre-Olivier Gourinchas, dans une note de blog. « De nombreux risques » évoqués par le FMI dans ses dernières prévisions, en avril, « ont commencé à se concrétiser », alerte-t-il, et « le monde pourrait bientôt se trouver au bord d’une récession mondiale, deux ans seulement après la dernière ».

La croissance mondiale n’est désormais plus attendue qu’à 3,2 % en 2022, soit 0,4 point de moins qu’anticipé en avril, reflétant « le ralentissement de la croissance dans les trois plus grandes économies du monde – les États-Unis, la Chine et la zone euro – avec des conséquences importantes pour les perspectives mondiales ».

3,8 % de croissance en 2022

Un tableau pessimiste duquel l’Afrique pourrait tirer son épingle du jeu, d’après le Fonds. En effet, dans sa dernière mise à jour des perspectives de l’économie mondiale, l’institution a estimé que l’Afrique subsaharienne devrait enregistrer une croissance de 3,8 % en 2022 et de 4 % en 2023, des taux qui demeurent inchangés par rapport aux précédentes prévisions du mois d’avril.

Les pays de la région qui s’en sortent le mieux sont les producteurs de combustibles fossiles et de métaux, qui tirent profit de la flambée des cours mondiaux. Ainsi, le Nigeria devrait voir sa croissance s’améliorer en 2023 par rapport aux prévisions d’avril pour atteindre 3,2 %. D’autres comme l’Afrique vont même voir leur situation s’améliorer, avec une croissance de 2,3 % en 2022, contre une précédente prévision de 1,9 %. La situation est différente pour les pays importateurs de pétrole, qui souffrent plus et vont connaître pour plusieurs une réduction de la croissance en 2023.

Attention à l’inflation et à l’endettement

Mais, comme pour le reste du monde, le principal défi pour le continent est l’inflation. Malgré l’inquiétant ralentissement qui menace l’économie mondiale, la priorité doit être de faire ralentir l’inflation et d’éviter à tout prix qu’elle soit totalement hors de contrôle, a souligné le chef économiste du FMI, Pierre-Olivier Gourinchas, dans un entretien à l’AFP. D’après le FMI, l’inflation devrait, en effet, être plus forte que prévu et atteindre 8,3 % cette année à l’échelle mondiale, soit 0,9 point de plus que ce qui était anticipé en avril, du fait principalement de l’augmentation des prix des denrées alimentaires et de l’énergie, ainsi que des déséquilibres persistants de l’offre et de la demande. Elle devrait atteindre 9,5 % dans les pays en développement cette année, soit une révision à la hausse de 0,9 et 0,8 point de pourcentage respectivement. Au Ghana, face à l’inflation frôlant désormais les 30 % par mois et un important endettement, le pays a récemment annoncé solliciter l’aide du FMI.

Dans tous les cas, ces niveaux d’inflation très élevés vont obliger les banques centrales à relever davantage leurs taux et donc à provoquer un surendettement, notamment des États africains. « Avec la hausse des taux d’intérêt dans les pays avancés et le resserrement des conditions financières au niveau mondial, la vulnérabilité de la dette et les risques de financement augmentent pour les émetteurs des pays émergents, le resserrement étant particulièrement marqué pour les émetteurs moins bien notés », écrit le FMI. Au moins 60 % des pays à faible revenu sont exposés à un risque élevé de surendettement. Dans ce contexte, l’institution recommande aux pays de maintenir une politique budgétaire de soutien pour éviter les chocs sociaux.

Par Le point avec AFP

Maurice, Rwanda, Ouganda : havres de croissance pour les fortunes africaines

mai 8, 2022

Sur le continent, le patrimoine privé s’élève actuellement à 2 100 milliards de dollars. Et devrait augmenter de plus d’un tiers d’ici à dix ans.

Une résidence du Shangri-La-Touessrok, à Maurice. © Gary Bembridge/Flickr/Licence CC

Selon l’Africa Wealth Report 2022, le montant total du patrimoine privé en Afrique devrait augmenter de 38 % pour atteindre 3 000 milliards de dollars au cours de la prochaine décennie, une croissance soutenue par les secteurs des services technologiques et professionnels.

Les prévisions de cette étude réalisée par Henley & Partners en partenariat avec New World Health (une société d’intelligence économique sud-africaine) montrent que c’est à Maurice, au Rwanda et en Ouganda que la richesse privée (non étatique) devrait augmenter le plus rapidement (+ 60 % au moins).

Le Kenya, le Maroc, le Mozambique et la Zambie devraient également enregistrer de bons résultats.

Montée en puissance

Busi Thembekwayo, patron de MyGrowthFund Venture Partners, explique que « l’Afrique est traditionnellement dominée par deux pôles, les plus grands centres de gestion de patrimoine étant traditionnellement situés à l’extrême sud – Afrique du Sud – et à l’extrême nord – Égypte et Maroc. »

Les chiffres montrent toutefois une montée en puissance d’économies telles que Maurice et les Seychelles, qui se positionnent comme des destinations d’investissement privilégiées.

136 000 millionnaires

L’Afrique compte actuellement 136 000 individus au patrimoine net élevé dont la valeur est égale, ou supérieure, à 1 million de dollars. Parmi eux, on trouve 305 centimillionnaires (100 millions de dollars de patrimoine ou plus) et 21 milliardaires en dollars, selon le rapport.

C’est l’Afrique du Sud qui domine ce classement des super-riches mais l’Égypte a pris le relais pour le plus grand nombre de milliardaires. Cela est dû à une tendance observée dans le rapport sur la migration des HNWI (high net worth individuals) sud-africains : sur les 15 milliardaires sud-africains, seuls cinq vivent encore dans leur pays d’origine.

En termes de richesse moyenne par habitant, Maurice arrive en tête avec 34 500 dollars, suivie de l’Afrique du Sud avec 10 970 dollars. Les cinq grands pays du continent – Afrique du Sud, Égypte, Nigeria, Maroc et Kenya – concentrent plus de 50 % de la richesse privée du continent.

Amanda Smit, directrice associée de Henley & Partners South Africa, souligne que « quelle que soit la performance actuelle d’un pays, une chose est devenue très claire dans notre nouvelle ère d’incertitude : les gouvernements comme les investisseurs doivent se concentrer sur le renforcement de la résilience. »

Bonne nouvelle ?

« Nos prévisions de croissance pour l’Afrique sont très encourageantes par rapport à la plupart des autres régions du monde. Nous prévoyons une croissance particulièrement forte dans la tranche de richesse des centimillionnaires », note Andrew Amoils, responsable de la recherche chez New World.

Bonne nouvelle pour un continent dont l’économie a été affectée par les effets du Covid-19 et l’invasion de l’Ukraine par la Russie. Une diversification des sources de richesse est également prévue.

Mais, comme le rappelle Busi Thembekwayo, « la question qui demeure sans réponse est de savoir si cette croissance sera plus uniformément répartie et commencera à réduire les inégalités. 

Avec Jeune Afrique par Tofe Ayeni

Canada: Les baby-boomers forment désormais moins du quart de la population

avril 27, 2022
Des gens marchent sur la rue.

Le poids démographique des millénariaux a connu la plus importante croissance au Canada entre 2016 et 2021. Photo : The Canadian Press/Graham Hughes

Après avoir constitué pendant des décennies l’un des groupes démographiques les plus importants et influents dans la population canadienne, les baby-boomers (56 à 75 ans) représentent aujourd’hui moins de 25 % de la population, alors que les millénariaux (25 à 40 ans) connaissent la plus forte croissance au pays, nous apprend le recensement de 2021.

Selon les travaux de Statistique Canada sur les données du dernier recensement, les baby-boomers qui représentaient 41,7 % de la population canadienne en 1966, ne représentent aujourd’hui que 24,9 % de la population soit l’équivalent de 9 212 640 individus tous nés entre 1946 et 1965.

Le poids démographique des baby-boomers a reculé de 3,1 % entre 2016 et 2021.

C’est la première fois depuis 56 ans que le poids démographique des baby-boomers passe sous le cap des 25 %, principalement en raison de la mortalité plus élevée liée à leur groupe d’âge, mais aussi parce qu’ils ont dépassé l’âge où les immigrants arrivent en grand nombre au pays.

L’immigration n’est donc plus un facteur important d’accroissement de cette génération, souligne Statistique Canada.

Un Canada qui vieillit

L’espérance de vie élevée et le faible taux de fécondité au Canada font en sorte que la population canadienne est de plus en plus vieille. De 2016 à 2021, la proportion de personnes de 65 ans et plus a augmenté de 18,3 % pour atteindre sept millions de personnes.

« Le nombre de personnes de 65 ans et plus a crû six fois plus vite que celui des enfants de 0 à 14 ans. »— Une citation de  Extrait de Le Quotidien, Statistique Canada

Même si le Canada accueille beaucoup d’immigrants, leur arrivée au pays ne suffit pas à inverser cette tendance lourde, montrent les plus récentes données démographiques.

On comptait en 2021 plus de 861 000 personnes âgées de 85 ans et plus au pays ont été dénombrées, soit deux fois plus que lors lors du recensement de 2001.

Globalement, c’est dans les provinces de l’ouest et les territoires que la population est la plus jeune au Canada alors que c’est en Atlantique qu’elle est la plus vieille. C’est d’ailleurs à Terre-Neuve-et-Labrador que la proportion de personnes de 65 ans et plus a progressé le plus rapidement (+4,2 points de pourcentage).

Au Québec, les 65 ans et plus représentent 20,6 % de la population, soit plus de 1 personne sur 5.

Croissance rapide des millénariaux

Alors que les baby-boomers cèdent lentement leur place aux plus jeunes générations, ce sont ceux qu’on appelle les millénariaux ou la génération Y qui voient leur poids démographique augmenter le plus rapidement aux pays.

Nés entre 1981 et 1996, les millénariaux ou les Y comme on les appelle aussi, ont connu une croissance de 8,6 % de leur groupe d’âge entre 2016 et 2021 comparativement à une augmentation de 5,2 % pour l’ensemble de lapopulation au cours de la même période.

C’est essentiellement à l’immigration que l’on doit cette croissance plus importante du poids démographique des millénariaux, explique Statistique Canada qui souligne que plus de la moitié des immigrants accueillis au pays entre 2016 et 2021 étaient des millénariaux, c’est-à-dire des personnes âgées de 25 à 40 ans. On recensait 7 926 575 millénariaux au Canada en 2021, soit 33,2 % de la population en âge de travailler.Sept jeunes ayant chacun en main une tablette ou un cellulaire.

La génération Z, appelée aussi zoomer. Photo : Istock

Très urbanisés, il représentaient en 2021 35,1 % de la population des centres-villes des grandes agglomérations urbaines au pays alors que les baby-boomers en représentaient 20,9 %.

La génération X, qui regroupe les personnes de 41 à 55 ans, qui comptait 7 069 355 individus lors du dernier recensement, a pour sa part crû de 2,3 % entre 2016 à 2021.

Le groupe des Z, âgés de 9 à 24 ans ont quant à eux augmenté de 6,4 % au cours de la même période. Il s’agit de la deuxième plus forte croissance démographique observée parmi toutes les générations, signale Statistique Canada.

La génération Alpha, âgée de 8 ans ou moins, comptait pour sa part 3 194 415 personnes en 2021. Elle est la seule génération qui bénéficie de la fécondité pour augmenter sa population, notent les statisticiens.

Chez les plus âgés, la génération grandiose (94 ans et plus) ainsi que la génération de l’entre-deux-guerres (76 à 93 ans), voient leur poids démographique diminuer graduellement au fil des ans en raison de leur avancée en âge, mais également parce que l’immigration ne constitue plus pour elles un facteur de croissance.

La génération grandiose qui  comptait 135 560 personnes en 2021 accuse un recul de 67,2 % de son poids démographique par rapport à 2016 tandis que la génération de l’entre-deux-guerres, avec 2 716 910 individus, a décru de 20,8 % au cours de la période.

Une société en plein changement

Ces transformations générationnelles auront certes un impact sur la société canadienne, estiment les chercheurs de Statistique Canada notamment chez les baby-boomers vieillissants qui redéfiniront le concept de la retraite et de la fin de vie par rapport aux autres générations.

Le fait qu’ils aient eu moins d’enfants que leurs parents, qu’ils restent plus longtemps sur le marché du travail et qu’ils vivront probablement plus vieux que leurs parents aura certainement un impact sur la capitalisation des fonds de retraite, la pénurie de main-d’oeuvre, les soins de santé et les services sociaux dont ils auront de plus en plus besoin au cours des prochaines années.Une femme aînée qui travaille dans un commerce.

Les baby-boomers se distinguent de leurs parents notamment en demeurant plus longtemps sur le marché du travail. Photo : Istock

Leur désir d’autonomie et leur nombre auront probablement aussi un impact notable sur le développement des soins à domicile. Les plus vieux d’entre eux auront 85 ans en 2031.

En revanche, les Z et les millénariaux, qui sont considérés comme étant plus scolarisés et diversifiés que les générations précédentes incarnent aujourd’hui le changement dans la population en âge de travailler.

« Encore jeunes, ces générations sont davantage exposées à la diversité ethnoculturelle, religieuse et de genre, et ont grandi dans un univers technologique et interconnecté qui a une incidence importante sur leurs valeurs et leur mode de vie. »— Une citation de  Extrait : Portrait générationnel de la population vieillissante du Canada selon le Recensement de 2021

Ces générations constituent désormais une part considérable de la population en âge de travailler, entraînant ainsi des transformations sur le marché du travail, souligne Statistique Canada dans son portrait générationnel.

Avec Radio-Canada par Stéphane Bordeleau

Afrique subsaharienne : la Banque mondiale prévoit un ralentissement de la croissance en 2022

avril 14, 2022

La montée des cours des matières premières causée par la guerre en Ukraine s’ajoute à une longue liste de défis auxquels le continent doit faire face, dans des économies encore affectées par le Covid-19.

La hausse des prix du carburant est l’un des nombreux motifs de grogne sociale. © REUTERS/Afolabi Sotunde

Dans sa dernière édition du rapport Africa’s Pulse − une analyse semestrielle des perspectives macroéconomiques à court terme de l’Afrique subsaharienne −, la Banque mondiale prévoit une croissance de 3,6 % pour 2022, soit une baisse non négligeable par rapport à la hausse de 4 % enregistrée en 2021. Nouveaux variants du Covid-19, perturbation des chaînes d’approvisionnement et montée des cours mondiaux des matières premières viennent s’ajouter aux autres défis économiques que connaît déjà la région.

Alors que les économies subsahariennes traversaient déjà une période délicate de reprise post-Covid-19, elles sont désormais fortement impactées par les conséquences néfastes de l’invasion russe de l’Ukraine. Notamment sur les exportations de blé, d’huiles, de graines et de maïs, comme l’ont déjà illustré plusieurs analyses. D’après le rapport Africa’s Pulse, la hausse des prix du carburant et des denrées alimentaires se traduira par une inflation à la hausse sur le continent qui, dans le contexte actuel d’instabilité politique accrue, dans plusieurs pays, risque de voir éclater « davantage de troubles civils ».

Une reprise inégale et à géométrie variable

« Les politiques commerciales peuvent changer la donne en garantissant la libre circulation des denrées alimentaires à travers la région, souligne Albert Zeufack, économiste en chef de la Banque mondiale pour l’Afrique. Avec des marges budgétaires limitées, les décideurs doivent se tourner vers des options innovantes comme la baisse ou la suppression temporaire des droits à l’importation sur les denrées alimentaires de base, pour venir en aide à leurs concitoyens. »

Concernant la reprise, l’étude note que celle-ci demeure inégale et à géométrie variable à travers la région, surtout s’agissant des trois principales locomotives économiques que sont l’Angola, le Nigeria et l’Afrique du Sud. Ainsi, cette dernière devrait voir son niveau de croissance reculer de 2,8 points de pourcentage en 2022, ralenti par des contraintes structurelles persistantes. L’Angola et le Nigeria devraient quant à eux poursuivre leur trajectoire de croissance de 2022, en progression de respectivement 2,7 % et 0,2 %, grâce notamment aux prix élevés du pétrole, ainsi qu’à une bonne performance du secteur non-pétrolier.

Les pays riches en ressources, en particulier dans le secteur extractif, enregistreront une meilleure performance économique du fait des conséquences de la guerre en Ukraine, tandis que les pays ne disposant pas de ressources naturelles abondantes connaîtront un ralentissement de leur activité économique. Si l’on exclut l’Angola, le Nigeria et l’Afrique du Sud, la croissance régionale est projetée à 4,1 % pour 2022, et 4,9 % en 2023. En Afrique de l’Ouest et en Afrique centrale, la Banque mondiale prévoit une croissance de 4,2­ % en 2022, et de 4,6 % pour 2023. Si l’on excepte le Nigeria, la sous-région devrait croître de 4,8 % en 2022, et de 5,6 % en 2023.

Avec Jeune Afrique

Coronavirus: la Banque de France s’apprête à réviser à la baisse sa prévision de croissance pour 2020

février 25, 2020

La Banque de France prévoyait jusqu’à présent une croissance de 1,1% du PIB en 2020.

La Banque de France prévoyait une croissance de 1,1% du PIB en 2020.
La Banque de France prévoyait une croissance de 1,1% du PIB en 2020. STEPHANE DE SAKUTIN / AFP

La Banque de France s’apprête à réviser «légèrement» à la baisse sa prévision de croissance pour 2020 en raison du coronavirus. Elle attendait jusqu’ici à 1,1%. Cette révision est la cause des conséquences de l’épidémie liée au nouveau coronavirus, a indiqué mardi son gouverneur François Villeroy de Galhau.

«Nous allons très certainement la réviser légèrement à la baisse» lors de la prochaine actualisation des prévisions de la banque centrale le 23 mars prochain, a déclaré son gouverneur lors d’une intervention au ministère des Affaires étrangères.

Par Le Figaro avec AFP

Le ralentissement économique se confirme dans la zone euro

octobre 31, 2019

 

La croissance de la zone euro stagne mais reste faible avec une augmentation de 0,2% au troisième trimestre annoncée ce jeudi.

Le ralentissement économique mondial se ressent de plus en plus à travers le continent européen. Au lendemain de la publication des chiffres de la croissance du troisième trimestre, en France, Eurostat vient de dévoiler trois séries d’indicateurs : le taux d’inflation, le taux de chômage et l’évolution du PIB dans la zone euro. La croissance dans la zone euro atteint 0,2%, et 0,3% dans l’Union européenne, selon une première estimation d’Eurostat ce jeudi, signe d’une stagnation de l’activité en Europe.

Ces derniers trimestres, la croissance a fléchi, passant de 0,4 point au début de l’année à 0,2 point sur les deux dernières périodes. Dans l’Union, le ralentissement est encore plus sensible : le PIB a augmenté de son côté de 0,4% et 0,5% fin 2018 et début 2019, puis 0,2% et 0,3% sur les deuxième et troisième trimestre de cette année. L’estimation de la croissance au troisième trimestre reste toutefois supérieure au consensus de Factset, qui anticipait une hausse de 0,1% pour la zone euro.

L’inflation et le chômage en baisse

Autre motif d’inquiétude, le taux d’inflation, également annoncé jeudi par Eurostat, a ralenti en octobre à 0,7%, bien en deçà de l’objectif de la Banque centrale européenne (BCE), qui vise un niveau légèrement inférieur à 2%. En septembre, le taux annuel était estimé à 0,8%. Ce chiffre est conforme aux attentes des analystes interrogés par le fournisseur de services financiers Factset, mais il s’agit cependant du taux d’inflation le plus bas depuis novembre 2016 (0,6%).

Plus positif, le taux de chômage de la zone euro a poursuivi sa décrue, atteignant 7,5% en septembre, stable par rapport à août, mais en baisse par rapport aux 8% de septembre 2018. Dans l’ensemble des pays membres de l’Union, il s’est fixé à 6,3% à la même date, contre 6,7% un an plus tôt. Ces taux de chômage sont les plus bas depuis respectivement juillet 2008 et janvier 2000. Au total, 15,63 millions de personnes étaient au chômage dans l’Union, estiment les statisticiens.

Dans le détail, les taux les plus faibles sont enregistrés en République tchèque (2,1%), en Allemagne (3,1%) et en Pologne (3,3%), bien en deçà des chiffres français (8,4%), italien (9,9%), espagnol (14,2%) et grec (16,9%). Sur un an, le chômage a baissé dans 22 États sur 28 : la Belgique, le Portugal et la Roumanie ont connu une stagnation, quand la Lituanie, la Suède et le Danemark l’ont vu augmenter.

Les conflits commerciaux, ainsi que l’incertitude liée au Brexit, se répercutent depuis plusieurs mois sur l’activité, en particulier chez les puissances exportatrices comme l’Allemagne, dont l’industrie manufacturière entre dans une phase de récession. La France est moins frappée par ce ralentissement, son activité étant encore soutenue par une consommation accrue des ménages grâce aux gains de pouvoir d’achat décidés fin 2018 par l’exécutif.

Mercredi, la future patronne de la Banque centrale européenne, Christine Lagarde, s’est prononcée en faveur d’investissements renforcés de la part des pays disposant d’un excédent budgétaire, afin de relancer la croissance. Les politiques de relance étaient «bien coordonnées dans l’immédiate après-crise» mais «depuis, les pays et en particulier ceux qui ont de l’espace budgétaire n’ont pas vraiment fait les efforts nécessaires, on pense évidemment à des pays qui sont de manière chronique en excédent budgétaire comme les Pays-Bas, l’Allemagne, un certain nombre d’autres dans le monde», a notamment déclaré la nouvelle patronne de la BCE.

Le Figaro.fr par Vladimir Garin-Berson

Côte d’Ivoire: la BAD met le cap sur l’agriculture

octobre 2, 2018

 

Un paysan sénoufo part vendre ses poulets au marché de la sous-préfecture de Karakoro. Côte d’Ivoire, 2015. © Philippe Guionie/Myop pour J.A 

Dans le rapport qu’elle a publié le 27 septembre sur sa stratégie pour la Côte d’Ivoire (2018-2022), la Banque africaine de développement (BAD) semble décidée à renforcer son soutien à l’agriculture, jusque-là loin derrière les infrastructures et l’énergie, qui restent ses secteurs de prédilection.

Le constat que fait la Banque est le même que celui formulé dans toutes les analyses de ce pays : la croissance y est forte – soit de 8 % à 9 % l’an depuis 2012 – et robuste – puisqu’elle ne faiblit pas malgré les tensions politiques ou sécuritaires et les fluctuations des cours des matières premières.

Malheureusement le taux de pauvreté n’y baisse guère, puisqu’il a reculé seulement de 48,5 % en 2008 à 46,3 % en 2015. La croissance n’y est pas assez « inclusive » c’est-à-dire partagée. Bien que le rapport continue de privilégier les infrastructures (56,3 % des engagements de la BAD) et l’énergie (28,8 %) que la Banque soutient majoritairement dans ses 23 projets en cours, il souhaite que le monde rural en général et l’agriculture en particulier soit plus présents dans ses actions.

Effet catalyseur

Alors que l’agriculture et la pisciculture pèsent 23,7 % dans le produit intérieur brut ivoirien (2016), ce secteur ne reçoit que 11,8 % des financements de la BAD. Certes, les nouvelles routes et les grands progrès dans l’électrification profitent aussi au monde rural dont les productions sont mieux acheminées et dont le niveau de vie est amélioré.

Mais la diversification de l’économie ivoirienne et sa résilience aux chocs venus de l’extérieur (moindre demande de produits d’exportation et/ou chute de leurs prix) supposent de mieux épauler le secteur agricole qui « est le principal employeur du pays, mais [qui] compte le plus grand nombre de pauvres », écrivent les auteurs. Ils poursuivent : « Priorité doit être donné aux infrastructures rurales qui peuvent avoir un effet catalyseur sur le développement des chaînes de valeur agro-industrielles et qui peuvent ainsi attirer le secteur privé vers la transformation des produits agricoles ».

32,4 % des financements en suspens

Les obstacles que la Banque souhaite contribuer à supprimer pour libérer « l’immense potentiel agricole » de la Côte d’Ivoire sont nombreux : problèmes fonciers, absence de mécanisation, financements peu performants, relations médiocres entre les différents acteurs de la chaîne agricole, pertes de récolte en raison de l’isolement des zones de production, vieillissement des exploitants. Ces problèmes demandent à être traités en cohérence avec le Plan national de développement (PND 2016-2020) gouvernemental.

On notera que le rapport de la BAD reconnaît qu’en mai 2018, 32,4 % de ses financements étaient en suspens pour des raisons variées. Car l’argent ne suffit pas : encore faut-il remédier au manque d’équipes d’accompagnement du projet, aux modifications intempestives de celui-ci, à la faible capacité des entreprises locales et des consultants à le mener à bien, à l’incompréhension des règles de la Banque, au phasage approximatif des opérations, au retard des autorités compétentes à communiquer leur approbation, au retard dans le déblocage des fonds par les autres bailleurs, à une coordination insuffisante…

Jeuneafrique.com  par

L’Inde supplante la France comme sixième économie mondiale

juillet 10, 2018

Le Produit intérieur brut (PIB) de l’Inde a dépassé pour la première fois celui de la France en 2017, reléguant la France au septième rang des économies mondiales, selon le site de la Banque mondiale.

L’an dernier, le PIB de la sixième économie mondiale a ainsi atteint 2.597 milliards de dollars contre 2.582 milliards pour la France, selon des chiffres actualisés fin juin.

Ce chiffre confirme le rebond de l’économie indienne entamé à partir de juillet 2017, après plusieurs trimestres de ralentissement imputé à des mesures choc du gouvernement Modi.

Mais la population de l’Inde, qui talonne celle de la Chine et devrait devenir d’ici à quelques années la plus nombreuse de la planète, s’élève à 1,34 milliard d’habitants, contre 67 millions seulement pour la France.

Par habitant, le PIB en Inde reste par conséquent près de 20 fois inférieur à celui de la France, à 1.940 dollars contre 38.477 dollars, toujours selon la Banque mondiale.

La reprise de l’économie indienne ces derniers mois a été portée par l’industrie manufacturière et la demande des consommateurs, après un ralentissement imputé à la démonétisation de billets de 500 et 1.000 roupies (6,3-12,6 euros) fin 2016, suivie de la mise en œuvre chaotique d’une nouvelle TVA harmonisée.

Selon les prévisions annuelles du Fonds monétaire international (FMI), les économies émergentes et en développement d’Asie devraient connaître une croissance de 6,5% en 2018, la Chine et l’Inde tout comme les pays d’Asie du Sud-Est progressant bien au-delà de la moyenne mondiale attendue à 3,9%.

La croissance économique du géant indien est attendue à 7,4% en 2018 et 7,8% en 2019, selon le FMI. Une économie qui sera soutenue à court terme, comme pour la Chine, par une forte consommation intérieure, ainsi que par une réforme fiscale, selon le Fonds.

En l’espace de dix ans, l’Inde a doublé son PIB. A l’inverse d’une Chine dont le rythme de croissance ralentit, l’Inde devrait faire figure de nouveau moteur de la région.

Une étude du Centre for Economics and Business Research, un cabinet de consultants basé à Londres a prédit en décembre 2017 que l’Inde supplanterait le Royaume-Uni et la France pour devenir la cinquième économie mondiale dès 2018, et briguer la troisième place en 2032.

En 2017, le PIB du Royaume-Uni s’est élevé à 2.622 milliards de dollars, derrière l’Allemagne (4e), le Japon, la Chine et les Etats-Unis.

Romandie.com avec (©AFP / 10 juillet 2018 15h50)                                                        

Espagne: Madrie que la crise en Catalogne menace la croissance

octobre 13, 2017

Un couple se promène dans le port de Barcelone le 13 octobre 2017 / © AFP / JORGE GUERRERO

Le gouvernement espagnol a averti vendredi que la crise en Catalogne pourrait l’amener à revoir à la baisse sa prévision de croissance pour 2018, renforçant encore la pression sur le leader séparatiste, Carles Puigdemont, déjà aux prises avec la faction la plus dure de son propre camp.

« Les événements en Catalogne mettent en péril la reprise économique », a déclaré la vice-présidente du gouvernement conservateur, Mme Soraya Saenz de Santamaria, à la sortie d’un conseil des ministres.

Madrid tablait jusqu’à présent sur une croissance de 2,6% en 2018. « S’il n’y avait pas une solution rapide à cette affaire, nous serions obligés de revoir à la baisse » ce chiffre, a averti Mme Santamaria.

« Quand l’incertitude s’installe, la facture est toujours payée par les citoyens de Catalogne, les entreprises et les travailleurs », a-t-elle insisté, appelant les séparatistes à opérer un retour à la « normalité institutionnelle ».

Le leader séparatiste Carles Puigdemont a déclaré unilatéralement l’indépendance de la Catalogne mardi, avant de la suspendre aussitôt pour laisser une chance au « dialogue » avec Madrid.

Rejetant toute médiation, le gouvernement espagnol lui a donné jusqu’à jeudi prochain pour faire machine arrière. Dans le cas contraire, Madrid annoncera les mesures nécessaires pour suspendre l’autonomie de la Catalogne, un acte inédit depuis le rétablissement de la démocratie en Espagne et susceptible de mettre le feu aux poudres.

Depuis cet ultimatum, le leader séparatiste est pris entre deux feux. Avec d’un côté les milieux d’affaires qui prédisent une « catastrophe » en cas de divorce d’avec Madrid. Et, de l’autre, la frange la plus dure des indépendantistes qui réclame un passage en force.

– Mouvement irréversible –

« Nous ne serons capables de respecter ce que la majorité a exprimé dans les urnes qu’à travers une proclamation de la République », a averti vendredi dans une lettre ouverte la CUP, allié d’extrême gauche de l’exécutif catalan, dont certains membres s’étaient sentis « trahis » par le discours ambigu de M. Puigdemont mardi.

Les séparatistes affirment avoir gagné le référendum d’autodétermination interdit du 1er octobre avec 90% des voix et 43% de participation.

L’influente association indépendantiste Assemblée nationale catalane (ANC) a également pressé M. Puigdemont d’aller de l’avant « face au rejet par l’Etat espagnol de toute proposition de dialogue ».

Carles Puigdemont, qui hormis quelques tweets s’est fait discret depuis mardi, n’a pas réagi à ces injonctions. Concernant la situation économique, il avait déclaré mardi que la décision de dizaines d’entreprises de transférer leur siège social hors de Catalogne n’avait « pas un véritable impact sur notre économie ».

Mais du côté des milieux d’affaires, le ton est tout autre. Ils sont nombreux à craindre un mouvement irréversible et une répétition du scénario au Québec lorsque, après l’arrivée au pouvoir des indépendantistes en 1976, plus de 200 entreprises avaient déménagé leurs sièges sociaux en quelques mois, pour ne jamais revenir.

– Le tourisme touché –

« C’est une catastrophe pour la Catalogne et son économie. Je doute fortement qu’une seule entreprise revienne avant au moins trois à cinq ans de stabilité absolue », s’alarme Juan Ignacio Sanz, spécialiste des questions bancaires à l’Ecole de Commerce de Barcelone ESADE.

Jeudi, l’agence de notation Standard and Poors (SP) a même pointé le risque d’une récession en cas de crise prolongée dans cette région qui est, avec 19% du PIB espagnol en 2016, l’une des plus riches d’Espagne mais aussi l’une des plus endettées, à hauteur de 35,4% de son PIB.

L’impact sur le tourisme commence à se faire sentir en Catalogne, qui accueille un visiteur sur quatre en Espagne. Dans certains hôtels de Barcelone, les prix des chambres ont chuté de moitié. La vice-présidente du gouvernement a fait état vendredi d’une « chute spectaculaire » de « 20 à 30% sur les réservations à Barcelone ».

Selon le journal économique en ligne El Confidencial, l’ouverture fin février dans cette ville du Congrès mondial de la téléphonie mobile (MWC), le plus grand salon du genre dans le monde et source majeure de revenus pour Barcelone, est susceptible d’être retardée.

« Nous continuons à surveiller les événements en Espagne et en Catalogne et à évaluer tout impact potentiel », a réagi une porte-parole du Congrès, interrogée par l’AFP, sans démentir l’information.

Romandie.com avec(©AFP / 13 octobre 2017 16h06)                

« L’Afrique est l’avenir de la France »

mai 1, 2017

 

Le banquier d’affaires Ibrahim Magassa invite les candidats à la présidentielle française à enrayer le déclin du pays en faisant le pari de l’émergence du continent.

Abidjan, capitale de la Côte d’Ivoire, en 2017. Crédits : Luc Gnago/REUTERS

Pour retrouver le prestige qu’elle mérite, la France, notre pays, aspire à une véritable révolution dans les cœurs et les esprits. A condition que les programmes proposés par les candidats à l’élection présidentielle redoublent, au second tour plus encore qu’au premier, d’audace et d’imagination.

Avec une population de 67 millions d’habitants, un taux de chômage de près de 10 % de la population active, un PIB de 2 806 milliards d’euros, une croissance non dynamique de 1,2 %, un endettement record de 2 200 milliards d’euros (et 50 milliards d’euros annuels d’intérêts), un taux de prélèvements obligatoires de 47,7 % et une durée du travail limitée à 35 heures, la France peut et doit retrouver son lustre d’antan en ouvrant quatre grandes portes : un engagement fort dans l’écologie et les services numériques ; un accroissement du temps de travail (pas la durée légale) et un renforcement de l’entreprenariat ; une forte promotion de l’innovation et des start-up, un équivalent français de la Silicon Valley ; et enfin un vaste plan de croissance basé sur les débouchés de marché en Afrique.

Réussir ensemble ou échouer séparément

Pourquoi l’Afrique ? Tout simplement parce que la relance économique de la France et l’émergence de l’Afrique constituent un seul et même problème : nous réussirons ensemble ou nous échouerons séparément. La population de l’Afrique francophone – 402 millions de personnes soit un tiers de la population du continent – est jeune et dynamique et, surtout, peut représenter un marché tout aussi important que celui de l’Union européenne dont la population était de 510 millions d’habitants en 2016.

Avec l’ambition de devenir émergente à l’horizon 2020, la Côte d’Ivoire, sous la présidence d’Alassane Ouattara, en offre une belle illustration : une croissance moyenne de 9 % par an avec un plan d’investissements de 60 milliards de dollars (55 milliards d’euros) sur cinq ans. Les besoins en énergie de la Côte d’Ivoire s’élèvent à 20 milliards d’euros. Les besoins en eau, en infrastructures, dans l’agriculture, les télécommunications, la santé, l’éducation, sont tout aussi importants. Au total, le besoin en investissements des 26 pays francophones du continent porte sur 1 500 milliards d’euros sur les cinq prochaines années. Pour la France, c’est une aubaine à saisir.

Une croissance supplémentaire de 5 % de son PIB représenterait annuellement 140,3 milliards d’euros supplémentaires, soit plus de 700 milliards durant le prochain quinquennat ! Comment la France pourrait-elle financer un tel programme avec de 2 200 milliards d’euros de dette et un PIB de 2 806 milliards d’euros, s’interrogeront les moins audacieux ?

En mettant en œuvre un nouveau plan Marshall, un montage financier global portant sur un portefeuille de programme sécurisé et économiquement viable dans le cadre d’un vaste fonds de développement durable en Afrique francophone, conduit et piloté par la France, au profit de l’Etat et des entreprises françaises – et non par l’Europe qui ne partage quasiment rien avec l’Afrique francophone. Comme en 1947 entre les Etats-Unis et l’Europe, il s’agirait d’un vaste partenariat public-public, soutenu par la Banque de France et le Fonds monétaire international (FMI), dans des secteurs porteurs, profitables et en adéquation avec les Objectifs du millénaire (ODM). La dernière étude annuelle de la Banque de France sur la composition et l’évolution des placements des ménages (4 300 milliards d’euros en 2016) confirme la réputation de champions de l’épargne des Français, qui pourraient trouver là une bien meilleure rémunération en participant à la relance de l’économie française et à l’émergence de l’Afrique.

Inverser la courbe de l’immigration

Je comprends fort bien qu’une nation qui se morfond devant le spectacle de son propre affaiblissement, qu’un pays en équilibre instable sur le fil de sa propre histoire éprouve quelques hésitations à se projeter vers de nouveaux horizons et préfère la nostalgie paresseuse à une aventure exaltante mais pleine d’imprévus. Pourtant, il faudra bien un jour que notre grande nation renonce à se satisfaire de ce qu’elle a été et se décide enfin à construire la grande nation qu’elle peut être à nouveau demain.

Les combattants de la République refusent dans leur immense majorité d’avoir à choisir entre le redressement de la France et sa vocation à s’ouvrir au monde et à parler en son nom. Seule une stratégie radicalement innovante nous permettra de tourner résolument la page du pessimisme et du déclin.

Cette stratégie consiste à s’ouvrir au monde et à considérer que le problème français et la question de l’Afrique doivent s’exprimer et se résoudre en une seule et même équation : il n’est pas possible de susciter un immense mouvement de renaissance de la France sans l’associer étroitement à la montée en puissance de l’émergence de l’Afrique. Allons plus loin : si l’on veut éviter que de plus en plus de jeunes Africains rêvent de s’exiler en France, il faut tout autant que des jeunes Français caressent l’idée de s’expatrier durablement en Afrique ! Je n’hésite pas à exprimer ici ce conseil dérangeant : jeunes Français, allez en Afrique pour aider les Africains à y rester ! Le temps est venu d’inverser la courbe de l’immigration, en encourageant nos compatriotes à investir massivement et à travailler durablement en Afrique. Le temps est venu de stopper le mouvement de fuite des cerveaux et d’inciter les jeunes Français à s’expatrier : que les tablettes remplacent les roquettes, le développement, la croissance et la paix ne pourront qu’y gagner.

Le monde.fr par Ibrahim Magassa, citoyen français, est banquier d’affaires et cofondateur de l’Afrique Business Club.