Posts Tagged ‘Croissance’

Les pieds de l’arbre

août 24, 2012

 

Les pieds de l’arbre

ne quittent jamais la route

attendant leur mort dans sa chute

mais ils traversent la route

en écartant la terre secrète

avec la racine de leur pointe

simulant de dormir en douce

sous la couverture de l’écorce.

Quand arrivent les inondations

ils sauvent l’arbre de l’immersion

dans la hauteur de sa croissance.

Ne pouvant plus fuir l’incendie

ils se résignent sous le lit

de la terre sacrifiant le végétal

sous la virulence du feu brutal.

Les pieds de l’arbre

portent la pointure de son existence

à la base élégante de sa robustesse

sans jamais se tordre.

 

Bernard NKOUNKOU

La Terre comptera 7 milliards d’humains avant novembre

août 18, 2011

INFOGRAPHIE – Selon une étude de l’INED, la population mondiale, qui a septuplé depuis 1800, pourrait se stabiliser entre 9 et 10 milliards d’ici un siècle.

Le cap des 7 milliards d’hommes sera franchi entre fin octobre et début novembre. L’institut national des études démographiques (INED) confirme dans une étude publiée jeudi les estimations de l’ONU. Le précédent pallier, 6 milliards, avait été franchi il y a 12 ans, en 1999. Les spécialistes attendent maintenant un ralentissement de la croissance démographique et tablent sur le franchissement de la barre symbolique des 8 milliards en 2025. L’INED prévoit à plus long terme une stabilisation de la population mondiale entre 9 et 10 milliards à horizon 2100. Un chiffre légèrement plus bas que les prévisions de l’ONU.

Pour comprendre les raisons de ce ralentissement, il faut commencer par se plonger dans le passé. Du premier siècle jusqu’au XVIe siècle, la Terre a compté un nombre globalement stable d’êtres humains, compris entre 200 et 500 millions. Les progrès de la médecine et l’amélioration des conditions d’hygiène ont alors permis de réduire de façon drastique la mortalité infantile. En Europe et en Amérique du Nord, le nombre d’enfants vivant jusqu’à l’âge adulte a commencé à dépasser très largement le nombre de morts. Il en a résulté une explosion démographique. Au début du XIXe, les spécialistes estiment qu’il vivait environ un milliard d’hommes sur Terre.

Avec un décalage temporel de plusieurs décennies, les familles se sont adaptées et ont limité le nombre de naissances pour parvenir à un nouvel équilibre bouclant ainsi un processus baptisé «transition démographique». Dans des pays comme la France, les Etats-Unis ou le Japon, elle est achevée et les femmes ont désormais, en moyenne, moins de deux enfants chacune. La majeure partie des pays d’Asie, d’Océanie et d’Amérique latine, avec en moyenne près de 2,5 enfants par femme, sont en train d’achever leur propre transition. Si les femmes asiatiques ont aujourd’hui moins d’enfants, le continent représente encore 60 % de la population mondiale, ce qui le rend mécaniquement responsable de la majeure partie de la hausse globale du nombre d’êtres humains.

3,6 milliards d’Africains en 2100 ?

Mais d’ici la fin du siècle, le moteur de la croissance démographique sera localisé dans une autre partie du monde. L’Afrique subsaharienne et une bande allant de l’Afghanistan au nord de l’Inde en passant par le Pakistan sont encore dans leur phase «explosive» avec plus de 4 enfants par femme : ils seront le cœur de la machine démographique. Le continent africain devrait compter près de 3,6 milliards d’habitants en 2100, contre un milliard actuellement. Comme les Européens et les Nord-Américains avant eux, les Africains devraient toutefois peu à peu effectuer leur propre basculement vers une baisse du nombre de naissances. La stabilisation annoncée par les démographes se base très largement sur cette hypothèse. Le vieillissment global de la population et son accroissement explique lui pourquoi le nombre de morts par seconde aura presque doublé en 2100 (cf infographie).

Le nombre d’êtres humains n’est pas un problème en lui-même, mais il nécessite de trouver de nouveaux équilibres. Si 10 milliards d’êtres humains peuvent vivre ensemble sur Terre, la situation nécessite un partage plus équitable des richesses. Dans le cas contraire, les inégalités actuelles – accès à l’eau potable, répartition des denrées alimentaires, utilisation des ressources fossiles, etc – ne feront que s’accentuer.

Lefigaro.fr par Tristan Vey

Alassane Ouattara veut hisser la Côte d’Ivoire au rang des pays émergents

août 10, 2011

ABIDJAN – Le président ivoirien Alassane Ouattara a exprimé mardi à Abidjan sa volonté de hisser la Côte d’Ivoire au rang des pays émergents.

A l’occasion d’un séminaire gouvernemental sur l’adoption d’une charte d’éthique, le chef de l’Etat ivoirien a affiché sa détermination à relancer l’économie ivoirienne.

« Il nous faut profiter au maximum du crédit dont jouit la Côte d’Ivoire nouvelle auprès de la communauté financière internationale pour mobiliser les capitaux, facteurs de production de richesses et améliorer les conditions de vie de nos populations », a-t-il recommandé.
Pour Alassane Ouattara, la relance économique et la croissance à deux chiffres que le pays appelle de tous ses vœux passent nécessairement par des exigences de bonne gouvernance et le respect de principes éthiques.

« Notre pays n’a que trop souffert des pratiques peu recommandables qui ont gravement entaché la crédibilité de notre administration publique. La corruption, la course effrénée à l’enrichissement illicite, le trafic d’influence, les abus de biens sociaux, le népotisme, le clientélisme, les détournements de tous genres ont été érigés en mode de gestion », a-t-il déploré, insistant sur la nécessité d’une rupture avec ces « travers ».

Le Premier ministre ivoirien Guillaume Soro et les ministres du gouvernement Ouattara ont ainsi signé de manière individuelle une charte d’éthique devant le chef de l’Etat.

A en croire M. Soro, il s’agit d’un « acte fort » qui vise la moralisation de la vie publique, la familiarisation avec la culture de la compétitivité et de l’excellence, et qui constitue une base solide devant permettre au gouvernement ivoirien d’aller de l’avant.

Xinhua