Posts Tagged ‘Danemark’

Vaccin d’AstraZeneca: le Canada ne suivra pas l’exemple du Danemark pour l’instant

avril 14, 2021

OTTAWA — Le Canada ne suivra pas, pour l’instant, la voie du Danemark qui a abandonné le vaccin d’AstraZeneca contre la COVID-19 en raison de très rares cas de caillots sanguins.

 

© Fournis par La Presse Canadienne

Pour le moment, Santé Canada a simplement mis à jour les mises en garde sur l’étiquette du vaccin d’AstraZeneca et Covishield afin d’informer les Canadiens et les professionnels de la santé des effets secondaires possibles, 

En conférence de presse, le Dr Marc Berthiaume dit que Santé Canada n’a pas trouvé de facteurs de risques particuliers, comme l’âge ou le sexe, pour ces caillots sanguins très rares. Par conséquent, son utilisation n’est pas restreinte à certaines populations selon le régulateur fédéral. 

Santé Canada considère toujours que le risque de ces caillots sanguins est très faible et que les avantages du vaccin l’emportent sur ses inconvénients potentiels.

Le Comité consultatif national de l’immunisation (CCNI) examinera les données accessibles et déterminera s’il y a lieu ou non de modifier sa recommandation de ne pas administrer le vaccin aux personnes de moins de 55 ans.

Rappelons qu’un premier cas de thrombocytopénie avec thrombose est survenu au Québec à la suite de l’administration du vaccin d’AstraZeneca. Il s’agit du seul cas recensé au Canada jusqu’à maintenant. 

Le Danemark est devenu mercredi le premier pays européen à abandonner l’utilisation du vaccin. 

Il y a eu de très rares cas de caillots sanguins associés à un faible taux de plaquettes à la suite de l’administration du vaccin AstraZeneca. Selon l’autorité de réglementation britannique, la Medicines and Healthcare products Regulatory Agency, une personne sur 250 000 a signalé cet effet secondaire. 

Avec Catherine Lévesque, La Presse Canadienne

Coronavirus: Le Danemark prolonge la suspension du vaccin d’AstraZeneca

mars 25, 2021

CORONAVIRUS: LE DANEMARK PROLONGE LA SUSPENSION DU VACCIN D'ASTRAZENECA

© Reuters/DADO RUVIC CORONAVIRUS: LE DANEMARK PROLONGE LA SUSPENSION DU VACCIN D’ASTRAZENECA

COPENHAGUE (Reuters) – Le Danemark a décidé de prolonger de trois semaines la suspension des injections du vaccin contre le COVID-19 développé par AstraZeneca, a annoncé jeudi l’autorité sanitaire du pays.

Soupçonné de provoquer de graves effets indésirables, dont des troubles de la coagulation, ce vaccin avait été suspendu dans plusieurs pays européens pendant quelques jours la semaine dernière mais la plupart d’entre eux ont repris les injections.

Le Danemark avait été l’un premiers pays européens à suspendre temporairement l’usage du vaccin du laboratoire anglo-suédois il y a deux semaines après le signalement d’un petit nombre de cas de caillots sanguins rares enregistrés dans le pays et ailleurs.

L’agence sanitaire danoise, qui a décidé de la première suspension, indique continuer d’analyser deux cas suspects d’effets secondaires après l’injection du vaccin d’AstraZeneca. Son directeur souligne que des doutes persistent sur ce vaccin malgré l’avis favorable à nouveau rendu jeudi dernier par l’Agence européenne des médicaments (EMA).

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) et l’EMA recommandent l’usage du vaccin d’AstraZeneca, estimant que les avantages l’emportent largement sur les risques.

Avec (Nikolaj Skydsgaard; version française Claude Chendjou, édité par Jean-Stéphane Brosse)

Covid-19 : le Danemark remonte les SDF dans l’accès prioritaire au vaccin

janvier 19, 2021

Le Danemark a annoncé mardi 19 janvier remonter les sans-abri dans l’ordre prioritaire d’accès au vaccin contre le Covid-19, après des appels en ce sens d’associations et d’élus en raison du risque particulier pour cette population fragile.

La stratégie vaccinale danoise, déployée depuis le 27 décembre et actuellement la plus rapide de l’UE, compte douze groupes, dont les cinq premiers peuvent actuellement se voir proposer le vaccin, selon la région dans laquelle ils résident. «Les sans-abri et les personnes socialement défavorisées particulièrement à risque sont vaccinés dans la catégorie 5», a indiqué le ministère des Affaires sociales et de l’Intérieur dans un communiqué. Ceux n’entrant pas dans cette catégorie «seront également prioritaires par rapport à la population en général», précise-t-il.

La décision fait suite à des appels d’associations et d’élus face au risque de contamination accrue des personnes à la rue. Le pays nordique recense environ 6500 sans abris sur son sol, selon les services sociaux. «Il y a un besoin urgent de prioriser les plus vulnérables, les gens de la rue, ceux qui ont le plus grand et le plus complexe besoin d’aide. Vaccins et aides – maintenant», avait réclamé sur Facebook l’association Gadejuristen, qui vient en aide aux plus démunis. Près de 3% de la population danoise a désormais reçu une première dose de vaccin contre le Covid-19 et 0,05% une seconde, ce qui place le Danemark en tête des pays de l’Union européenne.

Par Le Figaro avec AFP

Un an de prison ferme pour la profanation d’un cimetière juif au Danemark

octobre 16, 2020
La justice danoise a condamné vendredi 16 octobre à un an de prison un homme de 39 ans aux sympathies néonazies pour la profanation du cimetière juif de Randers, dans l’ouest du pays. Son complice, âgé de 28 ans, a également été condamné pour racisme mais sa peine n’a pas encore été rendue publique dans l’attente d’examens complémentaires.

«Les deux hommes ont été reconnus coupables de profanation de sépulture et de vandalisme aggravé au cimetière juif de Randers», a indiqué la police dans un communiqué. En novembre 2019, 81 ans après la Nuit de cristal, durant laquelle synagogues et magasins juifs ont été détruits par les nazis en Allemagne, plus de 80 pierres tombales avaient été peintes de graffitis verts et certaines pierres tombales renversées.

Les deux hommes sont également reconnus coupables de vandalisme à deux autres occasions: ils avaient, d’une part, recouvert de peinture un bâtiment dont la façade est décorée de deux étoiles de David et, d’autre part, d’avoir repeint un banc aux couleurs de l’arc-en-ciel en y ajoutant des autocollants du logo du groupuscule néonazi du Mouvement de la résistance nordique (NMR).

Membre dirigeant d’une organisation «nationale-socialiste révolutionnaire»

Ces «actions étaient un message dont l’objectif était de menacer, insulter ou dégrader certains groupes en raison de leur foi, de leur origine ethnique et de leur orientation sexuelle», a indiqué la procureure Cathrine Brunsgaard Jacobsen, citée dans le communiqué.

L’homme de 39 ans est considéré par le Parquet comme un membre dirigeant de la branche danoise du NMR, fondée en 2017 d’après leur site internet. Cette organisation «nationale-socialiste révolutionnaire», née en Suède en 1997, est présente dans l’ensemble des pays nordiques mais a été récemment interdite en Finlande car ses activités constituaient un «abus de droit» face à la protection de la liberté d’expression ou de réunion en vigueur dans le pays.

Au Danemark, le nombre d’actes antisémites a augmenté de 50% entre 2017 et 2018, selon des chiffres de la communauté juive en 2019. En 2015, la grande synagogue de Copenhague avait été la cible d’un attentat qui avait fait un mort. Un Danois d’origine palestinienne de 22 ans, Omar El-Hussein, avait tué deux personnes et blessé cinq policiers le 14 février 2015 en attaquant une conférence sur la liberté d’expression, puis la synagogue.

Par Le Figaro avec AFP

Ces pays qui commencent à «déconfiner»

avril 14, 2020

Après la Chine, berceau de l’épidémie du nouveau coronavirus, plusieurs pays commencent à envisager un déconfinement progressif :

Chine : la province du Hubei, hormis son chef-lieu Wuhan, a démarré son déconfinement le 25 mars. Le bouclage de Wuhan, où le nouveau coronavirus a surgi en décembre, a été levé le 8 avril, mais la mairie a replacé en confinement 70 quartiers résidentiels sur 7.000, après la découverte de porteurs «asymptomatiques». Dans toute la province, les habitants doivent produire sur leur téléphone portable un code QR vert prouvant qu’ils sont en bonne santé.

République tchèque : le gouvernement tchèque a présenté mardi un plan visant à lever progressivement les mesures de confinement imposées au pays depuis la mi-mars, en cinq étapes du 20 avril au 8 juin. Les marchés en plein air et les artisans ou petits commerçants pourraient rouvrir à partir du 20 avril, ainsi que les écoles et universités, petit à petit. L’ensemble de l’économie reprendrait son rythme normal, de semaine en semaine jusqu’au 8 juin. Depuis mardi, les Tchèques sont libres d’aller à l’étranger pour des voyages d’affaires ou pour voir leurs proches à condition de subir une quarantaine à leur retour.

– Autriche : l’Autriche a rouvert mardi ses petits commerces non alimentaires, avec des aménagements pour respecter les distances de précaution. Ecoles, cafés et restaurants resteront fermés jusqu’à la mi-mai au moins. Les déplacements restent limités à l’essentiel jusqu’à fin avril. Manifestations culturelles et rassemblements publics sont bannis au moins jusqu’en juillet.

– Danemark : le Danemark rouvre mercredi crèches, écoles maternelles et primaires, puis les établissements du secondaire le 10 mai. Les bars, restaurants, centres commerciaux, coiffeurs et salons de massages resteront clos. Aucun rassemblement de plus de 10 personnes. Les frontières demeurent fermées, les voyages à l’étranger déconseillés.

– Espagne : en Espagne, confinée depuis le 14 mars et au moins jusqu’au 25 avril, une partie des travailleurs ont néanmoins repris le chemin des usines et des chantiers. Plusieurs millions de masques leur ont été distribués. Depuis le 30 mars, toutes les activités économiques non essentielles étaient à l’arrêt. La phase de déconfinement «commencera au plus tôt dans deux semaines et sera très progressive», a souligné dimanche le Premier ministre Pedro Sanchez.

– France : en France, le 11 mai marquera le début d’un déconfinement partiel avec la réouverture progressive des écoles, collèges et lycées. Universités, bars, restaurants ou cinémas resteront fermés, tout comme les frontières avec les pays non européens. Les personnes âgées et fragiles ont été priées de rester confinées. Les festivals ne seront pas autorisés avant au moins mi-juillet.

– Norvège : la Norvège prévoit d’alléger progressivement ses mesures à compter du 20 avril, rouvrant les crèches et levant l’interdiction des séjours en résidence secondaire. A partir du 27 avril, réouverture partielle des collèges, lycées et universités, ainsi que des salons de coiffure, de massage et de dermatologie. Les événements culturels et sportifs restent interdits et les frontières fermées.

– Portugal : au Portugal, en état d’urgence depuis le 19 mars, les autorités espèrent un retour progressif à la normalité en mai. Crèches et écoles ne rouvriront pas d’ici la fin de l’année scolaire.

– Grèce : la Grèce table sur un retour «à la normalité» en mai, à condition que le confinement soit strictement respecté d’ici là. Mais «toute discussion sur la levée graduelle des mesures est prématurée», a prévenu le gouvernement le 6 avril.

– Italie : en Italie, confinée sur tout le territoire depuis le 10 mars, quelques commerces, comme les librairies ou les laveries, ont rouvert mardi dans certaines régions.

– Allemagne : l’Allemagne doit annoncer mercredi un allègement des mesures coercitives, qui varient d’une région à l’autre. Les stades et les salles de concert devraient toutefois rester vides pendant encore plusieurs mois.

– Suisse : les autorités suisses doivent annoncer jeudi les «premiers assouplissements» prévus d’ici fin avril. Mais les précautions d’hygiène et la distanciation sociale resteront en place «pendant longtemps», ont-elles souligné.

Avec Le Figaro

La stratégie du confinement à New York et au Danemark

mars 23, 2020

Le maire de New York appelle à un confinement national

Le maire de New York, épicentre de l’épidémie de coronavirus aux États-Unis, a appelé lundi à généraliser à l’ensemble du pays les mesures de confinement coercitives adoptées dans les États les plus touchés, et réclamé à nouveau une aide d’urgence du gouvernement fédéral.

«Il faut que ces mesures de confinement (fermant les activités non essentielles et obligeant les gens à rester chez eux, ndlr), qu’ont prises New York et la Californie, soient partout», a déclaré le maire Bill de Blasio sur CNN.

«Ce ne sera pas pour toujours, mais on a deux-trois mois difficiles devant nous», a-t-il ajouté, alors que des millions d’Américain vivent désormais sous régime de confinement plus ou moins coercitif, mais que Donald Trump a refusé d’imposer une telle mesure à l’ensemble des États-Unis.

Le Danemark prolonge le confinement jusqu’au 13 avril

Le Danemark a annoncé lundi la prolongation jusqu’au 13 avril des mesures de confinement imposées le 11 mars dernier sur le tout le territoire afin de lutter contre la diffusion du coronavirus.

Tous les restaurants, cafés, salles de sport, universités et écoles du pays sont fermés, les rassemblements de plus de 10 personnes sont interdits

Par Le Figaro avec AFP

Danemark: une explosion «volontaire» ravage le siège de l’administration fiscale

août 7, 2019

DENMARK-POLITICS-TAX-EXPLOSION

Une seule personne a été blessée après l’explosion qui a touché le siège de l’administration fiscale. Olafur STEINAR GESTSSON / Ritzau Scanpix / AFP

La piste terroriste est pour le moment écartée par la première ministre danoise Mette Frederiksen. Une seule personne, à l’extérieur du bâtiment au moment des faits, a été blessée.

La police danoise a annoncé ce mercredi enquêter sur une importante explosion «volontaire» qui a touché le siège de l’administration fiscale à Copenhague, faisant un blessé et causant d’importants dommages matériels.

L’explosion, qui pourrait être d’origine criminelle selon les autorités locales, s’est produite mardi «vers 22H00» (20H00 GMT) dans le très huppé quartier d’Østerbro, dans le nord de la capitale danoise. «Quelqu’un l’a fait volontairement», a déclaré l’inspecteur en chef Jorgen Bergen Skov, de la police de Copenhague, à l’occasion d’une conférence de presse mercredi matin. Il est cependant encore trop tôt pour déterminer la cause et le motif de cette explosion, a-t-il précisé. Des enquêteurs et des chiens pisteurs sont actuellement sur place. La façade du bâtiment a été éventrée et de nombreuses vitres ont été brisées. Deux personnes se trouvaient à l’intérieur au moment de la déflagration, mais sont sorties indemnes, a précisé une porte-parole de la police. A l’extérieur, une personne a été touchée par les fragments de l’explosion, ont précisé les autorités, sans donner davantage d’informations.

La première ministre danoise, Mette Frederiksen, interrogée par la presse, a évoqué un «acte délibéré» mais précisé qu’il était encore trop tôt pour parler d’«attentat terroriste». «Nous parlons d’un acte criminel grave et d’une explosion très violente, c’est donc un miracle que personne n’ait été grièvement blessé», a-t-elle déclaré. Le ministre de la Fiscalité, Morten Bodskov, a estimé auprès de l’agence de presse Ritzau qu’il était «assez évident que la façade avait été détruite» délibérément, un acte «tout à fait inacceptable», selon lui.

Par Le Figaro.fr avec AFP

Danemark: le patron de la 1ère banque emporté par un scandale de blanchiment d’argent

septembre 19, 2018

Le patron de la première banque danoise, Danske Bank, Thomas Borgen, à Copenhague le 16 novembre 2017 / © Ritzau Scanpix/AFP/Archives / Anne BAEK

Le patron de la première banque danoise, Danske Bank, a annoncé mercredi sa démission, emporté par un scandale de blanchiment en Estonie entre 2007 et 2015 dont l’ampleur exacte reste à déterminer mais qui pourrait se chiffrer en dizaines de milliards d’euros.

« Il est évident que Danske Bank n’a pas été à la hauteur de ses responsabilités dans le cas du possible blanchiment d’argent en Estonie », a indiqué le directeur général Thomas Borgen dans un communiqué de presse alors que la banque présentait mercredi les résultats de son enquête interne.

Même si cette enquête, réalisée par un cabinet indépendant, « conclut que j’ai respecté mes obligations légales, je crois qu’il est mieux pour toutes les parties que je démissionne », ajoute M. Borgen, âgé de 54 ans et en poste depuis 2013.

Cette enquête, réalisée par un cabinet indépendant, a porté sur des flux de 1.500 milliards de couronnes danoises, soit plus de 200 milliards d’euros, ayant transité par une filiale de la banque en Estonie. A titre de comparaison, le Produit intérieur brut de l’Estonie se montait en 2017 à 23 milliards d’euros.

Sur cette somme totale de quelque 200 milliards d’euros, Danske Bank n’est pas « capable de fournir une estimation précise du montant des transactions suspectes », selon un communiqué.

– Des milliards d’euros –

Début septembre, le quotidien américain Wall Street Journal avait évoqué une somme de 150 milliards de dollars (129 milliards d’euros) provenant « d’entreprises ayant des liens avec la Russie et l’ex-Union soviétique » ayant transité par la filiale estonienne durant la période.

Un chiffre de 8,3 milliards de dollars de capitaux blanchis avait été avancé lors de l’ouverture en août d’une enquête par le parquet financier danois.

Le quotidien danois Berlingske, qui avait évoqué en 2017 des sommes d’environ 3,9 milliards de dollars (3,3 milliards d’euros), avait alors plus que doublé le chiffre après avoir consulté les relevés bancaires de vingt sociétés ayant eu des comptes dans cette filiale entre 2007 et 2015. Des relevés liés à une affaire plus ancienne révélée par l’avocat russe Sergueï Magnitsky, décédé en 2009 après un an de détention en Russie.

Danske Bank a également annoncé mercredi le versement de l’équivalent de 200 millions d’euros à une fondation indépendante qui sera créée pour soutenir les initiatives visant à combattre la criminalité financière internationale, y compris le blanchiment d’argent, « également au Danemark et en Estonie ».

Cette somme sera comptabilisée au troisième trimestre, ce qui oblige la banque à revoir à la baisse ses prévisions de bénéfice pour 2018.

L’action Danske Bank a décroché à la Bourse de Copenhague, perdant 8,29% à 160,40 couronnes à 9H55 GMT.

« Nous n’avons rien appris sur l’étendue du problème de blanchiment. Cela signifie que l’incertitude peut durer. La peur de fortes amendes est toujours là », a analysé Mikkel Emil Jensen de Sydbank pour l’agence locale Ritzau Finans.

Selon des informations du Wall Street Journal, Danske Bank, qui n’opère pas aux Etats-Unis mais possède des obligations en dollars, est aussi dans le collimateur du gendarme financier américain.

La banque danoise n’est pas le seul établissement financier soupçonné de blanchiment: de grandes banques européennes comme BNP Paribas et Deutsche Bank ont été condamnées à ce titre.

Début septembre, la banque néerlandaise ING a payé la somme de 775 millions d’euros dans un accord conclu avec les autorités suite à une enquête concernant du blanchiment d’argent aux Pays-Bas entre 2010 et 2016.

Romandie.com avec(©AFP / (19 septembre 2018 12h42)

Le Danemark interdit le voile intégral dans l’espace public

mai 31, 2018

Stockholm – Le parlement danois a adopté jeudi une loi interdisant le port du voile intégral islamique (burqa ou niqab) dans l’espace public, suivant ainsi d’autres pays européens comme la France ou la Belgique.

« Toute personne qui, dans des lieux publics, porte un vêtement qui lui cache le visage est passible d’amende », dispose le texte qui a été adopté par 75 voix contre 30.

Le projet de loi, porté par le gouvernement de centre-droit, avait aussi les faveurs des deux premières forces politiques au Parlement: les sociaux-démocrates et le Parti populaire danois (populiste, anti-immigration).

A partir du 1er août, date d’entrée en vigueur de la nouvelle législation, toute infraction à l’interdiction du port du voile intégral dans les lieux publics sera sanctionnée d’une amende de 1.000 couronnes danoises (134 euros). Si les infractions sont répétées, l’amende pourra s’élever à 10.000 couronnes.

« Si certaines restrictions spécifiques au port du voile intégral peuvent être légitimes pour des raisons de sécurité publique, cette interdiction n’est ni nécessaire ni proportionnée et viole les droits à la liberté d’expression et de religion », a réagi Amnesty International dans un communiqué.

L’interdiction vise également d’autres accessoires qui dissimulent le visage comme les cagoules ou les fausses barbes.

Aucun document officiel ne fait état du nombre de femmes portant le niqab ou la burqa au Danemark.

« Je ne pense pas qu’il y en ait beaucoup (…). Mais si c’est le cas, vous devez être puni d’une amende », avait déclaré le ministre de la Justice Søren Pape Poulsen à des journalistes, selon l’agence de presse Ritzau.

Le port du voile intégral islamique est interdit ou limité dans plusieurs pays européens.

La France a été le premier pays d’Europe à interdire le voile intégral dans l’espace public, avec une loi « interdisant la dissimulation du visage dans l’espace public » promulguée en octobre 2010 et appliquée depuis avril 2011.

Validée par la Cour européenne des droits de l’Homme en 2014, elle prévoit pour les infractions jusqu’à 150 euros d’amende. En cinq ans, plus de 1.600 verbalisations ont eu lieu.

En juillet, la Cour européenne des droits de l’homme a validé son interdiction dans l’espace public en Belgique. Le port du voile islamique intégral est également banni en Autriche depuis octobre.

Les députés allemands ont eux adopté le 27 avril 2017 une loi interdisant partiellement le port du voile intégral dans certains contextes, obligeant notamment les agents publics à avoir le visage totalement découvert dans le cadre de leurs fonctions et les personnes dont le visage est dissimulé à se découvrir en cas de vérification d’identité. Le Bundesrat, la chambre haute, a approuvé à son tour le texte le 12 mai.

Romandie.com avec(©AFP / 31 mai 2018 11h51)                                                        

Affaire Skripal: Danemark, Pays-Bas et Finlande expulsent des diplomates russes

mars 26, 2018

Copenhague – Le Danemark, les Pays-Bas et la Finlande ont annoncé lundi l’expulsion de cinq diplomates russes au total après l’empoisonnement au gaz innervant d’un ex-agent russe et de sa fille en Grande-Bretagne dont ils accusent Moscou.

Le Danemark et les Pays-Bas ont chacun annoncé l’expulsion de deux diplomates vers Moscou, la Finlande d’un diplomate russe en poste à Helsinki.

« Notre solidarité envers la Grande-Bretagne est univoque », a indiqué lors d’une conférence de presse Anders Samuelsen, ministre des Affaires étrangères du pays nordique, le seul de la région membre à la fois de l’Union européenne et de l’Otan.

Le ministre n’a précisé ni la fonction ni l’identité des deux diplomates visés mais a souligné qu’ils disposaient d’une semaine pour quitter le territoire danois.

« Il est très probable que la Russie soit responsable » de l’empoisonnement de l’ex-espion russe Sergueï Skripal. « Il n’y a pas d’autre explication plausible », a ajouté le ministre, exhortant la Russie à « changer de trajectoire ».

De son côté, le Premier ministre néerlandais Mark Rutte a fait savoir sur son compte Twitter que le gouvernement néerlandais avait « décidé, en étroite concertation avec d’autres pays, que deux collaborateurs des services du renseignement russes n’étaient plus les bienvenus dans notre pays ».

« Ils ont deux semaines pour quitter les Pays-Bas », a-t-il ajouté.

Grand-Duché russe jusqu’à la révolution bolchevique en 1917, la Finlande a également annoncé lundi l’expulsion d’un diplomate russe après l’empoisonnement M. Skripal, acte qualifié par Helsinki de « menace grave contre la sécurité de toute l’Europe ».

Douze autres pays de l’UE ont décidé, en solidarité avec Londres, le renvoi de diplomates russes. Au même moment, les États-Unis ont annoncé l’expulsion de 60 « espions » russes.

Romandie.com avec (©AFP / 26 mars 2018 14h16)