Posts Tagged ‘Déconfinement’

Canada: Le Québec devient un peu plus vert lundi

juin 21, 2021

Le Québec continue son déconfinement progressif et quatre régions passent en zone verte à compter de lundi : le Bas-Saint-Laurent, le Saguenay–Lac-Saint-Jean, la Mauricie et le Centre-du-Québec.

À la Voie Maltée, au Saguenay, la direction a décidé de cesser la vente d'alcool à 23 h, de façon à ce que les gens partent au plus tard à minuit.

© Philippe L’Heureux/Radio-Canada À la Voie Maltée, au Saguenay, la direction a décidé de cesser la vente d’alcool à 23 h, de façon à ce que les gens partent au plus tard à minuit.

Voici ce à quoi ressemble la vie en zone verte pour leurs habitants.

Rassemblements

Le nombre de personnes pouvant se réunir augmente. Désormais, un maximum de 10 personnes provenant d’adresses différentes ou les habitants de trois logements est permis dans les domiciles privés et les unités d’hébergement touristiques.

La distanciation physique et le port du masque sont fortement recommandés», peut-on lire sur le site du gouvernement du Québec.

Le nombre de personnes pouvant se réunir pour un mariage ou des funérailles demeure toutefois à 50. Les règles demeurent aussi les mêmes dans les salles de cinéma ou dans les lieux de culte où un maximum de 250 personnes peuvent être réunies.

Restaurants et bars

Dans les restaurants, le maximum de personnes pouvant s’asseoir à une même table passe également à 10 personnes ou aux habitants de trois logements. Un registre de la clientèle doit être tenu.

Les bars doivent également respecter un maximum de 10 personnes par table, mais le reste des mesures qu’ils devaient respecter en zone jaune sont maintenues :

  • 50 % de la capacité maximale prévue au permis d’alcool;
  • distance de deux mètres entre les tables;
  • les clients doivent demeurer assis à leur table;
  • pas de danse ni de chant;
  • obligation de tenir un registre des clients;
  • fermeture à 2 h du matin (la vente d’alcool doit cesser à minuit).

Sports et loisirs

À l’extérieur, les activités de sport et de loisir, y compris les cours et les entraînements guidés, sont permises à l’extérieur dans des lieux publics lorsque réalisées en groupe d’un maximum de 50 personnes», est-il écrit.

La distanciation physique doit être respectée si possible lors de la pratique d’activités physiques ou sportives, mais les contacts ou rapprochements de courte durée et peu fréquents sont permis.

À l’intérieur, le nombre de personnes maximum passe à 25.

Résidences pour aînés

Dans les résidences pour aînés, telles que les CHSLD, les ressources intermédiaires (RI) et les résidences privées pour aînés (RPA), un maximum de neuf personnes à la fois (10 personnes avec le résident) pourront se trouver avec leur proche autant à l’intérieur qu’à l’extérieur de la résidence, pourvu que la pièce ou le terrain permette de maintenir une distance de deux mètres entre chaque personne. Au palier précédent, le maximum était de cinq personnes.

Spectacles et festivals

Les mesures pour les manifestations, les établissements scolaires, le télétravail, les musées, les salles de spectacle, les bibliothèques, les spas et les camps de jour demeurent les mêmes qu’en zone jaune.

À noter cependant que, à partir du 25 juin, les festivals et les grands événements extérieurs pendant lesquels les spectateurs sont debout ou assis sans place assignée pourront se tenir.

Les ciné-parcs pourront accueillir 3500 personnes et la possibilité d’organiser des événements extérieurs sportifs et récréatifs de plus grande envergure avec la présence de spectateurs sera permise, et ce, partout au Québec. Il faudra toutefois s’assurer de respecter certaines mesures sanitaires.

Huit régions en zone verte

Avec les quatre régions qui passent au premier palier d’alerte, on compte désormais huit régions au Québec en zone verte.

Les autres régions de la province – Capitale-Nationale, Chaudière-Appalaches, Estrie, Lanaudière, Laurentides, Laval, Montérégie, Montréal et Outaouais – se trouvent toutes en zone jaune, soit le deuxième palier d’alerte.

Il n’y a plus aucun endroit dans la province qui se trouve en zone orange ou rouge.

Avec Radio-Canada par Anaïs Brasier 

France-Déconfinement : voici la nouvelle attestation de déplacement

juin 9, 2021

Alors que le couvre-feu est reporté à 23 heures, six motifs figurent désormais sur la nouvelle attestation de déplacement dérogatoire.

Six motifs figurent sur la nouvelle attestation de deplacement derogatoire.
Six motifs figurent sur la nouvelle attestation de déplacement dérogatoire.© Michael DESPREZ / MAXPPP / PHOTOPQR/L’EST REPUBLICAIN/MAXPP

Alors que la France est entrée dans la phase 3 du déconfinement, une nouvelle attestation dérogatoire a été mise en ligne sur le site du ministère de l’Intérieur. Le couvre-feu a en effet été reporté ce mercredi 9 juin à 23 heures, contre 21 heures depuis le 19 mai. Jusqu’au 30 juin, date qui devrait marquer la fin du couvre-feu, les Français devront ainsi justifier leurs déplacements entre 23 heures et 6 heures du matin.

Les personnes qui sont dans la nécessité de se déplacer pendant cette tranche horaire devront donc cocher un des six motifs présents sur l’attestation : le motif de déplacements professionnels, scolaires et de mission d’intérêt général, le motif de santé, le motif familial impérieux, d’assistance aux personnes vulnérables, de garde d’enfants ou d’aide aux personnes en situation de handicap, ou encore le motif de convocations judiciaires ou administratives, celui de déplacements liés à des transferts ou transits depuis des gares ou aéroports dans le cadre de déplacements de longue distance et, enfin, les déplacements brefs pour promener les animaux de compagnie dans un rayon d’un kilomètre autour du domicile.

Levée du couvre-feu le 30 juin

Cette attestation de déplacement sera ainsi exigée jusqu’à la levée du couvre-feu. Ce dernier doit prendre fin le 30 juin, si la situation sanitaire le permet. Cette date marquera également la fin des jauges dans les établissements recevant du public, comme les bars, les restaurants et les espaces culturels. Les Français pourront également participer à des événements qui rassemblent plus de 1 000 personnes en extérieur et en intérieur, en se munissant du pass sanitaire.

Par Le Point avec AFP

Canada-Québec: Le déconfinement pourrait commencer dès vendredi

mai 18, 2021

Toutes les ficelles ne sont pas encore attachées et des changements pourraient encore être faits d’ici l’annonce prévue à 17 h, mais le plan de déconfinement du gouvernement du Québec prend forme.

Québec annoncera mardi que les terrasses des restaurants pourront rouvrir à l’échelle de la province dès le 28 mai.

© Ivanoh Demers/Radio-Canada Québec annoncera mardi que les terrasses des restaurants pourront rouvrir à l’échelle de la province dès le 28 mai.

Selon des informations préliminaires obtenues par Radio-Canada, en date d’hier en fin d’après-midi, le plan s’étalerait sur environ un mois et pourrait commencer dès vendredi.

Voici la séquence prévue (sujette à modifications aujourd’hui) et qui trace les contours de l’opération.

À compter de vendredi

Les événements culturels et sportifs seront permis à l’extérieur :

  • dans les installations extérieures avec sièges fixes et numérotés comme des théâtres en plein air ou des stades avec capacité de 250 spectateurs.
  • les ciné-parcs pourront accueillir un maximum de 400 voitures avec une distance obligatoire de deux mètres entre les véhicules.

À compter du 28 mai

Ce sera la fin du couvre-feu à la grandeur du Québec.

Les terrasses des restaurants pourront ouvrir en zone rouge et accueillir deux adultes ou occupants d’une même résidence par table.

Les rassemblements extérieurs privés seront autorisés pour huit personnes ou pour les occupants de deux résidences.

Les déplacements seront permis entre régions, alors qu’ils sont, pour l’instant, non-recommandés, voire interdits.

Les spectateurs seront bienvenus en grands nombres dans les très grandes salles intérieures (grands auditoriums) et les stades extérieurs. (Note : des informations publiées ce matin laissent entendre que cette mesure a été déplacée au 21 mai).

À compter du 11 juin

Ouverture des terrasses des bars en zone rouge et orange : deux adultes ou occupants d’une même résidence par table seront permis.

Les sports et loisirs supervisés à l’extérieur en groupe de 25 seront autorisés (sans contact en zones rouge et orange, avec contacts en zone jaune).

À compter du 25 juin

Allègement des règles de port du masque et de la distanciation entre personnes vaccinées avec deux doses.

Les festivals extérieurs seront autorisés en autant qu’il y ait un protocole sanitaire.

On prévoit la réouverture des camps de jour et de vacances.

Le plan envisage aussi un possible retour au palier vert pour plusieurs régions, ce qui voudrait dire :

  • rassemblements à la maison de 10 personnes ou occupants de trois résidences;
  • 10 personnes par table dans les restaurants et bars;
  • 25 personnes dans lieux publics intérieurs avec masque et distanciation;
  • 25 personnes sports et loisirs intérieurs avec contacts brefs.

Le premier ministre François Legault doit en faire l’annonce officielle à 17 heures cet après-midi, en compagnie du ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé, et du directeur national de santé publique, Horacio Arruda.

On s’approche enfin de notre liberté! Merci de faire la différence!», a-t-il twitté tôt ce matin, soulignant que, jusqu’ici, 75 % des adultes ont reçu une première dose ou du moins pris leur rendez-vous pour la vaccination.

Avec Radio-Canada par  Sébastien Bovet 

Canada: Québec franchit une nouvelle étape de son déconfinement

juin 22, 2020

 

Les rassemblements intérieurs de 50 personnes sont désormais permis.
© François Genest/Radio-Canada Les rassemblements intérieurs de 50 personnes sont désormais permis.
Le Québec franchit une nouvelle étape de son déconfinement avec l’autorisation des rassemblements intérieurs de 50 personnes.

Dès lundi, les cinémas et les salles de spectacle peuvent ouvrir leurs portes au public à condition de maintenir une distance de 1,5 mètre dans les lieux où les déplacements sont limités et où les spectateurs sont assis en silence. Dans les endroits où les déplacements sont accrus, comme les aires communes ou les files d’attente, la distance de deux mètres entre les individus demeure la norme exigée et le port du masque est recommandé.

Les lieux de culte peuvent à nouveau accueillir les fidèles en nombre restreint et en maintenant les normes de distanciation physique. Églises, synagogues et mosquées peuvent recevoir jusqu’à 50 personnes, mais la limite pourrait passer à 250 au cours des prochaines semaines.

L'entraînement en salle est désormais autorisé.

© Ivanoh Demers/Radio-Canada L’entraînement en salle est désormais autorisé.
Il est désormais possible de varier ses activités sportives avec l’ouverture des piscines, des arénas, des gymnases et des centres de conditionnement physique. Les sports d’équipe et collectifs sont aussi autorisés à reprendre.

Alors que la vague de chaleur se poursuit dans la province, les plages publiques et privées peuvent accueillir les visiteurs. Quant aux excursions maritimes, elles pourront recommencer le 1er juillet.

Les services de garde sont aussi autorisés à reprendre leurs activités à pleine capacité sauf pour la région de Montréal et la MRC de Joliette où parents et enfants devront patienter jusqu’à 13 juillet.

Les camps de jours peuvent reprendre leurs activités.

© /Radio-Canada Les camps de jours peuvent reprendre leurs activités.
Les camps de jours peuvent aussi débuter leur saison aujourd’hui, et ce partout dans la province. Les moniteurs doivent toutefois prévoir des activités qui favorisent les règles de distanciation physique.

Une semaine après le reste de la province, les restaurateurs de Montréal peuvent reprendre leurs activités et accueillir les clients en salle à manger. Dans la métropole comme ailleurs au Québec, les tenanciers de bars devront toutefois encore patienter avant d’ouvrir leurs portes puisqu’ils n’ont toujours pas reçu le feu vert du gouvernement.

Avec les informations d’Alex Boissoneault

Royaume-Uni/Déconfinement : Londres réfléchit à assouplir ses règles de quarantaine

juin 14, 2020

Le gouvernement britannique étudie actuellement les options dont il dispose pour faire évoluer les règles de la quarantaine de deux semaines qu’il impose aux voyageurs entrant au Royaume-Uni, a déclaré dimanche le ministre britannique des Finances Rishi Sunak à la BBC.

«Nous voulons tous voir les déplacements s’ouvrir à nouveau, bien entendu, et comme partout ailleurs nous voulons nous assurer que nous avons les bonnes mesures au bon moment, informés par la science et par tout ce qu’il nous faut prendre en compte», a-t-il dit. «Nous regardons actuellement toutes les options pour garantir que ce soit possible et il y a des suggestions sur la manière dont nous serions capable d’ouvrir avec le temps certains corridors de déplacements. Le secrétariat aux Transports regarde activement toutes ces options».

Le gouvernement britannique est sous la pression de plusieurs secteurs de l’économie, notamment les transports et le tourisme, à cause de la politique de quarantaine qu’il a introduite la semaine dernière. Selon les compagnies aériennes, ces restrictions vont détruire de nombreux emplois.

Rishi Sunak a également annoncé que le gouvernement réexaminerait sa règle de distanciation sociale très stricte de deux mètres comme mesure d’urgence pour aider à redresser l’économie du pays, qui a plongé de 25% depuis le début de la crise du coronavirus.

La règle des deux mètres signifie que les employeurs auront plus de difficulté à retrouver une activité normale après le déconfinement, a-t-il expliqué.

Selon le dernier bilan mondial dressé par Reuters, plus de 7,79 millions de personnes à travers le monde ont contracté le Covid-19 et 429.109​ personnes en sont mortes. Au Royaume-Uni, 26 décès supplémentaires ont été enregistrés en l’espace de 24 heures, portant à 46.698 le nombre de morts officiellement liés au coronavirus. Cette hausse est la plus faible depuis le 22 mars, date de l’instauration du confinement en Grande-Bretagne.

Par Le Figaro avec Reuters

Le Bangladesh déconfine, malgré un nombre record de morts en 24h

mai 31, 2020

Le confinement de la population face au nouveau coronavirus a été levé dimanche 31 mai au Bangladesh, malgré l’annonce le même jour d’un nombre record de morts et de cas de contamination ces dernières 24 heures.

Des millions de personnes ont repris le chemin du travail dans les villes densément peuplées de ce pays d’Asie du Sud, dont l’économie a été très impactée par la crise du Covid-19. «J’ai à peine eu trois bons repas ces deux derniers mois car j’étais sans travail», a raconté à l’AFP Tota Miah, un ouvrier journalier de 58 ans.

«Le confinement a été levé et nous revenons presque à une vie normale», a de son côté déclaré la porte-parole du ministère de la Santé Nasima Sultana, appelant ses compatriotes retournant dans leurs entreprises à porter un masque de protection et à observer les règles de distanciation sociale.

Et ce alors que le Bangladesh, qui compte 168 millions d’habitants, a enregistré dimanche 31 mai sa plus forte hausse quotidienne du nombre de cas de contamination et de morts dues à cette maladie, respectivement 2.545 et 40.

Impossible distanciation sociale

Dans la capitale Dacca, les passagers se sont entassés dans les trains et la circulation automobile est redevenue dense. Certains portaient gants et masques de protection tandis que, dans les longues files qui s’étaient formées devant les succursales bancaires, les clients maintenaient un espace entre eux. «J’ai essayé d’éviter la foule quand je suis allé à pied au bureau. Mais garder ses distances avec les autres est impossible sur les trottoirs de Dacca», a toutefois dit à l’AFP Badrul Islam, un employé de banque.

Les mesures prises le 26 mars pour lutter contre la propagation du coronavirus ont été progressivement allégées ces dernières semaines, seuls les établissements d’enseignement restant désormais fermés.

Au total, 47.151 cas de contamination, dont 650 mortels, ont été officiellement recensés au Bangladesh, même si les experts pensent que ce bilan est bien plus lourd.

Par Le Figaro avec AFP

Canada: Québec maintient son plan de déconfinement à Montréal

mai 18, 2020

 

© Fournis par La Presse canadienne 

QUÉBEC — Le premier ministre François Legault dit avoir obtenu le feu vert de la santé publique pour aller de l’avant avec l’ouverture des commerces le 25 mai et des garderies le 1er juin à Montréal.

Malgré le congé de la Journée nationale des patriotes, le premier ministre a participé à la conférence de presse quotidienne en compagnie de la ministre de la Santé et des Services sociaux, Danielle McCann, et du directeur national de la santé publique, Dr Horacio Arruda.

Selon le plus récent bilan, la tendance à la baisse s’est poursuivie dans la plupart des données concernant l’évolution de l’épidémie de COVID-19 au Québec. Lundi, on a annoncé le décès de 34 personnes, en plus de cinq nouvelles hospitalisations.

Tous ces indicateurs ont permis au gouvernement de confirmer la décision d’aller de l’avant avec les prochaines étapes de la stratégie de déconfinement.

Comme prévu, les commerces de détail ayant pignon sur rue pourront accueillir des clients dès lundi prochain en respectant les consignes de distanciation physique. Les autorités recommandent fortement aux clients de porter un couvre-visage dans les espaces fermés.

En ce qui concerne les services de garde, le premier ministre a indiqué que tous les établissements pourront rouvrir dès le 1er juin, mais avec la consigne de limiter le nombre d’enfants. Il se peut donc que des parents n’aient pas accès au service ou seulement à temps partiel.

François Legault n’a pas pu dissimuler son enthousiasme en annonçant «la meilleure nouvelle, la vraiment bonne nouvelle du jour», soit que 608 employés de la santé sont retournés au travail au cours du weekend. Ces personnes avaient dû s’isoler après avoir été infectées ou exposées à une personne porteuse du nouveau coronavirus.

Dans la foulée de la reprise des activités, la ministre de la Santé a annoncé la relance progressive des interventions chirurgicales dites électives. Les chirurgies qui étaient jugées non urgentes vont maintenant pouvoir être effectuées.

Selon Danielle McCann, environ 68 000 interventions chirurgicales ont été reportées dans le réseau de la santé au Québec

Avec La Presse canadienne 

France/Déconfinement: le point sur les transports en commun pour le lundi 11 mai

mai 10, 2020

En Île-de-France, une attestation sera exigée aux heures de pointe. 60 stations resteront fermées à Paris. Au niveau national, 50% des trains devraient circuler.

En Île-de-France, 65% des déplacements domicile-travail s’effectuent en transports en commun, beaucoup plus qu’en province où l’usage de la voiture reste largement en tête.

En Île-de-France, 65% des déplacements domicile-travail s’effectuent en transports en commun, beaucoup plus qu’en province où l’usage de la voiture reste largement en tête. BENOIT TESSIER/REUTERS

Fini l’assignation à résidence. À partir du 11 mai, les Français vont retrouver la liberté de se déplacer… mais de façon limitée. D’abord parce que les transports en commun, qui avaient réduit leur offre à 30%, ne vont pas repasser à 100%. La SNCF, la RATP, Transdev ou Keolis ne pourraient pas y arriver, entre les personnels absents (garde d’enfants ou malades du Covid-19) et la maintenance à réassurer pour un matériel qui n’a parfois pas suffisamment roulé depuis deux mois.

«L’offre de transports de proximité sera au minimum de 50% dès lundi, avec l’objectif d’un retour à un service normal début juin», affirme la ministre de la Transition écologique, Elisabeth Borne. Il y aura donc au moins un TER (train régional) sur deux. A Toulouse, 75% des tramways et des bus circuleront ; à Lyon, 85% des métros. Mais c’est bien en région parisienne que l’enjeu est crucial. 65% des déplacements domicile-travail s’effectuent en transports en commun, beaucoup plus qu’en province où l’usage de la voiture reste largement en tête. Le Figaro fait le point sur les conditions de circulation.

RATP: 75% des métros à Paris

Pour répondre à la demande, la RATP assurera 75% de son trafic habituel, contre 30% aujourd’hui. Côté métro, sur la ligne 13, le service sera assuré à 85%. Le trafic sera normal sur les lignes une et 14. En outre, 60 stations sur 302 resteront fermées, a annoncé vendredi 8 mai Jean-Baptiste Djebbari, secrétaire d’Etat aux transports. On y trouve notamment des arrêts des lignes 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9 et 10, dont certains centres névralgiques comme Opéra, République ou Place de Clichy. Le service ne fonctionnera que de 6h à 22h.

Le réseau RER ne fonctionnera que de 6h à 22h également, avec 75% de l’offre en moyenne sur le RER A et 65% sur le RER B. Toutes les gares sont ouvertes, contrairement au métro.

Pour le tramway, 85% de l’offre sera assurée en moyenne: 80% sur les lignes 1, 3a et 3b, contre 85% sur la 2 et la 8, 90% sur la 5 et 92% sur la 6. Le trafic sera «normal» sur la 7.

Enfin, pour les bus, 75% de l’offre sera proposée en moyenne et le trafic sera normal sur le réseau Noctilien.

SNCF: un trafic progressivement renforcé

De son côté, la SNCF va remuscler peu à peu son offre. En Île-de-France, le réseau Transilien fonctionnera à 60% de la normale, entre 6h et 22h. Les lignes H, J, K, L, N, P et R circuleront à 60%, de même que les RER C, D et E, contre 33% seulement pour la ligne U.

Le réseau TER assurera «55% de l’offre habituelle». En parallèle, les TGV assureront «35% de l’offre habituelle», l’axe nord voyant cette proportion monter à 50%. Le trafic Intercité reste limité à 25% de la normale, dont aucun train de nuit. A l’international, les trains vers l’Allemagne, la Suisse et l’Italie «reprennent progressivement», sans dépasser les 20% de la normale, mais les liaisons avec l’Espagne restent suspendues. De même, les lignes Eurostar et Thalys «restent perturbées»: 8% des trains seulement circuleront.

Une reprise progressive et encadrée

En réaugmentant leur capacité, les opérateurs de transport veulent permettre à ceux qui en ont absolument besoin de prendre un bus, un métro ou un tramway avec le minimum de risques d’être infectés par le virus. Avec plus d’offre, il sera peut-être faisable de faire respecter la distance d’un mètre entre tous les passagers, même si le défi s’avère redoutable à relever à tout moment et partout sur les réseaux.

Pour y parvenir, la RATP, comme la SNCF, ont condamné un siège sur deux. Que ce soit sur les quais ou dans les métros, trains, tramways ou bus.

Mesure particulière à l’Île-de-France où la circulation du virus reste très intense, l’accès aux transports en commun aux heures de pointe sera réservé à ceux qui disposeront d’une attestation de leur employeur certifiant qu’ils doivent arriver à leur travail dans ce créneau. Cette attestation sera contrôlée entre 06h30 et 09h30 puis entre 16h et 19h. Pourront aussi circuler dans ces horaires ceux qui ont un motif personnel impérieux de le faire (convocation de la justice, rendez-vous médical…).

«Il y aura une tolérance dans les premiers jours, l’objectif n’est pas la verbalisation mais de donner priorité à ceux qui ont absolument besoin des transports en commun, ceux qui vont travailler», a précisé la présidente d’Ile-de-France Valérie Pécresse.

Partout en France, la consigne reste la même: ceux qui peuvent télétravailler doivent continuer à le faire pour ne pas emboliser les transports en commun. Par ailleurs, pour éviter la surfréquentation, les opérateurs de transport vont réguler les flux de passagers. La SNCF opérera un filtrage à l’entrée des gares. La RATP va déployer 3000 agents qui veilleront sur les quais, les couloirs du métro, dans les stations de tram. Et jusqu’à 20.000 policier seront déployés pour aider les entreprises dans cette tâche qui s’apparente à un véritable casse-tête.

Par ailleurs, les passagers devront obligatoirement porter un masque dans les transports en commun. On en trouve dans les hypermarchés ou les pharmacies. De façon disparate, les mairies et les régions (par exemple l’Île-de-France) ont commencé à en distribuer. Ceux qui n’en ont pas s’en verront proposer à l’entrée des gares les premiers jours pour amorcer la pompe. Les clients de la RATP et des Transiliens titulaires d’un Pass Navigo pourront aussi en récupérer un gratuitement. Enfin, on en vendra dans les distributeurs automatiques situés sur les quais de gares ou de stations de métro. Mais attention à celui qui n’en porte pas: il risque une amende de 135 euros.

Concernant les trains grande ligne, l’approche est différente. L’offre va remonter mais plus lentement. À la fin du mois, on sera à 40% de TGV seulement. Tout simplement parce que les déplacements au-delà de 100 km ne sont pas autorisés, à de rares exceptions. Dans ces trains, une place sur deux sera aussi condamnée. Et, désormais, il faudra obligatoirement réserver son billet. Celui qui montera sans réservation risquera une amende de 135 euros.

Avec Le Figaro par Jean-Yves Guérin et Wladimir Garcin-Berson

Espagne: déconfiner trop vite serait «impardonnable», affirme Sanchez

mai 6, 2020

Le Premier ministre espagnol Pedro Sanchez a affirmé mercredi qu’un déconfinement trop «précipité» serait «impardonnable» avant de convaincre les députés de prolonger l’état d’alerte dans le pays, l’un des plus endeuillés par la pandémie.

Grâce aux voix des libéraux de Ciudadanos et des nationalistes basques, le régime d’état d’alerte – qui permet notamment de limiter les déplacements et devait expirer samedi à minuit – a été prolongé de deux semaines, jusqu’au 23 mai inclus. L’opposition de droite du Parti Populaire, qui avait voté les précédentes prolongations, a en revanche refusé de l’appuyer cette fois. «Ignorer le risque de l’épidémie et lever l’état d’alerte de façon précipitée serait une erreur absolue, totale et impardonnable», a plaidé M. Sanchez devant les députés.

C’est la quatrième fois que l’état d’alerte est ainsi prolongé. Il avait permis à l’exécutif espagnol d’imposer le 14 mars un confinement des plus stricts, qui a commencé à être assoupli depuis la fin du mois d’avril. Selon le nouveau bilan publié mercredi par le ministère de la Santé et qui confirme le net ralentissement de l’épidémie, l’Espagne a recensé 244 morts du coronavirus en 24 heures, un rebond après trois jours sous la barre des 200.

Au total, le nombre de décès s’élève à 25.857 tandis que le nombre de cas confirmés a dépassé les 220.000. «Nous progressions très bien», mais «il serait vraiment triste qu’en raison d’une envie de sortir plus vite que ce qui est recommandé, nous perdions tout ce que nous avons gagné», a averti le directeur du Centre d’urgences sanitaires, le Dr Fernando Simon.

Après avoir autorisé les promenades des enfants fin avril puis les sorties des adultes pour faire du sport ou des promenades le week-end dernier, le gouvernement a prévu de lancer, lundi, une nouvelle phase du plan de déconfinement qui doit s’étaler jusqu’à fin juin. D’ici la fin de ce plan, les déplacements resteront limités pour les Espagnols, qui ne pourront pas sortir de leur province. «Les restrictions seront de moins en moins sévères, mais il y aura encore des restrictions et ces restrictions nécessitent l’état d’alerte» pour être appliquées, a expliqué Pedro Sanchez.

Sa gestion de la crise est sévèrement critiquée par le Parti Populaire, première force d’opposition de droite, ainsi que par l’extrême droite et les indépendantistes catalans qui considèrent que le gouvernement fait un usage excessif de l’état d’alerte.

Par Le Figaro avec AFP

France: Mélenchon fait l’éloge de Philippe «l’élégant» pour mieux critiquer Macron «le bandit»

mai 6, 2020

Dans un entretien à La Tribune de Genève, le chef des Insoumis a salué les performances oratoires d’Édouard Philippe, regrettant qu’il soit contraint d’obéir à Emmanuel Macron.

Jean-Luc Mélenchon et Edouard Philippe à l'Assemblée, le 3 mars
Jean-Luc Mélenchon et Edouard Philippe à l’Assemblée, le 3 mars AFP

Constatant que la tension monte, en coulisses, entre Emmanuel Macron et son premier ministre sur la gestion de la crise, Jean-Luc Mélenchon a jugé bon d’aller apporter son petit grain de sel. Dans un entretien à La Tribune de Genève ce mercredi, le chef de file de La France Insoumise a défendu Edouard Philippe. «Tout le monde sait que c’est le président qui a choisi le 11 mai (la date du déconfinement, ndlr), seul et contre tout le monde. L’autre il obéit», a-t-il certifié. «Pourquoi douter de sa bonne volonté personnelle?», a interrogé l’ancien candidat à la présidentielle.

«Regardez le faire!»

Jean-Luc Mélenchon en a même profité – une fois n’est pas coutume – pour faire un long éloge du premier ministre. «Edouard Philippe est de droite et n’a jamais prétendu autre chose. C’est un homme élégant, d’un côtoiement agréable, un libéral assumé et qui le dit clairement», a assuré le chef de LFI. Avant d’embrayer sur la passion du locataire de Matignon pour la boxe : «Savoir le sport qu’il pratique aide à comprendre un homme politique. Lui, c’est la boxe. Regardez le faire! Quand il répond, il tourne et danse sur le ring le temps qu’il faut pour que vous baissiez la garde. À ce moment-là, il choisit le point où frapper : c’est un mot qu’il a pris dans votre discours, et il en fait ce qu’il veut, pan!», raconte-t-il. Reconnu pour ses joutes oratoires, Jean-Luc Mélenchon ajoute : «On peut aussi faire un peu d’esthétique en politique, j’y tiens».

Mélenchon n’épargne pas Macron

S’il se montre donc, à la surprise générale, grand défenseur d’Édouard Philippe, l’Insoumis ne mâche pas ses mots à l’encontre du chef de l’État. Emmanuel Macron serait, selon lui, «un bandit de grand chemin». «Lui-même dit qu’il a fait un hold-up sur le pouvoir!», rappelle Jean-Luc Mélenchon. «Il a trompé tout le monde; Il est sans foi ni loi, capable d’entrer, grâce à nous, les gens de gauche, dans la présidence de M. Hollande. Puis d’en sortir en disant qu’il n’est ni de droite ni de gauche, puis de devenir chef de la droite», déplore-t-il.

Jean-Luc Mélenchon défend par ailleurs toujours la thèse qui affirme que le président de la République aurait été à l’initiative des perquisitions au siège de La France Insoumise à l’automne 2018. À l’époque, le député de Marseille avait perdu ses nerfs devant les forces de l’ordre. Un dérapage qui l’a condamné à trois mois de prison avec sursis et 8000 euros d’amende par le tribunal correctionnel de Bobigny fin 2019. «Un libéral qui fait perquisitionner ses rivaux! C’est insupportable, cet opportunisme», conclut-il.

Avec Le Figaro par Pierre Lepelletier