Posts Tagged ‘Déconfinement’

Canada:Montréal veut se déconfiner en même temps que le reste du Québec

avril 24, 2020
Des mesures particulières devront cependant être adoptées à Montréal, concède la mairesse Plante.
© Ivanoh Demers/Radio-Canada Des mesures particulières devront cependant être adoptées à Montréal, concède la mairesse Plante.
Le déconfinement qui va commencer graduellement au cours des prochaines semaines doit être « réfléchi » à l’échelle de la province, dit la mairesse de Montréal, Valérie Plante. La région métropolitaine est la locomotive économique du Québec et « énormément d’activités se font entre les régions et Montréal », plaide-t-elle.

Le premier ministre François Legault a indiqué cette semaine que l’un des scénarios envisagés pour le déconfinement est de commencer par les régions les moins touchées par l’épidémie de COVID-19 et ensuite de poursuivre à Montréal, le foyer principal de l’infection au Québec.

La mairesse admet toutefois qu’étant donné la densité de la population de la métropole, des mesures plus particulières devront y être adoptées.

«On va devoir s’adapter. Il va y avoir de nouvelles normes sociales qui vont se mettre en place. Comme le fait de recommander fortement le masque dans les transports collectifs dans la région métropolitaine. Ça va de soi», note-t-elle.

«Même chose pour ce qui est des écoles, qui devraient selon elle ouvrir toutes en même temps à travers la province. Il va falloir qu’il y ait des règles spécifiques à différentes régions, mais je pense qu’il faut avoir des mesures cohérentes à l’ensemble du Québec», avance-t-elle.

Le port du masque

Mme Plante n’envisage pas de rendre le port du masque obligatoire, mais indique qu’il sera très fortement recommandé. Elle dit se fier aux Montréalais, qui suivent les règles à la lettre.

«L’accessibilité difficile aux masques est aussi un enjeu qui empêche de rendre la mesure obligatoire, pense-t-elle. Si on rend quelque chose obligatoire, il faut absolument que les masques soient disponibles, ce qui n’est pas nécessairement le cas présentement.»

La Ville travaille d’ailleurs sur un plan pour fournir des masques aux populations très vulnérables, comme les itinérants. Mais elle n’envisage pas d’approvisionner l’ensemble de la population.

«C’est énormément de ressources financières, et présentement je suis plus dans les coupures. C’est difficile», lance-t-elle

Montréal a annoncé jeudi des compressions de 123 millions de dollars et un gel salarial à ses employés en raison d’une importante baisse de revenus entraînée par l’épidémie.

Les droits de mutation, la fameuse taxe de bienvenue, seront entre autres moins abondants cette année, les transactions immobilières étant au ralenti. Les revenus provenant des permis et des frais de stationnement sont également en baisse.

Valérie Plante répète que son administration n’a pas l’intention d’aller chercher son manque à gagner dans la poche des citoyens, et que l’impôt foncier de l’an prochain sera indexé selon l’inflation.

Elle souhaite aussi que les services aux citoyens soient amputés le moins possible. «Chaque arrondissement, dont certains ont des surplus, va avoir son exercice à faire. Mais on espère que ça va être surtout reporter des projets», dit-elle.

Par Isabelle Maltais avec La Presse canadienne

Ces pays qui commencent à «déconfiner»

avril 14, 2020

Après la Chine, berceau de l’épidémie du nouveau coronavirus, plusieurs pays commencent à envisager un déconfinement progressif :

Chine : la province du Hubei, hormis son chef-lieu Wuhan, a démarré son déconfinement le 25 mars. Le bouclage de Wuhan, où le nouveau coronavirus a surgi en décembre, a été levé le 8 avril, mais la mairie a replacé en confinement 70 quartiers résidentiels sur 7.000, après la découverte de porteurs «asymptomatiques». Dans toute la province, les habitants doivent produire sur leur téléphone portable un code QR vert prouvant qu’ils sont en bonne santé.

République tchèque : le gouvernement tchèque a présenté mardi un plan visant à lever progressivement les mesures de confinement imposées au pays depuis la mi-mars, en cinq étapes du 20 avril au 8 juin. Les marchés en plein air et les artisans ou petits commerçants pourraient rouvrir à partir du 20 avril, ainsi que les écoles et universités, petit à petit. L’ensemble de l’économie reprendrait son rythme normal, de semaine en semaine jusqu’au 8 juin. Depuis mardi, les Tchèques sont libres d’aller à l’étranger pour des voyages d’affaires ou pour voir leurs proches à condition de subir une quarantaine à leur retour.

– Autriche : l’Autriche a rouvert mardi ses petits commerces non alimentaires, avec des aménagements pour respecter les distances de précaution. Ecoles, cafés et restaurants resteront fermés jusqu’à la mi-mai au moins. Les déplacements restent limités à l’essentiel jusqu’à fin avril. Manifestations culturelles et rassemblements publics sont bannis au moins jusqu’en juillet.

– Danemark : le Danemark rouvre mercredi crèches, écoles maternelles et primaires, puis les établissements du secondaire le 10 mai. Les bars, restaurants, centres commerciaux, coiffeurs et salons de massages resteront clos. Aucun rassemblement de plus de 10 personnes. Les frontières demeurent fermées, les voyages à l’étranger déconseillés.

– Espagne : en Espagne, confinée depuis le 14 mars et au moins jusqu’au 25 avril, une partie des travailleurs ont néanmoins repris le chemin des usines et des chantiers. Plusieurs millions de masques leur ont été distribués. Depuis le 30 mars, toutes les activités économiques non essentielles étaient à l’arrêt. La phase de déconfinement «commencera au plus tôt dans deux semaines et sera très progressive», a souligné dimanche le Premier ministre Pedro Sanchez.

– France : en France, le 11 mai marquera le début d’un déconfinement partiel avec la réouverture progressive des écoles, collèges et lycées. Universités, bars, restaurants ou cinémas resteront fermés, tout comme les frontières avec les pays non européens. Les personnes âgées et fragiles ont été priées de rester confinées. Les festivals ne seront pas autorisés avant au moins mi-juillet.

– Norvège : la Norvège prévoit d’alléger progressivement ses mesures à compter du 20 avril, rouvrant les crèches et levant l’interdiction des séjours en résidence secondaire. A partir du 27 avril, réouverture partielle des collèges, lycées et universités, ainsi que des salons de coiffure, de massage et de dermatologie. Les événements culturels et sportifs restent interdits et les frontières fermées.

– Portugal : au Portugal, en état d’urgence depuis le 19 mars, les autorités espèrent un retour progressif à la normalité en mai. Crèches et écoles ne rouvriront pas d’ici la fin de l’année scolaire.

– Grèce : la Grèce table sur un retour «à la normalité» en mai, à condition que le confinement soit strictement respecté d’ici là. Mais «toute discussion sur la levée graduelle des mesures est prématurée», a prévenu le gouvernement le 6 avril.

– Italie : en Italie, confinée sur tout le territoire depuis le 10 mars, quelques commerces, comme les librairies ou les laveries, ont rouvert mardi dans certaines régions.

– Allemagne : l’Allemagne doit annoncer mercredi un allègement des mesures coercitives, qui varient d’une région à l’autre. Les stades et les salles de concert devraient toutefois rester vides pendant encore plusieurs mois.

– Suisse : les autorités suisses doivent annoncer jeudi les «premiers assouplissements» prévus d’ici fin avril. Mais les précautions d’hygiène et la distanciation sociale resteront en place «pendant longtemps», ont-elles souligné.

Avec Le Figaro

États-Unis: Trump élude la question du déconfinement

avril 14, 2020

Donald Trump est resté évasif mardi sur les conditions dans lesquelles il souhaitait que les Etats-Unis mettent progressivement en place le déconfinement. Après avoir eu des propos très autoritaires la veille – «C’est le président des Etats-Unis qui décide!»-, il a adopté un ton beaucoup plus conciliant vis-à-vis des gouverneurs. «Nous nous entendons tous très bien et nous voulons tous prendre les bonnes décisions», a-t-il lancé.

Avec les premiers signaux encourageants face à la pandémie de coronavirus, liés à la stabilisation du rythme des contaminations, le débat a vite basculé sur les moyens de «rouvrir le robinet» tout en gardant un oeil sur un éventuel redémarrage de l’épidémie. Mardi matin, Andrew Cuomo, gouverneur de l’Etat de New York, avait vivement dénoncé les propos du président selon lesquels il avait tout pouvoir d’ordonner le déconfinement dans les Etats. «La position du président est tout simplement absurde. Ce n’est pas ce que dit la loi. Ce n’est pas ce que dit la constitution. Nous n’avons pas un roi, nous avons un président», avait-il lancé. Le président peut certes donner le ton, fixer un cap, mais le système fédéral accorde aux gouverneurs des cinquante États le pouvoir de prendre les mesures obligatoires de confinement ou de déconfinement. C’est ce qu’ils ont fait jusque-là, en ordre dispersé. À ce jour, Donald Trump n’a d’ailleurs fait qu’émettre des recommandations de distanciation sociale jusqu’à fin avril.

Depuis plusieurs jours, sur les deux côtes des Etats-Unis, les gouverneurs se regroupent pour esquisser des réponses coordonnées. A l’est, New York, New Jersey, Connecticut, Rhode Island, Massachusetts, Delaware et Pennsylvanie. A l’ouest, Californie, Oregon et Washington. Augmentation massive des tests, mesures de confinement spécifiques pour les plus de 65 ans, réouverture progressive pour certains commerces… : tous les gouverneurs préparent leurs plans de transition. Et la plupart d’entre eux rappellent inlassablement une vérité dure à accepter : le nouveau coronavirus n’aura pas disparu à la fin du confinement. Une grande majorité de la population l’aura évité et restera donc susceptible d’être contaminée tant qu’il n’y aura pas de vaccin. «Ce sera une réouverture par étapes», martèle Andrew Cuomo. «Il n’y a pas d’interrupteur. Ce n’est pas binaire.»

Par Le Figaro avec AFP