Posts Tagged ‘Dégâts’

Ouragan Ida : « Plusieurs jours pour évaluer les dégâts en Louisiane »

août 31, 2021

L’ouragan a fait au moins quatre morts et de nombreuses zones demeurent inaccessibles tandis que La Nouvelle-Orléans est privée d’électricité.

L'ouragan Ida a fait de nombreux degats en Louisianne.
L’ouragan Ida a fait de nombreux dégâts en Louisianne.© REGINALD MATHALONE / NurPhoto / NurPhoto via AFP

Il faudra « plusieurs jours » pour évaluer les dégâts provoqués par le passage sur la Louisiane de l’ouragan Ida, qui a fait au moins quatre morts, a prévenu mardi la société Entergy, qui distribue le courant dans une partie de l’État américain. « Maintenant que l’ouragan Ida a quitté la région, nous faisons des inspections sur le système pour avoir une image plus claire de ce qu’il faudra réparer », a annoncé l’opérateur sur son compte Twitter. « L’évaluation totale des dégâts pourrait prendre plusieurs jours alors que de nombreuses zones restent inaccessibles », a-t-il ajouté.

Les vents de 240 km/h et les trombes d’eau ont inondé de nombreuses régions de l’État, déraciné les arbres, détruit des toits ou certains bâtiments. Plus d’un million de foyers dont ceux de la grande ville de La Nouvelle-Orléans étaient sans courant mardi, selon le site spécialisé PowerOutage. US. Ida a fait au moins quatre morts, selon un nouveau bilan. Deux personnes sont mortes en Louisiane, la première par la chute d’un arbre dans le bourg de Prairieville et la deuxième en essayant de traverser une route inondée à La Nouvelle-Orléans. Dans le Mississippi, où des pluies torrentielles se sont abattues ces derniers jours, une route s’est partiellement effondrée, faisant deux morts et dix blessés, dont trois sont dans un état critique, a indiqué la police de l’État.

Seize ans après Katrina

Un homme de 71 ans attaqué par un alligator alors qu’il marchait dans une rue inondée à Slidell est aussi présumé mort, au nord-est de La Nouvelle-Orléans, selon la police locale. Le bilan des décès devrait encore augmenter, a prévenu sur NBC le gouverneur adjoint de Louisiane, Billy Nungesser, notamment dans les zones côtières directement frappées par Ida où les opérations de recherches et de sauvetage sont en cours. À l’aéroport Louis-Armstrong de La Nouvelle-Orléans, tous les vols ont été annulés pour mardi, comme près de 200 vols prévus mercredi, ont indiqué les autorités aéroportuaires.

Alors que la plus grande ville de l’État est plongée dans le noir, la police locale a annoncé avoir déployé des unités anti-pillages. L’ouragan de catégorie 4 a touché terre dimanche sur les côtes de cet État du Sud des États-Unis avant d’être rétrogradé en dépression tropicale en poursuivant sa route vers le Nord-Est. Ida a frappé la Louisiane seize ans jour pour jour après Katrina, un ouragan de catégorie 3 qui avait fait plus de 1 800 morts et des milliards de dollars de dégâts.

Par Le Point avec AFP

Haïti: Un puissant séisme fait au moins 29 morts et des dégâts

août 14, 2021

Avec France 24

Inondations en Allemagne : choquée par les dégâts « surréalistes », Angela Merkel promet de reconstruire

juillet 18, 2021

Le bilan, encore provisoire, est de 159 morts dans le pays, 190 en Europe. Le vice-chancelier et ministre des finances de la République fédérale, Olaf Scholz, a annoncé une aide d’urgence pour les sinistrés.

Angela Merkel a constaté les dégâts causés par les inondations à Schuld, dimanche 18 juillet 2021 en Allemagne.
Angela Merkel a constaté les dégâts causés par les inondations à Schuld, dimanche 18 juillet 2021 en Allemagne. POOL / REUTERS

La chancelière allemande, Angela Merkel, est venue constater, dimanche 18 juillet, les paysages dévastés laissés par ce qu’elle a appelé les inondations « du siècle » en Europe de l’Ouest, qui ont fait au moins 190 morts en Allemagne et en Belgique, un bilan qui s’alourdit chaque jour avec de nombreuses personnes portées disparues.

Mme Merkel est arrivée vers 13 heures en Rhénanie-Palatinat, dans le sud-ouest du pays, l’une des régions les plus touchées, où 112 personnes ont trouvé la mort sur un total de 159 dans le pays. En Belgique, un nouveau bilan de trente et un morts a été établi dimanche soir par les autorités. L’air grave, la chancelière a commencé à prendre la mesure de la catastrophe qui a touché le village de Schuld, non loin de Bonn, où la rivière Ahr a détruit une partie de la localité, selon les images diffusées à la télévision.

« C’est une situation surréaliste et fantomatique, je dirais presque que la langue allemande a du mal à trouver les mots pour décrire la dévastation qui a été causée », a confié la chancelière allemande lors d’une conférence de presse, après avoir arpenté le village sinistré d’Adenau. Elle a promis que « le gouvernement fédéral et les régions agiront ensemble pour remettre progressivement de l’ordre » dans les zones dévastées.

« L’addition de tous les événements auxquels nous assistons en Allemagne et la force avec laquelle ils se produisent, tout cela laisse penser (…) que cela a un lien avec le changement climatique, a-t-elle déclaré à des habitants d’Adenau. Nous devons nous dépêcher, Nous devons aller plus vite dans la lutte contre le changement climatique. ».

Si la tendance est à la décrue dans l’ouest du pays, l’Allemagne reste sur le qui-vive en raison de nouvelles crues, au sud et l’est. Elles ont fait un mort en Bavière dans la nuit de samedi à dimanche. Un « plan catastrophe » a été décrété dans le district allemand de Berchtesgaden. En Autriche, la ville de Hallein est inondée et les pompiers sont en état d’alerte dans les régions de Salzbourg et du Tyrol.

Plusieurs milliards d’euros pour la reconstruction

Le vice-chancelier et ministre des finances de la République fédérale, Olaf Scholz, a annoncé l’adoption, dès la semaine prochaine en conseil des ministres, d’une aide d’urgence pour les sinistrés. Elle devrait s’élever à au moins 300 millions d’euros, a fait savoir le ministre social-démocrate au journal Bild am Sonntagpromettant également la mise sur pied d’un vaste programme de reconstruction de plusieurs milliards d’euros. L’Union européenne a également assuré de son soutien face à ces intempéries, qui ont affecté en outre les Pays-Bas, le Luxembourg et la Suisse.

Des dizaines de milliers d’Allemands ont vu leur habitation détruite ou ont subi des coupures d’électricité, de gaz ou de ligne de téléphone… Certaines routes sont éventrées, des ponts sont enfoncés et des villes sont ensevelies sous les décombres. « C’est une véritable catastrophe, je suis bouleversée », a déclaré Angela Merkel, en visite aux Etats-Unis lorsque les pluies diluviennes du milieu de semaine ont subitement provoqué des inondations décrites par les témoins comme des « raz-de-marée », des « tsunamis ».

Dans toutes les localités sinistrées, pompiers, protection civile, responsables communaux, militaires, ont entamé le colossal travail de déblaiement et de nettoyage des amas de débris boueux qui obstruent souvent les rues. Plus de 22 000 secouristes sont à pied d’œuvre en Allemagne. Scène inhabituelle, des chars militaires ont même été déployés en certains endroits pour aider aux efforts.

Caves de maison et carcasses de voitures sont inspectées une à une pour retrouver d’éventuels corps, tant en Allemagne qu’en Belgique. Dans ce pays, à mesure que l’eau se retire, « nous allons probablement encore trouver des situations catastrophiques », a jugé la bourgmestre de Liège, Christine Defraigne.

Indignation après le rire d’Armin Laschet

Les crues en Allemagne ont pris un tour politique à un peu plus de deux mois des élections législatives, à l’issue desquelles Angela Merkel quittera le pouvoir. Chaque candidat rivalise de propositions pour renforcer la lutte contre le réchauffement climatique, cause pour beaucoup d’experts des inondations. Chef du parti conservateur CDU et favori des sondages, Armin Laschet a réclamé, à l’instar de l’ensemble de la classe politique, d’« accélérer le rythme » dans la lutte contre le changement climatique.

Mais Armin Laschet a commis samedi un faux pas préjudiciable à son image : il a été filmé en train de rire lors d’un hommage du chef de l’Etat aux victimes des crues. « Laschet rigole pendant que le pays souffre »écrit Bild. Les images sont devenues virales, l’indignation nationale, contraignant l’intéressé à présenter ses excuses pour son comportement « inapproprié ». La polémique a pris d’autant plus d’ampleur que M. Laschet est aussi dirigeant de la Rhénanie-du-Nord-Westphalie, l’une des deux régions les plus touchées par les inondations.

Le Monde avec AFP

Intempéries dévastatrices en Europe : au moins 126 morts en Allemagne et en Belgique

juillet 16, 2021

L’Allemagne paie le plus lourd tribut de ces pluies diluviennes, avec au moins 103 morts recensés vendredi à la mi-journée. Le bilan devrait s’alourdir en raison du nombre de personnes toujours portées disparues et d’un glissement de terrain près de Cologne.

A Erftstadt en Allemagne, près de Cologne, un gigantesque glissement de terrain du aux inondations a fait de nombreuses victimes et continue de s’étendre le 16 juillet 2021. Les autorités évacuent la population de la zone.
A Erftstadt en Allemagne, près de Cologne, un gigantesque glissement de terrain du aux inondations a fait de nombreuses victimes et continue de s’étendre le 16 juillet 2021. Les autorités évacuent la population de la zone. RHEIN-ERFT-KREIS / AP

Le bilan des intempéries dévastatrices en Europe s’est alourdi vendredi 16 juillet, il est maintenant de 126 morts, la plupart en Allemagne, où les secours continuent de rechercher de nombreuses personnes portées disparues.

De nombreux villages de l’ouest de l’Allemagne présentent une image de désolation. Dans cette vaste zone affectée par les inondations subites causées par des pluies diluviennes, le nombre de victimes a augmenté à au moins 103 morts, selon les autorités locales. « Je crains que nous ne voyions toute l’étendue de la catastrophe que dans les prochains jours », a prévenu jeudi soir la chancelière Angela Merkel, en visite à Washington.

La Belgique, avec au moins 23 morts selon les médias vendredi, le Luxembourg et les Pays-Bas, où plusieurs quartiers de Maastricht ont dû être évacués, ont également durement été touchés par les intempéries. En Allemagne, le bilan est probablement appelé à grimper en raison du nombre de personnes toujours portées disparues. Une des régions les plus touchées, la Rhénanie-Palatinat, a vu le nombre de décès recensés passer vendredi matin de 28 à 60.

Près de Cologne, dans la commune d’Erftstadt, de nombreuses personnes étaient portées disparues, et « plusieurs morts » dénombrés après un glissement de terrain consécutif aux crues, selon une porte-parole du district. « Les maisons ont été largement emportées par les eaux, et certaines se sont effondrées », selon un tweet de la communauté de communes de Cologne. Les images de la zone sinistrée diffusées par les autorités montraient un vaste cratère dans lequel se déversent des masses de terre, d’eau brune et de débris.

Champ de ruines

En Rhénanie-Palatinat, les autorités ont annoncé qu’elles étaient toujours sans nouvelles de plus de 1 000 personnes dans le canton le plus touché, celui d’Ahrweiler, ce qui pourrait toutefois être lié aux perturbations téléphoniques. « Nous tablons encore sur quarante, cinquante ou soixante disparus, et quand vous avez des personnes qui n’ont pas donné signe de vie depuis tant de temps (…), on doit craindre le pire », a déclaré le ministre de l’intérieur du Land, Roger Lewentz, à la chaîne de télévision SWR. De plus, il doit continuer de pleuvoir dans certaines régions de l’ouest du pays. Et le niveau du Rhin et de plusieurs de ses affluents monte dangereusement.

Près d’un millier de soldats ont été mobilisés pour aider aux opérations de secours et de déblaiement dans les villes et villages, qui tous offrent le même spectacle de désolation : rues et maisons sous les eaux, voitures renversées, arbres arrachés. A Ahrweiler, plusieurs maisons se sont littéralement effondrées. Sous les décombres, la ville donne le sentiment de s’être trouvée sur la route d’un tsunami. Euskirchen, un peu plus au nord, est probablement l’une des villes les plus sinistrées. Le centre-ville ressemble à un champ de ruines, les façades des maisons littéralement arrachées par les crues. Qui plus est, un barrage tout proche menace de céder.

Ces intempéries ont placé la question du réchauffement climatique au centre de la campagne électorale, qui bat son plein en Allemagne en vue du scrutin législatif du 26 septembre, au terme duquel Angela Merkel quittera le pouvoir. Le président de la République fédérale, Frank-Walter Steinmeier, a exhorté, dans une déclaration solennelle, à lutter « résolument » contre le réchauffement climatique, seule alternative à ses yeux face aux phénomènes météorologiques extrêmes comme les inondations meurtrières qui ont frappé son pays. « Nous devons accélérer les mesures de protection du climat, au niveau européen, national et mondial », a clamé Armin Laschet, candidat du parti conservateur de Mme Merkel et favori pour lui succéder au vu des sondages.

« Ces inondations confirment ce que dit la science sur le réchauffement climatique », a dit vendredi à Dublin la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen. « Mes pensées vont aux victimes des intempéries (…). La France est solidaire dans cette épreuve », a, de son côté, assuré le président de la République française, Emmanuel Macron.

Une atmosphère plus chaude retient en effet davantage d’eau et peut provoquer des précipitations d’extrême intensité. Celles-ci peuvent avoir des conséquences particulièrement dévastatrices dans les zones urbaines, en présence de cours d’eau mal drainés et de constructions en zone inondable. Dans les pays les plus touchés, il est tombé en deux jours l’équivalent de deux mois de précipitations, selon l’Organisation météorologique mondiale.

Risques de crues en Suisse

Voisins des régions allemandes les plus touchées, la Belgique, les Pays-Bas et le Luxembourg sont également affectés. La situation pourrait aussi s’aggraver en Suisse, avec des risques de crues de plusieurs lacs et cours d’eau. En Belgique, les inondations, qui touchent principalement l’est et le sud du pays, ont fait au moins 23 morts, selon les médias locaux. Le président du gouvernement wallon, Elio Di Rupo, a dit craindre une aggravation du bilan : « Hier soir, des centaines de personnes étaient encore bloquées chez elles », a souligné l’ex-premier ministre.

La Wallonie, région francophone du sud de la Belgique, est particulièrement touchée et restait en grande partie en état d’« alerte de crue » selon une carte actualisée vendredi matin par les autorités régionales. Pompiers, forces de l’ordre et armée participaient aux missions de sauvetage et d’évacuation dans les zones inondées.

Plus de 21 000 personnes étaient privées d’électricité dans la région, selon le gestionnaire des réseaux de distribution d’électricité et de gaz en Wallonie, faisant état de l’inondation de trois cents cabines de distribution. L’eau courante était par ailleurs jugée non potable en raison des conditions météorologiques dans plusieurs communes de la province de Liège. D’après la police fédérale, des dizaines de tronçons routiers restaient fermés à la circulation, et une majeure partie du trafic ferroviaire était interrompu en Wallonie. Aucun TGV Thalys ne circulera vendredi entre la Belgique et l’Allemagne.

A Liège, quatrième ville la plus peuplée de Belgique, les autorités locales avaient appelé jeudi après-midi des milliers d’habitants des quartiers bordant la Meuse à quitter leur logement, en prévision d’une forte montée du niveau du fleuve. Le niveau de l’eau au centre-ville n’a finalement pas augmenté durant la nuit et commençait à baisser « tout doucement » dans le quartier le plus touché, a annoncé vendredi matin la police liégeoise, qui rappelait que de nombreux axes routiers alentour restaient fermés.

Avec Le Monde avec AFP

Québec/Lendemain de tempête à Trois-Rivières : de nombreux dégâts et des écoles fermées

juin 9, 2021

Des rues de Trois-Rivières sont toujours paralysées par les inondations causées par l’orage qui s’est abattu sur la ville mercredi. À 11 h 30, environ 7 000 clients étaient aussi toujours privés d’électricité. De plus, des écoles doivent fermer leurs portes pour la journée.

Dégâts constatés mercredi matin à la place Germain-Deschênes, à Trois-Rivières

© Éric Langevin/Radio-Canada Dégâts constatés mercredi matin à la place Germain-Deschênes, à Trois-Rivières

Une voiture est toujours coincée, mercredi, sous un arbre sur la rue Hart, à Trois-Rivières.

© Éric Langevin/Radio-Canada Une voiture est toujours coincée, mercredi, sous un arbre sur la rue Hart, à Trois-Rivières.

Au plus fort de l’orage, environ 30 000 clients d’Hydro-Québec se sont retrouvés sans électricité. Selon les prévisions de la Société d’État, la majorité des gens devraient retrouver le courant d’ici la fin de la journée.

Les monteurs de ligne sont à pied d’oeuvre depuis hier pour rétablir le réseau endommagé notamment par des branches tombées sur les fils.

Des employés d’autres villes ont été appelés en renfort. Une trentaine d’équipes d’Hydro-Québec seront donc sur le terrain aujourd’hui. Hydro-Québec s’attaquera en priorité aux pannes touchant le plus grand nombre de personnes, a précisé le conseiller en communications et collectivités chez Hydro-Québec, Marc-Antoine Ruest, en entrevue à l’émission Toujours le matin.

De nombreux clients, dont ces résidents du secteur Cap-de-la-Madeleine, ont subi des dommages en raison du violent orage survenu mardi.

© Courtoisie De nombreux clients, dont ces résidents du secteur Cap-de-la-Madeleine, ont subi des dommages en raison du violent orage survenu mardi.

Que s’est-il passé?

Le météorologue d’Environnement Canada André Cantin affirme que la cellule orageuse s’est déplacée lentement, ce qui a engendré les fortes précipitations. Il affirme que le temps chaud et humide a contribué au phénomène.

Environnement Canada rapporte que de la petite grêle», des branches cassées, des refoulements d’égouts et de nombreuses pannes d’électricité ont été rapportés.

La tempête fait des sinistrés

Entre 16 h et 19 h, la Ville de Trois-Rivières affirme que 875 appels ont été logés à son service 311. L’opération nettoyage se poursuit mercredi. Le maire de Trois-Rivières, Jean Lamarche, affirme que personne n’a été blessé.

De nombreux sous-sols ont été inondés. La pluie et les forts vents ont causé beaucoup de dommages.

Une partie du toit d'un immeuble de 10 logements de la place Germain-Deschênes a été arraché par les forts vents, mardi.

© Martin Chabot/Radio-Canada Une partie du toit d’un immeuble de 10 logements de la place Germain-Deschênes a été arraché par les forts vents, mardi.

À la place Germain-Deschênes, une partie du toit d’un immeuble de 10 logements s’est envolé pour atterrir non loin.  La majorité des locataires ont quitté l’endroit mardi soir. L’eau a causé de grands dommages aux appartements.

Un des résidents, Gilles Ricard, était encore sur place mercredi matin. Il affirme que personne n’est venu l’avertir qu’il devait quitter les lieux.

M. Ricard a raconté n’avoir jamais vécu une telle tempête. C’est pas agréable vivre cela», a-t-il raconté, en précisant qu’il avait la chance d’avoir des assurances. Il est tout de même découragé de devoir se trouver un nouveau logement.

Le boulevard des Récollets est encore inondé mercredi à la suite de la pluie torrentielle de la veille.

© /Radio-Canada Le boulevard des Récollets est encore inondé mercredi à la suite de la pluie torrentielle de la veille.

La pluie a causé un glissement de terrain sur le boulevard des Chenaux, à Trois-Rivières.

© Martin Chabot/Radio-Canada La pluie a causé un glissement de terrain sur le boulevard des Chenaux, à Trois-Rivières.

Un avis d’ébullition préventif est toujours en cours dans un secteur de la ville.

Le secteur au nord de l'autoroute 40 direction ouest et du boulevard des Chenaux est concerné par un avis d'ébullition préventif.

© Ville de Trois-Rivières Le secteur au nord de l’autoroute 40 direction ouest et du boulevard des Chenaux est concerné par un avis d’ébullition préventif.

Des services perturbés par des fermetures

Des écoles du Centre de services scolaire du Chemin-du-Roy ont subi des dommages, comme des refoulements d’égout. Des établissements doivent donc fermer leurs portes pour la journée.

Il s’agit des écoles des Pionniers, Cardinal-Roy, Saint-François-d’Assise, les édifices Monseigneur-Comtois et Sainte-Bernadette de l’École des Bâtisseurs ainsi que l’École primaire d’éducation internationale du secteur est et l’École d’alimentation et d’hôtellerie du Centre de formation professionnelle Bel-Avenir.

Ces écoles de Trois-Rivières seront fermées mercredi et devraient pouvoir à nouveau accueillir les élèves jeudi, selon le centre de services scolaires.

Le Centre de prélèvement du centre Saint-Joseph doit annuler tous les rendez-vous prévus mercredi, en raison de dégâts dans la bâtisse située sur la rue Sainte-Julie. Pour les prélèvements urgents, les citoyens sont invités à se rendre au Centre multiservice de santé et de services sociaux Cloutier, dans le secteur Cap-de-la-Madeleine.

Jean-Yves Lacombe avait de l’eau jusqu’aux genoux mardi sur la rue Clermont, à Trois-Rivières.

© Carolyne Brochu/Radio-Canada Jean-Yves Lacombe avait de l’eau jusqu’aux genoux mardi sur la rue Clermont, à Trois-Rivières.

De nombreuses voies, comme cette intersection des rues Williams et Nicolas-Perrot, ont été inondées mercredi, en raison de l'orage survenu à Trois-Rivières.

© Marilyn Marceau/Radio-Canada De nombreuses voies, comme cette intersection des rues Williams et Nicolas-Perrot, ont été inondées mercredi, en raison de l’orage survenu à Trois-Rivières.

Avec Radio-Canada par Marilyn Marceau

Québec: [En images] Un violent orage a frappé Trois-Rivières, un scénario qui pourrait se répéter

mai 26, 2021

Foudre, pluie forte, vents violents et grêle se sont abattus sur la région mardi soir durant un dizaine de minutes vers 20 h 30. Le météorologue d’Environnement Canada André Cantin affirme que des grêlons de un à deux centimètres de diamètre sont tombés à Trois-Rivières et que les vents ont atteint au moins 80 km/h.

De la grêle d'une grosseur de 1 à 2 centimètres a été observée.

© Marie-Claude Julien/ Facebook De la grêle d’une grosseur de 1 à 2 centimètres a été observée.

Une cellule orageuse a traversé le centre-ville de Trois-Rivières et une autre est passée plus à l’ouest, a expliqué le météorologue en entrevue à l’émission Toujours le matin.

Les deux cellules orageuses ont ensuite traversé le fleuve pour aller sur la rive sud, notamment vers Bécancour. Elles seraient passées entre Thetford Mines et Vallée-Jonction, selon André Cantin. Personne n’aurait rapporté de grêle à ces endroits, mais le météorologue ne serait pas surpris que de tels témoignages surgissent au cours de la journée.

La police de Trois-Rivières a dû fermer une partie de la rue Champflour mardi soir, en raison de la présence d'une toiture qui s'était envolée d'un immeuble à logements.

© Courtoisie de Rémi Pothier La police de Trois-Rivières a dû fermer une partie de la rue Champflour mardi soir, en raison de la présence d’une toiture qui s’était envolée d’un immeuble à logements.

De la grêle encore aujourd’hui?

Le météorologue d’Environnement Canada André Cantin affirme qu’il faut possiblement s’attendre à recevoir de la grêle encore aujourd’hui et indique les rafales de vent pourrait atteindre jusqu’à 90 kilomètres à l’heure

La masse d’air demeure chaude et instable aujourd’hui», explique André Cantin. Il ajoute qu’un front froid est attendu en fin d’après-midi ou en début de soirée.

En fin de soirée mardi, Hydro-Québec faisait état de 14 pannes en Mauricie affectant plus de 1400 clients. Mercredi matin, le courant avait été rétabli.

Vos vidéos et photos de cet orange

  • L'orage a causé des dégâts à certains endroits à Trois-Rivières.
  • Exemple de dommages causés par la grêle dans le secteur Sainte-Marthe-du-Cap
  • L'orage survenu mardi soir a été court, mais a causé des dommages à Trois-Rivières.

L’orage a causé des dégâts à certains endroits à Trois-Rivières.Ecran suivantPlein écran1/4 DIAPOSITIVES © Gracieuseté de Jonathan Desrosiers

Avec Radio-Canada

Tempête sanitaire

mai 10, 2021

Tempête pluri-sanitaire

Aux relents victimaires

D’une pandémie contemporaine

Aux nombreux dégâts mortuaires

Dans la course de la vaccination

Et la logistique de la distribution

Les nations essaient de sauver les meubles

Pour épargner des vies du comble

Avec l’apparition des variants

Aux atomes crocus et mordants

La volonté de vaincre la pandémie

Est le prix à payer du dernier cri

Bernard NKOUNKOU

Congo-Climat : les pluies causent d’importants dégâts à Brazzaville

décembre 15, 2020

La pluie qui s’est abattue dans la nuit du 12 au 13 décembre dans la ville capitale a laissé des traces dans plusieurs quartiers à cause des inondations, des éboulements de terrains et l’ensablement des habitations.

L’avenue Jean-Dominique Okemba après la pluie ;

Comme à chaque période pluvieuse, des dégâts majeurs ont été enregistrés dans les arrondissements 9 Djiri et 6 Talangaï. C’est le cas de l’avenue Jean Dominique-Okemba qui a été, pour la première fois, engloutie par le sable provenant des versants de montagne des quartiers Ngamakosso et Maman-Mboualé. Les riverains de la Tsiémé n’ont pas été épargnés d’autant plus que l’eau est sortie de son lit, rendant ainsi difficile la traversée sur le pont reliant les quartiers Mikalou et Texaco.

Selon des témoignages, un jeune d’environ 18 ans a également trouvé la mort dans le sixième arrondissement. Disparu dans un collecteur sous la pluie au quartier Domaine, la victime serait un contrôleur d’un bus faisant la liaison Terminus Mikalou-Domaine. Il serait descendu du véhicule et tombé directement dans le gros collecteur qui se jette dans la rivière Kélé Kélé, débordé par les eaux de pluie dans la nuit.

La société SGEC indexée

Dans le 9e arrondissement Djiri, notamment au quartier Massengo-Ibalicko, la situation a été empirée par les travaux inachevés sinon mal exécutés par l’entreprise SGEC, bénéficiaire du Projet d’extension en zones périphériques et renforcement du service d’eau potable à Brazzaville (PEPS) dans cette zone. Destiné à renforcer le service d’eau potable au profit de La Congolaise des eaux, ce projet dont le ministère de l’Aménagement, de l’Equipement du territoire et des Grands travaux est le maître d’ouvrage est financé par l’Agence française de développement. La mission de contrôle est assurée par la société SCET Tunisie.

Accueilli comme un ouf de soulagement par les habitants de ce quartier dès son démarrage en août dernier, le PEPS est devenu au fil du temps un véritable casse-tête au regard de nombreux dégâts qu’il cause après l’installation des conduites d’eau. En effet, certaines avenues et rues sont devenues impraticables suite aux éboulements de sol.

Selon des témoins, deux maisons se sont déjà écroulées à cause des travaux mal réalisés à certains endroits. La dernière en date est la maison qui a perdu sa fondation le 13 décembre au croisement de l’avenue Sénateur Odziki-rue Ello.  Les riverains accusent l’entreprise SGEC et ses sous-traitants d’être à l’origine de ce malheur. « Après avoir fait passer les tuyaux, ils ont commencé à ériger les digues ici depuis le 28 novembre mais les travaux n’avancent pas. Nous doutons également de la qualité de ces ouvrages parce que deux digues ont cédé car il ne s’agit pas des bétons armés comme les ouvriers nous rassuraient », s’est plaint un riverain.

En effet, la société adjudicatrice du marché et les sous-traitants ne semblent pas être sur la même lancée d’autant plus que les instructions données sont souvent foulées aux pieds. « Nous venons de virer le sous-traitant », nous a confié une source proche de la SGEC.

L’occupation anarchique, principale cause du malheur

Ces travaux sont, en effet, venus augmenter les peines des habitants de cette zone qui sont confrontés aux difficultés de circulation à cause des mauvaises pratiques des propriétaires. « Nous sommes dans une zone où les eaux ont du mal à ruisseler parce que les avenues Sénateurs Odziki et Bikoutas ainsi que la rue Hello qui nous entourent sont des impasses », a dénoncé un habitant du quartier.

Avec adiac-Congo par Parfait Wilfried Douniama

Canada: Vents violents, dégâts et pannes d’électricité au Québec

avril 14, 2020

 

Un arbre a été déraciné sous la force des vents sur la rue Saint-Denis, près de Boucher, à Montréal.
© Alain Béland/Radio-Canada Un arbre a été déraciné sous la force des vents sur la rue Saint-Denis, près de Boucher, à Montréal.
Les forts vents qui ont balayé le sud du Québec en soirée lundi ont privé d’électricité environ 24 000 clients d’Hydro-Québec.

Les régions de la Montérégie et des Laurentides sont les plus touchées par ces pannes, avec 5070 et 4592 clients, respectivement, sans électricité.

De nombreuses interruptions de services, déclenchées par un bris de l’équipement ou un incident sur les lignes du réseau, se sont également produites dans Lanaudière (20 pannes, 3991 clients) en Estrie (46 pannes, 3570 clients) et dans Chaudière-Appalaches (22 pannes, 2981 clients).

Les techniciens étaient à pied d’œuvre pour rebrancher les clients. Presque tout le monde a retrouvé le courant à Montréal et à Laval.

Un mur endommagé à Montréal où les rafales ont atteint un maximum de 102 kilomètres à l’heure.

© Alain Beland/Radio-Canada Un mur endommagé à Montréal où les rafales ont atteint un maximum de 102 kilomètres à l’heure.
En Estrie, ce sont près de 3000 abonnés qui ont été privés de courant. En tout, 49 interruptions de services ont été enregistrées dans la région. Le Granit est le secteur qui a été le plus touché.

La plupart des régions le long de la vallée du Saint-Laurent étaient sous le coup d’avertissements de pluie ou de vent avec des rafales atteignant 90 kilomètres à l’heure.

La force des rafales variait selon les endroits. Au Québec, des rafales de 124 kilomètres à l’heure ont été enregistrées à Rivière-la-Madeleine. Elles ont atteint un maximum de 102 kilomètres à l’heure à Montréal. Les vents étaient un peu moins forts à Saint-Hubert avec 96 kilomètres à l’heure, alors qu’à Gander à Terre-Neuve, le vent a soufflé jusqu’à 193 kilomètres à l’heure.

En Ontario, Hydro One rapporte que 28 000 abonnés sont privés de courant dans le centre et l’est de la province.

Avec CBC/Radio-Canada

Congo/Importants dégâts de pluie à Brazzaville: La route de la corniche abimée par endroits

janvier 9, 2020

Le Congo-Brazzaville une fois meurtri par les dégâts et inondations après la pluie. De Brazzaville capitale politique à Pointe-Noire capitale économique, les populations des zones touchées sont dans une extrême précarité et vulnérabilité

Publiée le 9 janv. 2020 par Le Chroniques congolaises DK-Le-mentaliste