Posts Tagged ‘Dégradation’

Canada-Québec/55 morts dans un CHSLD : dégradation fulgurante dans le Grand Montréal

avril 16, 2020
© Graham Hughes/THE CANADIAN PRESS IMAGES
C’est la résidence la plus endeuillée au Canada, dans la région la plus touchée du pays. À l’image de plusieurs CHSLD du Grand Montréal, celui de Sainte-Dorothée accumule les décès à une vitesse folle.

Uniquement entre le 11 et le 14 avril, 28 résidents sont morts dans cet établissement de Laval, selon des documents que nous avons obtenus. Dans un mois normal, l’établissement enregistre une moyenne de sept décès, d’après les données du ministère de la Santé du Québec.

Des enquêtes de la santé publique doivent encore déterminer si la COVID-19 est responsable des 55 décès survenus depuis le 17 mars, mais, selon une source à l’intérieur de l’établissement, il s’agit de la même cause, à deux ou trois exceptions près.

Officiellement, en date du 16 avril, le CISSS de Laval reconnaît 32 décès liés au coronavirus dans l’établissement et 147 cas positifs. Mais des retards sont souvent signalés dans la publication des bilans officiels.

Au moment où la propagation de la COVID-19 semble hors de contrôle par endroits et que des employés exténués brisent le silence, plusieurs centres intégrés de santé (CISSS et CIUSSS) de la grande région de Montréal refusent dorénavant de publier le nombre de décès par résidence.

Au CIUSSS du Nord-de-l’Île-de Montréal, où la situation se détériore aussi rapidement, nous avons obtenu par une source syndicale les données des contaminations et des décès en date du 15 avril.

On découvre qu’en moins d’une semaine, le nombre de patients et d’employés infectés par la COVID-19 a presque doublé. Durant cette période de six jours, le bilan des décès de résidents de CHSLD est passé de 31 à 53, une hausse de 70 %.

Au CHSLD Notre-Dame-de-la-Merci, dans l’arrondissement d’Ahuntsic-Cartierville, nous avons appris que le bilan est maintenant de 25 morts. Or, le 2 avril, le bilan était de 7 décès. Il y a donc en moyenne au moins une personne qui meurt de la COVID-19 dans l’établissement chaque jour, soit trois fois plus qu’en temps normal.

Au CHSLD Laurendeau, toujours dans Ahuntsic-Cartierville, l’accélération des décès est encore plus soutenue : 21 personnes étaient mortes du coronavirus en date de mercredi, alors que le 2 avril, il n’y avait pas de victime à signaler. La moyenne est de près de deux décès par jour depuis deux semaines.

Dans le CIUSSS de l’Ouest-de-l’Île-de-Montréal, en date de mardi, on dénombrait 103 morts, dont 43 uniquement au CHSLD LaSalle.

Une préposée aux bénéficiaires lance un cri du cœur

Des résidents d'un CHSLD se déplaçant dans le corridor.

© Simard, Claudie/Radio-Canada Des résidents d’un CHSLD se déplaçant dans le corridor.
Au CHSLD de La Petite-Patrie, une préposée aux bénéficiaires raconte que les patients « tombent comme des mouches » avec « un ou deux décès par jour ». Six morts étaient recensés par le CIUSSS en date d’hier, mais il y en aurait bien plus, selon cette préposée.

« Ils ont perdu complètement le contrôle », explique l’employée d’agence qui a tenu à taire son nom, car elle n’est pas syndiquée. « Beaucoup de gens partent sans que la famille ne le sache », raconte-t-elle. « Un corps a été laissé 24 heures dans une chambre, parce qu’il n’y avait pas de médecin disponible pour venir constater le décès. »

Les résidents infectés ont été isolés sur un étage, mais le manque de personnel oblige certaines personnes à voyager d’un étage à l’autre. Par ailleurs, le manque de matériel de protection complexifie encore plus la lutte contre la propagation du virus. « J’ai travaillé une journée de 16 heures sans visière », raconte la préposée.

Maintenant difficile d’obtenir des chiffres

Depuis le début de la crise, les CISSS et les CIUSSS communiquaient le nombre de décès par établissement de façon relativement transparente et régulière, mais la donne a changé mercredi.

Le changement d’approche coïncide avec le moment où le ministère de la Santé a consenti à rendre publique de façon quotidienne la liste des CHSLD et RPA touchés par des éclosions. Or, ce tableau n’inclut pas les décès par établissement.

Sur son site web, le ministère communique le nombre de décès par région, par groupe d’âge ou par type de milieu de vie, mais pas par établissement.

Selon nos informations, le bilan des décès du gouvernement ne correspond pas, pour le moment, aux données des établissements sur le terrain.

Au CIUSSS de l’Est-de-l’Île-de-Montréal, un porte-parole nous précise par courriel « qu’un grand exercice est fait actuellement afin qu’il y ait une concordance dans les données qui sont transmises aux journalistes ».

« Nous ne divulguerons donc plus de données jusqu’à ce que l’exercice soit complété. » – Un porte-parole du CIUSSS de l’Est-de-l’Île-de-Montréal

Un autre CIUSSS de Montréal nous a donné la même explication. Lundi, Radio-Canada révélait que 33 décès de la COVID-19 sont survenus à l’Institut universitaire de gériatrie de Montréal, alors que le bilan officiel faisait état de 5 morts.

Le CISSS de Laval a refusé de nous dévoiler son plus récent bilan, en date du 15 avril, alors qu’il l’avait fait pour les autres journées. On nous a renvoyé vers le ministère de la Santé.

Le cabinet de la ministre Danielle McCann assure qu’elle n’a pas donné de directive au réseau de cesser de communiquer au public le bilan des décès par établissement.

Questionné plus tôt cette semaine, le directeur national de santé publique, Horacio Arruda, a déclaré : « Vous ne pouvez pas imaginer l’effort pour collecter les données, ça ne vient pas d’un seul dossier, ça vient des enquêtes téléphoniques, des déclarations des médecins. »

Radio-Canada par Thomas Gerbet avec Marie-Michelle Lauzon et Daniel Boily