Posts Tagged ‘Délégation’

Sommet Kim/Trump: une délégation américaine s’entretient avec des Nord-Coréens

mai 27, 2018

Washington – Washington a annoncé dimanche qu’une délégation américaine était engagée dans des discussions avec des responsables nord-coréens dans la Zone démilitarisée (DMZ) qui divise les deux Corées afin de préparer le sommet tant attendu entre Donald Trump et Kim Jong Un.

« Nous continuons à préparer une rencontre entre le président (américain, ndlr) et le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un », a écrit la porte-parole du département d’Etat américain, Heather Nauert, dans un communiqué.

« Une délégation américaine s’entretient actuellement avec des responsables nord-coréens à Panmunjon », village de la DMZ, poursuit-elle. Donald Trump s’est montré optimiste quant au maintien de cette rencontre historique, prévue le 12 juin à Singapour, après avoir lui-même annoncé son annulation jeudi.

C’est dans ce même village de Panmunjon que le président sud-coréen Moon Jae-in et le dirigeant nord-coréen ont créé la surprise samedi avec leur rencontre non-annoncée.

« Kim Jong Un a remercié Moon Jae-in pour les grands efforts qu’il a faits en vue (de l’organisation) du sommet » entre la Corée du Nord et les Etats-Unis, et a « exprimé sa détermination » à tenir ce sommet « historique », selon l’agence officielle de presse nord-coréenne KCNA.

Depuis Washington, Donald Trump a encore samedi soir déclaré que les choses avançaient « très bien » et que l’objectif d’organiser le sommet le 12 juin à Singapour n’avait « pas changé ».

Le président américain avait soudainement annulé jeudi ce sommet dont il avait lui-même accepté le principe en mars, citant « l »hostilité » de déclarations récentes de Pyongyang.

La réaction initiale de la Corée du Nord à cette annulation, rendue publique le jour même où Pyongyang déclarait avoir « complètement » démantelé son seul site connu d’essais nucléaires, a été plutôt mesurée.

Donald Trump avait d’ailleurs vendredi salué « la déclaration chaleureuse et productive de la Corée du Nord » en annonçant, dans un nouveau revirement spectaculaire, que ce sommet pourrait finalement bien se tenir le 12 juin.

Washington exige une « dénucléarisation complète, vérifiable et irréversible » de la part du Nord.

Romandie.com avec(©AFP / 27 mai 2018 18h18)                                                        

Une délégation américaine fuit sous les jets de fruits à Bethléem

janvier 30, 2018

La police palestinienne tente d’empêcher des manifestants de lancer des tomates contre le convoi d’une délégation de diplomates américains, à Bethléem en Cisjordanie occupée, le 30 janvier 2018 / © AFP / Musa AL SHAER

Une délégation de diplomates américains a pris précipitamment la fuite mardi dans la ville palestinienne de Bethléem quand des contestataires ont interrompu une réunion à laquelle ils prenaient part, a indiqué un des participants.

Les manifestants protestaient contre la décision du président américain Donald Trump de reconnaître Jérusalem comme la capitale d’Israël et ont lancé des fruits, apparemment des tomates, sur les voitures de la délégation américaine alors que celle-ci quittait les lieux, selon une vidéo de l’incident mise en ligne.

Samir Hazboun, chef de la Chambre de commerce de Bethléem, en Cisjordanie occupée, a rapporté que la délégation du consulat américain à Jérusalem participait avec un expert américain et des entrepreneurs locaux à une séance de formation sur le commerce numérique.

« Nous avons eu la surprise de voir arriver (…) un certain nombre de manifestants en colère, ce qui nous a contraints à mettre fin à la séance et a forcé le formateur américain à partir immédiatement avec la délégation du consulat », a-t-il dit à l’AFP.

La vidéo montre une poignée de contestataires entrer dans la pièce en criant et en brandissant une bannière proclamant « Sionisme = nazisme = fascisme ».

La délégation américaine a rapidement remballé ses affaires et est partie en voitures, tandis que les manifestants lançaient des fruits et donnaient des coups de pied aux véhicules.

« Les Etats-Unis s’opposent à ce qu’on recoure à la violence et aux intimidations pour exprimer ses opinions politiques », a indiqué dans un message un porte-parole du département d’Etat. Le programme interrompu mardi était « apolitique » et s’inscrivait dans « l’engagement à long terme des Etats-Unis à créer des opportunités économiques pour les Palestiniens », a-t-il ajouté.

Le président américain a provoqué la colère palestinienne en annonçant le 6 décembre reconnaître Jérusalem comme la capitale d’Israël. Les Palestiniens veulent faire de Jérusalem-Est, annexée par Israël, la capitale de l’Etat auquel ils aspirent. Ils voient dans la rupture de M. Trump avec des décennies de consensus international la négation de leurs revendications et le summum d’un parti pris pro-israélien.

Romandie.com avec(©AFP / 30 janvier 2018 14h31)                

France: le voyage à 350.000 euros d’Édouard Philippe et de sa délégation

décembre 20, 2017

Rentrant d’un déplacement, le premier ministre a embarqué à Tokyo à bord d’un A340 de luxe. Afin de gagner du temps et en confort, selon Matignon.

Mais lors d’une escale technique à Tokyo, pour leur permettre de rentrer plus vite et leur éviter de terminer le voyage dans un avion de l’Etat jugé trop inconfortable, Matignon a affrété l’appareil d’un loueur privé pour 350 000 euros. Un autre gros-porteur, un A340 de luxe, avec cent sièges de type première classe, loué à l’entreprise spécialisée Aero Vision.

« Je reconnais que les sommes, dès qu’on parle des déplacements du premier ministre ou du président, sont toujours impressionnantes », s’est justifié Edouard Philippe sur RTL, mercredi 20 décembre. « C’est compliqué de déplacer le premier ministre, et c’est cher. Je comprends parfaitement à la fois la surprise et les interrogations que se posent les Français », a-t-il ajouté.

« Vingt-quatre heures d’avion aller, vingt-quatre heures d’avion retour, onze heures de décalage sur place, non pas du tout pour un voyage d’agrément mais pour un déplacement que l’ensemble des observateurs et des gens qui connaissent la Nouvelle-Calédonie savaient un déplacement compliqué. »

« Comportement modeste »

Finalement, cet avion de location aura permis à M. Philippe et à sa délégation de rentrer dans de meilleures conditions de confort et de gagner deux heures.

Celui de l’armée, initialement affrété, s’est toutefois posé à Roissy, quasi vide. Pour Matignon, cet avion assez ancien et sans sièges business « ne sert pas en temps normal à transporter ni des autorités militaires ni des membres du gouvernement en long-courrier et de nuit ».

En l’absence de l’A330 présidentiel, il a été utilisé « exceptionnellement » par le premier ministre entre Nouméa et Tokyo, « justement pour faire des économies », a plaidé Matignon mardi. Autre justification, les deux heures ainsi gagnées ont permis à M. Philippe de revenir « dans les temps impartis », alors qu’Emmanuel Macron s’apprêtait à décoller pour l’Algérie et qu’un conseil de défense était prévu à l’Elysée tôt ce matin-là.

L’association Anticor a publié, mercredi, un communiqué rappelant le premier ministre à l’ordre : « Il n’est pas inintéressant de rappeler l’existence de la circulaire du 24 mai 2017 “relative à une méthode de travail gouvernemental, exemplaire, collégiale et efficace” (…) signée par Edouard Philippe » qui demande « aux membres du Gouvernement d’“adopter un comportement modeste” et insiste sur “l’usage des deniers publics” pour le “strict accomplissement de la mission ministérielle” ».

« Ces sommes sont impressionnantes », a convenu le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux, mercredi à l’issue du Conseil des ministres.

Mais selon lui, « il sera difficile de faire ce procès à ce gouvernement de ne pas avoir diminué drastiquement les coûts de fonctionnement en partie des cabinets, dont je rappelle que les effectifs ont été diminués dans des proportions très importantes, deux à trois fois moins de conseillers qu’auparavant, et que dans l’exercice quotidien des missions, chaque ministre, et le premier ministre à l’évidence, prend un soin particulier à avoir la gestion parcimonieuse des deniers publics. »

Lemonde.fr

L’UE évacue les familles et personnels non essentiels de sa délégation au Burundi

novembre 13, 2015

Bruxelles – L’Union européenne a décidé d’évacuer les familles et des personnels non essentiels de sa délégation au Burundi, secoué par des violences, sur la base d’une nouvelle évaluation des risques, ont indiqué à l’AFP deux responsables européens.

Nous avons décidé d’évacuer temporairement les familles et une partie du personnel non essentiel, mais la délégation continuera de fonctionner normalement, a précisé une source européenne.

La décision a été prise sur la base d’une nouvelle évaluation des risques liés à la situation au Burundi, a souligné la même source.

On a réduit le volume de nos personnels de façon à le réduire au staff essentiel. On voit bien que la situation est dangereuse à Bujumbura, nous prenons donc des mesures pour notre personnel et les familles qui devraient quitter le pays dans les jours qui viennent, a expliqué un autre responsable européen.

La candidature du président Nkurunziza à un troisième mandat, contraire selon ses adversaires à la Constitution et à l’accord d’Arusha ayant mis fin à la guerre civile (1993-2006), a plongé le Burundi dans une grave crise ayant fait au moins 240 morts et 200.000 réfugiés depuis fin avril. Les violences quasi quotidiennes entre groupes armés laissent craindre un retour de violences à grande échelle.

L’UE a invité le Burundi à des consultations sur les atteintes aux droits de l’homme et aux principes démocratiques, un processus prévu dans les accords de Cotonou qui, s’il échoue, peut conduire les Européens à suspendre l’aide au développement versée aux autorités.

Celles-ci doivent répondre d’ici la fin novembre à la lettre d’invitation adressée au président Pierre Nkurunziza, mais l’Union n’avait pas encore reçu vendredi de réponse formelle, selon plusieurs sources diplomatiques à Bruxelles.

La Belgique, ancienne puissance coloniale, a de son côté conseillé vendredi à ses ressortissants de quitter le pays, en raison notamment des propos hostiles à la Belgique et des menaces à l’encontre des ressortissants belges (qui) ont (..) été diffusés.

Les 28 ministres des Affaires étrangères de l’UE, qui se retrouvent lundi à Bruxelles, doivent notamment faire le point sur la situation au Burundi et appeler dans un texte commun à la fin des violences.

Romandie.com avec(©AFP / 13 novembre 2015 12h45)