Posts Tagged ‘Démenti’

Russie: Moscou dément avoir récompensé des talibans pour qu’ils tuent des soldats occidentaux

juin 27, 2020

 

La Russie a démenti samedi 27 juin des informations du journal New York Times, selon lequel le renseignement américain est persuadé que Moscou a offert des primes à des combattants proches des talibans pour tuer des soldats occidentaux en Afghanistan.

«Ces accusations infondées et anonymes affirmant que Moscou est derrière la mort de soldats américains en Afghanistan ont déjà abouti à des menaces directes sur la vie des employés des ambassades russes à Washington et Londres», a indiqué sur Twitter l’ambassade russe aux Etats-Unis.

Dans un autre message, l’ambassade a appelé le New York Times à «cesser de fabriquer de fausses informations» et demandé aux autorités américaines de «prendre des mesures efficaces» pour assurer la sécurité de ses employés.

Selon des responsables anonymes cités par le New York Times, une unité du renseignement militaire russe a distribué discrètement de l’argent à des combattants islamistes ou à des criminels armés proches des talibans pour tuer des soldats américains ou de l’Otan en Afghanistan. Toujours d’après le journal, le président américain Donald Trump en a été informé tout comme le Royaume-Uni, dont des soldats auraient également été visés.

Bien que le mouvement des talibans soit officiellement interdit en Russie, Moscou a accueilli en 2019 une session de négociations de paix sur le conflit en Afghanistan, en présence de leurs représentants. Disant être inquiète de la situation en Afghanistan en raison de la proximité du conflit avec sa sphère d’influence en Asie centrale, la Russie a toujours démenti fournir une aide aux talibans, comme l’en a accusé Washington.

Un accord entre les Américains et les talibans a été signé le 29 février, qui prévoit un retrait progressif total des forces américaines et des négociations de paix entre les insurgés et le gouvernement de Kaboul.

Par Le Figaro avec AFP

Trump dément avoir envisagé de mettre des alligators à la frontière des États-Unis

octobre 2, 2019

 

Donald Trump a contesté mercredi des informations du New York Times selon lesquelles il aurait envisagé de créer des tranchées remplies d’alligators pour empêcher les migrants de traverser la frontière séparant le Mexique et les États-Unis.

«Le presse essaye de vendre l’idée selon laquelle je voulais un fossé rempli d’alligators et de serpents avec des barrières électriques et des pics pointus à la frontière sud», a tweeté le président américain. «Je suis peut-être dur sur la sécurité aux frontières, mais pas à ce point. La presse est devenue folle. Fake News!» a-t-il ajouté.

Le locataire de la Maison-Blanche réagissait à un long article du New York Times évoquant sa frustration dans la lutte contre l’immigration clandestine. Selon le quotidien, il aurait en particulier évoqué, lors d’échanges avec son équipe, la possibilité de tirer dans les jambes des migrants tentant de traverser la frontière mythique pour rejoindre les États-Unis.

Par Le Figaro.fr avec AFP

Cristiano Ronaldo rejette une accusation de viol, « crime abominable »

octobre 3, 2018

Las Vegas (Etats-Unis) – La star mondiale du football Cristiano Ronaldo a démenti catégoriquement mercredi avoir violé une Américaine de 34 ans dans un hôtel de Las Vegas en juin 2009, qualifiant le viol de « crime abominable ».

« Je démens vigoureusement les accusations qui me visent. Le viol est un crime abominable qui va à l’encontre de tout ce que je suis et de ce que je crois », a écrit le champion portugais sur son compte Twitter.

« Je refuse de nourrir ce cirque médiatique monté par des gens qui cherchent à se faire de la publicité à mes dépens », a-t-il ajouté dans ce message en anglais.

Les avocats de l’accusatrice, Kathryn Mayorga, ont annoncé la tenue d’une conférence de presse mercredi à Las Vegas.

La police de Las Vegas a annoncé lundi avoir rouvert l’enquête sur les accusations portées par Mme Mayorga, qui affirme dans une plainte déposée dans l’Etat du Nevada que Cristiano Ronaldo l’a sodomisée de force le 13 juin 2009.

Dans un deuxième tweet mercredi, l’attaquant du club italien de la Juventus Turin s’est dit serein.

« Ma conscience claire me permet d’attendre avec tranquillité les résultats de n’importe quelle enquête », a écrit celui qui est par ailleurs surnommé CR7.

Romandie.com avec(©AFP / 03 octobre 2018 14h55)

États-Unis: Donald Trump dément envisager sortir de l’OMC

juin 29, 2018

Washington – Le président américain Donald Trump a démenti vendredi avoir l’intention de retirer les États-Unis de l’Organisation mondiale du Commerce (OMC), qu’il a par le passé qualifiée d' »injuste ».

« Je n’envisage pas de retrait », a-t-il affirmé depuis l’avion présidentiel Air Force One, après avoir été interrogé sur des informations de presse selon lesquelles il examinait la possibilité de claquer la porte de l’organisation.

Plus tôt, son secrétaire au Trésor Steve Mnuchin avait déjà démenti la même information de presse.

« Il n’y a aucune information nouvelle. Donc toute personne reprenant l’histoire d’Axios a tort », a-t-il déclaré sur la chaîne Fox Business Network.

« Je n’utiliserai pas notre mot favori à ce sujet, c’est-à-dire +Fake news+ (information mensongère) mais ceci est une exagération. Le président a été clair avec nous et avec d’autres sur l’OMC. Il pense qu’il y a des aspects qui ne sont pas justes », a ajouté le ministre des Finances.

Le site d’information politique Axios, citant « des personnes impliquées dans les discussions avec le président américain », avait affirmé que Donald Trump avait souvent déclaré à ses conseillers qu’il voulait que les Etats-Unis quittent l’OMC.

Un tel départ pourrait avoir des conséquences graves pour le commerce international.

Selon une personne citée sous couvert d’anonymat par Axios, le président aurait dit à de nombreuses reprises: « Je ne sais pas pourquoi nous en faisons partie. L’OMC a été conçue par le reste du monde pour arnaquer les Etats-Unis ».

Par le passé, Donald Trump a régulièrement dénoncé publiquement le fonctionnement de l’organisation.

« La Chine, qui est une grande puissance économique, est considérée comme un pays en développement au sein de l’Organisation mondiale du commerce. Ils bénéficient donc d’énormes avantages, particulièrement par rapport aux Etats-Unis », avait-il ainsi tweeté le 6 avril.

« L’OMC est injuste envers les Etats-Unis », avait alors ajouté le président américain, coutumier des critiques envers les organisations multilatérales, de l’ONU à l’OTAN.

Donald Trump martèle qu’il préfère les discussions bilatérales aux discussions multilatérales.

Romandie.com avec(©AFP / 29 juin 2018 22h49)                                                        

Congo: démenti du chargé de mission du Pasteur Ntumi sur les véhicules

avril 2, 2018

 

Démenti de Jean Paul OUNABAKIDI, chargé de mission de Ntumi sur les véhicules de transport appartenant au Révérend

 

Ce texte que nous publions est un article paru dans le journal La Griffe et qui n’apporte pas de réponse aux nombreuses questions que se posent les populations du Pool sur le Pasteur Ntumi.

Jean Paul OUNABAKIDI, conseiller du Pasteur Ntumi dément l’information qui s’est répandue comme une traînée de poudre à Brazzaville. Frédéric Ntumi Bintsamou, qualifié de rebelle par les autorités de Brazzaville est libre de tout engagement.

Mais ce qui cloche, c’est la levée du mandat d’arrêt qui plane sur sa tête. A la faveur de la signature du cessez-le-feu et de la cessation des hostilités, une commission mixte a été mise en place pour suivre l’exécution de cet accord. Certains partisans du Pasteur N’tumi ont été libérés, les activités de sensibilisation en également été lancées à Kinkala avec à la clé la reprise du trafic commercial dans le Pool profond.

Une délégation d’une vingtaine de véhicules a été mise en route en passant pas Kinkala, Mindouli, Vinza, Kindamba, question de faire comprendre aux populations que la guerre est finie. Seulement voilà des langues se sont déliées pour répandre une information selon laquelle, le Pasteur Ntoumi aurait reçu quatre véhicules de la part du gouvernement pour faire ses affaires.

Des témoignages poignants ont confirmé que ces véhicules auraient été vus au marché Boureau pour vendre de la banane et bien d’autres produits vivriers appartement à la famille du Pasteur N’tumi. Il s’agirait de «deux camions bennes Mercedes type Actros qui seraient arrivés mardi 19 mars 2018 au marché Total et au Marché Bourreau, à Brazzaville, pour écouler leurs cargaisons de bananes, à des prix défiant toute concurrence, sous le regard médusé des Brazzavillois.

La loi de l’omerta fait partie des affaires «Coope kua ze» disent les uns et les autres. Les propagandistes de cette nouvelle font leur boulot dans les quartiers Sud de Brazzaville. Nombreux n’en reviennent pas. D’autres ne croient pas à leurs oreilles. Cette histoire, c’était pour aboutir à la dotation de véhicules ? Et oui, pourquoi pas ? Voilà ce qui se dit à propos des prétendus véhicules doté par le gouvernement au pasteur N’toumi : des véhicules dont certains auraient été vus dans le cortège de sensibilisation de la paix. Faux ! Rétorque Jean Paul Ounabakidi, conseiller et chargé de mission du Révérend Pasteur Ntoumi.

Dans une note dont La griffe a reçu copie, Jean Paul Ounabakidi indique « En ma qualité de chargé de mission du révérend pasteur Ntoumi, je mets à la disposition de toutes les personnes mal intentionnées, une copie de la reconnaissance de dette faisant l’objet de l’achat de huit véhicules que j’avais signé à la place de Ntoumi le 02 Novembre 2013. La livraison de ces huit véhicules avait été retardée par défaut d’argent. Ntoumi n’est pas milliardaire ni voleur de l’argent du peuple. NB : les deux véhicules sur lesquels vous faites du bruit font partie de ladite commande. »

Par ailleurs, les deux véhicules étaient en souffrance au port de Pointe Noire depuis le 28 mars 2016 soit quelques jours avant la guerre du 4 avril 2016. Dans le cadre de cessez-le-feu signé à Kinkala, ces véhicules ont bénéficié d’une mesure exceptionnelle de dédouanement.»

Si l’explication du chargé de missions est claire, c’est que ces véhicules ne datent pas d’aujourd’hui, ni n’est pas un don du gouvernement bien qu’ils aient bénéficiés d’une mesure exceptionnelle de dédouanement que le conseiller Ounabakidi n’a pas révélé le mode opératoire ni les auteurs de ce dédouanement exceptionnel.

Roch Matingou qui n’a pas révélé sa position sur cette affaire indique que «.. Je précise que ces véhicules sont actuellement utilisés au bénéfice gratuit des populations entre Kinkala-Missafou-Mindouli-Kindamba qui n’ont vu aucun véhicule depuis deux ans pour le transport des produits de leurs cultures qui pourrissaient dans les villages. »

Pour l’heure, il n’y a pas d’autres réactions sur ce sujet.

Zenga-mambu.com par Ghys Corel Dianangany

Burkina: Compaoré sort de son silence pour démentir « tout lien » avec des terroristes

novembre 17, 2017

Abidjan – L’ancien président du Burkina Faso Blaise Compaoré, resté 27 ans au pouvoir avant d’être chassé par la rue en octobre 2015, a démenti vendredi depuis son exil à Abidjan « tout lien coupable avec les terroristes » islamistes sous sa présidence, dans un communiqué parvenu à l’AFP.

« Je ne peux accepter de lire (…) que j’aurais pu avoir des liens coupables avec les terroristes d’Al-Qaïda au Maghreb Islamique, lesquels justifieraient en réaction les attaques subies par mon pays », affirme M. Compaoré, rompant ainsi « un devoir de réserve absolu » qu’il observait depuis sa chute, selon le communiqué transmis par son avocat Pierre-Olivier Sur.

« Ceci est odieux, scandaleux, abject. Et chacun comprendra que cela nécessite qu’aujourd’hui, je brise exceptionnellement le silence et que je quitte mon devoir de réserve pour condamner fermement des allégations formulées avec légèreté qui ne sont que la marque d’une très grave irresponsabilité », souligne l’ancien président.

« Depuis que j’ai quitté le pouvoir, j’ai observé un devoir de réserve absolu. Cependant, je reste très attentif à l’actualité de mon pays. J’ai souffert lorsqu’il a été l’objet d’attaques terroristes qui ont occasionné de nombreuses pertes en vies humaines », assure M. Compoaré.

Le Burkina a été victime de deux attentats majeurs à Ouagadougou en août 2017 (19 morts) et janvier 2016 (30 morts) ainsi que d’innombrables attaques dans ses zones frontières depuis 2016. Ce pays sahélien pauvre avait été préservé de toute attaque pendant la présidence de Compaoré.

L’actuel président burkinabè Roch Marc Christian Kaboré a notamment observé le 5 novembre à TV5 Monde que « l’ex-président Blaise Compaoré a joué des rôles de médiation au Mali qui ont fait que, de façon constante, nous avons eu certaines collusions –je pèse mes mots– +collusions+ avec les forces jihadistes qui sont au Mali ».

« En matière de terrorisme, la polémique et la division partisane n’ont pas de sens. L’union sacrée est plus qu’un impératif. C’est une exigence absolue. Je salue à cet égard les efforts effectués par mon successeur, démocratiquement élu, le président Roch Marc Christian Kaboré, que je respecte », ajoute Compaoré.

« Il (Kaboré) s’investit, avec le gouvernement, les Forces de Défense et de Sécurité, sans concession et en synergie avec les chefs d’Etat de la sous-région et les Nations unies dans la lutte contre le terrorisme », poursuit l’ancien président, qui fait mine de ne pas avoir relevé les déclarations à TV5 de son successeur.

Des observateurs avaient aussi évoqué ces liens présumés, soulignant le rôle prépondérant du régime Compaoré dans la libération de plusieurs otages occidentaux dans la sous-région. Certains soulignaient notamment les relations de Moustapha Chafi avec les groupes jihadistes. Ce Mauritanien, fin diplomate et excellent connaisseur de la région, a longtemps été un conseiller de Compaoré.

Romandie.com avec(©AFP / 17 novembre 2017 18h07)                                            

RD Congo : Joseph Kabila n’a pas annoncé le report des élections, selon un démenti du gouvernement

octobre 4, 2016

Joseph Kabila, président de la RDC, le 30 juin 2016 à Kindu, dans l’est du pays. © John Bompengo/AP/SIPA

Le gouvernement congolais a démenti mardi l’information publiée par plusieurs médias selon laquelle le président Joseph Kabila aurait annoncé le report des élections lors de sa visite de travail en Tanzanie. Le gouvernement a également rappelé que le chef de l’État congolais n’a pas les prérogatives de convoquer les scrutins en RD Congo.

Lors de sa visite de travail à Dar es Salam, « le président Kabila a simplement déclaré qu’il veut que les élections à venir en RDC soient crédibles, qu’elles se tiennent avant décembre ou après, lorsqu’elles seront convoquées par l’organe habilité », a déclaré Lambert Mende, le porte-parole du gouvernement congolais joint par téléphone.

Plus tôt dans l’après-midi, plusieurs médias ont affirmé que le président Kabila avait annoncé le report des élections en RDC, alors qu’il s’exprimait en swahili en marge d’un déplacement en Tanzanie.

Le dialogue politique se poursuit à Kinshasa

« Il n’est pas de la prérogative du chef de l’État de convoquer des élections en RDC », a rappelé le ministre. « Le président Kabila a aussi dit que la Commission électorale a démarré la révision du fichier électoral en vue de la tenue des élections apaisées » dans le pays, a ajouté Lambert Mende.

Un démenti qui intervient alors qu’à Kinshasa les dernières tractations se poursuivent pour la conclusion d’un accord politique à l’issue du dialogue en cours à la Cité de l’OUA. Des pourparlers qui sont boycottés par le « Rassemblement » de l’opposition, rangé derrière Étienne Tshisekedi, qui a ouvert mardi, de son côté, son conclave.

  Jeuneafrique.com par Trésor Kibangula

France : Jean-Marie Le Pen publie des photos d’un dîner avec Jesse Jackson, qui dément une rencontre intentionnelle

mai 11, 2016

Paris – Le révérend américain et militant pour les droits civiques Jesse Jackson a démenti mercredi avoir rencontré intentionnellement l’ex-président du parti français d’extrême droite Jean-Marie Le Pen, qui a diffusé sur Twitter des photos d’un dîner ensemble.

Je ne savais pas que vous viendriez au dîner. Je ne vous avais jamais rencontré auparavant. Je ne partage pas vos convictions, a tweeté le révérend via son compte officiel, en réponse à un premier tweet du cofondateur du Front national.

M. Le Pen y reproduisait une photo de lui et du révérend ainsi qu’une dédicace manuscrite de ce dernier : May 8-’16. Jean-Marie, Jany Le Pen (ndlr : son épouse), Keep Hope Alive, Continue, soit 8 mai 2016, Jean-Marie, Jany Le Pen, gardez l’espoir vivant, continuez.

En réponse, M. Le Pen a rendu publique une nouvelle photo du dîner où le révérend, souriant, se situe entre lui et Mme Le Pen, filmés par une caméra. En commentaire : A l’attention des médias qui parlent de +dîner fantasmé+ #desinformation.

M. Jackson savait qu’il aller dîner avec Jean-Marie Le Pen et qui c’était, il n’y avait pas de piège, a assuré l’entourage de M. Le Pen à l’AFP.

Je ne connais pas M. Le Pen, je ne l’ai jamais rencontré (avant). Je trouve ses idées xénophobes et répugnantes, a réaffirmé mercredi M. Jackson à l’AFP, en marge d’une rencontre avec des entrepreneurs de banlieue à Paris.

Jean-Marie et Jany Le Pen étaient conviés par d’autres invités. Ce n’était pas du tout un dîner politique. Ce qui m’intéressait, c’était les commémorations de l’esclavage, a-t-il assuré.

Si j’avais su qui il était, je serais parti, pour marquer mon dégoût envers ses idées politiques, a-t-il ajouté. La xénophobie et l’antisémitisme sont répugnants et n’aident vraiment pas à bâtir un monde pacifique, a ajouté le révérend, se disant trahi et déçu par ceux qui ont tweeté cette rencontre.

Mardi soir, l’ancienne ministre française de la Justice Christiane Taubira, cible régulière d’attaques de l’extrême droite, avait tweeté : Pitoyable et invraisemblable cette tentative de Jean-Marie Le Pen de se faire adouber par le révérend. Esprits inconciliables.

En voyage en France, M. Jackson a notamment assisté mardi à Paris à diverses commémorations officielles de la journée nationale des mémoires de la traite, de l’esclavage et de leurs abolitions, aux côtés du président François Hollande ou du Premier ministre Manuel Valls.

Il est également allé avec le chef du gouvernement fleurir la tombe du grand adversaire de l’esclavage Victor Schoelcher, artisan de son abolition définitive en France.

Jesse Jackson, militant politique pour les droits civiques, et notamment ceux des Noirs américains, était devenu dans les années 1980 la personnalité politique afro-américaine la plus importante. Il fut le premier Noir américain à obtenir assez de soutiens pour avoir une chance de remporter la primaire du parti démocrate en 1984.

Romandie.com avec(©AFP / 11 mai 2016 18h40)

Congo: Démenti de Guy-Brice Parfait Kolelas sur les informations relayées par RFI

avril 6, 2016
Auteur: Pako
Avec Zenga-Mambu.com

Imbroglio autour de l’état de santé du président déchu Hosni Moubarak

juillet 17, 2011

L’ex-président égyptien Hosni Moubarak, hospitalisé à Charm el-Cheikh pour des problèmes cardiaques depuis mi-avril, serait tombé dans un « coma profond », selon son avocat. Une information que dément l’hôpital au sein duquel il est traité.

Dépêche (texte) AFP – La confusion régnait dimanche autour de la santé de l’ancien président égyptien Hosni Moubarak, dont l’avocat a annoncé qu’il était dans le coma à deux semaines de son procès, ce qu’a démenti l’hôpital où il est soigné, tandis que le ministère de la Santé parlait d’un état « stable ».

Agé de 83 ans, « l’ancien président est (tombé) dans un coma complet après une détérioration subite de son état », a déclaré la télévision d’Etat, en se référant à son avocat.

Mais quelques instants plus tard, le directeur de l’hôpital de Charm el-Cheikh – sur la mer Rouge -, où il a été admis en avril, démentait l’information, toujours selon la télévision d’Etat égyptienne.

Et le ministre adjoint de la Santé Adel Adawi a assuré que son état était « stable ».

« Il semble qu’il y ait eu une certaine détérioration de son état de santé, mais les informations au sujet du coma ne sont toujours pas claires », a de son côté déclaré à l’AFP une autre source médicale, réagissant aux annonces précédentes.

Hosni Moubarak a quitté le pouvoir le 11 février dernier sous la pression d’un soulèvement populaire. Le pays est depuis dirigé par un conseil de généraux, le gouvernement gérant les affaires courantes.

Le président déchu est accusé de corruption, ainsi que de la mort de manifestants au cours du soulèvement contre son régime en janvier et février. Ces événements ont fait près de 850 morts.

Son procès, qui doit s’ouvrir le 3 août, se déroulera probablement à Charm el-Cheikh, ont indiqué samedi des sources judiciaires et de sécurité égyptiennes.

L’affaire a été confiée à un tribunal du Caire, mais la cour pourrait se rendre dans cette station balnéaire du sud du Sinaï.

L’organisation de son jugement dans la capitale est jugée difficile à cause de sa santé, mais aussi en raison des risques d’incidents avec la population, ont fait valoir ces sources.

Hosni Moubarak pourrait soit comparaître dans une salle de tribunal de Charm el-Cheikh, soit être entendu par les juges depuis sa chambre d’hôpital.

Ses deux fils Alaa et Gamal, en détention préventive au Caire, font face aux mêmes accusations, et leur procès doit s’ouvrir à la même date. Il n’est toutefois pas certain qu’ils soient transférés à Charm el-Cheikh si leur père y est jugé.

M. Moubarak se trouve dans la célèbre station touristique, où il dispose d’une résidence, depuis son renversement le 11 février. Il a été admis à l’hôpital international de la ville en avril, à la suite d’un malaise cardiaque au cours d’une audition judiciaire.

Il y séjourne depuis en état de détention préventive, son transfert en prison en attendant son procès étant considéré comme impossible pour des raisons médicales.

Les informations sur sa santé sont rares et souvent confuses, comme du temps où il était à la présidence et où le sujet était quasiment tabou.

En juin, son avocat avait déclaré qu’il souffrait d’un cancer de l’estomac, mais le ministère de la Santé avait affirmé ne pas disposer d’informations en ce sens.

Les manifestants qui occupent la place Tahrir au Caire réclament quant à eux le transfert de M. Moubarak dans la capitale et accusent le nouveau pouvoir de se montrer complaisant avec les personnalités de l’ancien régime inculpées.

Un journal égyptien a affirmé jeudi, sur la base d’un rapport des enquêteurs chargés de l’interroger, que l’ancien raïs démentait en bloc les accusations portées contre lui.

Par Sonia DRIDI , correspondante FRANCE 24 au Caire avec AFP