Posts Tagged ‘denis sassou nguesso’

Congo-France: Sassou Nguesso devenu papa à 74 ans avec une fille Lari de 26 ans

octobre 29, 2017
Image d’illustration

« Na zali ko senga na yo Papa, et mama ko silika ezali mabe, na kati ya libota » chantait Michael Moutouari quand le Congo était réellement Congo. Un refrain que Mère Antou devrait bien décortiquer afin d’éviter des soucis d’hyper ou hypotension, son Papa bonheur d’époux vient d’ajouter malheureusement pour le Congo un autre Sassou Nguesso dans sa collection. Ironie du sort, ce bébé Sassou Nguesso a dans ses veines le sang maternel du Pool.

Le Tabu Ley du Congo Brazzaville vient d’enregistrer son 84 eme enfant, né dans une maternité de l’île de France avec un poids de 3,200 kg. Apporter le bonheur a toujours le credo de Denis Sassou Nguesso,,unique fils de sa mère et qui a pris la sage décision de compenser cette erreur de Maman Mouebara en accomplissant avec dévouement le passage biblique qui demande à l’humanité de se multiplier.

Si le Congo est aujourd’hui menacé de voir demain à sa tête un « Zaïrois », c’est bien à cause de cette mauvaise habitude de Denis Sassou Nguesso de ne pas utiliser le préservatif, même avec les Kinoises. Conséquence, on se retrouve avec des Kiki, Coco aux ambitions démesurées.

C. Denise Sassou Nguesso est venue au monde dans une maternité du 92 à 20h 12.  Sa mère âgée de 26 ans se porte bien et est très heureuse d’avoir son premier enfant avec un homme qui dirige toute une république bananière et dont elle est follement amoureuse.

Née des parents originaires de Massembo Loubaki, elle aurait rencontré Denis Sassou Nguesso alors qu’elle était en vacances à Brazzaville en provenance d’Accra au Ghana où elle étudiait l’Anglais. C’est Guy Ngoya, le démarcheur et conseiller sexuel du chef de l’État qui aurait servi d’intermédiaire.

Denis Sassou Nguesso qui a succombé aux charmes de cette jeune Lari de 26 ans n’a pas hésité comme il n’aime pas la capote à lui donner un souvenir éternel en forme de bébé. Une autre Sassou Nguesso qui sans doute demain voudra être députée de Massembo Loubaki.

Source: Sacer-infos.com

Congo: Denis Sassou Nguesso appelle les rebelles « Ninjas Nsiloulou » à déposer les armes

octobre 4, 2017

 

Frédéric Bintsamou, alias Pasteur Ntumi, en décembre 2008 dans le Pool. © Vincent Fournier/J.A.

Le président congolais Denis Sassou Nguesso s’exprimait mardi 3 octobre à l’occasion d’une réunion avec des sages et notables du département du Pool, dans le sud du pays. Objectif de la rencontre : dégager des pistes de sortie de crise rallumée par la reprise de la rébellion menée par Frédéric Bintsamou, plus connu sous le nom de Pasteur Ntumi.

L’origine de la crise actuelle remonte à avril 2016, lorsque le Pasteur Ntumi reprend le maquis dans les forêts du Pool. Ancien chef rebelle à la tête des « Ninjas Nsiloulous » lors de la guerre civile, il s’était rapproché du président Sassou à partir de 2003, pour devenir l’un de ses conseillers. Mais le vent tourne à l’occasion des élections présidentielles de 2016, lorsque Frédéric Bintsamou décide de se rallier à la candidature de Guy Brice Parfait Kolélas, rival du chef de l’État. Accusé par Brazzaville d’avoir fomenté des violences dans la capitale, il prend alors la poudre d’escampette pour rejoindre ses soutiens.

« Personne ne sera tué »

Lors de sa déclaration, relatée par le journal Les dépêches de Brazzaville, le président congolais a nié la dimension politique de la rébellion, en prenant pour exemple le cas de son rival Guy Brice Parfait Kolélas. « Ce dernier vaque tranquillement à ses occupations, a-t-il déclaré. Il siège à l’Assemblée nationale. Je me demande donc la motivation profonde qui justifie le retranchement de Ntumi et le basculement dans la violence aveugle. »

Pour sortir de la crise, le président a invité les Ninjas à sortir des forêts. « Personne ne sera tué, a-t-il assuré. C’est la parole du père de la Nation. D’ailleurs, notre Constitution interdit la peine de mort. » Il a également exhorté les Ninjas à rendre leurs armes, qui seront rachetés par les autorités, pour permettre leur réinsertion sociale.

Il y a urgence. D’après un rapport rendu public fin juin par les ministères congolais des Affaires sociales et de la Santé et les agences des Nations unies, près d’un tiers de la population du Pool – soit 81 000 personnes – a dû fuir les exactions des miliciens et leurs affrontements avec les forces de l’ordre.

Jeuneafrique.com

RSF et CPJ écrivent au président Sassou Nguesso pour demander la libération de Ghys Fortuné Bemba

septembre 19, 2017

Reporters sans frontières et le Comité pour la protection des journalistes écrivent au président de la République du Congo, Denis Sassou Nguesso pour demander la libération immédiate du journaliste et éditeur du journal Talassa, Ghys Fortuné Bemba. Ce dernier est emprisonné depuis plus de huit mois pour avoir donné la parole à un opposant au régime. A ce jour, aucune date n’a été fixée pour son procès.

Congo: Encerclement des domiciles des opposants Charles Zacharie Bowao et Clément Mierassa

septembre 4, 2017

Intimidations du pouvoir sur la personne du maestro Charles Zacharie Bowao.

« Suite à notre conférence de presse, mon domicile est entouré par la Police depuis 2h du matin: Je n’ai absolument pas peur. Rien ne me fera changer d’avis. Ni les menaces ni les tentatives de corruption. J’irai jusqu’au bout de mon combat pour la libération du Peuple congolais. Courage à tous! Ne baissez pas les bras! Nous y sommes presque! »

Les domiciles des deux opposants congolais Clément Mierassa et Charles Zacharie Bowao sont encerclés en ce moment par les BJ de la Police nationale. Les BJ sont de part et d’autres des rues des deux parcelles.

Un membre de la famille de Charles Zacharie Bowao au nom de Joël est arrêté sous prétexte qu’il filmait les policiers du dispositif d’encerclement de la résidence.

La présidente Claudine Munari ainsi que Blanchard Oba, Michel Mampouya, Romain Kinfouissa, Albert Makita et Mbama  ayant appris ce genre d’intimidations en solidarité de leur responsabilité au sein de la coalition Frocad-Idc Cmokoko sont actuellement au domicile du Professeur Charles Bowao.

Arrivés sur les lieux, ils ont été empêchés d’accéder à la résidence. Ils ont décidé de camper sur les lieux en guise de solidarité.
Rappelons qu’un élément de la garde de Charles Bowao a été arrêté par les miliciens du pouvoir.

Nous invitons le FMI à constater de lui-même la gouvernance antidémocratique de Sassou qui ne peut être un cadre à la bonne gestion et au relèvement du pays.

Avec Brazzanews.fr

Vérités d’un Congolais très fâché contre Sassou et les opposants de la diaspora

août 18, 2017

 

Congo: changement de gouvernement en pleine crise économique

août 17, 2017

Brazzaville – Le Congo-Brazzaville a annoncé jeudi qu’il allait changer de gouvernement, une procédure normale après les élections législatives, mais qui intervient en pleine récession économique dans ce pays en négociations délicates avec le Fonds monétaire international (FMI).

Le Premier ministre congolais Clément Mouamba a présenté mercredi la démission de son gouvernement au président Denis Sassou Nguesso, qui l’a acceptée, a annoncé jeudi la présidence de la République. Une annonce formelle moins de 15 jours après les législatives largement remportées par le Parti congolais du Travail (PCT) au pouvoir.

Cette annonce intervient aussi deux jours après que le président Sassou Nguesso a reconnu que le Congo, pays producteur de pétrole compte 4,5 millions d’habitants, traverse une grave crise économique.

« Ces difficultés étaient au départ financières. Elles gagnent aujourd’hui le champ économique en général », a déclaré le président à l’occasion du 57e anniversaire de l’indépendance le 15 août.

« Les recettes budgétaires et les investissements publics sont en baisse continue. Presque tous les secteurs de l’économie nationale sont touchés par la récession », a-t-il ajouté.

Le Congo mène des négociations difficiles avec le FMI. De telles discussions se sont déjà traduites par des prêts dans d’autres pays de la Communauté économique et monétaire d’Afrique centrale (Cémac), comme le Gabon.

Cas à part, le Congo a caché une partie de sa dette, a révélé le FMI fin juillet, avançant un ratio à 117% du PIB et non plus 77% comme annoncé par Brazzaville. « Il n’y a ni faillite, ni banqueroute. La crise sera surmontée », a tenu à rassurer Denis Sassou Nguesso.

Aucune date n’a été annoncée pour la formation du prochain gouvernement, qui devra poursuivre avec le FMI ces discussions sur « un programme économique destiné à restaurer la stabilité macro-économique ».

L’opposition craint déjà un simple changement de gouvernement sans changement de cap politique.

Prisonniers politiques

« Le président peut former même 1.000 gouvernements, ça ne nous intéresse pas du tout. Il faut que les Congolais se retrouvent dans un dialogue qui peut nous aider à (trouver) des solutions », a déclaré l’ex-ministre des Finances et dirigeant du Collectif des partis de l’opposition, Mathias Dzon, lors d’une conférence de presse jeudi.

« Le gouvernement démissionnaire a caché la dette au FMI. De nombreux ministres vont certainement être reconduits dans le prochain. Vous pensez qu’on peut compter sur de tels hommes? », s’est interrogé un autre opposant, Jean Itadi, qui demande « un dialogue inclusif » et « la libération des prisonniers politiques ».

Deux anciens candidats à l’élection présidentielle de 2016, qui n’ont pas reconnu la réélection de M. Sassou Nguesso, demeurent en prison. Le général Jean-Marie Michel Mokoko, 70 ans, et André Okombi Salissa sont officiellement poursuivis « pour atteinte à la sûreté intérieure de l’Etat ».

« Pour son dossier, c’est le statu quo. C’est un problème politique avant tout », affirme une source proche de M. Mokoko jointe par l’AFP.

L’ex-directeur de campagne de M. Okombi Salissa, lui aussi en prison, Jacques Banangandzala, a été conduit sous escorte médicale il y a quelques jours dans un hôpital à Brazzaville.

« Le directeur de la maison d’arrêt a ordonné de le ramener dans sa cellule alors qu’il serait atteint d’une pneumonie », a déploré son avocat français Norbert Tricaud.

Jointe par l’AFP, l’une des filles de M. Banangandzala a affirmé que son père allait mieux, tout en souhaitant « qu’il soit libéré ».

Le Congo doit également faire face à la crise sécuritaire dans la région du Pool, où les élections législatives n’ont pas pu avoir lieu dans neuf des 14 circonscriptions.

Dans son message, le président a de nouveau attribué les troubles dans cette région voisine de Brazzaville à Frédéric Bitsamou, alias Pasteur Ntumi, et à ses ex-combattants « ninjas ».

« Encore une fois, je demande à Frédéric Bitsamou de se rendre à la justice de notre pays, pour abréger les souffrances des populations innocentes », a lancé le dirigeant congolais. Selon le gouvernement et l’ONU, au moins 138.000 personnes – soit la plus de la moitié de la population de cette région – sont en détresse dans le Pool et font face à des besoins humanitaires criants.

Romandie.com avec(©AFP / 17 août 2017 19h43)                   

Congo: Nominations du Conseil des ministres par Denis Sassou Nguesso

août 8, 2017

 

Le Conseil des Ministres a procédé à une série de nominations au titre des Ministères suivants :

A/- Ministère de la Santé et de la Population.

Sont nommés :

-Directeur général du Centre national de transfusion sanguine : M. Serge Oscar MOKONO, Médecin spécialiste en hématologie et transfusion sanguine ;
– Président du Comité de direction du Centre national de transfusion sanguine : M Innocent KOCKO, Médecin spécialiste en hématologie clinique ;
– Directeur général du Centre national de référence de la drépanocytose: M. Alexis ELIRA DOKEKIAS, Professeur titulaire des Universités ;
– Directeur Général de l’Hôpital général Edith Lucie BONGO-ONDIMBA : M. Donatien MOUKASSA, Maitre de conférences agrégé en anatomie et cytologie pathologique ;
– Directeur général de l’Hôpital général Adolphe SICE : Docteur Jean Raoul CHOCOLAT ;
Directeur général de l’Hôpital général de Loandjili : M. Vital Evence EBELEBE, spécialiste en médecine interne ;
– Directeur général de l’Hôpital général 31 Juillet 1968 d’Owando : M. Dominique OBISSI, Médecin ;
– Directeur général de l’Hôpital général de Dolisie : Docteur Maurice MPOMPOLO ;
– Directeur général de la Centrale d’achat des médicaments essentiels et des produits de santé : M. Max Maxime MAKOUMBA NZAMBI, Pharmacien ;
– Président du Comité de direction du Centre national de référence de la drépanocytose: M. Jean-Louis NKOUA, Professeur titulaire ;
– Président du Comité de direction de l’Hôpital général Edith Lucie BONGO-ONDIMBA : M. Prosper Alain BOUYA, Professeur titulaire ;
– Président du Comité de direction du Centre Hospitalier Universitaire : M. Jean-Rosaire IBARA, Médecin gastro-entérologie ;
– Président du Comité de direction de l’Hôpital général Adolphe SICE : M. Richard Roger Urbain BILECKOT, Docteur en médecine et rhumatologie ;
– Président du Comité de direction de l’Hôpital général de Loandjili : Mme Yolande VOUMBO MATOUMONA, Médecin spécialiste ;
– Président du Comité de direction de l’Hôpital général 31 Juillet 1968 d’Owando : M. Blaise Irénée ATIPO IBARA, Maitre de conférences agrégé ;
– Président du Comité de direction de la Centrale d’achat des médicaments essentiels et des produits de santé : M. Ange Antoine ABENA, Pharmacien ;
– Président du Comité de direction de l’Hôpital général de Dolisie : M. Antoine LOUSSAMBOU, Médecin généraliste.

 

B/- Ministère du Plan, de la Statistique et de l’Intégration régionale.

Sont nommés :

– Directeur général du Plan et du développement : M. Franck Corneille MAMPOUYA-M’BAMA, Statisticien, Financier et Économiste ;
– Directeur général du partenariat au développement : Mme Antoinette KEBI, née MOUNKALA, Enseignante-Maitre assistante ;
– Directeur général de l’Institut national de la statistique : M. Gabriel BATSANGA, Ingénieur statisticien de 10ème échelon ;
– Directeur général du Centre d’études et d’évaluation des projets d’investissement : M. De Trebaud Jules Gérard TCHICAYA-GONDHET ;
– Directeur général du Centre d’application à la statistique et à la planification : M. Gaspard Symphorien MBOU LIKIBI, Enseignant économiste.

 

L’ordre du jour étant épuisé, Denis Sassou Nguesso a alors levé la séance.

 

Avec Brazzanews.fr

Congo: Voici le nouveau visage du port d’Oyo

août 5, 2017

Construit sur la rivière Alima, le nouveau port fluvial de la ville d’Oyo (nord) va apporter une bouffée d’oxygène au port autonome de Brazzaville et renforcer la mobilité des populations et des biens, ainsi que les échanges commerciaux entre le département de la Cuvette et d’autres horizons.

Ce port qui constitue l’un des supports importants dans le cadre de la faisabilité du projet de la zone économique spéciale d’Oyo-Ollombo, facilitera la jonction entre la route nationale n°2 et les localités riveraines du fleuve Congo basées dans la partie septentrionale du pays et celles de la République démocratique du Congo (RDC).

Il va servir de point d’embarquement et de débarquement des marchandises, surtout que l’Alima offre les conditions favorables de navigation en toute saison.

Le port d’Oyo dispose d’un quai de 200m de long, d’un entrepôt de 20x8m et d’un bâtiment administratif de 124m2.

Il a été bâti par la société China road bridge corporation (CRBC) sur un cofinancement de la République du Congo et de la Chine, estimé à plus de 48 milliards de francs CFA.

Lesechosdebrazza.com par Mapanga

En savoir plus sur http://lesechos-congobrazza.com

La France, l’Union africaine et la rencontre Sarraj-Haftar

août 1, 2017

Le président congolais, Denis Sassou-Nguesso, en 2012. © Maxim Shipenkov/AP/SIPA

Denis Sassou Nguesso (DSN), président du comité de haut niveau de l’Union africaine sur la Libye, n’a pas été associé mais dûment prévenu par le gouvernement français de la rencontre entre les frères ennemis libyens Fayez al-Sarraj et le maréchal Khalifa Haftar à La Celle-Saint-Cloud, non loin de Paris…

Bien qu’il préside le comité de haut niveau de l’UA sur la Libye, Denis Sassou Nguesso n’a pas été associé à l’avance par les Français à la rencontre entre Fayez al-Sarraj et Khalifa Haftar à La Celle-Saint-Cloud, mais il en a bien été tenu informé par les canaux diplomatiques.

Deux jours avant la rencontre du 25 juillet à La Celle Saint-Cloud, l’ambassadeur de France au Congo, Bertrand Cochery, a en effet été reçu pendant deux heures par DSN pour l’informer en détail des attendus de ce mini-sommet. Le même jour, le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, a effectué la même démarche par téléphone, auprès du président en exercice de l’UA, le Guinéen Alpha Condé.

Compte rendu

Le 26 juillet, lendemain de la rencontre de La Celle Saint-Cloud, Bertrand Cochery s’est rendu auprès du secrétaire général du ministère congolais des Affaires étrangères à Brazzaville pour lui exposer les résultats de la rencontre.

« Peut-être voulaient-ils garder le secret sur ce rendez-vous pour ne pas prendre le risque qu’il échoue », commente un dignitaire congolais, qui ajoute : « Cet accord est une étape positive, mais il ne va pas tout régler d’un coup de baguette magique. Les chefs de tribus n’étaient pas présents, et la ville de Misrata échappe à tout contrôle. »

Jeuneafrique.com

Législatives au Congo-Brazzaville: le PCT de Denis Sassou Nguesso en tête, percée relative de Guy-Brice Parfait Kolelas

juillet 24, 2017

Un bureau de vote au Congo-Brazzaville, en 2016. © John Bompengo/AP/SIPA

Le ministère congolais de l’Intérieur a dévoilé vendredi dans la soirée les résultats du premier tour des législatives du 16 juillet au Congo-Brazzaville. Sans surprise, le Parti congolais du travail (PCT) arrive en tête avec 70 députés élus dès le premier tour. Suivent de loin les membres de l’UDH Yuki, de Guy-Brice Parfait Kolélas.

Il ne lui manquait que six sièges pour obtenir la majorité absolue dès le premier tour des législatives du 16 juillet. Le Parti congolais du travail (PCT, au pouvoir) a en effet raflé 70 sièges sur les 151 qui étaient à pourvoir dans la nouvelle Assemblée nationale du Congo-Brazzaville.

Au total, 93 candidats ont décroché chacun un siège dès le premier tour, dont sept membres de l’Union des démocrates humanistes (UDH Yuki) de Guy-Brice Parfait Kolélas. Un petit bémol : ces derniers n’ont pas eu d’autre choix que de se présenter à ce scrutin comme des « indépendants », l’UDH Yuki n’ayant pas été agréé comme parti politique par les autorités avant les législatives.

Il n’empêche, Guy-Brice Parfait Kolélas semble satisfait du score réalisé par sa structure au premier tour. « Nous espérions huit sièges, nous en avons obtenu sept. Ce n’est pas un mauvais résultat », a-t-il expliqué lundi 24 juillet à Jeune Afrique. D’autant qu’ « aucune autre formation politique, à part le PCT qui triche, n’a pu gagner autant de sièges », a-t-il ajouté, donnant rendez-vous pour le second tour où quelques candidats UDH Yuki sont encore en course.

L’UPADS et le MCDDI en perte de vitesse

En face, c’est l’effondrement. Le parti de l’ex-président Pascal Lissouba va en effet très mal. Jusqu’ici principale formation politique de l’opposition dite républicaine au Congo-Brazzaville, l’Union panafricaine pour la démocratie sociale (UPADS) n’a pu remporter que trois sièges au premier tour. Déjà, l’année dernière, son secrétaire général, Pascal Tsaty Mabiala, n’avait pas dépassé le cap de 5% lors de la présidentielle du 20 mars.

L’UPADS n’est pas le seul parti en difficulté. Le Mouvement congolais pour la démocratie et le développement intégral (MCDDI), formation politique créée par l’ancien Premier ministre Bernard Kolélas, se révèle en perte de vitesse. Son leader Euloge Landry Kolélas, ministre du Commerce extérieur et de la Consommation, n’a pas résisté à Makélékélé 1 face au candidat « indépendant » aligné par son frère Guy-Brice Parfait Kolélas. Pour le second tour, le MCDDI n’a plus qu’un candidat en ballottage défavorable à Mougoundou Sud, dans le département du Niari. Alors que plusieurs autres formations, alliées au PCT pour la plupart, ont quant elles déjà engrangé entre un et trois sièges au premier tour.

Passez la souris sur chaque secteur pour voir le nombre exact de sièges remportés par chaque parti.

https://docs.google.com/spreadsheets/d/e/2PACX-1vTUpZBQJq1FlQZlqMM7iEYI4WgVBy8Emc6sD-WHlW_bmQ-aqBqUuwk8hKO20r0jiv5zUCjMSga82EZL/pubchart?oid=540625597&format=interactive