Posts Tagged ‘denis sassou’

La présidence à vie est bien terminée en Afrique

novembre 20, 2014

Paris, France – La mise en place d’une transition civile au Burkina Faso avec la désignation dimanche soir du diplomate Michel Kafando marque la fin de la présidence à vie en Afrique et met un terme à la confiscation du pouvoir à travers les changements constitutionnels, a estimé lundi à Paris Me Philippe Missassou, avocat et analyste des relations franco-africaines.
«Ce qui vient de se passer à Ouagadougou aura un effet domino sur le reste du continent.  Il est désormais clair qu’aucun dirigeant africain ne peut confisquer le pouvoir de façon indéterminée. L’impunité et la présidence à vie sont derrière nous», a-t-il insisté lors d’un entretien avec la PANA.

Prenant l’exemple du Congo Brazzaville, Me Missamou a mis en garde contre toute tentative de modification constitutionnelle qui serait, selon lui, porteuse de « graves périls » pour la paix et la stabilité du pays.

«J’affirme haut et fort que toute tentative du Président Denis Sassou N’Guesso de modifier la Constitution par quelque moyen que ce soit serait une aventure qui imposera des épreuves douloureuses aux Congolais », a poursuivi l’avocat parisien.

Pour lui,  au Congo comme au Burkina Faso, le refus de la modification constitutionnelle a largement  dépassé le cadre des partis politiques d’opposition pour devenir « un acte citoyen et civique».

«Il s’agit de la défense des intérêts du peuple au Burkina comme au Congo. Si le pouvoir persistait dans cette voie à Brazzaville, il y aura des manifestations violentes organisées spontanément par les populations. Elles sont déterminées à payer le prix qu’il faut pour mettre fin à la présidence à vie», a encore martelé Me Missamou.

En vigueur depuis 2002, la Constitution du Congo limite à deux le nombre de mandat présidentiel et fixe l’âge limite de la candidature à la fonction présidentielle à 70 ans.

«Cette Constitution a été inspirée par Denis Sassou lui-même. Il doit s’y conformer et quitter le pouvoir en 2016. L’époque où un  président africain peut changer aisément la Constitution de son pays est révolue.  Quiconque n’aura pas compris ce virage politique, connaîtra le même sort que Compaoré qui a dû être exfiltré par la France après 27 ans au pouvoir», a regretté le défenseur de plusieurs familles congolaises dans l’affaire dite des «disparus du beach»,  du nom des personnes enlevées en mai 1999 au port fluvial de Brazzaville.

Le Burundi, le Bénin, le Congo, la République démocratique du Congo et le Rwanda connaîtront des élections présidentielles en 2015, 2016 et 2017 alors que leurs chefs d’Etat actuellement en fonction ne peuvent  plus, selon les constitutions en vigueur, se présenter  à nouveau.

Pana 20/11/2014

Congo/Football : Diables Noirs champion du Congo 2014

août 16, 2014

CONGO BRAZZAVILLE (CONGOSITE) – Les Diablotins ont battu le 14 août au stade de Sibiti, le Club athlétique renaissance aiglon (CARA) sur la marque de 2 buts à 0, en match comptant pour la finale de la coupe du Congo. Ils ont reçu le trophée des mains du président de la République Denis Sassou N’Guesso.

Le président remettant la coupe et l'enveloppe au capitaine des diables noirs

Le président remettant la coupe et l’enveloppe au capitaine des diables noirs

Les deux formations de Brazzaville se sont affrontées sans merci au chef-lieu du département de la Lékoumou à la faveur des festivités du 54ème anniversaire de l’indépendance du Congo. D’entrée de jeu, profitant de la fébrilité de l’adversaire, Diables Noirs a inscrit son premier but à la 2ème minute par Ebongo Liema.

Malgré sa détermination à renverser la tendance, CARA ne parvient pas à inquiéter l’adversaire qui double la mise à la 25ème minute par le truchement d’Alain Binguila.

Ravi de la performance de ses poulains, le coach de Diables Noirs, Guillaume Ilunga, a indiqué cette victoire était le résultat d’un grand travail de préparation.

«Le travail, la rigueur, et essayer d’être à la hauteur des événements, savoir se préparer, car nous savions que CARA n’était pas une équipe facile à manipuler. Raison pour laquelle notre préparation s’est appesantie sur la stratégie et le physique ; ce qui nous a permis de marquer en premier et d’arriver à gérer le match», a-t-il expliqué.

Hormis le trophée, le chef de l’Etat congolais a offert à l’équipe de Diables Noirs une enveloppe financière d’une valeur de 5 millions de francs CFA.

Congo-site.com

Congo: Denis Sassou N’Guesso consacré ceinture rouge 10ème dan de karaté

août 19, 2013
Denis Sassou Nguesso, ceinture rouge 10ème dan

Denis Sassou Nguesso, ceinture rouge 10ème dan

La Fédération congolaise de karaté a décerné ce 14 août 2013 au chef de l’Etat congolais la ceinture rouge 10ème dan pour sa discipline en tant que praticien de cet art et son apport au développement du karaté

Sassou Ceinture Rouge Karaté La cérémonie de port de ceinture et de remise des documents y afférents s’est déroulée à Djambala en marge des festivités du 53ème anniversaire de l’indépendance nationale.

Selon maître Mongo Tchelane, l’un des vice-présidents de la fédération congolaise de karaté, le chef de l’Etat congolais apporte un soutien inestimable au développement de karaté.

A titre d’illustration, en 1995 et 1996, alors qu’il n’était plus à la tête de la République du Congo, Denis Sassou N’Guesso a soutenu financièrement l’organisation des championnats nationaux de karaté, a rappelé maître Florent Ntsiba.

La ceinture rouge 10ème dan est le grade le plus élevé de la fédération congolaise de karaté et le président Sassou N’Guesso est le premier praticien à en recevoir. En 1995, cette fédération avait décerné la ceinture noire 2ème dan au chef de l’Etat congolais.

Congo-site.com par Christian Brice Elion

Alpha Condé soutient Sassou N’Guesso dans sa médiation dans la crise en RDC

juillet 20, 2013

Le Président de la Guinée Conakry, Alpha Condé, a effectué une visite de travail à Brazzaville, au cours de laquelle il a exprimé son soutien à la médiation de son homologue congolais, Denis Sassou N’Guesso, dans la crise à l’Est de la République démocratique du Congo (RDC). Arrivé vendredi, le Chef de l’Etat guinéen a regagné son pays ce samedi 20 juillet dans l’après-midi.

Interrogé par la presse sur l’objet de sa visite à Brazzaville, Alpha Condé a dit, de manière claire et précise : «Nous avons en commun d’être très panafricanistes. Aujourd’hui, il y a une situation un peu difficile en République démocratique du Congo. Nous savons que le Président Sassou est le mieux placé pour faire la médiation. Je suis venu l’encourager dans cette médiation, lui apporter mon soutien. Je suis arrivé au moment où le Président Kabila était ici à Brazzaville. Nous avons eu un entretien tous les trois. Je suis venu donc soutenir le Président Sassou afin qu’il puisse réussir dans cette médiation, car le Congo-Kinshasa est un grand pays. Si on peut trouver une solution à cette crise, c’est important pour toute l’Afrique».

A son arrivée, le Chef de l’Etat guinéen a été accueilli à l’aéroport international Maya-Maya par Denis Sassou N’Guessou, qui accompagnait déjà Joseph Kabila Kabange qui, lui, regagnait Kinshasa. Les trois Chefs d’Etat se sont entretenus pendant quelques minutes dans un des salons officiels de l’aéroport Maya-Maya.

Les Présidents Denis Sassou N’Guesso et Joseph Kabila ont dû faire un briefing de leur tête-à-tête au Président Alpha Condé. L’on retient, d’après le communiqué de presse rendu public à l’issue de ce tête-à-tête, que les Chefs d’Etat du Congo et de la RDC ont procédé à un large échange de vues sur la situation politique et sécuritaire dans la Région des grands lacs, plus particulièrement dans l’Est de la RDC ; en République Centrafricaine (RCA) ; et dans les deux Soudan.

Concernant la RDC, ils se sont réjouis du début de la mise en œuvre de l’Accord-cadre pour la paix, la stabilité et la coopération en RDC et dans la région, ainsi que de la résolution 2098 du Conseil de Sécurité visant la neutralisation des forces négatives en activité dans l’Est de la RDC. Denis Sassou N’Guessou et Joseph Kabila Kabange ont réaffirmé que l’Accord-cadre constitue une base essentielle pour la résolution du conflit dans l’Est de la RDC. Aussi se sont-ils engagés à favoriser l’application de ses dispositions dans le cadre des mécanismes prévus à cet effet.

Au sujet de la médiation qu’il va jouer dans la crise dans l’Est de la RDC, Denis Sassou N’Guesso bénéficie déjà du soutien de certains opposants au pouvoir de Kinshasa. Ces derniers ont réclamé, à l’issue d’une réunion tenue récemment à Kinshasa, «le Président Denis Sassou N’Guesso du Congo-Brazzaville comme médiateur dans les concertations politiques que le président Joseph Kabila veut initier. Le nom de Sassou N’Guesso est de plus en plus cité par les politiciens de Kinshasa pour le dénouement de cette crise», a rapporté le journal ’’Echos Grands Lacs’’ du 13 juillet 2013.

Le Président guinéen a effectué cette visite au moment où des affrontements interethniques sont en train de faire des victimes dans son pays. Selon la presse guinéenne, le dernier bilan de ces violents affrontements, survenus le 15 juillet dernier dans le Sud-est du pays, fait état de 74 morts et près de 150 blessés. Ces chiffres ont été confirmés par vendredi l’Organisation non-gouvernementale de Développement communautaire.

Sur cette question, Alpha Condé a déploré la mauvaise habitude qui s’est instaurée en Afrique de l’Ouest, où les populations veulent désormais se faire justice. «Ce qui se passe en Guinée Conakry, précisément à N’Zérékoré, c’est qu’on a attrapé un voleur et au lieu de l’amener à la police ou à la gendarmerie, on lui a coupé les doigts et il est mort. C’est ce qui a provoqué cette violence ethnique», a-t-il expliqué.

En effet, les affrontements opposent depuis quelques jours des Guerzé (une ethnie majoritaire en Guinée forestière) et des Konianké. Ils ont été déclenchés à Koulé, avant de s’étendre jusqu’à N’Zérékoré et Beyla. Une source de la policière guinéenne, citée par la presse, affirme que tout est parti du passage à tabac de trois jeunes Konianké par des gardiens guerzé d’une station-service à Koulé. Deux jeunes ont trouvé la mort quelques heures plus tard, entraînant une série d’attaques et de représailles à coups de machettes, haches, coupe-coupe, bâtons, pierres et armes à feu. Bilan provisoire : 74 morts et près de 150 blessés.
Selon Alpha Condé, la guerre du Liberia a donné naissance à des groupes armés qui circulent entre le Liberia, la Guinée Conakry et le Mali et qui sèment du désordre et la terreur dans les zones frontalières. «C’est pourquoi nous sommes en train de fouiller pour récupérer les armes», a-t-il indiqué.

Le Président de la Guinée Conakry a rassuré que ces affrontements ne devraient pas empêcher la tenue des élections législatives. Déjà il avait annoncé récemment qu’il se plierait à tout nouveau calendrier politique présenté par la Commission électorale nationale indépendante (CENI) et les experts internationaux. La date limite retenue pour le dépôt des listes de candidature des partis politiques pour ces élections législatives est ce 20 juillet 2013. Le scrutin devra avoir lieu le 24 septembre prochain.

Congo-site.com par Gaspard Lenckonov

Joseph Kabila en visite de travail de 48h au Congo-Brazzaville

juillet 19, 2013

Le président de la République démocratique du Congo, Joseph Kabila Kabangé, est arrivé vendredi à Brazzaville pour une visite de travail 48h dans le but de raffermir les relations de coopération entre les deux pays.

Le président Kabila a été accueilli à 11h 37 mn par son homologue congolais Denis Sassou N’Guesso, en présence des autorités civiles et militaires du Congo-Brazzaville.

Après les civilités d’usage, les deux chefs d’Etat se sont dirigés vers le salon d’honneur de l’aéroport international de Maya-Maya où ils ont eu un bref entretien.

Ils ont ensuite pris un bain de foule et le cortège présidentiel s’est dirigé vers la Villa des hôtes où le va résider le président Joseph Kabila Kabangé pendant son séjour.

Selon les services du protocole, les deux présidents auront samedi un tête à tête dont le menu sera sans nul doute la situation qui prévaut à l’est de la République démocratique du Congo avec les combats qui opposent les troupes de la RDC aux rebelles du M23. Un communiqué final devrait sanctionner cette visite.

Par ailleurs, les services de la communication de la présidence congolaise ont annoncé l’arrivée à Brazzaville, ce vendredi, du président guinéen Alpha Condé pour une brève visite de travail.

APA-Brazzaville (Congo)

Alassane Outtara impressionné par les transformations au cours au Congo

juin 10, 2013

Le président Alassane Ouattara s’est dit « impressionné » par les transformations en cours au Congo lors de la conférence de presse conjointe avec son homologue congolais Denis Sassou N’Guesso, au salon d’honneur de l’aéroport Agostino Neto de Pointe-Noire, peu avant son retour en Côte d’Ivoire le dimanche 9 juin, au terme d’une visite officielle de 72 heures au Congo.

Le chef de l’Etat ivoirien a vivement félicité son homologue congolais pour le travail accompli. « Ce que je retiens, c’est l’essor du Congo. Ma dernière visite ici date de 1997 quand j’étais directeur général adjoint du Fonds monétaire International (FMI). Et je vois à quel point le Congo est transformé. Monsieur le président, je voudrais vous féliciter et dire que c’est un exemple de reconstruction, de développement dans la paix. La paix est essentielle pour nos pays… », a-t-il affirmé, soutenant qu’il a reçu de précieux conseils du président Sassou N’Guesso pour la réconciliation des Ivoiriens et la paix en Côte d’Ivoire.

« Je me réjouis que le Congo soit en paix et nous travaillons également pour que la Côte d’Ivoire soit en paix », a poursuivi le chef de l’Etat ivoirien.

« La visite au port a été un moment fort, je vois à quel point dans quelques années on peut faire des choses à la dimension de la vision du leader, c’est un investissement de 1 milliard de dollars, 447 milliards de F CFA exactement, ça va tripler la capacité du port, ceci est impressionnant, je me félicite de l’évolution du port de Pointe-Noire et je suis sûr que ce n’est que l’un des projets que le président a en préparation pour le Congo », a-t-il ajouté.

Relevant le faible niveau des échanges commerciaux entre son pays et le Congo, en dépit des énormes potentialités dont ils regorgent, le chef de l’Etat ivoirien a plaidé pour l’accroissement de ces échanges, entre autres en produits agricoles, énergétiques (gaz).

Pour sa part, le président Sassou N’Guesso a salué l’exemple de la coopération dans le domaine du pétrole entre les sociétés pétrolières des deux pays qui travaillent ensemble au Congo.

Et pour consolider les excellentes relations entre les deux pays, il a annoncé l’ouverture en 2014 d’une ambassade du Congo à Abidjan.

Par ailleurs, du communiqué de presse publié à la fin de cette visite, il ressort que les deux chefs d’Etat ont « manifesté leur intérêt à donner une impulsion nouvelle aux relations bilatérales, à travers la convocation urgente de la session inaugurale de la grande commission mixte instituée par les deux pays, aux fins d’élargir le cadre juridique de coopération ».

En outre les deux délégations ont échangé sur des projets d’accord qui couvrent plusieurs domaines dont l’économie, le commerce, la coopération en matière financière,…etc. La commission mixte se réunira en 2014.

Les deux chefs d’Etat ont par ailleurs réitéré leur attachement au principe de concertation dans les crises : en Centrafrique, en République Démocratique du Congo, au Mali, en Guinée-Bissau, entre les deux Soudan, à Madagascar, en Somalie et au Nigéria.

APA-Abidjan (Côte d’Ivoire)

Congo: Le président Jacob Zuma en visite de travail à Brazzaville

mai 2, 2013

 

Le chef de l’Etat sud-africain Jacob Zuma est arrivé dans la capitale congolaise ce 2 mai 2013 en fin d’après-midi pour participer à la réunion inaugurale du groupe international de contact sur la République centrafricaine (RCA), prévue le 3 mai.


Les présidents Jacob Zuma et Sassou N'Guesso à l'aéroport Maya-Maya

Les présidents Jacob Zuma et Sassou N’Guesso à l’aéroport Maya-Maya
Il a été accueilli au bas de la passerelle à l’aéroport international Maya-Maya par son homologue congolais Denis Sassou N’Guesso. Les deux chefs d’Etat devraient avoir un tête-à-tête ce soir au Palais du peuple, selon le programme officiel. Ils auront également un deuxième entretien demain après l’ouverture des travaux de la réunion du groupe international de contact sur la RCA.

Président du comité de suivi des accords de Libreville sur la RCA, le président Sassou N’Guesso présidera cette réunion inaugurale du groupe international de contact sur la RCA, en présence de son homologue sud-africain, du Premier ministre centrafricain Nicolas Tchangaye et des représentants des autres pays membres de la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (CEEAC).

Ces assises de Brazzaville succèdent à celles de N’Djamena au Tchad, tenues le 18 avril dernier et qui avaient décidé entre autres, de la création d’un groupe international de contact chargé de mobiliser les ressources financières pour la transition en RCA. Il était prévu que ce groupe international tienne sa première réunion le 3 mai dans la capitale congolaise.

En rappel, le sommet de N’Djamena avait reconnu le nouvel homme fort de Bangui Michel Djotodia comme chef de l’Etat de transition. Il avait proposé de renforcer la Mission conjointe pour la paix et la sécurité en Centrafrique (MICOPAX) et la Force multinationale d’Afrique centrale (FOMAC) sur le plan matériel et des ressources humaines. Les effectifs de la FOMAC devant passer de 500 à 2000 hommes, en vue d’assurer une meilleure protection des populations civiles.

Les chefs d’Etat et de gouvernement de la CEEAC avaient aussi lancé un appel à la communauté internationale et aux partenaires au développement de conjuguer leurs efforts pour accompagner la transition en RCA où la situation sécuritaire reste préoccupante depuis le coup de force du 24 mars dernier ayant provoqué le départ de l’ancien président François Bozizé.

 

Congo-site.com par

Congo: Hommage de la République au général Blaise Adoua

avril 24, 2013

 La nation a rendu ce 24 avril 2013 à Brazzaville, un dernier hommage au conseiller spécial du chef de l’Etat et directeur général de la sécurité présidentielle, le général de division Blaise Adoua, décédé le 14 avril dernier à Rabat au Maroc.


Hommage de la République au général Blaise Adoua
Une cérémonie solennelle de recueillement a été organisée à l’esplanade du Palais des congrès en présence du couple présidentiel. Des représentants du cabinet du chef de l’Etat, du gouvernement, de l’assemblée nationale et du sénat, ainsi que des autres institutions constitutionnelles se sont inclinés devant la dépouille mortelle du général Blaise Adoua.De leur côté, le chef de l’Etat Denis Sassou N’Guesso et son épouse ont également procédé au dépôt d’une gerbe de fleurs devant le cercueil de l’illustre disparu. Conformément à la tradition militaire, une parade militaire des éléments de la maison militaire du président de la République a clôturé la cérémonie.

http://www.dailymotion.com/video/xz9w2c_jtv-congo-du-23-04-13-partie-1_news

Le cortège funèbre s’est, ensuite, ébranlé vers l’aéroport international Maya-Maya où la dépouille de l’ancien directeur général de la sécurité présidentielle a été transportée au lieu de l’inhumation, notamment au village Ekongo, dans le département de la Cuvette. Les obsèques étant prévues demain.

Mais, peu avant que le couple présidentiel ne s’incline devant la mémoire du disparu, le chef d’état-major particulier du chef de l’Etat, le général de division, Noël Léonard Essongo, a évoqué le courage, la générosité et l’abnégation au travail de Blaise Adoua dans l’oraison funèbre.

«Le général de division Blaise Adoua était un officier très ouvert qui adorait la compagnie de tous. Il était un officier intelligent, calme, courageux, discipliné et disponible. Il manifestait beaucoup d’amour pour son travail. Il a marqué les jeunes officiers, sous-officiers et militaires du rang par sa ponctualité et son assiduité au travail», a-t-il déclaré.

Fils des feux Laurent Adoua et Madeleine Mouabe, Blaise Adoua est né le 25 août 1956 à Liranga dans le département de la Likouala. Il est le premier ancien enfant de troupe (école militaire préparatoire général Leclerc) de la promotion Flavien Moboka appelée «Les Mofla», à être élevé au grade de général.

Blaise Adoua était un officier d’artillerie, formé en ex-URSS, à Cuba et aux Etats-Unis d’Amérique, notamment à Atlanta où il fit une formation spéciale de protection de hautes personnalités. Il a occupé plusieurs fonctions au sein des Forces armées congolaises (FAC) et laissé de bons souvenirs auprès de ses frères d’armes.

«Qu’il nous soit permis de pleurer devant le souvenir, l’héritage d’un frère d’armes qui aura laissé des marques indélébiles dans la mémoire collective, dans les FAC, en général et à la présidence de la République en particulier où il a passé la moitié de sa carrière militaire», a dit le général Essongo.

 
Congo-site.com par

Congo-Chine : Le président Xi Jinping à Brazzaville

mars 28, 2013

Le chef de l’Etat chinois arrive dans la capitale congolaise le 29 mars 2012 aux environs de 12heures pour une visite d’Etat de 48heures. Cette visite, la première d’un président chinois au Congo, augure de bonnes perspectives pour la coopération entre la République populaire de Chine et la République du Congo.


Congo-Chine : Le président Xi Jinping à Brazzaville
Brazzaville est en fait la dernière étape de la toute première sortie du président Xi Jinping qui a récemment pris officiellement ses fonctions à la tête de la deuxième puissance économique mondiale. Peu avant le Congo, il a séjourné en Russie, en Tanzanie et en Afrique du Sud.

L’agenda du chef de l’Etat chinois en terre congolaise prévoit entre autres, la signature des accords de coopération, un tête-à-tête avec son homologue congolais Denis Sassou N’Guesso, une adresse devant le parlement congolais réuni en congrès, un échange avec la communauté chinoise vivant dans le pays, l’inauguration de l’hôpital de base de Mfilou (7ème arrondissement) et de la bibliothèque de l’université Marien Ngouabi.

Basée sur le principe «gagnant-gagnant», la coopération sino-congolaise soufflera ses 50 bougies l’année prochaine, les deux pays amis ayant établi leurs relations diplomatiques en 1964. Les deux parties ont parvenu à développer leurs liens de coopération sur les plans culturel, éducatif, diplomatique, économique et commercial.

Dans le cadre de la communication, la Chine et le Congo ont noué des accords à base desquels s’effectuent les échanges de connaissances et d’expertise entre les professionnels des médias des deux Etats. A cela il sied d’ajouter la diffusion des programmes chinois sur les antennes des médias congolais publics et privés.

Le succès de la coopération économique sino-congolaise a débuté dans les années 60, notamment avec l’implantation d’une usine de textile (SOTEXCO) à Brazzaville grâce à l’appui de la Chine. Les deux pays ont en outre réalisé des projets d’infrastructures dans plusieurs domaines.

A titre indicatif, l’on peut notifier pour le compte du Congo, les projets en matière d’énergie et de l’hydraulique (barrages de Moukoukoulou avec 74MW et d’Imboulou avec 120MW, les lignes électriques haute, basse et moyenne tension, l’usine d’eau potable de Djiri et la réhabilitation du réseau urbain).

Au niveau du bâtiment, l’on peut retenir les logements modernes de Bacongo (3 francs), des camps 15 août et Mpila ; les sièges des institutions publiques (ministères et institutions constitutionnelles) ; les aérogares des aéroports de Brazzaville, Pointe-Noire et Ollombo ; l’hôtel Alima Palace (5 étoiles).

S’agissant des infrastructures de transport terrestre, il y a les routes en construction Pointe-Noire/Brazzaville, Obouya-Boundji-Okoyo-Lékéty frontière du Gabon, Ouesso-Sangmélima reliant le Congo au Cameroun, Owando-Makoua-Mambili-Ouesso ; etc.

Sur le plan sanitaire, la coopération est marquée par la construction des structures hospitalières et la présence des médecins chinois dans les hôpitaux congolais.

 
Congo-site.com par

Le président chinois attendu à Brazzaville

mars 26, 2013

 

L’ambassadeur de Chine en République du Congo, Guan Jian, a annoncé, le 25 mars au cours d’une conférence de presse, l’arrivée le 29 mars prochain à Brazzaville, du président chinois Xi Jinping pour une visite d’Etat de 48heures. Le chef de l’Etat de la deuxième puissance économique mondiale sera accompagné de son épouse Peng Liyuan.


Le président chinois attendu à Brazzaville
Le Congo constituera pour lui, la 3ème et dernière étape d’un périple africain après la Tanzanie et l’Afrique du Sud. Ce voyage s’inscrit dans la politique d’ouverture de la Chine vers l’Afrique.

Pendant son séjour, le président chinois signera une dizaine d’accords de coopération dans plusieurs domaines avec le gouvernement congolais. Il procédera en compagnie de son homologue congolais Denis Sassou N’Guesso, à l’inauguration de la bibliothèque universitaire et de l’hôpital de base de M’filou.

Pour Guan Jian, cette visite d’État se tient à un moment propice pour les deux États qui célébreront en 2014, le cinquantenaire de l’établissement de leurs relations diplomatiques.

«La visite du président chinois vient donner une forte impulsion à la coopération bilatérale de nos États. Elle vise aussi à promouvoir la coopération entre la Chine et les pays africains car, dans les prochaines années, la Chine envisage d’augmenter ses aides et son appui aux pays africains. Cette visite constitue un moment important de l’histoire des relations entre nos deux pays. Je souhaite que les journalistes suivent avec intérêt toutes les activités programmées, cela leur permettra de raconter cette grande rencontre à nos deux peuples, avec leurs mots et leurs langages», a indiqué le diplomate chinois.

 

Congo-site.com par Messilah Nzoussi