Posts Tagged ‘denis’

Tête-à-tête Sassou et Hollande : «la France entend relever tous les défis économiques possible au Congo»

octobre 14, 2012

 

Au cours d’un entretien qui a duré près d’une heure avec le Président Denis Sassou N’Guesso, le 13 octobre à Kinshasa en marge du 14ème Sommet de la Francophonie, le Président français, François Hollande, a annoncé que les entreprises françaises étaient prêtes à investir davantage en République du Congo pour relever les défis économiques qui se présentent dans ce pays.


Tête-à-tête Sassou et Hollande : «la France entend relever tous les défis économiques possible au Congo»
Le tête-à-tête entre les deux Chefs d’Etat leur a permis de faire le tour d’horizon des relations de coopération et d’amitié qui existent entre leurs deux pays. Le Président français a précisé que leurs discussions ont mis un accent particulier sur les domaine économique et sécuritaire.

«Nos discussions ont porté sur les activités économiques du Congo, parce qu’il y a une forte croissance. Il y a des ressources qui sont liées au pétrole, il y a aussi une volonté d’affecter ces ressources aux infrastructures. Je dis que les entreprises françaises, dans le cadre d’une concurrence loyale, sont prêtes à relever tous les défis qui leur seront proposés. Déjà, nous sommes sur beaucoup de chantiers», a déclaré François Hollande.

L’annonce du Président français fait suite à l’appel lancé le 25 septembre dernier par le Président Denis Sassou N’Guesso au Mouvement des entreprises de France (MEDEF) à venir investir en République du Congo. «Nous évoluons dans un cadre globalement favorable. Les importantes mesures fiscalo-douanières sont prises en faveur des entreprises. D’autres le seront toujours. Peut-être que cette année, nous en étudierons d’autres dans le cadre de la loi des finances. Le code des investissements est quand même attrayant pour le pays et un travail se fait pour assainir le climat des affaires», expliquait le Chef de l’Etat congolais.

Déjà, lors des échanges en février dernier à Paris entre le Président Denis Sassou N’Guesso et le syndicat patronal français, l’ancien ministre français de la coopération et vice-président du MEDEF, Michel Roussin, avait révélé l’ambition des entreprises françaises : «C’est d’être en partenariat avec leurs collègues congolaises et participer à cet effort colossal qui fait de ce pays un carrefour au centre de l’Afrique, un lieu de passage obligé, un lieu de transit. Alors, nous avons un certain savoir-faire dans des domaines intéressant l’économie congolaise et dans le cadre d’un marché très ouvert et d’une concurrence assez sportive, et bien les Français peuvent participer à cette compétition. Les Français peuvent être les partenaires utiles et compétents pour leurs collègues congolais».

La France et le Congo entretiennent des relations bilatérales denses, ponctuées par de nombreux accords économiques et de nombreuses visites. Premier partenaire économique du Congo à la fois en tant que premier fournisseur (20% du marché), la France est également premier investisseur. Les exportations françaises à destination du Congo ont fortement repris à partir de 2005 et sont stables depuis trois ans. Diversifiées, elles se partagent entre biens d’équipement, biens de consommation (surtout des produits pharmaceutiques), biens intermédiaires et produits agro-alimentaires. Premier créancier, la France supporte l’essentiel de l’effort d’annulation de dettes du Congo consenti dans le cadre du Club de Paris. Les accords conclus avec le Club de Paris en décembre 2008 et mars 2010 ont permis au Congo de bénéficier de nouvelles annulations de dettes et d’un rééchelonnement tant à titre bilatéral que multilatéral, donnant la possibilité au Congo d’atteindre le point d’achèvement de l’initiative pays pauvre très endettés (PPTE). Ainsi, en juillet 2010, 646 millions d’euros de dettes ont été annulés.


Tête-à-tête Sassou et Hollande : «la France entend relever tous les défis économiques possible au Congo»
A Kinshasa, les Chefs d’Etat français et congolais ont également évoqué des questions sécuritaires. François Hollande a exprimé le souhait de voir le Congo être de plus en plus sécurisé. «Je veux aussi que le Congo soit sécurisé, parce qu’il est entouré d’un certain nombre de menaces ; nous les avons évoquées avec le Président. C’est par rapport à ce qui se passe dans le Golfe de Guinée, de menaces des groupes qui existent parmi les voisins. Nous devons donc avoir aussi une coopération en matière de sécurité. Voila le sens de nos discussions», a conclu le Président français.

La coopération militaire entre la France et le Congo est fondée sur le partenariat. Les deux parties la jugent toujours satisfaisante aussi bien sur le plan de l’exécution des projets (en dépit de quelques difficultés), que sur le plan humain. Dans le cadre de l’exécution des projets, relevant tant de la coopération opérationnelle que de la coopération militaire traditionnelle, les deux parties respectent leurs engagements permettant la réalisation des objectifs fixés. Sur le plan humain, les relations entre les coopérants français et les autorités militaires congolaises sont cordiales et conviviales. La qualité de ces relations facilite l’intégration des coopérants français au sein de la communauté militaire congolaise. Le nombre important de coopérants militaires français au Congo et de projets en cours d’exécution est l’expression de la vitalité d’une coopération militaire active et fructueuse.

Les tensions politiques et sociales à l’intérieur des Etats conduisent le plus souvent aux crises entre Etats. De ce point de vue, le soutien de la France au Congo dans le renforcement de la sécurité au niveau de ses frontières s’inscrit dans la volonté du Président Denis Sassou N’Guesso qui tient à la consolidation de la paix et de la sécurité dans son pays.

En définitive, la rencontre entre François Hollande et Denis Sassou N’Guesso a été une occasion pour les deux personnalités de renforcer les relations qui existent depuis plusieurs décennies entre leurs deux pays, en les plaçant sur de nouvelles bases.

Congosite par

Le compte Twitter de l’ex de Valérie Trierweiler piraté

juillet 11, 2012

« Cet utilisateur lance de terribles rumeurs sur vous »

 

Info Voici.fr – Depuis son inscription sur Twitter, Denis Trierweiler a été l’objet de plusieurs piratages.

Actif depuis le mois de janvier sur Twitter, Denis Trierweiler n’a jamais beaucoup posté, contrairement à son ex-épouse : seulement 68 messages à ce jour. Et encore, une partie d’entre eux n’est pas de lui : ce sont des spams qu’il n’a pas supprimés. Hier soir, ses followers ont reçu de sa part un message privé en anglais : « Hey this user is making terrible rumors about you… (Hé, cet utilisateur lance de terribles rumeurs sur vous) », avec un lien. Evidemment, c’est un spam et bien entendu, il ne faut pas cliquer, au risque de contaminer à votre tour toutes les personnes qui vous suivent.

Plus tôt dans la journée, mais également la veille et tout le week-end, c’est sa timeline qui a été piratée. Cette fois-ci, il proposait malgré lui une merveilleuse méthode pour pouvoir perdre du poids, en une semaine ou en trente jours. Le 5 juillet dernier, l’un des utilisateurs du réseau social prévenait l’ex-mari de l’actuelle première dame que son compte avait encore été vérolé, et c’était aussi le cas début mai. Des petits soucis de qui agacent le journaliste, à tel point qu’il a envisagé de carrément supprimer son compte.

À ce jour, le compte Twitter de Denis Trierweiler n’a pas été authentifié. Mais Valérie le suit et l’on doute qu’elle donne du crédit à une personne qui usurperait l’identité de son ex-mari. Une raison supplémentaire pour que l’ex de la première dame sécurise (ou efface) son compte et en recrée un tout propre : il ne faudrait pas que des messages personnels entre les deux ex-amoureux tombent entre de mauvaises mains.

Voici.fr par M-A.K.