Posts Tagged ‘Desmond Tutu’

Scandale à Oxfam: Desmond Tutu renonce à son rôle d’ambassadeur

février 15, 2018

Desmond Tutu à la cathédrale St-Georges à Cape Town, le 23 avril 2014 / © AFP/Archives / Jennifer BRUCE

L’ancien archevêque sud-africain Desmond Tutu, prix Nobel de la paix, a annoncé jeudi qu’il renonçait à son rôle d’ambassadeur pour l’ONG britannique Oxfam, éclaboussée par un scandale sexuel.

Dans un communiqué, Desmond Tutu se dit « profondément déçu par les accusations d’immoralité et de possible comportement criminel impliquant des travailleurs humanitaires » liés à l’ONG.

Il est également « attristé par l’impact de ces allégations sur des milliers de personnes qui soutenaient les bonnes causes d’Oxfam ».

Le héros de la lutte contre l’apartheid a en conséquence « donné instruction d’écrire à Oxfam International pour l’informer de sa démission de son rôle d’ambassadeur ».

Plusieurs employés de l’organisation sont accusés de viols au cours de missions humanitaires au Soudan du Sud, d’abus sexuels au Liberia et d’avoir, entre autres, fait appel à des prostituées en Haïti, ainsi qu’au Tchad.

Il est reproché à la direction de la puissante organisation basée en Grande-Bretagne d’avoir sciemment dissimulé le scandale et laissé les salariés incriminés rejoindre d’autres ONG, sans mise en garde.

Romandie.com avec(©AFP / 15 février 2018 18h18)                

Afrique du Sud: La fille de Desmond Tutu renonce à la prêtrise dans l’Eglise anglicane après son mariage gay

mai 24, 2016

Johannesburg – La fille du prix Nobel de la paix Desmond Tutu a été contrainte de renoncer à la prêtrise dans l’Eglise anglicane sud-africaine après avoir épousé une femme, a-t-elle confié mardi à l’AFP.

La révérende Mpho Tutu-van Furth ne peut plus présider la communion, ni célébrer de mariages, baptêmes et obsèques, l’Eglise anglicane ne reconnaissant pas le mariage homosexuel. En revanche, l’Afrique du Sud a légalisé les unions civiles homosexuelles dès 2006.

L’ancien archevêque anglican Desmond Tutu, héros de la lutte contre l’apartheid, est triste mais pas surpris de la nouvelle, a confié Mpho Tutu-van Furth à l’AFP. Il s’était déjà prononcé en faveur du mariage homosexuel dans le passé.

Selon le droit canonique de l’Eglise sud-africaine, le mariage est l’union d’une femme et d’un homme, a expliqué Mpho Tutu-van Furth dans un courrier électronique.

Après mon mariage (…), on a conseillé à l’évêque de Saldanha Bay (dans l’est de l’Afrique du Sud) de révoquer ma licence. J’ai proposé de la rendre plutôt que de lui imposer de me la reprendre, a ajouté cette cinquantenaire.

Mpho et sa compagne Marceline Tutu-van Furth, qui sont divorcées d’une première union et ont chacune des enfants, se sont officiellement mariées en décembre aux Pays-Bas.

Elles ont organisé une deuxième cérémonie en mai près du Cap, à laquelle Desmond Tutu, 84 ans et à la santé fragile, a assisté. Elles sont actuellement en voyage de noces sur l’île indonésienne de Bali.

Un responsable de l’Eglise anglicane dans le diocèse de Saldanha, Bruce Jenneker, a expliqué à l’AFP avoir reçu avec tristesse la licence de Mpho Tutu-van Furth. C’est vraiment dommage que ce soit arrivé, a-t-il ajouté.

Mon épouse et moi-même accumulons les différences. Certaines de ces différences sont évidentes: elle est grande et blanche, tandis que je suis noire et courte sur pattes, a ironisé Mpho Tutu-van Furth dans le journal sud-africain City Press.

Marceline Tutu-van Furth est professeur en infections pédiatriques basée à Amsterdam.

C’est ironique de constater que notre similitude, le fait que nous soyons toutes les deux des femmes, est aujourd’hui la cause de notre peine, alors que dans le passé les différences étaient un instrument de division, a-t-elle dit en référence au régime sud-africain de l’apartheid, qui a officiellement pris fin en 1994.

Romandie.com avec(©AFP / 24 mai 2016 18h24)

Afrique du Sud: Desmond Tutu annule tous ses voyages pour combattre son cancer

décembre 9, 2014

Afrique du Sud: Desmond Tutu annule tous ses voyages pour combattre son cancer
Afrique du Sud: Desmond Tutu annule tous ses voyages pour combattre son cancer © AFP

L’archevêque sud-africain Desmond Tutu, 83 ans, a annulé tous ses voyages jusqu’à la fin de l’année afin de suivre un nouveau traitement contre son cancer de la prostate, a annoncé sa fondation mardi.

Le prix Nobel de la paix 1984 « a annulé tous ses projets de voyage pour le reste de l’année afin de suivre un nouveau traitement contre le cancer de la prostate avec lequel il vit depuis quinze ans », a indiqué la fondation dans un communiqué.

Jeuneafrique.com avec AFP

Desmond Tutu : la Centrafrique est « au bord du génocide »

avril 20, 2014
Desmond Tutu, 'archevêque sud-africain.  © AFP

Desmond Tutu, ‘archevêque sud-africain. © AFP

La Centrafrique est « au bord du génocide », s’est alarmé dimanche l’archevêque sud-africain Desmond Tutu, appelant ses habitants à pardonner pour « réapprendre à vivre ensemble ».

« Le pays est au bord du génocide, certains diront même qu’il a déjà commencé », a déclaré M. Tutu, notant qu' »au cours des 13 derniers mois, les luttes visiblement incessantes pour le pouvoir politique et les ressources ont dégénéré en anarchie, haine et nettoyage ethnique ». « Les habitants de la République centrafricaine détiennent la clef pour une paix durable. Les habitants doivent réapprendre à vivre ensemble », a souligné le prix Nobel de la paix dans un communiqué transmis par sa fondation.

L’annonce par l’ONU du prochain déploiement d’une force de maintien de la paix est un « énorme soulagement », car elle aidera la France et l’Union africaine à « restaurer les systèmes brisés, comme le maintien de l’ordre et la justice », a noté le prélat anglican officiellement retraité.

Les propos de Mgr Tutu interviennent alors que Pretoria – dont le régime de Jacob Zuma est critiqué par le prélat – a récemment annoncé n’avoir pas l’intention d’envoyer des troupes en Centrafrique pour y ramener la paix.

« Faire revivre l’esprit de tolérance »

M. Tutu dit ajouter sa voix à celle du secrétaire général de l’ONU Ban Ki-Moon pour inciter le peuple centrafricain et ses dirigeants à « faire revivre l’esprit de tolérance et de respect mutuel ». L’un des plus grands dons de Dieu, que ce soit pour les chrétiens, les musulmans, les animistes ou les athées, « est la capacité de distinguer le bien du mal, de raisonner et de faire avec les différences », a-t-il relevé à l’occasion des fêtes de Pâques.

« Quand nous pardonnons, nous nous libérons et semons la graine d’un nouveau départ. Cela a un effet multiplicateur puissant », a ajouté Desmond Tutu.

La Centrafrique, l’un des pays les plus pauvres du monde, traverse depuis plus d’un an une crise sans précédent qui a fait des milliers de morts et près d’un million de déplacés. Sur une grande partie de son territoire, l’ancienne colonie française s’est enfoncée dans un cycle de tueries interreligieuses, après des mois d’exactions perpétrées par les combattants de la coalition Séléka qui avaient pris le pouvoir en mars 2013, avant de devoir le quitter en janvier dernier.

Depuis la fin du règne des Séléka et leur désarmement par les forces françaises et africaines, les musulmans, souvent associés aux ex-rebelles et désormais sans défense, font l’objet des pires représailles et fuient le pays par dizaines de milliers.

Le Conseil de sécurité de l’ONU a autorisé le 10 avril le déploiement en septembre d’environ 12.000 Casques bleus en Centrafrique.

Jeuneafrique.com avec AFP

Cérémonie en mémoire de Nelson Mandela à Londres

mars 3, 2014

Le Premier ministre britannique David Cameron, le prince Harry et l’archevêque sud-africain Desmond Tutu ont assisté lundi à Londres à une cérémonie à l’abbaye de Westminster en mémoire de l’ancien président sud-africain Nelson Mandela, décédé en décembre. Près de 2000 personnes étaient présentes.

Quatrième dans l’ordre de succession au trône britannique, Harry représentait sa grand-mère, la reine Elizabeth II. Au cours du service, des chants et musiques sud-africains ont résonné dans l’abbaye.

L’archevêque Desmond Tutu, proche de Nelson Mandela, a rendu hommage aux militants de la lutte contre l’apartheid. « Qu’est-ce qui se serait passé si Mandela était mort en prison comme l’espéraient les défenseurs de l’apartheid? », a interrogé le Prix Nobel de la Paix. « La plupart des gens l’auraient considéré comme rien d’autre qu’un terroriste. Après tout, des personnalités haut placées en Grande-Bretagne et aux Etats-Unis l’avaient rejeté comme tel », a ajouté Desmond Tutu.

« Merci à vous qui avez régulièrement manifesté devant la South Africa House (l’ambassade d’Afrique du Sud à Londres), merci aux dames élégantes qui ont boycotté les produits sud-africains, merci à tous les jeunes gens incroyables dans d’autres parties du monde », a-t-il poursuivi.
Plaque commémorative

Peter Hain, ancien ministre chargé de l’Irlande du Nord, a souligné que les combats contre l’apartheid, pour l’abolition de l’esclavage et pour le droit de vote des femmes étaient, « de façon invariable, impopulaires quand ils avaient le plus besoin de soutien, puis glorifiés et même sacralisés une fois qu’ils avaient triomphé ».

Il a évoqué l' »immense privilège » d’avoir connu le héros de la lutte anti-apartheid, mort le 5 décembre dernier à l’âge de 95 ans, louant son « sens de l’humour espiègle et malicieux ».

Le doyen de Westminster, le révérend John Hall, avait annoncé avant la cérémonie qu’une plaque commémorative allait être installée dans l’abbaye cette année en l’honneur de Nelson Mandela.

Le vice-président sud-africain Kgalema Motlanthe a également pris la parole lors de cette cérémonie à laquelle étaient présentes deux filles de l’ex-président sud-africain, Zenani Mandela-Dlamini et Zindziswa Mandela.

Romandie.com

Twitter suspend le compte de Desmond Tutu pour « suivi agressif »

août 8, 2013
Twitter suspend le compte de Desmond Tutu pour "suivi agressif" © AFP

Twitter suspend le compte de Desmond Tutu pour « suivi agressif » © AFP

Le tout nouveau compte Twitter de l’archevêque anglican Desmond Tutu a été suspendu par le réseau social pour « suivi agressif », quelques heures après son lancement, a annoncé jeudi une des fondations de Mgr Tutu.

« Twitter n’a pas expliqué comment suivre 30 personnes pouvait être interprété comme un +suivi agressif+ ou s’il fallait blâmer le nombre de gens qui se sont mis à suivre @TutuLegacy en peu de temps », a déploré la Fondation Desmond & Leah Tutu dans un communiqué.

« J’espère que les dirigeants de Twitter trouveront dans leur coeur de quoi résoudre le problème afin que nous puissions communiquer à nouveau », a déclaré dans le communiqué Mpho, la fille du prélat sud-africain qui dirige la Fondation et fait compte Twitter commun avec le prix Nobel de la paix 1984.

« Nous devons rassurer tous ceux qui ont commencé à nous suivre aujourd’hui, c’est le vrai compte! », a-t-elle ajouté

Considéré comme la conscience morale de son pays, Desmond Tutu, 81 ans, est éminemment populaire, notamment parce qu’il n’hésite jamais à dénoncer les travers et imperfections de l’Afrique du Sud contemporaine.

Son engagement pacifique contre le régime ségrégationniste de l’apartheid lui a valu le prix Nobel de la paix.

Jeuneafrique.com avec AFP

Afrique du Sud: Desmond Tutu hospitalisé pour une « infection persistante »

avril 24, 2013
Afrique du Sud: Desmond Tutu hospitalisé pour une 'infection persistante' Afrique du Sud: Desmond Tutu hospitalisé pour une « infection persistante » © AFP

L’archevêque anglican sud-africain Desmond Tutu, 81 ans, prix Nobel de la paix en 1984 et aujourd’hui retraité, a été hospitalisé mercredi pour subir des examens visant à déterminer la cause d’une « infection persistante », a annoncé sa fondation.

« L’archevêque émérite Desmond Tutu a été admis dans un hôpital du Cap pour le traitement d’une infection persistante et pour subir des examens visant à en découvrir la cause », a indiqué la fondation dans un communiqué.

Jeuneafrique.com avec AFP

Afrique du Sud : Desmond Tutu accuse le pouvoir de Zuma d’être « pire que celui de l’apartheid »

octobre 4, 2011

Mgr Desmond Tutu a piqué une colère noire à l’annonce de l’annulation de la visite du dalaï lama en Afrique du Sud, faute de visa. Et a accusé le gouvernement de Pretoria et Jacob Zuma d’avoir cédé aux pressions de la Chine.

Desmond Tutu a-t-il réellement pesé ses mots avant de s’exprimer au sujet du refus de Pretoria d’accorder un visa au dalaï-lama ? Une chose est sûre : ses propos font l’effet d’une petite bombe en Afrique du Sud. « Notre gouvernement est pire que le gouvernement de l’apartheid, parce qu’au moins à l’époque on pouvait s’y attendre » (à ce type d’agissements), a lancé le prix Nobel de la paix 1984, qui avait invité pour son 80e anniversaire le chef spirituel du Tibet, également prix Nobel de la paix (1989).

« Je ne peux pas y croire. Je ne peux vraiment pas y croire », a ajouté Desmond Tutu, hors de lui. « Il va falloir que vous me réveilliez et que vous me disiez que ça se passe ici, pour de vrai. (…) Ce manque de courtoisie envers le dalaï lama est incroyable. Le dalaï lama ! Ailleurs dans le monde, partout où il va, on n’arrive pas à trouver des sites assez grands pour accueillir les foules qui veulent le rencontrer », a-t-il explosé.

Le dalaï lama devait tenir la conférence inaugurale « Desmond Tutu pour la paix » samedi au Cap, dans le cadre des festivités organisées pour l’anniversaire de Mgr Tutu. Mais le voyage a été annulé. « Sa Sainteté devait partir pour l’Afrique du Sud le 6 octobre mais les visas n’ont pas été encore délivrés », a déclaré le bureau du chef spirituel dans un communiqué.

Lorsqu’il était président, Nelson Mandela avait accueilli en 1996 le dalaï lama, qui était revenu en 1999 et 2004, mais avait essuyé un précédent refus en 2009. Pour Mgr Tutu comme pour l’opposition sud-africaine, il ne fait aucun doute que l’Afrique du sud a cédé aux pressions de Pékin, qui entrave systématiquement tous les déplacements à l’étranger de celui qu’elle considère comme le leader de la résistance tibétaine.

« M. Zuma, vous ne me représentez pas »

« Clairement, qu’ils l’avouent ou non, ils étaient déterminés à ne rien faire qui pourrait fâcher les Chinois », a dit Mgr Tutu en parlant du gouvernement et du président. « Monsieur Zuma, vous et votre gouvernement, vous ne me représentez pas. Vous représentez vos propres intérêts », a lancé l’archevêque.

Si aucune raison officielle n’a été donnée à ce « retard » dans l’attribution du visa, personne n’est dupe. « Je vous préviens, a poursuivi Tutu à l’adresse du président et de l’ANC, un jour nous allons commencer à prier pour la défaite de l’ANC. Vous devriez avoir honte. Je veux vous mettre en garde : votre comportement n’a plus rien à voir avec les valeurs que nous avons défendues ».

Le député d’opposition Stevens Mokgalapa (Alliance démocratique) a quant à lui qualifié l’attitude du gouvernement sud-africain d’« inacceptable. (…) En retardant sa décision, (le gouvernement) a fait son choix. Il a permis à la Chine de lui dicter sa politique étrangère. C’est un jour triste pour ceux qui comme nous croient en une politique étrangère souveraine fondée sur l’ubuntu (esprit d’ouverture et disponibilité aux autres, NDLR) et les droits de l’homme », a-t-il ajouté.

Jeuneafrique.com avec AFP

Tutu fête ses 80 ans avec un invité encombrant sur sa liste, le dalaï lama

octobre 2, 2011

Officiellement à la retraite, l’archevêque Desmond Tutu célèbre vendredi ses 80 ans avec des festivités dont l’ancien génie de la lutte anti-apartheid a su faire un événement ultra-politique en invitant le dalaï lama, un hôte encombrant pour l’Afrique du Sud qui tarde à donner le visa.

Trois jours de fête sont au programme, avec en préambule la sortie lundi d’une biographie: « Tutu: un portrait autorisé », co-écrite par Mpho Tutu, la plus jeune fille de l’archevêque et Allister Sparks, 78 ans, grande plume du journalisme sud-africain et témoin privilégié de la lutte de libération des Noirs.

Toujours aussi combatif, Desmond Tutu a planté une belle épine dans le pied du gouvernement sud-africain en invitant le dalaï lama. Pretoria est devant un dilemme: ou bien il offense Tutu, considéré avec Nelson Mandela comme la conscience morale du pays, ou bien il froisse les Chinois en acceptant la venue du chef spirituel tibétain dont Pékin s’active à empêcher toutes les visites à l’étranger.

En 2009, l’Afrique du Sud du président Jacob Zuma lui avait déjà refusé un visa. Elle avait ensuite indiqué qu’il serait le bienvenu en une autre occasion.

Le dalaï lama était déjà venu en 1996, accueilli alors par Nelson Mandela, président de la jeune Afrique du Sud démocratique.

L’archevêque anglican a entamé les démarches dès le mois de juin pour faire venir le Nobel de la paix tibétain à son anniversaire. Depuis le 20 septembre, les autorités sud-africaines n’ont plus qu’à tamponner son passeport, mais les choses traînent.

« Cela jette une lumière négative inutile sur ce qui devait être une fête », déplore à l’AFP Dumisa Ntsebeza, président du Centre Desmond Tutu pour la paix.

« Seule la présence du dalaï lama pour qu’il puisse délivrer son message en Afrique du Sud à l’anniversaire de Tutu est acceptable. C’est très malheureux », a-t-il ajouté.

Le dalaï lama est censé inaugurer la première conférence internationale Desmond Tutu pour la paix le 8 octobre.

La veille, un service religieux sera célébré en la cathédrale anglicane St Georges du Cap où Tutu avait l’habitude de prêcher pour une démocratie transcendant toutes les races, suivi d’un grand pique-nique.

La liste des invités est tenue secrète pour l’instant, mais le Nobel de la paix 1984 ne manque pas d’amis, célèbres et engagés, allant du président américain Barack Obama au rocker irlandais Bono.

Le dalaï lama est également censé venir à Johannesburg pour parler de la non-violence le 12 octobre à la grande université de Witwatersrand.

Dans le cas où il ne pourrait pas venir au Cap le 8, la meilleure alternative serait une télé-conférence vidéo s’il est d’accord.

Pour Desmond Tutu, il est la personne idéale, après les événements du printemps arabe, pour « parler du pouvoir et de la nécessité des mesures de paix pour apporter le changement », selon M. Ntsebeza.

« On ne peut pas se contenter de se mettre à genoux, il est temps de nous relever et de dire aux Chinois +merci beaucoup, nous sommes conscients de vos préoccupations mais cette fois, nous allons délivrer le visa », a-t-il ajouté.

AFP par Justine GERARDY