Posts Tagged ‘Détérioration’

Canada: Conditions routières difficiles dans le sud du Québec

janvier 2, 2022
Des déneigeuses suivies de voitures sur l'autoroute 40.

Les conditions routières se détériorent rapidement sur l’autoroute 40 Ouest. Photo: Radio-Canada/Ivanoh Demers

D’abondantes chutes de neige sont attendues dans plusieurs régions du Québec dimanche et les conditions routières en sont affectées.

Évitez de vous déplacer, recommande un avertissement en vigueur du ministère des Transports.

Des opérations de déneigement sont en cours, mais de nombreuses routes sont partiellement couvertes au moment d’écrire ces lignes. C’est le cas par exemple de longs segments des autoroutes 20, 40, et 50 dans la grande région de Montréal.

C’est aussi le cas de la route 138, dès Québec, de nombreuses routes du Saguenay–Lac-Saint-Jean, de même que de longues portions de la route 132, en Gaspésie, et de pratiquement tous les grands axes autour de Val-d’Or.

Environnement Canada prévoit des accumulations de 5 à 10 cm de neige à Montréal, à Québec, et à Sherbrooke dimanche.

Pour l’instant, la Sûreté du Québec (SQ) n’a pas constaté un nombre inhabituel de sorties de route ou autres accidents majeurs, peut-être en raison d’un volume de trafic faible lié à la période des Fêtes et à la fermeture des commerces.

Par ailleurs, des avertissements d’onde de tempête pour le secteur de Québec et de froid extrême pour des régions allant de l’Abitibi jusqu’à la rivière Manicouagan sont en vigueur. Le mercure pourrait descendre jusqu’à moins 40, en tenant compte du refroidissement éolien.

Avec Radio-Canada

Centrafrique: des experts de l’Onu déplorent une « détérioration » de la sécurité

décembre 23, 2017

Un groupe de soldats français de la mission Sangaris passe près d’un enfant à Bangui, en Centrafrique, le 13 juillet 2014 / © AFP/Archives / PACOME PABANDJI

Il y a une « détérioration des conditions de sécurité » en Centrafrique, causée par une expansion des groupes autoproclamés d’autodéfense, une meurtrière lutte d’influence entre groupes armés et le peu de progrès de la restauration de l’autorité de l’Etat en province, estime des experts de l’ONU dans un rapport obtenu samedi par l’AFP.

L’émergence de nouveaux groupes autoproclamés d' »autodéfense » est encouragée en Centrafrique par la « montée d’un discours incendiaire et discriminatoire » de personnalités politiques à Bangui vis-à-vis des communautés musulmanes, estime le panel des experts de l’ONU sur la Centrafrique, chargé par le Conseil de sécurité d’enquêter de façon indépendante sur la crise centrafricaine.

Ces discours « bellicistes » sont « de plus en plus » présents et ont un effet mobilisateur sur les milices antibalaka prétendant défendre la majorité chrétienne et les groupes autoproclamés d’autodéfense, dit le texte, publié vendredi.

Dans le sud-est du pays, et à Bangassou particulièrement, le panel note le recrutement en cours par ces nouveaux groupes de combattants locaux et l’accroissement du trafic d’armes et du matériel militaire avec la RDC voisine.

En mai 2017, Bangassou avait été attaquée par des groupes autoproclamés d’autodéfense ciblant les musulmans de la ville. Ceux-ci sont toujours réfugiés dans l’enceinte du petit séminaire et Bangassou reste aux mains de ces groupes.

Par ailleurs, le panel note que les groupes armés pro-musulmans maintiennent une « emprise sur de nombreuses régions » centrafricaines. Le texte relève la subsistance d’une violente lutte d’influence entre ceux-ci, dans le centre du pays notamment, encouragée par des rivalités économiques liées à l’exploitation illégale des ressources naturelles.

Aussi, « peu de progrès ont été observés s’agissant du rétablissement de l’autorité de l’Etat » en Centrafrique, constate le rapport, alors que le gouvernement tente depuis plusieurs mois d’étendre son autorité hors de Bangui avec notamment une tentative de déploiement de préfets.

Enfin, ce rapport rappelle que la Centrafrique est « l’endroit le plus dangereux au monde pour les acteurs humanitaires » et que l’année 2017 aura été « l’année la plus meurtrière pour les soldats de la paix » (12 morts parmi les Casques bleus de la Minusca, force présente dans le pays depuis 2014).

Romandie.com avec(©AFP / 23 décembre 2017 11h48)

Congo : Faustin Munene mal en point

juin 8, 2011

L’état de santé du général Faustin Munene, un ancien officier des Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC), ne cesse de se détériorer depuis une semaine.

Détenu depuis le mois de janvier au siège de la Direction générale de la surveillance du territoire (DGST), à Brazzaville, il a dû être transporté à deux reprises à l’hôpital militaire. Munene est au cœur d’une vive polémique entre les deux Congos. Kinshasa, qui l’accuse d’être à l’origine d’une attaque lancée le 27 février contre la résidence de Joseph Kabila, réclame en vain son extradition. Son évacuation sanitaire vers un pays européen est apparemment très sérieusement envisagée.

Jeuneafrique.com