Posts Tagged ‘Diffa’

Niger: 6 morts dans des attentats-suicides à Diffa

octobre 4, 2015

Niamey – Six personnes – un gendarme et cinq civils – ont été tuées dimanche matin dans des attentats-suicides perpétrés par des kamikazes du groupe islamiste Boko Haram au cœur de la ville de Diffa, dans le sud-est du Niger, a appris l’AFP auprès d’une source humanitaire.

A Diffa, deux explosions ont provoqué la mort de cinq civils et d’un militaire a annoncé Télé-Sahel, la télévision d’Etat.

L’enterrement du militaire décédé a eu lieu cet après-midi en présence de responsables militaires, a poursuivi la télé qui n’a donné aucun détail sur l’attaque ni diffusé aucune image.

Il y a eu au total dix morts: un gendarme, cinq civils et les quatre kamikazes, a indiqué à l’AFP un humanitaire installé à Diffa, ajoutant: Il y a eu quelques blessés légers qui ont été admis à l’hôpital pour des soins.

Plus tôt, un haut responsable municipal avait parlé d’au moins quatre victimes, un gendarme et trois civils, précisant que les quatre éléments de Boko Haram étaient morts.

Le drame est survenu vers 9H00 (8H00 GMT), a précisé le responsable municipal. Selon lui, quatre combattants de Boko Haram sont venus en ville à pied et portaient des ceintures d’explosifs. Une première explosion a eu lieu lorsqu’un des kamikazes s’est tué avec un gendarme qui l’a intercepté, en faisant exploser sa charge, a-t-il expliqué.

Après une course-poursuite avec les forces de l’ordre, deux des assaillants ont été abattus et un troisième a réussi à se faire exploser près d’une échoppe, tuant le propriétaire de la boutique et deux autres civils, a-t-il raconté.

Apparemment, a complété auprès de l’AFP la source humanitaire, les assaillants qui étaient tous armés de ceintures d’explosifs visaient des cibles militaires, mais ils n’ont pu en atteindre aucune. (…) Ils ont été pris en chasse par des habitants qui les ont dénoncés aux militaires et ceux-ci les ont vite pris en chasse.

Depuis deux semaines, le sud-est du Niger subit une recrudescence des raids de Boko Haram. Deux militaires nigériens ont été tués dans la nuit de jeudi à vendredi, dans une attaque sur un village proche de la frontière nigériane.

Le 25 septembre, ce sont au moins 15 civils qui avaient péri dans un raid meurtrier dans un village nigérien situé sur les bords de la rivière Komadougou Yobé, qui sert de frontière naturelle entre le Niger et le Nigeria.

Depuis février, Boko Haram et ses éléments locaux ont perpétré des attaques meurtrières dans la zone de Diffa, frontalière du nord-est du Nigeria, fief des insurgés islamistes.

L’ONU a répertorié, depuis le 6 février, plus de 50 attaques de Boko Haram ou affrontements impliquant ses combattants avec l’armée nigérienne dans le sud-est nigérien.

Les armées du Nigeria, du Tchad, du Niger et du Cameroun luttent ensemble contre les insurgés désormais affiliés à l’organisation jihadiste Etat islamique (EI), auxquels elles ont infligé de sérieux revers ces derniers mois. Mais les violences et les attentats du mouvement armé n’ont pas cessé.

Pour combattre Boko Haram, les quatre pays et le Bénin ont mis sur pied une Force d’intervention conjointe multinationale (MNJTF) dotée de 8.700 militaires, policiers et civils, avec un quartier général à N’Djamena au Tchad.

La coalition a sans conteste affaibli la nébuleuse islamiste mais pour autant elle ne s’avoue pas vaincue, a reconnu le président du Tchad Idriss Déby Itno lors d’une récente visite au Niger.

Romandie.com avec(©AFP / 05 octobre 2015 02h10)

Boko Haram: le port du voile intégral interdit dans le sud-est du Niger

juillet 29, 2015

Niamey – Les autorités de Diffa, dans le sud-est du Niger, ont interdit aux femmes le port du voile intégral pour prévenir des attentats kamikazes des islamistes de Boko Haram, a annoncé mercredi à l’AFP un responsable de cette région voisine du Nigeria.

Le port du voile intégral est interdit jusqu’à nouvel ordre aux femmes dans la région, dans le souci de prévenir des attentats kamikazes de Boko Haram, a déclaré Hankouraou Biri-Kassoum, le maire de la ville de Diffa.

Avant la région sud-est du Niger, le Cameroun et le Tchad avaient pris des mesures d’interdiction similaires. L’annonce des autorités de Diffa, une région frappée par une série de raids meurtriers de Boko Haram ces derniers mois, fait suite à une vague d’attentats-suicides perpétrés récemment dans ces deux pays.

Boko Haram a commis de nombreux attentats-suicides au Nigeria depuis six ans, utilisant notamment des femmes kamikazes dissimulant des explosifs sous les voiles qui leur couvraient le visage.

Vaut mieux prévenir le danger, surtout que de plus en plus de femmes et de jeunes filles portent le voile intégral à Diffa, a indiqué à l’AFP une source sécuritaire.

Parmi les nouvelles mesures sécuritaires prises en début de semaine, figure l’interdiction aux piétons et aux voitures, à l’exception de celles de l’armée, de circuler à partir de 22H00 locales (21H00 GMT), a souligné le maire Hankouraou Biri-Kassoum.

En outre, l’interdiction de circuler à motos, en vigueur depuis février, est reconduite, a-t-il relevé.

Le groupe islamiste avait mené ses toutes premières attaques début février dans cette région frontalière du nord-est du Nigeria, où Boko Haram a ses fiefs.

Le Niger est engagé depuis le début de l’année, aux côtés des armées du Nigeria, du Tchad et du Cameroun, dans une opération militaire régionale lancée contre Boko Haram. Les insurgés ont subi de sérieux revers, sans toutefois être neutralisés.

Boko Haram a commis plusieurs attaques dans le sud-est du Niger en juillet.

Les islamistes ont attaqué le 12 juillet la prison de Diffa, tuant un gardien. Le 18 juillet des éléments de Boko Haram ont mitraillé les habitants d’un village qui priaient, tuant 16 personnes.

Romandie.com avec(©AFP / 29 juillet 2015 18h31)

Niger: nouvelle attaque de Boko Haram, explosion d’une bombe dans le Sud-Est

février 8, 2015

Niamey – Les islamistes de Boko Haram ont mené une nouvelle attaque dimanche matin à Diffa, ville du sud-est du Niger frontalière avec le Nigeria, où l’explosion d’une bombe a fait au moins un mort et 10 blessés, ont indiqué témoins et travailleurs humanitaires.

Aucun bilan humain n’a été communiqué sur l’attaque des islamistes nigérians, qui s’est tenue de 05H30 à 08H00 (04H30-07H00 GMT) en périphérie de Diffa, selon des témoins et des sources humanitaires.

Il y a eu des tirs d’armes lourdes, les assaillants venaient du Nigeria, ont indiqué deux sources humanitaires. Les combats ont opposé les islamistes aux forces armées nigériennes, sans précision sur une éventuelle implication des troupes tchadiennes basées dans la région.

Une personne est morte et 10 autres ont par ailleurs été blessées dans une explosion survenue dans le centre de Diffa, capitale provinciale pour la première fois confrontée à ce genre de violences, selon une source hospitalière.

L’origine de l’explosion restait floue dimanche après-midi.

Il semble que c’est une femme qui s’est fait exploser dans un marché, a affirmé un responsable de la mairie de Diffa, ce qu’a confirmé une source humanitaire.

Un journaliste d’une radio locale a quant à lui évoqué une bombe, enveloppée dans un sachet plastique, qui a été jetée par un homme à moto et elle a explosé près d’une vendeuse de nourriture vers 10H30-11H00 (9H30-10H00 GMT). Il a dit avoir compté un mort et 18 blessés à l’hôpital où il s’est rendu.

C’est la panique partout, a-t-il affirmé.

Une autre source humanitaire a mentionné l’explosion d’un obus.

Boko Haram avait mené pour la première fois vendredi des attaques meurtrières dans deux villes du Niger, dont une près de Diffa. Le bilan communiqué par le ministre nigérien de la Défense Mahamadou Karidjo avait fait état de 109 islamistes, quatre militaires et un civil tués. Les forces de sécurité nigériennes déploraient en outre 17 blessés et deux disparus.

Ces offensives islamistes ont lieu alors que le Parlement du Niger devrait approuver lundi un engagement de ses troupes au Nigeria pour combattre Boko Haram, aux côtés des armées tchadienne et camerounaise.

Romandie.com avec(©AFP / 08 février 2015 14h37)