Posts Tagged ‘digital congo’

RDC : honorables Kabila, députés à l’Assemblée nationale congolaise

février 14, 2012

http://platform.twitter.com/widgets/hub.1326407570.htmlLa nouvelle Assemblée nationale issue des élections du 28  novembre 2011 en RDC compte désormais deux membres de la famille du chef de  l’État congolais, Joseph Kabila. Jaynet et Zoé, soeur jumelle et frère du  président, siègent dans les rangs de la majorité.

Plus de 35 500 voix sur 150 803 votants. C’est le score obtenu par     Jaynet Kabila Kyungu, arrivée en tête dans la circonscription de Kalemie,      au Katanga. Pendant un mois, avec son directeur de campagne, Théodore      Mugalu, chef de la Maison civile de Joseph Kabila, la quadragénaire a     occupé  le terrain, allant d’un village à l’autre. Selon un proche, « le      président n’était pas favorable à la candidature de sa soeur, car il      n’aurait pas digéré une défaite ». Désormais, on parlera de l’honorable      Jaynet Kabila, élue indépendante à la chambre basse du Parlement     congolais. Sur 500 sièges, la majorité présidentielle en a obtenu  341,     selon les résultats annoncés par la Commission électorale nationale     indépendante (Ceni) le 2 février. En deuxième position arrive le parti     d’Étienne Tshisekedi, l’Union pour la démocratie et le progrès social      (UDPS), avec 42 sièges. Loin derrière figurent le Mouvement de libération     du Congo (MLC) de Jean-Pierre  Bemba, avec 22 sièges, et l’Union pour la     nation congolaise (UNC)  de Vital Kamerhe, avec 16 élus.

Bien qu’elle ait     indiqué « consultant » comme profession lors du dépôt de sa candidature,     Jaynet Kabila est présidente de la fondation qui porte le  nom de son père     et propriétaire de Digital Congo, un groupe composé d’une  chaîne de     télévision, d’un site web et d’une radio. Célibataire, sans  enfants, la     jeune femme reste un mystère. C’est tout juste si ses  collaborateurs     confirment qu’elle a suivi des études de communication à  Nairobi, au     Kenya. À l’unisson, ceux qui la connaissent la décrivent comme « très     effacée, très secrète, très volontariste, très organisée et  méticuleuse ».     Elle se déplace partout sans escorte ni garde du corps.  Est-elle riche ou     – selon des rumeurs persistantes – engagée dans  le secteur minier ? Ceux     qui la fréquentent nient tout en bloc. Ils  concèdent néanmoins qu’elle     détient « quelques actions dans certaines  entreprises ».

Jaynet Kabila, femme d’influence

Quoique étant effacée, on lui reconnaît une influence indéniable sur son      frère jumeau. Il arrive souvent que des entrepreneurs étrangers désirant      investir en RDC s’adressent à elle pour atteindre le président. Elle      les écoute et décide si leur projet en vaut la peine ou non. « C’est un      simple rôle sentimental, pas du trafic d’influence », insiste un ami de la     famille. Les relations entre les deux jumeaux ont connu une période      difficile, en 2006, lorsque Joseph Kabila a décidé d’épouser Olive Lembe     di  Sita. Hostile à cette union, Jaynet a fini par changer d’avis au terme     de  nombreuses médiations. Celle qui a appris à parler le français a     toujours,  dit-on, une chambre chez son frère. Son entrée en politique     n’est pas le  fruit du hasard, mais le résultat d’une grande ambition chez     celle qui veut « faire connaître les idées de son père ». Pour un     observateur,  Jaynet peut, veut aller loin : « Entrer au gouvernement ou     siéger un  jour au Sénat. »

Pour sa part, Zoé Kabila Mwanza Mbala (en photo ci-dessus, © B.B.),  né en     1979, a été élu député du Parti du peuple pour la reconstruction et la     démocratie (PPRD, parti au pouvoir), dans la circonscription de Manono,      toujours au Katanga, avec 36 113 voix sur 197 289 votants, pour      196 932 inscrits ! Il aurait étudié l’économie en Afrique du Sud.      Considéré comme « impulsif et un peu turbulent », il est le  propriétaire,     à Kinshasa, d’un complexe omnisports, le Shark Club, et d’une  équipe de     football, le Shark XI FC. Se déplaçant toujours sous  escorte, il ne     serait, à en croire ses proches, qu’« un petit homme  d’affaires dans le     secteur du dédouanement ». Or beaucoup pensent qu’il  pèse plus lourd que     cela. Ses activités s’étendraient au secteur minier et  au transport     aérien. Zoé Kabila viserait également, affirment ­plusieurs  sources, le     gouvernorat de la province du Katanga. Mais la route est encore  longue et     périlleuse, car Moïse Katumbi se tient au bout du chemin.

Jeuneafrique.com par Tsitenge Lubabu M.K